Littérature - Poésie

Beau succès pour la Dictée de la Mer

Le 18 septembre, le Café littéraire Lire et Dire, en partenariat avec la médiathèque et le Rotary club doyen de Sète, a organisé pour la seconde année consécutive la Dictée de la mer dans le patio de la médiathèque Mitterrand. Les prix ont été remis aux lauréats, en présence du Maire de Sète, en fin d’après-midi . En tout, 70 personnes ont participé à l’exercice sur un texte de Jules Michelet.

Les lauréats sont :

En catégorie adolescent

1er prix : Roxane Puygrenier

2e prix : Elena Messaoud

3e prix : Melle Guiraud-Caussegrain

Les 3 lauréates sont des élèves de 3ème du lycée Paul-Valéry. Ont également participé les élèves de 3e de Saint-Joseph.

 

En catégorie adultes

1er prix : Sylvie Seys

2e prix : Moni Grégo

3e prix : Françoise Blanc

 

Tino Di Martino a tenu à remercier chaleureusement FR3, Midi Libre, Radio Thau Sète, Thau Infos et la ville de Sète qui ont abondamment suivi l’événement.

La rentrée littéraire de la NLS au TMS

L’image contient peut-être : texte

Venez découvrir la rentrée littéraire de la librairie sétoise ! les coups de coeur de l'équipe et des fidèles lecteurs de la librairie le 28 septembre de 15 h à 17 h!

Des livres et des hommes : naissance de la bibliothèque de l’École de médecine

En 2020, la Faculté de médecine fête ses 800 ans. Pour débuter les célébrations de cet évènement, l’Université de Montpellier dévoile au public les ouvrages les plus précieux de la bibliothèque historique de médecine lors d’une exposition exceptionnelle intitulée : « Des livres et des hommes : naissance de la bibliothèque de l’École de médecine de Montpellier ».

Le vernissage se déroulera vendredi 20 septembre 2019 à 18h dans l’atrium du bâtiment historique de la Faculté de médecine.

 

Une longue tradition humaniste

De Henri Haguenot au collectionneur Xavier Atger en passant par Chaptal, Prunelle ou Barthez, la richesse de la bibliothèque de médecine de Montpellier est aussi celle des grands humanistes qui l’ont constituée à partir de la seconde moitié du 18e siècle. Dons personnels, legs, achats ou confiscations révolutionnaires, cette collection encyclopédique témoigne d’une volonté marquée de mettre à disposition des médecins, des étudiants mais aussi du grand public, « les meilleurs ouvrages écrits sur chaque matière » (Prunelle).

Un fonds patrimonial exceptionnel Manuscrits médiévaux et modernes, incunables, livres, revues, thèses… Cette exposition est l’occasion de découvrir les pièces rares et d’une grande diversité contenues dans ces collections : le Chansonnier de Montpellier, le Psaultier de Charlemagne, le Traité du vin d’Arnaud de Villeneuve, des œuvres d’Hippocrate et Galien, et les Liliacées de Redouté… la suite sur Montpellier infos

Rencontre/lecture par Percival Everett de son dernier roman "Tout ce bleu"

A l'Echappée Belle

Le 21 septembre à 11h rencontre/lecture par Percival Everett de son dernier roman "Tout ce bleu" ( @actessud ) dans le cadre du Festival international d'art contemporain @setelosangeles . Il exposera également ses peintures dans la salle d'exposition de la librairie pendant tout le festival, du 18 au 22 septembre.
En attendant, la librairie propose une sélection de livres sur le thème de Los Angeles. Venez découvrir cette ville à travers la littérature qui la compose.

Aucune description de photo disponible.

Festival du Livre Les Automn’Halles du 9 au 13 octobre 2019

 

Le festival du Livre de Sète – Automn’Halles 2019 – se consacre de plus en plus à toutes les écritures. À cet effet l’écrivain Laurent Cachard, président du Festival, et son équipe ont concocté un programme de qualité.

Il débute, cette année, par un hommage à Georges Brassens, l’enfant du pays, dès le mercredi 9 octobre : à travers un livre souvent oublié, les Lettres à Toussenot, ou la correspondance destinée à son ami philosophe et libertaire entre 1946 et 1950. Le texte sera servi, dans le cadre du Musée Paul-Valéry, par un comédien, Thomas Andro, et un accompagnement vocal et musical de Bruno Granier, le petit cousin du célèbre chantre sétois.

Le jeudi 10 octobre, changement de lieu, de thème, de forme : le cinéma Le Coemedia accueille deux écritures de l’exil, 2 films espagnols consacrés à un phénomène qui toucha de près notre région, la Retirada… Espoir, sierra de Teruel, film d’André Malraux (1938) et The Cut (La Blessure), film de Fatih Akin

affiche 2019

Nouveau dépaysement le vendredi avec, au Georges Hostel, une table ronde autour de la Revue Apulée « Traduire le Monde » avec Hubert Haddad (qui vient d’être sélectionné pour le Prix Renaudot), Yahia Belaskri et Carole Zalberg. Le même jour René Frégni animera un atelier d’écriture à la médiathèque Malraux tandis que la Nouvelle Librairie Sétoise accueillera Louis-Philippe Dalembert (qui vient de faire partie de la sélection pour le prix Goncourt)

Ces trois évènements ne font que succéder aux diverses animations initiées cette année par les Automn’Halles (Poèmes Érotiques à Sète, Journée des droits de la Femme à Monbazin, Daniel Mesguich au musée Paul Valéry, Ariane Bonzon au Saint-Clair et la pièce de théâtre Pôle emploi au Bistrot du Marché) autant que précéder le cœur et la raison d’être du Festival : deux journées -12 et 13 octobre - concentrées sur les présentations d’écrivains en entretiens individuels ou tables rondes. Vingt auteures et auteurs nationaux ou locaux défendront leurs premiers romans ou œuvres consacrées,

Des lieux divers les recevront : les Halles, origine même du Festival, le Réservoir, le Georges Hostel, la Médiathèque Malraux, plusieurs Établissements scolaires et, de façon permanente, la Médiathèque François-Mitterrand.

Avec le parrainage de Yahia Belaskri, comment fêter mieux le 10ème anniversaire des Automn’Halles dont voici le programme détaillé ci-dessous :

Samedi 12 octobre

À la médiathèque Malraux 10 h 30-11 h 15 Lirocafé avec René Frégni « Dernier arrêt avant l’automne », éd.Gallimard.

À la médiathèque Mitterrand à partir de 10 h 30, se succéderont (par ordre de rencontre) les auteurs suivants :

Lydie Salvayre  (lauréate du prix Goncourt 2014) ; Nathalie Yot ; Hubert Haddad ; Leïla Bahsaïn (sélectionnée pour le prix de Littérature arabe) ; Corinne Royer ; Yahia Belaskri ; Omar Youssef Souleimane ; Sandra Reinflet ; Olivier Martinelli ; Valérie Manteau (lauréate du prix Renaudot 2018) ; Stéphane Malandrin ; Serge Mestre et les traductrices Marguerite Pozzoli, Danielle Robinson & Danièle Faugeras.

 

Et au Réservoir (45-46 quai de Bosc)de 18 h 45 à 20 heures grand entretien avec Eduardo Manet qui lira avec Moni Grégo un extrait d’une pièce de l’auteur.

 

Dimanche 13 octobre

Aux Halles de Sète, de 10 heures à 11 heures, « Autour du patrimoine culinaire sétois » rencontre avec Jean Brunelin.

 

À la médiathèque Mitterrand, on pourra écouter à partir de 10 h 30 :

Leïla Bahsaïn & Nathalie Yot ; Stéphane Malandrin & Marie Rouzin.

 

À 12 h 30, proclamation et remise des prix du Concours de nouvelles « Lettre à la mer » en présence de Michel Tudesq, directeur du Lycée de la mer Paul-Bousquet et président du jury.

 

« Ailleurs Meilleur » le nouveau roman jeunesse de Sophie Adriansen vient de paraître.

Les enfants n’échappent pas aux informations. Ils savent bien que des réfugiés – dont certains sont des « mineurs isolés » – arrivent en Europe. Mais qu’ont traversé ces jeunes avant de trouver refuge en France ? Et à quoi sont-ils confrontés une fois pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance (une assistance prévue par les Nations unies et formulée dans la Déclaration universelle des droits de l’homme) ?

L’image contient peut-être : texteAu travers du parcours du héros de son nouveau roman jeunesse, Alassane, un Ivoirien de 15 ans envoyé par ses parents au Burkina Faso à cause de la guerre civile en Côte d’Ivoire, Sophie Adriansen rend compte avec justesse des raisons qui poussent au départ. Des difficultés du périple aussi. On risque sa vie à fuir la misère ou la guerre ou encore les mariages forcés. Et une fois en France, les problèmes ne sont pas tous résolus, loin de là.

"Au fil des rencontres que fait Alassane, on découvre le 4 x4 des passeurs, ceux qui en tombent au hasard d’un cahot plus important que les autres sont abandonnés à une mort certaine dans le désert : « Le désert est une punition. » Heureusement, il y a Modeste qui fuit la guerre malienne, « Tout seul on va vite, mais à deux on va loin », et qui en sait un peu plus qu’Alassane sur le Maroc et le terrible mur avec ses trois « grilles » qui protège l’Europe. La France est encore loin. « Le pays des droits de l’homme, de Jacques Chirac et de la tour Eiffel. […] La France. Mon ailleurs meilleur », espère Alassane. Il y aura encore l’Espagne avec le Centre d’accueil temporaire pour immigrés, enfin, le départ en train pour Paris, puis pour Lorient. L’apprentissage de l’intégration, pas toujours évident !

Le périple d’Alassane aura duré un an, ce sera plus long pour d’autres, certains n’arriveront jamais, tués par des passeurs, noyés en Méditerranée, faits esclaves en Libye…"

Depuis une trentaine d’années qu’elle écrit, Sophie Adriansen s’appuie sur des témoignages, des rencontres, des souvenirs pour chacun de ses ouvrages. On sait le succès rencontré par « Max et les poissons » ou encore « Papa est en bas ». Ce nouveau roman (dès 10 ans indique l’éditeur) n’y fait pas exception. Voici ce qu’elle écrit à la fin de l’ouvrage : « Un samedi de mai 2015, dans une librairie bretonne, j’ai fait la connaissance de deux adolescents. Ils avaient lu mon roman « Max et les poissons » ; c’était le premier livre qu’ils lisaient en français. […]

L’un arrivait de Côte d’Ivoire, l’autre de République centrafricaine. Ils n’étaient pas encore des adultes, mais déjà plus des enfants. » Sophie Adriansen sait écouter. Comme elle sait construire un roman à partir de témoignages, en faire un livre à la fois poignant et attachant mais toujours dans le respect de ses jeunes lecteurs sans jamais tomber dans la mièvrerie ou la caricature.

« Ailleurs Meilleur » devrait être mis dans les mains de tous les enfants d’ici afin qu’ils comprennent que ces jeunes étrangers, ces migrants, ces déplacés, ces mineurs isolés – quel que soit le nom qu’on leur attribue – ne quittent jamais de gaité de cœur leur pays et leur famille.

« Ailleurs Meilleur », Sophie Adriansen, illustration T. Haugomat, éd. Nathan (dès 10 ans), septembre 2019

Michel Ange et le Saint-Christ d'Agde : "le" livre

MICHEL-ANGE SA SIGNATURE ET LE SAINT-CHRIST D’AGDE est l’œuvre d'une vie, celle de Jules Cruells Capèce Minutolo, un autodidacte passionné, au travail reconnu par l’un des plus grands (sinon le plus grand) experts de Michel-Ange, le professeur William E. Wallace. De l’Université Washington de Saint-Louis (USA). Engageant sa crédibilité, il n'a pas hésiter de préfacer le livre.


Jules Cruells Capèce Minutolo

Attribuer à un auteur une œuvre d’art demeurée anonyme n’est pas chose facile. Les erreurs du passé et les récentes polémiques expliquent que les experts en art font preuve de prudence avant de se prononcer sur l’attribution d’une œuvre historique non signée. Jules Cruells Capèce Minutolo a consacré plusieurs dizaines d’années à la recherche de l’auteur du Saint-Christ d’Agde, statue de bois du XVIème siècle. Au fil des années, il a accumulé les arguments en faveur de l’attribution de cette œuvre à Michel-Ange et il a aussi découvert la signature du grand artiste de la Renaissance sur ses statues reconnues et également sur le Saint-Christ d’Agde.
Le professeur William Wallace, un des plus grands spécialistes de Michel-Ange, l’a encouragé à publier le résultat de ses recherches. Animé par son amour pour cette sculpture qu’il côtoie depuis l’enfance, par sa volonté de transmission héritée de son métier d’enseignant et par son intime conviction, Jules Cruells Capèce Minutolo nous livre ici un faisceau d’indices et nous invite à le suivre dans une épopée artistique et historique qui se lit comme une enquête policière.

» Téléchargez ici le bulletin de souscription pour le livre exceptionnel.

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, a sorti un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.

L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.
L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.

Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promets étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon