Vic la Gardiole

Emile Mennetret engagé volontaire à 18 ans en 1943 sera décoré le 18 juin à Vic la Gardiole

La commune de Vic la Gardiole est honorée de compter parmi ses habitants un ancien combattant de la seconde guerre mondiale: Emile Mennetret.
C'est d'ailleurs actuellement le seul ancien combattant de cette guerre sur la commune.
Un ancien combattant, qui, alors jeune homme de 18 ans s'est porté volontaire dans les forces françaises pour combattre l'Allemagne nazie.
Le 18 juin 2018,à 18 heures, Emile Mennetret sera décoré pour cet engagement exemplaire.



Emile Mennetret est né en 1925 à Rabat, au Maroc, alors département français.
A 18 ans il s'est porté volontaire à la marine nationale, à Casablanca, en septembre 1943.
Il a rejoint Londres début 44, où il a suivi une formation d'opérateur radio pour l'aéro-navale.
Il a été envoyé à Dakar en juin 1945.
Emile Mennetret quittera l'armée en octobre 1946.

Emile Mennetret est un exemple d'ancien combattant attaché à la France,une France libérée des oppressions, à la liberté tout court dans une Europe en proie à l'obscurantisme, à la tyrannie.
Un exemple à honorer, à enseigner, à suivre, afin que cela ne se reproduise plus jamais.

RR

soirée bodega ce samedi

 

Dans le cadre du spectacle de fin d'année, l'association Las flamencas et sevillanas de la Gardiole propose une soirée Bodega avec paella ou seiche à la rouille.

 

C'est ce samedi 16 juin à partir de 19h30 dans la cour de l'école de Mireval

 

 

 

Ambiance espagnole assurée avec les danses des élèves d'Alexis Laurens: sévillanes, Rumba, Flamenco

 

A NE PAS MANQUER !

Le 27, Mai de l’art dans ton vin !

Initié par Les Clos de Miège, expérience viticole et historique, Mai de l’art dans ton vin fait dialoguer arts, vins bio et patrimoine au plus près de la nature. Parcours artistique et littéraire dans les vignes, dégustation de vins, tous biologiques, balade patrimoniale se succèdent dans une ambiance musicale.

 



cliquez sur le plan pour l'agrandir

   

Pour sa 2è édition, la manifestation s’installe sur le Domaine de la Belle Dame de Jean-Luc et Béatrice Mazas, en cours de conversion bio. Elle se place avec eux sous le signe de la préservation. Préservation viticole, de terres menacées, préservation environnementale, de paysages hors du commun, des ressources en eau proches, préservation mémorielle avec une balade au cœur des origines antiques de notre viticulture.  Le parcours artistique, éphémère, réunit dans cette optique sculptures et photographies, dessins et installations*. Plusieurs artistes se sont prêtés au jeu d’une création spécifique à cette journée. Vins et vignerons présenteront quant à eux une culture bio dans toute sa diversité : en biodynamie, sans sulfites ajoutés, en vins nature patrimoniaux, accordée, pour le repas, avec les mets bio également de la Cambuse.

 *Avec : les Présences de Joël Bast, Rainer Büchner, Jo Château, Jean-Jacques François, Florence H, Kitoo, Michèle Malaval, Jean Milon      

 

Le 27, Mai de l’art dans ton vin ! en pratique :

De 10h à 19 h, Caves du Domaine de la Belle Dame, RD 116 à Mireval. (En face de la gare de Vic-Mireval) - Entrée libre - Accueil Tourisme et Handicap

Au programme de la journée :

  • « Vernissage » à 11 h
  • Dégustation avec les vignerons à 11h30
  • Restauration sur place avec le Food truck bio La Cambuse, ses accords mets-vins et une assiette spéciale « Fête des Mères »
  • Dans l’après-midi : Conversation autour d’outils agricoles anciens
  • Balade patrimoniale à 17h30 suivie d’une master class en bord d’étang de Vic (sur réservation, participation 5 €)

Renseignements :

Les Clos de Miège
06 25 55 16 96 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - http://lesclosdemiege.fr

Domaine de la Belle Dame
06 62 24 10 10 - https://www.belledame.fr

 

Navette des plages: où en est-on? (3)

 

La pétition de soutien à la navette des plages a recueilli, jusqu’à présent, 360 signatures. Elle a été remise lundi 14 mai à Monsieur Norbert Chaplin, élu responsable des transports au sein de Sète Agglo-pôle-Méditerranée au cours d’un entretien cordial.Outre les représentants des signataires, étaient présents à cette réunion : Madame Magali Ferrier, maire de Vic La Gardiole et Monsieur Roger Labbe, son premier adjoint ainsi que Monsieur Eric Vandeputte, chargé du service de mobilité à Sète Agglopôle Méditerranée.L’écoute et le respect des parties en présence ont marqué l'ambiance de cette réunion. Nous rappelons que cette navette été mise en place pour l’été 2017 à la demande des municipalités de Vic et Mireval . Les membres du comité de soutien ont exposé leurs souhaits : le maintien de ce service pour 2018 mais également son amélioration (trajet, tarif, communication) . Le projet précis élaboré et présenté par Monsieur Roger Labbe, a été discuté en tenant compte des demandes des pétitionnaires  et des différentes possibilités. Le projet sera discuté lors d’un prochain conseil d’agglomération.
En espérant que la décision de maintien et de l’amélioration de cette navette sera prise.

Propos recueillis par Sylvie Vimont Rispoli

La Ferme Marine des Aresquiers: C'est parti pour une nouvelle saison en musique...avec ambiance VicMusic

C'est dans une ambiance familiale et champêtre que l'association de la Ferme Marine des Aresquiers a ouvert sa saison, ce dimanche 20 mai à Vic la Gardiole.
Quelques centaines d'inconditionnels de ce lieu ont pu profiter des produits de la ferme, en écoutant la musique, tout en profitant du cadre idyllique des bords de l'étang de Vic.
Le programme des animations de l'été de la Ferme Marine est disponible sur le site internet.
Sur place on déguste, outre la musique et le paysage, les fruits de mer et vin muscat sec produits de la ferme.
Même les moustiques avaient fait relâche ce jour: personne pour s'en plaindre.

C'était aussi l'occasion pour les élèves de VicMusic de se produire et montrer leur travail de l'année.


Une journée toute aux couleurs vicoises, puisque VicMusic, ses élèves et ses professeurs étaient là pour chauffer l'ambiance: les guitares, la classe d'ensemble, les chanteuses et chanteurs, les accordéons qui nous ont permis d'enrichir la palette des horizons musicaux et un quatuor chanson/rock formé de quatre jeunes gens au caractère bien trempé avec leurs compos chanson/rock et l'interprétation pas banale de quelques reprises. Nul doute que ces quatre enfants terribles, prêts à faire bouger les codes, ont un avenir prometteur.

 

 

  • 508vicmusiclesguitarres
  • 512musikensemble
  • 517acordeons
  • 520quatrezadosavecducaractre

 

RR

navette des plages:où en est-on?

La pétition de soutien à la navette des plages a recueilli, jusqu’à présent, 360 signatures. Elle a été remise ce lundi 14 mai à Monsieur Norbert Chaplin, élu responsable des transports au sein de Sète Agglo-pôleMéditerranée au cours d’un entretien cordial.Outre les représentants des signataires, étaient présents à cette réunion : Madame Magali Ferrier, maire de Vic La Gardiole et Monsieur Roger Labbe, son premier adjoint ainsi que Monsieur Eric Vandeputte, chargé du service de mobilité à Sète Agglopôle Méditerranée.L’écoute et le respect des parties en présence ont marqué l’ambiance de cette réunion .

 

Nous rappelons que cette navette a été mise en place pour l’été 2017 à la demande des municipalités de Vic et Mireval . Les membres du comité de soutien ont exposé leurs souhaits : le maintien de ce service pour 2018 mais également son amélioration (trajet, tarif, communication) . Le projet précis, élaboré et présenté par Monsieur Roger Labbe, a été discuté en tenant compte des demandes des pétitionnaires  et des différentes possibilités.

Le projet sera discuté lors d’un prochain conseil d’agglomération . Nous espérons que la décision de maintien et de l’amélioration de cette navette sera positive.

Propos recueillis par Sylvie Vimont Rispoli

La jeunesse bien présente à la commération de la Libération

Dans son discours, Madame le Maire de Vic, Magali Ferrier a voulu mettre en avant le devoir de mémoire de tous les crimes commis durant la seconde guerre mondiale, et tous les sacrifices de ceux qui ont combattu, en France comme à l'extérieur, pour que revienne la paix.
Une paix toujours menacée, c'est donc un devoir à toujours remettre sur le métier.
Une mémoire de l'histoire à garder vivante, pour éclairer le temps présent, pour éduquer les nouvelles générations.
Refuser l'intolérance, le rejet des autres, soit pour leur religion, soit pour leur conviction politique, soit pour leur orientation sexuelle, soit pour leur mode de vie nomade (comme les gitans) où toute autre discrimination.
Le courage de ceux qui se sont levés contre la barbarie autrefois doit éclairer notre conduite aujourd'hui.

