CULTURE

Robert Lassalvy 1932 - 2001

Un vague projet dans une ambiance de campagne électorale... Un lieu à la destination incertaine précipitamment rafraîchi... C’est ainsi que fut posée une plaque à la mémoire de Robert Lassalvy (1932 - 2001) dans les Halles de l’Hôtel de Ville. Quelles que soient les circonstances, les finalités, les intentions, ce fût l’occasion de parler de Robert Lassalvy, de son oeuvre, de son humour, bienvenu en ces temps passablement maussades. En 2001, juste après son décès, le journal communal avait publié cet article le concernant :
« Il avait choisi de vivre à Cournonterral. Son activité de dessinateur publié dans la presse nationale et internationale, aurait pu lui ouvrir d’autres portes, lui favoriser d’autres relations. Il avait choisi : plutôt le calme, une vie bien organisée, bien réglée, que l’agitation de la ville. L’expérience qu’il avait acquise dans son métier, la réputation qu’il était parvenu à forger, lui permettait de gérer tranquillement ses parutions dans divers journaux et revues. Jusqu’au Japon où un journal lui consacrait une rubrique régulière, « Lassalvy c’est la vie », en français dans le texte. A Cournonterral, dans son atelier au fond du jardin, à l’abri des regard et du bruit, il pouvait se consacrer à son autre passion, la peinture. Passion pour laquelle il déployait une ardeur singulière, élaborant les toiles les unes après les autres, dans une urgence déconcertante, mais toujours une exigence particulière. Ses expositions furent des succès incontestables, à l’Hôtel de Région, à Lavérune, à Cournonterral... Il avait accepté de participer en juillet 2000, à l’exposition « De toutes les couleurs » consacrée à Léo Ferré. Il avait croqué, en particulier, dans son style si personnel, une « jolie môme » espiègle et malicieuse. Ce fût sa dernière exposition...
Un artiste a ce rare privilège de continuer à vivre de par ses œuvres. Les Japonais ont bien raison : à travers ses dessins, tendres, poétiques ou plus espiègles, à travers sa peinture, sa truculence et sa vivacité, Lassalvy c’est la vie ! Salut l’ami ! »
Michel Puech

Le Centre de Formacion Professionala Occitan vous propose de venir participer à l'une de ses Journées culturelles

 
le mercredi 08 janvier 2020
de 8h30 à 17h00
 
dans les locaux du Pôle de Formation en Occitan
Maison de la Vie Associative – 2 rue Jeanne Jugan 34500 BEZIERS
 
 
Une journée culturellede qu'es aquò ?
Une journée pour découvrir ou redécouvrir la culture et la langue occitanes sous un nouveau jour.
Une matinée d'échanges, de débats autour d'un thème culturel, ici, « Los Reis », des points de langues selon les besoins des participants.
Un après-midi pour mettre en pratique ce qui a été apris pendant la matinée
 
A propos du thème de la journée culturelle du 08 janvier 2019 .....
 
" Los Reis "
Per començar l'annada,
Venètz la boca alandada
E l'esperit aluserpit.
« Les Rois »
En ce début d'année
Venez l'esprit gourmand
Pour apprendre et savourer
 
Informations complémentaires :
Pour tout renseignement complémentaire, toute demande d'information, pour vous inscrire, un seul numéro

04 67 28 75 36
(lundi →vendredi : 9h00 - 12h00 et 14h00 - 17h00)
ou par courrier électronique Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

Médiathèques : demandez le programme !

Les jours raccourcissent et la nuit s’allonge, les mois d’hiver à venir sont propices à la rêverie tout en restant éveillé.

 

Christmas, Merry Christmas, Holiday

Pour rêver, le réseau livre et lecture vous propose dans chacun des 6 établissements, des moments forts pour les petits et les grands dans tous les domaines de la création. Trois temps sont particulièrement à retenir « La magie des images », « la Fête du film court d’animation jeunesse » et « La nuit de la lecture », aux travers d’ateliers, de lectures, de spectacles, de concerts,
de débats, ces thèmes sont partagés et abordés sous toutes leurs facettes.

TÉLÉCHARGEZ LE PROGRAMME DE DÉCEMBRE 2019 JANVIER FÉVRIER 2020 

Les mythes de la Grande Guerre décryptés

« 1914 - 1918 : quel regard porter sur l’histoire apprise ? Les mythes de la Grande Guerre décryptés. »

Aux lendemains du 11 novembre, l'Association des Amis du Château de Castries, vous propose d'assister à la conférence que donnera le Général Irastorza, le vendredi 22 novembre à 18h00 à l'espace gare.

En 2016, les Castriotes ont rendu hommage à leurs 57 Poilus morts pour la France pendant la Grande Guerre puis ont rappelé, en juillet 1917, à l'occasion du centenaire de l'entrée en guerre des Américains, la contribution de la famille de La Croix de Castries à l'indépendance des États-Unis.

Le général Irastorza entre en guerre contre les mythes, les contre-vérités et les idées reçues sur la Grande Guerre.

En revisitant quelques poncifs désormais séculaires, il vous invitera à décrypter les mythes de la Grande Guerre en vous en proposant une autre lecture et à partager ses réflexions sur la plus terrible épreuve subie par notre pays à ce jour. A l'issue, le conférencier dédicacera son livre aux Editions Pierre de Taillac disponible en librairie, les espaces culturels et à la Fnac - souvent sur commande -, sur Amazon, sur le site de l'Editeur (port gratuit à partir de 2 livres) mais aussi sur place.

Les droits d’auteur sont intégralement reversés à l’association Terre Fraternité qui soutient nos blessés, leurs familles et celles de nos soldats tués en opérations.

* Parking espace gare.

http://www.editionspierredetaillac.com

Les conteuses des Voix du Vent invitent Layla Darwiche dans « Shéhérazade, la Reine des nuits »

Samedi 14 décembre  2019 à 19 H à SETE, salle du collège du quartier haut, 42 bis Grande Rue Haute. 
 
Les conteuses des  Voix du Vent  invitent Layla Darwiche dans « Shéhérazade, la Reine des nuits » pour une soirée 1001 nuits.

"C'est l'histoire d'un roi rendu fou par l’infidélité de son épouse. Persuadé que la trahison est dans l'essence de la femme, il décide de se marier chaque soir avec une jeune fille vierge, à qui il coupera la tête le lendemain."

Mais Shéhérazade, fille du vizir, propose elle-même de se marier avec le roi et patiemment, nuit après nuit, elle lui raconte des contes. Le roi, saisi par le plaisir des histoires, diffère jour après jour la mort de sa femme. 

Au bout de Mille et Une Nuits, il sera transformé et le royaume sera sauvé.

 
Il s’agit de contes tout public, adultes et enfants de plus de 7 ans.
Participation au chapeau
Réservation conseillée au 0680336686SCHCapture

Lorsque le clown vit les poèmes au fils du temps…

Edouard Laurès, chanteur, clown, poète et écrivain, a sorti son premier livre

Edouard Laurès est un poète.

Lorsqu’il se glisse dans la peau d’un clown, le poète fait rire. Lorsqu’il chante, le poète amène le bonheur. Lorsqu’il écrit, le poète se confronte avec lui-même et la réalité. Mais la poésie ne le quitte jamais.

Au moment où il écrit, Edouard Laurès partage ce que les autres n’osent pas s’avouer. Ses textes en prose ou en vers brisent la glace entre les gens et amènent aux lecteurs un message qui n’est plus à la mode : aimez-vous les uns les autres. Ils font sortir les deux personnages que nous avons tous à l’intérieur de nous : le côté ombrageux et le côté qui ne cherche qu’à sourire et à être heureux. « Je croise des personnes avec qui, après qu’ils ont lu mon livre, mon rapport change. Ils osent se livrer, la relation devient plus profonde. »

De petits textes jusqu’à deux pages, des poèmes, le tout entre le surréalisme et la réalité pure et dure… Edouard Laurès n’a-t-il jamais eu envie d’écrire un roman ? « Oui, j’en rêve. Ecrire un roman et tourner un film. Cela sera fait, un jour peut-être ». Mais pour le moment, il y a trop de sujets qui lui tiennent à cœur pour se concentrer sur un seul. « Je ressens une urgence très forte, au niveau de l’âme, de les mettre en mots. » Des sujets tirés de sa propre vie et de celle qu’il observe autour de lui. Mais parfois, il décrit aussi des situations qu’il n’a pas encore vécues. Lorsqu’il les couche sur le papier, il sait qu’elles ne tarderont pas à se réaliser... la suite sur Montpellier infos

L’Europe des transports

L’ambitieux plan « Transports 2050 » de la Commission européenne [1] vise à créer un réseau de transport européen intégré. Le schéma retenu repose sur l'interconnexion des différents modes de transport et induit une mutation profonde des modèles de transport des passagers et du fret. L’objectif affiché est de favoriser le développement économique et l’emploi tout en baissant de 60 % les émissions de gaz à effet de serre liées aux transports d'ici à 2050.
Il est par exemple prévu de réduire de moitié le nombre de véhicules de transport urbain fonctionnant aux carburants classiques d'ici à 2030 et de les faire totalement disparaître des villes avant 2050.
Concernant les transports interurbains, d'ici à 2050, la majeure partie du transport de passagers sur moyenne distance (plus de 300 km) devrait s'effectuer par le train et la moitié du transport routier de fret sur plus de 300 km devrait se reporter sur d'autres modes de transport : ferroviaire, fluvial et maritime.


Pour les déplacements sur grandes distances et le transport de fret intercontinental, les transports aériens ou maritimes continueront de dominer le marché; mais de nouveaux moteurs, carburants et systèmes de gestion du trafic leur permettront de gagner en efficience et de réduire leurs émissions. L'UE prévoit de porter à 40 % la part des carburants durables à faible teneur en carbone dans l'aviation d'ici à 2050, et de réduire dans le même temps de 40% ses émissions de CO2 provenant des combustibles de soute dans le transport maritime.
Les principaux aéroports européens devraient être connectés au réseau ferroviaire, de préférence à grande vitesse, d'ici à 2050. De même les ports maritimes devront être suffisamment reliés au système de transport ferroviaire de marchandises et, dans la mesure du possible, au système de navigation intérieure.

_________________________________________

[1] «Transports 2050» : stratégie globale adoptée par l’UE le 28 mars 2011

L'agenda culturel NOVEMBRE à Pézenas

Retrouvez votre agenda culturel de Pézenas - réactualisé toutes les semaines -
en cliquant sur ce lien

Vendredi 8 novembre à 18h30 au Foyer des Campagnes, inauguration du bâtiment rénové.

Samedi 9 novembre à 19h, départ de l'office de tourisme, fête de la mort!

+ d’infos sur
www.temporadas.org
Facebook Les Amis du Poulain

 

MARTROR Samedi 9 novembre 2019 à 19h
NADAL du 6 au 31 décembre 2019 
PÉGOULADE Mardi 17 décembre 2019 à 17h30
SAINT BLAISE Samedi 1er février 2020 à 19h
CARNAVAL Du samedi 22 au mardi 25 février 2020
SAINT JEAN Samedi 20 juin 2020 à 21h30

 

CINEMA

CINÉMA DE PÉZENAS
LE MOLIÈRE

Impasse Pillement

Le site internet: www.ville-pezenas.fr/cinemamoliere


+ d’infos ? Visitez la page Facebook !
04 67 90 76 41 – 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

FINAL CULT
CARRIE

La Collection FINAL CULT reprend cette année encore.
Le principe ? Projection unique d’un Chef d’Oeuvre du 7ème art en version originale sous-titrée.
Une fois par mois à 21h.
Avec une courte et éclairante présentation du film par Alain Bastias.
Tarif 5€

 

Cinéma Le Molière
Mercredi 13 novembre 2019 - 17h / Conférence / Julien Peron : L’éducation à la vie
Dans le monde entier, des personnes de tous âges et de toutes origines se mobilisent depuis de nombreuses années.

Elles se mobilisent pour améliorer l’éducation des enfants, et ainsi leur offrir un avenir meilleur.
17h30 / Documentaire / L’école de la vie, une génération pour tout changer de Julien Peron
Dans le cadre du Festival Intercommunal de la Famille – Offert
Vendredi 15 novembre 2019 à 19h

 

Alexandre Soljenitsyne

Théâtre de Pézenas

Vendredi 15 novembre 2019 à 19h

 

Théâtre / Le Discours de Harvard d'Alexandre Soljenitsyne - par Hervé Mariton

 

Spectacle Théâtral

 

Adaptation et mise en scène de Grégoire Lopoukhine,
Interprété par Hervé Mariton
Musique : Alexandre Struve

 

Durée 50 minutes.

 

Le discours de Harvard, réédité en 2014 aux Belles Lettres est le discours le plus connu de Soljénitsyne.

