agglo bassin de Thau

Téléchargez le nouveau numéro du magazine « Notre agglopôle »

peliCapture

Au programme de ce premier numéro de l’année, de nombreux sujets abordés, dont :

  • un dossier sur le budget 2019 de Sète agglopôle méditerranée
  • un coup de projecteur sur le lancement du chantier de la station d’épuration Thau Maritima à Sète
  • un point sur l’entretien des ruisseaux et rivières du territoire
  • un retour sur les réunions publiques pour l’élaboration du Plan de Déplacements Urbains
  • un zoom sur l’externalisation de la collecte des déchets
  • les portraits des « Copines d’à Bord » qui participeront au futur Rallye Aïcha des Gazelles à bord d’une voiture électrique…
  • l’annonce du Forum Sport qui se tiendra le 31 janvier 2019 au Casino de Balaruc-les-Bains

Version PDF du magazine 

Version E-BOOK Bonne lecture !

Adoption à l’unanimité du projet territoire de Sète agglopôle méditerranée

taireP1170547

Ce jeudi 21 décembre, en introduction du Conseil Communautaire au Lazaret de Sète ce fut un vote à l’unanimité des élus pour valider le projet de territoire collaboratif de Sète agglopôle Méditerranée

Le Conseil Communautaire du jeudi 20 décembre a donc vu ce jeudi malgré quelques observations l’adoption, à l’unanimité des élus communautaires, du projet de territoire de Sète agglopôle Méditerranée.

« Ce vote unanime vient clôturer une année de travail intense du « Groupe Projet », constitué du Conseil de développement et de représentants des 14 communes de l’agglomération, qui s’est investi au service du territoire, pour mener cette mission dans un esprit communautaire, dressant avec justesse les grands axes et les objectifs fixant le cap commun et la feuille de route que l’agglopôle doit se donner à l’horizon 2040. »
 

C’est « Loin d’être un aboutissement, l’adoption du projet de territoire est l’amorce d’un travail collaboratif inédit entre élus et société civile, porteur de développement, d’ambition et d’unité pour le territoire de Sète agglopôle Méditerranée », a conclu le Président François Commeinhes.
 taireP1170554

Avant que ne soit présenté le Projet de Territoire par des membres du Conseil de Développement et des élus municipaux non élus au Conseil Communautaire référents dans leurs communes formant le groupe « Projet de Territoire », François Commeinhes tenait à  revenir sur l’élaboration de ce Projet de Territoire.

« Un peu plus d’un an jour pour jour après le lancement de notre projet de territoire, pour lequel les élus ont choisi à l’unanimité du conseil en novembre 2017 une méthode d’élaboration coopérative originale et innovante, nous voici réunis pour l’adoption de ce projet de territoire à l’horizon 2040. »

« Il n’y a aucun impératif légal à l’élaboration d’un tel projet. Mais une fusion imposée par l’Etat précipitamment dans le cadre du mandat, malgré l’avis défavorable de 13 des 14 communes composant l’EPCI, entre 2 intercommunalités aux histoires, fonctionnements et projets très différents, a vite fait apparaître le caractère indispensable de se donner un cap commun en construisant ensemble un tel projet.

Le caractère précipité de cette fusion avait en effet créé un déficit d’échanges stratégiques entre les élus, que beaucoup regrettaient, malgré de premières ébauches de coopération à travers le Syndicat mixte du bassin de Thau.

Il ne s’agit pas de remettre en cause ce qui était déjà engagé, de casser une dynamique initiée dès 2014, par la prise de nombreuses nouvelles compétences et le lancement de grands projets attendus par les populations de nos communes.

Il s’agit bien de définir la meilleure forme de collaboration entre les communes dans ce qui est, rappelons-le, un outil de coopération entre elles, pour faire de Sète agglopôle Méditerranée un acteur majeur du développement, et un territoire fort constitutif de l’échelle métropolitaine.

Structuré autour d’une ambition commune visant à « innover, partager et préserver un territoire exceptionnel de terres et d’eaux », il pose les bases d’une mutation du territoire vers les domaines d’avenir dans le respect de son identité et en valorisant un environnement exceptionnel, mise en œuvre à travers une gouvernance privilégiant des formes de concertation renouvelées.

L’élaboration du projet de territoire est, comme je l’ai dit, un acte volontaire, et il y a autant de méthodes de travail et présentations formelles que de projets. Pour autant, la démarche est encadré légalement, puisque de la loi Voynet sur l’aménagement du territoire en 1999 à la0

Avant de soumettre ce projet à l’approbation des élus, il proposait une suspension de séance afin qu’il puisse vous être présenté par celles et ceux qui en ont été les petites mains et les gros cerveaux…

taireP1170559

Eliane Rosay, Vice Présidente de SAM, Déléguée à la politique du tourisme, rayonnement et attractivité du territoire, relations avec le Conseil de développement tenait à féliciter tous ceux qui avaient permis l’élaboration de ce projet et à revenir sur la démarche suivie pour son développement dans un processus collaboratif.

Le projet pouvait être alors dévoilé.

« Projet de territoire, horizon 2040 »
UNE AMBITION « Innover, partager et préserver un territoire exceptionnel de terres et d’eaux »

UNE FINALITÉ
Réussir la mutation du territoire vers des domaines porteurs d’avenir tels que l’économie bleue, la croissance verte et le sport, la santé, le bien-être, en s’appuyant sur ses atouts et en privilégiant le bien vivre ensemble, l’emploi et la formation.

 Une stratégie en  3 axes :
• Innover / Développer

• Se rencontrer / Partager
•Valoriser / Rayonner
  et 7 orientations 

Les 7 orientations

• Initier un mode de gouvernance communautaire conduisant l’agglo à être reconnue comme acteur structurant du territoire.
• Devenir le territoire de l’économie bleue de l’Occitanie.
• Développer l’économie circulaire et la croissance verte.
Repenser la mobilité durable sur notre territoire.
• Créer les « villes et villages de rencontres » de demain.
• Evoluer vers un territoire « expérientiel ».
• Valoriser le territoire par des marqueurs caractéristiques.

ORIENTATION 1 – Initier un mode de gouvernance communautaire conduisant l’agglo à être reconnue comme acteur structurant du territoire.

Choisir des pratiques innovantes associant les habitants, la société civile et les administrations
Construire une nouvelle démocratie participative de proximité révélant les initiatives citoyennes et permettant aux élus de développer des politiques partagées à l’échelle territoriale.
Δ Consultation citoyenne par voie numérique – association de la population à la réalisation de projets.
Δ Sensibilisation à la citoyenneté par le biais de l’école.
Δ Espaces partagés de travail – tiers lieux.

AXE A – Innover / Développer
ORIENTATION 1 – Initier un mode de gouvernance communautaire conduisant l’agglo à être reconnue comme acteur structurant du territoire.

Le projet de territoire s’inscrivant dans le temps long, il convient de l‘adapter régulièrement aux évolutions endogènes et exogènes du territoire et d’en assurer le pilotage

Créer une instance de suivi paritaire du projet de territoire (élus/société civile).

Δ Pérennisation du groupe de projet élus/conseil de développement pour en assurer le suivi.

AXE A – Innover / Développer
ORIENTATION 1 – Initier un mode de gouvernance communautaire conduisant l’agglo à être reconnue comme acteur structurant du territoire.

Anticiper les évolutions institutionnelles (Département, communes …)

Développer une gouvernance qui prépare les évolutions organisationnelles territoriales

Poursuivre les réflexions sur l’évolution de la répartition des compétences agglo/communes.

Δ Collaborations approfondies avec les collectivités territoriales proches.

Δ Conseil communautaire des jeunes.

ORIENTATION 2 – Devenir le territoire de l’économie bleue de l’Occitanie

Créer un Campus de la mer à vocation internationale spécialisé dans la biodiversité marine, la pêche, les énergies renouvelables, l’urbanisme durable.
Faire de CELIMER le socle d’un ambitieux projet dans les domaines de l’économie bleue associant universités, écoles, recherche appliquée, start up, entreprises.

Δ Créer sur une de nos friches industrielles un campus de la mer, reliant et fédérant les structures existantes du et hors territoire, doté d’outils d’incubation (pépinières d’entreprises) et d’espaces partagés (coworking).

AXE A – Innover / Développer (suite)
ORIENTATION 2 – Devenir le territoire de l’économie bleue de l’Occitanie  Se positionner comme premier partenaire maritime de la Région Occitanie et créer une filière nautique de plaisance.

Impulser et porter un plan de développement maritime et fluvial à long terme, transverse à l’agglomération, la Région, VNF…

Δ Filières nautiques de plaisance (déconstruction, entretien, maintenance…).
Δ Pépinières d’entreprises spécialisées dans le nautisme.
Δ Activité croisière durable.
Δ Sports nautiques innovants.

AXE A – Innover / Développer (suite)
ORIENTATION 2 – Devenir le territoire de l’économie bleue de l’Occitanie

Aider les métiers traditionnels (viticulture, conchyliculture, maraîchage, éco-tourisme…) à adapter leur savoir faire aux nouvelles technologies, au changement climatique et s’ouvrir aux métiers du futur.

Nouer des partenariats avec les organismes de recherche appliquée dans les domaines de l’agriculture et de la conchyliculture, pour anticiper les pratiques de demain.

Δ Bénéficier de la proximité de l’INRA, du CIRAD, de SUP AGRO, de l’IFREMER et des universités spécialisées dans ces domaines.

AXE A – Innover / Développer (suite)
ORIENTATION 3 – Développer l’économie circulaire et la croissance verte
Réussir la transition énergétique priorité majeure pour notre territoire d’exception
Concrétiser un territoire durable à énergie positive.

Δ Faire du PCAET un programme global et partagé de développement durable.
Δ Créer un pôle d’observation du changement climatique et de la qualité de l’air, incluant notamment l’évolution du trait de côte et ses impacts sur l’habitat, l’économie et la mobilité.
Δ Utiliser toutes les opportunités foncières (friches industrielles, toitures, parkings …) pour le développement d’énergies renouvelables.

Δ Explorer les nouvelles technologies : thalassothermie, hydrogène….

AXE A – Innover / Développer (suite)
ORIENTATION 3 – Développer l’économie circulaire et la croissance verte
Réussir la transition énergétique priorité majeure pour notre territoire d’exception (suite).
S’orienter vers un territoire à haute qualité environnementale.

Δ Prioriser les activités non polluantes sur nos zones économiques.
Δ Finaliser la dépollution des friches industrielles.
Δ Tendre vers un territoire « Zéro déchet ».
Δ Anticiper et gérer les risques naturels et ceux liés au changement climatique.

AXE A – Innover / Développer (suite)
ORIENTATION 3 – Développer l’économie circulaire et la croissance verte
Sécuriser nos ressources naturelles et agricoles pour accompagner l’évolution démographique du territoire
Innover dans la gestion de la ressource en eau potable.
Δ Sécuriser et optimiser l’approvisionnement en eau potable et eau brute, augmenter et améliorer la capacité de traitement des eaux usées et pluviales.
Δ Agir sur le comportement du consommateur par la sensibilisation et l’information.

Reconquérir et préserver les terres agricoles au bénéfice d’une agriculture raisonnée en circuits courts.
Δ Conforter les leviers de préservation du potentiel de production agricole inscrit au SCOT.
Δ Veiller à la qualité de nos paysages par la préservation des terres agricoles.

AXE A – Innover / Développer (suite)
AXE B – Se rencontrer / Partager
ORIENTATION 4 – Repenser la mobilité durable sur notre territoire

Dans un territoire où les déplacements sont contraints, réussir le report modal vers les mobilités douces, pratiques et sécurisées.
Relier les habitants et les bassins d’emplois par des temps de trajets optimisés et faciliter les échanges avec les territoires voisins

Δ Utiliser l’eau comme support de mobilité par le développement de navettes maritimes et fluviales. Δ Fluidifier la circulation en repositionnant la voiture à sa juste place dans l’espace public. Δ Structurer le réseau de transport en site propre autour de plateformes multimodales dotées de parkings serviciels. Δ Garantir un accès rapide aux aéroports voisins. Δ Transformer la ligne ferroviaire actuelle en RER Translittoral.

ORIENTATION 4 – Repenser la mobilité durable sur notre territoire

Dans un territoire où les déplacements sont contraints, réussir le report modal vers les mobilités douces, pratiques et sécurisées (suite)
Intégrer résolument les nouvelles technologies au service des déplacements
Δ Promouvoir les avancées techniques dans les modes de déplacement : véhicules autonomes et partagés, covoiturage, «Thauval», bus autonomes et intelligents au départ de parcs relais…
Δ Explorer de nouveaux moyens de transports. Exemple : téléphériques, escaliers roulants, ascenseurs, SkyTran…
Δ Développer la communication numérique et ses applications au service des utilisateurs
Δ Privilégier les énergies propres et innovantes : hydrogène, électricité….

AXE B – Se rencontrer / Partager
ORIENTATION 5 – Créer les « villes et villages de rencontres » de demain

Mieux vivre ensemble dans tous les lieux de vie du territoire
Se réapproprier l’espace public au bénéfice de la convivialité et accueillir dans l’excellence environnementale.

Δ Dans les cœurs de villes et centres bourg développer l’espace marchable, cyclable et apaisé en réponse à l’étalement urbain et commercial.
Δ En réponse à la densification urbaine, aménager des espaces publics ludiques, verts, véritables lieux de vie et de rencontre.

Δ Transformer les zones pavillonnaires sans âme, en quartiers animés.

Δ Sortir certains quartiers urbains de leur isolement.

AXE B – Se rencontrer / Partager
ORIENTATION 5 – Créer les « villes et villages de rencontres » de demain
Mieux vivre ensemble dans tous les lieux de vie du territoire (suite)
Faire de nos espaces naturels protégés un atout de respiration et de communion avec la nature et la biodiversité.
Δ Créer une gouvernance opérationnelle de mise en œuvre des plans de gestion des espaces naturels.
Δ Créer de nouvelles activités touristiques de plein air respectueuses de la biodiversité.
Maîtriser l’évolution de la ville de demain au bénéfice des habitants et du cadre de vie
Δ Privilégier l’harmonie architecturale par de l’habitat durable, méditerranéen. Δ S’ouvrir au modèle de «smart city» pour développer la cité connectée et apaisée

AXE B – Se rencontrer / Partager
ORIENTATION 6 – Evoluer vers un territoire « expérientiel »
 Mettre en mouvement les forces vives du territoire autour de projets porteurs d’avenir.

 Créer une filière spécifique sport/santé/bien-être s’appuyant sur nos atouts eau, nature, thermes

Δ Enrichir le schéma directeur touristique du volet sports nautiques et de pleine nature, grâce à notre environnement fait de terres et d’eaux.

Δ Soutenir les formations dans les secteurs du sport, santé, bien-être, tourisme et gastronomie.

Δ Faire des J.O. 2024 l’accélérateur de ce projet (base arrière).
Δ Créer un territoire laboratoire sur le thème « se soigner autrement ».

AXE B – Se rencontrer / Partager
AXE C – Valoriser / Rayonner
ORIENTATION 6 – Evoluer vers un territoire « expérientiel »

Mettre en mouvement les forces vives du territoire autour de projets porteurs d’avenir (suite).
Se doter de structures d’accueil et d’évènementiels de qualité, à la hauteur des ambitions du projet de territoire.

Δ Promouvoir un nouveau modèle économique hôtelier adapté aux spécificités du territoire en collaboration avec les partenaires du secteur en direction :
• Du tourisme d’affaire et scientifique (campus de la mer…).

• Du tourisme sportif et sport, santé, bien être.

Δ Créer un palais des congrès, modulable, central, accessible relié à des voies de circulations, autoroute, routes, navettes maritimes…

ORIENTATION 7 – Valoriser le territoire par des marqueurs caractéristiques

 Etre reconnu comme un territoire d’exception tant sur le plan culturel qu’environnemental.

 Engager une démarche de labellisation du territoire.

Δ Obtenir un classement de type «Grand site de France », « Unesco » mais aussi « Destination pour tous »…

Δ Valoriser les lieux emblématiques de l’agglo et créer de nouveaux espaces d’identification (entrées de territoire, maisons du terroir, loisirs et nature, circuits touristiques, patrimoine…)

AXE C – Valoriser / Rayonner
ORIENTATION 7 – Valoriser le territoire par des marqueurs caractéristiques

Etre reconnu comme un territoire d’exception tant sur le plan culturel qu’environnemental.

Structurer et promouvoir notre patrimoine culturel, artistique et gastronomique à l’échelle de l’agglomération.

Δ Décliner un « Plan Patrimoine » reliant culture, gastronomie, éducation et économie.
Δ Mettre en œuvre une approche globale d’organisation, de communication et de gestion des grands événements.
Δ Promouvoir les nouvelles formes du septième art mettant en valeur le territoire.

Avant que le projet ne soit validé à l’unanimité, certaines observations :

Pour Monsieur Prato, la démarche est honorable mais il convient d’aller aux priorités. Attention de ne pas vouloir aller trop loin alors qu’il faut terminer correctement le travail déjà commencé.

Pour Monsieur Linares, c’est un travail de qualité, mais la vérité de l’intention, c’est l’acte et pour ceux-ci il faudra les moyens pour poursuivre les travaux en cours, ceux à réaliser, et aller au-delà pour faire vivre le projet.taireP1170561

Pour le Groupe d’opposition minoritaire, ce projet aborde les problématiques typiques de notre territoire et correspond à la nouvelle démocratisation participative actuelle. Mais vigilance car décalage entre les objectifs et les mesures qui permettront de les atteindre à voter et acter plus tard en Conseil Communautaire. Il faudra les moyens, car ce sont des ambitions que l’on ne peut que partager. il faudra établir une feuille de route et se soucier de contradictions entre ce projet et d’autres projets portés par SAM et même par l’Europe. Pour Monsieur Liberti, les problèmes liés à l’eau, à la pêche… Entre-autres témoignent de ces directions différentes dont il faudra tenir compte si le projet doit prendre vie.

Le projet était adopté à l’unanimité et les 3 axes et 7 orientations présentés par les membres du groupe « Projet de Territoire » étaient validés.

Unanimité des élus pour le projet de territoire collaboratif de Sète agglopôle Méditerranée (2)

 Le Conseil Communautaire du jeudi 20 décembre a vu hier l'adoption, à l'unanimité des élus communautaires, du projet de territoire de Sète agglopôle Méditerranée. 

Ce vote unanime vient clôturer une année de travail intense du "Groupe Projet", constitué du Conseil de développement et de représentants des 14 communes de l'agglomération, qui s'est investi au service du territoire, pour mener cette mission dans un esprit communautaire, dressant avec justesse les grands axes et les objectifs fixant le cap commun et la feuille de route que l'agglopôle doit se donner à l'horizon 2040. 
 

"Loin d'être un aboutissement, l'adoption du projet de territoire est l'amorce d'un travail collaboratif inédit entre élus et société civile, porteur de développement, d'ambition et d'unité pour le territoire de Sète agglopôle Méditerranée", a conclu le Président François Commeinhes.

Collecte des déchets : le planning pour Noël et le Jour de l’An

Les fêtes de fin d’année s’accompagnent d’un surcroît de déchets. Sète Agglopôle Méditerranée l’anticipe en aménageant le calendrier des collectes sur le territoire.

feruCapture

Balaruc-le-Vieux et Gigean ne sont pas concernées, n’étant pas collectées les mardis.

Pour assurer l’efficacité des collectes et dans un souci de propreté, il est impératif de respecter les jours de passage indiqués. Aucun rattrapage ne sera assuré.

De même, vous êtes invités à vous rendre en déchetterie pour vos encombrants (cartons d’emballage notamment) ou vos végétaux (sapins). Fermées les 25 décembre et 1er janvier, ces installations rouvriront dès le lendemain aux horaires habituels.

Enfin, la collecte des bornes de tri étant maintenue pendant les fêtes, pensez à recycler votre verre.

Habitat : interruption des permanences d'Urbanis et d'In situ pendant les fêtes de fin d'année

En raison des fêtes de fin d'année, les permanences des bureaux d'études du SAM seront interrompues momentanément :

- Le bureau d'études URBANIS  n'assurera pas  les permanences téléphoniques de l'OPAH communautaire les mercredi 26 et jeudi 27 décembre de 9h30 à 11h30. La prochaine permanence d'accueil physique est donc prévue le lundi 7 janvier 2019 , à la Maison de l'Habitat, rue Pierre Sémard à Sète.

En raison de travaux intervenant à la mairie de Mèze pendant 2 à 3 semaines,  la permanence du bureau d'études URBANIS ne sera pas assurée le lundi 7 janvier.

- Le bureau d'études IN SITU, dont les bureaux sont situés 14, rue de la Peyrade à Sète, n'assurera pas ses permanences téléphoniques et physiques dans le cadre de l'Opah ru,  les lundi 24 et lundi 31 décembre.

Dernière réunion ce lundi soir à Balaruc pour le Plan Local de l'Habitat...


Le PLH :  un travail commun qui sera présenté lors de cette réunion publique pour les habitants

Les récentes loi Alur et Elan ont consolidé l'intercommunalité comme maillon essentiel de la cohérence et de la solidarité territoriales en matière d'habitat. Sur les cinq dernières années, malgré les contraintes budgétaires fortes qui impactent les collectivités et la diminution des aides de l'Etat en faveur du logement social, le niveau de production moyen a dépassé sur notre territoire les 200 logements sociaux par an (1500 logements financés depuis 2012).

Sète agglopôle méditerranée élabore à présent le PLH 2018-2023 relatif au « nouveau » périmètre communautaire (suite à la fusion des deux intercommunalités de Thau le 1er janvier 2017). Pour ce faire, elle a souhaité engager la réflexion à l'échelle du territoire et ses communes membres, afin de veiller à la réussite socio-économique et environnementale de celui-ci et garantir les équilibres territoriaux. Ce travail sera corrélé aux orientations fixées par le SCOT, ainsi qu'à la révision du Plan de Déplacement Urbain.Il doit être le fruit d'un compromis entre les réalités démographiques, les enjeux identifiés (foncier, sites préservés, besoins des habitants, contraintes environnementales...),  les attentes de l'Etat, la capacité de financement.

Le dernier COPIL s'est réuni le 27 novembre, avec une forte participation de ses acteurs (une centaine de personnes étaient présentes à l'agglo) : promoteurs, acteurs du logement social, élus des différentes mairies, du Conseil départemental, du Conseil régional, associations du logement. Il a été l'occasion de présenter les principaux enjeux et orientations, ainsi qu'un projet de scénario de développement avec des propositions d'actions.

Afin d'associer les habitants à ce grand projet, 3 réunions publiques se tiennent en décembre dans nos communes. Celles-ci ne relevaient pas d'une obligation réglementaire, mais elles témoignent de la volonté politique à construire un PLH réaliste, réalisable et surtout vivant et à l'écoute des habitants.

Nous vous donnons rendez-vous ce lundi soir :

- Lundi 17 décembre, à 18h, à Balaruc-les-Bains (Maison du peuple – quartier des Usines)

 

* * * * * * *

QUELQUES CHIFFRES CLES :

  • Parc de logement sur le territoire communautaire en 2017 : + de 82 000
  • Parc de logements sociaux en 2017 : +8000
  • Part en VEFA : 41%
  • Part en acquisition/amélioration : 8%
  • La période triennale 2017/2019 fixe 597 logements sociaux à réaliser sur les 7 communes SRU
  • Le nombre de LLS manquants au 1er /01/2017 était de 4557 (inventaire SRU 2017).

Mèze : déchetterie fermée du 18 au 20 décembre

Au Nord comme au Sud du Bassin de Thau, Sète agglopôle méditerranée modernise ses déchetteries pour les rendre plus fonctionnelles et plus accueillantes.mezeCapture

Pour permettre l’installation de nouveaux dispositifs de sécurité, la déchetterie de Mèze (située 35 route de Villeveyrac) va être fermée pendant 3 jours, du mardi 18 au jeudi 20 décembre 2018. Elle rouvrira ses portes le vendredi 21 dès 9h.

L’agglopôle va procéder au remplacement des dispositifs anti-chute (garde-corps) afin de se mettre en conformité avec la réglementation et de faciliter les dépôts des usagers.

Coût de l’opération, environ 45 000 € TTC.

Rencontre avec Francis Veaute au siège de Sète Agglopole Méditerranée

Résultat de recherche d'images pour "photos de francis veaute maire de gigean"Thau-Infos a rencontré Francis Veaute, Maire de Gigean, chargé de la délégation " Gestion et valorisation des espaces naturels, brigade territoriale, développement durable et économie circulaire et énergies renouvelables " et membre du Syndicat Mixte du Bassin de Thau.

Depuis le 1er janvier 2018, Sète Agglopôle Méditerranée exerce, en partage avec le Syndicat mixte du Bassin de Thau, la compétence GEMAPI "Gestion de milieux aquatiques et prévention des inondations " qui concerne l'aménagement de bassins de rétention des eaux sur le bassin versant, l'entretien, la restauration des zones humides et des cours d'eau et la protection du Littoral". SAM a fait le choix de prélever la taxe GEMAPI instaurée par le législateur pour financer les opérations qui relèvent de la GEMAPI. C'est un choix cohérent et courageux 3,5 M d'euros TTC ont été prélevés en 2018 et le même montant sera prélevé en 2019.

Applications mobiles : En 2018, une application mobile a été imaginée par les Ecologistes de l'Euzière pour la découverte sensible des sentiers (texte, vois, bruits). L'application est disponible depuis septembre 2018 sur le site IZI travel. Un troisième sentier est en cours, il s'agit du sentier de la Moure au départ de Montbazin, terminé courant 2019.

Aménagement du site de l'Abbaye Saint-Felix-de-Monceau : Une étude sur le site de l'Abbaye sera conduite en 2019 afin de mettre en valeur l'édifice. Une étude est encours également pour aménager les aires de stationnements aux entrées principales du massif.

Plan de gestion de la montagne de la Moure : Séte Agglopôle Méditerranée se lance en 2019 dans un plan de gestion des collines de la Moure et va conduire un travail de réflexion d'actions à mener en commun sur les territoires des 3 intercommunalités qui recouvrent les collines de la Moure - Montpellier Méditerranée Métropole, Communauté de communes de la Vallée de l'Hérault.

Itinéraire de découverte du Lido de Sète : Les travaux de protection et d'aménagement durable du lido de Sète à Marseillan ont créé une voie verte de 12 km. S7te Agglopôle Méditerranée a eu l'idée de créer un ininéraire de dé"couverte du lido sous la forme de 10 panneaux qui racontent chacun une courte histoire :la formation du lido, les activités économiques qui s'y déploient, la faune et la flore, les travaux de protection du littoral...

Travaux de l'atténuateur de houle : Après la réalisation d'une première tranche de 1 km montrant des résultats positifs - la plage a regagné du terrain, environ 15 m. en 3 ans - Sète Agglopôle Méditerranée a lancé en mai 2018 les travaux de la tranche 2 qui consistent à déployer l'ouvrage sur 2,4 km, travaux prévus jusqu'en juin 2019.

Erosion du Littoral de Marseillan : Il a connu une accumulation d'événements climatiques exceptionnels en mars 2018. Les dunes, qui atteignaient 3 à 4 m. de haut, ont été emportées sur une profondeur de plus de 10 m. et la plage a quasiment disparu. Le sable emporté s'est accumulé dans les petit fonds et on espère que les petites houles de printemps et d'été le ramèneront au moins pour partie sur la plage... Sète Agglopôle Méditerranée est intervenue en juin 2018 pour différents travaux afin d'aménager les accès à la plage.

Restauration des bâtiments aux Salins de Frontignan : Les travaux ont démarré en mai 2018. Restauration des bâtiments qui serviront de support à une muséographie racontant l'histoire de l'exploitation du sel. En 2019/2020 est prévu l'aménagement des entrées du site.

Restauration morphologique et de la qualité de l'eau de la rivière "la Bourbou" à Loupian - Entretien des cours d'eau : Sète Agglopôle Méditerranée et le Syndicat mixte du Bassin de Thau entreprennent leur premier chantier de restauration morphologique de cours d'eau. La rivière "la Boubou" a Loupian a été retenue en raison des inondations systématiques del la route qu'elle provoque et de l'impact sur la qualité de l'eau de l'Etang de Thau. En février 2019 les aménagements possibles seront proposés par le Cabinet Merlin.

D'autres projets sont déjà en cour de réflexion - les Barbières à Gigean. En 2018 plusieurs chantiers d'entretien des cours d'eau du territoire ont consisté à enlever les embacles, élaguer les arbres, débroussailler les ripisylves, afin de rétablir le bon écoulement du cours d'eau. Les berges des cours d'eau sont souvent privées et leur entretien incombe légalement aux propriétaires mais ils ne remplissent généralement pas leurs obligations et la collectivité s'y substitue. Elle est autorisée pour ce faire par une "déclaration d'intérêt général". A.P.