Mèze

J'veux du soleil, un film de Gilles Perret et François Ruffin sur les Gilets Jaunes

«C’est n’est pas un film sur le mouvement des gilets jaunes, mais bien sûr ceux qui ont revêtu ce gilet. Ils ont des choses profondes à dire. Portés par cette accélération de l’histoire, ils le font en toute liberté alors qu’ils ne le faisaient jusqu’ici que dans la honte, l’anonymat», précise Ruffin.

D’Amiens à Marseille, la caméra de Perret a capté, bruts de décoffrage, les témoignages de ces Français plongés dans la précarité, la pauvreté, l’exclusion, le désespoir. Intérimaires, chômeurs, travailleurs indépendants, handicapés, retraités, sur les ronds-points ou chez eux, ils livrent à Ruffin, avec dignité et émotion, leur détresse et leur quotidien de misère. Les femmes, les plus directes, sont bouleversantes. (Journal Libération)

Inscriptions sur la liste électorale de la commune

Suite à une réforme des modalités d’inscription sur les listes électorales, les électeurs potentiels pourront demander leur inscription sur la liste électorale d’une commune toute l’année et jusqu’au 6ème vendredi précédant un scrutin afin de pouvoir participer à celui-ci.

Toutefois, l’année 2019 étant une année de transition, afin de participer aux élections européennes du 26 mai 2019, les nouveaux électeurs devront effectuer leur demande au plus tard le samedi 30 mars, une permanence aura lieu de 9h à 11h à la mairie annexe 3, place Baptiste Milhau.

Peuvent demander leur inscription sur la liste électorale de la commune, les français ou ressortissants européens autres que français, majeurs(ou atteignant l’âge de 18 ans au plus tard le 25 mai 2019 pour voter aux élections européennes) :

Ayant dans la commune :

– Leur domicile (les enfants de – de 26 ans peuvent demander leur inscription dans la commune si leurs parents y sont domiciliés),

– Une résidence depuis au moins 6 mois,

Ou, pour les français uniquement, étant contribuable de la commune (contributions directes : taxe habitation, taxe foncière) depuis au moins la 2ème année consécutive,

Ou, pour les français uniquement, étant gérant, ou associé majoritaire (ou unique) d’une société contribuable de la commune pour la 2ème année consécutive au minimum.


LES PIÈCES JUSTIFICATIVES

Carte nationale d’identité ou passeport en cours de validité :

– Au titre du domicile ou de la résidence : une facture eau, électricité, gaz, téléphone fixe (portable non accepté),

– Au titre de contribuable : avis d’imposition sur au moins deux ans ou attestation des impôts.

– Au titre de gérant ou associé : prendre contact avec la mairie au 04 67 18 30 43.

Les demandes d’inscription peuvent se faire :

en direct au guichet de la Mairie Annexe 3 – 12 Place baptiste Milhau,

par courrier (c’est la date de réception qui fait foi),

par internet via le portail : www.service-public.fr

Pour tous renseignements complémentaires, vous pouvez contacter le service élections au 04 67 18 30 43.

Les Gilets jaunes Mézois sont toujours vivants !

Ce 16 mars 2019, 10h, les Gilets de Thau Mézois sont fidèles à l'heure et au poste. Après une visite très courtoise de la gendarmerie locale demandant aux manifestant(e)s de "faire attention à eux", chacune et chacun a pris place au carrefour de l'entrée de la ville (D 613 côté Loupian) ainsi qu'à La Marianne. L'objectif est de distribuer les tracts annonçant la grève générale du 19 mars ainsi que les manifestations (*) dont le préavis a été posé par plusieurs organisations syndicales.

Les Gilets Jaunes du Bassin de Thau, en lutte depuis 4 mois appellent les salariés du privé comme du public à se mettre en grève et à manifester.

(*) Sète, départ à 10h, place de la mairie - Montpellier, départ à 14h de la place de Thessalie.


 Si l'on a moins "vu" les "gilets" ces temps-ci, c'est que le mouvement se structure, s'organise… mais son occupation première, en ce moment, est de soutenir celles et ceux qui ont subi les affres d'une répression parfois aveugle (sans jeu de mots). C'est ainsi que nous avons recueilli le témoignage d'une maman, témoin au procès de son fils… Durant la dernière AG des Gilets de Thau, MF s'est exprimée :

« Je suis allé au procès de mon fils vendredi, tranquille, pour parler de mon fils, que je connais par cœur. J’étais juste venu dire qui il est. Mais c’est quelque chose de très éprouvant , parce qu’on ne comprend pas la décision des juges. C’est un peu déstabilisant la justice. On est en train avec la ligue de faire un listing de toutes les arrestations, pour prouver que les GJ font l’objet d’une répression, d’un traitement spécifique.

…Surtout qu’à un moment on vous dit “Vous les témoins, on vous fait passer dans une pièce.” On nous met dans la pièce… Et moi qui ai toujours défendu mes enfants, quand je me suis retrouvé là, j’ai rien compris. D’abord j’ai eu envie de vomir.

Un GJ intervient subitement : « Mais c’est comme ça, c’est le code de procédure pénale !»

- « Je m’en fous que ce soit le code de procédure pénale, laissez moi finir.

On me met dans cette pièce, où arrivent les inculpés. Si tu fais un peu l’éponge, tu sens les odeurs et tu as le ressenti de toutes les émotions des personnes qui passent dans cette pièce. Après on vient te chercher, c’est comme quand on prend un taureau pour l’amener dans l’arène. Je venais de passer quatre heures dans le public, mais tout à coup je savais plus où j’étais, je n’ai pas vu les amis, je ne comprenais rien. J’ai dit deux phrases. Il m’a dit “Est-ce que vous avez vu deux masques ?”… “Est-ce qu’il était avec vous au péage ?”… J’ai rien compris. Et depuis deux jours j’en suis malade, je n’ai pas pu dire ce que j’avais à dire. Pour la première fois de ma vie, j’ai fait une crise d’angoisse, je pensais à (J.) aux autres, comment ont-ils fait ?

Moi la seule fois de ma vie où on m’a arrêté sur la route, je n’avais pas mon contrôle technique. Quand je pense à G., qui ne s’est jamais fait arrêter de sa vie, pour un mot qu’il a dit, pour défendre les GJ, garde à vue et tribunal en avril. On n’est pas préparés ! Moi je pensais que j’étais tranquille, je venais défendre mon fils. Là j’arrive, je ne fais rien… Je n’ai pas été capable de défendre mon fils. Je suis traumatisée. On n’est pas prêts. Personne n’est prêt à faire ça. Vous pouvez dire ce que vous voulez, je m’en fous. Mon fils était sorti avec un fumigène, dans ces manifestations.

Je suis fatiguée depuis quatre mois. Je ne veux pas qu’on dise “on est tous jaunes” et que ça en reste là. On les arrête, la police ne nous répond pas. Ils n’ont pas vu de médecins, ils n’ont pas vu d’avocat. Et nous on va dire “ils n’avaient qu’à pas y aller !” ? Je vais quitter le mouvement, je ne m’y retrouve plus. On tire sur les gens. Ça me rend malade moi, on m’appelle à 6h du mat, pour me dire qu’on a arrêté untel. Retrouves-toi à essayer d’avoir des documents personnels pour passer devant les tribunaux… M. quand ils l’ont arrêté le samedi, ils lui ont dit “Tu signes que c’est toi qui n’a pas voulu d’avocat, qui n’a pas voulu de médecin, ou alors tu passes en taule.” Un gamin qui n’avait rien fait. Ça c’est traumatisant, moi je ne dormirai plus. Je n’ai même pas eu le courage de le regarder en face.

Et en plus le procureur a demandé 2 mois avec sursis, et comme ils veulent quand même le garder piégé, la décision sera rendue le 9 avril… Vous vous rendez compte ? »

À méditer !


 En ce qui concerne l'action de distribution des tracts de ce matin, très bon enfant et sans incident, voici un petit clip…

1er concours de chant du bassin de Thau

Pour une première, c'est une première ! L'idée est géniale : "Thau Voice Académie" et "Thau Stories" ont mis leurs compétences en commun, avec le soutien de la ville de Mèze, pour organiser un grand concours de chant. Faire découvrir de nouveaux talents et leur permettre de se produire en scène, leur faire rencontrer d'autres artistes, avoir un avis de professionnels sur leur prestation… tels sont les objectifs des deux associations.

Ce concours est ouvert aux groupes et chanteurs en "solo" amateurs et/ou semi-pro.

Chantal Durbec et Franck Nourrisson, "des habitués de la scène", ont peaufiné un concours qui s'adressera aux candidats "chanteurs" de tout le département de l'Hérault.

Les Catégories :

- Kids et Ados (moins de 17 ans) 

Les candidats pourront interpréter des chansons sur bandes musicales ou en auto-accompagnement en solo ou en groupe sur des reprises ou des créations.

- Interprètes Adultes (plus de 17 ans)

En solo ou en groupe, les candidats pourront interpréter des chansons sur bandes musicales ou en auto-accompagnement sur des reprises.

- Créations originales Adultes (plus de 17 ans)

En solo ou en groupe, les candidats pourront proposer des chansons en auto-accompagnement sur des compositions originales n'ayant pas encore été produites.

Les étapes de la sélection :

- Ouverture du concours en février et mars

Les candidats devront envoyer une vidéo de leur prestation dans la catégorie qui les concerne. cette vidéo d'une durée moyenne à 2 minutes devra comprendre un couplet et un refrain. De ces vidéos, ne seront conservées par les organisateurs que les candidats remplissant des critères de qualités musicales et de sérieux de la candidature.

- En avril

Un premier jury de présélection procédera au choix des candidats retenus pour la demi-finale en retenant ceux qui auront à interpréter une chanson complète en live devant le jury de présélection et les caméras de Tv Mèze.

- En mai

Les candidats retenus devront produire leur chanson (en entier) devant le jury de présélection et devant les caméras de Tv Mèze chargée de standardiser les prestations des uns et des autres. Ils devront également se présenter devant les caméras et répondre à quelques questions du jury pour faire connaissance avec eux.

- En juin

Le public votera sur internet après avoir visionné les vidéos standardisées des candidats, pour choisir 2 finalistes de chaque catégorie. Parmi ces 2 finalistes se trouvera le vainqueur du prix du public de chaque catégorie. La clôture des votes s'effectuera le dimanche 30 juin 2019 à minuit. De son côté, le jury de présélection choisira 2 autres demi-finalistes formant ainsi une finale à 4 par catégorie.

- Le samedi 6 juillet

Grande soirée de la finale, les 4 finalistes de chaque catégorie devront interpréter 2 chansons (incluant éventuellement leur 1ère prestation) devant le jury professionnel (autre que le jury de présélection), soit un total de 24 chansons pour la soirée.

Un jury professionnel

Le jury sera composé de professionnels de renom issus du milieu de la scène et du spectacle.

Richard Cross, président du jury est un célèbre coach vocal français. Il collabore avec de nombreux artistes majeurs (Annie Lennox, Hélène Ségara, Julie Zematti, Maurane, Michel Polnareff, Michel Sardou, Zazie, Michel Jonasz, Vanessa Paradis, Camille, les L5, Gérald De Palmas…)

Sa carrière de chanteur démarre comme enfant soliste à la Cathédrale de Bordeaux. Chanteur classique de formation puis chanteur moderne d'adoption, il chante la musique baroque avec le chef d'orchestre Marc Minkowski, la mélodie romantique avec la pianiste Sylvie Barret, la musique pop avec Jean-Michel Jarre, Annie Lennox ou Khalil Chahine et la revue à paillettes au Moulin Rouge de Paris.

Plusieurs émissions de télévision sur M6/Popstars, TF1/Star Academy… le rendent populaire entre 2001 et 2012 auprès du grand public. Une dizaine de spectacles musicaux des années 2000 (les 10 commandements, Roméo et Juliette…) font appel à ses compétences de directeur vocal. À partir de 1991, la Cité de la Villette montre son larynx dans un film éducatif autour de la voix;

Depuis 2005, il consacre l'essentiel de son temps aux professeurs de chant sur l'ensemble du territoire. À ce jour, il a instruit plus de 300 formateurs et inspiré l'ouverture d'une trentaine d'écoles autour de la voix, en France et à l'étranger.

Le déroulement de la finale

Pour un spectacle encore plus dynamique, les juges donneront leurs commentaires sur le vif après chaque prestation. Les juges choisiront les gagnants en se basant sur une grille d'évaluation. Leur décision sera sans appel.

La remise des prix

Les noms des gagnants seront dévoilés le soir même et suivis de la remise des prix. Après délibération, le jury professionnel déterminera le vainqueur de chaque catégorie. Le prix du public sera aussi révélé à la fin de cette soirée qui aura pris en compte tous les votes effectués sur internet.

Pour chaque catégorie, un premier prix sera remis à l'issue de la finale et de la délibération du jury.

Sera également remis le prix du public provenant des votes effectués par voies électroniques.


Inscriptions : Chantal Durbec & Franck Nourisson

0603291915 / 0608017287

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

WWW.THAUENSCENE.FR

Inscriptions scolaires en maternelle 2019 : date limite 29 mars

   

MÈZE - Les inscriptions concernent les enfants nés en 2016. Elles ont lieu au guichet unique : date limite --> vendredi 29 mars. Il est possible aussi de télécharger >> ici le dossier d'inscription .

Concernant le cours préparatoire, les enfants sont automatiquement enregistrés sur les listes de leur école de secteur en fonction de leur adresse de résidence.

Les dates des inscriptions définitives auprès des directeurs d’école seront communiquées par courrier dans le courant du mois de mai.

Festival Thau Voice : 2 concerts !

Chantal Durbec et son équipe "Thau Voice Académie" ne font pas dans la demi-mesure… mais nous étions avertis depuis Halloween 2018 qu'il se préparait un "truc" sympa. Voici l'affiche annonçant, s'il vous plaît, deux concerts au Chai du Girard (Salle Louis Jeanjean) pour le samedi 30 mars : MAMA LAND & THE SOUND OF LOVE…

Il sera prudent de réserver  soit à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou au 06 25 86 98 39 ou au 06 03 29 19 15.

Le cube magique à poèmes…

"Dis-moi dix mots" est une opération nationale de sensibilisation à la langue française qui se déroule tout au long de l'année scolaire. Elle est organisée par le ministère de la Culture. Dans ce cadre, le ministère de l'Éducation nationale organise un concours de création littéraire ouvert aux élèves des écoles, collèges et lycées. Les élèves sont invités à jouer avec dix mots et à les mettre en scène sur tous les modes : écriture, chanson, dessin…

"Le Printemps des poètes" cherche à faire connaître la poésie sous toutes ses formes. Le thème de cette manifestation nationale et internationale vient d’être annoncé : il s’agit de « la beauté ».

Le cube numérique de François Drolet (voir ICI), installation interactive poétique est tombée à point pour illustrer la semaine "Poèmes en dés/ordre" initiée par Emma Cailleau et son équipe à la bibliothèque municipale de Mèze.

Caroline Turcot nous a aimablement accueilli afin de satisfaire notre curiosité…

Un enchantement ! Des mots, des couleurs, des sons… pour un patchwork de sensations !

À partir de poèmes de Joël Roussiez (Beautés naissantes et confuses. Inédit de 2009), de Soledad Alvarez (Vision, traduit de l'espagnol par Claude Cuffon), de François Coppée (Sonnets intimes et poèmes. Inédits de 1862 à 1908), de Patrick Chamoiseau (Quelques non-définitions ou indéfinitions de la Beauté), les mots beauté, signe, arabesques sont apparus "miraculeusement" sur les anciennes voûtes de la bâtisse. De tailles différentes, fuyants ou statiques, colorés ou pas, isolés ou accompagnés… ces particules ont capté notre attention : un voyage a commencé !

Pour vous jusqu'au 20 mars, faîtes vite !

Mèze : Mars à la bibliothèque

Désormais "sous le contrôle de l'agglopôle", la bibliothèque de Mèze n'en continue pas moins ses activités en étant toujours au service de la population locale. Emma Cailleau et son équipe nous propose, pour ce mois de mars, deux animations de qualité. En voici les détails :

Entrée libre.

Une création du Piscénois François Drolet, plasticien numérique, sera à votre disposition.

Un simple cube crée une œuvre visuelle et sonore… Par le toucher, un poème se compose…

Il faudra vous inscrire. 

Isabelle Mas-Reigner animera une conférence en histoire de l'art avec M. Laurencin et S. Delaunay, peintres représentatives de l'art moderne…

En écho à la programmation "Des femmes et des arts" de la ville de Mèze.

Mèze : la police municipale identifie plusieurs malfaiteurs

Le service communication de la ville nous informe :

Durant la nuit du 27 au 28 février, des vols avec effraction ont été perpétrés dans des commerces Mézois par plusieurs individus. Alertés par la gendarmerie, la police municipale de Mèze a pu identifier les auteurs de ces méfaits et constater les flagrants délits grâce aux enregistrements du réseau de vidéo protection installé par la municipalité.

Ces derniers ont été appréhendés.

Une grande satisfaction pour Henry Fricou, maire de Mèze et Patrick Olombel, conseiller délégué à la sécurité :

« Nous sommes heureux de constater, une fois encore, toute l’efficacité de l’équipe de la police municipale, que nous félicitons, et la pertinence des investissements réalisés par la commune pour l’amélioration constante du réseau de vidéo protection de Mèze. »

Les malfaiteurs qui ont sévi fin février rejoignent ainsi la liste de ceux qui ont déjà été identifiés par les agents de la PM.

Contributions du Comité d’Action laïque de Mèze (CALM) dans le cadre du Grand débat national

Thématique : Démocratie et citoyenneté

Loi de séparation des églises et de l’État

Le Comité d’action laïque de Mèze (CALM) souhaite "une application pleine et entière de la loi du 9 décembre 1905 sur tout le territoire de notre République".

La laïcité n'est pas l’œcuménisme. La laïcité n'est pas un discours interconfessionnel. La laïcité est la voie de la raison vers l'émancipation de l'être humain, tout en lui garantissant le droit de croire ou de ne pas croire.

La laïcité s'appuie sur trois principes fondateurs : la liberté absolue de conscience, l'égalité des droits des croyants, des agnostiques et des athées, et l'orientation de la force publique vers le seul intérêt général !

Or, nous constatons un retour des religieux dans la sphère publique sur invitation des politiques qui pensent qu'en donnant davantage de champ d'expression aux diverses cléricatures, ils pourraient obtenir une « paix sociale »...

Funeste erreur : nos voisins Anglo-saxons et Belges notamment, nous démontrent que les représentants religieux en veulent toujours plus !

En demandant aux différentes religions de donner leur avis sur des sujets de société, comme la bioéthique, qui engagent l'ensemble des citoyennes et des citoyens dont une majorité ne croit pas, le Président de la République redonne du pouvoir à des Églises qui en avaient été écartées.

Comment des dogmatiques qui ont leurs idéaux figés dans des livres écrits depuis plusieurs siècles, pourraient conseiller nos dirigeants politiques sur une société en mouvement ?

Et pourquoi demander leur avis à des religions qui ont dans leur ADN, relégué la Femme à une place subalterne ?

La République ne peut être la juxtaposition de communautés, qui engendrent l'enfermement ethnico-religieux de nos concitoyennes et concitoyens.

Par ces mots nous réitérons notre souhait d’une République fraternelle, égalitaire, solidaire et laïque, tournée vers la tolérance mutuelle. C'est pourquoi, nous nous opposons à toute modification de la loi de 1905 et souhaitons son application à l'ensemble des territoires de notre République.


Loi confiance sur la transparence.

Lorsque GREENPEACE viendra sensibiliser les Députés au sujet des océans, quand ACT UP viendra rencontrer des Sénateurs pour solliciter davantage de moyens pour la lutte contre le VIH, ces associations devront s'inscrire sur le fichier de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique.

Mais depuis le vote défavorable des amendements à l'Article 38 de la loi dite confiance, des députés dans la nuit du 26 au 27 Juin 2018, à la demande du Gouvernement, les associations religieuses peuvent venir faire du lobbying auprès des élus contre l'IVG, contre la GPA ou contre le Droit à Mourir dans la dignité, en toute "discrétion", sans devoir déclarer ces rendez-vous...

Ce recul de la transparence dans les débats relatifs à l'évolution de notre société est inadmissible, nous souhaitions rappeler dans le cadre du grand débat national la position du Comité d’action laïque de Mèze.


Thématique : L’organisation de l’État et des services publics

Pour des obsèques républicaines

Les adhérents de l’association Comité d’action laïque de Mèze (CALM) ont largement débattu la problématique des obsèques non religieuses ou dites républicaines.

Nous souhaitons rappeler dans le cadre du Grand débat national qu’une proposition de loi instituant des funérailles républicaines a été adoptée en 1ère lecture par l’Assemblée nationale le 30 novembre 2016, et qu’elle a été transmise au Sénat.

Celle-ci dispose que :

« La liberté de choisir le caractère civil ou religieux de ses funérailles étant reconnue par la loi du 15 novembre 1887, il apparaît cependant difficile pour les familles qui souhaitent organiser des obsèques civiles de le faire sans devoir s’adresser aux services de pompes funèbres qui relèvent aujourd’hui majoritairement d’entreprises privées. La proposition de loi vise à donner une base juridique aux pratiques de certaines communes afin de mieux garantir l’égalité entre les personnes souhaitant des obsèques civiles et celles souhaitant des obsèques religieuses. Elle prévoit que les communes qui disposent d’une salle municipale "adaptable" peuvent la mettre gratuitement à la disposition des familles qui en font la demande pour organiser des funérailles républicaines et leur permettre de se recueillir. Elle a également pour objectif de créer un nouveau rite républicain propre aux obsèques en permettant la présence d’un officier d’état civil chargé de procéder à la cérémonie civile. »

L’association des Maires de France dans son vade-mecum sur la laïcité en date de novembre 2015 invite également « les maires à mettre à disposition des familles qui le souhaitent une salle communale, lorsque c’est possible, aux fins de célébrer des funérailles non religieuses ».

Avec cette contribution, nous souhaitons remettre :

cette question dans l’actualité parlementaire,

attirer à nouveau l’attention de la Municipalité de Mèze, qui, saisie officiellement en mai 2017, ne s’est toujours pas prononcée et voir ensemble quelles pourraient être les modalités de déroulement des obsèques non religieuses dans notre commune, soumis actuellement aux aléas climatiques et à la place disponible dans le cimetière municipal.

La mise à disposition d’une salle, afin de permettre à l’entourage du défunt de se recueillir et de lui rendre hommage dans des conditions dignes, serait une marque forte de l’attachement de la République française et de la Municipalité de Mèze à la laïcité et au principe d’égalité du à tous les citoyens.

Nous espérons que cette demande rencontre un écho favorable dans le cadre du Grand Débat national au niveau de la thématique : Organisation de l’État et des services publics. 

Ouvrages sur Mèze

Alain Cambon
Depuis un demi-siècle, Alain Cambon collectionne avec passion des clichés de sa terre natale. Après une sélection rigoureuse parmi ses très nombreuses photographies et cartes postales anciennes, précieux témoignages historiques, l'auteur révèle dans ce troisième volume la remarquable métamorphose de Mèze durant le XXe siècle. C'est l'occasion pour Alain Cambon d'aborder notamment l'après-seconde guerre mondiale, période pendant laquelle les Mézois, débordant de courage et d'opiniâtreté, valorisèrent les nombreux atouts terrestres et maritimes que la nature avait bien voulu leur donner. Et dans ces pages, le développement de la conchyliculture dès 1960, l'arrivée des rapatriés d'Algérie et la reprise de l'exploitation des mines de bauxite par la compagnie Péchiney, qui relancèrent l'activité économique de la cité, ne sont pas oubliés. Cette rétrospective devrait raviver les mémoires et faire resurgir, peut-être avec un brin de nostalgie, de nombreux souvenirs.