Environnement

Depuis le 24 mai, le beau temps peut favoriser le ressenti de nuisance par les moustiques

Bulletin opérationnel - 17 mai | EIDDepuis le 24 mai, le beau temps peut favoriser le ressenti de nuisance, particulièrement en dehors des agglomérations et en fin d’après-midi, à l’extérieur. Mais quelques situations de nuisances dues aux moustiques « ruraux » sont possibles en ville ces prochains jours.
En ville, l’activité « urbaine » augmente progressivement, les premiers moustiques-tigres (Aedes albopictus) sont observés.
Traitements et nuisances du 17 au 23 mai 2021 par département :

Rendez-vous du 1er au 4 mai au Forum international de la Météo et du Climat

18e Forum International de la Météo et du Climat

 

Lieu d’échanges de connaissances et de mobilisation entre scientifiques, scolaires et citoyens, le Forum international de la Météo et du Climat consacre sa 18e édition à l’adaptation aux enjeux climatiques. Météo-France soutient et participe à cet événement qui se tiendra 100 % en ligne du 1er au 4 mai 2021.

Événement tout public : 1er et 2 mai

Le Forum propose un programme varié pour découvrir et mieux comprendre les phénomènes atmosphériques, les prévisions météo, les enjeux climatiques et de l’eau ou encore le rôle de l’océan. Accessibles à tous, ces animations permettront aux petits et aux grands d’apprendre en s’amusant, à travers des expériences ludiques, des jeux collaboratifs, des débats et d'échanger avec des scientifiques. 

Conférence-débat : le climat change – 2 mai à 10 h

Deux médiateurs scientifiques de Météo-France présenteront les dernières connaissances sur l’évolution du climat et le lien entre le changement climatique et les phénomènes extrêmes, avant de répondre aux questions des participants.

Programme et inscription.

Conférence-débat : le climat change

Journée pour les scolaires : 3 mai

Le Forum propose aux élèves de primaire, collège et lycée, accompagnés par leurs enseignants, de suivre un parcours d’animations et d’ateliers pédagogiques autour des enjeux du changement climatique et de la biodiversité. Des sujets comme le cycle de l’eau, les écosystèmes, le numérique low-tech ou la régulation du climat seront abordés.

Météo-France animera (13 h 30-14 h 30) une conférence-débat pour les lycéens sur le thème " Le climat change ".

Programme et inscription.

Poursuivre sur : https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/avec-meteo-france/rendez-vous-du-1er

Fin mai on compte les oiseaux de son jardin

 
 
A noter dans vos agendas : fin mai on compte les oiseaux de son jardin pendant 1 heure et on saisit ses observations sur le site de l’Observatoire des oiseaux des jardins ! 
Pas de panique, pas besoin d’être un expert…
Au cours du week-end des 29 et 30 mai, comptez pendant 1h les oiseaux qui visitent votre jardin, votre balcon ou le parc public de votre choix.
Ces données, récoltées lors de cette opération de science participative, permettent aux scientifiques d’en savoir plus sur les oiseaux qui visitent les jardins durant la période hivernale.
 
 
 
Comment participer ?
Pas besoin d’être un expert, il suffit simplement d’avoir un peu de temps (une heure), d’aimer regarder ce qu’il se passe dans son jardin et de savoir compter. Facile !
Et pas de panique, des fiches espèces sont disponibles pour vous aider à0s jardins : www.oiseauxdesjardins.fr.
Comment ne pas compter plusieurs fois les mêmes oiseaux ?
Notez uniquement le nombre maximal d’oiseaux observés par espèce. Si vous observez successivement 4 mésanges bleues, puis 2 et enfin 1, ne notez que 4 mésanges bleues et non 7 (4+2+1).

SAUVAGE AGRESSION DE Christian PUECH

 

Agression intolérable à Montbazin

 

 

  

 

 

 

 

   

 

Christian Puech, grand militant photographe, défenseur des Peuples menacés, des Indiens d'Amazonie, soucieux de notre environnement et de la préservation de notre planète, n'a de cesse d'observer et d'essayer de protéger notre belle région...
Ce lundi, surprenant un camion qui déversait  gravas et placoplâtres dans la garrigue, non loin de son domicile de Montbazin, il a filmé ce dépôt pour apporter un témoignage supplémentaire à l'incivilité récurrente qui nous entoure.
Malheureusement, le pollueur s'est précipité sur lui, le rouant de coups, lui dérobant sa caméra et le laissant dans un état pitoyable.
Christian Puech a été pris en charge par les pompiers et transporté en urgence à l'hôpital Lapeyronie.
Ses plaies sont multiples et graves: visage, jambe....
La police va t elle enfin réussir à retrouver cet individu?
La justice appliquera t elle les sanctions nécessaires?
Un acte aussi pitoyable, gratuit, ne peut rester impuni.
Nous ne pouvons que regretter une fois de plus ces événements hélas quasi quotidiens.

Rappelons que Christian Puech avait déjà réussi à faire condamner de tels dépôts. Est ce une vengeance?

Nous espérons de tout cœur que Christian Puech se remettra bien  vite de ses blessures et que sa volonté et détermination ne seront pas affaiblies par cet acte odieux. 

De leur côté , Préfecture et Police semblent mettre en œuvre des moyens pour retrouver le ou les agresseurs.

 Christian Puech été contacté par  les chaines de télévision nationale, touchées par un tel drame et cette violence sans limite.

De son côté, il espère que le Maire de Montpellier, qui semblait de prime abord intéressé par sa proposition de devenir l'Ambassadeur  de la ville de  Montpellier pour l'Occitanie, puisse maintenant que  s'éloigne les problèmes sanitaires, lui donner  les moyens de développer son Projet.

 Dernières nouvelles:

Première opération ce mardi du tibia, qui a permis de découvrir une fracture au niveau du genou donc une deuxième opération à prévoir.

Une autre intervention serait à prévoir au niveau des fractures de la face (sinus, mâchoire).

Il devrait être transféré sur l'hôpital Gui de Chauliac.

 

J. Nègre

UNE MISSION AU KENYA REUSSIE POUR ELECTRICIENS SANS FRONTIERES

Une équipe d'Electriciens sans Frontières s'était envolée fin janvier 2021 pour le Kenya. Direction le comté de Baringo, chez les Massaïs, plus précisément dans le village de Marigat. C'était la suite logique de deux autres projets qui avaient été réalisés à Ilkiremisho (2010/2011, une mission) et Puko (2016/2017, deux missions) avec succès. ESF allait y travailler avec les mêmes fidèles partenaires des Pyrénées Orientales (le Comité de jumelage d'Alénya, la Communauté de communes Sud Roussillon et la commune d’Alénya) depuis 2010.

esfCapture 

 

Il a quand même fallu trois ans pour monter ce projet au Kenya, mais ce fut une réussite totale grâce aux partenaires de l'opération qui ont été généreux, réactifs et impliqués.

Le projet se situait donc dans le nord du Kenya, province de Baringo, la plus pauvre du pays et ils étaient trois pour réaliser cette mission, Chantal Vayssettes, Claude Mouret et le sétois Robert Olive, un habitué de ces missions au Kenya.

Le projet consistait à partir de leur camp de base à Marigat, d'expédier un container de matériel au départ de Sète vers le Kenya, d'alimenter en eau consommable 3000 personnes sur les communes de Ntepes et Eldume par :

. Un forage profond (100m).

. Un pompage d’eau en solaire photovoltaïque.

. Un champ solaire de 15 kWc.

. 70 Panneaux solaires installés.

. 12 kilomètres de réseau de distribution d’eau.

. Un réservoir château d’eau de 100 m³.

. 4 kiosques de distribution d’eau pour la population.

. 4 Points d’eau pour les animaux.

. L’alimentation en eau de deux écoles,une maternité et un dispensaire...

En électrifiant en solaire photovoltaïque la maison du gardien du champ solaire, la maternité d’Eldume, construite par leur partenaire la commune d’Alenya (66) et en électrifiant en solaire photovoltaïque, une « guesthouse » construite par leur partenaire « le comité de jumelage d’Alénya », qui sera génératrice de revenus pour la communauté Massaïs.

 TALA22Capture

Les partenaires furent nombreux :

- Le SIEDA (Syndicat intercommunal d’Energie de l’Aveyron), fidèle partenaire financier d’ESF depuis plus de 12 ans.

- La CCAS, partenaire financier, avec qui sera organisé prochainement un voyage solidaire avec visite de tous les sites des projets ESF réalisés au Kenya.

- La Fondation EDF, partenaire financier de longue date sur tous nos projets au Kenya.

- PFE, Partenariat Français pour l’Eau, séduit par la qualité du projet.

- LEGRAND, qui a fourni gracieusement tout le matériel électrique et d’installations intérieures du projet.

- PRYSMIAN, fournisseur bénévole de tous less câbles.

- PHILIPS, qui a fait don de toutes les lampes led.

- La Communauté de communes Sud-Roussillon, qui a pris en charge les 12 km de réseau de distribution d’eau.

- Le Comité de jumelage d’Alénya, patenaire de tous les projets ESF au Kenya.

- La commune d’Alénya qui a construit la maternité d’Eldume et la Guesthouse que nous avons électrifiés.

- L’entreprise CAPENERGIE, qui a fourni le matériel hydraulique à prix très concurrentiel et a conseillé tout au long de la réalisation.

 Et les voilà revenus. C'est pour eux le moment de réaliser un premier bilan.

En conclusion, une réalisation collective particulièrement réussie et complimentée par l’Ambassade de France au Kenya, présente lors de l’inauguration des installations.

Pour Chantal Vayssettes, chargée d’affaires au SIEDA (partenaire majeur d’ESF), c’était l’occasion d’une première mission en qualité de bénévole ESF.

Nous lui avons demandé comment elle avait vécu cette « première ».

 Chantal, quelle est ton impression générale sur cette mission au Kenya ?

  C’était pour moi très émouvant de vivre cette expérience auprès d’une population démunie qui attendait beaucoup de notre projet. J’ai été impressionnée par le professionnalisme des bénévoles d’ESF et de son partenaire Sud Roussillon ».

 Chantal, quelles étaient tes attentes en venant en mission au Kenya ?

TALA1Capture « Pour moi, c’était un peu l’aventure, je me demandais comment je pouvais être utile sans expérience pour ce type de mission, je partais dans l’inconnu. Et très rapidement on m’a confié des responsabilités que j’ai assumées aussi bien pour la construction de la structure support des panneaux solaires, de leur pose que dans le déroulage des câbles d’alimentation ou de la réalisation des installations électriques. Finalement je me suis senti à l’aise et proche de mon métier de chargée d’affaires et je peux dire qu’avec le recul, ces activités correspondaient à ce que j’attendais ».

 

Chantal, quel est ton meilleur souvenir pendant cette mission?

 « Il y en a plusieurs, j’en citerai deux. Le premier, ce fût l’arrivée de l’eau dans le réservoir de 100m3, c’était l’aboutissement symbolique du début de la réussite de la mission. Le second fut la remise d’ouvrage des kiosques de distribution d’eau à la population, là par enchantement, les femmes et les enfants sont arrivés en grand nombre avec leurs bidons jaunes, se sont rangés les uns derrières les autres pour les remplir, ils avaient tous un grand sourire, c’était pour eux la fin de la corvée d’eau qui nécessitait de faire plusieurs kilomètres pour obtenir cette eau source de vie ».

 Chantal des regrets ?

 « Aucun regret, nous avons travaillé dur tous les jours, une course contre la montre pour tout faire et une satisfaction du devoir accompli auprès d’une population attachante, leur sourire était notre récompense. Je suis prête à repartir pour vivre à nouveau ces moments intenses ».

Le moustique-tigre va commencer à se réactiver

Information EID Méditerranée :

C’est un phénomène très progressif.

Le moustique-tigre (Aedes albopictus) effectue une diapause (ou hibernation), au niveau de ses œufs, à partir de l’automne et jusque dans le courant du printemps. Il commence à sortir de sa diapause fin mars (quelques larves), les premiers adultes pouvant apparaître courant avril, mais la densité de ses populations adultes – et de leur nuisance éventuelle – ne croît que progressivement.Peut être une image de texte

Températures et photopériode

Les conditions de températures ne sont pas le seul paramètre à entrer en compte dans son réveil. La photopériode (rapport entre la durée du jour et la durée de la nuit) joue un rôle essentiel : dans nos régions tempérées, elle est jusqu’à présent le facteur limitant la sortie de diapause. Ainsi, depuis que le moustique-tigre a commencé son installation sur le territoire métropolitain français, en 2004, les toutes premières (et rares) larves n'ont pas été observées, pour les cas les plus précoces, avant la mi-mars et, en situation habituelle, à partir de courant avril.

Pas encore d’adultes, mais…

Cela étant posé, les moustiques-tigres qui vous piqueront dans quelques semaines sont déjà là, pour ainsi dire. Il n’y a pas encore d’adultes qui volent, mais leurs œufs ayant résisté à l’hiver et à la sècheresse, si des récipients sont déjà en eau, vous pouvez déjà avoir des larves.
Le phénomène est ensuite très progressif, les effectifs de moustiques-tigres adultes ne devenant suffisants en nombre pour être perceptibles qu’à partir du mois de mai. D’ailleurs, le lancement par le ministère de la Santé du plan national antidissémination du chikungunya, de la dengue et du Zika est programmé, comme les années précédentes, le 1er mai.

Commencer à prévenir

Il est donc utile de penser d’ores et déjà aux gestes préventifs et de commencer à les mettre en œuvre. En ayant à l’esprit qu‘il s’agit d’une démarche en continu, car le moustique-tigre est actif durant un gros semestre (de mai à octobre, voire un peu, encore, en novembre) et que ses pics de populations interviennent en plein été, entre juin et septembre compris. Il faut donc rester vigilant durant toute cette période, et pas seulement en début de saison.

NB : Des populations de moustiques-tigres non diapausantes peuvent avoir survécu (en serre, par exemple). De même, les mises en eau de récipients ayant contenu des œufs non diapausants (pondus avant septembre 2020) puis qui ont été placés à l’abri peuvent, en cas de mises en eau, aboutir à l’éclosion et au développement de quelques moustiques-tigres adultes. Mais ces situations sont trop rares et éparses pour les considérer autrement que comme des exceptions locales.

 

 

Les beaux jours sont de retour et la nature ne demande qu’à vous enchanter…besoin d’idées sorties ?

Avec notamment au programme pour ce lundi 31 mai, un atelier participatif de fabrication et de pose de nichoirs dédiés au Rougegorge familier, à la mésange et à l’Effraie des Clochet….ainsi qu’une visite d’exploitation viticole. Si vous avez une perceuse/visseuse, n’hésitez pas à l’apporter. Gants de protection conseillés.
Animation gratuite de 17h à 19h au Mas de la Plaine Haute sur le lieu-dit Plaine Haute à Vic La Gardiole. Si vous êtes intéressés et disponibles, vous pouvez vous inscrire ici : https://bit.ly/3xxPR2z ou appeler Cristina Costa (médiatrice pôle agriculture au CPIE du Bassin de Thau ) au 07 82 44 17 35.Peut être une image de plein air et texte qui dit ’BASSIN ETHAU Vos sorties nature mai et juin 2021 PRENEZ L'AIR 9h30 Chantier participatif Inscriptions LPO 10hà Inscriptions: 31/05 17hà garrigue Montbazin tous Animée CIVAM Racines $346 Chantier participatif Occitanie Ohà nature 06/06 Poussan adulte, enfant. Vic-la-Gardiole Gratuit. Tourbes CPIE Festival 18hà -Vieux Crique l'angle Paniers Thau. sur Facebook 10hà Inscriptions: 12/06 9h30 12h30: Des plantes soignent Gigean Occitanie CPIE 10hà enfant. Ramassage déchets découverte dela Animée CEN Sortie Géobgie Mont Ramu Bessan Animée IMIYO. plumes Payant Inscriptions: 9h30a 12h: nscriptions: 14hà 17h Sortie Animée Les résors Marseillan Plage Gratuit Agde oissons BT. Programmation complète sur ww.cpiebssindethau.fr/prenezlair’

Vendredi avec le CPIE, partez à la découverte des oiseaux du Lido à Frontignan !

Sous les conseils d’un animateur de la LPO Occitanie – DT Hérault, venez en apprendre plus sur les dangers que ces oiseaux doivent surmonter
Animation à partir de 6 ans.
Tarif de 6 euros par adulte, gratuit pour les – 12 ans.
Réservation auprès de l’
Office de tourisme de Frontignan

au : 04 67 18 31 60.

 

 

Peut être une image de plein air et texte qui dit ’BASSIN DETHAU Les Oiseaux du Lido Rencontre avec les oiseaux de la lagune Vendredi 16 avril à 9h30 au lido des Aresquiers à Frontignan Depuis quelques jours de drôles d'oiseaux s'installent sur nos plages près de nos lagunes. Certains courent sur sable, 'autres plongent dans 'eau jouent cache -cache dans les salicornes. Partez leur découverte les observant avec ornithologue apprenez en plus les dangers que ces oiseaux doivent surmonter. Animé par la LPO Occitanie. Tarif 6€ adultes gratuit pour les moins de 12 ans. Réservation :04 PRENEZ L'AIR PROGRAMMATION COMPLÈTE SUR www.cpiebassindethau.fr/prenezlair dleau CLIMA OFB Occitanie Herault aGGLOPÃL ARCRIFELDETRAR’

 

Les particules de plastique : information et débat à Montbazin le 25 mai

Les particules de plastique : une soirée  information et débat à Montbazin ce 25 mai :

 En 2019, l'Observatoire du Pays de Thau avait organisé une passionnante et enrichissante table ronde en présence de scientifiques. Cette réunion, dont on parle encore, avait connu un franc succès. L'on avait appris qu’il neigeait du plastique ! Comme il y a deux ans, la Réunion de ce mardi a été présentée par le Dr Brigitte Cohen, Présidente de « l’Observatoire du Pays de Thau »...

" L’Observatoire du Pays de Thau est une Association non subventionnée, donc indépendante, qui intervient en interpellant les différents acteurs institutionnels et la population à propos de toutes les questions écologiques et environnementales du bassin, de ce patrimoine unique de part ses herbiers, ses hippocampes, ses huîtres, sa pêche, mais très fragile que constitue l’Etang de Thau. Il convient donc de le protéger ".

Puis est intervenu Christophe Morgo, Vice-président du Conseil Départemental, délégué à l’Environnement à propos du territoire de Thau et Vice-président de l'Observatoire du Pays de Thau qui a précisé combien les plastiques et les particules de plastique pouvaient être néfastes et dangereux pour l'humanité, pour notre territoire en particulier en impactant nos sols, notre air, et en se dirigeant vers l'étang ou la mer Méditerranée lors d'épisodes pluvieux, impactant alors le monde marin.

Il est temps de se rendre compte que nous courrons à la catastrophe et de réagir aussi...

Depuis 2020 nous vivons une pandémie mondiale, que nous avons néanmoins cru propice à réflexion sur nos habitudes, qui laissait espérer de nouveau comportements plus respectueux de notre planète.

Il n’en est rien, la consommation de plastique augmente avec son leurre du recyclage...

L'Observatoire du Pays de Thau a décidé de rouvrir ce dossier et de l’examiner sous un autre angle : l’addiction au plastique et les industriels du plastique qui organisent la fabrique du doute (comme nous l’avons vécu avec les industriels du tabac ou Monsanto et les pesticides).

Petit rappel : les plastiques sont partout : emballages, vêtements, mobiliers, cosmétiques, véhicules... La production mondiale a augmenté de façon exponentielle et a doublé durant les 10 dernières années. Exemple de la bouteille plastique : plus d'1 Million de bouteilles achetées chaque jour dans le monde, la France est dans le top 5 ; 5 ème pays buveur d’eau embouteillée sachant que le temps de décomposition d’une bouteille plastique est de 400 ans minimum... Près de 77 % des plastiques ne sont pas recyclés et, de plus, le recyclage complet du plastique est impossible. C’est une re-transformation qui nécessite la réinjection de plastique neuf .Donc l’utilisation du plastique génère obligatoirement des particules fines dans l’environnement et des nano-particules.

A l’inverse du verre, par exemple, qui se recycle complètement et indéfiniment, ces particules plastiques finissent dans l’eau, dans l’air ou enfouies dans le sol. Nous les avalons, nous les ingérons, nous les absorbons par la peau.

La réunion publique s'est poursuivie avec deux expertes passionnées, reconnues, auteures de récents ouvrages afin de mieux comprendre et surtout être informés sur l’existence de solutions et d’alternative même si tout est fait pour nous tromper et nous laisser croire que l'on réduit la production de plastique dans le monde :

 

Directrice de recherche à l’INRAE, Nathalie Gontard  qui a écrit « Plastique, le grand emballement »* après avoir été chercheuse au CIRAD et Professeur à l’Université de Montpellier et Kyoto,  explore l’univers du plastique sur tous les continents du monde et fait un constat implacable : "tous les inventeurs, tous les recycleurs ne suffiront pas, il faut supprimer la source du danger…arrêter de croire au progrès par l’innovation qui permettrait toujours plus de consommation de plastique."

 Et Dorothée Moisan n'est pas rassurante pour notre avenir « Les plastiqueurs » ** Journaliste, elle a enquêté sur ces industriels qui nous empoisonnent et minimisent les risques de ce poison présent dans l’air, dans l’eau, et dans le sol, pour se retrouver dans notre corps. Même si l’industrie promet de participer au financement du recyclage, ce n’est qu’un alibi, la production mondiale du plastique va doubler d’ici 2040 ! La règlementation progresse mais la production augmente…

Si les questions environnementales mobilisent de plus en plus et si cela doit être le combat de tous dans l'intérêt de la nouvelle génération qui arrive, il y a urgence car nous sommes tous impactés, les animaux, les humains, et les nano-particules qui suivent le cycle de l'eau sont en mer, dans les airs, invisibles mais nocives, à court et à long terme.

Ces particules sont souvent des perturbateurs endocriniens car dans la chimie moderne les groupes industriels ont généralisé et facilité l'emploi de matières plastiques, de pesticides et ont inventé de nombreux objets de notre vie quotidienne qui contiennent des composés chimiques. Ces substances chimiques d’origine naturelles ou artificielles, mais étrangères à l’organisme humain vont interférer avec le fonctionnement du système endocrinien. Cela implique : des maladies chroniques, de l'obésité, une baisse du nombre de spermatozoïdes chez l'homme, des maladies graves en étant des agents, cancérigènes et mutagènes...

Un grand intérêt du public conscient que l'avenir est dans les mains de l'Homme, conscient aussi, comme l'Observatoire du Pays de Thau et les deux intervenantes, que même si l'on progresse dans un sens, dans l'autre cela ne s'arrange et au contraire, car la production de plastique se développe en mettant notre planète en danger.hhhhhhhhhIMG_20210525_190438

 

*« Plastique : Le grand emballement » Nathalie Gontard - Ed Stock - Nov. 2020

**« Les plastiqueurs » Dorothée Moisan – Ed Kero - Mars 2021

 

Prenez-soin des petites chouettes

Comme les Chouettes hulottes, les petites Chevêches d’Athéna sautent du nid alors qu'elles ne savent pas encore voler et terminent leur éducation au sol.
 
Les parents ne sont jamais très loin et continuent de les éduquer et de les nourrir. N'ayez pas peur de les laisser au sol si aucun danger ne les menace (voitures, chats...) ou de les replacer en hauteur (dans un arbre ou à l'aide d'une boite en carton) afin de leur laisser le temps de s'émanciper totalement, ce qui est primordiale pour leur futur vie d’adulte.
 
En cas de doute sur les réflexes à avoir, n’hésitez pas à contacter la LPO au : 04 67 78 76 24 (choix 1) ou de regarder sur son site internet pour adopter les bons gestes : https://herault.lpo.fr/secourir/.
 
Sponsored image
Photo d'illustration chouette

Quand les anomalies du climat inquiétaient déjà il y a 200 ans

Avec Météo France :

Le changement climatique est actuellement un enjeu majeur de notre société. Il y a 200 ans, en 1821, après plusieurs années de fortes gelées et d'inondations, on s'est interrogé pour la première fois sur le lien possible entre la déforestation importante et ces variations du climat.

En 1821, la France est en pleine période de Restauration monarchique après l’exil de Napoléon Ier à Sainte-Hélène en 1815. Les trente années qui viennent de se dérouler ont bouleversé la propriété foncière et désorganisé la gestion forestière. En 1816, la forêt française a atteint sa plus faible superficie avec 1 300 000  ha contre 3  000 000  ha  en 1795. Suite à l’éruption duTambora en 1815, la France a subi une année sans été avec des pluies diluviennes qui ont ruiné les récoltes et occasionné des disettes en 1816 et 1817. Le froid a perduré, et les oliviers du sud de la France sont victimes du gel en 1819 et 1820.

Et si cette variation du climat était due aux déboisements ?

La situation est si catastrophique que le comte Siméon, alors ministre de l’Intérieur de Louis XVIII, profite de la séance de l’Académie royale des sciences du 25 avril 1821 pour adresser une circulaire à l’ensemble des préfets : « Messieurs, depuis quelques années, nous sommes témoins de refroidissements sensibles dans l'atmosphère, de variations subites dans les saisons et d'ouragans ou d'inondations extraordinaires auxquels la France semble devenir de plus en plus sujette. On l'attribue en partie aux déboisements des montagnes, aux défrichements des forêts, au défaut d'abri qu'éprouvent nos campagnes et à l'absence des obstacles naturels qui s'opposaient jadis aux vents et aux nuages du nord et de l'ouest. [...] »

Pixabay

Aller plus loin : https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/magazine/meteo-histoire/quand-les-anomalies

1ère Randodéchets, avec un succès affirmé pour les Gardiens de Thau!

Les inscriptions ont bien été respectées.  Malheureusement certaines personnes ont dû se décommander, en dernière minute, pour cause de maladie ou réaction au vaccin !! Mais cela n'a pas empêché les Gardiens de Thau ses ports et sa lagune d'avoir accueilli beaucoup de monde en ce premier jour de sa nouvelle action.

Environ 25 personnes, un temps magnifique et une température agréable, quoi demander de mieux pour se lancer sur la plage à la recherche des déchets mais aussi à échanger tout le long de sa promenade...

Et les Gardiens de Thau précisent :  "10H, après un briefing , nous sommes tous partis, chacun à son rythme sur le sable. Quel plaisir de voir toutes ces personnes marcher avec envie d'être ensemble et de ramasser les déchets sur leur passage. Chacun a bien respecté les barrières sanitaires. La responsable de la biodiversité, Josiane, surveillait et donnait des conseils afin de ne pas déranger certains oiseaux qui avaient pu faire leur nidation dans le  haut des dunes de la plage."

"Qu'avons nous pu trouver ? les mêmes et éternels déchets laissés sur une plage par des êtres peu respectueux. Les participants avaient pour consigne de mettre au fur et à mesure les déchets dans les poubelles de bord de plage qui malheureusement étaient inexistantes sur la promenade....!!! Après on s'étonne que les gens soient sales"

 

"11h45 : arrêt vers la plage de la baleine pour pique-niquer tranquillement. les 4 groupes de 6 personnes se sont posés sur le sable et chacun a pu faire connaissance de l'autre. Des liens se sont formés. Après une distribution de café, un petit vent frais nous a fait sortir  de notre douceur d'être bien assis."

"Nous sommes revenus paisiblement vers le point de départ.  Surprise !!! des déchets étaient encore là. Comme quoi les aller-retours sont toujours positifs."

"Vers 15h nous nous jetâmes au fur et à mesure sur le muret de la place Théron. Tous heureux de notre journée qui nous a permis de faire connaissance.

Nous vous donnons Rendez-vous le 5 mai aux mêmes heures. L'endroit vous sera donné plus tard mais 2 options sont déjà prévues : soit le long des Salins soit la plage de Frontignan.

Merci à tous les participants pour cette belle première action qui a été très appréciée. cela nous encourage à continuer dans cette voie nouvelle pour sensibiliser le plus de personnes possibles à respecter la nature."

 

ETAT DES RESSOURCES EN EAU : Maintien en vigilance de tout le département de l’Hérault

Les épisodes pluvieux et les températures plutôt fraîches constatées cette première quinzaine de mai offrent un répit, mais la situation hydrologique reste fragile dans l’Hérault, notamment sur les plaines littorales. Les récentes précipitations, relativement abondantes sur le nord est du département, ne compensent cependant pas l’important déficit de la recharge automnale et hivernale, qui reste stable sur la période septembre à mai.

 

Les réserves d’eaux souterraines ont modérément bénéficié de ces précipitations et les niveaux ont peu évolué, restant normaux à bas pour la période avec une tendance à la baisse qui se confirme pour plus de 70% des nappes. Les débits des cours d’eau assez bas fin avril ont en revanche mieux bénéficié de ces pluies, offrant ainsi un sursaut d’humidité au milieu, avant l’installation de conditions estivales chaudes et sèches pour les mois à venir.

Bois, Nature, Sheer, SécheresseCompte tenu de ces constats, et conformément à la proposition du comité sécheresse1, l’intégralité du département de l’Hérault est maintenu en vigilance et une gestion économe de l’eau reste vivement conseillée pour repousser autant que possible la mise en place de mesures de restriction. Le prochain point de situation aura lieu mi-juin.


TOUTES LES INFORMATIONS sur le site internet des services de l’État : l’arrêté préfectoral, la carte des
zones concernées, les mesures… :
http://www.herault.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-risques-naturels-ettechnologiques/
Eau/Secheresse
_________________________
1- Le comité sécheresse, animée par la DDTM 34, est composée des services de l'Etat, d’Etablissements Publics, de collectivités compétentes
en gestion de la ressource et d’usagers. Il a pour objectif d’assurer le suivi de la ressource en eau sur le département et le cas échéant de
proposer les mesures appropriées en fonction des 5 niveaux identifiés : situation normale, vigilance, restriction de 1er niveau, restriction
renforcée et crise.