Vic la Gardiole

ça va bouger à Vic !

 

Deux belles soirées en perspective pour le week-end prochain à ne pas manquer !

 Vendredi 16 février, l'association Les amis vicois organise une soirée tapas animée par l'association Vic Music.

Au regard du savoir faire des Amis Vicois et du talent des musiciens de Vic Music, c'est une excellente soirée festive qui se prépare au prix modique de 15 euros pour les adhérents et 20 euros pour les autres.

Ce sera à partir de 20h à la salle des fêtes de Vic La Gardiole.

 

Et pour bien digérer toutes les tapas, quoi de mieux que le Baleti organisé par la classe accordéon de Vic Music le dimanche 17 février.

La soirée débutera à 17h30 avec une initiation aux danses traditionnelles qui permettra à chacun de participer aux danses de groupe faciles et festives.
Ceux qui ne souhaitent pas danser pourront ouvrir leurs oreilles pour écouter les élèves de la classe d'accordéon qui feront leur audition.

S.V.R.

 

déplacements, environnement, cadre de vie

Le collectif citoyen qui s'était constitué pour défendre les transports en commun et les liaisons douces sur le secteur de Vic La Gardiole et Mireval a invité les vicois et mirevalais à créer une association afin de poursuivre les actions.

Le 1er février, l'association "Déplacements, environnement, cadre de vie"a vu le jour.

Elle se fixe les objectifs suivants:

Déplacements: rééquilibrer l'intermodalité en faveur des transports en commun et liaisons douces.

Environnement: oeuvrer pour améliorer notre environnement en sensibilisant, en informant sur les risques et les possibilités d'agir autrement quotidiennement. Se poser en observatoire des bonnes pratiques environnementales.

Cadre de vie: agir pour améliorer le cadre de vie dans le respect de l'environnement et le respect des différences.

 Pour atteindre ces objectifs l'association souhaite collaborer avec les institutions locales pour faire avancer les projets mais aussi être force de proposition. Elle se propose également de créer des liens avec d'autres associations, organiser des concertations avec les citoyens et agir avec eux.

Vous pouvez joindre l'association pour toute information à l'adresse suivante: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

forte présence des citoyens pour les voeux du maire

Il aurait fallu pousser les murs de la salle des fêtes vicoise ce vendredi 25 janvier. De nombreux vicois mais aussi des mirevalais étaient venus assister aux traditionnels voeux du maire. Certains n'ont pas franchi la porte tant la salle était pleine. La période d'incertitudes et d'interrogations assortie d'un profond désir de renouveau politique et social exprimé entre autre par les "gilets jaunes" explique-t-elle cet engouement?

Les personnalités politiques étaient également au rendez-vous: Madame le Maire entourée de nombreux conseillers municipaux salua la présence de Monsieur Nicolas Demoulin, député de la circonscription, de Monsieur François Commeinhes, président de Sète Agglopôle Méditerranée et Maire de Sète, de Monsieur Pierre Bouldoire, président du conseil départemental et Maire de Frontignan ainsi que celle de Monsieur Christophe Durand, maire de Mireval.

Les citoyens ont écouté avec attention le discours de Madame le Maire Magali Ferrier dont les voeux, adressés à tous, étaient marqués par la nécessité de retour au dialogue et à la fraternité dans cette période de "turbulence du navire France". Elle a notamment invité les responsables politiques à méditer cette citation "Servir, ne pas se servir, ne pas asservir". Dans notre société où les inégalités se font de plus en plus criantes, cette phrase appelle chaque citoyen à réfléchir à la construction d'un avenir plus juste à la hauteur des problèmes qui concernent chaque être humain ici et ailleurs, ne serait-ce que les conséquences du changement climatique.

Madame le Maire a insisté sur  la nécessité de travailler avec l'Agglomération,  les communes seules ne peuvent pas tout. Son discours a également été ponctué de citations de Monsieur Jean d'Ormesson et du général De Gaulle, une invitation à s'interroger à partir de la pensée de ces hommes politiques qui ont marqué l'histoire de notre pays, références parmi d'autres.

En ce qui concerne le bilan de l'année écoulée, Madame le maire a mis l'accent sur les nombreuses réalisations, entre autres, la rénovation du centre ancien-assainissement, voirie, espaces verts et réseaux- , l'assainissement du chemin bas de St Georges, les travaux au niveau de la Robine concernant l'éclairage et les voies pour les piétons et les cyclistes. Les travaux de l'église Sainte Léocadie sont également supportés en partie par la mairie. Elle a néanmoins déploré les incivilités qui ne manquent pas d'advenir malgré le travail de tous les élus, des agents communaux et l'embauche de deux nouveaux policiers municipaux.  Ces incivilités  sont le fait d'un nombre restreint de citoyens mais pénalisent néanmoins la collectivité et porte préjudice au "Bien vivre ensemble".

2018 a aussi été marquée par le malheur de nos voisins audois. Madame le maire a rappelé qu'une somme conséquente avait été collectée par le secours populaire auprès des vicois, à cette somme la municipalité a rajouté 2000 euros. Un grand remerciement a été adressé à toutes les associations vicoises qui font vivre notre village de mille manières: présence de Vic Music toute l'année,  festivités estivales en plein air, les médiévales des Amis Vicois, la journée à l'ancienne du Club taurin et bien d'autres associations dont les actions, parfois moins visibles, sont néanmoins utiles et contribuent à améliorer la vie des vicois ou simplement à les faire réfléchir sur la citoyenneté.  L'année 2018 a vu naître une nouvelle association, Vic Dynamic qui réunit des commerçants désireux de mettre en commun leurs expériences pour mieux servir notre village. Le travail du CCAS, pilier nécessaire à la lutte contre la fracture sociale a bien sûr été honoré comme il se doit.

Les projets 2019 ne sont pas moins importants. Citons entre autres le projet de construction sur la zone des Cresses  qui nécessite une révision du PLU. La  sécurisation du carrefour de la poule d'eau par un tourne à gauche sera supportée financièrement par le département et devrait voir le jour. D'autres aménagements de déplacements doux sont prévus. La création d'une maison du littoral par le département dans les locaux Cazalis a été évoquée.
Madame le maire a bien sûr insisté sur l'importance qu'elle accorde au sport et à la santé, elle a aussi dévoilée la construction d'un local pour les chasseurs qui l'attendent patiemment.

 

 

Et comme à l'accoutumée, cette soirée s'est longuement prolongée autour d'un buffet pantagruélique dont les élus vicois ont le secret, animé de surcroît par de nombreuses discussions que les musiciens du groupe Cadillac Slim ont essayé de couvrir...avec succès.

S.V.R.

Début d'année riche au C.entre Culturel Léo Malet

 Commençons l'année en beauté au CCLM

 

CE SOIR MERCREDI 23 JANVIER à 19H

 Laissez derrière vous les occupations quotidiennes, venez prêter vos oreilles pour écouter un fragment du  texte de Bernard-Marie KOLTES: "Dans la solitude des champs de coton, la noche oscura".
Ce spectacle est présenté par la Cie Epures et la Cie JS Rampazzi

Il s'agit d'un dialogue entre un dealer et son client qui interroge la problématique du désir. De quoi réfléchir sur les rapports humains d'hier et d'aujourd'hui.

La mise en scène est de Guillaume FARGAS et c'est interprété par Claire ENGEL et Sébastien PORTIER avec la chorégraphie de JS Rampazzi.

 

 

JEUDI 31 JANVIER à 19H Carte blanche à ADIL KACED

 

Il fait  tout: chanteur, percussionniste, flûtiste et plus encore avec les outils numériques et d'autres objets. Le mélange entre musique du monde et musique actuelle sera assuré !

Pour cette soirée le musicien chanteur invite Nicolas Oton metteur en scène et comédien du Collectif Machine Théâtre. Soirée à ne pas manquer.

L'entrée est libre avec sortie au chapeau pour ce spectacle.

Et bien sûr l'association M'CCLM sera présente pour assurer une petite restauration toujours conviviale.

 S.V.R.

Votre facture d'eau expliquée grâce aux "Amis Vicois"

   

 

Ce jeudi 10 janvier 2019, l'association conviviale du bien-vivre ensemble à Vic-la-Gardiole, les Amis Vicois, avait invité un spécialiste en matière de gestion de l'eau: Georges Nidecker, élu municipal à Vic, délégué au Syndicat de Bas Languedoc ( SBL ).
Il était plus particulièrement question de la facture d'eau, celle que nous recevons deux fois par an.
Cette facture à laquelle même les plus assidus ont du mal à comprendre grand chose, un peu comme une feuille de remboursement de la mutuelle.
Et pourtant Georges Nidecker va réussir le tour de force de nous expliquer qu'un prix de l'eau, cela se construit.
Il va nous faire enter dans les tuyaux secrets de cette facture, cette pompe à débits à laquelle nous ne saisissons goutte,  cette facturation que nous payerons en liquide où en monnaie courante, fuyante comme l'eau vive, nous la paierons comptant mais guère contents, sans idée même de fuite, sans épanchements. Les flux de la foule se font parfois sans tourbillons, sans débordements.

C'est une assemblée motivée qui a suivi avec attention les explications du maître:  la motivation était de tenter de comprendre, une fois l'eau bue, l'explosion de la facture, le pourquoi de cette augmentation annuelle de 70 € de l'abonnement.
Une douche glacée pour beaucoup d'entre nous !
Ceux qui ont l'esprit tourné vers la sobriété, le respect de Dame Nature, ceux qui économisent chaque demi-chasse d'eau, chaque baignoire, chaque douche ont trouvé la pilule amère: on frise les 7 € le mètre cube, quand les plus dépensiers ne débourseront, eux,  pas moins de 4,4 € le mètre cube d'eau tombée du ciel, et mise dans des tuyaux.

La facture d'eau est salée.
C'est Suez qui la signe, car  SAM (Sète Agglopôle Méditerranée) a choisi ce grand groupe français pour effectuer ce travail de facturation. Pour cette fois, ce n'est que le bouc émissaire: les responsabilités de l'explosion du coût de l'eau à Vic sont à rechercher ailleurs.
Bien vite, même passée à l'adoucisseur des humeurs, le coût de cette eau-ci a conservé un goût amer d'eau-de-là inoubliable pour les vicoises et vicois.

Comme pour toute denrée marchande, il y a l'eau avant usage, qu'on appelle "eau potable", et les eaux usagées.
Les eaux de pluie, "le fluviatile", viennent rejoindre les eaux usées, cela forme l'assainissement.
Les eaux potables font l'objet d'un abonnement fixe, et d'une partie proportionnelle à la consommation. La facture n'est donc pas proportionnelle à la consommation, ce qui n'encourage pas ceux qui consomment peu, ceux qui ont le souci d'économiser la ressource.
Les relevés de consommation sont effectués automatiquement par télé-relève, plus de mystère, on économise le personnel et votre consommation est suivie d'heure en heure.
De même pour les eaux usagées ( " l'assainissement "), qui ont leur propre barème, mais qui sont calculées sur la consommation de l'eau potable.
C'est pourquoi les forages sont à déclarer: les eaux de forage ne doivent se retrouver ni dans l'assainissement ( pour des raisons de coûts non déclarés), ni dans les eaux potables (pour des raisons sanitaires,  il faut mettre un clapet anti-retour afin ne pas risquer d'empoisonner son voisinage).
C'est le Syndicat Mixte du Bas-Languedoc ( SBL ) qui assure la collecte, le contrôle et le traitement de la qualité de l'eau potable,  et sa distribution.
Il opère sur un grand territoire allant depuis Saint-Georges d'Orques jusqu'à Agde/Vias.
Nous buvons essentiellement  de l'eau en provenance de la nappe phréatique alluviale de l'Hérault (usine de Florensac) et de l'eau du Rhône ( pompée en amont d'Arles ), vendue par la société BRL (Bas Rhône Languedoc), et acheminée par le canal Philippe Lamour, puis par conduite. Cette eau est achetée 0,50 € le mètre cube. Il est à noté que Sète est en partie alimenté par la source de la Vène, à Issanka ( mot occitan qui veut dire "résurgente" - féminin du participe présent du verbe eissir, sortir ). Le contrôle de la qualité et l'adduction de cette eau sont réalisés par le SAGE de Thau (Syndicat d'assainissement et de Gestion de l' Eau).
La multiplication des points d'approvisionnement permet la sécurisation de la distribution de l'eau sur l'agglo.
Pour l'adduction et la distribution de l'eau, SBL a confié le marché à un prestataire privé: le groupe Suez.

Les Amis Vicois auront compris à la fin de l'exposé de Monsieur Georges Nideker, que l'augmentation de leur facture est liée

  • Aux travaux réalisés (réfection du collecteur principal de Vic…) ou à venir (Station d'épuration de Sète…) que toutes les communes adhérentes doivent financer.
  • A l'uniformisation des prix de l'assainissement sur les communes de THAU Agglo pour porter le prix unitaire à 1,70 €, lorsque la compétence assainissement a été transférée à l'agglo.
  • A la création d'un abonnement de 70 € suite à la fusion de Thau Agglo avec la Communauté de commune du Nord bassin de Thau dont la facture incluait un abonnement. Comme cette décision a été prise après l'émission de la dernière facture 2017, une partie de l'abonnement de 2018 n'a pas pu être facturé fin 2017... donc il faut payer 70€ pour 2018 et 35€ pour 2019, soit un montant de 105 €, que la baisse du prix du m3 n'arrive pas à effacer, surtout pour les petites consommations.

 

 

Merci, Monsieur Georges Nidecker pour vos explications claires d'un problème complexe, mais qui nous touche quotidiennement, depuis le goût de l'eau jusqu'à notre compte en banque.

Maintenant, entre les usagers vicois désormais éclairés peut s'engager un échange de points de vue qui n'engage plus l'expert.
Voici ce qu'on pourrait entendre en se penchant par dessus l'épaule des mamans joueuses de pétanques et des papas au sortir de la crèche:

On nous avait expliqué qu'on fusionnait pour abaisser les coûts.

On va "mutualiser les moyens", nous a-t-on affirmé, avant qu'on vote.
Aujourd'hui, on nous explique que l'augmentation est due à l'effet de structure: une petite structure pas chère comme la nôtre, en fusionnant avec une grosse structure chère, cela produit un prix en forte augmentation pour la petite structure.
On nous a déjà fait le coût avec la région: on a bien noté que de Languedoc-Roussillon à Occitanie on nous raconté les mêmes contes à dormir de bout.
Le principal , s'est d'y croire, comme pour le père Noël.
Ieronimus Bosch nous a tout expliqué il y a tout juste cinq-cents ans. Regardez le tableau "l'escamoteur". Vous êtes le personnage principal de ce tableau. Vous êtes-vous reconnu(e) ?

On constate que la régionalisation la métropolisation conduisent aux effets contraires de ceux annoncés:

  1. augmentation des charges
  2. déficit démocratique par éloignement des citoyens des centres de décisions. La gestion devient technocratique et opaque.


L'usager-payeur, trop souvent considéré comme un consommateur, est bien en droit de se demander si tout cela ne ressemble pas à ce qu'à Sète on appelle  "des craques". Et ma belle-mère qui en rajoutait toujours une louche appelait ça "des craques à l'huile" ( l'huile ça te ferait passer même le plus estoufarel des pastis ).

S'il est perspicace, l'usager citoyen se posera la question du retour en régie publique, ou de la privatisation.
Sur l'Agglo de Sète la plupart des services publics sont systématiquement mis en délégation au privé.
On s'apercevra vite que les délégations sont données à de grands groupes, comme Suez, à Sète, ou Véolia ailleurs.
Ces groupes pratiquent un lobbying effrayant pou conquérir de nouveaux marchés ( voir les procès pour Suez à Jakarta, à Casablanca, voir aussi les déboires devant les tribunaux de Car Postale le groupe suisse qui fait rouler les bus jaunes de l'agglo, sans parler de Nicollin ou autres). 
Suez et Véolia font partie des grands groupes français du CAC40 dont le chiffre d'affaire ne cesse de croître.
Ils possèdent des filiales partout dans le monde, y compris dans les paradis fiscaux.
Ils diminuent leurs effectifs en France.
Ces groupes servent les deux tiers de leurs bénéfices en cadeau à leurs actionnaires. 
Leurs dirigeants proviennent souvent de la haute administration française ( conflits d'intérêts: ils arrangent eux-même la réglementation en vigueur pour satisfaire leur besoins ).
Enfin, ces groupes Suez et Véolia dépensent des sommes folles en lobbying pour empêcher les collectivités territoriales à un retour en gestion publique de l'eau, comme c'est le cas dans l'Essonne, pourtant dirigée par un président LR, idem en Indonésie ou au Maroc !
Ces groupes s'entendent pour fausser la concurrence et maintenir des prix hauts.
Et, malgré tout cela, ces groupes sont les vrais assistés de l'Etat français: Une multinationale coûte en moyenne 300 millions d'euros à la société, par les allègements de cotisations, les crédits d'impôts, la précarité et la pollution ( voir le dossier sur BastaMag).
Ces multinationales n'épargnent même pas l'environnement, ce sont les plus grosses pollueuses et elles éreintent le tiers-monde (voir le dossier sur La Relève et la Peste).


Aussi il est étonnant de voir que - mis à part quelques conseillers de gauche militant pour le retour en régie publique de l'eau - le conseil d'Agglo ait décidé la privatisation complète du service de l'eau à une très large majorité.
La question du retour en régie publique se pose avec urgence aujourd'hui.
Aujourd'hui le réseau d'eau de SAM est surtout remarqué pour ses fuites, dues au vieillissement et à la mauvaise qualité du réseau.
Seule une régie publique agira pour entretenir, rénover, étendre le réseau.
Naturellement la Régie Publique doit impérativement s'accompagner d'une gestion efficace, à la pointe du progrès, d'un management humain et moderne pour le personnel: c'est le rôle des politiques de mettre cela en place.
En privatisant, ils bottent en touche, pervertissent la démocratie. 
Aujourd'hui on a des effets de manches et un discours de langue de bois, une lutte des places dans les institutions territoriales,

Et l'usager, le contribuable, le citoyen payent les pots cassés.

                             
 

 RR

 

Fermeture de la déchetterie de Villeuneuve lès Maguelone aux Vicois et Mirevalais

L’association citoyenne de Vic-la-Gardiole, Vic Info Convivialité (V.I.C.)
s’émeut de la fermeture envisagée de la déchetterie de Villeneuve-lès-Maguelone
aux Vicois et aux Mirevalais.

Elle envisage de lancer une pétition afin que ces derniers puissent continuer à l’utiliser.
Elle nous prie de communiquer ceci :

Selon une information parue dans la presse, les habitants de VIC et de MIREVAL n' auraient plus accès à la déchetterie de VILLENEUVE-LÈS-MAGUELONE et devraient utiliser celle de Frontignan.

Fermer l’accès à la déchetterie de Villeneuve aux Vicois et aux Mirevalais relève d’une injustice manifeste.
Rappelons que Villeneuve n’appartenait pas, avant 2009, à la communauté d’agglomération de Montpellier mais faisait partie, comme Vic et Mireval, du SIVOM de Frontignan.
Comme Villeneuve, Mireval et Vic ont financé en partie cette déchetterie !
L’exploitation de la déchetterie est revenue en 2009 à la Communauté d’agglomération de Montpellier mais celle-ci a alors conclu une convention avec la Communauté d’agglomération du Bassin de Thau afin que soit permise la prise en charge par Villeneuve des déchets de Mireval et de Vic. Ce n'était que justice et bon sens!
Obliger maintenant Mirevalais et Vicois à utiliser la déchetterie de Frontignan au lieu de celle de Villeneuve aurait pour conséquence un allongement important du kilométrage Aller-Retour pour la prise en charge des déchets en provenance de nos deux communes vers celle de FRONTIGNAN, qu’il faudrait traverser quasi totalement, pour arriver presque à hauteur d’Intermarché.
De Vic centre à la déchetterie de Villeneuve on compte 5,6 km. De Vic à la déchetterie de Frontignan : 10,4 km ! Pour un aller retour, multipliez par 2 : utiliser la déchetterie de Frontignan impose de parcourir quelque 9,6 kilomètres de plus ! Et pour les Mirevalais, c'est encore pire!
La décision de nous fermer l’accès à la déchetterie de Villeneuve semble d'autant plus incompréhensible, voire aberrante que, si on reprend le « PLAN DE DÉPLACEMENTS URBAINS 2020-2030 », mis actuellement en concertation par " Sète Agglopôle Méditerranée " (c’est nous qui soulignons) on peut y lire :
" Chaque jour, 435 000 déplacements sont réalisés sur notre territoire, cela représente 4 déplacements en moyenne par habitant. Et malheureusement une grande partie sont encore trop souvent réalisés en voiture, qui reste largement majoritaire (60% ), avec son cortège de nuisances : bouchons, pollution, insécurité routière, bruit. "
Il est urgent de trouver des solutions alternatives pour éviter l'embolie du territoire, notamment lors de la saison estivale durant laquelle la population double, voire triple selon les secteurs..."
Mais...il est vrai que la décision de nous fermer l'accès à la déchetterie de Villeneuve permettrait à SAM ( Sète Agglopôle Méditerrannée ) d'économiser les 150 000 € que lui coûte, annuellement, la prise en charge de nos déchets par Villeneuve.
Economie pour les finances de SAM, mais économie sur qui? sur quoi? Sur le dos des Mirevalais et des Vicois! On est fondé à trouver ce calcul sordide, d'autant que nos villages contribuent à l'agglo...


Allons plus loin : un bon nombre de nos concitoyens s’estiment les grands oubliés, les laissés pour compte de l’Agglopôle.
Qui peut dire avoir vu retomber les bienfaits sur Vic la-Gardiole ?
Un exemple est particulièrement parlant : celui du projet de piscine, à l’est de Frontignan, passé à la trappe au profit de Sète... Adieu, piscine pour nos petits Frontignanais, Mirevalais et Vicois.
Toutefois, l’agglo se souvient parfaitement et régulièrement de nous quand il s’agit, à travers le joli mot de "lissage" de nous augmenter les taxes diverses...

Au-delà des considérations institutionnelles selon lesquelles Vic et Mireval sont situés entre et Sète Montpellier, faisons entendre les voix de la raison, du bon sens, de l’équité et de l'écologie qui, toutes, appellent à maintenir la desserte actuelle.
Une pétition dans ce sens vous sera proposée.

L’équipe de V.I.C.

Marché de Noël

Vic Music sera de la partie: notez bien !

La chorale de l'école chantera
ce SAMEDI 22 décembre 2018 entre 11h30 et 12h30
sur le marché de Noël de Vic-la-Gardiole !

Et DIMANCHE 23 de 11h à 12h,
vous pourrez écouter des élèves de piano, chant,
percussions-batterie dans la salle des fêtes et/ou en extérieur.

Venez nombreux partager ce moment avec nous !

  • Prochains EVENEMENTS de Vic Music :
    - BALETI de la classe d'accordéon : le dimanche 17 février 2019 à 17h30 dans la salle des fêtes de Vic-la-Gardiole.
    - Concert/audition mi-parcours de la classe Batterie : le vendredi 22 février 2019 à 18h30 dans la salle de musique.

Gardiola Nostra


Ce mercredi 12 décembe 2018, une douzaine de personnes motivées se retrouvent au col de la Tortue, dès dix heures du matin.
Les conseillers départementaux, Sylvie Pradeille et Pierre Boudoire viennent là pour défendre l'engagement du département sur ce Massif de la Gardiole.
Ces élus aiment baptiser ce canton du nom de "Canton de la Gardiole", car il est au coeur du territoire et de leurs préoccupations.
Sont aussi présents les acteurs de la DFCI, personnel départemental dédié à l'entretien du massif, des Sapeurs-Forestiers et aussi des acteurs de Sète-AggloPôle-Méditerranée.
Ce massif forestier est au coeur de notre patrimoine, au même titre que les médiathèques, que le Littoral avec sa Maison du Littoral.
La Gardiole, c'est notre bien, à tous. Possédants ou pas, nous sommes tous riches de ce jardin inestimable.

Ce col de la Tortue, c'est la rencontre de la ligne de creux conduisant de Cournonterral à la mer avec la ligne de crête, celle qui parcourt les sommets de la Colline de la Madeleine jusqu'à "l'Oeil" de la Vène, à Balaruc, dans l'étang de Thau. Un peu comme entre notre pouce, l'index et et le dessus et le dessous de la paume de la main.
Que se racontent-elles, en ce point d'instabilité, ces deux lignes que tout semblait opposer? Comme une selle de cheval entre mer et monts, cette torsion spatiale du plan quadrillé , elles bavardent sûrement de l'esprit de Gaudì concevant la Sagrada Familia, cathédrale inversée, ou tout aussi bien, peut-être de  la flor inversa poème retors de Raimbaud d'Aurenja, venant visiter sa soeur à Aumelas.