Bâti & architecture

Une nouvelle visite archéologique près de Montpellier

A Murviel-lès-Montpellier, présentation exceptionnelle des enduits peints et de l’habitat de la ville basse du Castellas 

Mardi 23 juillet 2019 de 18 h à 19 h

Un témoignage exceptionnel d'architecture monumentale néolithique.

Présentation exceptionnelle de la suite du décor des enduits peints en cours de remontage provenant de l'habitat de la ville basse du site archéologique du Castellas de Murviel-lès-Montpellier, par Ophélie Vauxion, archéologue et toichographologue. 

Projection de synthèse des travaux post-fouilles de l'habitat de la ville basse. De nouvelles données et interprétations par Grégory Vacassy et Ghislain Vincent, archéologues... la suite sur Montpellier infos

Regards sur Bouzigues : 3 balades "PATRIMOINE" à Bouzigues

Le mardi 25 juin avait lieu à Bouzigues une réunion publique de présentation du projet de l'AVAP :

 Pour rappel : le contenu du dossier de l’AVAP de Bouzigues ?

Il sera constitué d'un diagnostic : Synthèse portant sur les différents patrimoines du Territoire et comprenant une approche environnementale. Un rapport de présentation : Il présente les objectifs de préservation et de mise en valeur découlant du diagnostic, et la justification des dispositions retenues.  Puis d'

  • Un rapport de présentation :
    Il présente les objectifs de préservation et de mise en valeur découlant du diagnostic, et la justification des dispositions retenues.
  • Un règlement :
    Il traduit les enjeux mis en lumière dans le diagnostic et contient des prescriptions relatives à la qualité architecturale des constructions nouvelles ou des constructions existantes, ainsi qu’au traitement des espaces et éléments de paysages sensibles d’un point de vue patrimonial.
  • Une carte du plan des typologies :
    C’est une carte de repérage précis au bâti et à la parcelle, permettant la localisation des éléments, faisant l’objet d’une protection ou de prescriptions complémentaires.

 

6 zones ont été définies pour lesquelles ont été et seront étudiées les caractéristiques qui leur sont propres :

Secteur centre, secteur littoral, secteur seuil, secteur vitrine, secteur conchylicole et celui des rives naturelles à l'est de la commune.

Il va falloir maintenant réfléchir afin d'établir un règlement qui contiendra donc des prescriptions relatives à la qualité architecturale des constructions nouvelles ou des constructions existantes, ainsi qu’au traitement des espaces et éléments de paysages sensibles d’un point de vue patrimonial...

L'objectif étant de "Conserver, valoriser, améliorer".

 

Actions sur l’église Saint-Pierre et orgue rénové seront inaugurés ce 30 juin

 

Après plus de dix ans de sommeil, l’orgue de l’église Saint-Pierre a fait peau neuve, suite à une restauration soutenue par la communauté d’agglomération Hérault Méditerranée, laquelle a accordé une aide financière dans le cadre de son opération de sauvetage du « petit patrimoine ». Comptant parmi l’une des pièces les plus importantes du patrimoine mobilier de l’édifice, l’instrument va enfin pouvoir revivre pour le plus grand plaisir de tous et, notamment, de l’organiste Mireille Montès.

Pour dignement célébrer cette opération, la municipalité, l’agglomération et la paroisse proposent une rencontre en l’église le dimanche 30 juin 2019, à 11h, pour une bénédiction de l’orgue, les discours des personnalités et quelques morceaux choisis joués avec le bel instrument à vent Ce rendez-vous permettra à la ville, propriétaire des lieux, d’évoquer les récents travaux réalisés avec l’installation du chauffage et le renouvellement du système de sonorisation.

Stéphane Pépin-Bonet, maire de Bessan et Emilie Feliu, conseillère municipale déléguée au patrimoine et à la valorisation culturelle, accueilleront Yann Llopis, maire de Montagnac et vice-président de la communauté d’agglomération chargé du patrimoine, aux côtés du père Jean Barthès, de la communauté paroissiale et de tous les passionnés de patrimoine local. Tous pourront saluer les entreprises et les ouvriers ayant procédé à la belle rénovation de l’orgue.

Remise des prix du FAV 2019 à Montpellier

Les membres du jury de la 14e édition du Festival des Architectures Vives ont attribué les prix aux jeunes équipes d'architectes ce samedi 15 juin 2019. Vous avez jusqu'à  demain dimanche pour découvrir les installations éphémères dans les quinze hôtels particuliers de Montpellier exceptionnellement ouverts au public de 9h à 19h.

à l'hôtel Saint-Côme / CCI de Montpellier, jury et lauréats aux côtés d'Elodie Nourrigat, architecte et professeure à l'ENSA de Montpellier qui préside le FAV (2e en partant de la droite)

Félicitations aux lauréats du FAV 2019 Coralie Casanova et Thibaud Bronchart - Paris - qui reçoivent le Prix du Jury 2019 pour l’installation "Transformé"  au 26, rue de l’Aiguillerie. Les architectes Coralie et Thibaud on fait transporter du sable dans la cour de l'hôtel de Griffy et y ont installé une perle géante en suspension.... la suite sur Montpellier infos 

Jusqu'au 16 juin 2019, Festival des Architectures Vives à Montpellier

Comme chaque année en juin, le FAV investit des lieux inattendus derrière les portes cochères des hôtels particuliers

Dans le cadre de cette 14e édition placée sous le signe de la beauté, au total, 15 projets éphémères réveillent un patrimoine préservé et souvent inaccessible dans l'Ecusson de Montpellier.

L'équipe de Lisbonne Muro Atelier vous présente Beauté Locale dans la cour Palais des Guilhems 

Découvrir ou redécouvrir des sites emblématiques de la ville de Montpellier depuis 2006

Jusqu'à dimanche 16 juin, les installations poétiques dispersées dans la ville permettent au public de cheminer de rue en rue, en suivant un parcours proposé au fil des cours intérieures des hôtels particuliers. Les visiteurs sont guidés par les médiateurs, les étudiants de l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Montpellier, l'ENSAM. Depuis 2006, le FAV est organisé annuellement par l’association Champ Libre, présidée par Elodie Nourrigat et Jacques Brion, architectes à Montpellier. 
L’accès est entièrement libre et gratuit pour tous... la suite sur Montpellier infos

Causerie sur la destruction

Dans le cadre du mois de l'architecture, causerie "La déconstruction" par Noël Mazon.
"Détruire ce qui te détruit, et construis ... Car construire, c'est se construire ...
Si tu n'as pas les mots, tu as les mains pour le dire..."
Auto-analyse d'actions militantes et engagées. Noël a passé une partie de sa vie à bâtir une demeure plus qu'originale à base de récupération, de détournements d'objets.
Portraits croisés d'un habitat et de son habitant, sur fond de décroissance et de respect de l’environnement.
>Jeudi 13 Juin
>18h
>Gratuit - Réservation conseillée - Nombre de places limité
>Ilôt Molière
>Office de Tourisme d’Agde, 1 rue du 4 Septembre

Journée au moulin de Juffet de Montbazin

L'association FORUM de MONTBAZIN dont les principaux objectifs sont : la valorisation du patrimoine communal et le développement touristique, organise pour la 5ième année dans le cadre des journées européennes des moulins et du patrimoine meunier, la:

Journée au moulin de Juffet
le Samedi 25 Mai prochain à partir de 11h00 au moulin.


Cette journée est l'occasion pour de faire le point sur l'ensemble des projets, et d'échanger avec tous ceux qui partagent notre intérêt pour le patrimoine local et le bien vivre à Montbazin.

ocohhphpmebopcfa

Sauvez la statue de Saint Roch

 

Les Amis de Pézenas lancent un appel: Aidez-nous à sauvegarder notre patrimoine local en participant; Après la statue, la chapelle St Roch de la collégiale Saint-Jean mérite votre soutien. Vos dons sont toujours les bienvenus.

Opération Saint Roch

Elle a pour objectif de financer la restauration de la statue située au cœur du centre historique de Pézenas, rue Alfred Sabatier,
ainsi que du tableau de J.B. Vien (1750-1804), de l’autel et du retable de la chapelle Saint Roch de la Collégiale Saint Jean

UN PATRIMOINE QUI SE DÉGRADE

Logée dans une niche de style Renaissance (classée), cette statue de plâtre (non classée) est fortement dégradée par les intempéries. Elle est le témoin d’une piété populaire qui, au siècle dernier encore, se portait vers ce saint bien de chez nous, puisque né à Montpellier au milieu du XIVe siècle, qui, à travers une existence de pèlerin, fit valoir sa vertu de conjurer les épidémies.

L'ŒUVRE

La chapelle Saint Roch appartient au patrimoine de la collégiale Saint Jean. Le tableau représentant Saint Roch pansé par un ange, œuvre de Jean- Baptiste Vien (1750-1804), l’autel tombeau de marbre et le retable, partiellement dégradés, méritent d’être sauvés de la ruine.

VOTRE PARTICIPATION

La participation libre et volontaire des souscripteurs contribue à la restauration de ces œuvres en amorçant l’octroi d’aides des collectivités et des organismes publics, en particulier pour les œuvres classées (tableau, autel et retable).

AVANTAGE FISCAL

Les dons des particuliers, comme des entreprises, sont déductibles de l’impôt sur le revenu à hauteur de 66 % pour les premiers et de 60 % pour les seconds. 
Un don de 100 € permet ainsi de déduire 66 € du montant de vos impositions, de telle sorte que 24 € seulement restent à votre charge .

Pour souscrire allez sur la page des Amis de Pezenas.

INAUGURATION DU FOUR A PAIN - 34390 SAINT-VINCENT D'OLARGUES

13 & 14 avril 2019

INAUGURATION DU FOUR A PAIN - 34390 SAINT-VINCENT D'OLARGUES

Déroulement du week-end

Cette fête est l'occasion d'inaugurer le four à pain et de présenter diverses activités artisanales localisées à Saint-Vincent d'Olargues et ses environs.

Façonnage et cuisson de pain bio artisanal dans le four, dégustation et vente.

Pendant ces deux jours, plusieurs animations culturelles sont proposées.

Horaires:

9h-18h le samedi et dimanche

En savoir plus : https://fourapain-stvincent-34.frama.site/

La destruction partielle des moulins de Castelnau de Guers

 

Noël Houlès, pdt de l'ASPAHC

M. Noël Houlès président de l’association pour la sauvegarde du patrimoine archéologique et historique de Castelnau de Guers (ASPAHC) avait convié à la maison du peuple la population et les amis du patrimoine à une réunion sur les circonstances de la destruction partielle de ce moulin qui se situe sur la rive gauche de l’Hérault.

Le public était venu très nombreux, de Pézenas, Paulhan, Montbazin, Bessan…

Cet édifice du XIIIème siècle comprenait 3 usines à 6 paires de meules, on pouvait y lire sur des pierres des marques de tacherons et des noms de meuniers. Il a appartenu à un privé M. Muret qui a été exproprié. On trouve sur le site de la mairie de Pézenas un appel d’offre pour ces travaux à effectuer sur les communes de Pézenas et de Castelnau.

C’est un membre de l’ASPAHC qui avise son président en août que l’usine N°1 a été rasée et les autres descendues à hauteur d’homme.

Interrogée, l’entreprise Buesa ne répondra pas. Le supposé donneur d’ordres, la CAHM ne répond pas sur le sujet, la mairie de Pézenas indique que c’est de la compétence de l’Agglo.

Les travaux envisagés prévoyaient de boucher les pertuis pour rehausser le niveau d’eau en amont et de faire une passe à poissons.

Il est question d’entourer le site par un grillage de 2 mètres.

Les courriers vont se succéder en direction des administrations concernées, les réponses sont évasives, on retrouve l’Administration dans toute sa splendeur.

Le responsable du dossier à la DRAC a changé ! Une campagne de presse a été lancée. On envisage avec la fédération des moulins de France une action en justice. Pour l’avenir, il s’agit de reconstruire ces moulins comme avant les travaux.

 

Paul Yvorra

C’est ensuite les questions diverses, M. le maire de Castelnau, Paul Yvorra président de la SPNP, Sylvain Durand archéologue, Thierry Jam, président de l’association des moulins du Languedoc, Jérôme Yvorra, une association de Montbazin, des particuliers s’expriment.

C’est la colère qui l’emporte, comment un patrimoine peut-il être détruit sans que les procédures soient respectées! Claude Alrancq faisait remarquer qu’il s’agissait d’un patrimoine, mais aussi d’une valeur existentielle, que ce site faisait partie de notre paysage affectif, combien de gamins de nos villages ont appris à nager et à plonger dans le  «tempo».

Après le moulin de Conas privatisé, les locaux sont dépossédés de ce patrimoine qu’elle qu’en soit la raison. Puis demain ce sera d’autres lieux qui seront détruits comme le château de Lavagnac.

Une affaire loin d’être terminée.

Bernard Bals

Les Compagnons du Devoir oeuvrent pour le Conservatoire

ascP1140586

Ce sont des Compagnons du devoir qui s'occupent de certaines des Pierres du Conservatoire, et s'ils suivent une certaine partition, les instruments ne sont pas les mêmes que ceux des musiciens : burins, masses, meuleuses, taraudeuses, éclateuses s'associent pour animer l'atelier de Pierres et traditions.

Pour réaliser la façade du Conservatoire Manitas de Plata à rayonnement inter-communal de 75m de long sur 9,50m de haut, il faudra pas moins de 4km de lames de pierre, une pierre froide dans les tons noirs, choisie pour sa solidité et taillée à la main, qui viendra se positionner sur un sous-bassement en pierre calcaire de la Gardiole. Le tout sera enchâssé dans une structure en métal et en béton, reproduisant à l'identique les chaînages verticaux d'origine, prévus entre les 5 corps de bâtiments. Une véritable innovation qui a permis de mettre le savoir-faire des tailleurs de pierre au service d'une conception moderne.

ascP1140567

 Car un des soucis de l'architecte est le retour à l'origine par exemple pour pour l'entrée principale prévue par la porte monumentale des anciens chais Dubonnet avec toitures à pignon conservées et avec des marquises en bois;

Les soubassements sont en calcaire jurassique et les brise-soleils en calcaire des Pyrénées (noir).

Le travail a débuté aux ateliers poussannais il y a 4 mois. En moyenne 4 hommes travaillent sur  les brise-soleils qui représenteront presque 500 tonnes de pierre avec les soubassements...

ascP1140570

3000 éléments au minimum de 1m20.  Ceux-ci seront posées sur des épis (structures) métalliques eux-mêmes fixés à la structure en béton et capables de supporter les 35 T de chacune des travées. Il y a 11 travées au total. La pierre est travaillée avec la face vue éclatée, les lames étant aussi de différents épaisseurs. Il faudra compter 4 mois pour la pose avec une manutention très délicate. "L'on travaille au mm sur de gros volumes,  avec des réglages à effectuer pour chaque lame." Précisait Gérard.

Mais comment sont conçus tous ces éléments à Poussan, sur le vaste atelier en plein air de l'entreprise "Pierres et Traditions" en garrigues.

ascP1140579

Pour les soubassements les blocs de calcaire arrivent bruts des carrières de la Gardiole et sont débités à la machine par une impressionnante meuleuse programmable. 400 m2 sont à couvrir pour reproduire au mieux l'existant sur le site. Les manipulations vont s'enchaîner car c'est manuellement que les Compagnons du Devoir de l'Entreprise vont s'en occuper : Si Sébastien gère l'atelier, François, Cédric et Marc vont éclater les blocs pour leur donner un bel aspect bosselé et naturel sans trop de relief, tout un art, tandis qu'ensuite, selon des gabarits, ils passeront à l'éclateuse (pression de 15T) pour leur donner une forme hexagonale.

Quant aux brise-soleils, depuis plusieurs mois, en moyenne 4 hommes travaillent sur eux sachant qu'ils représenteront presque 500 tonnes de pierre avec les soubassements..3000 éléments au minimum de 1m20. 

Ceux-ci seront posées sur des épis (structures) métalliques eux-mêmes fixés à la structure en béton et capables de supporter les 35 T de chacune des travées. Il y a 11 travées au total. La pierre est travaillée avec la face vue éclatée, les lames étant aussi de différents épaisseurs. Il faudra compter 4 mois pour la pose avec une manutention très délicate.ascP1140592

Les blocs (entre 170 et 280 kg chacun ) qui parviennent chez Pierres et traditions ont été débité dans les Pyrénées : 2,66m sur 32 cm avec une hauteur e 8 ou 12 cm... Avant de les tarauder pour la fixation future, chacun des blocs est éclaté à la main pour lui donner un aspect plus naturel. Il faut environ 10 jours pour s'occuper du volume d'une travée.

Et si sur le chantier la mise en place doit débuter vers le 15 octobre, il faudra 9 à 10 personnes sur trois mois pour finaliser la mise en place des éléments autour du conservatoire.

D'autant que, comme le précise Gérard Gascon, il faut pendant ce temps honorer d'autres commandes. "Ce chantier support est une belle référence avec l'unicité de la structure, pour l'entreprise, ainsi que pour les Compagnons."