C'est sûrement pour illustrer cela, que Madame le Maire, en collaboration avec l'école, a mis en avant les enfants du village.
Ils ont pu lire quelques textes historiques, dont celui du Général De Gaulle lors de la capitulation allemande.
Ils ont défilé au milieu des drapeaux, participé à la cérémonie, levé le drapeau tricolore.
La cérémonie s'est déroulée en présence d'un ancien combattant volontaire de 39-45, Monsieur Méneret, qui, du Maroc, avait rejoint Londres.

Monsieur Roméro, ancien combattant a parfaitement conduit la cérémonie, pendant laquelle Monsieur Marcel Sablier a lu un discours, et a décoré Monsieur Jean-Pierre  Rajaut, gravement blessé lors de la guerre d'Algérie.
Monsieur Roméro a procédé à la cérémonie de lever du drapeau tricolore, avec la jeunesse, puis il a rappelé la mémoire du caporal Polchylski, soldat français mort en Irak le 21 mars 2018 et celle d'Arnault Beltrame, gendarme assassiné en service à Carcassonne le 24 mars 2018.
Il a ensuite appelé à une minute de silence.
Monsieur le député de circonscription, Nicolas Demoulin, a fait déposer une gerbe au pied du monument aux morts.
On a pu entendre Le Chant des Partisans, la Marseillaise et la chanson de Jacques Brel, toute pleine d'espoir, "quand on n'a que l'amour".

RR

La fête du travail célébrée par la mairie

 

C'est une tradition vicoise: les jours fériés, la mairie invite les citoyens vicois à une cérémonie, suivie d'un moment convivial.
Les vicoises et les vicois ne manquent pas de venir nombreux, à la rencontre de leurs élus, et aussi pour se retrouver entre eux.

Ce mardi 1er mai, Madame Magali Ferrier a célébré la fête du travail à travers un discours humaniste précédant l'apéritif convivial.
Elle a rappelé que, si parfois le travail était source de souffrance, il était d'abord un facteur d'équilibre, d'épanouissement personnel.
Le pire est bien souvent de ne pas en avoir.
Un message politique incitant à ne pas se satisfaire du taux élevé de chômage dans notre région, dans notre pays.

Les vicois avaient répondu présents à cette invitation, écoutant attentivement le message de Madame le Maire.

S.V.R.

les amis vicois sur la trace des romains

 

Ce samedi 28 avril fut une journée culturellement riche et bien remplie pour les amis vicois venus visiter quelques uns des sites les plus remarquable de la ville d'Arles.
Il faut reconnaître que nous avions, en la personne de Magali Legros professeur de lettres classiques un guide de qualité. Elle avait consciencieusement préparé la visite des deux principaux monuments romains de la ville d'Arles, du musée " l'Arles Antique", et du cloître roman, afin que chacun puisse retirer l'essentiel de la richesse de cet extraordinaire patrimoine.
Notre région, et Arles en particulier, peut s'enorgueillir d'un patrimoine romain unique au monde, avec des édifices bien mieux conservés qu'ailleurs: les arènes d'Arles et de Nîmes sont encore aujourd'hui des lieux de spectacles.
Quand au patrimoine roman, du X au XIII ième siècle, la période purement occitane, il est fort injustement méconnu du grand public.

Nous laissons le bus au bord du Rhône, cher à Frédéric Mistral, un paysage à lui seul, un fleuve associé à tout un peuple de mariniers, et nous nous dirigeons vers l'amphithéâtre,  c'est à dire les arènes, construit au 1er siècle de notre ère. Il pouvait accueillir jusqu'à 25 000 spectateurs, soit presqu'autant que le stade de la Mosson! Cet amphithéâtre est cependant deux fois moins grand que le Colisée de Rome. Il était conçu pour être évacué en dix minutes, avec ses "vomitorium", systèmes de halls, corridors et d'escaliers monumentaux. Les spectacles étaient gracieusement offerts à tous par les empereurs et autres riches fonctionnaires de l'époque qui en retiraient bien sûr un bénéfice politique. C'était effectivement une excellente façon pour ces notables de se faire connaître; c'était la campagne politique de l'époque !
Que venait-on y voir? Les traditionnels combats de gladiateurs bien sûr, les chasses mais aussi, beaucoup plus cyniques, les condamnations à mort.
Ces arènes ont servi de carrière pour construire la ville, au moyen-âge, en particulier l'imposante église voisine, Saint-Trophime.
Aujourd'hui, ce qui reste de cet amphithéâtre ne permet pas bien sûr d'accueillir autant de monde. Néanmoins les arènes sont toujours un lieu de spectacles, surtout de concerts, corridas et de courses camarguaises.

Nous nous sommes ensuite dirigés vers le théâtre antique construit un siècle avant l'amphithéâtre. Il ne reste de ce théâtre qu'un niveau sur les trois, les matériaux récupérés des étages manquants ont servi au cours du temps à de nombreuses constructions de la ville. Malgré tout, lorsque nous sommes assis sur les gradins, nous le percevons aujourd'hui comme une immense scène de plein-air dédiée au spectacle. Il accueillait à l'époque jusqu'à 10 000 personnes qui venaient voir des tragédies, des comédies mais aussi des mimes et pantomimes. Comme pour l'amphithéâtre, les spectacles étaient offerts par les riches, et pour les mêmes raisons. On peut également penser que ces divertissements gratuits permettaient aux gens de se rencontrer (même si les classes sociales ne se mélangeaient pas) et contribuaient à maintenir la cohésion sociale.
Ce site dégagé au 19ième siècle retrouve encore aujourd'hui, surtout l'été, sa vocation de lieu de spectacles. Plusieurs festivals ainsi que les rencontres internationales de la photographie y sont programmés.

Après ces deux visites commentées par Magali avec clarté et pédagogie, les amis vicois" se sont jetés dans "la gueule du loup", nom du restaurant que nos amis vicois organisateurs avaient choisi pour nous. Nous avons été bien accueillis et nous nous sommes régalés avec une cuisine aux accents épicés concoctée par le chef dont l'épouse est d'origine libanaise. Heureusement, nous étions bien ragaillardis après ce bon repas car nous n'avons pas eu le temps de faire la sieste ! Deux autres monuments restaient à visiter : le cloître et les thermes romains.

Le cloître Saint Trophime de l'ancienne cathédrale d'Arles date du 12ième et du 14ième siècle. Les galeries romanes abritent de magnifiques sculptures racontant des scènes bibliques, mais aussi des créatures diaboliques, elles sont complétées par les galeries gothiques construites ultérieurement, plus sobres. L'opposition de styles, le premièr du XIIième siècle, le second du XIVième siècle nous rappelle que ces deux périodes sont marquées par une terrible guerre: "la croisade des albigeois". Des salles ont été restaurées, on y accueille aujourd'hui des expositions contemporaines. La salle au nord donne à voir sept tapisseries de la fin du 17ième représentant, sept siècles plus tard, l'histoire de Godefroy de Bouillon conduisant la première croisade.

 Les thermes Constantin, du nom de l'empereur, le premier empereur romain chrétien, datent du 4ième siècle. Ils sont situés au bord du Rhône. Les vestiges ont d'abord été considérées comme celles d'un palais ; ce n'est qu'au 19ième siècle que les fouilles ont fait apparaître des thermes. Un système rigoureux et ingénieux permettait de faire circuler de l'air chaud sous le sol des pièces. l'air était ensuite évacué par des canaux verticaux (les tubuli) encore bien visibles aujourd'hui. Il y avait des pièces chaudes, des pièces tièdes et des froides. Il existait également une salle d'entraînement physique nommée palestre.
Les thermes étaient ouverts à tous à des moments différents; l'hygiène avait une grande importance chez les romains. On peut imaginer que c'était également un lieu d'échanges et de rencontres.
Nous avons conclu cette journée, bien pensée par Magali, par la visite du musée Arles AntiqueCe musée retrace l'histoire de la ville, dès avant la période gallo-romaine. Les expositions concernat la période romaines sont à couper le souffle, tant on découvre une civilisation déjà très avancée, il y a deux mille ans, et tout un peuple, avec ses métiers, son intimité, ses arts. C'était un judicieux complément de la visite des monuments. En effet, nous y avons, entre autres, retrouvé les maquettes reconstituant les monuments de l'époque ; cela nous a permis d'imaginer, après avoir vu les restes réels, la grandeur de ces constructions romaines (amphithéâtre, théâtre et cirque).
Un des bijoux de ce musée est le chaland"Arles Rhône 3", découvert dans le Rhône en 2004 et sorti du fleuve en 2011 en 3 morceaux. il a été savamment reconstitué et conservé par immersion dans un bain de résine se durcissant à l'air. Ce chaland datant du 1er siècle de notre ère, retrouvé avec sa cargaison de 25 tonnes de pierres et divers ustensiles, est classé "Trésor National".

Le musée abrite également de magnifiques collections archéologiques d'Arles, des mosaïques et des sarcophages bien conservés.

Cette journée, bien organisée et bien remplie incite à poursuivre le chemin de la connaissance d'un patrimoine inépuisable. Merci encore à notre guide et aux amis vicois. Si vous voulez en voir plus: rendez-vous sur le site lesamisvicois.fr,  il y a un super diaporama sur cette sortie!

 

S.V.R.

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations