Conférences

Les Produits de la Mer pour la Santé

Conférence Débat inédite du Pr Henri JOYEUX et de Christine BOUGUET-JOYEUX, Nutritionniste.
8 juillet à 20h30 - Salle Georges Brassens, 7 Rue Jean Jaurès, Sète

"Tous les produits de la Mer sont bons pour la Santé . Les protéines marines, les acides gras omégas 3, les minéraux et oligoéléments de la mer dont nous sommes issus, sont nécessaires à tous les âges de la vie. De nombreuses études scientifiques démontrent et valorisent les ressources marines pour la santé du plus grand nombre. "
Le Pr JOYEUX et Madame Bouguet-Joyeux répondront à toutes vos interrogations sur les produits de la mer:

  • Quels types de poissons, de fruits de mer sont les meilleurs pour votre santé ?
  • Quels sont leurs apports pour votre santé dès le plus jeune âge et pour votre siècle de vie ?
  • Pourquoi et comment les consommer, quels sont les meilleurs modes de cuisson pour éliminer les métaux lourds de la pollution de nos mers et océans?

Professeur honoraire de chirurgie et de cancérologie, Henri JOYEUX a publié de nombreux ouvrages consacrés à l’écologie humaine, notamment sur l’alimentation et les produits naturels.
Christine BOUGUET-JOYEUX est diplômée de droit européen, auteure et conférencière en nutrition pratique et mère de famille (6 enfants).

Expedition 7° continent

La tournée d'été de l' « Expédition 7e continent » fait escale à Sète les 30 et 31 juillet. La croisière de sensibilisation sillonne tout l'été le littoral occitan autour des problématiques environnementales de préservation des mers et des océans. Une expédition autour d'un leitmotiv et d'une urgence : comprendre et réduire la pollution plastique pour une planète préservée. « Aucun océan n'est préservé par la présence massive de plastiques qui véhiculent des perturbateurs endocriniens, métaux lourds et autres polluants et sont autant de pièges pour la biodiversité avec un impact probable sur la santé humaine », précise Patrick Deixonne, membre la Société des Explorateurs Français, qui a traversé l'Atlantique à la rame et monté les premières expéditions scientifiques françaises pour étudier le continent de plastique.

Les dimanche 30 et lundi 31 juillet, de 10h à 18h, des ateliers pédagogiques sont organisés en journée à bord de la goélette Amadeus affrétée pour l'opération. Le voilier sera amarré quai de la Criée. Une équipe pluridisciplinaire (ingénieurs, scientifiques, animateurs, artistes, marins professionnels) permettra d'apporter au public une compréhension large et diversifiée des enjeux. Ces journées de sensibilisation se termineront par une soirée au Palace à partir de 20h. Le 30 juillet avec une conférence-débat en présence du navigateur-explorateur Patrick Deixonne. Le 31 juillet avec la projection du film documentaire Expédition 7e continent Atlantique Nord en présence des Gardiens de Thau. Les deux soirs, le spectacle humoristique de Charlotte Normand (Mise à l'eau ) clôturera sur un ton décalé la sensibilisation à la problématique de la pollution plastique dans les océans.

Les huiles essentielles très utiles avant et durant l’été

Mardi 30 Mai s’organisait la dernière conférence sur les huiles essentielles de Nicolas BASTIDE d’IZARD, invité par l’association Paren’Thau à Poussan, à la salle du Foyer Socio-culturel Jean Théron.

Ce fût l’occasion pour lui de commencer par un mot sur les actions passées et à venir de cette association de parents, qui œuvre pour une parentalité bienveillante et non violente. Paren’Thau vous invite à les suivre sur leur page facebook www.facebook.com/AssoParenThau pour connaître toutes les dates des rencontres publiques ou se renseigner sur les modalités d’adhésion.DSC_0066 (17)Réaliser une trousse d’huiles essentielles pour l’été n’est pas chose aisée, faut-il encore connaître les multiples propriétés de certaines huiles, de façon à en emporter le moins en vacances !

En termes de prévention, il faut agir sur 3 domaines principalement: soleil, moustiques et digestion en voyage. A la fin du Printemps, il convient de bien préparer sa peau au soleil. On pourra prendre des gélules à base de béta-carotène, ou des capsules de bourrache/onagre, mais aussi le macérât d’huile de carotte à appliquer sur le corps, seul ou en synergie avec une autre huile végétale de type rose musquée ou argan.

On peut ainsi limiter au maximum l’apparition d’allergies au soleil.

Redoutés à cause de leurs piqures, les moustiques sont les bêtes noires de l’été !

En guise de prévention il est possible d’utiliser l’huile essentielle d’eucalyptus citronné dilué dans une huile végétale, à appliquer sur les bras et les jambes (adultes). Il est possible de le diffuser ou d’en mettre aux pieds et à la tête du lit. Nicolas nous propose aussi le gel d’aloès Véra comme support mais aussi une formule peu commune : un mélange de vodka et d’eau avec quelques gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus citriodora à vaporiser sur les vêtements ou les chaussures. D’ailleurs un des répulsifs connu contre les tiques est un extrait d’eucalyptus citriodora : le citriodiol ! autant vous dire la puissance de cette huile.

Si vous partez à l’étranger, en prévision des futures dégustations locales, il est recommandé de protéger votre système digestif contre des virus ou bactéries au minimum avec des capsules d’huile essentielle d’origan compact. « L’origan est un véritable anti-infectieux et tonique. C’est la référence en termes d’aromathérapie pour combattre bons nombres de bactéries, virus et microbes en tout genre. Il faut prendre des précautions quant à son utilisation et demander l’avis d’un professionnel de santé avant » nous rappelle Nicolas.

Les vacances peuvent être aussi synonymes de trajet en bateau ou en car, et donc de mal des transports ! Pour les adultes, l’huile essentielle de menthe poivrée ou d’estragon préviennent ce genre de désagrément. Deux gouttes sur un support à avaler juste avant le départ. Pour les enfants, il vaut mieux privilégier l’essence de citron.

Composer une trousse de secours impose aussi d’avoir des huiles essentielles de l’urgence. L’une des premières à emporter est l’huile essentielle de lavande aspic. On retiendra son action principale par « lavande aspic = tout ce qui pique ! ». Son emploi sera effectivement sauveur pour les piqures de moustiques, guêpes, méduses, taons…etc. 2 gouttes en application pure sur la zone concernée. Mais cette lavande est aussi salutaire pour toute sorte de brûlures (barbecue, cuisine, coups de soleil…). Si la zone à traiter est vaste (comme un dos) alors il vaut mieux la diluer dans de l’huile végétale de type calendula. L’huile de millepertuis ne conviendra que pour une application le soir. Cette lavande est aussi cicatrisante, relaxante musculaire et antivirale.

Si une allergie au soleil se déclarait, en plus de l’application de lavande aspic, il faudrait opter pour du macérât glycériné de bourgeons de cassis par voie orale et allier de l’homéopathie de type histaminum. Pour les moustiques, si vous n’avez que l’eucalyptus citronné, il convient aussi ! Il suffit de mettre sur une piqure 1 à 2 gouttes (action anti-inflammatoire), ou diluées en massage pour une tendinite : radical !

Lors d’un repas trop copieux, ou si vous devez reprendre la voiture et stimuler votre attention : la menthe poivrée vous sera d’un grand secours par voie orale (adultes) : 2 gouttes sur un support après le repas.

Certains décident de partir dans des pays froids ou en altitude, en prévention comme en urgence, n’oubliez pas votre huile essentielle de ravintsara qui booste l’immunité et combat les virus !

Les inconditionnels de l’aromathérapie rajouteront (et ils ont raison !) l’huile essentielle de tea tree (arbre à thé), car s’il y a bien une huile à-tout-faire : c’est elle ! Anti-infectieuse large spectre, anti-inflammatoire, cicatrisante, antiseptique local, cortison-like, radioprotectrice…etc. En résumé : huiles essentielles de lavande aspic, d’eucalyptus citriodora, menthe poivrée et de tea tree peuvent être prioritaires dans une trousse d’urgence aromatique.

Concernant les coups, bosses, bleus, hématomes, il faut penser à l’hélichryse italienne : 1 goutte sur le traumatisme même chez les enfants. Tout comme pour les coupures et saignements (de type saignement de nez ou petites coupures avec un outil de cuisine), il faut penser à l’huile essentielle de Ciste Ladanifère !

L’association Paren’Thau et Nicolas BASTIDE d’IZARD de la boutique ODLYS, à Poussan vous souhaite un merveilleux été ! www.facebook.com/AssoParenThau & https://www.facebook.com/odlys

Rencontres culturelles

 Le 16 mai s'est déroulée au Théâtre Molière une journée d'échanges et de rencontres sur le thème : « Tourisme, quels nouveaux enjeux pour les politiques culturelles ? ».

Organisée par l'association DACDOC (anciennement ADMP - Association des Directeurs de la culture d'Occitanie) avec le soutien de la Région et de la DRAC, cette rencontre était ouverte à tous, directeurs des Affaires Culturelles, élus, professionnels de la culture et du tourisme, enseignants, étudiants, artistes... « Avec 10 festivals, 5 musées, plus de 2 millions de visiteurs, si à Sète la culture est notre nature, il nous faut continuer de réfléchir aux enjeux majeurs qu'elle véhicule en termes de « bien vivre ensemble» a déclaré en préambule le premier adjoint, Rudy Llanos, . Comment développer la culture et le tourisme tout en y associant les Sétois ? L'objet d'une réflexion commune sur l'offre culturelle, véritable enjeu d'attractivité territoriale, a été développé à partir d'exemples connus durant toute la matinée. Principaux leviers de cette attractivité, festivals, spectacles, manifestations diverses ont été bien évidemment évoqués. Mais aussi le principe d'éducation à la culture et d'ouverture au plus grand nombre, ainsi que les moyens d'entrer en contact avec de nouveaux publics. L'Après-midi, les participants se sont vus proposer des ateliers thémathiques. Coordonné par un membre de l'association DACDOC, chaque atelier s'est attaché à approfondir un projet innovant : innovations en matière de patrimoine touristique, art et tourisme, éducation artistique des publics... De quoi approfondir une réflexion sur un sujet qui touche non seulement au « bien vivre ensemble » et au tourisme mais aussi à l'économie d'un territoire

Rencontres Médicales du Thermalisme à Balaruc-les-Bains

 A Balaruc-les-Bains, une journée de conférences au Parc Sévigné, sur les thèmes du Thermalisme, de la Phlébologie, de la Lymphologie et de la longévité a attiré bon nombre de personnalités sous l'égide de Gérard Canovas, Maire de Balaruc-les-Bains, Louis Ferré, président de la Fédération des stations thermales d'Occitanie et Sylvain Bonnet, Directeur des Thermes,


 

Le Maire a souhaité la bienvenue à l'assistance, nombreuse sous un chapiteau, heureux que le soleil soit présent il se dit très honoré de la présence du Député ASSAF représentant Carole Delga. Sylvain Bonnet, heureux de cette rencontre dédiée à la Phlébologie, précise que les bains thermaux sont un patrimoine très important sur tout le territoire et bien au-delà des frontières.

Journée de conférences sous la Présidence du Pr Albert-Claude Benhamou, professeur de chirurgie vasculaire et du Dr Frédéric Vin, médecin vasculaire, tous deux à l'Université Pierre et Marie Curie à Paris 6 et sous la présidence d'honneur du Pr. Patrick Carpentier, chef du service de Médecine vasculaire du CHU de Grenoble, du Pr Christian Hérisson, professeur en médecine Physique et Réadaotation au CHU Lapeyronie de Montpellier et du Pr. Isabelle Quéré, professeur en médecinevasculaire au CHU Saint-Eloi de Montpellier.
Le Pr. Benahmou et le Pr. Christian Hérisson interviennent en "propos introductifs" sur l'Education Thérapeutique des Patiens (E.T.P.) pour des pathologies chroniques (phlébologie, rhumatologie, vieillissement). Il s'agit d'un processus permanent, intégré dans les soins et centré sur les patients.
L'éducation thérapeutique vise à aider les patients et leurs familles à comprendre la maladie et le traitement, à coopérer avec les soignants, à vivre plus sainement et à maintenir ou améliorer leur qualité de vie. Les centres thermaux comme celui de Balaruc-les-Bains recevant des patients pour des cures de 21 jours, en présentiel, sont particulièrement adaptés à la dispensation de séances d'éducation thérapeutique pour des patients qui sont centrés sur leurs soins et donc plus réceptifs à recevoir des enseignements qui les concernent. Dans la continuité et à distance, des formations continues peuvent leur être dispensées en ligne et également répétées lors des séjours de cures thermales ultérieures.
La place du Thermalisme dans la prise en charge des oedemes chroniques des membres inférieurs par le Professeur Isabelle Quéré : l'oedème chronique des membres inférieurs pendant plusieurs mois. En France, l'oedème tel qu'enseigné lors des études médicales, infirmières ou en kinésithérapie est caractérisé par son étiologie. Des connaissances physiopathologiques récentes qui remettent en cause le modèle décrit par Starlind en 12898 et caractérisent tous les oedèmes comme des lymphodèmes. Cette évolution sera discutée à partir de cas cliniques. Elle pourrait avoir un impace important sur l'organisation des soins qui se répartissent caricaturalement en France entre le médecin (oedème veineux), le kinésithérapeute (le lymphoedème) et l'infirmière (ulcères).
Le Pr. Patrick Carpentier insiste sur la formation des médecins sur le Thermalisme et sur des qualifications pour les Agent Thermaux.
La phlébologie représente 10 à 11 % du Thermalisme Médical Français à Balaruc-les-Bains 2ème orientation après la Rhumatologie.
Le Dr Sylvie Meaume explique la "prise en charge" des troubles trophiques de la maladie veineuse des membres inférieurs et de la "télémédecine" pour la prise en charge des ulcères veineux à domicile en Languedoc-Roussillon.
Les traitements innovants en phlébologie sont la compression médicale pour le traitement des affections veineuses des membres inférieurs, la place aujourd'hui de la sclérothérapie dans les varices des membres inférieurs et les techniques endoluminales pour le traitement des varices.
100 stations Thermales en France, les 3/4 pour la Rhumatologie et 90 % pour la Rhumatologie et la Phlébologie.
Les soins par l'eau thermale existent depuis fort longtemps et sont excellents.

Annick Pratlong

Les Enjeux des politiques Culturelles

Ce mardi 16 mai, au Théâtre Molière Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau se déroule une journée d'échanges et de rencontres sur le thème : Tourisme, quels nouveaux enjeux pour les politiques culturelles ?

Elle est organisée par DACDOC avec le soutien de la Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée et du Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Occitanie). DACDOC est membre de la FNADAC (Fédération Nationale des Associations de Directeurs d’Affaires Culturelles) et partenaire de la FNCC (Fédération Nationale des Collectivités pour la Culture). Créée en 2011, la FNADAC ((Fédération Nationale des Associations des Directeurs d’Affaires Culturelles) regroupe les associations régionales et nationales de DAC.

Elle est conçue comme un espace de réflexion sur les politiques publiques de la culture, une structure de représentation auprès des institutions nationales et internationales, ainsi qu’auprès des divers réseaux professionnels. Elle constitue également un réseau de solidarité et d’échange, favorisant l’entraide, l’information et la formation des DAC Cette journée d’étude propose de s’interroger sur le mouvement des frontières entre industrie touristico-culturelle et services publics de la culture dans une politique touristique locale.

Cette rencontre est ouverte à tous.tes : Directeurs.trices des Affaires Culturelles, élus.es, professionnels.lles de la culture et du tourisme, enseignants.tes, étudiants.tes, artistes...

David Poncet et Nadine Coque ex et nouveau présidents de DACDOC présentaient le déroulement de la journée en remerciant la ville de Sète pour son accueil. De son côté, Rudy Llanos, 1er Adjoint au Maire de Sète était très heureux d'accueillir les 50 membres de DACDOC et les invités, à Sète, une ville aux contrastes et aux couleurs, une ville qui a beaucoup d'attraits, et dont la Culture a permis un renforcement économique.

"Cette journée nous permettra de mieux comprendre comment mieux développer la culture et le tourisme qui sont étroitement liés, comment mettre en oeuvre des pratiques culturelles en y associant les Sétois de meilleure façon. Avec 10 festivals, 5 musées, plus de 2 millions de visiteurs, si à Sète la culture c'est notre nature, il est nécessaire de réfléchir autour d'enjeux majeurs, sachant qu'elle est indispensable au bien vivre et elle réunit plutôt que de diviser". Précisait Rudy Llanos.

La réflexion pouvait débuter, le ton était donné. "Avec le développement du tourisme de masse et la société du temps libre, l’offre culturelle est devenue un véritable enjeu d’attractivité et de marketing territorial, un argument majeur de commercialisation de produits touristiques et plus encore elle participe à la construction d’un imaginaire collectif et à une symbolique partagée. Pour autant, le développement des différentes formes de tourisme culturel influence-t-il la conception des politiques culturelles territoriales et amène-t-il les acteurs de la culture à repenser leur manière de travailler ? Dans les régions à forte potentialité touristique, l’offre culturelle en direction des populations saisonnières se déploie désormais sur les champs de la diffusion (festivals, spectacles et évènements en tous genres, expositions…)"mais également sur le champ des services et des projets, notamment l’éducation artistique, l’acquisition de nouveaux savoirs et la rencontre entre les populations."

"Les outils numériques participent de cette évolution et tendent à changer la pratique du tourisme culturel. S’interroger également sur les pratiques culturelles des touristes que nous sommes tous, en montrant que cette pratique est importante et diversifiée, qu’on ne peut opposer une pratique culturelle durant l’été à une pratique culturelle le reste de l’année. Mais alors, comment penser une programmation culturelle dans le temps touristique ? Doit-on laisser cela aux promoteurs de produits culturels ou doit on proposer une offre et des activités de même nature que celles traditionnellement construites le reste de l’année ? De fait, quelle est le rôle d’un professionnel de la culture dans tout ça ? Comment doit-il appréhender son travail dans cet espace-temps particulier qu’est le temps de la saison estivale ? Comment doit-il dialoguer avec ses collègues chargés de l’animation touristique ? Qu’en est-il des grands enjeux qui traversent aujourd’hui les politiques culturelles : droits culturels, participation des habitants, éducation artistique et culturelle, citoyenneté, pratiques numériques... ?"

Après des échanges avec les participants et des interventions de différents spécialistes dans la matinée, après un repas réunissant tous les acteurs, ont lieu des ateliers thématiques : l’objectif de ces ateliers est d’aborder une thématique de manière approfondie à partir d’un exemple innovant.

Il s’agit de faire émerger des échanges et des propositions pour nous permettre de travailler de manière transversale sur nos différents territoires. Chaque atelier est coordonné par un membre de l’association DACDOC accompagné d’un ou de plusieurs professionnels présentant un projet innovant, afin d’inviter au questionnement et d’ouvrir les discussions.

TOURISME ET PATRIMOINE : QUELS ENJEUX ? QUELLES INNOVATIONS ? Le patrimoine est au centre des politiques touristiques et culturelles des territoires. Quelles sont aujourd’hui les innovations en matière de tourisme ? ...

