Joutes

Voici les résultats de la Saint Louis Poids Lourds

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaIMG_20230821_223502Voici les résultats de la Saint Louis Poids Lourds:
10 revanchards:
1 - Fabrice Sabatier APSM
2 - Dylan Garrette APSM
3 - Théo Birba APSM
4 - Jonathan Ragno LAS
5 - Benjamin Ranc JLS
6 - Yoan Jammes APSM
7 - Jerome Ortega LSP
8 - Simon Caselli LAS
9 - Loic Cerrato LAS
10 - Christopher Britto APSM
Prix de Prestance: Christopher Britto APSM
4ème prix: Dylan Garrette APSM
3ème prix: Loïc Cerrato LAS
2ème prix: Jonathan Ragno LAS
1er prix: Simon Caselli LAS
 

De la Mairie de Sète l'arrivée du défilé du lundi, depuis le balcon de l'hôtel de Ville !

De la Mairie de Sète l'arrivée du défilé du lundi, depuis le balcon de l'hôtel de Ville !

Voici les résultats de la Saint Louis Moyens

Voici les résultats de la Saint Louis Moyens:
 
11 revanchards:
1 : Valette Jean-Baptiste JLS ( éliminé par Ranc Benjamin dernier de barque)
2 : Pascal Maxime AJPC
3 : Giordano Brice LAS
4 : Herry Steven APSM
5 : Causse Leo APSM
6 : Fabre Valentin LAS
7 : Marianelli Gianni JLS
8 : Noguet Hugo JLS
9 : Kerbiguet Ronan AJPC
10 : Roux Noah LAS
11 : Ranc Benjamin JLS
Prix de prestance : Giordano Brice LAS
4eme : Herry Steven APSM
3eme : Noguet Hugo JLS
2eme : Ranc Benjamin JLS
1er : Fabre Valentin LAS.
Informations: Louis Galiano, Geoffrey Brocheriou, Jérôme Leques.
 

Vainqueurs des tournois de joutes du vendredi 18 août

Vainqueurs des tournois de joutes du vendredi 18 août :Peut être une image de 7 personnes, barong et texte
. Coupe D'Or Gaston Macone : Grand vainqueur Adrian Lisanti (LAS), 2e Alain Le Bail (APSM), 3e Maxime Molto (APSM), 4e Denis Talano (APSM) et Prestence Valentin Fabre (LAS)
. tournoi jeunes légers : 1er, Andy Chazal (EJMS), 2e Taylor Liguori (EJMS), 3e Harry D’Elia (EJMS), 4e Eaden Schneider (EJMS), et prestance : Jean Court (LAS)
. tournoi jeunes mi-moyens : 1er Léo Quidelleur-Camélio (EJMS), 2e Fabio Gras (EJMS), 3e Flavio Reyes (LAS), 4e Lorik Rega (LAS) et prestance : Kélian Joubert (LAS)
. tournoi jeunes moyens : 1er Lenny Boher (EJMS), 2e Flavio Crédidio (LAS), 3e Lissandro Masclac (LAS), 4e Mathias Lopez (LAS) et Nathan Faucon (EJMS) et prestance : Baptiste Draguis (LAS)
. tournoi jeunes lourds : 1er Louca Chbily (LAS) et Giany Noguet (LAS), 3e Matthéo Jalicoux (EJMS), 4e Aaron Berbezier (EJMS) et prestance : César Gayraud (EJMS)Peut être une image de 7 personnes, clarinette et texte qui dit ’LOUIS R F SETE 2023’

Vainqueurs des tournois du jeudi 17 août

Peut être une image de 9 personnes et texteVainqueurs des tournois du jeudi 17 août :
. chariots 1ere année : Jason Remeyze, Loris Camélio, Lucien Le Drogo, Stan Faucon
. chariots 2e année : exæquo Lino Arnau et Théo Gras, Fabian Philippe, Gabin Lacan et Baptiste Jammes
. chariots 3e année : Gennaro Joubert, Tiago Belmonte, Lenny Paulhan, Jordan Marquais
 
 Peut être une image de 6 personnes et texte
 
. joutes féminines : Gina Ebri, Carmen Di Rosa et Emilie Capitaine
 
. presse femmes : Julie Darlingue
 
. presse hommes : exæquo Dadou et Yannick PhilipponnatPeut être une image de 7 personnes et texte

Les Joutes d'hier à Cette avec la collaboration de Pierre Primaut

Les Joutes d'hier à Cette avec la collaboration de Pierre Primaut

 

 

 

antanCapture d’écran 2023-08-18 101110 antanCapture d’écran 2023-08-18 101255 antanCapture d’écran 2023-08-18 101432 antanCapture d’écran 2023-08-18 101557

 

Les vieilles canailles sur la tintaine

La Nouvelle Lance Mézoise organisait le tournoi de joutes des Vieilles Canailles, lundi 14 août, sur le port de Mèze. Thierry Baëza, maire de Mèze et Nicolas Archimbeau, adjoint au sport, ont participé à la remise des prix.


Palmarès – Challenge des Vieilles Canailles 2023 :
1er prix ex-æquo – Rougelin Julien – Reyes Guillaume
3ème prix – Ferrara Frédéric
4ème prix – Deguitre Sébastien

Le programme de la Saint-Louis 2023 est sorti !

Le programme de la Saint-Louis 2023 est sorti ! Vous pouvez vous le procurer gratuitement dès maintenant à l'accueil de la mairie, à l'office de tourisme de Sète et en téléchargement ici : https://cutt.ly/KwfyjXB5Peut être une image de 3 personnes, talon de billet, carte et texte

Dans le cadre du 102 anniversaire de la Lance Sportive Sétoise, une tombola est organisée.

Dans le cadre du 102 anniversaire de la Lance Sportive Sétoise, une tombola est organisée.
L'ensemble de la recette de la tombola sera reversée à l'association les Les "Dys" mille pas  !
 
Le premier prix de la tombola est une toile 65x46 réalisée et offerte pour soutenir cette action par l'artiste sétois Rebels Muge !
L'ensemble des sociétaires est à votre disposition pour acquérir un ticket de tombola au prix de 1 € !
Les deux autres prix seront communiqués prochainement... Peut être une image de affiche et texte
 
 
 
Document: LSS.

Saint-Louis édition 2023 : le programme

 

Du 17 au 22 août 2023, la ville de Sète célèbre son identité singulière avec la Saint-Louis. Cette fête, la 279e, rend hommage au patrimoine maritime, aux traditions et aux joutes qui font la richesse de la cité et lui donnent un supplément d’âme.

L’affiche et les invités d’honneurs de cette 279e Saint-Louis ont été dévoilés le vendredi 21 juillet au musée de la mer. François Commeinhes, entouré des membres de son équipe municipale, était aux côtés de l’artiste Vivi Navarro, qui est cette année, à l’origine de la nouvelle affiche de la Saint-Louis. Cette artiste est bien connue des Sétois pour ces tableaux qui rendent hommage à l’univers maritime et qui a fait de la mer, sa muse.

Du côté des invités d’honneurs, c’est la famille D’Elia qui a été choisie cette année pour représenter les visages de la fête patronale de la ville. Un hommage, posthume, sera rendu à Roger D’Elia, homme qui aura marqué l’île-singulière et ses descendants, tous issus du monde de la pêche et des joutes. De Roger à David, son petit-fils, les Sétois auront l’occasion de plonger dans l’histoire d’une famille ayant inscrit ses lettres de noblesses dans le monde de la pêche et des joutes.

Mais la Saint-Louis, c’est aussi le moment où les Sétois et Sétoises se rassemblent en famille ou entre amis pour fêter la ville et profiter d’évènements, qui, à chaque éditions, marquent les esprits. Tour d’horizon d’un programme riche en évènements !

Jeudi 17 Août 2023

La tradition sera respectée avec à 17h30 Place Léon-Blum, la déclaration officielle de François Commeinhes. Roger d’Elia et sa famille, invités d’honneur de cette 279e édition, seront entourés de l’équipe municipale et des Présidents des sociétés de joutes. Dès 18h, sur la même place en cœur de ville, ce sera l’ouverture des festivités avec “Colors de Sète en Fête”. Ce sera également le départ du défilé des petits jouteurs accompagnés par la Peña Bastid’and Co. Rendez-vous au Cadre Royal à 18h15 pour le tournoi de joutes sur chariots. Dès 21h, retour place Léon-Blum pour le concert « The groove Breakers » suivi à 21h15 du défilé de la 16ème édition du tournoi des joutes de la Presse et des personnalités et des joutes féminines accompagné par la Peña Bastid’and Co ; tournoi qui débutera à 21h30 au Cadre Royal.

Vendredi 18 Août 2023

De l’art à la Chapelle des Pénitents dès 9h30 avec l’exposition de peinture « île Singulière ». Au même moment, le concours de boules lyonnaises en quadrette boulodrome Louis Molle-Quai des Moulins. Place ensuite aux enfants avec l’Atelier de la Tielle. En fin de matinée, l’artiste de l’affiche 2023 dédicacera des sérigraphies en série limitée. Rendez-vous des jouteurs juniors et des jeunes jouteurs pour la traditionnelle réception des hautbois et des tambours à 13h45 Gare de Sète. Le défilé partira à 14 vers le Cadre Royal pour un début de tournoi des jeunes jouteurs à 14h30. Un café littéraire avec Anne Parillaud aura lieu au Parc Simone Veil à 18h. Retour place Léon Blum dès 19h pour le concert apéro « Allegro Fortissimo » autour du baryton sétois, Jean-Michel Balester.

Nouveauté : la Coupe d’Or Gaston Macone aura lieu ce vendredi 18 août. Rendez-vous à 20h45 place Léon-Blum pour le défilé, avant le tournoi à 21h au Cadre Royal. Au même moment, devant l’hôtel de ville, spectacle « Be-Hop », une fresque lumineuse en mouvement avec scènes chorégraphiques.

Samedi 19 Août 2023

Dès 8h devant le Bar du Plateau – rue Rapide, ce sera le tournoi des boules carrées. La 10ème édition du tournoi d’échecs de la Ville de Sète aura lieu salle Georges Brassens de 9h à 18h.  A 11h30, à la Chapelle des Pénitents aura lieu le vernissage de l’exposition de peinture « île Singulière ». Retour Place Léon Blum à 13h45 pour le défilé des jouteurs mi-moyens accompagné par la pena Bella Ciao. Début du tournoi à 14h au Cadre Royal. Challenge de pétanque de la ville de Sète à la Pointe Courte dès 14h30. A 10h et 15h30, grand tournoi de tennis annuel de la Saint-Louis au Mas Viel. A 21h, place L éon-Blum, spectacle son et lumières « La Bug de l’An 2000 ». A 19h, déambulation des « Major’s Girls » au Cadre Royal, quai Général Durant, quai Maximin Licciardi.

Dimanche 20 Août 2023

Entre 8h30 et 9h, avenue du Maréchal Juin, ce sera le départ de la randonnée cycliste de la Saint-Louis. A 10h (et 15H30) au Mas Viel auront lieu les demi-finales et finales dames et messieurs de tennis. Au même moment à 10h, au Théâtre Molière rendez-vous pour la prise du pavois des jouteurs juniors suivi à 10h15 du départ du défilé des juniors, moyens, lourds avec la participation des quartiers de la Ville. A 11h : décanale Saint-Louis, la Grand’ messe de la Saint-Louis. A 10h30, en prélude à la messe, les solistes vocaux et instrumentistes interprèteront quelques pièces du répertoire sacré. Retour place Léon-Blum à 11h pour l’Aubade des hautbois et des tambours. A la même heure à la criée aux poissons aura lieu le concours de boules Ovales. Rendez-vous devant la Mairie à 14H45 pour le défilé de joutes juniors et moyens, suivi à 15h du tournoi au Cadre Royal

A voir : à 17h la Criée aux poissons, roulage de barriques (de Bordeaux).

Retour place Léon-Blum à 20h pour le départ du défilé, grand prix traditionnel de rames de la Saint-Louis, suivi à 20h30 au Cadre Royal de la 25e nuitée de la Saint-Louis. Place Léon Blum, à partir de 21h, concert du groupe « Kompas ».

Lundi 21 Août 2023

Départ de la 102ème traversée de Sète à la nage à 9h, Ponton des sapeurs-pompiers avec une arrivée Quai Léopold Suquet. A 10h45 au Théâtre Molière, départ du défilé des jouteurs lourds, puis à 14h départ du défilé de la Mairie vers le Cadre Royal pour le grand tournoi de joutes lourds à 14h30.

A l’issue de la remise des prix (aux environs de 21h), place Léon Blum, concert du groupe « La Camelote ». A 20h30 au parc Simone Veil aura lieu le Gala lyrique « Jean Dumas »

Mardi 22 Août 2023

Rendez-vous à 14h30 au Môle Saint-Louis pour le départ du «Vire-Vire », course de barques à voiles latines, du Môle Saint-Louis jusqu’à la plage de Sète. A 20h30, sur la Promenade J.B Marty, face à la place des combattants en Afrique du Nord « Le souras Bas », soirée musicale avec le groupe « Effervescence ». Et à 22h, sur le brise-lames, feu d’Artifice de clôture des fêtes de la Saint-Louis

Le programme des festivités, détaillé, est, à l’heure de la rédaction de cet article, en cours d’impression. 

 

L’artiste auteure de l’affiche 2023 : Vivi Navarro obéit toujours à ses intuitions

C’est elle qui a créé l’affiche de la Saint-Louis 2023. Vivi Navarro, peintre diplômée en dessin scientifique et technique, vit et travaille à Sète. Son histoire avec l’île singulière est enracinée dans la cité portuaire où plusieurs générations de sa famille vivent ou ont vécu. L’artiste se définit comme “chercheur en laboratoire car si je ne comprends pas les choses, je ne peux pas les dessiner. J’explore, je cherche à comprendre, à observer. Je suis sur le champ des possibles et je fais ce que j’ai envie et je traduis ce que je ressens, je veux le partager”. Elle décrit, écrit, précise dans un souci de fidélité. L’artiste s’est essayée à plusieurs courants depuis qu’elle a 12 ans, elle a suivi son propre parcours, se détachant de la figuration, allant jusqu’à l’abstrait. L’affiche qu’elle a créée pour cette 279e Saint-Louis valorise un détail des joutes, un zoom qui montre à lui seul la noblesse du sport et sa technicité : “la matière m’intéresse, quand elle a vécu. Ce qui est lisse ne m’intéresse pas. Je voulais montrer cette force et cette sorte de violence, dont les cicatrices sont gravées sur les pavois”. Vivi détaille son travail : “la base, c’est travailler sur des supports qui ont vécu, qui ont une histoire, plans, cartes, agendas … Tout est bon dès qu’il y a des écrits, schémas, inscriptions etc …”.

La ‘mise en danger, Vivi aime cela : “c’est un défi technique. Ici une magnifique carte marine du milieu XIXème, levée par trois ingénieurs hydrographes pour le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine. Pour notre Saint-Louis, j’ai recadré ma carte marine avec un focus sur Sète et alentours, format A1, anticipant les déclinaisons finales au ratio, et j’ai couru la faire imprimer. Ensuite, il a fallu rapatrier le pavois scarifié et sa lance, en atelier, pour dessiner sur le motif (en direct). ‘Confinée’ dans mon atelier, j’ai œuvré à la pierre noire, aux encres grasses, et autres. J’ai observé, zoomé, assuré mon geste, construit, j’ai voulu comprendre le volume de ce bouclier, légender les zones éliminatoires, mais aussi et surtout j’ai voulu monter les points d’impact du trident sur le bois, la noblesse de la matière qui a vécu. Détails, fragments, gros plans, c’est ce que j’aime”.

Vivi Navarro frissonne à chaque Saint-Louis. Cette fête, c’est la sienne, celle des Sétois : “la macaronade à déguster sur les quais, les commentaires échangés, le partage et la convivialité de la Saint-Louis n’ont pas leur égal selon moi. Dans ces moments nous les Sétois, on part toujours en ‘biberine’, on se lâche. L’appartenance à une ‘corporation’, ici celle des jouteurs, la fierté de ces hommes quand ils descendent la Bourse pour le défilé, c’est magnifique, ça me met la chair de poule, ils paraissent déjà très concentrés sur la suite, qui sera savoureuse !”

L’artiste s’est sentie “très émue, touchée, fière, j’en ai pleuré, quand j’ai réalisé que j’allais signer cette affiche. C’est une reconnaissance de mon travail. Je suis une artiste nomade qui bouge, mais je reviens toujours au port d’attache, raide dingue de ma ville, de mes sétois, de nos cœurs généreux et notre gouaille, nos tempéraments et plus encore”.

 

De parents andalous, Vivi Navarro travaille également sur l’identité du flamenco, sa force, ses codes. Elle va d’ailleurs réaliser l’affiche du festival montpelliérain de Flamenco qui aura lieu en novembre 2023. “Passionnée et surtout habitée par mon héritage sanguin inscrit dans mon ADN, je travaille souvent à Séville. Et depuis 13 ans, à Tanger, dont l’attirance viscérale est un mystère, j’y suis chez moi”. L’artiste crée également des carnets de voyage, “c’est le meilleur passeport vers la relation humaine”.

Vivi dédie son affiche à son petit beau-fils, Vincent Stento, petit-fils du Magnifique.

 

Les Invités d’honneur : Roger D’Elia, le pêcheur qui ne joutait pas

Parce que c’est de l’eau salée qui coulait dans ses veines, Roger D’Elia a transmis l’amour de la mer à sa descendance, qu’ils soient pêcheurs ou jouteurs. Mais il a aussi su voir les temps changer, les besoins évoluer, et trouver le temps et l’intelligence d’améliorer les choses. Pour sa famille, au sens le plus large…
Dans la famille D’Elia, je voudrais Roger, mais aussi Louis, Elie, Serge, Philomène, David…. Cette famille-là, c’est une histoire de prénoms qui se transmettent. Des prénoms qui font écho sur plusieurs générations, mais aussi dans le cœur de beaucoup de pêcheurs encore aujourd’hui. Des prénoms qui renvoient à des actes héroïques, des pêches miraculeuses et un sens du partage, de la famille et des copains. Cette Saint-Louis 2023 rend hommage à tous ces prénoms, et plus particulièrement à Roger, premier du nom.

Roger D’Elia n’a pas quinze ans quand il commence à travailler sur les chalutiers, au début des années 40. Mais il n’a pas attendu aussi longtemps pour embarquer et prendre le large. Avec un père pêcheur comme Louis, “l’homme à la cigarette” comme l’appelle David son arrière-petit-fils, rien de bien surprenant. Son enfance, c’est sur des “catalanes” qu’il la passe. Cette barque latine élégante servait surtout à remonter des sardines. Dernier né de Louis et Philomène, Roger est également entouré d’une sœur ainée, Adèle, et d’un frère qu’il connaîtra brièvement, Elie. De ce frère, on en parle peu dans la famille ; peut-être parce que c’est à l’échelle nationale qu’on parle de lui. Elie D’Elia est un héros de guerre. Résistant dans les Forces Françaises de l’Intérieur (FFI), chef de groupe de “l’Armée Secrète”, quand son nom fait surface c’est sous un alias, Roger Lemaire. Déclaré mort en action le 28 février 1944, en Dordogne, Roger D’Elia vivra toute une vie avec l’absence de ce frère parti à 21 ans, alors que lui-même en a à peine 16. Ce n’est pas pour autant qu’Elie est effacé des mémoires, bien au contraire : une rue à Sète porte son nom, proche de la Rue des Marins où, à une époque, à la Saint-Pierre, un défilé portant cocardes s’y arrêtait le temps d’une commémoration.

Mais il se construit, Roger, se marie, fait la bringue avec les collègues, a trois fils qu’il nomme Elie, Serge et Roger, et aussi des neveux dont il sera très proche. Les années d’après-guerre, même si elles sont difficiles, sont aussi des décennies clémentes pour les pêcheurs. Ce qui sera peut-être le tournant majeur dans la vie de Roger D’Elia, et de beaucoup d’autres pêcheurs après lui, c’est, il y a tout juste 75 ans cette année, la création du Grand Pardon de la Saint-Pierre. C’est en 1948 que LA fête des pêcheurs est lancée, organisée par l’Amicale des Pêcheurs Sète-Môle dont Roger D’Elia est trésorier. Il est en charge de l’organisation de la partie festive de l’événement, rendez-vous avec l’évêque, gestion de la grande fête foraine qui s’étendait alors jusqu’à la Rampe des Arabes, mais aussi rencontres avec le général de l’armée, puisqu’à cette époque, les militaires ont une place d’honneur lors du défilé et du dépôt de gerbe en mer.

De 7 à 14 ans, Serge D’Elia grandit littéralement dans les pas de Roger, son père, et devient le petit porte-drapeau dans le défilé de la Saint-Pierre. Aujourd’hui, c’est avec une certaine nostalgie que Serge D’Elia se souvient de cette époque : “C’était des défilés majestueux, des musiques militaires et le cortège de chalutiers remplis de touristes à n’en plus finir. Tant qu’il y aura des gens pour s’en occuper ça continuera, mais cette fête n’est plus aussi populaire qu’avant à cause de certaines restrictions en matière de sécurité qui la rendent plus difficile à organiser. Il y a aussi de moins en moins de chalutiers. Nous avions l’habitude d’aller manger des brochettes chez Pacheco les lundis soirs du Grand Pardon. C’est un cérémonial que je n’aurais manqué pour rien au monde.”

Au décès du Président de l’Amicale, Raphaël Nocca, en 1982, Roger D’Elia prend la succession. Jusqu’en 2012, il continue l’aventure de la Saint-Pierre avec ses amis de toujours, Loulou Albano et Roger Stento, entre autres. Francis Le Bail se souvient de la passation de flambeau : “Chaque année il nous demandait, ‘les petits vous êtes prêts ? Les petits, vous êtes prêts ? Jusqu’au jour où il a décidé qu’on était prêts.” Les premières années, les jeunes “Pilou” Tesoro et Francis Le Bail président l’amicale en duo et Roger restera président d’honneur jusqu’à la fin.
Retour à la grande période de la pêche qui dure jusqu’au milieu des années 60. C’est aussi le moment où Roger D’Elia tombe gravement malade. Le verdict est sans appel : son corps ne peut plus encaisser les longues et rudes journées de sorties en mer. Impossible pour Roger D’Elia d’en finir avec le monde marin. Il passe simplement de l’autre côté de l’étang, à Loupian, où il enfile la salopette de ciré et devient ostréiculteur jusqu’à la fin des années 80, où il se dirige tout doucement vers ses 60 ans. Là encore la famille n’est pas loin et son neveu, Louis, traine parfois dans sa barque pour partager les temps fort de cet autre métier.

Dans la famille D’Elia, les joutes ce n’est pas une évidence pour tout le monde. Chez les D’Elia, c’est dans les plus jeunes générations que la tenue de chevalier devient presque systématique, et pas qu’un peu. Des finales et demi-finales de la Saint-Pierre à celles de la Saint-Louis, les D’Elia n’ont pas à rougir de leur palmarès. Roger, lui, connu pour regarder les joutes d’en haut des gradins avec son ami Loulou Albano, “il passait juste la tête, sauf pour les grandes occasions, comme ce dimanche de la Saint-Louis 2001, où mon frère Cyril gagne le tournoi Juniors et je gagne le tournoi des moyens, se rappelle avec émotion son petit-fils David D’Elia. Il était fier.” Louis Talano non plus n’est pas en reste, avec son prix de Champion de France des Joutes languedociennes en 1972, catégorie Moyens.

Au moment de la retraite, la question de l’après se pose souvent. Mais Roger D’Elia ne tarde pas à attraper navettes et filets et à restaurer et fabriquer des filets dans son petit garage près du quai Aspirant Herber. Il y passera ses journées de filetier jusqu’à plus de 80 ans, et parfois fera même un peu le secrétaire pour son fils Serge, praticien ORL bien connu. C’est parce qu’il aime les siens et qu’il sait la difficulté du travail qu’il fait ça, Roger. Pour aider ses neveux qui partent en mer, mais aussi parce qu’il y a chez lui ce besoin de savoir, de comprendre et d’améliorer. “Il était très ambitieux, se rappelle son neveu Louis. Il voulait sans cesse aller de l’avant”.

Capitaine du premier chalutier à faire du thon dans les années 60, initiateur de la pêche au lamparo avec Jean Di Bianco, premier à utiliser des filets en nylon, “il voulait savoir le pourquoi des choses, et l’améliorer.” C’est un touche-à-tout tourné vers les autres qui endosse même, jusqu’au début des années 2000, la présidence d’une autre organisation majeure pour la communauté maritime : la coopérative d’achat des pêcheurs. C’est une lourde tâche qui attend Roger D’Elia, mais il sait déjà qu’elle est importante
pour les futures générations car les 30 glorieuses sont bien loin. Lors de cette présidence il réussit à mettre
en place des groupements d’achats pour les postes de ravitaillement en carburant des chalutiers, et arrive même à  négocier les prix auprès des pétroliers. Pas peur de monter à Matignon pour affronter les plus hautes sphères et revenir avec un chèque qui servira à construire le poste à carburant pour les chalutiers. Pas peur non plus de lancer une grève de 3 mois face à des mareyeurs qui n’achètent plus au vrai prix. Quoi d’étonnant à ce qu’il reçoive, en 2011, la médaille d’or du Mérite civil et militaire des mains de Ann Dao Traxel, fille adoptive de Jacques Chirac, lors de la 64e Saint-Pierre ?… Mais pour Roger D’Elia, ce qui compte autant que la mer, c’est les copains. “On rentrait le soir à toute heure. Le dimanche il fallait dégorger, dit Louis Talano en souriant. On était des fêtards mais on ne courrait pas les filles, on restait entre collègues. C’était au plus qui boit, au plus qui bouffe, au plus qui chante.”

“S’il ne faut écrire qu’une chose, c’est que c’était un homme fidèle”, insiste David D’Elia, petit-fils à qui Roger a beaucoup transmis. Il garde avec lui le souvenir vivace d’un homme instruit, sur qui on pouvait compter. Ami fidèle, mari fidèle, Roger D’Elia avait sa façon à lui de combattre la perte de ceux qu’il avait aimés. Quai de la Consigne, Rampe des Arabes, cimetière marin, mairie. Au décès de sa femme Maryse, en 1986, et tous les jours de sa vie après ça, Roger a parcouru le même chemin pour se recueillir.

La 279ème édition de la Saint-Louis se déroulera du 17 au 22 août : découvrez-là (2)

Saint-Louis 2023.boubouIMG_20230721_105108

L'affiche officielle, créée par Vivi Navarro, et, les invités d'honneur, Roger D'Elia et sa famille, ont été dévoilés à l'occasion de la conférence de presse  au Musée de la Mer.

Les temps forts de la fête traditionnelle de l'Ile Singulière qui aura lieu du 17 au 22 août prochain, ont également été annoncés. Retrouvez bientôt le programme détaillé sur Thau-Infos.fr.

François Commeinhes, Maire de Sète, président de Sète Agglopôle Méditerranée nous précisait à cette occasion  :


”Le rendez-vous qui nous rassemble.  Je sais votre attachement à notre fête locale. Il est à la hau- teur de l’amour que vous portez à notre ville. Notre Saint- Louis est le rendez-vous attendu par toutes et tous. Elle est un des temps majeurs qui fait le supplément d’âme de notre ile singulière. Cette 279 e édition sera encore festive, traditionnelle, émouvante, et partagée entre nous toutes et tous. J’ai, tout comme vous, la Saint-Louis chevillée au corps et au cœur. Comme vous, j’ai hâte de me retrouver le jeudi soir, place de la mairie, pour lancer les réjouissances. Comme vous, j’aime voir les petits jouteurs arracher des larmes de joie à leurs parents éblouis et les chevaliers de la tintaine en découdre pour un pavois de prestige, dans un lundi de fête comme seule Sète sait les vivre. Les Sétois aiment leur Saint-Louis. Et ils la chérissent encore plus lorsque ce sont leurs compatriotes qui sont mis à l’honneur"

Peut être une représentation artistique de 4 personnes, personnes debout, affiche et texte

"Cette année, nous rendons hommage à Roger D’Elia."

