Bâti & architecture

Issanka oublié

 !

reportage Michel et Valrie Campion (MCV)

 Il y a des noms et des lieux qui intriguent c’est le cas d’Issanka. Issanka, quelle est ton étymologie, quelle est ton histoire ?
Ce magnifique petit parc d’ombre et de fraicheur, entre Balaruc et Gigean, devait être autrefois, un site magique, un lieu de rêve, un havre de paix propice à la méditation.
En effet, le parc d'Issanka est planté de grands arbres qui sont essentiellement des érables, des chênes, des bouleaux, et un immense magnolia. Nombreux sont les petits ponts qui enjambent la Vène.
Aujourd’hui négligé, déserté, le parc d’Issanka était dans les années 1900 le lieu de promenade préféré des sétois. Ils s’y rendaient en charrettes, à pieds pour les plus pauvres ; en vélocipède, en auto, pour les plus aisés mais tous y venaient passer une journée sous les arbres, au bord de la Vène.
Un hôtel-restaurant était ouvert ainsi qu’un dépôt de carburant. Une belle activité y régnait, loin de la canicule estivale de Sète. Les dernières animations eurent lieu dans les années 60 avec la fête du parti communiste.
Quelle ingratitude des hommes qui ont pitoyablement délaissé ce parc et son cours d'eau alors qu'ils devraient faire partie du patrimoine régional
On a bien du mal à imaginer qu'à la belle époque, cet endroit était le R.V. de toute la société Sétoise qui, venait profiter de la fraîcheur, de la verdure et de l'eau, dans cette première moitié de siècle, où les joies de la plage n'étaient pas encore au goût du jour.
On a du mal à imaginer, toutes ces familles qui déroulaient des tapis sur l'herbe pour des pique-niques ; on a du mal à imaginer les orchestres qui faisaient danser ; on a du mal à imaginer la fête, les chants, les rires, la joie, les belles villégiatures.
Depuis la Vène a fait l'objet de nombreux procès entre les riverains.
En 1862, la source d'Issanka a été captée pour alimenter en eau la ville de Cette ( Sète ). De nos jours, la source comme le parc qui l'entoure, sont la propriété de Sète.
Aujourd’hui Issanka n’est peuplé que de fantômes, de maisons abandonnées et de ruines ; Issanka oublié, marginalisé, lugubre.

fff

 

Ghost story

Au lieu dit du parc d'Issanka se trouve une maison réputée hantée. C'est une ancienne maison bourgeoise à l'abandon. Elle aurait été appelée la maison "Mon plaisir" dans les années 40, en effet elle aurait été une maison close. Mais la légende dit aussi : que deux familles se seraient entretuées lors d'une querelle concernant une histoire d'amour entre la fille de la première famille et le fils de la seconde.... Est-ce de l'utopie que d'avoir envie de voir cet endroit réhabilité, et revivre ses réjouissances d'antan ?

 

Valérie Campion

 

Cliquez sur une image pour l'agrandir

.
Issanka au début du 20ème siècle

 

L'histoire du P. d'Alzon racontée aux élèves de Nîmes

 

Entrée de l'institut d'Alzon à Nîmes

Comme tous les ans, la famille Assomptionniste célèbre l’anniversaire de la mort du R.P d’Alzon en ce 21 novembre. A la demande de Sœur Claire, Oblate et ancienne directrice, Bernard Bals s’est rendu à l’Institut d’Alzon à Nîmes où il a donné dans l’amphithéâtre 3 conférences aux élèves de 6ème, puis aux 3ème et l’après midi aux secondes et à des laïcs.

La vie de cet homme est d’une richesse telle que l’on doit la raconter par thème. Dans cet établissement qu’il a acheté en 1844, il a été choisi: « Le RP d’Alzon à Lavagnac ».

Ce château avait été placé sous séquestre pendant la Révolution, madame d’Alzon le récupère suite à un procès long et onéreux en 1806. Après des travaux importants, la famille s’y installe en 1816. L’éducation du jeune Emmanuel est faite par l’abbé Bonnet.

C’est un enfant turbulent, il l’avouera plus tard à ses élèves en leur disant qu’il était un vrai bâton épineux. Il joue dans le parc, déniche des oiseaux, fait de la barque sur la pièce d’eau. Suite à l’élection de son père comme député de l’Hérault, la famille va s’installer à Paris rue de Vaugirard.

Pendant les vacances toute la famille regagne le château. Adolescent, il va chasser le lapin qui ravage les cultures, il va se baigner avec ses chiens dans l’Hérault, il se promène avec son cheval camarguais, va faire de la barque au moulin de Roquemengarde.

 

La conférence aux classes de seconde

La famille regagne la propriété en 1830 suite à des troubles survenus dans la capitale. Pendant deux ans il va rester sur le domaine, mais fait part de sa vocation à ses parents, sa mère n’y est guère favorable. Il quittera cette demeure en toute discrétion comme le lui avait demandé sa maman au soir du 14 mars 1832.

 

La chapelle en ruine

Devenu prêtre il reviendra très souvent dans la famille ou en convalescence. En juillet 1835 il dira sa première messe dans la chapelle aujourd’hui en ruine. Il viendra souvent solliciter sa mère pour financer les nombreux projets qu’il a entrepris. En ce lieu, il y a eu des joies, des peines qu’il narre dans ses lettres écrites depuis Lavagnac.

Les anecdotes sont nombreuses ce qui captive ces jeunes élèves choisis parmi les 3.000 de ce site à Nîmes. A chaque conférence, la même question, peut-on encore le visiter ? La réponse se trouve en fin de diaporama avec trois vues qui ne laissent aucun doute sur l’état de cet édifice classé et abandonné de tous et surtout de la municipalité de Montagnac qui l’a sacrifié sur l’autel de l’argent.

Bernard Bals

Un Important challenge pour l'association FORUM de MONTBAZIN

Deux calvaires restaurés à Montbazin, bientôt un troisième

  Croix du chemin des romains Une première phase de restauration des calvaires et croix de chemins a représenté pour l'association un pari important

   "Les craintes affichées ouvertement par le milieu associatif, et le refus de la municipalité de participer au financement de cette opération n'ont heureusement en rien entamé la volonté de l'association de voir aboutir ce projet." Précise l'association qui pense que :

"La seconde tranche de cette campagne de restauration recevra peut-être un meilleur accueil car 5 calvaires de Montbazin sont concernés." Rajoute l'association qui recherche de l'aide : Une campagne de dons (crowdfunding) a été mise en place afin de pouvoir recueillir la participation de tous ceux qui souhaitent les aider dans leur démarche de préservation du patrimoine dans laquelle s'inscrit cette opération de

restauration des calvaires.

En savoir beaucoup plus : http://www.forumdemontbazin.fr/les-5-calvaires-de-montbazin.html

La pépite Margon

Tout près de Roujan, le château Renaissance de Margon est l’un des fleurons de l’ouest héraultais.

 

Château Margon

Emergeant des toits du village de Margon dans lequel il est enchâssé, le château éponyme dégage une belle élégance et de l’harmonie. Avec son parc labellisé “ Jardin remarquable “, cette ancienne baronnie au nord-ouest de Pézenas est un patrimoine exceptionnel du territoire héraultais, protégé au titre des Monuments historiques.

 La forteresse flanquée de trois tours rondes qui s’élance sur trois étages, a été construite au XVIe siècle sur des bases moyenâgeuses. Elle passe pour un des plus beaux châteaux Renaissance de l’ouest héraultais. On rejoint ses jardins “ à la française “ par des terrasses en gradin qui enjambent le passage d’une ruelle. Au bas des escaliers symétriques qui les relient, un buffet d’eau offre son murmure aux flâneurs.

 Toute la vie du comte René de Margon, actuel propriétaire du château, et de ses ancêtres, marque l’identité de l’édifice du château, tant par son aspect extérieur que par l’esprit qui émane de chaque pièce. Des tentures et des tableaux, des jouets anciens, des objets et du mobilier au croisement de toutes les cultures racontent l’histoire remarquable de cette famille qui habite les lieux et leur apporte vie, de génération en génération, depuis plus de trois siècles. « Nous avons eu à cœur pendant de nombreuses années de rénover et valoriser ce haut lieu symbolique », confie René de Margon. « Aujourd’hui, je me consacre beaucoup au jardin. »

 René de Margon et son épouse ont du faire face à des travaux de grande envergure. Ils ont inlassablement remis leur cœur à l’ouvrage : restitution des tours et des façades, restauration des 34 pièces d’habitation, rétablissement des anciens chemins de ronde, des lucarnes à frontons, des gargouilles et des crénelages des tours... C’est au prix de toutes ces interventions que l’édifice majestueux a pu garder sa singularité. « Avec la DRAC, le Département a été d’une aide précieuse », confie le maître des lieux. « Il a constamment été à nos côtés pour faire face à toutes les étapes des travaux. » Le résultat est là : avec son jardin classé, le château est devenu un lieu incontournable du patrimoine héraultais. Cette belle et noble demeure mérite vraiment le détour !

En savoir plus : www.chateaudemargon.com  

Festival Métropolisme à la Halle Tropisme de Montpellier

Le Festival Tropisme devient Métropolisme et vous invite à la Halle Tropisme de Montpellier pour 17 jours de conférences, de concerts, de spectacles, d'animations pour petits et grands et surtout 17 jours de questionnement sur la ville de demain.

Pendant le Festival Métropolisme à la Halle Tropisme de Montpellier, vous pourrez découvrir 3 expositions permanentes : 

  • Inventez la ville... dont vous êtes le héros par Science Animation
  • Invisibles vieux / Habiter sa ville, habiter sa vie par Andrea Mantovani
  • Des paysans dans la ville - portraits d'agriculteurs.

Carte blanche sera ensuite donnée à l'écrivain de science-fiction Alain Damasio qui vous prépare une soirée concert, un portrait sonore et gustatif ainsi qu'un atelier d'écriture.

Toujours sur la thématique de la ville de demain, de nombreuses activités pour les enfants sont en préparation les samedis : création de la ville de demain en Kaplas, jeux de construction et de coloriage d'une ville, des ateliers pâtisseries mais aussi des conférences technologiques pour les petits.

Pas moins de 7 concerts et spectacles sont au programme de ce Festival Métropolisme, ainsi que des installations et expériences artistiques inédites au cœur de la Halle Tropisme de Montpellier, de performances, des ciné-concerts, des débats pour "penser la ville de demain", mais aussi des expériences culinaires avec des chefs invités.

Retrouvez l'ensemble du programme du Festival Métropolisme sur le site officiel de l'événement.

 

En savoir plus sur https://montpellier.anoc.fr/loisirs/festivals/articles/197090-festival-metropolisme-a-la-halle-tropisme-de-montpellier#KwOJs3Tk7Riom81o.99

Montpellier, découvrez le futur quartier de l'EAI

Balade commentée par l'architecte François Percheron, samedi 28 septembre 2019

Participez à une balade urbaine au cœur du futur quartier du site de l'EAI et découvrez la nouvelle Zac qui sera présentée par l'architecte montpelliérain François Percheron.

La Maison de l’architecture Occitanie-Méditerranée, en partenariat avec la Halle Tropisme dans le cadre du festival "Métropolisme - la ville de demain" proposent de découvrir le samedi 28 septembre à 14h, le futur quartier de l'EAI.

... la suite sur Montpellier infos

Ciné archi, place Sainte-Anne le 26 septembre

La Maison de l’architecture Occitanie-Méditerranée vous invite à la projection du film-documentaire "Bali Construire l'harmonie" à Montpellier le jeudi 26 septembre 2019 à l'occasion d'une projection en plein air en centre-ville.

Un événement réalisé avec le soutien de la Direction Régionale des affaires culturelles, l'Ordre des architectes Occitanie et la ville de Montpellier.

Jeudi 26 septembre à 20h00 - Cinéma plein air - Place Sainte Anne à Montpellier

... la suite sur Montpellier infos

Les Journées européennes : le patrimoine religieux sera à l’honneur à Bessan

 


L’édition 2019 des Journées européennes du patrimoine (Jep), menée de main de maître par l’association « La Guilde 2 Bessan », mettra cette année à l’honneur le patrimoine religieux bessanais.

L’événement culturel de l’automne se tiendra les samedi 21 et dimanche 22 septembre , à la salle des fêtes Aimé Péret, place de la Promenade.

Il s’agira d’une formidable occasion pour découvrir les nombreuses facettes des richesses locales autour d’une grande exposition ouverte au public, de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 19h.

Comme à l’habitude, elle rassemblera de nombreuses photographies, mais aussi des vitraux et objets religieux, pour coller au thème retenu par toute l’équipe de l’association.

Une visite guidée gratuite du centre historique sera également proposée le dimanche 22 septembre, à 10h (rendez-vous devant l’hôtel de ville). Toutes les personnes souhaitant rejoindre le dynamique groupe de bénévoles de l’association « La Guilde » peuvent également contacter le président au 06 58 82 06 06.

 → A cette occasion, comme la municipalité le fait de manière régulière, une exposition en plein air a été installée dans la Grand’rue. Sur les kakémonos placés par les services techniques, la plupart des édifices patrimoniaux de la commune, pour « coller » à l’actualité culturelle locale.

Une nouvelle visite archéologique près de Montpellier

A Murviel-lès-Montpellier, présentation exceptionnelle des enduits peints et de l’habitat de la ville basse du Castellas 

Mardi 23 juillet 2019 de 18 h à 19 h

Un témoignage exceptionnel d'architecture monumentale néolithique.

Présentation exceptionnelle de la suite du décor des enduits peints en cours de remontage provenant de l'habitat de la ville basse du site archéologique du Castellas de Murviel-lès-Montpellier, par Ophélie Vauxion, archéologue et toichographologue. 

Projection de synthèse des travaux post-fouilles de l'habitat de la ville basse. De nouvelles données et interprétations par Grégory Vacassy et Ghislain Vincent, archéologues... la suite sur Montpellier infos

Regards sur Bouzigues : 3 balades "PATRIMOINE" à Bouzigues

Le mardi 25 juin avait lieu à Bouzigues une réunion publique de présentation du projet de l'AVAP :

 Pour rappel : le contenu du dossier de l’AVAP de Bouzigues ?

Il sera constitué d'un diagnostic : Synthèse portant sur les différents patrimoines du Territoire et comprenant une approche environnementale. Un rapport de présentation : Il présente les objectifs de préservation et de mise en valeur découlant du diagnostic, et la justification des dispositions retenues.  Puis d'

  • Un rapport de présentation :
    Il présente les objectifs de préservation et de mise en valeur découlant du diagnostic, et la justification des dispositions retenues.
  • Un règlement :
    Il traduit les enjeux mis en lumière dans le diagnostic et contient des prescriptions relatives à la qualité architecturale des constructions nouvelles ou des constructions existantes, ainsi qu’au traitement des espaces et éléments de paysages sensibles d’un point de vue patrimonial.
  • Une carte du plan des typologies :
    C’est une carte de repérage précis au bâti et à la parcelle, permettant la localisation des éléments, faisant l’objet d’une protection ou de prescriptions complémentaires.

 

6 zones ont été définies pour lesquelles ont été et seront étudiées les caractéristiques qui leur sont propres :

Secteur centre, secteur littoral, secteur seuil, secteur vitrine, secteur conchylicole et celui des rives naturelles à l'est de la commune.

Il va falloir maintenant réfléchir afin d'établir un règlement qui contiendra donc des prescriptions relatives à la qualité architecturale des constructions nouvelles ou des constructions existantes, ainsi qu’au traitement des espaces et éléments de paysages sensibles d’un point de vue patrimonial...

L'objectif étant de "Conserver, valoriser, améliorer".