« Le discours de Harvard est un texte intense, puissant, qui souvent vise juste et parfois provoque. Ce témoignage, cette interpellation, ont quarante ans cette année et gardent une grande actualité ; ils ont leur place dans la célébration en 2018 du centenaire d’Alexandre Soljenitsyne. Les enjeux de l’identité et du progrès, de la morale et de la liberté, de la limite et de l’élévation y sont magistralement annoncés. Acteur de la vie publique, amoureux de la Russie, lecteur passionné de Soljenitsyne, j’ai voulu, grâce à l’adaptation de Grégoire Lopoukhine, poser et proposer ce texte. Non pour imposer une vision politique, plutôt pour transmettre une exigence éthique, l’angoisse de l’idéal. Dire, ressentir, partager, transmettre. »  - Hervé Mariton

Offert

Cinéma Le Molière
Vendredi 29 novembre 2019 – 21h - Documentaire / Debout de Stéphane Haskell
À 40 ans, Stéphane Haskell est victime d’une maladie fulgurante et se retrouve paralysé. La médecine le condamne au handicap, mais le yoga lui ouvre un chemin de guérison.
Tarif unique : 5 €.

 

Mais également des expositions, des conférences.... Retrouvez votre agenda culturel de Pézenas - réactualisé toutes les semaines -
en cliquant sur ce lien

 

Culture ? Vous avez dit culture ?

 nad

M. Bez, directeur de la galerie Dock-Sud, devrait se prénommer David. Encore qu'il fronde des forces incommensurablement plus puissantes que le Goliath biblique qui, après tout, n'était qu'un homme. Mais l'appel au bon sens de martin Bez se double d'un appel au respect du "bien vivre au quotidien à Sète" et d'une dénonciation des "fossoyeurs de la culture". Excessif ?

nadP1080196-1

 Pas tant que cela aux yeux d'amoureux de l'Ile singulière. Car enfin, le bon sens, dont chacun paraît-il est pourvu, n'est-il pas choqué des conséquences de l'évolution socio-économique de Sète : voies urbaines congestionnées, stationnement difficile, trottoirs encombrés (même quand on les a élargis) par des flux excessifs de piétons ou de cyclistes cherchant en vain une voie de circulation. Les halles, le dimanche, submergées par une marée humaine qui les rend peu accessibles, affichant des prix décourageant le chaland sétois ordinaire. Et que dire des "oursinades", des fêtes de la tielle ? Comment sont produites ces milliers de tourtes fourrées au poufre ? Sont-elles encore vraiment des tielles ? Martin s'enflamme en prononçant son réquisitoire. Quant au "bien vivre au quotidien", il semble bien, comme disait Brassens (Brave Margot), que "seuls les vieux racontent à leurs petits-enfants" que Sète était une ville à taille humaine où la bonne humeur, les échanges, les loisirs simples faisaient sa réputation. Et les prix des denrées, outre leur authenticité, faisaient les modestes.

 La marchandisation de la société, un marketing agressif ont changé cela. Il est tout à fait symptomatique que la réponse aux accusations du galeriste (et de ceux qui le soutiennent) soit venue non de l'adjoint à la culture, mais de l'adjointe au tourisme (Midi Libre 08/09/2019). La série "Demain nous appartient", diffusée sur TF1 à une heure de grande écoute fait cliqueter le tiroir caisse publicitaire de la dite chaîne. La ville récolte de cette manne 6 millions d'euros par an et 400 emplois. On ne précise pas quels types d'emplois. Quand tinte le tiroir caisse chez Bouygues et certains Sétois, on nous parle de culture populaire. N'y a-t-il pas mieux à faire pour le peuple qu'attirer son argent par une série télévisée ?

Et comme le champ de la culture est vaste, on pourrait parler d'architecture. Sète est paraît-il une "cité maritime de caractère". Or, que voit-on surgir rue de la Savonnerie, à Villeroy, aux Salins ?

Des parallélépipèdes que l'on retrouve à Montpellier ou ailleurs. Dans le passé, on a raillé Napoléon III, esprit fumeux disait-on.

Il a transformé Paris et c'est sous son règne qu'à Sète on a aménagé le jardin du Château d'eau et bâti les halles, voulues comme "un palais du peuple".

C'est aussi cela la culture, comme tout ce qui peut élever l'esprit humain.

 

"Lors du siècle d'or de l'Empire romain (Ier siècle ap.J.C.), il y eut Martial, Horace, Ovide et les combats de l'amphithéâtre. Du pain et des jeux pour le peuple. Et la culture ?"

Hervé Le Blanche

nadIMG_0209 (2)-1

 

 

      

Cuisine secrète du Languedoc

Cuisine secrète du Languedoc-Roussillon

"Totalement sublime ! Un livre de recette que je recommande rien que pour la poésie des recettes et les commentaires authentiques.

J'y ai trouvé les recettes des bons petits plats que mes grands-mères préparaient si bien. De la rouille à la Sétoise aux escargots à la cévenole vous en aurez l'eau à la bouche !
C'est la vrai cuisine familiale du Languedoc, celle qui se transmet depuis des générations. » Amazon