Pêche

SMBT : le bilan d'Ora maritima 2e assises du territoire de Thau

Le grand rendez-vous des acteurs du territoire

Une centaine de participants aux ateliers et tables rondes, 17 bassins conchylicoles et de pêche en visite sur le territoire, près de 600 participants aux animations grand public et plus de 300 participants au temps fort Thau de bouche à oreille sur la place des Tonneliers à Mèze, cette année encore Ora maritima – assises du territoire de Thau confirme sa place de grand rendez-vous de tous les acteurs du territoire.

Cette édition spéciale pêche et cultures marines était organisée par le Syndicat mixte du bassin de Thau avec le soutien financier de l’Europe, de la Région Occitanie, du Département et l’appui des organisations professionnelles et des villes de Sète et Mèze.

www.oramaritima.fr Retour en images

J
e souhaite donner mon avis sur l'événement 

Une centaine de participants aux ateliers et tables-rondes

délégation oramaritima

Vendredi 29 septembre, à Sète, professionnels, élus, scientifiques et partenaires se sont retrouvés au théâtre de la Mer pour échanger sur la place occupée par les activités pêche et cultures marines au cœur des territoires. Comment ceux-ci valorisent ces filières et leurs métiers ? Comment susciter des vocations ? Quelles mesures pour la gestion environnementale autour des bassins de production ? Ces questions ont fait l’objet de riches échanges dont les comptes-rendu sont disponibles sur www.oramaritima.fr.

17 bassins conchylicoles et de pêche
en délégation sur Thau


Boulogne, Brest, Saint-Brieuc, Saint-Raphaël, Arcachon, Marennes-Oléron, La Rochelle… Une trentaine de représentants des filières pêche et cultures marines a fait le déplacement à l’occasion d’Ora maritima. Toutes les régions de production étaient représentées : Hauts de France, Bretagne, Normandie, Nouvelle Aquitaine, PACA, Occitanie. Ces délégations ont profité d'une journée de visites et de rencontres le jeudi 28 septembre en présence du président du Syndicat mixte du bassin de Thau Yves Michel et de François Commeinhes, Sénateur maire de Sète et vice-président. Forts de leur participation aux ateliers et tables rondes du lendemain, ces représentants ont tous salué la qualité des échanges et de la manifestation.

 

Près de 600 participants aux visites et animations grand public


Promenades en bateau, visites de navires de pêche, ateliers, conférences, expositions… Plus de 20 animations gratuites étaient proposées pour permettre au public de découvrir ou redécouvrir les produits et métiers de la pêche et des cultures.

 

Plus de 300 personnes
au temps fort : Thau,
de bouche-à-oreille


Dégustations de recettes de chef, atelier ramendage des filets, maquettes de bateau, présentation des métiers de la mer… Thau de bouche à oreille a réuni un public nombreux et enthousiaste samedi 30 septembre sur la place des Tonneliers à Mèze autour de la promotion des produits et des métiers de la Mer.

Ora maritima  confirme sa place de grand rendez-vous des acteurs du territoire

Une centaine de participants aux ateliers et tables rondes, 17 bassins conchylicoles et de pêche en visite sur le territoire, près de 600 participants aux animations grand public et plus de 300 participants au temps fort Thau de bouche à oreille sur la place des Tonneliers à Mèze, cette année encore Ora maritima – assises du territoire de Thau confirme sa place de grand rendez-vous de tous les acteurs du territoire.orabnCapture

Cette édition spéciale pêche et cultures marines était organisée par le Syndicat mixte du bassin de Thau avec le soutien financier de l’Europe, de la Région Occitanie, du Département et l’appui des organisations professionnelles et des villes de Sète et Mèze.

Découvrir ou redécouvrir les métiers de la pêche et des cultures marines, souligner la place qu’ils occupent dans les territoires, déguster les produits issus de ces activités traditionnelles, rappeler la contribution de ces filières dans la protection des milieux…

Pour sa 2e édition, Ora maritima, assises du territoire de Thau a mis les activités halieutiques et conchylicoles à l’honneur.

Arrivés jeudi 28 septembre sur le territoire, les représentants des autres bassins conchylicoles et de pêche ont participé à une journée de visites clôturée à l’hôtel Port Marine à Sète en présence d’Yves Michel, président du Syndicat mixte du bassin de Thau, vice-président de Sète agglopôle Méditerranée et maire de Marseillan et François Commeinhes, Sénateur maire de Sète, président de Sète agglopôle Méditerranée et vice-président du SMBT. Boulogne, Brest, Saint-Brieuc, Saint-Raphaël, Arcachon, Marennes-Oléron, La Rochelle…

Une trentaine de représentants des filières pêche et cultures marines avait fait le déplacement à l’occasion d’Ora maritima. Toutes les régions de production étaient représentées : Hauts de France, Bretagne, Normandie, Nouvelle Aquitaine, PACA, Occitanie.

 Vendredi 29 septembre, à Sète, professionnels, élus, scientifiques, partenaires se sont retrouvés au théâtre de la Mer pour échanger sur la place occupée par les activités pêche et cultures marines au cœur des territoires.

Comment ceux-ci sont valorisées ces filières et leurs métiers ?
Comment susciter des vocations ?
Quelles mesures pour la gestion environnementale autour des bassins de production ?
Ces questions ont fait l’objet de nombreux échanges entre les différents acteurs présents.
Le compte-rendu sera bientôt disponible sur le site d'ora maritima.

 PRES DE 600 PARTICIPANTS AUX ANIMATIONS GRAND PUBLIC

Thau de bouche à oreille a conquis son public

Promenades en bateau, visites de navires de pêche, ateliers, conférences, expositions… Plus de 20 animations gratuites étaient proposées pour permettre au public de découvrir ou redécouvrir les produits et métiers de la pêche et des cultures.

orabnCapture

Inaugurée par Yves Michel, président du Syndicat mixte du bassin de Thau en présence du maire de Mèze Henri Fricou, du Sénateur Maire François Commeinhes, d’André Lubrano, vice-président de la Région Occitanie, de Philippe Ortin, président du Comité national et régional de conchyliculture, le temps fort d’Ora maritima, Thau, de bouche à oreille a réuni plus de 300 personnes autour de la valorisation des produits et des métiers de la pêche et des cultures marines.

Le chef étoilé Lionel Giraud du restaurant la table de Saint-Crescent était présent au rendez-vous pour présenter sa recette de Ventre de thon et encourager les jeunes du lycée Charles de Gaulle chargés de confectionner les plats.

  Dégustations de recettes de chef, atelier ramendage des filets, maquettes de bateau, présentation des métiers de la mer… Thau de bouche à oreille a réuni un public nombreux et enthousiaste samedi 30 septembre sur la place des Tonneliers à Mèze. Une belle réussite.

Lancé en avril par le Syndicat mixte du bassin de Thau en partenariat avec le Crédit maritime pour susciter des vocations pour les métiers de la Mer auprès du grand public, le concours vidéo Cap maritima a recueilli de très belles vidéos.

Le 1er prix décerné par Yves Michel est attribué à François Cadot et Rudy Stephan du lycée de la Mer Paul Bousquet à Sète pour leur vidéo « La pêche à la battue avec Robert Rumeau ».

Le 2e prix décerné par Bruno Liguori président du Crédit maritime est attribué à Lynn Larousse pour sa vidéo « Découverte de la pêche à la nasse ».

Le 3e prix décerné par Philippe Ortin, président du Comité régional et national de conchyliculture est attribué à Aline Brossin, Guillaume Brit, Jules Danto, Philippe Ahier et Pierre Calvy, tous étudiants à Agrocampus Ouest pour leur vidéo « De la pêche à la consommation des produits halieutiques ».

 Ora maritima est organisé par le Syndicat mixte du bassin de Thau.

oraDSC_0025 (7)

Ces assises sont un espace de réflexion, de partage et d’échanges auquel tous les acteurs y compris la société civile sont associés. Cette édition est spécialement dédiée à la pêche et aux cultures marines dans le cadre de l’animation du programme DLAL FEAMP (fonds européens pour les affaires maritimes et la pêche) Thau et sa bande côtière. Elle est organisée avec le soutien de l’Europe, de la Région, du Département, du Comité régional conchylicole de Méditerranée, du Comité régional des pêches et la participation de nombreux partenaires dont les Villes de Sète et de Mèze.

Plus d’infos sur http://oramaritima.fr/

Ora Maritima 2017 spécial "pêche et les cultures marines"

Avant les Assises nationales de la Pêche et des Produits de la Mer qui se déroulera à Sète en  2018 ce vendredi 29 septembre se déroulait la 1ère journée de l' édition spéciale d’Ora maritima pour mettre en valeur la place qu’occupent les activités traditionnelles de pêche et de conchyliculture au cœur des territoires.

Il faut savoir que ces assises sont un espace de réflexion, de partage et d’échanges auquel tous les acteurs y compris la société civile sont associés. Cette édition est spécialement dédiée à la pêche et aux cultures marines dans le cadre de l’animation du programme DLAL FEAMP (fonds européens pour les affaires maritimes et la pêche) Thau et sa bande côtière. Elle est donc organisée avec le soutien de l’Europe, de la Région, du Département, du Comité régional conchylicole de Méditerranée, du Comité régional des pêches et la participation de nombreux partenaires dont les Villes de Sète et de Mèze. Plus d’infos sur http://oramaritima.fr/

Avant un samedi dédié aux animations avec des Portes ouvertes, ateliers pour enfants, conférences, visites de mas conchylicoles, promenades en bateau, expositions, avec la participation de nombreuses structures et sur la place des Tonneliers à Mèze le temps fort de cette manifestation « Thau, de bouche à oreille » le vendredi était plus dirigé vers la réflexion.

oraDSC_0025 (7)

Au programme : des ateliers et tables rondes avec la participation d’autres bassins conchylicoles et de pêche du littoral français métropolitain pour approcher et essayer de répondre à 4 questions dès le matin, des sujets repris en public lors de tables rondes l'après-midi, avec la participation de plusieurs intervenants représentant différentes structures, du monde de la pêche à celui des Arts.

Quelle place occupent les activités pêche et cultures marines au cœur des territoires ? Comment ceux-ci valorisent ces filières et leurs métiers ? Comment susciter des vocations ? Quelles mesures pour la gestion environnementale autour des bassins de production ?

Avant que les tables rondes ne débutent, retour sur les ateliers du matin où il a été mis en évidence le fait de devoir susciter des vocations et d'assurer aussi des formations.

La mobilisation des acteurs doit permettre à l'aide d'outils d'accompagnement de progresser car pour l'instant manque de lisibilité des projets et besoin de structurer l'ensemble.

Côté gestion environnementale, la mise en commun des observations et des données est prioritaire pour travailler rapidement sur les problèmes et un travail commun avec des Japonais qui rencontrent des problèmes similaires est envisageable. Il est donc nécessaire que les données soient synthétisées et communiquées pour mieux agir.

Enfin, en communiquant sur les produits, avec des professionnels qui devront se fédérer et s'impliquer, en multipliant les démarches, la richesse collective que constituent les milieux marins sera mieux protéger.

oraDSC_0018 (10)

Yves Michel, Président du Syndicat Mixte du Bassin de Thau, pouvait présenter au public les deux journée de cette édition d'Ora Maritima en associant tous les partenaires et les participants à ses remerciements : "C'est un événement au pluriel avec au-delà du côté environnemental le fait de maintenir et de créer de l'emploi. Des défis ont été lancés avec le DLAL et le FEAMP, avec une stratégie jusqu'en 2020, la 1ère maille du filet."

Les tables rondes pouvaient débuter avec tout d'abord l'approche de la mise en place des filières au coeur du territoire par plusieurs spécialistes avec particulièrement les GALPA (au niveau européen) :

Les groupes d'action locale élaborent et appliquent les stratégies de développement local mené par les acteurs locaux. Ils ont notamment pour tâches  :

• de renforcer la capacité des acteurs locaux à élaborer et à mettre en œuvre des opérations, y compris en stimulant leurs capacités de gestion des projets,
• d'élaborer une procédure de sélection transparente et non discriminatoire avec des critères objectifs de sélection des opérations qui préviennent les conflits d'intérêts, garantissent qu'au moins 50 % des vo ix à exprimer lors du vote sur des décisions de sélection n proviennent de partenaires qui ne sont pas des autorités publiques et autorisent la sélection par procédure écrite,
• d'assurer, lors de la sélection des opérations, la cohérence entre celles-ci et la stratégie de développement local mené par les acteurs locaux en classant les opérations en fonction de leur contribution à la réalisation des objectifs et valeurs cibles de la dite stratégie,
• de suivre l'application de la stratégie de développement local mené par les acteurs locaux et des opérations soutenues et d'évaluer spécifiquement la dite stratégie.

Même s'il faudra du temps et de l'énergie, cela correspond à une volonté de travailler en commun dans une politique environnementale.

oraDSC_0014 (10)

Avec l'arrivée de Philippe Ortin, président du Comité national de la conchyliculture (CNC) puis plus tard; celle annoncée de François Commeinhes, Président de Sète Agglopôle Méditerranée et vice-président du SMBT, pour conclure, la seconde table ronde allait se recentrer sur un autre sujet ou comment les territoires valorisent ces filières et leurs métiers ?

Un exemple avec Aline Delamare, animatrice du GALPA Bassin d’Arcachon, Val de l’Eyre qui présentait la Marque territoriale « Bassin d’Arcachon » qui est au coeur de la politique d’attractivité du territoire

Yves Michel abordait le sujet de l'aménagement du territoire qui doit être au service de l’environnement et des activités, puis Stéphane Roumeau, ingénieur eau et risques au Syndicat mixte du bassin de Thau Environnement présentait la lagune de Thau qui est sous monitoring permanent tandis que Fabrice Pernet, chercheur à Ifremer Brest, Laboratoire Physiologie des Invertébrés allait donner des informations sur les pratiques culturales et facteurs de risque épidémiologique en ostréiculture.

Créer des synergies entre les activités traditionnelles de pêche et de conchyliculture, et le territoire semblent être une base pour assurer une évolution positive en apprenant à se projeter en s'engagent avec énergie et volonté, mais surtout en étant conscient qu'il faut du temps pour obtenir des résultats tout en gérant solidairement et durablement, et en pensant aux générations futures. 

Assises Nationales de la Pêche 2017

« Valdora », primé coup de coeur de l’innovation.

La daurade est un produit typique de la pêche des petits métiers d’Occitanie, notamment en lagune. Elle est exploitée essentiellement de mars à octobre. En effet, à l’arrivée de l’automne, elles quittent en masse les lagunes pour retourner en mer.
Cette dévalaison entraine une offre importante et un effondrement des prix, autour de 4€/kg en halle à marée. Le produit n’est ensuite quasiment plus disponible jusqu’en mars.
L’engin de pêche traditionnel utilisé dans nos lagunes est la capéchade, c'est-à-dire un ensemble de verveux qui permettent de capturer le poisson vivant. Le souhait d’un groupe de professionnels de l’étang de Thau, et auxquels le Cépralmar a apporté son soutien, a été de conserver une partie de cette production en bassins pour la commercialiser fin décembre.
Un premier essai fin 2016 a été très positif avec la survie du petit cheptel transféré. L’objectif est actuellement de lever les freins techniques afin de passer à une échelle professionnelle. Nous devons donc adapter l’engin de pêche avec l’ajout d’une cage qui permet de transférer la production sur un bord à quai et tester la nécessité de nourrir ou non les individus sachant qu’en dessous de 13°C, elles arrêtent naturellement de s’alimenter.

Les premières réponses devraient arriver en fin d’année. Si une phase de nourrissage (crabes et moules) s’avèrent nécessaire, il conviendra de travailler sur le statut de ce poisson afin qu’il ne soit pas considéré comme un « simple » poisson d’aquaculture.
Ce projet est un peu l’invention d’un nouveau métier à l’interface entre pêche et aquaculture. Ce que nous sommes en train de faire sur la daurade devrait pouvoir être fait à terme sur d’autres espèces. L’ambition est de permettre aux pêcheurs professionnels de mieux valoriser leur production.

Sète accueillera les Assises nationales de la Pêche et des Produits de la Mer

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a été retenue pour organiser l'édition 2018 des Assises nationales de la Pêche et des Produits de la Mer (APPM), à Sète en juin prochain. Devenues le rendez-vous annuel et majeur des professionnels du secteur depuis 2010, c'est la première fois qu'elles se dérouleront sur le littoral méditerranéen.

Afficher l'image d'origine
L'annonce a été faite cet après-midi au cours de l'édition 2017 qui se tient actuellement à Quimper. Chaque année, les APPM réunissent l'ensemble des acteurs de la filière pêche (pêcheurs, mareyeurs, transformateurs, chercheurs...) qui se retrouvent afin d'aborder ensemble les enjeux et les problématiques actuelles de la filière, partager leurs expériences et apporter leur vision de l'avenir.

« Avec 220 km de rivages, le parc naturel marin du Golfe du lion (4 000 km²), 20 stations balnéaires, 70 ports de plaisance, 3 ports de commerce et 4 criées, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est résolument tournée vers la mer. Dans cet écosystème, les activités de pêche et d'aquaculture y jouent un rôle majeur et leader en Méditerranée.
Je me réjouis donc que notre candidature à l'organisation des Assises de la Pêche et des Produits de la Mer ait été retenue. Après Paris, Lorient, Boulogne-sur-Mer, les Sables d'Olonne et Quimper, nous aurons le plaisir d'accueillir l'édition 2018 à Sète les14 et 15 juin. Je rencontrerai le Comité régional des pêches le 17 novembre à Port-la-Nouvelle et donnerai des premières informations sur la tenue de ces Assises nationales. » a souligné Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

Lors de ces assises à Quimper, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a reçu le prix coup de cœur innovation, dans la catégorie Concepts & Restauration, pour le projet Valdora.
André Lubrano, Conseiller régional et Président du Cépralmar (Centre d'étude pour la promotion des activités lagunaires et maritimes), a détaillé cette innovation devant plus de 600 participants : « A l'initiative de 3 pêcheurs locaux et soutenu par le Cépralmar, nous proposons une opération de mise en viviers de daurades sauvages de l'étang de Thau au mois d'octobre quand celles-ci rejoignent la mer. Cela va permettre de lutter contre l'effondrement des prix en élargissant la période de vente et offrira ainsi aux pêcheurs professionnels la possibilité de mieux valoriser leurs prises ».

Ora maritima : un riche programme pour le grand public

 A l’occasion d’Ora maritima, 2e assises de Thau organisé par le Syndicat mixte du bassin de Thau, de nombreuses structures du territoire ouvrent leurs portes.

Plus de 20 animations gratuites pour découvrir ou redécouvrir les produits et métiers de la pêche et des cultures marines sont proposées samedi 30 septembre toute la journée dans les communes du bassin de Thau.

L’occasion de découvrir de façon ludique la richesse des métiers, des produits, des techniques de ces secteurs d’activité. 

