Sciences

La Nuit des étoiles

Journée portes ouvertes, visite libre du Musée et du site archéologique de 10h à 13h et de 15h à 19h (dernière entrée 1h avant la fermeture).
En amont de la 33e édition des Nuits des Etoiles sur la thématique “la quête des origines”, venez profiter de la beauté du ciel estival avec l’Association Sétoise d’Astronomie en Pays de Thau. Possibilité de pique-niquer sur place.
De 15h à 19h : Observations du soleil
Et si vous observiez le soleil et ses éruptions grâce à une lunette adaptée ? Découvrez notre système solaire grâce à des observations et des maquettes. Tout public.
De 16h à 17h : Quizz Spécial Astro 
Venez-vous tester et mesurez-vous à Richard, astrophysicien qui vous proposera un atelier questions/réponses autour de l’astronomie. Tout public dès 8 ans.
De 17h à 18h30 : “Voyage lunaire habité : l’exploration spatiale, d’Apollo à Artémis"
Un possible retour des hommes sur la Lune ? Venez poser toutes vos questions aux astronomes ! Missions lunaires et histoire de l’astronomie n’auront plus de secrets pour vous ! Tout public.
20h30 : Conférence à la belle étoile “Mythologie et Astronomie”
L’histoire des grands mythes avec Gabriel Blasco qui répondra à toutes vos questions lors de cette conférence à ciel ouvert. Tout public.
21h30 : Conférence “Les aurores boréales : origine et observation“
Qu’est-ce qu’une aurore boréale ? Comment se produit ce phénomène ? Explications et descriptions par Gilles Santacana, président de l’ASAT.
22h à 01h : Observation "La tête dans les étoiles"

Dès la nuit tombée, rejoignez-nous pour une observation au télescope du ciel profond.
Tout public - Entrée libre et gratuite.

Espace : première observation d’un trou noir qui se réveille en direct

Selon France InfoTrou Noir, Faux, Abstrait, Photoshop

On assiste pour la première fois au réveil d’un trou noir. Les astrophysiciens ont vu ce trou noir, situé à environ 300 millions d'années-lumière de la Terre s’activer : tout à coup, les gaz autour de lui sont devenus très brillants. 

C’est un phénomène qu’on cherche depuis longtemps à observer, pour comprendre comment les trous noirs qui règnent au cœur des galaxies les structurent : le réveil d'un trou noir. Mathilde Fontez, rédactrice en chef du magazine scientifique Epsiloon, revient sur cette observation qui vient d’être publiée par une équipe internationale d’astrophysiciens.

franceinfo : Ces astrophysiciens ont suivi en direct le réveil de ce trou noir ? 

Mathilde Fontez : Oui, ils ont vu un trou noir qui tout à coup, se met à avaler le gaz autour de lui, qui se met à l’attirer, le chauffer, jusqu’à ce qu’il se mette à briller au point d’être visible à des centaines de millions d’années-lumière. .......

Voir et lire : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-billet-sciences-du-week-end/espace-premiere-observation-d-un-trou-noir-qui-se-reveille-en-direct_6580235.html

La Nuit des étoiles, dans moins d'un mois

Journée portes ouvertes, visite libre du Musée et du site archéologique de 10h à 13h et de 15h à 19h (dernière entrée 1h avant la fermeture).
En amont de la 33e édition des Nuits des Etoiles sur la thématique “la quête des origines”, venez profiter de la beauté du ciel estival avec l’Association Sétoise d’Astronomie en Pays de Thau. Possibilité de pique-niquer sur place.
De 15h à 19h : Observations du soleil
Et si vous observiez le soleil et ses éruptions grâce à une lunette adaptée ? Découvrez notre système solaire grâce à des observations et des maquettes. Tout public.
De 16h à 17h : Quizz Spécial Astro 
Venez-vous tester et mesurez-vous à Richard, astrophysicien qui vous proposera un atelier questions/réponses autour de l’astronomie. Tout public dès 8 ans.
De 17h à 18h30 : “Voyage lunaire habité : l’exploration spatiale, d’Apollo à Artémis"
Un possible retour des hommes sur la Lune ? Venez poser toutes vos questions aux astronomes ! Missions lunaires et histoire de l’astronomie n’auront plus de secrets pour vous ! Tout public.
20h30 : Conférence à la belle étoile “Mythologie et Astronomie”
L’histoire des grands mythes avec Gabriel Blasco qui répondra à toutes vos questions lors de cette conférence à ciel ouvert. Tout public.
21h30 : Conférence “Les aurores boréales : origine et observation“
Qu’est-ce qu’une aurore boréale ? Comment se produit ce phénomène ? Explications et descriptions par Gilles Santacana, président de l’ASAT.
22h à 01h : Observation "La tête dans les étoiles"

Dès la nuit tombée, rejoignez-nous pour une observation au télescope du ciel profond.
Tout public - Entrée libre et gratuite.

Les étudiants Sétois de Sèt' Expo Sciences brillent à l'Expo Sciences Occitanie 2024 À Toulouse

Durant deux jours, les 7 et 8 juin, Axel, Damien, Ludovic et Jamy, lauréats de la dernière Expo Sciences 2024 et étudiants au lycée Joliot-Curie de Sète, ont participé à l’Expo Sciences Occitanie à Toulouse.

Photo Sèt'expo sciences

 
Sèt' Expo Sciences communique :

"Leur projet de ruche connectée permet aux apiculteurs de surveiller à distance leurs ruches en mesurant des paramètres critiques comme la température, l’humidité, le poids ou encore les sons et fréquences émis par les abeilles. Cette solution permet aux apiculteurs d’être alertés si l’un des paramètres suivis est hors de la norme, comme par exemple une température ou hulidité trop élevée.

L’intrusion des frelons asiatiques, qui met en alerte les abeilles et change le rythme du battement de leurs ailes, est détectée grâce au capteur de sons et de fréquences. Ainsi, l’apiculteur est immédiatement alerté et peut intervenir pour sauver sa ruche.

L’intérêt pour nos quatre Sétois de participer à l’Expo Sciences Occitanie était également de découvrir les autres projets présentés par des délégations régionales et internationales. En effet, la region Occitanie représentée par des jeunes de Carcassonne, Figeac ou encore Toulouse était largement complétée par des jeunes scientifiques venus d’Allemagne, du Luxembourg et même du Mexique.
Pendant ces deux jours, nos étudiants ont pu présenter leur projet, participer à des ateliers scientifiques et assister à des conférences tout en échangeant avec les autres groupes présents à Toulouse.

La participation de Sèt’Expo Sciences à l’Expo Sciences Occitanie est le fruit d’une collaboration établie depuis de nombreuses années avec le CIRASTI (Comité International pour la Réalisation des Activités Scientifiques et Techniques Internationales).

Grâce à cet événement, Axel, Damien, Ludovic et Jamy ont non seulement eu l'opportunité de partager leur innovation, mais aussi d'enrichir leurs connaissances et d'élargir leur réseau avec d'autres passionnés de science et de technologie."

Le premier condensat de molécules

Selon France Info

Cela fait 30 ans que les physiciens réussissent à faire des condensats avec des atomes. Et cela faisait 10 ans qu’ils essayaient avec des molécules. Ça y est : voici le premier condensat de Bose-Einstein constitué de 1000 molécules.

Cellule, Atome, Molécule, Biologique 

Hervé Poirier, rédacteur en chef au magazine scientifique Epsiloon nous parle du premier "condensat de Bose-Einstein moléculaire". Cela fait un peu peur dit comme ça...

franceinfo : De quoi s'agit-il ?

Hervé Poirier : C’est assez simple, en fait. Et tout à fait fascinant : cela montre l’extravagance du monde dans lequel nous vivons. Il s’agit de molécules toutes bêtes, constituées de deux atomes, un de sodium et un de césium. Il y en a 1000 comme ça : une sorte de mini-gaz. Des physiciens américains ont réussi la prouesse de transformer ces 1000 entités distinctes en un seul et même objet matériel. 

Physiquement parlant, les molécules ne sont plus séparées. Elles se sont littéralement fondues ensemble, en une entité stable et cohérente : un condensat. Un peu comme une foule désordonnée qui, tout d’un coup, se mettrait à bouger à l’unisson. Au vu des équations quantiques, Albert Einstein et le physicien indien Satyendranath Bose avaient prédit, en 1925, qu’un tel phénomène était possible. 

Il a fallu attendre les années 90 pour réussir à réaliser ce tour de magie, avec des atomes. Là, c’est avec de la matière plus structurée..........

Aller plus loin : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-billet-sciences-du-week-end/le-premier-condensat-de-molecules_6553799.html

Campagne 2024 des Herbiers de Thau : Nouvelle plongée dans la « forêt bleue » !

herbiers zosteres thau

Photo SMBT

La lagune de Thau, classée Natura 2000, abrite, sur un tiers de sa surface l’un des plus vastes herbiers de Zostères d’Europe (presque 3 000 ha). Chaque année depuis 2016, le SMBT anime une campagne de sensibilisation sur toutes les plages du pourtour de la lagune.

Véritable nurserie à poissons et précieux abris pour des espèces emblématiques comme l’hippocampe, ces prairies marines participent à l’oxygénation de l’eau, filtrent les particules et limitent l’érosion. Saviez-vous que les herbiers sous-marins, parfois appelés « forêts bleues », sont plus efficaces que les arbres d’Amazonie face au changement climatique ?

 Calendrier des animations 2024

bandeau campagne-herbier

 

Une vingtaine d’animations sont proposées en juillet et août sur les plages de Balaruc-les-Bains, Mèze, Bouzigues et Sète :

  • Balaruc-les-Bains (plage du poste de secours) : le mardi 16 juillet, les mercredis 10, 17, 24, 31 juillet ainsi que les mercredis 07, 14 et 21 août 2024 de 15h30 à 18h30,
  • Bouziques (plage Trémie & plage Pyramide) : les mardis 22 et 30 juillet ainsi que les mardis 06 et 20 août 2024 de 15h30 à 18h30,
  • Mèze (plage du Taurus) : les jeudis 18 et 25 juillet ainsi que les jeudis 08 et 22 août 2023 de 15h30 à 18h30,
  • Sète (plage des Mouettes) : le mardi 16 juillet et le mercredi 07 août 2023 de 15h30 à 18h30

Des animations auront également lieu aux Glénans à Marseillan (dates prochainement communiquées), une école de navigation également très active pour la préservation de la lagune de Thau.

 

poster-a-la-decouverte-du-monde-des-herbiers

La campagne embarque sur la navette marine !

Le dispositif mis en place en 2023 ayant remporté un franc succès, la campagne herbiers embarque à nouveau cet été sur la navette maritime Sète-Mèze !

Plusieurs actions de sensibilisation sont prévues à bord :

  • le lundi 22 juillet : 14h30 (Mèze-Sète) / 16h30 (Sète-Mèze)
  • le lundi 12 août : 14h30 (Mèze-Sète) / 16h30 (Sète-Mèze)
  • le lundi 19 août : 14h30 (Mèze-Sète) / 16h30 (Sète-Mèze)

L’animateur sera aisément identifiable grâce au tee-shirt aux couleurs de la campagne.

A noter que l’Office de tourisme proposent d’autres animations aquatiques durant tout l’été.

video campagne herbier tahu

 

 

 

 

 

 

*Initiée et financée par le SMBT dans le cadre de l’animation du site Natura 2000 « Herbiers de l’étang de Thau », cette campagne est animée par le CPIE du Bassin de Thau

EXPO 2024 : 3 jours de fête, de jeux et de conférences avec l’Expo 2024

Les 25, 26 et 27 avril, près de 150 jeunes vont présenter 50 projets dans l’univers des Sciences et des technologies innovantes avec Set’expo Sciences à la salle Georges Brassens.

Inde : les restes du plus grand serpent de l’histoire découverts par des chercheurs

Selon Orangefr

Lire sur : https://actu.orange.fr/monde/inde-les-restes-du-plus-grand-serpent-de-l-histoire-decouverts-par-des-chercheurs-magic-CNT000002dzRzE.html

Des chercheurs viennent d’identifier des restes fossilisés, découverts en 2005, en Inde. Ils auraient appartenu au plus grand serpent ayant jamais existé : le Vasuki indicus, qui mesurait jusqu'à 15 mètres, a relayé “Le Parisien”, jeudi 18 avril.

Le Vasuki indicus vivait en Inde, il y a environ 47 millions d’années. Des chercheurs ont découvert son fossile dans une mine de lignite, à Kutch, dans l’État de Gujarat et l’ont identifié comme étant cette nouvelle espèce de reptile éteinte.

Ce serpent serait impressionnant par sa taille estimée qui pourrait surpasser tout ce que l'on connaissait jusqu’ici en matière de faune à écailles rampante et siffleuse, explique Le Parisien.

Le plus grand serpent ayant jamais existé ?

Ça vous tente un café sciences ?

Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’Café Sciences Proposé par Sèt' Exp Sciences Les Hippocampes Présenté par: Laura Meyer Chercheuse en post- doc à l'Institut des Sciences de l'Évolution de Montpellier (ISEM) Jeudi 22 février à 18h30 Salle Victor Meyer Sète. M cnrs Isem Sciences 'Evolution sete’
Proposé par Sèt'Expo Sciences, cet événement sera présenté par Laura Meyer, chercheuse en post-doc à l'Institut des Sciences de l’Évolution de Montpellier (ISEM).
Les hippocampes de l’Étang de Thau sont-ils vraiment spéciaux ? Réponse jeudi 22 février, à 18h30, à la salle Victor Meyer.
Qu’est-ce qui caractérise la génétique chez les populations d’hippocampes ?
Les hippocampes de l’Étang de Thau sont-ils vraiment spéciaux ?
Dans cette conférence elle présentera ses connaissances actuelles sur la structure génétique chez l’hippocampe moucheté (Hippocampus guttulatus), un modèle intéressant pour l’étude de la spéciation.
Gens, Filles, Femmes, Étudiants, Copains

Un programme expérimental à l’étude pour maitriser les risques d’inversac suite au dernier phénomène survenu sur la source de la Vise. (2)

Eaux souterraines : Un programme expérimental à l’étude pour maitriser les risques d’inversac suite au dernier phénomène survenu sur la source de la Vise. L’année 2023 est celle de tous les records(1) : pluviométriques, avec seulement 210 mm de cumul annuel sur Sète et piézométrique, avec des niveaux d’eau des nappes souterraines, montrant le plus bas niveau atteint depuis 1959 (début des enregistrements sur le territoire). Dans ces conditions, l’arrivée d’un nouvel inversac sur la source de la Vise était probable et prévisible.

Il est survenu le 18 octobre 2023 lors d’une tempête et une montée des niveaux de l’étang de Thau. Désormais un programme expérimental inédit en France est à l’étude et, grâce à la mobilisation de nombreux partenaires, celui-ci devrait s’engager cette année. Depuis le déclenchement en octobre 2023 d’un nouvel inversac, les eaux lagunaires s’engouffrent dans la source de la Vise à près de 230 litres/seconde de moyenne dans la nappe d’eau douce souterraine.

Il s’agit du huitième phénomène d’inversac connu depuis 1967.

Une concertation renforcée depuis un an Face à la sécheresse qui touche notre territoire et devant le risque d’inversac, de nombreuses réunions se sont déroulées dès le mois de juin 2023 pour échanger et débattre des stratégies à déployer. Les partenaires ont eu l’occasion d’échanger lors de deux Commissions Locale de l’Eau (CLE), une commission paritaire entre Maires et usagers de la lagune, une cellule de crise de suivi du phénomène suite au déclenchement et un comité technique d’expertise hydrogéologique.

A l’issue de ces différentes instances de concertation et sur la base des résultats et expertises hydrogéologiques apportés par le BRGM(3), notamment en lien avec le programme DEMEAU’Thau, les partenaires ont décidé le montage d’un programme expérimental sur la source de la Vise visant à limiter les intrusions d’eau salines en conditions d’inversac. Ainsi depuis 4 mois, les experts travaillent à la conception d’un programme expérimental sur la source sous-marine. Retour sur la cellule de crise Les données du réseau de suivi développé par le SMBT(2) dans le cadre du programme Dém’eaux se sont révélées exactes. Annoncé dans la nuit, suite à un niveau bas de l’aquifère et à une surcote marine de 55 cm, le débit de source de la Vise située à 30 mètres de fond sous la lagune de Thau s’est inversé, provoquant l’entrée des eaux de l’étang dans l’aquifère. En conséquence, mercredi 18 octobre a été réunie une cellule de crise en mairie de Balaruc-les-Bains, avec les parties prenantes et les experts compétents pour évaluer les risques et placer la source sous surveillance.

L’urgence à étudier une solution technique qui permette de pallier les entrées d’eaux saumâtres dans cette ressource stratégique pour le territoire a été rappelée par tous les acteurs en présence et notamment la Commune de Balaruc-les-Bains et Michel Garcia, Vice-Président du SMBT et Président de la Commission Locale de l’Eau.

  Une expérimentation inédite en France L’expérimentation qui est programmée sur la source de la Vise représente une première au niveau national sur la mise en place de solutions pour contenir l'intrusion d'eau salée dans les nappes souterraines. Le cas de Thau n'est pas un cas isolé et bien des territoires littoraux sont ou seront exposés dans le futur à des problématiques de salinisation des nappes d'eau douce en raison des connexions entre la mer et les aquifères. Les mesures de protection des aquifères d'eau douce en zone littorale représentent une solution de sauvegarde essentielle des réservoirs d'eau douce. Au-delà de l'enjeu local, la communauté scientifique, à travers le BRGM, est très mobilisée pour suivre sur cette expérimentation qui pourra amener d'autres territoires à se positionner sur des mesures de protection similaires.

Un projet qui s’affine

Ce programme a été présenté et discuté le jeudi 11 janvier dernier devant un comité de pilotage réunissant la préfecture de l’Hérault, La région Occitanie, le Département de l’Hérault, l’Agence de l’eau, Sète Agglopole Méditerranée et la commune de Balaruc-les- Bains en présence de François Commeinhes et Michel Garcia. Le SMBT porterait la maitrise d’ouvrage du projet et le BRGM sa réalisation qui s’étalerait sur 3 années pour un montant global de 500 000 €.

Ce programme serait découpé en 4 phases : 

La première consisterait à établir les dossiers d’autorisation (Loi sur l’Eau, Occupation du domaine public maritime),

La seconde phase permettrait de concevoir la pièce qui sera réalisée sur mesure puis déposée au fond à 27 mètres,

Les deux dernières phases consisteraient à établir des expériences testant des situations en débit « entrant » et « sortant », permettant d’évaluer l’efficacité de l’ouvrage et les réponses de l’aquifère.

Ces expériences permettront de tester un dispositif de réduction de l’impact d’un inversac et de suivre le comportement de l’hydro système, mais aussi d’expérimenter une solution de régulation de la ressource en eau douce souterraine afin d’évaluer les conditions permettant, le cas échéant, de limiter le déclenchement du phénomène d’inversac. Pour Michel GARCIA, Vice-président du SMBT et de Sète Agglopôle Méditerranée, Président de la Commission locale de l’eau et Conseiller municipal à Villeveyrac : « Ce programme expérimental est essentiel pour l'avenir de notre territoire. Protéger nos ressources en eaux souterraines douces des pollutions salines de plus en plus récurrentes et intenses nous permettra dans un contexte de changement climatique, de sécuriser les différents usages de l’eau et de garantir les équilibres écologiques de notre lagune. »

La concrétisation du programme et le calendrier de réalisation sont conditionnés autour de La table des financeurs qui ont d'ores et déjà acté une position de principe sur le financement de l'expérimentation. Ainsi l’Etat, la Région Occitanie, le Département de l’Hérault, Sète Agglopôle Méditerranée et la Ville de Balaruc-les-Bains ont confirmé leur engagement à soutenir le programme. Dans les prochaines semaines les détails du programme expérimental devraient être connus.

LE SAVIEZ-VOUS ? Coordonné par le BRGM, le programme Dem’eaux a été mené en partenariat avec d’autres unités de recherche : UMR Géosciences Montpellier, UMR Hydrosciences et une entreprise spécialisée en informatique (Synapse), ainsi que les gestionnaires de la ressource en eau du territoire, dont le Syndicat mixte du bassin de Thau. D’un montant de 5,3 millions d’euros, le financement du projet est assuré à 42% par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et la Région Occitanie (dans le cadre du Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020), à 11% par le fonds européen FEDER, à 17% par l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, à 4% par Montpellier Méditerranée Métropole, à 2% par Balaruc-les-Bains et à 1% par le Syndicat Mixte du Bassin de Thau. Le reste du financement du projet (23%) est apporté grâce à la participation financière de la plupart des partenaires dont le BRGM

Plus d’informations : https://vu.fr/izea Voir le reportage réalisé sur le phénomène d’inversac qui s’est produit dans la nuit du 17 au 18 octobre 2023 sur la source sous-marine de la Vise et diffusé dans le JT du 19/20 France 3 Languedoc-Roussillon du mardi 16 janvier 2024 (à partir de la minute 14’30) : https://vu.fr/hUNpl (1)

Record sur la période 1947-2023 (source : Météo-France) (2) SMBT : Syndicat mixte du bassin de Thau (3) BRGM : Bureau de Recherche de Géologie Minière, établissement scientifique et technique public)

LES EAUX SOUTERRAINES DE BALARUC-LES-BAINS : les conclusions de l'étude Dem'eaux Thau

aaaabathauIMG_20230523_184124Environnement
En mai 2023 de 18 h 00 à 20 h 00 au Piano Tiroir de Balaruc Les Bains avait lieu une conférence très instructive sur les nouvelles découvertes concernant les eaux souterraines de  Balaruc Les Bains.

 Grâce à elle vous alliez apprendre d’où vient l’eau souterraine du Bassin de Thau ? Comment se renouvelle-t-elle et à quel débit alimente-t-elle la lagune ? Peut-elle être exploitée et en quelle quantité ? Comment prévenir les phénomènes d’inversac de la Vise et de salinisation des eaux souterraines et thermales ?

En effet,  pour répondre à ces questions, il a été lancé, en 2017, le programme de recherches Dem’eaux Thau, piloté par le BRGM et co-financé par la Ville de Balaruc-les-Bains.


 Ce programme est maintenant terminé et à  l’heure où l’eau fait l’objet de toutes les attentions, une conférence grand public était la bienvenue afin de  présenter les conclusions de cette étude et les nouvelles découvertes sur les eaux souterraines dans la région de Thau – Balaruc et notamment sur les eaux thermales.

Une conférence animée par le BRGM à partir de Dem’Eaux Thau qui doit permettre une meilleure gestion des ressources en eau souterraine d’un aquifère côtier karstique

Le projet de recherche Dem’Eaux Thau (2017–2022) a eu pour objectif de mieux comprendre la structure et le fonctionnement d’un hydrosystème karstique complexe dans le secteur du Bassin de Thau, à l’Ouest de Montpellier. Il a permis de développer des outils de gestion des eaux souterraines à différentes échelles spatiales et temporelles.

Voici le constat de la situation en 2017, dressé par le BRGM

"Les ressources en eau souterraine des calcaires karstiques du Pli Ouest de Montpellier présentent un intérêt majeur pour le territoire, pour l’alimentation en eau potable (ville de Sète, Syndicat Intercommunal d’adduction en Eau Potable Balaruc-Frontignan, Syndicat Intercommunal d'adduction d'eau des communes du Bas Languedoc), mais également pour le développement économique, avec en particulier l’activité conchylicole/pêche dans l’étang, ainsi que pour le thermalisme sur la presqu’île de Balaruc-les-Bains (1ère station thermale en France avec plus de 50 000 curistes en 2019), et l’irrigation. Ce secteur est situé à la convergence d’eaux souterraines provenant de divers réservoirs superficiels et profonds : eaux karstiques froides des Causses d’Aumelas et de la Gardiole, eaux d’origine marine (étang et mer) et eaux thermales chaudes et minéralisées. Ces différents réservoirs sont en interaction les uns avec les autres selon des processus complexes dont les déterminants ne sont pas tous connus.

Cet aquifère karstique est confronté à des phénomènes temporaires d’intrusion d’eau saumâtre (appelés « inversac ») par l’intermédiaire de la source sous-marine de la Vise, située dans l’étang de Thau, à moins de 200 m à l’Ouest de la presqu’ile de Balaruc-les-Bains. Depuis la fin des années 1960, sept phénomènes d’inversac ont été détectés. Pendant ce phénomène qui peut durer plusieurs mois (environ 6 mois en 2010 et 2014, et près de 18 mois en 2020-2022), la source de la Vise, au lieu de fournir de l’eau douce utile à la vie aquatique de l’étang de Thau, absorbe l’eau saumâtre de la lagune conduisant à une salinisation progressive et récurrente de l’aquifère. Ce phénomène a eu, entre autres conséquences, l’abandon (en 2014) de la source Cauvy à Balaruc-les-Bains pour son usage pour l’alimentation en eau potable."

 aaaabathauCapture d’écran 2023-05-24 004047

Ainsi, compte tenu des différents enjeux de ce territoire côtier, la mise au point d’un outil de gestion de l’eau souterraine était devenu indispensable pour les différents acteurs.

Un programme de travail a donc été établi avec une étude scientifique.

"Cette étude scientifique a été menée par une équipe pluridisciplinaire afin de caractériser à la fois la géologie, la géomorphologie, l’hydrodynamique, l’hydrogéologie et la géochimie de l’hydrosystème de Thau. Ces différents aspects ont ensuite été rassemblés et discutés pour dresser un modèle conceptuel complet du fonctionnement et de la dynamique de l’aquifère.

De nombreux moyens ont été mis en œuvre : imageries géophysiques, réalisation d’un forage à Sète et d’une plateforme multi-forages à Balaruc-les-Bains, dont un ouvrage carotté de près de 780 m de profondeur, conception et mise en place d’un équipement sur mesure pour la source de la Vise, campagnes d’analyses inédites (180 prélèvements, plus de 3000 résultats d’analyses)…"

Zoom sur quelques résultats

La compréhension et la modélisation du phénomène d’inversac a permis l’élaboration d’un outil prototype permettant d’évaluer le risque de déclenchement de ce phénomène, qui s’appuie sur différentes variables enregistrées sur la presqu’île de Balaruc-les-Bains.

 
Découvrir les conclusions de l'étude grâce aux 3 vidéos relatives aux 3 parties de la conférence.

L’intégration de l’ensemble des données géologiques historiques avec les nouvelles données acquises par le projet (stratigraphiques, lithologiques et structurales) et géophysiques (gravimétrie, sismique réflexion, sismique passive) a permis de construire un modèle géologique 3D de la zone Dem’Eaux Thau grâce à l’outil Geomodeller.

Les résultats des différentes tâches accomplies par les partenaires du projet sont synthétisés sous la forme de rapports ou de publications.

La liste ci-dessous établi par le BRGM a été mise à jour avec les liens vers les documents à mesure qu'ils étaient produits.

 

D’un montant de 5,3 millions d’euros, le financement du projet a été assuré à 42% par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et la Région Occitanie (dans le cadre du Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020), à 11% par le fonds européen FEDER, à 17% par l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse, à 4% par Montpellier Méditerranée Métropole, à 2% par Balaruc-les-Bains et à 1% par le Syndicat Mixte du Bassin de Thau. Le reste du financement du projet (23%) est apporté grâce à la participation financière de la plupart des partenaires.

Partenaires

  • BRGM (coordonateur)
  • Géosciences Montpellier
  • HydroSciences Montpellier
  • Synapse Informatique
  • SMBT
 

6ème édition du festival Sud de sciences (2)

6ème édition du festival Sud de sciences
Mercredi 29 Novembre 2023, 18:30 - Dimanche 3 Décembre 2023, 15:00

L’Université de Montpellier, les 5 organismes de recherche partenaires (CIRAD, CNRS, INRAE, INSERM, IRD), la Ville de Montpellier, le Réseau des Médiathèques et l’association Kimiyo s’associent pour proposer une nouvelle édition de Sud de sciences, du 29 novembre au 3 décembre 2023.

Ce festival du film scientifique illustre un engagement commun fort : celui de renforcer les relations science et société en proposant au plus grand nombre d’assister gratuitement à des projections de films scientifiques, suivies d’échanges avec des chercheur·e·s.

Cette 6ème édition affiche une riche programmation qui va rayonner dans 3 médiathèques du réseau : Castries, Clapiers et Montpellier, où une séance est également prévue au Cinéma Nestor Burma.

Programmation grand public

Mercredi 29 novembre 2023 à 18h30

Médiathèque Albert Camus – 12 Avenue Albert Camus, 34830 Clapiers

Amazonie brésilienne, un autre regard

  • Réalisé par : Emilie ROZAND
  • Auteurs : René POCCARD-CHAPUIS / Mariegabrielle PIKETTY / Nathalie CIALDELLA / Emilie COUDEL / Jean-luc BATTINI / Emilie ROZAND
  • Production : Cirad Producteur / Galaxie Producteur
  • Année de production : 2022
  • Durée : 44 min
  • Intervenant : Marie-Gabrielle PIKETTY, chargée de recherches en économie, CIRAD

Jeudi 30 novembre 2023 à 18h30

Médiathèque Émile Zola – 218 Bd de l’Aéroport international, 34000 Montpellier

L’arbre qui cache la forêt, les défis de la reforestation

  • Réalisé par : Marianne CAZAUX
  • Conseillers scientifiques IRD : Maxime REJOU-MECHAIN, écologue, UMR AMAP / Robin DUPONNOIS, microbiologiste, LSTM
  • Production : © Découpages / Ushuaïa TV / IRD
  • Année de production : 2022
  • Durée : 52 min
  • Intervenant : Robin DUPONNOIS, microbiologiste, IRD

Vendredi 1 décembre 2023 à 18h30

Médiathèque Françoise Giroud – 15 Av. de la Coopérative, 34160 Castries

Super pouvoirs de la musique

  • Réalisé par : Jacques MITSCH
  • Production : Arte France (Coproducteur) / Compagnie des phares et balises (Producteur délégué)
  • Année de production : 2022
  • Durée : 52 min
  • Intervenant : Sylvain MANGIAROTTI, dynamicien-chaoticien, IRD

Samedi 2 décembre 2023 à 10h30

Médiathèque Émile Zola – 218 Bd de l’Aéroport international, 34000 Montpellier

Mines d’or et d’arsenic

  • Réalisé par : Valerie CIBOT, Michel COQBLIN
  • Production : Mille et une productions
  • Année de production : 2021
  • Durée : 52 min
  • Intervenant : Claude GRISON, directeur de recherche, CNRS

Samedi 2 décembre 2023 à 15h

Médiathèque Émile Zola – 218 Bd de l’Aéroport international, 34000 Montpellier

Chauve-souris : alliée ou ennemie ?

  • Réalisé par : Raphaël HITIER
  • Production : Arte
  • Année de production : 2021
  • Durée : 53 min
  • Intervenante : Nathalie CHARBONNEL, directrice de recherche en écologie évolutive des petits mammifères, INRAE

Dimanche 3 décembre 2023 à 11h

Cinéma Nestor Burma – 2 Rue Marcellin Albert, 34080 Montpellier

Fils de la glace

  • Réalisé par : Oscar DARIO JIMENEZ ESCRUCERIA
  • Production : Jonnathan JAIR RESTRPO HERNADEZ
  • Année de production : 2022
  • Durée : 46 min
  • Intervenant : Fabien ANTHELME, chercheur écologue, IRD

Dimanche 3 décembre 2023 à 15h

Médiathèque Émile Zola – 218 Bd de l’Aéroport international, 34000 Montpellier

Sapiens, ou la naissance de l’art

  • Écriture et réalisation : Pascal GOBLOT
  • Conseiller Scientifique : Patrick PAILLET
  • Production : Zadig Productions et Escalenta avec la participation de France Télévisions, MNHN et CNRS et en partenariat avec le musée de l’Homme
  • Année de production : 2022
  • Durée : 70 min
  • Intervenant : Ludovic DOLEZ, docteur en archéologie

Site internet du festival

Eaux souterraines : Nouvel inversac sur la source de la Vise

Redouté depuis le printemps compte tenu des tensions sur la ressource en eau, un nouveau phénomène d’inversac s’est produit dans la nuit du 17 au 18 octobre, sur la source de la Vise, point le plus profond de la lagune de Thau.

