Mèze

La distribution de sacs se poursuit jusqu'au 31 janvier

La distribution de sacs se poursuit jusqu'au 31 janvier, pour les habitants des centres anciens de Mèze, Poussan et Villeveyrac (réservée aux secteurs non équipés de conteneurs pour le ramassage des déchets).
Les bénéficiaires sont invités à se rendre sur le site d'Oikos à Villeveyrac (Chemin Départemental 5E) pour récupérer la dotation fournie par Sète agglopôle. Accueil dans le respect des normes sanitaires, du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h (se munir d'une pièce d'identité et d'un justificatif d'adresse). Plus d 'infos au 04 67 46 47 20.Aucune description de photo disponible.

Concert de Lùcia de Carvalho à Mèze

Dans le cadre de la 8e édition du programme « DES FEMMES ET DES ARTS » proposé par la Ville de Mèze, le Festival de Thau et l'association Jazzamèze ont prévu, vendredi 5 mars à 20h, salle Jeanne Oulié, un concert multi-culturel à l'image de la chanteuse franco-angolaise.

Lùcia de Carvalho, chanteuse, danseuse et percussionniste nous livre une musique libre et voyageuse. Tantôt plongée dans des souvenirs d’enfance, tantôt femme au poing levé, Lúcia de Carvalho vit chaque concert comme un rendez-vous, un prétexte que la vie crée pour réunir et échanger. De l'Afrique à l'Alsace, en passant par le Portugal, le Brésil, Lùcia poursuit son parcours initiatique sur 3 continents…


Lúcia de Carvalho (chant, alfaia) | Lionel Galonnier (batterie, percussions) | Édouard Heilbronn (guitares)


 Tarifs : prévente 10/8€*, sur place 12/10€*
* tarifs réduits : demandeurs d’emploi, étudiants, bénéficiaires des minima sociaux et moins de 12 ans. La représentation reste évidemment liée aux conditions sanitaires du moment.
 
Billeterie : ici.

2ème courrier de Baruch Spinoza

Si côté Culture la situation est au point mort, il nous reste encore le droit de Lire et de Penser (pour longtemps ?)… Michel Negrell, le philosophe Mézois, "profite" de la situation pour partager avec nos lecteurs la "substantifique moelle" d'un nouveau courrier : Que la Joie vous accompagne…

Chers vous tous et toutes, 

 Je vous souhaite, en ce début d’année, une joie « continuelle et suprême pour l’éternité ». 

J’ai cherché, comme tout le monde, dès le début de ma vie, le bonheur, c’est-à-dire à satisfaire mes besoins, d’amitié, d’amour, de santé, de métier, de sécurité physique et financière …  Oui, cela est bel et bon. On peut être satisfait de ses satisfactions. Certes. Mais la satisfaction n’est pas suffisante, elle ne va pas très loin. On ne peut pas se contenter du contentement. La satisfaction, c’est très étroit. C’est très limité. Ça correspond à notre finitude. Ce que je cherche, c’est l’illimité, l’infini. Contrairement au besoin, le désir est désir du Tout, du Monde, du Monde dans sa substance même (qui est d’exister). Le désir est désir du durable, pas de l’accidentel. La satisfaction des besoins est très fragile, très incertaine. Elle dépend trop de la bonne « fortune » comme on dit.  La bonne « fortune »  a sa cause hors de nous. Vous le savez, le virus est aléatoire. Nous sommes tous fragiles. Succès et échecs se succèdent.

Le bonheur ne peut être assuré que s’il vient de l’intérieur de chacun, de chacune, d’entre nous.  Existe-t-il une source au bonheur qui nous soit intime ? Intime, mais en  rapport avec l’extérieur, avec le Monde, auquel nous appartenons et qui pourtant nous paraît si étranger. Oui, ce serait ça le bonheur : se retrouver soi dans le Monde, dans le Monde qui est nôtre. Se retrouver Monde, accéder à l’intime infini du Monde.  Ou du moins y tendre. Comme le dit Kierkegaard « Ce n’est pas le chemin qui est difficile, mais le difficile qui est chemin. »  L’ouvrage majeur que j’ai écrit, l’Éthique, se termine par ces mots : « Si, il est vrai que la voie que je viens d’indiquer paraît très ardue, on peut cependant la trouver. » Ce bonheur existe, je l’appelle Joie. 

Le but de ma recherche philosophique était donc la découverte « d’une joie permanente et souveraine ». Je découvris que le stade suprême de la Joie concernait un rapport spécifique de l’homme au Monde. L’homme est à la fois inclus dans le Monde, il en fait partie comme fragment ou expression, et il est affecté en permanence par d’autres  fragments du Monde. La Joie apparaît lors d’un certain traitement des fragments du Monde affectant le fragment du Monde que je suis.

Comment cela ? Il y a deux voies : le chemin de la connaissance, celui de l’intellect, des idées, des abstractions, des concepts, de l’esprit et le chemin de la résonance, celui du corps, des affects, des contacts physiques et sensoriels.  La connaissance mobilise la raison, elle est discursive et raisonnante. La résonance mobilise la sensibilité, elle est intuitive et procède par imprégnation. L’Éthique définit les deux chemins de la Joie.  Les voies de la Joie sont tout à la fois charnelles et spirituelles.   

Raisonner et résonner : deux manières d’accéder à l’être du Monde en tant qu’il existe. Par exemple à l’égard d’un petit chat je peux mobiliser les savoirs de l’anatomie, de la physiologie, de l’éthologie, … etc. et je peux aussi me laisser impressionner, par ce qui émane de lui. Ainsi je m’élargis au monde parvenant à l’intimité du chat par connaissances et résonances, à sa manière propre d’exister qui est une modalité de l’existence du Monde. M’élargissant à la substance du Monde qui est Existence j’augmente, j’accrois, ma propre puissance d’exister.  

La Joie passe par l’accroissement de notre puissance (finie) d’exister puisée dans la puissance (infinie) d’exister du Monde. Nous rejoignons cette puissance infinie par sa reconnaissance. La Joie est le signe  de l’accroissement de notre puissance d’exister.  

C’est la bonne nouvelle que je voulais partager avec vous.                                                 Salutations philosophiques,                           Baruch

L’opération « Thau Foliz » continue !

Avec « Thau Foliz », consommez local, vous êtes récompensés ! Sète agglopôle méditerranée poursuit cette opération, lancée depuis décembre dans les 14 communes de son territoire et destinée à (re)donner du pouvoir d’achat et soutenir les commerces locaux dans un contexte sanitaire et économique difficile.

Pour cela, l’Agglopôle, à travers l’application mobile Keetiz, récompense les consommateurs sous forme de remboursement de 20% de leurs achats effectués dans les commerces référencés, avec un maximum de 20€ de récompenses par personne et par jour dans chaque commerce.

L’opération est proposée jusqu’à épuisement de la dotation de 200 000€ affectée par Sète agglopôle méditerranée.

L’image contient peut-être : 1 personne, texte qui dit ’Sète aGGLOPÔLE méditerranée ARCHIPEL DE THAU Hauız À partir du 11 décembre Consommezlocal vousêtesrécompensés! 20% DE vos ACHATS REMBOURSÉS 200000€ cagnotter dans les 14 communes de l'agglo! A APPSTORE AVEC Keetiz Cash Commerçant TÉLÉCHARGE L'APPLICATION KEETIZ AYVC 3. JE CAGNOTTE AUTOMATIQUEMENT Reglementetinfos: Règlemente www.keetiz.fr/thaufoliz Office du commerce Archipel de Thau’

Comment en bénéficier ? 

Il suffit juste de télécharger l’application Keetiz sur son smartphone. Créez ensuite votre cagnotte Keetiz, connectez votre compte bancaire en toute sécurité et payez vos emplettes en carte bancaire sans changer vos habitudes. Les récompenses « CASH » tombent automatiquement dans votre cagnotte. Dès 15€ de cagnotte atteints, vous pourrez créditer votre compte bancaire en 24H.

Thau Foliz, c’est facile et c’est 100% gagnant !

Plus d’informations sur https://www.keetiz.fr/thaufoliz

Mèze : on va vacciner !

Communiqué de la ville de Mèze (parution du 7 janvier 2021).

"La campagne de vaccination contre la COVID 19 va bientôt démarrer à Mèze. Conformément aux directives du gouvernement, les premiers bénéficiaires seront les résidents et le personnel de l’EHPAD le Clos du Moulin.
La vaccination n’est pas obligatoire. Elle n’est effectuée, après avis médical, que sur la base du consentement éclairé du bénéficiaire ou, pour certains résidents de l’EHPAD, d’une personne de confiance.
Les vaccins devraient être livrés à Mèze avant la fin du mois de janvier. Les résidents et les agents de l’EHPAD qui le souhaitent recevront deux injections à 21 jours d’intervalle.
La vaccination sera assurée par le cadre de santé et les deux infirmières de l’EHPAD, aussi bien pour les résidents que pour les salariés de l’établissement. Le médecin coordonnateur sera présent pour intervenir en cas de réaction allergique d’une personne au vaccin.

Un centre de vaccination municipal

Avant même que les phases de vaccination de la population soient lancées à grande échelle, sous l’impulsion de Patrick Olombel, premier adjoint délégué aux affaires sanitaires, la Ville de Mèze a décidé d’anticiper sur les besoins logistiques. Si les autorités sanitaires le jugent nécessaire, une salle municipale sera réservée, le temps qu’il faudra, à la fonction de centre de vaccination de Mèze."

Prenons note !

La covid à "la sauce" Spinoza…

Michel Negrell, adepte "inconditionnel" de Baruch Spinoza le philosophe, souhaite lui donner la parole…

Auparavant il nous plante le décor d'un atelier entamé au dernier trimestre 2020…

En septembre dernier une vingtaine de personnes se réunissaient en Atelier pour étudier la philosophie de Spinoza. Début octobre, avant le confinement officiel, nous avons décidé de suspendre les séances. Ne voyant pas "la fin du tunnel" je propose, en ce début d'année, aux membres de l'Atelier  de reprendre, toutes les semaines à distance, Spinoza. Il ne s'agira pas d'étudier des textes de Spinoza (comme nous l'avions entrepris) mais de "donner la parole à Spinoza qui fait son retour après trois siècles d'absence (!)". Il parlera de son œuvre en rapport avec la vie qui est nôtre. Sa première intervention est justement sur la Covid. 

Je vous communique en pièce jointe "la lettre de Spinoza" dont je suis "le secrétaire" (!). Mon souci principal est la fidélité envers le philosophe. Mes mots sont le plus souvent les siens. Les citations qu'il fait de son œuvre se trouvent entre guillemets.


Chers vous tous et toutes de l’Atelier de philosophie.

 - L’une d’entre vous  écrit : « Je serai contente que Spinoza via son secrétaire nous transmette son analyse de ce qu’on vit ! »

J’imagine qu’il s’agit de la situation née de la contamination mondiale de l’humanité par la Covid.

Ma première réponse est que cette analyse est de votre ressort. Je ne peux pas la faire à votre place. Je ne peux pas me substituer à vous qui êtes dans la vraie vie. Ma seconde réponse est de vous indiquer quelques clefs que j’ai proposées il y a trois siècles pour comprendre les situations problématiques et y remédier.

Dans le monde du vivant nous ne faisons pas exception. Ce  « nous » porte ici principalement sur le monde occidental. Les populations mondiales sont régulièrement et durement affectées par des épidémies meurtrières. Nous n’échappons pas à ces phénomènes naturels malgré nos spécificités d’appartenances au monde économiquement développé.  Nous ne sommes pas comme je l’ai écrit « un empire dans un empire ». Nous n’avons aucune place privilégiée dans la nature. Nous sommes affectés par « les lois communes de la nature ». Les espèces vivent en général au dépend des autres espèces. Il en est ainsi aussi des virus. Il est vain de faire les effarouchés. Cessons de nourrir l’illusion de notre toute puissance, de notre supériorité. Nous préférons  pleurer  et détester ce qui nous arrive comme injuste. Ah, le grand mot est lancé. Nous serions victime d’une intention malveillante d’une surpuissance (complotiste). Il semble difficile aux humains de savoir qu’ils peuvent être frappés par l’ordinaire de la vie qui est lutte pour l’existence. « Ni rire, ni pleurer, ni haïr, mais comprendre ». Voilà la sagesse !

« Persévérer dans l’existence » est un effort. « Chaque chose,autant qu’il en elle, s’efforce de persévérer dans son être. » « Autant qu’il est en elle », c’est dire que ce n’est pas gagné d’avance ! Ça dépend de sa puissance propre.  L’existence est en permanence menacée de l’extérieur. C’est le cas de l’humain par rapport au virus, mais c’est le cas aussi du virus par rapport à l’humain. L’homme qui meurt d’une surinfection due au virus entraine dans sa mort le virus lui-même qui l'a colonisé ! Voilà ce qu’est la vie ! A partir de là il s’agit de « méditer sur la vie et non sur la mort ». Méditer sur la vie pour être dans « son utilité propre » et ne pas être dirigé par la crainte, cette passion triste. Que dois-je faire pour accroître mes ressources vitales ? Voilà la seule question valable. Ou plutôt, que devons-nous faire, nous, pour collectivement assurer une vie durable, quel effort collectif à entreprendre ? Oui, c’est collectif, car « l’homme est utile à l’homme ». Et cela dans la mesure  où les hommes vivent sous la conduite de la Raison. Alors ils s’accordent nécessairement. « L’homme est un Dieu pour l’homme. » Par un mutuel secours les hommes peuvent se procurer aisément ce dont ils ont besoin et éviter les périls qui les menacent.

 Nous vivons en société avec profit par notre mutuelle utilité. L’État n’existe que pour garantir notre sécurité et assurer notre liberté. Quand ce n’est pas ou plus le cas, la multitude finit par faire sédition ne trouvant plus aucun intérêt propre à la politique jusqu’ici instituée. Quand l’État n’est plus porté (n’est plus supporté, n’est plus soutenu) par ses sujets, il s’effondre par l’insoumission de ces derniers. La puissance du désir social de la multitude cherche alors un ailleurs, et l’investit. Et jusque-là, la puissance du désir supporte l’État comme partisan ou comme portefaix.

                                                       Salutations philosophiques                                Baruch                            

Du 4 au 24 janvier, recyclez votre sapin !

 

Sapin Silhouette

Mon beau sapin… est recyclable ! Pour le roi des forêts qui trône dans de nombreux salons, les fêtes s’achèvent souvent tristement. Réduit à l’état d’objet encombrant, il termine souvent son existence dans une poubelle quand il n’est pas tout simplement abandonné sur les trottoirs ou en pleine nature.

Face à cette situation et pour faciliter la vie des habitants, Sète agglopôle méditerranée  organise chaque année, en concertation avec les 14 communes du territoire, une grande opération de collecte des sapins. Du 4 au 24 janvier, près d’une quarantaine de points de collecte sont ainsi mis en place sur l’ensemble du territoire, pour permettre aux particuliers de déposer leurs sapins naturels -sans flocage ni décoration- avec la garantie qu’ils seront ensuite 100 % recyclés.

Les sapins collectés seront en effet dirigés vers la filière de valorisation des déchets végétaux et, mélangés à d’autres essences, transformés en paillage, utile pour limiter l’évaporation et enrichir le sol, ou en compost.

Pour Sète :

Dans le cœur de ville, deux points de collecte sont installés sur la place Léon-Blum et sur la place Aristide-Briand.
Pour les habitants de la Pointe Courte un point de collecte est installé sur le parking à l'entrée du quartier, tandis qu'à la Plagette, les sapins pourront être déposés rue des chantiers. Dans le quartier Victor-Hugo, en raison des travaux sur la place Stalingrad, le point de collecte se trouve sur l'aile droite du théâtre Molière. Au Quartier-Haut, le dépôt de sapin se situe sur la Place de l'Hospitalet.
A l'entrée Est de la ville, le point de recyclage est installé sur le parking du Mas-Coulet, non loin du pont des dockers. Les habitants de la Corniche pourront trouver leur point de collecte sur l'avenue du Tennis, non-loin du casino. Pour les riverains des Salins, de Villeroy et des Quilles, le dépôt des sapins se fait à l'entrée du parking de la piscine Fonquerne.
Au Pont-Levis, le point de collecte se trouve rue des Tadornes et à l'Ile de Thau, les habitants pourront trouver leur point de collecte devant l'école Anatole-France.
Pour le quartier des Métairies, deux points de collecte sont installés. L'un sur la place des Métairies et le second place des Thermes, destiné aux habitants des Métairies Basses.

Pour Gigean : Place du Jardin Public

Pour Loupian : Rue Nelson Mandela

Pour Marseillan Ville : Place du Théâtre, Parc de Tabarka et Rue Baudassé

Pour Marseillan Plage : Avenue de la Méditerranée Office de Tourisme

Pour Mèze : 1 Chemin de Cagueloup (Parking Gendarmerie) et Rue des Tonneliers (aire des Festivités)

Pour Mireval : Place Louis Aragon (Mairie)

Pour Montbazin : Place de l’Eglise

Pour Poussan : 1 Place de la Mairie (Mairie)

Pour Balaruc-les-Bains : Place du Mail et Rue des Ecoles (Mairie Annexe les Usines)

Michel Negrell : virus et vaccins

Difficile de se faire une idée et une opinion définitive sur un sujet aux multiples facettes, aux multiples et contradictoires affirmations, au "faîtes ce que je dis et non ce que je fais" … restons prudents et surtout : pensons aux autres !

Michel Negrell, philosophe local, se penche depuis bientôt un an sur un "cataclysme universel", voici son message :

Comme beaucoup d’entre vous je  cherche à comprendre la situation concernant la pandémie actuelle et surtout dans sa dimension médicale. Pour cela je m’adresse de préférence aux scientifiques, aux universitaires et aux praticiens de santé. Je me méfie des journalistes que je trouve souvent mal informés et peu clairs. J’évite les politiques dont la stupidité le dispute à la mauvaise foi pour ne  pas dire aux mensonges.  

J’ai lu et visionné de nombreux documents. J’ai beaucoup appris de deux d’entre eux :

Covid-19 : Les Technologies Vaccinales à la loupe (criigen.org)

https://tanialouis.fr/2020/12/27/le-compromis-de-la-vulgarisation/

Je me permets de vous en donner l’adresse. Je vous invite à regarder d’abord la vidéo sur « les Technologies Vaccinales » qui décrit aussi l’action du virus sur les cellules, puis de lire le long texte de Tania Louis. Ces deux documents s’équilibrent sur de nombreux aspects : le texte corrige la vidéo.  

Soyons vigilants dans notre étude !                 michel

Ces deux témoignages doivent nous éclairer et s'ajouter à l'avis de notre généraliste. Certes, ils sont longs mais ils méritent toute notre attention : bonnes lectures !

Ouvrages sur Mèze

Alain Cambon
Depuis un demi-siècle, Alain Cambon collectionne avec passion des clichés de sa terre natale. Après une sélection rigoureuse parmi ses très nombreuses photographies et cartes postales anciennes, précieux témoignages historiques, l'auteur révèle dans ce troisième volume la remarquable métamorphose de Mèze durant le XXe siècle. C'est l'occasion pour Alain Cambon d'aborder notamment l'après-seconde guerre mondiale, période pendant laquelle les Mézois, débordant de courage et d'opiniâtreté, valorisèrent les nombreux atouts terrestres et maritimes que la nature avait bien voulu leur donner. Et dans ces pages, le développement de la conchyliculture dès 1960, l'arrivée des rapatriés d'Algérie et la reprise de l'exploitation des mines de bauxite par la compagnie Péchiney, qui relancèrent l'activité économique de la cité, ne sont pas oubliés. Cette rétrospective devrait raviver les mémoires et faire resurgir, peut-être avec un brin de nostalgie, de nombreux souvenirs.