PATRIMOINE

Visite de l'Assumption Collège

 

Le groupe et les accompagnants

Des élèves de l’Assumption Collège qui se trouve à Worcester dans le Massachusetts aux Etats Unis, sont venus en France et plus particulièrement dans l’Hérault et le Gard marcher sur les pas du R.P d’Alzon avec leur professeur M. Eric Drouart.

Lieu incontournable des pèlerinages, ils ont fait une halte au château de Lavagnac où ils sont arrivés vers 15 heures en provenance du Vigan.

Mais quelle prouesse pour faire visiter ces lieux en ruine et régulièrement vandalisés en toute impunité.

La cour d’honneur avec la façade du Midi éclairée par un soleil magnifique faisait oublier pour un instant ce qu’il se passe à l’intérieur.

 

Le porche reliant les deux cours

Ensuite ils se sont rendus dans la petite cour où a été retracée la vie d’Emmanuel d’Alzon et de sa famille en cette demeure. Ne pouvant entrer dans le vestibule, il a fallu contourner l’édifice pour se rendre sur la petite terrasse et apercevoir le grand salon et le salon bleu où Emmanuel était en famille en cette soirée du 13 mars 1832.

Il est parti sans rien dire selon la volonté de sa mère, seule personne dans la confidence, le cocher qui va l’amener à la diligence à Montagnac afin de rejoindre Montpellier où il fera son entrée au séminaire.

La chambre occupée durant toute sa vie est inaccessible à cause de l’état de la toiture. Le groupe s’est ensuite dirigé vers la chapelle dont on observe l’intérieur par un trou dans la porte.

On ne peut plus entrer, une partie du toit s’est effondré. Il en est ainsi de l’ensemble du domaine dont la quasi-totalité des toitures ont disparues, la bergerie plus ancienne que le château se trouve dans un état lamentable.

La réaction de ces jeunes était unanime, quel gâchis !

Oui, mais quelle honte pour nous français de montrer un patrimoine dans cet état.

Mais que dire des bonimenteurs qui faisaient croire que ce projet allait sauver ce patrimoine transmis par les familles d’Alzon, de Puységur et d’Aulan, aujourd’hui détruit et son histoire bafouée à jamais.

Gilbert Bécaud a écrit : les mauvais coups, la lâcheté quelle importance, ce qui détruit le monde c’est l’indifférence.

 

Devant la chapelle

Ces lieux sont en ruines, mais personne ne veut ni le voir, ni le savoir, l’indifférence ! Mais un jour viendra où il faudra rendre des comptes à tous ceux qui ont été abusés et c’est pour bientôt.

Bernard Bals

Admirez les plafonds peints

Du 1er au 6 avril, une semaine exceptionnelle

Autour des plafonds peints du Moyen Age au XVIIème siècle

Rencontres, visites, conférences, ateliers

 

Du 19 mars au 15 mai

Exposition

Plafonds peints médiévaux de l’arc méditerranéen

Exposition trilingue espagnol, français, italien

Salle de la cheminée, hôtel de Peyrat

Bureau d’information touristique, place des Etats du Languedoc, Pézenas

Renseignements: Tél. : 04 67 98 52 69

L’âne totémique de Bessan se met en jambe avant la fête locale d’août

  

Le totem bessanais, l’incontournable âne, était récemment invité à des fiançailles. Habillé de ses fleurs multicolores habituelles, il a pris la direction de Saint-Christol, près de Lunel, afin de participer aux noces annoncées de la Baragogne de Saint-Christol avec le Tamarou de Vendargues, autour d’un grand défilé carnavalesque et de l’intronisation totémique de l’asperge de Saint-Christoly-de-Blaye.

Dans ce contexte, l’âne de Bessan, ses danseurs, ses musiciens et les responsables de l’association des « Amis de l’âne », n’ont pas été dépaysés et le quadrupède bessanais a fait honneur à leurs hôtes en évoluant de belle manière autour de Dorian, Yoann, Thibaud, Thomas, Brice, Franck, Damien, Robert… Une agréable façon de se mettre en jambe avant la fête locale qui débutera cette année, le jour exact de la Saint-Laurent.

Le compte à rebours sera officiellement lancé lors de la prochaine élection des chefs de jeunesse et des demoiselles d’honneur qui se tiendra, en mairie, ce samedi 16 mars 2019, à 18h30, en présence de tous les partenaires habituels : mairie, comité des fêtes, amis de l’âne, jeunesse...

L’édition 2019 de la fête locale de la Saint-Laurent aura lieu du samedi 10 au mercredi 14 août. Prenez-date !

Le temps de vivre

" Lancement du Projet participatif "Quelle noce, mes aïeux !!!" On se prépare pour 2020 et on compte sur vous !!! avec la mission patrimoine agathoise  (fcb : lapasserellepatrimoine.com)

2 Temps : 
1 - Bientôt un livre !!! Récit collectif de souvenirs de mariage avec les Dames du SSIAD Agde - HBT (et ses messieurs) et Cécile, La Vie en Mots (fcb : @lavieenmots), leur écrivaine très privée ! Edition de l'ouvrage à compte d'auteurs et séance de dédicaces à venir...

2 - Bientôt une expo !!! Appel à prêts/dons (robes et accesssoires, documents, photos, faire-part, menus, listes, trousseaux....). Nous constituons un stock pour Exposition et Défilé au fil du temps à l'ilôt Molière, Agde. Stylisme : @Les fleurs de bab's Événementiels Inspirations
Photos : en prêt par Dame Huguette.
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / fcb : @associationletempsdevivreagde"

Un programme exceptionnel de la mission patrimoine de Pézenas

La mission patrimoine Pézenas Pays d’art et d’histoire vous propose :

 

Du 1er au 6 avril, une semaine exceptionnelle

Autour des plafonds peints du Moyen Age au XVIIème siècle

Rencontres, visites, conférences, ateliers

 

Du 19 mars au 15 mai

Exposition

Plafonds peints médiévaux de l’arc méditerranéen

Exposition trilingue espagnol, français, italien

Salle de la cheminée, hôtel de Peyrat

Bureau d’information touristique, place des Etats du Languedoc, Pézenas

Le Fort Brescou dans les 18 sites sélectionnées pour le loto du Patrimoine

Suite au succès de l’édition 2018, la Française des Jeux, en partenariat avec le ministère de la Culture et la Fondation du patrimoine, a confirmé sa volonté de réitérer ses jeux de loterie en faveur de la préservation des Monuments historiques. 

scouCapture

L’année dernière, près de 22 millions d’euros (et plus 21 millions d’euros de taxes restituées par l’État) ont été reversés pour la restauration du patrimoine national grâce aux bénéfices des jeux à gratter et du tirage exceptionnel du Loto du 14 septembre, à la veille des Journées européennes du Patrimoine. Ce dernier avait mobilisé plus de 2 millions de Français qui avaient joué une mise comparable à celle d’un vendredi 13. Dans la catégorie des jeux à gratter, on dénombre près de 3 millions de participants qui ont ainsi prouvé leur amour du patrimoine et des jeux de hasard.

Deux cent soixante-dix monuments sur deux mille avaient été choisis pour bénéficier de cette opération, parmi lesquels dix-huit sites en péril qui ont été financés en priorité.

Cette année, seuls cent dix-huit monuments sont retenus afin de réduire l’effet de saupoudrage dû au trop grand nombre de monuments aidés l’an passé.

La sélection a été opérée par la Fondation du Patrimoine, en collaboration avec la Mission Bern et le Centre des Monuments Nationaux, sous l’égide du Président de la République, Emmanuel Macron. Les 18 sites emblématiques sélectionnés pour figurer sur les tickets à gratter de la deuxième édition du Loto du patrimoine en 2019 montrent "la diversité du patrimoine qui a besoin de l'aide des Français", selon Stéphane Bern.

En savoir plus avec franceinfo : Pourquoi avoir choisi ces 18 sites ?

Stéphane Bern: Ces 18 sites emblématiques montrent la diversité du patrimoine. Les photos de ces sites apparaîtront sur les tickets de grattage, à la fois sur les tickets à 15 euros et les tickets à 3 euros pour montrer la diversité de notre patrimoine.

Il y a du patrimoine industriel comme le viaduc des Fades en Auvergne, c'est dans le Puy-de-Dôme, comme la Glacière d'Étel, c'est une ancienne glacière de thoniers dans le Morbihan.Stéphane Bern avec les tickets du Loto du patrimoine 2018.

Aller plus loin : https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/art-culture-edition/

Parmi ces sites, le FORT BRESCOU en Agde a été lui aussi retenu :

Le fort a été bâti en 1586 par le vicomte de Joyeuse, Guillaume de Joyeuse, pour empêcher que le rocher ne serve de point d'appui aux Espagnols lors des guerres de religion ; il fut augmenté en 1604-1605 puis en 1610. Le détail de ce premier fort est inconnu ; il devait cependant être assez sommaire, avec quelques tours plus ou moins enveloppées de murailles.

Lors de sa révolte contre Richelieu, le duc Henri II de Montmorency le fit occuper par le capitaine de ses gardes qui continua à le tenir après la défaite et la capture du duc, le 1er septembre 1632, à la « journée de Castelnaudary ». Aussi, dès le 1er octobre, le roi ordonna par lettres patentes la destruction totale du fort ; mais les travaux n'avancèrent que mollement et cessèrent définitivement en 1634 lorsque commencèrent les travaux d'aménagement d'un port (construction d'un môle), entre le cap et le rocher situé à l'ouest.

Le fort que l'on voit aujourd’hui semble dater du dernier quart du XVIIe siècle. Il est généralement attribué à Vauban, ou du moins à ses ingénieurs, mais de nombreux aménagements y ont été faits par la suite à diverses époques. Les derniers ont été réalisés par les troupes de l'Allemagne nazie qui l'ont brièvement occupé de fin 1942 à mi 1944 en l'intégrant au Südwall.

(poursuivre sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Fort_de_Brescou)

Les visites guidées reprennent à Pézenas

 

Avec les premiers bourgeons les visites guidées reprennent....

Tout au long de l’année, profitez du programme varié de visites guidées pour découvrir le patrimoine d’Agde, du Cap d’Agde, de Pézenas, de Aumes...

AGDE VISITE DES COLLECTIONS Sur le thème de la Belle Agathoise. À l’occasion de la journée de la femme Vendredi 8 mars à 10h et 15h Musée Agathois Jules Baudou

ADISSAN DÉCOUVERTE D’ADISSAN Ce village typique du Languedoc avec ses maisons vigneronnes est aussi le berceau de la Clairette. Ce vin blanc sec ou moelleux est particulièrement apprécié des amateurs de coquillages et de petits pâtés de Pézenas ! Mardi 5 mars à 14h Point de départ : devant la mairie Gratuit - Information : 06 72 95 93 68

AUMES ET LE SENTIER DU PAS DU LIÈVRE Du haut de son promontoire, le village domine la plaine de l’Hérault. Le site est occupé de longue date. De nombreux vestiges archéologiques, notamment du Premier âge du fer, y ont été découverts. Mardi 19 mars à 14h Point de départ : devant la mairie Chaussures de marche, 3 km Gratuit - Information : 06 72 95 93 68

LE CAP D’AGDE LA COLLECTION PERMANENTE DU MUSÉE DE L’ÉPHÈBE 18, 21, 25 et 28 février à 10h30 Gratuit jusqu’à 15 ans. Tarif d’entrée en vigueur pour les adultes Musée de l’Éphèbe VISITE DES COLLECTIONS Sur le thème de la femme dans l’antiquité. À l’occasion de la journée de la femme Vendredi 8 mars à 10h et 16h Musée de l’Éphèbe

PÉZENAS LE CENTRE HISTORIQUE Ville de foires dès le XIIIe siècle, Pézenas fut aussi la ville de résidence des Montmorency, gouverneurs du Languedoc, puis du Prince de Conti, protecteur de Molière. Découvrez ce passé prestigieux en compagnie d’un guide conférencier. Tous les mercredis du 13 février au 27 mars à 14h30 Point de départ : bureau d’information touristique de Pézenas. Place des États du Languedoc 6€ / Tarif réduit : 4 € / 12-18 ans : 2,50€ Réservation : 06 72 95 93 68 (départ minimum 5 personnes)

Le plafond de la salle Vinas à Poussan

Les plafonds en caissons peints de la Salle Vinas à Poussan sont un joyau pour la commune. Jean Laforgue, sur une proposition de Marc Lugand qui a écrit avec des Poussanais un bel ouvrage sur Poussan, lui avait proposé l'étude du plafond de la salle Vinas, dans le cadre de l'école de Chayot. Avant de commencer l'exploration du plafond de 54 m², il faut approcher d'une façon générale le "château d'en bas" devenu château Malbois au moment de la Révolution Française.


C'est un édifice très grand, avec une tour ouest construite au XIVe siècle qui en est le point fort. Au XVIe, toutes les structures en bois seront pétrifiées. Et après les Lévy, les propriétaires suivants ne firent plus grand chose. Il fut mis en sommeil, ce qui explique sa bonne conservation.
« Quant au plafond, il fut découvert en 1998 avec sa décoration. Mis à part un problème d'entretien, il était très bien conservé », précise Jean Laforgue.
Composé de 6 grands carrés, avec un espace libre pour la cheminée, il est fabriqué avec des poutres réelles et 4 fausses poutres transversales pour régulariser. On trouve ensuite selon des proportions bien définies, des planches et des couvre-joints. Mais entre le plancher supérieur et le plafond on s'aperçut que les concepteurs avaient utilisé de la paille compressée qui évite la déformation des bois. Outre les moulures classiques, rien n'a été laissé au hasard. Les solives moulurées sont posées perpendiculairement aux poutres à raison de 7 par caisson.
Le charpentier et le tailleur de pierres parlent le même langage, d'ailleurs on retrouve le même plafond, mais moins riche, sous cette salle. C'est le frère jumeau de celui de la maison Jacques Coeur à Monpellier, qui date de 1447, ce qui permet de donner une approximation pour la construction de celui de Poussan, aux alentours de 1454.
En suivant l'évolution des structures cela corrobore cette estimation. Ce serait à Tarascon que l'idée du caisson régulier aurait pris forme. Mais pour Jean Laforgue la richesse de la salle et du château provient aussi de l'immense cheminée gothique fixée dans le mur entourée par un magnifique escalier en colimaçon (grande vis). Si tout semble lié, le château d'en bas, qui pourrait être bâti sur un édifice antérieur, n'a pas fini de nous étonner.
Ces caissons peints, sont toujours aussi beaux tout en étant des éléments fondamentaux de l'art européen.

J.-M P

L'histoire du château de Lavagnac contée aux nîmois

 

 

Lieu de mémoire

En ce 27 janvier, rue Séguier où demeurent les religieuses de l’Assomption, à quelques mètres de la chapelle où est inhumé le RP d’Alzon, on a beaucoup parlé du château de Lavagnac, de son histoire, des familles propriétaires et tout particulièrement de la famille d’Alzon qui a marqué ce domaine à tout jamais.

Lieu de pèlerinage des religieux, religieuses et laïcs qui viennent des USA, de l’Amérique du Sud, d’Afrique, d’Asie, de l’Europe entière, de Chine, marcher sur les pas de leur fondateur.

Grâce à eux, il est connu dans le monde entier, une Communauté en Tanzanie s’appelle Lavagnac tout comme une résidence pour les étudiants à l’Institut d’Alzon à Nîmes.

Seulement le château est interdit aux visites comme la chapelle pour des raisons de sécurité, sauf aux vandales qui poursuivent ça et là leurs œuvres destructrices comme si les intempéries n’allaient pas assez vite pour détruire ces lieux.

 

L'agonie se poursuit

Que devient cet édifice qui s’écroule peu à peu dans l’indifférence générale?

On en parle peu ou pas du tout, avec les échéances électorales, il est devenu un véritable boulet. Alors celui que l’on appelait le petit Versailles du Languedoc, malmené par ces vilains japonais, abandonné par les anglais n’en finit pas d’agoniser.

En 1996, la municipalité de Montagnac avait engagé une réflexion pour éviter une catastrophe patrimoniale, 22 ans plus tard adieu patrimoine, emplois et autres promesses qui rendent les électeurs joyeux.

Échec total, encore aujourd’hui on s’abrite derrière le fait que c’est un lieu privé et que l’on ne peut intervenir. Mais dans ces conditions, il ne fallait pas interférer pour imposer un tel projet, en invoquant le sauvetage de ce lieu classé.

Quant au préfet, le 7 juillet 2008 lors du lancement du projet, il déclarait: "Ce château va être restauré et mis en valeur. Il y a peu, il a failli avoir une triste fin. La société japonaise a eu un comportement de voyous. "

 

Lieu de mémoire

Oui M. le préfet, mais vos successeurs qu’ont-ils-fait pour éviter que la situation s’aggrave ? Le président de région Georges Frêche, faisait jaillir de l’eau de partout, il en promettait aux barcelonais, aux agriculteurs, viticulteurs, bases de loisirs, faisant au passage l’éloge des anglais, le projet est bon ils sont capables de faire un golf de 18 trous et je les aiderai. Aujourd’hui on se rend compte que cet homme était un visionnaire ! Désormais, c’est à travers les conférences que l’on perpétue l’histoire bafouée de ces lieux.

Bernard Bals

Saint Pierre de Serjac: un joyau à Puissalicon

 


Château Saint Pierre de Serjac


A magnificent Château estate with vineyard, hotel, restaurant, spa and luxury self-catering properties set in 200 acres of beautiful Mediterranean countryside in the Languedoc, South of France.

This castle is only from the 19th century, but it is stunning. They invested 27 million euros in it and the work lasted two years.

That night a blues group called the The Memphis Blue Combo was playing. If you ever see their name, just go, they are worth it!

   

Un superbe domaine comprenant des vignobles, des chambres d’hôtel, un restaurant, un bar,  un spa Cinq Mondes et des résidences privées haut-de-gamme au cœur du Languedoc.

Ce château érigé au XIXème siècle, est niché au milieu des vignes aux abords de Puissalicon. Château hôtel, celui-ci a demandé deux ans de travaux et 27 millions d'investissements. Mais le résultat est fantastique, c'est ce qui compte et l'endroit est prisé aux alentours.

Le soir de notre visite, il y avait du blues, avec le groupe The Memphis Blues Combo, qui comme son nom l'indique, vient de Narbonne. Trois jeunes gens au sens inné du swing ont mis le feu à la salle!

en savoir plus : www.serjac.com

Les savoir-faire et technique de construction en pierre sèche à l'honneur

Les savoir-faire et technique de construction en pierre sèche ont été inscrits sur la Liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO, le 28 novembre 2018 marquant l’aboutissement de plusieurs années d’efforts conjoints entre huit pays (Chypre, Croatie, France, Grèce, Italie, Slovénie et Suisse). Cette candidature transnationale a été portée par la Société scientifique internationale pour l'étude pluridisciplinaire de la pierre sèche (SPS).capi capiaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa1178699710

Cette inscription est une marque de reconnaissance envers une technique « représentative d’une relation harmonieuse entre les êtres humains et la nature »,qui a « façonné des paysages multiples et fort variés, permettant le développement de différents types d’habitats, d’agriculture et d’élevage » et joue « un rôle essentiel pour empêcher les glissements de terrain, inondations et avalanches, lutter contre l’érosion et la désertification des terres, améliorer la biodiversité et créer des conditions microclimatiques adéquates pour l’agriculture »

La FFPPS salue et exprime sa gratitude à toutes les personnes qui ont participé à cette candidature. Elle se dissocie néanmoins de la présentation qui est faite de cette technique dans ce dossier. En effet, la construction en pierre sèche ne se fait pas « en empilant les pierres les unes sur les autres », mais au contraire en croisant les joints dans toutes les dimensions. Par ailleurs, cette technique n'appelle aucun matériau de remplissage ou liant pour assurer la résistance de l'ouvrage.

La FFPPS réaffirme les règles de l’art rédigées collégialement en 2008 dans le Guide de bonnes pratiques de construction de murs de soutènement en pierre sèche, complétées en 2016 par les Règles professionnelles, comme exigences constructives. Les valeurs, la pertinence et la singularité de cette technique sont uniques face à d’autres systèmes constructifs standardisés ou aux ouvrages d’imitation (mur béton à parement pierres, ou mortier dissimulé derrière les pierres). La FFPPS sera aux côtés de la SPS et de toutes les personnes qui le souhaitent le 16 février prochain à Saumane (Vaucluse) pour célébrer cette reconnaissance en présence de l'Ambassadeur de France auprès de l'UNESCO et du ministère français de la Culture qui accompagne ce dossier depuis 2011. Plus d'informations :

 

- Communiqué du ministère de la culture français 

 

 

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon