Littérature - Poésie

A lire : "Sapiens"

Comment notre espèce a-t-elle réussi à dominer la planète ? Pourquoi nos ancêtres ont-ils uni leurs forces pour créer villes et royaumes ? Comment en sommes-nous arrivés à créer les concepts de religion, de nation, de droits de l'homme ? À dépendre de l'argent, des livres et des lois ? À devenir esclaves de la bureaucratie, des horaires, de la consommation de masse ? Et à quoi ressemblera notre monde dans le millénaire à venir ?
Véritable phénomène d'édition, traduit dans une trentaine de langues, Sapiens est un livre audacieux, érudit et provocateur. Professeur d'histoire à l'Université hébraïque de Jérusalem, Yuval Noah Harari mêle l'Histoire à la Science pour remettre en cause tout ce que nous pensions savoir sur l humanité : nos pensées, nos actes, notre héritage... et notre futur.

» Amazon 

La 11e édition du festival du livre Les Automn’Halles se tiendra à Sète du 23 au 27 septembre 2020

La 11e édition du festival du livre Les Automn’Halles se tiendra à Sète du 23 au 27 septembre 2020

L’image contient peut-être : texte

Partir à la découverte de textes et dialoguer avec des auteurs talentueux, c'est la rencontre incontournable de la rentrée à Sète. Fidèle à sa fibre méditerranéenne avec un collectif de textes "Méditerranée amère frontière" en collaboration avec SOS Méditerranée, son histoire avec Florence Monferran et à l'écrit romanesque avec Carole Martinez, Christian Chavassieux, Frédérique Germanaud, Eduardo Manet, Eugène Ébodé... le festival s'ouvre cette année sur d'autres thématiques : dessins de presse avec Fabienne Desseux, des BD d'après des œuvres littéraires avec Jérôme Félix et Mickaël Minerbe, Chantal Monteiller, l'écrit scénaristique avec Gérard Corporon.

La connerie au fil du temps

 

Certitudes, sexisme, antisémitisme, racisme, homophobie, etc. La connerie sous toutes ses facettes depuis le temps des pharaons jusqu'à nos jours.
Jean-François Marmion, rédacteur en chef de la revue Le Cercle Psy, a réuni un collectif d'historiens pour écrire, sur un sujet sans fin, un livre qui est devenu en quelques mois un succès de librairie avec plus de 59.000 exemplaires vendus.
La longue histoire de l'Homme regorge d'absurdité en tous genres... depuis la nuit des temps. Une mauvaise fée aux mille visages s'est penchée sur le berceau de l'humanité : la connerie. Elle chemine avec nous, fidèle entre les fidèles, se réinventant au fil des siècles et des cultures. Elle fustige les différences, réduit en esclavage, attise la violence, cultive la cruauté, dévoie les avancées technologiques, trahit les espoirs politiques, gangrène les idéologies, et saccage la planète.

Elle suivra notre espèce jusqu'à la tombe, et la creusera peut-être.

Le pire, c'est que nous en sommes plus souvent les complices que les victimes ! Du Néolithique à nos jours, plus de trente historiens nous dévoilent la vérité nue et biscornue sur la connerie.
» Histoire universelle de la connerie est disponible en ligne via Amazon.

A lire : "La vie secrète des arbres"

Les citadins regardent les arbres comme des "robots biologiques" conçus pour produire de l'oxygène et du bois. Forestier, Peter Wohlleben a ravi ses lecteurs avec des informations attestées par les biologistes depuis des années, notamment le fait que les arbres sont des êtres sociaux. Ils peuvent compter, apprendre et mémoriser, se comporter en infirmiers pour les voisins malades. Ils avertissent d'un danger en envoyant des signaux à travers un réseau de champignons appelé ironiquement "Bois Wide Web". La critique allemande a salué unanimement ce tour de force littéraire et la manière dont l'ouvrage éveille chez les lecteurs une curiosité enfantine pour les rouages secrets de la nature.
» Amazon

A lire : "Vers la sobriété Heureuse"

Pierre Rabhi a vingt ans à la fin des années 1950, lorsqu'il décide de se soustraire, par un retour à la terre, à la civilisation hors sol qu'ont commencé à dessiner sous ses yeux ce que l'on nommera plus tard les Trente Glorieuses. En France, il contemple un triste spectacle : aux champs comme à l'usine, l'homme est invité à accepter une forme d'anéantissement personnel à seule fin que tourne la machine économique...

» Amazon

Uderzo, géant du 9e art, au trait de génie

 AFP/

Dessinateur au trait de génie, Albert Uderzo, est décédé mardi avec la certitude qu'Astérix et ses turbulents amis gaulois, qu'il inventa en 1959 avec René Goscinny, lui survivront longtemps.

"On ne me reconnaît pas dans la rue. Je pourrais passer derrière une affiche sans la décoller. Les personnages peuvent devenir des mythes mais pas nous, leurs pères", disait le co-inventeur du rival mondial de Tintin et de Mickey.

Portant le poids des ans avec prestance et un détachement amusé, Albert Uderzo sera finalement resté un homme peu connu, de caractère réservé et d'allure tranquille, préférant parler de son travail que de lui.

Grand amateur de Ferrari (une vingtaine ont transité par son garage), ce fils d'un couple d'immigrés italiens résidait dans un hôtel particulier de Neuilly-sur-Seine. Il était riche, grâce aux 370 millions d'albums vendus dans le monde (traduits en 111 langues ou dialectes), une quinzaine de films (animation et cinéma), un parc de loisirs, des produits dérivés par centaines.

Projet Gens de mer vous invite à découvrir de nouveaux rivages

Après une semaine de confinement généralisé et partagé, Projet Gens de mer vous invite à découvrir de nouveaux rivages, dans un voyage vers l’ailleurs - vers les ailleurs. Des ailleurs improbables, des ailleurs lointains, des ailleurs sensibles et inventifs, des ailleurs rêveurs, des envies de voyages quasi-immobiles mais plein de partages.

Pour débuter, découvrons les conseils de Cyprien Verseux. Projet-Gens de mer devait accueillir cet astrobiologiste (un métier, une promesse…) à Sète les 14 et 15 mars, mais le « virus couronné » en a décidé autrement.
Une année tenu confiné sous globe pour préparer un voyage vers Mars - et une autre, voire un peu plus - drastiquement limitée par les températures extrêmes de Concordia en Antarctique : qui d’autre que cet « expert ès-confinement » pour nous faire découvrir les richesses et les couleurs du quotidien dans des espaces de vie rétrécis ?
Peut-être pratiquez-vous déjà sans le savoir certaines de ses techniques de survie en milieu confiné ? Avant de lire l’« Esthétique du surgelé » ou le « Syndrome de l’hivernage », apéritifs gustatifs qui donnent envie de dévorer le récit de son année près du pôle sud (1), n’oubliez pas de profiter de son « guide de la quarantaine : leçons de deux années d’isolement » qui ouvre son blog.
Bons voyages (presque) immobiles. N’hésitez pas à nous faire partager textes, photos, vidéos (courtes), liens, idées et envies…

(1) Cyprien Verseux, "Un hiver antarctique, Seuls sur la planète blanche", Éditions Hugo & Cie.

Pour démarrer, retrouvons le blog de l’astrobiologiste Cyprien Verseux : secouer ses soucis, rester en contact, coiffer ses dreadlocks, désactiver le pilote automatique … quelques-uns des conseils de notre « expert es-confinement » !

 

https://marslablanche.com/2020/03/21/guide-de-quarantaine/?fbclid=IwAR3rk-

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir pour émerger dans l'art

Le guide contournable
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir pour émerger dans l'art

A l'adresse de tous les artistes, professionnels et amateurs, ce guide volontairement concret rassemble l'essentiel de ce qu'ils ont toujours voulu savoir pour émerger dans le monde de l'art contemporain en France et à l'étranger. Il apporte des réponses aux questions clés quand on veut réellement évoluer dans l'art, à la sortie d'une école d'art ou en autodidacte : Qui sont les acteurs du monde de l'art ? Quels sont les choix à faire au départ ? Comment assurer sa viabilité ? Quelles pistes pour développer sa visibilité ? Sorte de petite "bible" de conseils stratégiques et pratiques, Le Guide de l'artiste livre les conseils et les secrets utiles, et souvent étonnants, des plus grands spécialistes français : le curateur Nicolas Bourriaud, la directrice de la Fiac Jennifer Flay, le président du Prix Marcel Duchamp Gilles Fuchs, le collectionneur Guillaume Houzé, le galeriste Emmanuel Perrotin et le directeur du Palais de Tokyo Marc-Olivier Wahler, qui interviennent aux côtés des plus grands collectionneurs, galeristes, directeurs d'institutions et curateurs de la scène internationale. Mais c'est aussi un carnet d'adresses regroupant en un seul volume plus de 1 500 contacts et adresses de professionnels et d'organismes d'art contemporain : lieux d'exposition, centres d'art, galeries, foires, biennales et festivals, mais aussi bourses, prix et résidences d'artiste, sans oublier les écoles d'art, revues et éditeurs liés à la scène contemporaine. Visant à offrir au lecteur la plus large visibilité du monde de l'art contemporain en France et à l'étranger, Le Guide de l'artiste est un ouvrage destiné à devenir un incontournable pour ceux qui veulent faire de l'art le coeur de leur vie.» Amazon

Jocelyne Fonlupt-Kilic au sujet de la rencontre prévue les 14 et 15 mars avec Cyprien Verseux

En raison de l’épidémie que l’on connaît, Projet Gens de mer et le Seamen's club de Sète ont dû repousser la rencontre prévue les 14 et 15 mars avec Cyprien Verseux autour de son livre « Un hiver antarctique – Seuls sur la planète blanche », (éd. Hugo Image). Mais nous avons lu cet ouvrage et il nous a passionnés.L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et texte


Le jeune astrobiologiste a 27 ans lorsqu’il postule pour rejoindre la mission DC14 sur l’une des structures scientifiques les plus isolées, la station franco-italienne Concordia. Il en sera le chef de station durant l’hivernage 2018.
Déjà en 2013, alors qu’il se préparait à une autre mission, Cyprien Verseux se renseigne sur la possibilité d’y être un jour recruté comme biologiste. Mais la probabilité en est faible. Alors, d’août 2015 à août 2016, il participe à « une mission financée par la Nasa dont l’objectif est de recréer les conditions d’un séjour sur Mars pour mieux préparer les futurs voyages vers cette planète ». Demeurait chez lui « cette envie fiévreuse de hautes latitudes. » Il réitère sa demande en avril 2017 directement au Programme italien de recherche en Antarctique (PNRA) et mi-juilllet, de retour de Rome, il reçoit à Paris un mail, une chercheuse florentine le prie de l’appeler, objet du mail : « Concordia ». Il est présélectionné. Tout cela est développé dans un premier chapitre « Rêves d’Antarctique » où l’on découvre en quoi consiste la dure préparation physique et psychologique à la mission. Il est retenu. Mais, outre sa mission scientifique, on lui annonce qu’il a été choisi par les instituts polaires (le PNRA et l’Institut polaire français Paul-Émile Victor) comme chef de base.


C’est à partir de son journal que Cyprien Verseux a construit ce livre. Un déroulé chronologique donc aux titres de chapitres révélateurs : « Vers la banquise » ; « Dumont-d’Urville » concernent le long voyage avant d’atteindre la station. Il relate par exemple la prise de contact avec les scientifiques de Dumont d’Urville : « […] ici vouvoyer quelqu’un vous attirerait des regards au mieux surpris, comme si vous utilisiez le passé simple en boîte nuit. » Toujours dans la même station, on lui fera le récit dramatique de la mort d’une plongeuse happée par un léopard de mer. Enfin c’est « Concordia », « Je sors de l’avion en souriant comme un gamin chez Toys ‘R’ Us. » C’est encore « L’été » il y a les estivants, surviennent des changements brutaux dans le programme, « En Antarctique, pas de pronostic. Sur ce continent, les plans survivent rarement à leur confrontation avec la réalité. On improvise. » Les « estivants » finissent par plier bagage et on se retrouve « Seuls ». Treize personnes pour la mission DC14, le quatorzième hivernage de Concordia.

On n’est qu’à peine à la moitié du récit et entre « Mars la Blanche » et « Sur le chemin du retour », l’auteur nous plonge dans ce confinement sur un continent où la température extérieure peut dépasser les – 80 °C interdisant toute évacuation. Des notations scientifiques, le récit des sorties nécessaires aux relevés alors que le manque d’oxygène affecte la forme physique et les capacités cognitives… Mais aussi la prise du pouls permanente de l’équipe tout au long de cet isolement dans le désert blanc, une vie monotone et trois mois sans voir le soleil.
Si de nombreuses et belles photos enrichissent le livre, le texte est, lui, émaillé de jolies images : « Si la planète est un enfant fiévreux, les pôles sont le front où se pose la main parentale ». Il y a chez ce jeune scientifique le souffle littéraire des Saint-Exupéry, Mermoz, Paul-Émile Victor… et un sens de l’humain qui transparaît tout au long de l’ouvrage.

 

Éditions Hugo & Cie, Cyprien Verseux, Institut Polaire Français Paul-Emile Victor - IPEV, Programma Nazionale di Ricerche in Antartide - PNRA, Seamen's Club Port La Nouvelle, Seamen's club de Marseille AMAM,

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, a sorti un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.

L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.
L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.

Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promets étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon