Expos

L'Aberrante expose les femmes photographes

La toute nouvelle galerie du Crès, lieu d’exposition de la photographie, reprend ses activités par une soirée de projections de films documentaires le samedi 6 octobre 2018 dès 18h.
Après les nus de la plasticienne parisienne Vanda Spangler en avril dernier, les Brise lames de la photographe montpelliéraine Marie Havel en juin, l'Aberrante, qui a ouvert ses portes en mars 2018, propose des projections de documentaires avant le lancement de sa troisième exposition de femmes photographes en novembre prochain.

L'Aberrante mise sur l'originalité et les rencontres

Au Crès, ce nouvel espace de diffusion de la photographie fait déjà parler de lui depuis quelques mois. Chaque programmation à raison de 5 à 6 expositions par an est accompagnée d’événements, de rencontres avec les artistes, d'ateliers d’écriture, de projections de documentaires, de soirées-lectures. La galerie dans un esprit associatif se distingue déjà par l'atmosphère qu'on y trouve puisqu'on peut s'y asseoir et déguster un café ou un repas... un concept pensé par la Directrice artistique Valérie Vernhet.

Programme de la soirée du 6 octobre

19h15-20h15 : "Vanda Spengler... aura ta peau" d'Antoine Desrosières

21h00-22h15 : "Cerveaux mouillés d'orages" de Karine Lhémon

22h45 DJ Lili.

Ce sera aussi l'occasion de voir ou revoir des photos extraites de "Blocs de chair" de Vanda Spengler pendant la pause. 

Galerie Aberrante - 1bis rue du Faisan - à proximité de l'Agora et du Château d'Eau
Tram ligne 2 - arrêt Via Domitia au Crès.

Peintures de Garri.D

Exposition de Garri.D
 
A l'âge de 12 ans, elle découvre la peinture et peint ses premières toiles sur du papier à tapisser. Gauguin l'attire avec ses femmes de Tahiti sur la plage. Puis l'argile d'un champ proche de sa maison lui permet d'expérimenter quelques bustes d'hommes célèbres. Se côtoient alors Jacques Dutronc et le Général De Gaulle. Peinture sur soie et modelage : le pastel sera le déclencheur de sa quête artistique. Après l'acrylique, ses nouvelles vibrations sont l'huile sur toile, en épaisseur. La suite de son indéfectible engagement dans la recherche de soi au travers d'une nouvelle technique guidée par Joël Monnier, peintre sétois, qui lui permet de découvrir sa sensibilité picturale.
 
Du vend. 5 au vend. 12 octobre
Chapelle des Pénitents de Cournonterral
"Rétrospective"
Exposition des œuvres de la cournonterralaise Dany Garrido (peinture, modelage...)

Horaires d'ouverture
10h/12h - 14h/18h (week-end)
16h/18h (semaine)

Contact : 04 67 85 60 67
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les riches Journées Haroun Tazieff 2018 se poursuivent

Durant ce dernier trimestre 2018 seront organisées les plus importantes animations jamais réalisées dans la ville d’Agde sur le volcanisme.

Une exposition itinérante « des Volcans et des Hommes », dans quatre lieux différents, dont le vernissage aura lieu à la Maison des Jeunes et de la Culture d'Agde, rue Mirabeau, le vendredi 28 septembre à 18 heures, juste avant, au même endroit, la conférence de Frédéric Lavachery sur son père Haroun Tazieff : « Eléments de la biographie d’Haroun Tazieff », pour le 70e anniversaire de la première ascension aboutie d'un volcan en éruption en 1948 (une révolution pour les Sciences de la Terre).

Pionnier de l’exploration scientifique des volcans étudiés sous le bombardement des éruptions et de l’observation en direct de la création des plaques tectoniques par le volcanisme sous-marin, pionnier de la politique de prévention des risques naturels majeurs, Haroun Tazieff reste aussi connu que son œuvre est méconnue, y compris des spécialistes. Tout au long d’une conférence riche de souvenirs et d’anecdotes, Frédéric Lavachery abordera entre autres l’ascension en 1948 du Kituro (au Congo) en éruption : ce fut le déclic pour ce scientifique géologue, ingénieur des mines et agronome : il sera volcanologue. Il saura s’entourer de « chercheurs pointus » et conduira de nombreux travaux sur l’Etna, son «volcan-laboratoire » : il y démontrera, entre autres, que les gaz sont le moteur du volcanisme.

Les organisateurs se savent porteurs d’un devoir de mémoire car l’Histoire de la vulcanologie moderne ne pourra continuer à faire l’impasse d’une analyse détaillée des apports majeurs de ce pionnier à sa discipline. « Souhaitons que le cas Tazieff intègre demain l’histoire de la philosophie et de la science », Régis Debray.

Trois sorties sur le terrain complèteront ce calendrier :

-Samedi 6 octobre : balade naturaliste au Mont Saint Loup (botanique, archéologie et géologie) dans le cadre de la « Fête de la science ».

Rdv : 14h, rue de Luxembourg.

-Samedi 13 octobre : « Ces rues qui nous parlent… » ( histoire, archéologie et géologie dans le vieil Agde), dans le cadre de la « Fête de la Science ». Rdv : 14h, parking des halles, rue de la République.

-Mercredi 31 octobre : sortie géologique « Les volcans d’Agde : le Mont Saint Loup et la Grande Conque ».

Rdv : 9h, rue de Luxembourg (repas tiré des sacs).

Contacts : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

hLp://www.jht34.fr 0651431179 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 0685425386

Pour le centenaire de la fin de la guerre 14-18, une exposition à la mairie

 

Pour célébrer le centenaire de la fin de la première guerre mondiale, le comité du Souvenir Français Bessan-Nézignan l’Evêque présente une exposition sur son histoire dans l’ancienne salle du conseil de la mairie de Bessan, du vendredi 28 septembre au vendredi 26 octobre prochains, et le vernissage en aura lieu dès ce premier jour, à 17h, à la mairie, en présence des élus, des représentants du Souvenir Français, et de ceux du monde associatif.

Expo à découvrir librement dans l’ancienne salle du conseil municipal, aux heures d’ouverture des bureaux de l’hôtel de ville, soit de 8h30 à 12h et de 15h à 18h.

Cette exposition retrace cinq périodes : la naissance du Souvenir Français, les années Niessen, l’entre-deux-guerres et la seconde guerre mondiale, les trente glorieuses, et la fin du XXe siècle à nos jours. Présentée depuis des années à travers plusieurs villes de France, elle trouve son sens dans la transmission du devoir de mémoire aux jeunes générations, de leur transmettre progressivement le flambeau en leur inculquant, par le maintien du souvenir, le sens du devoir, l’amour de la Patrie et le respect de ses valeurs.

Les actions quotidiennes du Souvenir Français y sont rappelées comme l’inauguration de monuments, le rapatriement de soldats tués, l’entretien des sépultures et des monuments aux morts pour la France…

Remise des prix du 3e Concours MADLAB

vendredi 12 octobre, 19h00
Domaine Tarbouriech, Marseillan

Exposition 2018labaCapture

 

"Thau... dans 50 ans". Les artistes candidats illustrent leur vision, optimiste ou pessimiste, de l'impact des enjeux socio-économiques et environnementaux sur la vulnérabilité du littoral, un demain pas si lointain.

VISITE :

Du 28 septembre au 4 novembre
au Domaine Tarbouriech

Les vendredis hors vacances scolaires, 16h-20h
Tous les jours pour les clients du Domaine

Lors de votre visite, votez pour le Prix du Public.

MADLAB laboratoire arts et déchets
+33 647 143 647 | Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | www.madlab.fr
Chemin de domaines, 34340 Marseillan

 

Pierre Bendine-Boucar expose à la Chapelle

 
 

 

Le 21 septembre, l’exposition « F » de Bendine-Boucar a été inaugurée à la Chapelle du Quartier Haut, en présence du maire de Sète, François Commeinhes. Un parcours à travers les multiples représentations de Fantômas qui relève davantage du jeu de l’accumulation que d’une fascination pour le mal.

Depuis plusieurs années, Pierre Bendine-Boucar porte un regard précis sur le personnage de Fantômas, l’amenant à construire une collection d’ex-votos variés, consacrée à l’homme aux mille visages. Cette figure rebelle, arbore une apparence multiple, dont l’artiste rend compte en accumulant images, objets et peintures qui construisent une collection active, révélant les multiples métamorphoses du personnage.

Fantômas est devenu un personnage de fiction très populaire grâce à la trilogie de comédies policières réalisée par André Hunebelle dans les années 60, avec dans les rôles principaux Jean Marais, Louis de Funès et Mylène Demongeot. Ce qu’on sait moins, c’est que c’est aussi une figure adulée des surréalistes, et que de nombreux peintres se sont intéressés à ce mythe, après la parution du livre de Pierre Souvestre et Marcel Allain en 1910, et du film de Louis Feuillade en 1913. Notamment Magritte, Juan Gris, Yves Klein et, plus récemment, Jonathan Meese. Pierre Bendine-Boucar s’inscrit donc dans cette longue tradition.

 

Technique du pochoir, bombe aérographe, adhésif, collage, empreintes, gestes répétitifs et monotypes… l’artiste se plait à camper un Fantômas coloré et joyeux. « F », est un projet d’accumulation murale qui consacre le mythe dans une représentation incarnée et figurée de l’homme grimé.

Un prétexte à parler de l’autre.

 

François Commeinhes a rappelé la vocation de la Chapelle du Quartier Haut qui est de mettre en avant les talents de la région, qu’ils soient émergents ou confirmés avant de saluer le parcours de l’artiste, son œuvre et sa fidélité à sa région :

« On vous a connu jadis, ici à la Chapelle du Quartier Haut,  dépeignant un univers aussi coloré qu’irrévérencieux, jetant une voile résolument rock sur l’esthétique pop, jouant sur la confusion entre art et graphisme […] Pendant des années vous avez posé votre regard de créateur à Paris, Stockholm, Portland,  Abou Dhabi, sans jamais oublier votre territoire, notre Languedoc, muse de tant d’artistes, vivier de couleurs, source d’espace et puits d’inspiration, que l’on retrouve dans votre œuvre et qui fait votre force. C’est pourquoi, la Ville de Sète est fière de vous mettre à l’honneur avec cette formidable exposition, vous accueillant ainsi dans notre grande famille culturelle »

 

A voir jusqu’au 14 octobre -visite commentée par l’artiste le 14 octobre à 16h.

Pleins feux sur les collections PEINTURE ET POÉSIE

Les peintres vus par les poètes

30 juin – 4 novembre 2018

Cliquez ici pour télécharger le programme

La parole aux artistes et aux poètes

Chaque jour, à 16h, un événement est proposé aux visiteurs dans le cadre de la visite de l’exposition.

Artistes présents dans les collections, poètes ayant écrit à partir des œuvres, sont invités à venir parler d’une œuvre présentée dans l’exposition.

Ces rencontres/événements quotidiennes (au nombre de 127) sont incluses dans le parcours l’exposition.

PEINTURE ET POESIE. LES PEINTRES VUS PAR LES POETES

La nouvelle exposition événement du Musée Paul Valéry à Sète propose chaque jour à 16h une rencontre exceptionnelle avec un artiste ou un poète qui s'exprimera devant une oeuvre qu'il aura choisie.

 

 Jusqu’au 4 novembre 2018.

Exposition Mémoire de Soufre du photographe Stéphane Masson

FRONTIGNAN : exposition Mémoire de Soufre du photographe Stéphane Masson sur la démolition des Pielles.

En 1989, l’usine de soufre fermait brutalement ses portes. En 2009, sa grande cheminée disparaissait du paysage du Frontignan. Entre les deux et durant 20 ans, la friche industrielle fut un lieu de rendez-vous important et un spot reconnu dans toute l’Europe pour les graffeurs et les artistes de rue.

Sur commande de la Ville de Frontignan la Peyrade, avant que le site n’accueille l’écoquartier des Pielles et la médiathèque Montaigne, le photographe Stéphane Masson a immortalisé cette mémoire street art.

Médiathèque Montaigne, place du Contr’un
  Samedi 15 septembre de 9h à 13h | Exposition visible jusqu’au 29 septembre

Ce qui nous lie

 Jeudi 4 octobre 2018  18 h 30

Maison de l'Image Documentaire 17 rue Lacan, 34200 Sète

L’image contient peut-être : texte