Histoire de Frontignan

Les jardiniers de Gaeta - Un ouvrage publié par la Ville

Terre d’accueil historique, la Ville de Frontignan s’est engagée depuis 1995 dans une politique de relations européennes, en tissant des liens de plus en plus étroits avec des villes du bassin méditerranéen et de l’Europe du Sud.

   
Signature du jumelage avec Gaéta en 1997    

Cet engagement s’est traduit en 1997 par le jumelage avec Gaeta. Bien plus qu’une signature officielle entre maires et le nom d’une ville posé sur un panneau, le jumelage avec Gaeta a atteint sa majorité. Une idée de rapprochement sortie de l’esprit de « Papy Paul » Paul Gonthier Maurin et qui fut le 1ér président de cette union. ( une histoire de famille à l'origine avec son frère Maurice et  Marie Rose)

Dans le cadre de cet anniversaire du jumelage entre Frontignan la Peyrade et Gaeta,  une exposition consacrée aux jardiniers des Crozes avait été organisée.

Une exposition qui retrace l’histoire de ces maraichers italiens pour la plupart originaires de Gaeta qui sont venus dans les années 20 du XXe siècle cultiver les terres agricoles de Frontignan qui connaissait alors, avec sa voisine Sète, un fort développement industriel et démographique.

   

Un livre a été édité, un ouvrage qui retrace la vie de ces immigrés a été présenté ce jeudi 16 novembre au musée municipal par Michel Sala Conseiller au patrimoine et au muscat et Simone Tant maire conseillère en charge de la lecture publique et des festivals internationaux. Quelque 300 familles ont quitté les territoires de l'Italie maritime pour le port de Sète, une vingtaine de ces familles originaires de la côte de Gaeta s'installe dans le quartier des Crozes et de ses environs. Certains d'entre eux recouvre une activité agricole et une sociabilité paysanne qu'ils ont perdu dans l'immigration. Dans les terrains en périphérie de Frontignan la Peyrade, les réserves d'eau sont importantes et les terrains disponibles, les Gaétans valorisent ses terrains, pour fournir à une population frontignanaise et sétoise toujours plus nombreuse se dont elle a besoin en produits frais.

Dés lors ils sont considérés comme de véritables colons.  Les propriétés occupées aux Crozes sont petites et ont du être activement travaillées afin que soit rendu possible une culture maraîchère.

Avec cet ouvrage la ville explore un pan important de sa mémoire et de son histoire, celle écrite pour des personnes venues d'ailleurs, qui ont participé à forger la réalité de la ville que l'on connait aujourd'hui. Aussi à l'occasion de ce 20é anniversaire avec sa ville jumelle Gaeta l'iltalienne, du 10é anniversaire avec Vizela la portugaise et des 7 ans avec Pinéda De Mar l'espagnole, Frontignan la Peyrade ouvre un nouveau chapitre de son roman communal par l'évocation de tous ceux qui en sont et en furent les héros.

A.Sanfilippo

Réédition de La petite Encyclopédie de Frontignan la Peyrade


Epuisée de longue date, La petite Encyclopédie de Frontignan la Peyrade est rééditée par la Ville. Ses trois auteurs étaient en dédicace aux Archives municipales ce samedi 6 juin.

 



Maurice Nougaret - Jean Valette - André Cablat

Nouvel ouvrage de la collection Frontignan Patrimoine de la Ville, La Petite Encyclopédie est plus qu’une réédition. Aux textes de l’édition de 1998, remaniés et réactualisés, s’ajoutent désormais 36 nouvelles entrées et de nombreuses nouvelles photos. Un véritable travail de passionnés et d'érudits.

La bible que se  doit de posséder tout Frontignanais ou toute personne concernée par le passé et l'histoitre de Frontignan.

Les touristes et les passionnés d'histoire locale  trouveront aussi grand plaisir à lire cette encyclopédie pratique écrite  dans un style accessible à tous.


Les remparts et la route de "Cette"

   

Avant la séance de dédicace, Jean Valette, l'auteur de cette nouvelle édition, avec Maurice Nougaret et André Cablet a d'abord présenté la génèse de cette "petite encyclopédie".
En 1998, quatre passionnés d'histoire de Frontignan, tous Frontignanais de souche, se sont réunis pour mettre en commun le fruit de leurs recherches, ce qui les a amenés à écrire La petite encyclopédie de Frontignan la Peyrade. En 2012 l'un des auteurs René Michel, est décédé des suites d'une longue maladie. Cependant en 2013 la réécriture de cet ouvrage est lancée, tout en conservant les mêmes thèmes (politique locale, noms de rues, muscat, etc.). Bénéficant du soutien de la Ville, le livre est édité dans la collection "Frontignan Patrimoine". Une collection née la volonté de la Ville de Frontignan la Peyrade de partager son patrimoine et son histoire pour mieux construire son avenir., précise Michel Sala, conseiller municipal, délégué au patrimoine culturel. Dans le même esprit, la collection Frontignan Tradition propose plus particulièrement un regard en images sur les lieux, les traditions, la vie de la cité muscatière et la collection Les cahiers du patrimoine s’attache à montrer, sous forme de visite guidée, l’intérêt d’un monument, d’un lieu, d’un paysage. Toutes trois complètent un cycle d‘expositions et de conférences proposé par les archives municipales.

Une vingtaine de personnes se sont déplacées pour questionner les auteurs et acheter l'ouvrage (10€) avant de se le faire dédicacer.

 

 
Titres déjà parus dans la collection Frontignan Patrimoine :

  • Le soufre 1888-1989, une histoire frontignanaise, Jean-Michel Le Gourrierec (2011)
  • Mémoire du salin de Frontignan, Ondine Vieque (2010)
  • Anatole-France 1925-2005, une école dans la ville, Jean-Michel Le Gourrierec (2009)

Titres déjà parus dans la collection Frontignan Tradition :

  • Lieux de Frontignan, La Peyrade d’hier à aujourd’hui, Ville de Frontignan la Peyrade (2013)
  • Lieux de Frontignan, d’hier à aujourd’hui, Ville de Frontignan la Peyrade (2011)
  • Histoire des joutes à Frontignan, tournoi du 14 juillet 1881-2010, Alain Mauran (2010)
  • Dis papou… raconte-nous ton Frontignan, Guy Forestier (2010)
  • Costumes, chapeaux et coiffures de Frontignan du temps jadis, Guy Forestier (2007)

Titres déjà parus dans la collection Les cahiers du patrimoine :

  • Les ponts de La Peyrade, Ville de Frontignan la Peyrade (2013)
  • L’Hôtel de Ville de Frontignan la Peyrade, Ville de Frontignan la Peyrade (2012)
 

Histoire de la raffinerie de Frontignan

d'après Dominique Sala (Association Action Risque Zero Frontignan)

Pendant près d'un siècle , les installations de l'a raffinerie ont symbolisé les activités indsutrielles de Frontignan. Le pétrole brut venu d' outre-mer y était traité dans les unités de distillation et séparé en constituants tels que l'essence, le kérosène, le gazole, l'asphalte...

Une première raffinerie est crée, à Frontignan, le 19 juillet 1878, elle a pour nom « la raffinerie de pétrole d’Amérique-Bastide ». Elle était située rue de la Résistance. Cette entreprise appartenait à Monsieur Ferdinand Bastide, de Nîmes.
Le travail du personnel consistait à mettre en bidon le pétrole (pour l’éclairage), au raffinage pour le transformer en essence. Elle deviendra en 1884, raffinerie « Clément Gérard et Cie » mais l'entreprise fermera dès 1886

Quelques années plus tard, le 26 août 1903, une société parisienne, la Compagnie Industrielle des Pétroles achète un terrain à la Rancelle (aujourd’hui, rue de la Raffinerie) En 1906, l’usine de raffinage est inaugurée. Elle couvre 4 hectares (aujourd’hui 65 hectares), elle traite 40 tonnes de pétrole brut par jour. 

Le 25 juin 1944, la raffinerie est bombardée par l’aviation alliée, dégâts considérables. Le centre ville de Frontignan, la place Jean Jaurès est en partie détruite.
La reconstruction est décidée par le gouvernement en avril 1945. A cette époque, Frontignan est la seule raffinerie à produire des huiles de graissage.
En 1949, la Socony Vacuum Française est née de la fusion de plusieurs sociétés pétrolières françaises et de la Vacuum Oil Compagny.
En 1955, la Socony devient la Mobil Oil Française. Cette raffinerie produisait des gaz liquéfiés, les essences, le pétrole, les kérosènes et les fuels



En 1970, elle raffinait 4 millions de tonnes par an. Ce volume grimpa jusqu' 6 millions de tonnes par an mais, sa rentabilité déclinant, en 1985 la fermeture de la plus vieille raffinerie de France est officialisée, Elle employait 380 personnes et environ 1500 personnes dans les entreprises de sous-traitance.

 

Aujourd'hui  il ne reste qu'une activité de stockage et de distribution de produits pétrolier, gérée par GDH, une filiale de BP (British Petroleum, 3ème compagnie pétrolière mondiale). La capacité de stockage est de 960.000 m3 répartie entre 24 réservoirs sur un site de 67 hectares classé SEVESO. Une quinzaine de personnes sont employées par GDH.

 

En ci-dessous un documentaire diffusé par l'INA consacré au "FRONTIGNAN", premier pipeline sous-marin en Europe pour le déchargement en mer des pétroliers.Ce film montre les différentes phases de la construction du pipeline, dont le système est expliquée par quelques "dessins animés cinématographiques". En septembre 1948, les 2700 m de conduite sous-marine sont inaugurées. Une cérémonie pour marquer la réussite finale de l'installation réunit ingénieurs, contremaitres et ouvriers et, le 10 octobre 1948 a lieu le premier déchargement en mer d'un pétrolier dans les bacs de la SOCONY-VACUUM FRANCAISE de Frontignan.

Notes sur Frontignan

Le livre incontournable d'Achille Munier à lire en ligne gratuitement ou, pour les collectionneurs, à acheter (quelques exemplaires encore disponibles en réédition chez Amazon).