PARCOURS ARTISTIQUE, PARCOURS TOURISTIQUE : QUELS CROISEMENTS, QUELS APPORTS ? Les parcours d’art liés aux politiques touristiques se multiplient aujourd’hui. Qu’est-ce qui en est à l’origine ?...

TOURISME, EDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE : A LA RENCONTRE DES PUBLICS Les structures culturelles dans leur quête de publics ont mis en place bon nombre de dispositifs innovants. De par leurs politiques novatrices, les musées et les médiathèques sont au centre de cette problématique. Comment l’engagement sur un projet touristique dans des propositions propres permet de répondre aux besoins territoriaux d’éducation artistique et culturelle ?...

Atelier plantes aromatiques à Valmagne

 Samedi 27 Mai à 15h à l'Abbaye de Valmagne : Saveurs et vertus de bonne femme des plantes aromatiques

Reprenant les traditions paysannes de son enfance, La Bartassière vous emmène sur les chemins de "la nature pourvoyeuse".
Depuis 6 ans, elle préserve, et transforme les plantes sauvages comestibles dans son domaine à Neffiès. Satisfaire nos sens et nous nourrir, c'est possible avec les "mauvaises herbes". L’auberge de Valmagne et la ferme de La Bartassière s’associent donc, pour un atelier découverte au "jardin de simples" de l’Abbaye de Valmagne avec la spécialiste Nathalie Barthe. Dans un cadre envoûtant, apprenez à reconnaître et apprécier les plantes aromatiques et fleurs comestibles de notre région, vous découvrirez alors de nombreuses saveurs et vertus méconnues de notre environnement si précieux.

Cet événement est organisé par l'association des Itinéraires Culturels.
Réservation: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 09 79 72 30 60.
Participation 5€

 

http://beta.valmagne.com/wp-content/uploads/2012/10/TopAbbayeFeatureSlide21.jpgL'abbaye de Valmagne ouvre ses portes du Lundi au Vendredi de 14h à 18h et les week-ends de 10h à 18h.
Le restaurant vigneron est ouvert le samedi et dimanche midi ainsi que jours fériés, ponts et sur demande en semaine pour les groupes. Ouvert tous les midis sauf lundi à partir de juin.

 

L’expérience de la beauté

 

"Un gilet de sauvetage pour ne pas se noyer"

Conférence donnée le 6 mai à la MJC de Poussan  par Armando Bartolini dans le cadre de  l'exposition "Leonardao da Vinci" qui se tient actuellement au foyer des campagnes et qui présente une  cinquantaine de maquettes réalisées par l'architecte toscan Andrea Néri d’après les croquis du génial créateur de la renaissance.

 Pour Armando Bartolini, professeur de religions, citoyen de la commune de Vinci, l’expérience de la beauté nous interroge d’une façon philosophique sur l’Art. Très lié à Poussan et au collège Via Domitia grâce à des projets Coménius vécus il y a près de 10 ans, il a développé un projet sur l’éducation à la beauté en lien avec la poésie et à la demande de Madame Zanetti et du Comité de Jumelage faisait profiter de son analyse, ce samedi soir, près de 70 Poussannais et visiteurs.

Entre Baudelaire et Léonard de Vinci, entre le Moyen-âge et l’époque actuelle en passant par les peintres maniéristes du XVI ème siècle, si certains critères de la beauté sont restés d’autres ont évolué au gré des périodes. « Toutefois la beauté a existé dans toutes les cultures sachant que jusqu’au Moyen-âge l’on se devait dans notre civilisation, d’apprécier autant le laid que le beau.

A la Renaissance, l’homme sera placé au centre entre culture chrétienne et sciences : perspective, peintures, mysticisme, imitation de de la Nature et contemplation seront alors de rigueur. » « L’harmonie proportionnée » sera appréciée. Léonard de Vinci fera une synthèse de ces composantes en y associant un caractère vertueux comme les autres grands Maîtres, Raphaël et Michelangelo avant que l’on ne se dirige vers le maniérisme. " Léonard a alors découvert la Nature en mettant à jour la beauté plutôt que de la copier. Ses œuvres, seront, comme pour celles d’un artisan, le fruit de ses recherches, de ses études, et sa peinture consistera à peindre l’homme mais aussi le concept de son esprit : mouvements, expressions du visage, conformité à la Nature, lui permettront de créer un nouveau monde en restant en conformité avec la Nature. Il aura atteint la beauté, tout en gardant une certaine humilité en essayant de s’approcher d’une perfection insaisissable."

Il tracera un chemin que des poètes comme Beaudelaire seront explorer : "La beauté contient dans son œil le Couchant et l’Aurore », une beauté qui ne peut durer mais qui peut se partager. » « Car même si chacun a sa définition de la beauté, pour la plupart elle est synonyme de convivialité, elle nous transporte ailleurs, elle est synonyme d’harmonie, elle nous guide pour avancer car elle est une promesse de bonheur."

« C’est un gilet de sauvetage pour ne pas se noyer et à l’heure ou tout va très vite ou tout est jetable, il faut apprendre aux jeunes générations à percevoir les « choses » avec soin, à valoriser les réalisations, il est nécessaire de favoriser la contextualisation et les aider à évoluer harmonieusement par des expériences esthétiques qui les mèneront sur les chemins de Léonard de Vinci. » Précisait Armando Bartolini.

Savoir utiliser les supers pouvoirs de la nature dans nos jardins

mardi 16 mai à 18 h,  à la médiathèque Stéphane Hessel, avec le collège Olympe de Gouges de Loupian.

Conférence sur la thématique "Savoir utiliser les supers pouvoirs de la nature dans nos jardins", animée par Malala Girard, professeur d’horticulture, suivie d’une visite de la serre et du potager du collège puis d’un pique-nique aux environs de 19h. Chacun apporte son panier à partager. N’oubliez pas couverts, assiettes et gobelets.

A cette occasion, profitez aussi de l'exposition : "Les dentelles végétales de Mabé", œuvres de papier végétal et fleurs peintes par Maryse Lecq. Exposition du 16 mai au 10 juin

Les conférences programmées au Musée Villa-Loupian pour 2017


 La Communauté d’agglomération du Bassin de Thau et le Musée de site gallo-romain Villa-Loupian vous invitent au cycle de conférences « DE LA NARBONNAISE ROMAINE A LA SEPTIMANIE WISIGOTHIQUE », Archéologie en Languedoc du Ve au VIIIe siècle.

Les conférences débutent à 18h30 et sont en entrée libre (dans la limite des places disponibles).

 

 Programme 2017 :

  • Jeudi 23 Mars 2017 : Loïc Buffat – Archéologue (SARL Mosaïques Archéologie) Chercheur associé à l’UMR 5140.
    Occupation du sol dans la cité de Nîmes entre le Ve et le VIIIe s.
  • Jeudi 27 Avril 2017 : Archéologie du funéraire (date et titre sous réserve de modifications)
  • Jeudi 18 Mai : MP Jezegou- Ingénieur d’étude – DRASSM Marseille Les épaves et la permanence du commerce maritime en Méditerranée occidentale durant l’Antiquité tardive.
  • Jeudi 15 Juin : Odile Maufras – Archéologue – Ingénieure de recherche – INRAP – Chercheur associé à l’UMR 5140 Nîmes entre Antiquité et Moyen Âge : évocation de l’évolution urbaine (IIe-XIIIe s.).
  • Jeudi 21 Septembre : Sylvie Blétry – Maître de conférences en Archéologie et Histoire de l’Art des mondes romains – Université Paul Valéry – Montpellier III Les enjeux de la frontière de l’Euphrate au VIè siècle : campagnes militaires et constructions édilitaires.
  • Jeudi 19 Octobre : Laurent Savarese – Responsable du centre de recherche archéologique R. Marichal, Ruscino. Direction du patrimoine historique et archéologique de la ville de Perpignan- Chercheur associé à l’UMR 5140 Ruscino (Château-Roussillon, Perpignan). Entre la fin du royaume wisigoth et la conquête franque VIIe VIIIe s. de n. è. Regards sur les ensembles mobiliers.
  • Jeudi 16 Novembre : Benoît Favennec- Docteur en Archéologie- Chercheur associé à l’UMR 5140 « L’artisanat céramique gaulois entre la fin de l’époque romaine et le début de l’époque wisigothique (IVe / VIe siècles) : l’exemple de la Narbonnaise ».
  • Jeudi 14 Décembre : Claude Raynaud – Directeur de recherches CNRS – UMR 5140 Maguelone : naissance d’un évêché à la fin de l’Antiquité

Avec le soutien de : la Direction Régionale des Affaires Culturelles Occitanie – Service Régional de l’Archéologie Le Conseil Départemental de l’Hérault - La région Occitanie Pyrénées-Méditerranée - L’Association Archéo’Factory.

Le XIXème siècle à Sète



M. Pons présentant sa collection de tableaux

Mme Pons parle de son livre "Les femmes de forçats".

 

 

Samedi 27 janvier à 18 heures, la salle de la médiathèque François Mitterrand était pleine. A l'initiative de l'association Filo-Mer inaugurant un cycle de conférences sur "le XIXème siècle à Sète", on y a parlé peinture et littérature : Mme Simone Pons présentait son ouvrage Les femmes du forçat (éd. Flam) qui a beaucoup à voir avec Sète et son histoire. Les femmes, un "continent méconnu" ?

C'est M. P. Pons qui, d'abord, commenta pour le public les tableaux de sa collection exposés dans la salle. Il en est qui représentent mieux le Sète d'autrefois : la vue du canal depuis le pont de la Civette, ou un voilier amarré à l'actuel quai Suquet encombré de barriques. Il a passé le temps de la marine à voile, du Faber, le navire-école où œuvra le grand-père de P. Pons. On doit la plus belle évocation du passé du port au Cettois Paul Delbia " (1880-1914). Sa vue du vieux bassin montre la maison de la Santé (emplacement de l'actuelle criée), l'indispensable drague, voiles antennes des gréements latins et, voile déployée, une barque catalane que l'on remorque à la rame.

Mais écoutons Mme Pons. Elle raconte avec passion et quelque volubilité l'histoire de trois générations de cettoises. Cette histoire, elle l'a connue grâce aux documents du coffret qu'Yvonne (fille de Julia et sœur d'Olga) lui remit et qui contenait la correspondance de son père. Le père écrivait aux siens. C'était Arthur Roques écrivant à sa compagne. Il purgeait une peine de 17 ans au bagne de Guyane pour fausse monnaie. Mais il écrivait à Julia qui, après l'arrestation d'A. Roques, se retrouva seule avec deux petites filles à élever. Alors, "maman Julia" se prend en main, devient vendeuse chez les demoiselles Vidal (mercerie, dentelles). Elle suivra Marie, sa mère, à Marseille où elle fut une "très bonne vendeuse de magasin", Vichy où elle vendra sur les marchés. Partout où les menaient les pas du réprouvé de la société. Ce qu'était A. Roques, orphelin élevé à l'Assistance publique, soldat au moment de la Commune (1870). Quand la révolte éclate, il refuse de tirer sur les parisiens, il déserte et rejoint les insurgés. Il est pris sur une barricade, enfermé à Belle Ile en mer. Là, il fera "ses universités" auprès de tout ce que le pays comptait de "têtes chaudes". Amnistié après 8 ans de bagne, il est forcé de quitter son emploi à Marseille, Vichy. Alors, le révolté "vire malhonnête" et l'ex ouvrier imprimeur fabrique de la fausse monnaie. Retour au bagne.
Dans ce monde qui semble "sans espérance possible", c'est un héros triste. Plus que les femmes ? La lecture du livre fera décider.

Hervé Le Blanche