"De son enfance sur les “catalanes”, à sa vie de pêcheur sur les chalutiers, jusqu’à la présidence de l’Amicale des pêcheurs Sète Môle durant de nombreuses années, Roger d’Elia est une figure de la vie Sétoise. Un grand merci à la famille de Roger, et particulièrement à ses trois fils, d’avoir accepté cette mise à l’honneur pour cette édition 2023. Parce que Sète n’est jamais aussi belle que lorsqu’elle vibre au rythme de la pêche."

"Cet hommage, c’est aussi la volonté que nos traditions et notre patrimoine maritime soient particulièrement célébrés cette année. Alors même que se lèvent des tempêtes à l’horizon, que le nombre de bateaux diminue, que la réglementation se fait toujours plus complexe, que la rentabilité des entreprises est menacée, je souhaite rappeler haut et fort combien la pêche est indissociable du passé comme de l’avenir de notre ville, et comme elle a tout notre soutien."

"Vivi Navarro “signe” l’affiche de cette 279e Saint-Louis. Elle aussi est une enfant de Sète. Une artiste qui “a la chair de poule” à chaque édition."

"Elle a ainsi imaginé et réalisé une affiche tout en symboles. Et puis, bien sûr, que serait la Saint-Louis sans les Présidents des Sociétés de Joutes, et les Rameurs Sétois, acteurs ma- jeurs de notre fête locale. A eux aussi, un chaleureux merci. Chers Sétoises, chers Sétois, je sais pouvoir compter sur vous pour faire de la Saint-Louis 2023 un événement d’amitié, de fraternité et de partage. Des valeurs ancrées au fond de nos cœurs et que vous vous offrez mutuellement. Très belle Saint-Louis à toutes et tous ! "000

Roger D’Elia, le pêcheur qui ne joutait pas

Parce que c’est de l’eau salée qui coulait dans ses veines, Roger D’Elia a transmis l’amour de la mer à sa descendance, qu’ils soient pêcheurs ou jouteurs. Mais il a aussi su voir les temps changer, les besoins évoluer, et trouver le temps et l’intelligence d’améliorer les choses. Pour sa famille, au sens le plus large...

Dans la famille D’Elia, je voudrais Roger, mais aussi Louis, Elie, Serge, Philomène, David…. Cette famille-là, c’est une histoire de prénoms qui se transmettent. Des prénoms qui font écho sur plusieurs générations, mais aussi dans le cœur de beaucoup de pêcheurs encore aujourd’hui. Des prénoms qui renvoient à des actes héroïques, des pêches miraculeuses et un sens du partage, de la famille et des copains.

Cette Saint-Louis 2023 rend hommage à tous ces prénoms, et plus particulièrement à Roger, premier du nom. Roger D’Elia n’a pas quinze ans quand il commence à travailler sur les chalutiers, au début des années 40. Mais il n’a pas attendu aussi longtemps pour embarquer et prendre le large. Avec un père pêcheur comme Louis, “l’homme à la cigarette” comme l’appelle David son arrière-petit-fils, rien de bien surprenant. Son enfance, c’est sur des “catalanes” qu’il la passe. Cette barque latine élégante servait surtout à remonter des sardines. Dernier né de Louis et Philomène, Roger est également entouré d’une sœur ainée, Adèle, et d’un frère qu’il connaîtra brièvement, Elie. De ce frère, on en parle peu dans la famille ; peut-être parce que c’est à l’échelle nationale qu’on parle de lui. Elie D’Elia est un héros de guerre.

 

Résistant dans les Forces Françaises de l’Intérieur (FFI), chef de groupe de “l’Armée Secrète”, quand son nom fait surface c’est sous un alias, Roger Lemaire. Déclaré mort en action le 28 février 1944, en Dordogne, Roger D’Elia vivra toute une vie avec l’absence de ce frère parti à 21 ans, alors que lui-même en a à peine 16. Ce n’est pas pour autant qu’Elie est effacé des mémoires, bien au contraire : une rue à Sète porte son nom, proche de la Rue des Marins où, à une époque, à la Saint-Pierre, un défilé portant cocardes s’y arrêtait le temps d’une commémoration. Mais il se construit, Roger, se marie, fait la bringue avec les collègues, a trois fils qu’il nomme Elie, Serge et Roger, et aussi des neveux dont il sera très proche. Les années d’après-guerre, même si elles sont difficiles, sont aussi des décennies clémentes pour les pêcheurs. Ce qui sera peut-être le tournant majeur dans la vie de Roger D’Elia, et de beaucoup d’autres pêcheurs après lui, c’est, il y a tout juste 75 ans cette année, la création du Grand Pardon de la Saint-Pierre.

C’est en 1948 que LA fête des pêcheurs est lancée, organisée par l’Amicale des Pêcheurs Sète-Môle dont Roger D’Elia est trésorier. Il est en charge de l’organisation de la partie festive de l’événement, rendez-vous avec l’évêque, gestion de la grande fête foraine qui s’étendait alors jusqu’à la Rampe des Arabes, mais aussi rencontres avec le général de l’armée, puisqu’à cette époque, les militaires ont une place d’honneur lors du défilé et du dépôt de gerbe en mer. De 7 à 14 ans, Serge D’Elia grandit littéralement dans les pas de Roger, son père, et devient le petit porte-drapeau dans le défilé de la Saint-Pierre. Aujourd’hui, c’est avec une certaine nostalgie que Serge D’Elia se souvient de cette époque :

“C’était des défilés majestueux, des musiques militaires et le cortège de chalutiers remplis de touristes à n’en plus finir. Tant qu’il y aura des gens pour s’en occuper ça continuera, mais cette fête n’est plus aussi populaire qu’avant à cause de certaines restrictions en matière de sécurité qui la rendent plus difficile à organiser. Il y a aussi de moins en moins de chalutiers. Nous avions l’habitude d’aller manger des brochettes chez Pacheco les lundis soirs du Grand Pardon. C’est un cérémonial que je n’aurais manqué pour rien au monde.

 

Au décès du Président de l’Amicale, Raphaël Nocca, en 1982, Roger D’Elia prend la succession. Jusqu’en 2012, il continue l’aven- ture de la Saint-Pierre avec ses amis de toujours, Loulou Albano et Roger Stento, entre autres. Francis Le Bail se souvient de la passation de flambeau : “Chaque année il nous demandait, ‘les petits vous êtes prêts ? Les petits, vous êtes prêts ? Jusqu’au jour où il a décidé qu’on était prêts.” Les premières années, les jeunes “Pilou” Tesoro et Francis Le Bail président l’amicale en duo et Roger restera président d’honneur jusqu’à la fin. Retour à la grande période de la pêche qui dure jusqu’au milieu des années 60. C’est aussi le moment où Roger D’Elia tombe gravement malade. Le verdict est sans appel : son corps ne peut plus encaisser les longues et rudes journées de sorties en mer. Impossible pour Roger D’Elia d’en finir avec le monde marin. Il passe simplement de l’autre côté de l’étang, à Loupian, où il enfile la salopette de ciré et devient ostréiculteur jusqu’à la fin des années 80, où il se dirige tout doucement vers ses 60 ans.boubouIMG_20230721_111512

"Là encore la famille n’est pas loin et son neveu, Louis, traine parfois dans sa barque pour partager les temps fort de cet autre métier. Dans la famille D’Elia, les joutes ce n’est pas une évidence pour tout le monde. Chez les D’Elia, c’est dans les plus jeunes géné- rations que la tenue de chevalier devient presque systématique, et pas qu’un peu. Des finales et demi-finales de la Saint-Pierre à celles de la Saint-Louis, les D’Elia n’ont pas à rougir de leur palmarès. Roger, lui, connu pour regarder les joutes d’en haut des gradins avec son ami Loulou Albano, “il passait juste la tête, sauf pour les grandes occasions, comme ce dimanche de la Saint-Louis 2001, où mon frère Cyril gagne le tournoi Juniors et je gagne le tournoi des moyens, se rappelle avec émotion son petit-fils David D’Elia. Il était fier.” Louis Talano non plus n’est pas en reste, avec son prix de Champion de France des Joutes languedociennes en 1972, catégorie Moyens. Au moment de la retraite, la question de l’après se pose souvent. Mais Roger D’Elia ne tarde pas à attraper navettes et filets et à restaurer et fabriquer des filets dans son petit garage près du quai Aspirant Herber."

"Il y passera ses journées de filetier jusqu’à plus de 80 ans, et parfois fera même un peu le secrétaire pour son fils Serge, praticien ORL bien connu. C’est parce qu’il aime les siens et qu’il sait la difficulté du travail qu’il fait ça, Roger. Pour aider ses neveux qui partent en mer, mais aussi parce qu’il y a chez lui ce besoin de savoir, de comprendre et d’améliorer. “Il était très ambitieux, se rappelle son neveu Louis. Il voulait sans cesse aller de l’avant”. Capitaine du premier chalutier à faire du thon dans les années 60, initiateur de la pêche au lamparo avec Jean Di Bianco, premier à utiliser des filets en nylon, “il voulait savoir le pourquoi des choses, et l’améliorer.” C’est un touche-à-tout tourné vers les autres qui endosse même, jusqu’au début des années 2000, la présidence d’une autre organisation majeure pour la communauté maritime : la coopérative d’achat des pêcheurs."

C’est une lourde tâche qui attend Roger D’Elia, mais il sait déjà qu’elle est im- portante pour les futures gé- nérations car les 30 glorieuses sont bien loin. Lors de cette présidence il réussit à mettre en place des groupements d’achats pour les postes de ra- vitaillement en carburant des chalutiers, et arrive même à négocier les prix auprès des pétroliers. Pas peur de monter à Matignon pour affronter les plus hautes sphères et revenir avec un chèque qui servira à construire le poste à carburant pour les chalutiers. Pas peur non plus de lancer une grève de 3 mois face à des mareyeurs qui n’achètent plus au vrai prix. Quoi d’étonnant à ce qu’il reçoive, en 2011, la médaille d’or du Mérite civil et militaire des mains de Ann Dao Traxel, fille adoptive de Jacques Chirac, lors de la 64e Saint-Pierre ?... Mais pour Roger D’Elia, ce qui compte autant que la mer, c’est les copains.

“On rentrait le soir à toute heure. Le dimanche il fallait dégorger, dit Louis Talano en souriant. On était des fêtards mais on ne courrait pas les filles, on restait entre collègues. C’était au plus qui boit, au plus qui bouffe, au plus qui chante.” “S’il ne faut écrire qu’une chose, c’est que c’était un homme fidèle”, insiste David D’Elia, petit-fils à qui Roger a beaucoup transmis.

Il garde avec lui le souvenir vivace d’un homme instruit, sur qui on pouvait compter. Ami fidèle, mari fidèle, Roger D’Elia avait sa façon à lui de combattre la perte de ceux qu’il avait aimés. Quai de la Consigne, Rampe des Arabes, cimetière marin, mairie. Au décès de sa femme Maryse, en 1986, et tous les jours de sa vie après ça, Roger a parcouru le même chemin pour se recueillir. Parce qu’il a aimé sa famille, parce qu’il a aimé ses amis, parce qu’il a tant fait pour Sète et les pêcheurs, Roger D’Elia, au travers de sa famille, sera au cœur de cette Saint-Louis

 

 Quant à Vivi Navarro qui obéit toujours à ses intuitions, c’est elle qui a créé l’affiche de la Saint-Louis 2023.

 boubouIMG_20230721_111242

Vivi Navarro, peintre diplômée en dessin scientifique et technique, vit et travaille à Sète. Son histoire avec l’île singulière est enracinée dans la cité portuaire où plusieurs générations de sa famille vivent ou ont vécu. L’artiste se définit comme “chercheur en laboratoire car si je ne comprends pas les choses, je ne peux pas les dessiner. J’explore, je cherche à comprendre, à observer. Je suis sur le champ des possibles et je fais ce que j’ai envie et je traduis ce que je ressens, je veux le partager”. Elle décrit, écrit, précise dans un souci de fidélité.

L’artiste s’est essayée à plusieurs courants depuis qu’elle a 12 ans, elle a suivi son propre parcours, se détachant de la figuration, allant jusqu’à l’abstrait. L’affiche qu’elle a créée pour cette 279e Saint-Louis valorise un détail des joutes, un zoom qui montre à lui seul la noblesse du sport et sa technicité :

“la matière m’intéresse, quand elle a vécu. Ce qui est lisse ne m’intéresse pas. Je voulais montrer cette force et cette sorte de violence, dont les cicatrices sont gravées sur les pavois”. Vivi détaille son travail : “la base, c’est travailler sur des supports qui ont vécu, qui ont une histoire, plans, cartes, agendas ... Tout est bon dès qu’il y a des écrits, schémas, inscriptions etc ...”. La ‘mise en danger, Vivi aime cela : “c’est un défi technique. Ici une magnifique carte marine du milieu XIXème , levée par trois ingénieurs hydrographes pour le Service Hydrographique et Océano- graphique de la Marine. Pour notre Saint-Louis, j’ai recadré ma carte marine avec un focus sur Sète et alentours, format A1, anticipant les déclinaisons finales au ratio, et j’ai couru la faire imprimer. Ensuite, il a fallu rapatrier le pavois scarifié et sa lance, en atelier, pour dessiner sur le motif (en direct). ‘Confinée’ dans mon atelier, j’ai œuvré à la pierre noire, aux encres grasses, et autres. J’ai observé, zoomé, assuré mon geste, construit, j’ai voulu comprendre le volume de ce bouclier, légender les zones éliminatoires, mais aussi et surtout j’ai voulu monter les points d’impact du trident sur le bois, la noblesse de la matière qui a vécu. Détails, fragments, gros plans, c’est ce que j’aime”.

 

Vivi Navarro frissonne à chaque Saint-Louis. Cette fête, c’est la sienne, celle des Sétois : “la macaronade à déguster sur les quais, les commentaires échangés, le partage et la convivialité de la Saint-Louis n’ont pas leur égal selon moi. Dans ces moments nous les Sétois, on part toujours en ‘biberine’, on se lâche. L’appartenance à une ‘corporation’, ici celle des jouteurs, la fierté de ces hommes quand ils descendent la Bourse pour le défilé, c’est magnifique, ça me met la chair de poule, ils paraissent déjà très concentrés sur la suite, qui sera savoureuse !”

 

L’artiste s’est sentie “très émue, touchée, fière, j’en ai pleuré, quand j’ai réalisé que j’allais signer cette affiche. C’est une reconnaissance de mon travail. Je suis une artiste nomade qui bouge, mais je reviens toujours au port d’attache, raide dingue de ma ville, de mes sétois, de nos cœurs généreux et notre gouaille, nos tempéraments et plus encore”. De parents andalous, Vivi Navarro travaille également sur l’identité du flamenco, sa force, ses codes. Elle va d’ailleurs réaliser l’affiche du festival montpelliérain de Flamenco qui aura lieu en novembre 2023.

“Passionnée et surtout habitée par mon héritage sanguin inscrit dans mon ADN, je travaille souvent à Séville. Et depuis 13 ans, à Tanger, dont l’attirance viscérale est un mystère, j’y suis chez moi”. L’artiste crée également des carnets de voyage, “c’est le meilleur passeport vers la relation humaine”. Vivi dédie son affiche à son petit beau-fils, Vincent Stento, petit-fils du Magnifique.

 

Le programme de la Saint Louis 2023 avec ses temps forts :

 

aaaabajCapture d’écran 2023-07-21 160011aaaabajCapture d’écran 2023-07-21 155931

aaaabajCapture d’écran 2023-07-21 155839

 

 

 

 



Le Cadre Royal recevait ce samedi 18 décembre après-midi la Coupe de Noël : premier Prix, Loic Cerrato

abcffffffIMG_20211218_115508Le Cadre Royal recevait ce samedi 18 décembre après-midi la Coupe de Noël , dédié à Christian Imparato, avec son challenge.
Voici les résultats:
- Deuxième Prix ex æquo: Brice Zemrak et Brice Giordano
- Premier Prix: Loic Cerrato
Vidéo en téléchargement
 
abcfffffIMG_20211218_161541