L’aquifère est désormais sous surveillance et une cellule technique travaille à la mise en œuvre de solutions. Les données du réseau de suivi développé par le SMBT(1) dans le cadre du programme Dém’eaux se sont révélées exactes. Annoncé dans la nuit, suite à un niveau bas de l’aquifère et à une surcote marine de 55 cm, le débit de source de la Vise située à 30 mètres de fond sous la lagune de Thau s’est inversé, provoquant l’entrée des eaux de l’étang dans l’aquifère.

Si à ce jour, l’augmentation de la conductivité (taux de salinité) n’a pas encore été constaté dans les forages témoins, celle-ci ne devrait pas tarder à se produire.

Lors du dernier phénomène, ce sont plusieurs dizaines de tonnes de sel qui étaient entrées dans le réservoir au cours de ce phénomène, le plus long jamais observé. La source de la Vise est reliée à l’aquifère du pli Ouest qui alimente la lagune de Thau en eau douce et abrite également les eaux thermales exploitées par les thermes de Balaruc-les-Bains, première station thermale de France et plus gros employeur du territoire avec 400 emplois directs et 2000 emplois induits. Un dispositif de vigilance (avec le renforcement des analyses réalisées par le laboratoire d’autocontrôle des Thermes) a été immédiatement déclenché par la SPLETH sous l’égide de l’Agence Régionale de Santé.

Ce suivi régulier permet de prévenir toute modification des paramètres de l’eau thermale grâce au suivi de forages d’observation. Des remontées d’eau dans les habitations de la presqu’île ont été constatées dans les heures qui ont suivies le déclenchement du phénomène. Les riverains potentiellement impactés ont été immédiatement informés par la Commune de Balaruc-les-Bains. Pour rappel, en 2020 lors du dernier inversac, un arrêté de catastrophe naturelle permettant d’indemniser les riverains avait été pris

La Préfecture maritime va également prendre des dispositions pour interdire toute navigation et plongée dans un rayon de 100 mètres autour de la Vise, le débit entrant estimé à 400 l/s pouvant causer des perturbations sur le plan d‘eau. Mercredi 18 octobre, une commission de crise s’est réunie en mairie de Balaruc-les-Bains avec les parties prenantes et les experts compétents pour évaluer les risques et placer la source sous haute surveillance.

L’urgence à étudier une solution technique qui permette de pallier les entrées d’eaux saumâtres dans cette ressource stratégique pour le territoire a été rappelée par tous les acteurs en présence et notamment la Commune de Balaruc-les- Bains et le vice-président du SMBT et président de la Commission Locale de l’Eau Michel Garcia. Dès le mois de juin, lors d’un comité de suivi du programme Dém’eaux et d’une commission paritaire du SMBT, le lancement de ce programme technique avait déjà fait consensus. La Commission locale de l’eau qui réunit collectivités, services de l’Etat et usagers de la ressource au premier plan desquels les pêcheurs, les conchyliculteurs, les agriculteurs et les thermes avait exprimé également cette même volonté. Le programme est actuellement en cours de montage en partenariat avec le BRGM(2) qui a piloté le programme Dém’eaux.

DEM’eaux

Thau Coordonné par le BRGM, le programme Dém’eaux est mené en partenariat avec d’autres unités de recherche : UMR Géosciences Montpellier, UMR Hydrosciences et une entreprise spécialisée en informatique (Synapse), ainsi que les gestionnaires de la ressource en eau du territoire, dont le Syndicat mixte du bassin de Thau. Inscrit au Contrat de plan Etat-Région, d’un montant de 5,2 M d’€, ce programme vise à mieux comprendre le fonctionnement de l’aquifère. Son financement est assuré par l’Etat (12 %), la Région Occitanie / Pyrénées- Méditerranée (26 %), l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse (17%), le FEDER (11 %), Montpellier Méditerranée Métropole (4%), la commune de Balaruc-les-Bains, le Syndicat Mixte du Bassin de Thau, les unités de recherche et entreprise partenaires

(1) SMBT : Syndicat mixte du bassin de Thau
(2) BRGM : Bureau de Recherche de Géologie Minière, établissement scientifique et technique public)
(3) Légende Photo : « La source sous-marine de la Vise jaillit à 28 mètres de profondeur dans la lagune de
Thau » & crédit : BRGM