Occitanie

LES NUITS DES FORÊTS SONT DE RETOUR !

LES NUITS DES FORÊTS SONT DE RETOUR !

FOCUS SUR LA PROGRAMMATION EN OCCITANIE

Événement d’envergure nationale et à destination du grand public, les Nuits des Forêts reviennent du 7 au 16 juin dans plus de 200 forêts partout en France métropolitaine mais aussi en Guyane, à la Réunion et pour la première fois à Mayotte. Petit tour de la programmation en Occitanie...
D'année en année, l'appel de la forêt grandit et les activités en plein air connaissent un second souffle. Imaginées et conçues pour célébrer et questionner les liens qu'entretiennent les humains à leur environnement, les Nuits des Forêts oeuvrent au rapprochement des mondes forestiers, culturel et scientifique, et souhaitent ainsi porter l'idée qu'un nouveau rapport au vivant est possible et ce, à l'échelle de chaque territoire.
 
Pensées comme une invitation à (re)découvrir la forêt proche de chez soi, les Nuits des Forêts œuvrent à sensibiliser les citoyens à l’importance des forêts. Pendant 10 jours, le festival permet d’aller à la rencontre de celles et ceux qui contribuent à l’entretien et la protection des forêts, et de se reconnecter à la nature de manière sensible à l’occasion de spectacles, expositions d’œuvres et autres expériences atypiques et immersives, de jour comme de nuit.
Les événements des Nuits des Forêts sont majoritairement gratuits et sur inscription. Programmation et inscriptions sur www.nuitsdesforets.com
Morceaux choisis de la programmation en Occitanie :
En Ariège, Forêt d'Orgeix, le 8 juin
avec le collectif Zone Sensible
S’étendant au fond de la vallée d’Orlu, à quelques huit-cent mètres d’altitude, la forêt d’Orgeix vous surprendra par sa multitude de paysages. Située à flanc de montagne, elle s’intègre dans une véritable mosaïque de milieux : zone humide, pierrier… autant de lieux de vie pour une multitude d’espèces. Petits et grands, joignez-vous au collectif Zone Sensible pour plonger dans l’univers fantastique des forêts de montagnes. Au programme : sensibilisation à l’environnement, mise en valeur des métiers et savoir-faire de la forêt et du bois, temps d’échanges et de convivialité, ateliers de pratique et d’initiation, balades, spectacle et concerts… autant de fenêtres ouvertes sur ce monde méconnu, mais ô combien passionnant. Rendez-vous le 8 juin 2024, de 12h00 à 00h00, à Orgeix !
Dans l'Aude, Pinède privée du Phare de Leucate, les 15 et 16 juin
avec Juliette Roques
Située au pied du phare de Leucate, sur la falaise et non loin de la mer, la Pinède du Phare offre une vue imprenable sur l’horizon. Dans ce bois de pins, les arbres ont vu leurs formes modifiées par le vent. De la pinède, vous pourrez admirer la mer, l’étang de Leucate et le Canigou - la montagne sacrée des catalans. Lors d’un week-end, venez (re)découvrir les merveilles de la biodiversité locale au pied du phare du Cap. A vélo ou à pied, lors d’un concert ou d’une conférence… Les intervenants vous partageront leurs connaissances et leurs savoirs en utilisant la culture comme point de ralliement, créant ainsi un événement fascinant, à la croisée des chemins.
Dans le Gers, Forêt d'Aignan, les 14 et 15 juin 
avec l’Association = FluX=
Forêt Ancienne de 356 hectares, on dit qu’elle fût léguée au 15ème siècle aux villageois d’Aignan en échange d’une paire de gants blancs. Située sur le territoire des sables fauves du bas Armagnac, la forêt d’Aignan est essentiellement peuplée de Chênes, mélangés à des hêtres, des châtaigniers, et bien d’autres. Traversée par plusieurs ruisseaux, dont le Serrenaout qui alimente le lac d’Aignan, cette forêt constitue aujourd’hui un très beau havre de paix et de biodiversité. Balade botanique, expositions, marches sensibles… Dans la forêt ou au coeur du village, de jour comme de nuit, cet événement entrelace les arts et les sciences du vivant, portant notre attention sur la biodiversité avec laquelle et grâce à laquelle nous évoluons dans ce monde.
Dans l’Hérault, Forêt Domaniale de Notre-Dame de Parlatges, à Saint-Pierre-de-lalFage, les 7, 8, 9 et 12 juin
avec les associations Maison d’Europe et d’Orient et Théâtre dans la Forêt
Perchée sur le rebord méridional du Causse du Larzac à plusieurs centaines de mètres d’altitude, la forêt domaniale de Notre-Dame-de-Parlatges cache en son sein le Théâtre dans la Forêt, au hameau de Parlatges. Ici, une source connue pour ses bienfaits pour les personnes souffrant de troubles de la parole s’y écoule. Le Théâtre dans la Forêt est donc particulièrement sensible à proposer des manifestations en lien avec l’oralité, le chant et le conte… Sur quatre jours, le Théâtre dans la Forêt et la Maison d’Europe et d’Orient vous accueilleront entre jour et nuit lors de repas concert, de projections cinématographiques, d’ateliers de création, mais aussi lors d’animations vous faisant découvrir les secrets d’une espèce de chauves-souris des plus étonnante ! Le tout sensibilisera petits et grands aux habitants de la forêt, ainsi qu’à l’histoire et l’usage de la forêt.
Dans le Lot, Forêt à cheval entre les communes de Saint-Jean Lespinasse et Saint-Céré, le 15 juin 
avec le PETR Figeac Quercy Vallée de la Dordogne
A l’interstice des trois grandes zones géographiques du territoire, cette forêt possède une diversité de paysages et de peuplements, que vous pourrez découvrir et dessiner lors d’une balade animée par l’artiste dessinatrice contemporaine Josine Jansen et son équipe. Découvrez et croquez les remarquables points de vue que cache cette forêt, et au retour de cette balade artistique, votez pour votre dessin favori. Le gagnant remportera une oeuvre en bois de l’artiste Louis de Verdal. Pour clôturer le tout, Mathias Roth de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) vous fera découvrir à la tombée de la nuit la biodiversité nocturne lotoise. Au programme : sons de la nuit, chauves-souris et faune nocturne…
En Lozère, Forêt du Suquarel, à Barre-des-Cévennes, le 14 juin
avec l’association Alcina
Située en plein coeur du Parc national des Cévennes, aux sources du Tarn, la forêt du Suquarel, propriété familiale, revêt un très fort enjeu écologique, hérité de la volonté des propriétaires de maintenir en place les boisements naturels préexistants. Partenaire des Nuits des forêts depuis 4 ans, FSC France a souhaité s’associer cette année à Alcina, gestionnaire forestier certifié FSC®, pour monter un projet pédagogique et artistique en forêt, à destination d’un public jeune. Avec la collaboration du Parc national des Cévennes et de la participation de trois classes d’enfants, des projets pédagogiques incluant des parcours d’éducation à l’environnement englobant la thématique des forêts, ont été créés. Par une approche immersive, ils plongeront les enfants dans les sons de la forêt, et ce grâce à une pièce sonore créée par Lorine et Sami. Les deux artistes feront une collecte sonore lors d’ateliers autour de l’écoute et du son. Cette réalisation sera ensuite partagée aux classes et lors de la Fête de la forêt, les 15 et 16 juin.
Dans les Hautes-Pyrénées, Le Bois de l'Invisible, Lahitte-Toupière, les 12, 13, 14 et 15 juin
avec le Musée de l’Invisible
Traversés par les chemins de St. Jacques de Compostelle et le méridien d’origine de Greenwich, les bois de Lahitte-Toupière ont longtemps été associés à la production de poteries. Cette année, le Musée de l’Invisible vous invite au 10ème anniversaire du Manifeste de l’arbre, accompagné de la réactivation du parcours de L’arbre cosmique, avec Olivier Raud. L’Académie et le Manifeste de l’arbre ont pour objectif de favoriser ce qui peut établir une nouvelle conscience de l’arbre et de la forêt, et ce à partir d’une approche expérimentale, transdisciplinaire et transculturelle. Le projet est d’inventer de nouvelles continuités entre les approches scientifiques ou technologiques, les savoirs immémoriaux liés aux cultures de l’Invisible, et les propositions artistiques les plus contemporaines.
Dans les Pyrénées Orientales, Forêt de Prats-de-Mollo à Prats-de-Mollo-La-Preste, les 14 et 15 juin
avec la Fédération des Réserves Naturelles Catalanes de Prats-de-Mollo
Entre le bassin du Fleuve le Tech, les sommets de Prats-de-Mollo, ainsi que les plaines et les montagnes menant à la mer, la forêt de Prats-de-Mollo bénéficie d’une belle biodiversité. Ainsi, vous aurez peut-être la chance de croiser une faune sensible liée à l’eau, telle que le Calotriton ou la loutre d’Europe. L’événement « Arts et Nature », se déroulant au village de Prats-de-Mollo-La Preste, a pour objectif de valoriser le patrimoine naturel, biologique, géologique et paysager du Haut-Vallespir, et ce au travers de différents supports. Entre une projection en plein air, des expositions, une scène ouverte et des ateliers, cette rencontre vise à sensibiliser aux enjeux de conservation des espaces naturels protégés du département des Pyrénées-Orientales.
Dans le Tarn, Forêt du Resse, à Anglès, les 15 juin
avec l’association l’Envol vert
Pour cette édition des Nuits des Forêts 2024, Envol Vert vous propose une journée dans la très belle forêt du Resse, à Anglès, sous le signe de la musique et de la sylviculture douce. Pour commencer, promenez-vous dans le bois avec les membres de l’association, et ce afin de (re)découvrir la forêt et ses arbres intéressants pour la fabrication des instruments de musique. Deux luthiers viendront ensuite vous parler de leur métier passionnant, ainsi que de leur rapport au bois, leur matière première. Après un pique-nique, traversez le crépuscule avec les Manouchedrome, un groupe jazz manouche venu de Grèce qui vous embarquera avec son énergie débordante !
Dans le Gard, Forêt Domaniale du Rouvergue, à la Grande Combe, du 14 au 16 juin
avec le Syndicat Mixte du Pays des Cévennes, PETR Sud-Lozère et PETR Causses Cévennes
Née d’une friche industrielle, la Forêt domaniale du Rouvergue a été créée dans le but de restaurer d’anciens terrains miniers sur environ cinq-mille hectares. Essence allochtone et de souche landaise, le pin maritime a été introduit par les compagnies minières en Cévennes pour une vocation industrielle : l’étaiement des galeries des mines à charbon. Cette année, la Fête de la Forêt des Cévennes s‘inscrit dans les Nuits des Forêts ! Du 14 au 16 juin, venez profiter d’une programmation abordant les enjeux de la Forêt domaniale du Rouvergue, visant à l’amélioration globale de la culture forestière, et ce pour de meilleures protections et valorisations de la forêt cévenole. Ses nombreuses animations autour de la sylviculture durable, de la biodiversité forestière, de l’approche sensible de la forêt, et de la création d’objets en bois, feront appel à votre réflexion mais aussi à votre créativité. Montrer, expliquer, faire rencontrer, faire expérimenter et faire jouer… tels sont les enjeux de ce bel événement.
LA FORÊT ET LE BOIS EN OCCITANIE
 
L’Occitanie est la 3ème région de France en superficie forestière : avec ses 2,5 millions d’hectares, la forêt couvre 36% du territoire régional, dont l’essentiel se situe sur le Massif central et les Pyrénées.
La forêt est majoritairement privée (à 79%) et composée à 77% de feuillus : principalement des chênes, des châtaigniers et des hêtres. La filière forêt-bois occitane représente 5 800 entreprises et 20 700 employés.
 
 
 
 
© Forêt du Tremou
À PROPOS DE L'ASSOCIATION LES NUITS DES FORÊTS
 
En favorisant le dialogue entre forêt et culture, Nuits des Forêts souhaite sensibiliser la société aux enjeux forestiers et promouvoir de nouveaux rapports au vivant, à l’échelle de chaque territoire.

Pour inviter la société à mieux connaître et comprendre les forêts françaises, l’association initie des actions de sensibilisation et de mobilisation des citoyens, dans l’objectif de contribuer à un projet de société pour les forêts qui soit créatif, engagé et participatif.

L’association Nuits des Forêts a été co-fondée par Lauranne Germond, Directrice de COAL, Paul Jarquin, Président de REI Habitat et de Fibois France, et Clara Anguenot, actuelle responsable de l’association, également danseuse et chorégraphe.

Faites une pause lecture avec le dernier numéro du journal de la Région !

Faites une pause lecture avec le dernier numéro du journal de la Région !
Au sommaire de cette nouvelle édition :
Les projets régionaux soutenus par l'Europe
De nouvelles aides pour nos agricultrices et agriculteurs
Total Festum, le festival des langues et cultures occitanes et catalanes de mai à juillet
Un zoom sur nos centres sportifs qui accueillent les athlètes du monde entier pour les JO 2024 !

Quartiers Prioritaires de la Ville (QPV) : la Région adopte une nouvelle feuille de route « sans fatalisme et contre les déterminismes »

Les élus régionaux, sous la présidence de Carole Delga, ont récemment adopté une nouvelle feuille de route visant à approuver les nouveaux contrats de ville dans les 108 Quartiers Prioritaires de la Ville (QPV) d’Occitanie. Conclus sur la période 2024-2030, ces contrats mobilisent l’ensemble des leviers - Education, orientation, culture, mobilité, cadre de vie et habitat, etc - permettant la transformation de ces quartiers. L’objectif : lutter contre les déterminismes et apporter des réponses concrètes aux habitants.

 

« Dans ces quartiers où habitent une majorité de jeunes et de familles monoparentales confrontés plus qu’ailleurs à l’échec scolaire et au chômage, la puissance publique a aujourd’hui plus que jamais un rôle à jouer. Pour briser les déterminismes sociaux qui dictent encore trop l’avenir des jeunes qui y vivent, pour garantir la promesse républicaine d’égalité en matière d’accès à la culture, d’emploi, de santé, de sport, … la Région renouvèle son engagement avec l’adoption aujourd’hui d’une feuille de route renforcée, mobilisant tous les leviers d’action à sa disposition.

 

Face au sentiment d’injustice et d’abandon qu’expriment les habitants de ces quartiers, je me refuse à tout fatalisme, à toute assignation à résidence. Ces territoires doivent aujourd’hui redevenir des lieux d’émancipation et de justice sociale. J’ai pour cela souhaité que la Région soit tout particulièrement attentive à la prise en compte de l’avis des habitants et associations dans la réalisation des projets qui seront portés prochainement. Car redonner le goût du vivre-ensemble passe aussi et avant tout par le respect des aspirations et attentes de ceux qui vivent et font vivre ces quartiers », a déclaré Carole Delga.

 

Mobilisée depuis 2016 en faveur des quartiers prioritaires de la ville (QPV), la Région a réaffirmé son engagement en 2021 avec la création d’une vice-présidence dédiée. Elle y consacre par ailleurs plus de 120 M€ de fonds régionaux et européens, notamment pour la rénovation urbaine, le soutien aux associations (1000 accompagnées depuis 2017) et structures d’accompagnement. L’objectif : apporter des réponses concrètes aux habitants de ces quartiers.

 

Une action qui se trouve aujourd’hui renforcée grâce à l’adoption progressive par la Région des nouveaux Contrats de Ville « Engagements Quartiers 2030 ».

 

Conclus sur la période 2024-2030 en lien avec les territoires concernés, ces nouveaux contrats concernent 51 communes et 108 quartiers et fixent le cadre partenarial de l’engagement de tous les acteurs – Collectivités, Etat, acteurs privés – qui y interviennent. Avec pour objectif d’activer l’ensemble des leviers permettant la transformation de ces quartiers, ces contrats s’articulent autour de 8 grandes priorités :

 

-          Agir pour l’éducation et l’orientation des jeunes

-          Démocratiser l’accès à l’enseignement supérieur

-          Favoriser l’accès à la formation et à l’emploi et accompagner l’entrepreneuriat

-          Faire de la culture un outil d’émancipation

-          Soutenir le sport pour tous

-          Améliorer le cadre de vie et l’habitat

-          Accélérer la transition écologique et énergétique

-          Développer l’offre de mobilité dans les quartiers

 

 

A ce jour, 19 premiers contrats de ville ont déjà été adoptés : https://we.tl/t-kbVfDCCEDv

En Occitanie, la Région cultive le bon goût des produits bio et locaux

Depuis 2016, la Région met tout en œuvre pour que les produits bio et locaux soient accessibles à tous et porteurs de développement pour les agriculteurs et les territoire

L'Occitanie, une région engagée pour le développement du bio
L’Occitanie, une région engagée pour le développement du bio

Produire, consommer et vivre bio en Occitanie… Pour la Région, c’est un engagement fort. Depuis 2016, elle agit afin que les produits bio, cultivés localement, soient accessibles à tous les habitants d’Occitanie, tout en étant rémunérateurs pour les agriculteurs et porteurs de développement pour tous les territoires.

Plus que jamais, je suis convaincue que les collectivités et les organismes publics peuvent jouer un rôle pour soutenir nos producteurs, contribuer à ce qu’ils vivent dignement de leur travail, tout en fournissant à nos enfants une alimentation de qualité, favorable pour la santé.

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie

Doubler la part de la consommation bio d’ici 2027
Mieux se nourrir grâce à une agriculture locale, durable, et respectueuse des ressources, tout en garantissant le bien-être des exploitants et la création d’emplois : c’était déjà l’objectif du premier Plan Bi’O, adopté en 2017. La Région a réaffirmé ses engagements en faveur de l’agriculture durable, notamment avec son Plan « Produire, Consommer, Vivre Bio en Occitanie » doté d’un budget de 134 M€. Son ambition : doubler la part de la consommation bio chez les habitants de la région d’ici 2027. Cette stratégie a porté ses fruits puisque l’Occitanie est devenue première région bio de France en surfaces cultivées et en nombre de producteurs (13 200), et a été élue en septembre 2022 Meilleure région bio d’Europe.
La plateforme d'achat de produits alimentaires dédiée aux lycées s'ouvre à de nouveaux acheteurs
La plateforme d’achat de produits alimentaires dédiée aux lycées s’ouvre à de nouveaux acheteurs

La Région s’implique également dans la valorisation des produits bio. Elle organise une Semaine régionale de la Bio, qui se tiendra du 8 au 15 juin sur tout le territoire régional (voir encadré), et met en avant toute l’année les saveurs locales avec sa marque régionale Sud de FranceLe Bio d’Occitanie et des campagnes de promotion menées avec l’association Interbio Occitanie. En mars, l’Occitanie a également ouvert aux collectivités territoriales Occit’Alim, sa plateforme d’achat de produits alimentaires locaux, de qualité et bio (plus de 2 200 en catalogue) qui n’était jusque-là réservée qu’aux lycées publics. Occit’Alim est emblématique du volontarisme de la Région. En l’ouvrant à de nouveaux acheteurs, elle permet aux producteurs d’obtenir plus de débouchés.

Bon à savoir

C’est quoi la Semaine régionale de la Bio ?

La Région organise la Semaine régionale de la Bio du 8 au 15 juin pour mettre en avant les femmes et les hommes qui s’engagent dans ce mode de production, et pour soutenir la consommation des produits bio régionaux.

Découvrez les événements organisés en Occitanie.

Encourager les producteurs et appuyer l’agriculture locale

Les agriculteurs peuvent compter sur le soutien de la Région
Les agriculteurs peuvent compter sur le soutien de la Région

Soutenir les agriculteurs, une priorité pour l’Occitanie. La Région les aide à surmonter les crises, et leur propose notamment un accompagnement personnalisé pour les conseiller sur leur projet de transition agroécologique via le Contrat d’agriculture durable.

En parallèle, la Région fait de l’agriculture biologique un axe de développement pour les territoires, notamment au travers du label Territoire Bio Engagé, initié par Interbio, et dont elle est partenaire. Autre atout régional, le développement de Projets Alimentaires Territoriaux (PAT), pour relocaliser l’agriculture et l’alimentation locale dans les territoires (création de circuits courts, lutte contre le gaspillage alimentaire…). Là aussi, l’Occitanie brille par son implication ! Elle est la première région française avec plus de 60 PAT, dont 50 labellisés mi-2022. Faire rayonner le bio occitan et bâtir un modèle bio pour tous : en Occitanie, c’est une réalité !

L’avenir des mobilités s’écrit à Montpellier

Pour permettre à tous les habitants de Montpellier et des alentours de se déplacer plus facilement et d’accéder à des mobilités décarbonées, l’Occitanie et les acteurs du territoire portent avec détermination la candidature pour un Service express régional métropolitain (SERM). Il s’articulera autour d’une ligne littoral type RER, de cars et bus à haut niveau de service, de nouvelles lignes de tramway et de pistes cyclables sécurisées.

Parmi les onze plus grandes métropoles françaises, Montpellier est celle où la hausse démographique est la plus soutenue. Désormais, et ce malgré une politique de mobilité ambitieuse, tout le territoire doit faire face à un phénomène de congestion routière. En 2023 par exemple, les habitants ont perdu en moyenne 73h dans les bouchons [1].

Avec près de 900 000 habitants, l’aire d’attraction de Montpellier concentre 73% de la population de l’Hérault.

Cette situation a de lourdes conséquences en matière de pollution et de qualité de vie. Aussi, pour que chacun puisse facilement se déplacer et proposer une alternative efficace à la voiture individuelle, il est urgent de proposer un « mix de mobilités » performant. C’est pourquoi, la Région, le Département de l’Hérault, Montpellier Méditerranée Métropole et les collectivités concernées [2] se mobilisent afin de porter la candidature pour la création du « Service express régional métropolitain (SERM) Montpellier Méditerranée ».

Dans une société moderne, les individus doivent avoir la liberté d’être reliés, de se déplacer. Avec le SERM, chacun trouvera près de chez soi le mode de déplacement adapté à ses besoins.

Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie.

Une mobilisation exceptionnelle

Parce que ce défi de grande ampleur nécessite un engagement financier de l’Etat à la hauteur des enjeux climatiques et des besoins de ce territoire, l’ensemble des acteurs s’est réuni afin de construire le futur des mobilités. Les "1ères rencontres des mobilités urbaines et territoires" ont donc été organisées le 23 mai à Montpellier par la Région, le Département de l’Hérault et Montpellier Méditerranée Métropole. Une mobilisation identique avait été organisée en janvier pour la candidature du Service express régional métropolitain de Toulouse.

Un « choc » d’offres de transports d’ici 2034

Au vu des perspectives démographiques et économiques de la ville, si rien ne change, le trafic routier augmentera de 20% d’ici 2030.

Grâce au SERM, il y aura des trains toutes les 10 minutes en heure de pointe sur l’axe Sète-Montpellier-Nîmes.

Pour réduire les embouteillages et faciliter la desserte de tous les territoires, la création du SERM Montpellier Méditerranée est indispensable. Il reliera l’agglomération de Sète, les métropoles de Nîmes et Montpellier et permettra de mieux desservir toutes les villes autour. Le SERM amplifiera le développement des transports collectifs afin qu’ils soient plus nombreux, plus fiables, plus confortables et mieux connectés les uns aux autres.

Avec plus de 100 trains par jour, la ligne ferroviaire littorale structure les mobilités sur l’axe Sète-Montpellier-Nîmes. Le SERM Montpellier Méditerranée viendra renforcer cette colonne vertébrale en proposant des trains plus nombreux de 5h à 23h et en augmentant la capacité d’emport. L’objectif est de proposer six trains par heure de pointe, soit un train toutes les 10 minutes en moyenne.

La création de la ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan est primordiale pour améliorer le cadencement et la ponctualité de la ligne littorale. Elle permettra de libérer des sillons ferroviaires pour faire circuler plus de trains de proximité.

Optimiser les mobilités de chacun

Dans les communes qui ne sont pas directement desservies par le train, une nouvelle offre de cars express et de bus à haut niveau de service sera mise en place. Les temps de parcours seront améliorés grâce à la création de voies dédiées leur permettant d’éviter les bouchons. Et en heure de pointe, la fréquence sera comprise entre 10 et 15 minutes.

Enfin, pour permettre à chacun de réaliser l’intégralité de ses déplacements en limitant l’usage de la voiture individuelle, de nouveaux Pôles d’Echanges Multimodaux (PEM) seront créés, comme à Villeneuve-lès-Maguelone ou Saint-Césaire. Trains, cars, tramways, bus, vélos, covoiturage… En connectant tous les modes de transport dans un même lieu (accessible aux personnes à mobilité réduite) avec une billettique unique, les habitants pourront se déplacer plus facilement. De nouvelles pistes cyclables seront également créées.

La mobilité des habitants en chiffres [3]

75%
utilisent majoritairement la voiture individuelle pour les trajets du quotidien
49%
sont prêts à renoncer à utiliser leur véhicule personnel pour les trajets du quotidien
85%
sont favorables au développement des SERM en Occitanie

Les dates clés du SERM Montpellier Méditerranée

2025-2027 :
• Mise en service de la ligne 5 de tramway et extension de la ligne 1
• Car express Montpellier Cœur d’Hérault (vers Gignac), car express Montpellier-Pic Saint-Loup, car express Mauguio-Montpellier (1ères phases)
• Bustram entre la place de l’Europe (Montpellier) et Castries, ainsi qu’entre Gennevaux (Montpellier) et Cournonsec

2028-2030 :
• Réalisation du des Pôles d’Echanges Multimodaux (PEM) de Villeneuve-lès-Maguelone, de Frontignan, de Saint-André-de-Sangonis, etc.
• Liaison Intercantonale d’Evitement du Nord (LIEN)
Contournement ouest de Montpellier : utilisation des voies réservées
• Car express Montpellier/Garcia Lorca - Poussan

2031-2034 :
• Mise en service de la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP) > mise en place du cadencement sur l’axe Sète-Montpellier-Nîmes (toutes les 10 minutes)
• Réalisation du des Pôles d’Echanges Multimodaux (PEM) de Sablassou (Castelnau-le-Lez) et de Saint-Césaire (Nîmes).

[1Source : TomTom Traffic Index 2023

[2Nîmes Métropole, Communauté de communes du Clermontais, Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup, Communauté de communes Lodévois et Larzac, Lunel Agglomération, Pays de l’Or agglomération, Sète Agglopôle, Communauté de Communes Vallée de l’Hérault, Hérault Transport

[3Sondage exclusif IFOP/Région Occitanie. Enquête menée en ligne du 14 au 20 mars 2024 auprès d’un échantillon de 800 personnes, représentatif de la population de l’Hérault et de l’agglomération de Nîmes âgée de 18 ans et plus

La saison des transhumances reprend en Occitanie

La saison des transhumances reprend en Occitanie 
Venez vivre une tradition forte du pastoralisme désormais inscrite au Patrimoine Mondial Unesco 
Rendez-vous ce week-end dans l'Aveyron ou en Lozère pour accompagner les troupeaux vers les estives http://tourisme-occitanie.com/.../fete-de-la.../

Une centaine de lycéens en visite au Mémorial de Rivesaltes pour travailler sur la mémoire de la Shoah

Près de deux mois après leur déplacement à Auschwitz, plus d’une centaine de lycéens se rendront ce mercredi 22 mai au Mémorial de Rivesaltes pour visiter le lieu de mémoire, revenir sur leur déplacement et restituer leurs travaux sur la Shoah, en présence notamment de Guillaume de Almeida Chaves, conseiller régional délégué à la jeunesse, et de membres du Conseil Régional des Jeunes (CRJ).

 

L’organisation du déplacement à Auschwitz du 27 mars dernier suivi par cette journée de travail et de mémoire au Mémorial de Rivesaltes s’inscrit dans le cadre du Plan régional de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, déployé dès 2020 par la Région Occitanie, et dans la démarche « Occitanie, terre de résistances » lancée par la Région en février dernier pour faire vivre l’histoire et les valeurs de la résistance dans toute l’Occitanie en 2024 et 2025, à travers des rendez-vous mémoriels et des temps d’échanges.

 

Six lycées seront représentés : Alphonse Daudet de Nîmes (30), Jean-Baptiste Dumas d’Alès (30), Victor Hugo de Lunel (34), Ernest Ferroul de Lézignan-Corbières (11), Pierre-Paul Riquet de Saint-Orens (31) et Alexis Monteil de Rodez (12).

Plus d’informations sur le plan régional de lutte contre le racisme et l’antisémitisme : https://www.laregion.fr/plan-racisme-et-antisemitisme

Carole Delga aux côtés des acteurs de l’innovation au Salon VIVA Technology 2024

Pour la 8ème édition du Salon VIVA Technology la Région Occitanie à travers son agence AD’OCC valorise le savoir-faire et l’innovation des entreprises régionales, souvent des TPE et PME, qui contribuent à l’innovation française et au développement du paysage technologique mondial. Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et présidente de Régions de France, se déplacera au salon le mercredi 22 mai aux côtés de Jalil Benabdillah, vice-président délégué Economie, Emploi, Innovation, et Réindustrialisation.

 

Programme prévisionnel :

 

08h30 – 09h30 : Petit-déjeuner d’inauguration du Salon Vivatech, en présence des Présidents du Groupe Publicis et du Président du Groupe Les Echos, ainsi que la délégation japonaise

Non ouvert à la presse

 

09h45 – 10h30 : Cérémonie d’ouverture du salon

Stage One

 

10h45 – 11h00 : Mot d’accueil de la présidente sur le pavillon auprès des exposants d’Occitanie

Agora Occitanie

 

11h00 – 11h30 : Echange avec la presse – La présidente va faire à cette occasion 3 annonces en faveur de l’innovation en Occitanie - Accréditation obligatoire

Pavillon Occitanie – Hall 1 Allée H Stand 22

 

11h30 – 12h00 : Déambulation de la présidente à la rencontre des exposants d’Occitanie

Hall 1 Allée H

 

12h00 – 12h45 : Visite et rencontre des stands de jeunes start-ups exposant leurs prototypes IA aux côtés des Présidentes et Présidents de Région ainsi que les Vice-présidents Économie en Région

Avenue de l’Intelligence Artificielle

 

12h45 – 13h15 : Echange avec la presse aux côtés des Présidentes et Présidents de Région ainsi que les Vice-présidents Économie en Région

 

13h20 – 13h50 : Visite du Stand CNRS et signature d’une déclaration commune Régions de France et CNRS  

Hall1 Allée J Stand 49

 

14h – 14h40 : Rendez-vous avec Yann Le Cun, responsable scientifique IA de META

 

15h – 15h45 : Rendez-vous avec Béatrice Kosowski, présidente IBM France

 

 

15h50-16h20 : Rendez-vous avec Oleksandr Bornyakov, Ministre délégué de la Transformation Digitale au sein du ministère du développement de l’Industrie IT de l’Ukraine

 

La Région et la Métropole présentent leur candidature pour le RER métropolitain et l’ensemble des acteurs se mobilisent pour construire le futur des mobilités

Jeudi 23 mai à 9h00

Centre Rabelais – 29 Bd Sarrail 34 000 Montpellier

 

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, et Michaël Delafosse, président de Montpellier Méditerranée Métropole, en présence notamment de François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault, Kléber Mesquida, président du Département de l’Hérault, Franck Proust, président de Nîmes Métropole, et des élus du territoire, réuniront jeudi 23 mai prochain l’ensemble des acteurs concernés pour évoquer les mobilités de demain et porter auprès de l’Etat la candidature montpelliéraine au statut de Service Express Régional Métropolitain (SERM) pour la mise en œuvre d’un RER métropolitain dans l’aire urbaine de Montpellier.  

 

La Région Occitanie et Montpellier Méditerranée Métropole, en étroite collaboration avec le Département de l’Hérault, Nîmes Métropole, ainsi que les intercommunalités du Grand Pic Saint-Loup, de la Vallée de l’Hérault, du Lodévois et Larzac, du Pays de Lunel, du Pays de l’Or, de Sète Agglopôle et du Clermontais, en partenariat avec les associations d’usagers, Hérault Transport et la SNCF, se rassembleront pour analyser les grands défis de la mobilité dans l’aire urbaine de Montpellier et poser les bases d’un scénario réaliste de Service Express Régional Métropolitain (RER).

 

Au cours de cette matinée, l’ensemble des collectivités formaliseront une déclaration commune de candidature auprès de l’Etat.

 

Déroulé :

 

9h00 : Lancement des 1ères Rencontres Mobilités Urbaines et Territoires

 

Parmi les temps forts :

  • Ouverture des 1ères Rencontres Mobilités Urbaines et Territoires par Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, et Michaël Delafosse, président de Montpellier Méditerranée Métropole ;

 

  • Présentation de la loi SERM et des engagements de l’Etat par François-Xavier Lauch, préfet de l’Hérault ;

 

  • Etat des lieux des mobilités urbaines, péri-urbaines et rurales par Jean-Clément Ulles, doctorant en géographie et aménagement de l’espace à l’Université Paul Valéry Montpellier III, Olivier Bouhet, enseignant-chercheur en géographie des transports à l’Université Paul Valéry Montpellier III, et Frédéric Dabi, directeur général de l’IFOP. Ce dernier présentera un sondage exclusif réalisé pour l’occasion sur les habitudes de mobilités des habitants de l’aire montpelliéraine ;

 

  • Table ronde : quelle candidature pour le SERM Montpellier Méditerranée ? Avec Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, Kléber Mesquida, président du Département de l’Hérault, Michaël Delafosse, président de Montpellier Méditerranée Métropole, Christian Perrot, président de la fédération nationale des associations d’usagers des transports, Céline Scornavacca, vice-présidente de la fédération des usagers de la bicyclette, et Catherine Trévet, directrice régionale de SNCF Réseau ;

 

11h30 : Conférence de presse de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, Kléber Mesquida, président du Département de l’Hérault, et Michaël Delafosse, président de Montpellier Méditerranée Métropole, en présence des présidents des EPCI, pendant laquelle sera signée la déclaration de candidature au SERM montpelliérain.

Le retour du Festival Total Festum en Occitanie pour une culture vivante

Le retour du Festival Total Festum en Occitanie pour une culture vivante ! 

 

Le jeudi 16 mai, la Région Occitanie lancera officiellement la nouvelle édition du festival Total Festum en territoire catalan, au site de La Font del Port (66). Festival culturel populaire et festif, la Région propose un programme à son image pour le lancement de cette nouvelle édition : langues et cultures catalanes et occitanes, création contemporaine et biodiversité.

 

« Nos langues régionales sont vivantes et sont pour nous des richesses qu’il faut entretenir. Le festival Total Festum a vocation à partager, diffuser et sensibiliser le plus grand nombre au catalan et à l’occitan. Convivial, familial, intergénérationnel, ce festival reflète des valeurs fédératrices qui me sont chères. Je suis fière que cette année encore les habitants (re)découvrent et s’initient à nos langues régionales, dans tous les territoires. Riche de la diversité de ses langues, l’Occitanie veille sur le catalan et l’occitan comme autant de trésors du passé que d’atouts pour l’avenir de notre République. » a notamment déclaré Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.

 

Concerts, spectacles, rituels traditionnels du solstice d’été, ateliers, lectures, jeux, sports, balades, gastronomie : à partir du 16 mai et jusqu’au 9 juillet 2024, ce sont plus d’une centaine d’événements qui seront organisés majoritairement par des associations, sur l’ensemble du territoire régional, pour faire découvrir les langues, le patrimoine et les cultures catalanes et occitanes. Plus de 75% de ces actions de médiation seront bilingues.

Retrouvez ici la liste de l’ensemble des événements ici

Dès le printemps, retrouvez les lieux, dates et programmes sur cette page ou sur la page Facebook "Parlem una cultura viva"

 

 

Le festival Total Festum fêtera son lancement le jeudi 16 mai, à partir de 17h. Après un après-midi dédié aux scolaires, le site de La Font del Port accueillera le grand public en fin de journée pour une fête simple et conviviale autour de la langue et culture catalanes et de la biodiversité de la lagune. Le public pourra ainsi admirer et visiter les barques traditionnelles catalanes de Bonanca, s’initier au matelotage, et à la sardane et profiter d’une balade ornithologique ainsi que d’une sieste sonore bilingues.

 

Plan « Cultura viva » : 30 mesures concrètes pour soutenir les langues régionales

 

Depuis 2023, ce plan de soutien aux langues et cultures catalanes et occitanes s’appuie sur 30 actions concrètes qui visent notamment à :

- Développer la présence des langues régionales dans la société (signalétique des lycées, SNCF et bâtiments régionaux, espace numérique, communication, PNR) ;

- Renforcer la place des langues et des cultures régionales dans l’enseignement (convention Région / Education Nationale, ouverture de sections bilingues) ;

- Encourager les outils numériques d’apprentissage (projets éducatifs et outils pédagogiques) ;

- Accompagner les communes dans leurs projets ;

- Poursuivre le soutien aux opérateurs régionaux (réaménagement du CIRDOC pour l’accueil des scolaires, nouvelles conventions avec l’Office Public de la langue occitane et l’Office public de la langue catalane pour développer l’enseignement de la maternelle au lycée etc.).

 

+ d’informations sur ce plan : https://www.laregion.fr/En-Occitanie-les-langues-regionales-donnent-de-la-voix

440 journaux anciens d’Occitanie à feuilleter sur Gallica

440 journaux anciens d’Occitanie à feuilleter sur Gallica

Les revues, gazettes et quotidiens d’antan des villes et villages d’Occitanie sont désormais accessibles à toutes et à tous en version numérique. Ce nouvel accès permet aux habitants d’Occitanie d’explorer le passé sous les angles historique, culturel, sociologique, humoristique parfois, ou tout simplement d’en apprendre davantage sur le quotidien et l’actualité de leurs ancêtres.

Consulter la presse ancienne d’Occitanie

 

La mise en ligne de ce patrimoine est rendue possible grâce au partenariat noué entre l’État, au travers de la Direction régionale des affaires culturelles, la Région Occitanie, la Bibliothèque nationale de France et Occitanie Livre & Lecture au sein d’un Pôle associé régional. Celui-ci porte un ambitieux programme de numérisation du patrimoine écrit et de sa conservation dans l’outil d’archivage pérenne SPAR (Système de Préservation et d’Archivage Réparti).

Il s’appuie sur un maillage solide de 44 partenaires sur l’ensemble de la région (départements et leurs archives, métropoles, communautés d’agglomération, communes et leurs archives et bibliothèques, établissements publics, associations).

Cette dynamique se traduit par une forte progression de l’offre en ligne : 2 540 807 pages dans la bibliothèque numérique de la BnF, Gallica.

 

Cette action est à la fois pionnière et exemplaire de par le volume d’archives traitées et l’implication de tout un territoire. Aujourd’hui, alors que l’intégration dans Gallica des données déjà numérisées s’achève, le Pôle associé poursuit cette opération, devenue en 2024 l’une des priorités du ministère de la Culture.

 

La numérisation de la presse ancienne est une initiative historique en région Occitanie : depuis l’origine des conventions conclues sur le territoire régional, tant du côté Languedoc-Roussillon (2007) que du côté Midi-Pyrénées (2011), elle figure dans les missions que se sont données les pôles associés régionaux.

 Journal, Article, Liberté De La Presse

Fête de la Nature 2024, rendez-vous du 22 au 26 mai 2024

Fête de la Nature 2024, rendez-vous du 22 au 26 mai 2024

Du 22 au 26 mai, la Fête de la Nature, le plus grand évènement annuel français célébrant le monde vivant dans sa richesse et sa diversité, met en lumière un programme varié de près de 10 000 animations gratuites sur plus de 2 000 lieux partout en France.Repérez dès maintenant les animations près de chez vous sur fetedelanature.com. Et profitez-en, sortez, respirez l'air frais du printemps, profitez des chants des oiseaux, des couleurs et des senteurs de l’herbe, des fleurs et des insectes. Faites-vous plaisir en retrouvant le goût de toute cette vie qui nous entoure !

La Fête de la Nature a été créée en 2007, pour célébrer la nature et le plaisir de la découvrir près de chez soi. Elle est portée par tous ceux, professionnels ou non, qui souhaitent partager leur passion de la biodiversité avec le plus grand nombre.

Une biodiversité fragile, menacée, que beaucoup souhaitent protéger. Mais comment agir si les modes de vie deviennent de plus en plus urbain, si la surexposition aux écrans éloigne de la vie des forêts, des ruisseaux, des bords de chemin ? Comment retrouver une familiarité avec la nature ? C’est là que la Fête de la Nature prend tout son sens, en proposant des animations gratuites -une condition essentielle pour figurer dans le programme officiel sur fetedelanature.com - et ouvertes à tous en pleine nature. Cette célébration offre l’opportunité de reprendre contact avec la diversité du monde vivant, en compagnie de naturalistes qui aideront leurs publics à redécouvrir ce que beaucoup ont perdu l’habitude de regarder.

La Fête de la Nature propose des rencontres et des animations dans des espaces naturels protégés ou simplement soigneusement gérés par les collectivités ou les entreprises qui en ont la responsabilité, mais aussi dans des rues, parcs et jardins des villes et villages, des hôpitaux, des résidences pour personnes âgées, dans les cours des écoles, les exploitations agricoles soucieuses de se passer de pesticides, les jardins que les propriétaires sont fiers d’avoir rendu plus naturels…Et, pour ouvrir aussi la Fête à ceux qui sont, plus que d’autres, privés de nature, des temps seront dédiés aux personnes placées sous main de justice dans le cadre d’un partenariat avec l’Administration pénitentiaire.

Pour trouver l’activité près de chez soi, plusieurs entrées sont proposées sur fetedelanature.com, le site officiel de la Fête de la Nature

Des entrées thématiques proposent de partager un pique-nique pédagogique, regarder la nature d’un autre œil, découvrir les espaces naturels protégés, donner un coup de pouce à la science naturaliste, visiter le jardin des ses voisins, vivre la nature la nuit, faire connaissance avec la nature en ville, participer à un atlas de la biodiversité communale, écouter les sons de la nature ou encore explorer les milieux naturels humides.

Le zoom sur certaines programmations comme les activités mêlant sports et nature à l’initiative de la LPO, des jeux de pistes numériques avec l’application Explorama, des activités à l’international

Les programmes sont aussi visibles par régions :

L’ensemble du programme 2024 est consultable sur https://fetedelanature.com/programme-complet


A propos de la Fête de la Nature

Depuis sa création en 2007, la Fête de la Nature mobilise chaque année, autour du 22 mai (journée internationale de la biodiversité), des associations, des collectivités, des entreprises, des écoles, des particuliers… pour l’organisation d’animations gratuites et ouvertes à tous en immersion dans la nature. Son objectif : permettre à tous de renouer un lien fort avec la nature. A travers le site internet fetedelanature.com, les organisateurs sont accompagnés dans la mise en place de leurs évènements et bénéficient de ressources pédagogiques et d’un kit de promotion.

Historiquement soutenue par le Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, et par l’Office Français de la biodiversité depuis sa création, la Fête de la Nature a mobilisé en 2023 plus de 1300 acteurs sur tout le territoire. Elle est pilotée par 40 partenaires nationaux impliqués pour la préservation de la nature, parmi lesquels de grandes associations, des établissements publics et des acteurs privés tels que EDF, la MGEN, RTE. La Fête de la Nature est aujourd’hui l’un des objectifs de mobilisation du Gouvernement français dans le cadre de sa Stratégie Nationale de la Biodiversité 2030.

Top départ pour les aménagements ferroviaires au nord de Toulouse

Lancé le mardi 7 mai, le chantier des « Aménagements ferroviaires au nord de Toulouse » (AFNT) marque la première étape, et un maillon indispensable, de la future ligne à grande vitesse Toulouse-Bordeaux-Dax.

Les nouveaux aménagements ferroviaires au nord de Toulouse permettront de faciliter les déplacements du quotidien et d’améliorer la qualité de vie des habitants.

La future ligne à grande vitesse Toulouse-Bordeaux-Dax, ça commence maintenant, avec la pose ce mardi 7 mai de la première pierre des Aménagements ferroviaires au nord de Toulouse (AFNT) [1]. Cette opération chiffrée à 900 millions d’euros prévoit d’aménager sur 19 km au nord de Toulouse la ligne ferroviaire existante. Elle va passer à quatre voies (deux rapides à 160 km/h et deux lentes à 130 km/h) entre le nord de Saint-Jory, lieu de contact avec la future ligne nouvelle Bordeaux-Toulouse, et la gare de Toulouse-Matabiau.

Des travaux de réaménagement et de mise en accessibilité auront lieu dans les gares et haltes de Castelnau d’Estrétefonds, Saint-Jory, Fenouillet Saint-Alban, Lacourtensourt, Lalande Église et Route de Launaguet (halte à proximité de l’arrêt « La Vache » de la ligne B et de la future ligne C du métro toulousain). Le chantier AFNT, ce seront aussi 67 km de caténaires nouvelle génération, 12 ouvrages d’art, plus de 7 km d’écrans anti-bruit et 3 km de murs de soutènement.

C’est une étape cruciale du projet de ligne à grande vitesse Toulouse-Bordeaux-Dax. Dans quelques années, Toulouse et l’Occitanie seront enfin connectées à la grande vitesse. Vers Paris d’une part, mais aussi vers le Sud de l’Europe. Cette infrastructure permettra d’augmenter la fréquence des trains du quotidien.

Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie et de la société du GPSO.

Plus de capacité, de fluidité, de connexions
La connexion entre les trains et les autres transports communs sera facilitée.

En créant de nouvelles voies et en séparant les flux lents et rapides, l’opération AFNT améliorera la capacité des lignes et la fluidité du trafic des liO Trains, du fret et de la future ligne à grande vitesse. En outre, la connexion entre les trains et les réseaux de transports collectifs de l’agglomération toulousaine sera améliorée, avec une desserte au ¼ heure (aux heures de pointe) de tous les points d’arrêts, depuis Castelnau d’Estrétefonds jusqu’à la gare de Toulouse-Matabiau. Ce sera la première brique du futur Service Express Régional Métropolitain (SERM) Toulousain.

Grâce à ces aménagements ferroviaires, l’offre des liO Trains passera de 58 trains en 2024 à 92 en 2032.

Le GPSO, un atout pour l’Occitanie

La ligne à grande vitesse Toulouse-Bordeaux-Dax permettra de relier plus rapidement Toulouse à Paris et au sud de l’Europe.

Les Aménagements ferroviaires au nord de Toulouse (AFNT) s’inscrivent dans le Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest, « chaînon manquant » du réseau ferroviaire européen. Un projet plébiscité par 8 Français sur 10 et 9 Espagnols sur 10 [2]. Le GPSO, ce seront 418 km de nouvelles lignes à grande vitesse réparties sur deux phases.

La phase 1 couvre l’AFNT [3], des aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux, les lignes et gares nouvelles entre Toulouse et Sud-Gironde/Bordeaux et Bordeaux-Dax pour un total de 14 milliards d’euros courants. La Société du GPSO en porte le financement : le « bloc » de 25 collectivités d’Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine en porte 40%, l’État 40% également et l’Europe est attendue pour 20%. À terme, le trajet Toulouse-Bordeaux prendra 1h05 (gain : 1h05) et un Toulouse-Paris 3h10 (gain : 1h).

[1par la Région Occitanie, l’État, SNCF Réseau, SNCF Gares & Connexions, le Département de la Haute-Garonne et la Métropole de Toulouse

[2Source : sondage réalisé par Odoxa en mars 2024 pour SNCF Réseau et la Société du GPSO

[3La phase 2 concernera la liaison Dax-Espagne