Expos

Le vernissage de l’expo ouverte au siège de la Mirondela

Le siège de la Mirondela, 6 rue du Four de la Ville à Pézenas, accueille jusqu'au 30 juillet (*) les oeuvres d'Annie Oliver, Jihel et Loux, artistes régionaux de talent. Les deux premiers exposent leurs sculptures en grès cuisson Raku, et Loux offre au regard du visiteur ses peintures abstraites et lumineuses.

Le vernissage a réuni une cinquantaine d'invités, amis, amateurs d'art en présence de Christian Sempéré, président de La Mirondela, ravi de la qualité de l'exposition et heureux de rappeler la soirée du samedi 21 juillet, à 21h30 au théâtre de verdure avec les ballets du Capitole de Toulouse. Richesse et variété des loisirs offerts aux piscénois, leurs voisins et les touristes, tels sont les credos de la Mirondela dels Arts .

(*) Ouverture tous les jours de 17h à 20h, le mercredi et le vendredi en nocturne de 18h à 22h, et le samedi de 10h à12h et 17h à 20h.

L'expo « Bleus visages » inaugurée

Mercredi 18 juillet, l'exposition «Bleus visages» du photographe Julien Boudet a été inaugurée en deux temps et deux lieux. D'abord place Aristide-briand où 70 grands tirages noirs et blancs ont été accrochés sur les grilles de protection des tilleuls, et un peu plus tard dans la soirée, à la Chapelle du Quartier Haut. Une double exposition (et un livre éponyme enrichi de textes de Jean-Louis Cianni), qui décline en tout une centaine de portraits de Sétois, connus ou non, et de lieux singuliers saisis au vol de l'inspiration. Ces clichés disent l'attachement de l'enfant de l'Île de Thau à sa ville natale. Cette ville, il l'a quittée il y a 10 ans pour tenter sa chance à New-York et cette chance lui a souri puisqu'il est devenu un photographe de mode connu et reconnu. Depuis 10 ans, il vient chaque année se ressourcer à Sète. C'est en 2014 qu'il a commencé cette galerie de portraits saisissants, qui traduit avec force l'âme de Sète. François Commeinhes ne s'y est pas trompé: « A travers cette série photographique, vous nous embarquez dans l'Histoire et dans des histoires individuelles en posant votre regard sur les décors et les habitants qui font la ville, qui sont la ville. Dans « Bleus Visages », le noir et blanc révèle l'humanité de chacun […] Après avoir vogué entre évocations parisiennes et expériences new-yorkaises, cette escale à Sète raisonne avec force et sentiments. C'est une véritable plongée en noir et blanc dans Sète que vous nous proposez, un album de famille qui nous parle, nous touche et nous ressemble. Soyez ici remerciés pour ce bel hommage rendu à Sète et aux Sétois ». L'exposition est visible jusqu'à la fin août sur l'esplanade et jusqu'au 29 juillet à la Chapelle du Quartier haut.

Exposition des ACO

 

Les Artistes Contemporains d’Occitanie exposent à l’espace Emile Massal du vendredi 20 au dimanche 29 juillet, l’exposition est ouverte tous les jours de 10H30 à 12H30 et de 15H à 19H.

Venez découvrir les dernières créations des artistes qui exposent :

Les sculptures de Geneviève Courrège et Rémi Duguet, Les peintures de Muriel Boutonnier Bousquet (MUBB), Sonia Boyer, Marie Hélène Clayeux (MARLENE), Denise Corsini, Françoise Couvrat (Frany), Patricia Daluz et Sophie Fayart (YSATIS) qui est pastelliste.

Un hommage est rendu à Didier Albo, quelques-unes de ses toiles occupent la place d’honneur.

Vernissage vendredi 20 juillet à 18H

 

Expo : La Nef de Saint-Roch photographiée

Une nef longue de 200 mètres, faite de panneaux en fibre de verre qui laissent passer la lumière depuis la hauteur de ses 12 mètres au faîtage, c'est l'œuvre de l'architecte Jean-Marie Duthilleul érigée en 2014 à Montpellier.

L'artiste photographe montpelliéraine Nel Clot a suivi les avancées des travaux de la gare Saint-Roch pendant deux ans. Elle présente un ensemble de photographies réalisées pendant la transformation de la gare Saint-Roch.
Résultat, entre ossatures métalliques et draperies que constituent les filets qui enveloppent les hommes en lévitation, abstraction et théâtralité semblent dématérialiser les éléments en présence.

Du 20 juillet au 2 septembre 2018
Horaires d'ouverture : du mercredi au samedi de 17h à 21h.

Vernissage le vendredi 20 juillet à 18h

Espace d'exposition géré par Mécènes du sud Montpellier-Sète
13 rue des Balances (quartier Saint-Guilhem-Ledru Rollin) à Montpellier

Au Crac, Mademoiselle à partir du 20 juillet

Exposition du 21 juillet 2018 au 6 janvier 2019

Vernissage : vendredi 20 juillet 2018 à 18h30

MADEMOISELLE est une exposition collective qui rassemble une nouvelle génération de femmes artistes internationales, explorant les enjeux (et les paradoxes) liés à la féminité contemporaine, à travers un large éventail de médiums et de sujets.

Faisant référence à l’interdiction récente du titre « Mademoiselle », et s’inspirant de l’actuel intérêt pour les droits des femmes

— connu sous le nom de phénomène «  #MeToo » —

l’exposition entend montrer l’héritage, l’évolution et la diversification des stratégies et des théories féministes.

C’est avec un certain dédain (naïf ou non) pour les conventions et les tabous, que ces artistes exposent la convergence de diverses histoires féministes avec d’autres aspects de la politique identitaire et de la critique sociale, allant au-delà d’un récit féministe unique, pointant ainsi les obstacles qui se dressent devant l’émancipation féminine.Elles explorent la violence, les clichés de la béatitude domestique, la maternité, les relations sociales et personnelles, les droits collectifs, la quête de l’autonomie individuelle par l’hédonisme et le narcissisme, la visibilité médiatique et la sexualisation générale de la culture. Elles travaillent sur les modèles omniprésents de la « jeunitude » et de la « féminitude » - incarnés par le concept de la Jeune-Fille, emblèmes de la société de consommation et régulateurs de l’intégration et du succès.

Ces interrogations se formulent dans une sensibilité générale teintée d’humour, qui semble non seulement fournir une certaine distance critique pour évaluer les gains et les pertes du féminisme, mais constitue également une stratégie gagnante pour négocier de nouveaux possibles du féminisme, pratiques comme théoriques.

 

Commissaire de l'exposition : Tara LONDI

Ackroyd Rebecca Argimon Bianca Buckman Zoe Chisa Anetta Mona & Tkáčová Lucia Colbert Charlotte Curnier-Jardin Pauline Cwynar Sara Dengler Verena Dothan Leni Douglas Eliza Echard Mimosa Georgieva Gery Hempton Celia Husky Suzanne Jaune Oda Jones Jesse Keith Roach Clementine Khatibi Sanam Londi Romana Madani Tala Mahmoud Nevine Muholi Zanele Peake Florence Perret Mai-Thu Prouvost Laure Rottenberg Mika Rovner Lisa Sahal Elsa Self Tschabalala Sokol Apolonia Turn und Taxis Maria Uddenberg Anna Vega Ana Wellmann Ambera Williams Zoe Wynter Liv

Des Artistes bessanais exposent à Pézenas

 

Du 16 au 30 juillet, au siège de la Mirondela Dels Arts, 6 rue Four de la Ville à Pézenas, Annie Oliver et Jihel, de retour du Festival international d'Art en Tunisie, exposent leurs créations : statues, sculptures en grès, cuissons raku. Ils partagent les lieux avec Loux, peintre abstrait aux touches délicates et lumineuses.

A partir de juillet, le siège de la Mirondela accueille successivement, chaque fois pour une quinzaine de jours, des artistes locaux renommés en peinture ou sculpture. Dans l’ordre : Guy Brodat, Annie Oliver, Jean-Louis Jullien et Loux, Clément Batut, Marie Noëlle Lapouge, Geneviève Courrège.

L’hôtel des Barons de Lacoste héberge durant la saison estivale de belles expositions variées par le style, l’origine des artistes sélectionnés parmi tant d’autres : en juillet la peintre et sculpteure japonaise, Nao Kaneko, de renommée internationale ; en août Bernard Denis avec ses peintures et ses sculptures ; en septembre, Raymond Attanasio et ses œuvres picturales.

Musée Paul Valéry : les peintres vus par les poètes

30 juin – 4 novembre 2018

ptptpt

Mémoires de Pierre jusqu'au 5 août, à ne pas rater

Muriel Désambrois, artiste plasticienne, licenciée en histoire de l'Art,  a connu Montbazin grâce à une amie il y a quelques temps et elle a tout de suite été séduite par la chapelle Saint Pierre et sa fresque qui se trouve dans son choeur, peinte au bas de la voûte centrale.

fleuP1090342.

Souvent inspirées des peintres de la Renaissance italienne, ses œuvres intemporelles nous présentent l’être humain tel un éphémère et éternel passant de ce monde. Des êtres mi charnels mi spirituels paraissent comme suspendus entre deux mondes, pris dans les fils du temps et le tourbillon incessant de la naissance, la vie et la mort, la fragilité et la fugacité de la vie qui ne tient en fin de compte qu’à un fil…

Ses œuvres, porteuses de traces d’existences passées nous font pénétrer dans un univers étrange, fascinant et troublant… Un univers souvent présenté en symbiose avec des voix, lyriques et cristallines avec des anges aussi.

A Montbazin Muriel a voulu être en symbiose avec la pierre, parler du temps et du passé grâce à ses réalisations dont certaines sont le fruit d'une approche des personnages de la fresque historique.

Pour Muriel, cela symbolise le passage du temps, une certaine approche de la vie, de la mort, grâce à de nombreux monotypes récents et d'autres plus grands réalisés bien avant.

Pour l'artiste c'est donc, Une quête perpétuelle de grandeur et de beauté, qui est en même temps une quête spirituelle.

L’artiste s’efforce inlassablement et inexorablement  d’atteindre cet élément d’éternité qui donnera toute sa force à son œuvre.

fleuP1090332

Désir incessant d’aller toujours plus loin, toujours plus haut, de créer en quelque sorte un lien avec le divin.

 Ses oeuvres se situent donc entre terre et ciel, entre visible et invisible.

Puisant  plus ou moins consciemment dans cette parcelle de souvenir qui lui a été laissée et qui est sa source d’inspiration, comprenant parfois longtemps après le sens profond de ce qu’elle a créé, et qui s’avère souvent  infiniment plus riche que dans l’intention originale, avec une technique particulière, à base de tampons,  tout en finesse, elle réalise donc ces monotypes sur papier. Elle effectue elle-même la gravure avec deux tirages en général et en plusieurs parties ce qui demandera un assemblage très préci. Si au début elle travaillait sur des toiles elle exposes ses réalisations sur de grands panneaux en bois.

fleuP1090337

Comme le précisaient l'élue déléguée à la culture Mme Martinez, et Laure Tondon, maire de Montbazin, ces oeuvres très fines sont magnifiques et donnent l'impression d'être intégrées à la chapelle. Félicitations.

Exposition jusqu'au 5 août du jeudi au dimanche, de 15 h 30 à 18 h 30

Chapelle Saint Pierre de Montbazin. Renseignements à la Mairie.

 

Avec l'APAVH, Nénette la douce est à l'adoption

benaIMG_1310Après avoir eu quatre ans d'une vie de misère, à l'attache, prés d'une décharge, Nénette a passé trois années dans un refuge où elle a pu apprécier la liberté, les câlins, les balades et l'amour des bénévoles. "Pendant toutes ces années Nénette n'a jamais intéressé personne, trop discrète, trop ronde, trop poilue... Pourtant notre adorable griffonne a tous les qualités que l'on peut attendre d'un chien. Elle est douce, affectueuse, câline, bon trés gourmande aussi alors un petit régime sera le bienvenu! Nénette aime se promener, elle n'est pas la dernière quand elle voit la longe... Nénette est aussi sociable avec les autres chiens, surtout si on la laisse tranquille et faire les choses à son rythme."Elle un coeur rempli d'amour d'ailleurs vous savez ce que l'on dit des griffons...ce sont des "coeurs avec des poils autour". Et c'est vrai que sous son air un chouia hirsute, c'est la douceur et la gentillesse même. Elle s'entend aussi très bien avec ses congénères, même si quelquefois c'est un peu "à la tête du client"! Nénette est une chienne tranquille, un vrai chien de famille..."

» associations