PROGRAMMEbassdef-jpeg1_Page_2

Par exemple :

Rencontre avec une femme patron pêcheur

Découverte d’un mas conchylicole Le bateau de pêche 100% made in Thau

CONFERENCES

Cette, ses huîtres et ses moules La pêcherie du thon rouge L’huître à l’époque romaine

EXPOSITIONS

La protection du littoral dans les yeux des artistes Des prairies sous la mer La vie sous-marine d’un port

VISITES

Le phare du môle Saint-Louis

Découverte d’un thonier

Bienvenue à bord d’un chalutier

Le musée de l’étang de Thau

ACTIVITES

1000 et une façons de déguster une huître (COMPLET )

Atelier céramique Les mains dans l’argile

À la découverte des herbiers de Thau

PROMENADE À la découverte des Sirènes de Thau

 Temps fort : Thau, de bouche-à-oreille

Le samedi 30 septembre de 11h à 15h, Place des tonneliers à Mèze

Recettes de chefs cuisiniers, dégustation, assiettes gourmandes des producteurs locaux, découverte des métiers de la mer, rencontres, intermèdes musicaux…

Et de nombreuses animations : atelier ramendage des fi ets, initiation au collage et écaillage des huîtres, maquette de bateaux de pêche… Événement gratuit-

Ouvert à tous : http://oramaritima.fr/

Inscriptions sur www.oramaritima.fr

Un prix pour le projet innovant Valdora

Le projet VALDORA (Valorisation de la dorade de pêche de sortie d'étang), inscrit au DLAL Bassin de Thau -programme d'actions sur Thau- et financé par la communauté d'agglomération, a reçu le prix « coup de coeur de l'innovation » aux Assises de la pêche et des produits de la mer qui se sont tenues les 21 et 22 septembre à Quimper.

Ce projet est une initiative de 3 pêcheurs, Denis Talano, Kevin Henri, Robert Rumeau. Il est porté par le CEPRALMAR, association œuvrant dans les études et la promotion des activités lagunaires et maritimes en région. Il a pour objectif de renforcer le prix de vente de ce produit en conservant une partie des dorades vivantes quelques mois, afin de proposer un produit de qualité à une période où il n'est pas disponible aujourd'hui.

Il permettrait ainsi aux professionnels de renforcer le bénéfice de leur travail sans augmenter l'effort de pêche. En effet, bien que la dorade soit un produit phare des pêcheries lagunaires, notamment sur l'étang de Thau, les prix chutent très fortement (3-5€ en halle à marée), lors de leur sortie de l'étang à l'automne.

La demande de financement porte d'une part :

 - sur la mise au point l'engin de pêche pour conserver et transférer dans des bassins à terre les dorades, et ce en vue de déposer une demande de modification réglementaire des engins par les organisations professionnelles concernées ;

- sur le suivi du cheptel pour 2 gammes de taille et dans 2 conditions d'élevage différentes (sans nourriture ou nourri avec des produits de l'étang) ;

- et d'autre part, sur un travail réglementaire permettant de s'assurer du statut des dorades mises en bassin (aquaculture ou pêche) et des conséquences sur la structure à terre ;

- adossée à une étude économique pour estimer la rentabilité espérée d'une telle structure. A ce stade du projet, la création d'une structure commerciale est envisagée par les professionnels engagés dans le projet.

Si les résultats sont à la hauteur, c'est un volume conséquent de dorades qui pourrait être mieux valorisées.

Le montant global d'investissement de ce projet s'élève à 93 115,02 € TTC, que Sète Agglopôle Méditerranée soutient à hauteur de 20%, aux côtés du CEPRALMAR (20%), du Département (20%) et du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP – 40%).

Concours vidéo "Cap maritima"

 

L'été les pieds dans l'eau avec le concours vidéo Cap maritima

 

Le 1er concours vidéo dédié à la pêche et aux cultures marines lancé par le Syndicat mixte du bassin de Thau, en partenariat avec le Crédit maritime, est ouvert au grand public. Durant le mois d’août il est invité à réaliser des vidéos courtes sur cette thématique estivale et les déposer en ligne. A la clé, 2000€ pour l’équipe lauréate et d’autres cadeaux.

L’été pour découvrir les métiers traditionnels de la pêche et des cultures marines

Valoriser les métiers de la pêche, de la conchyliculture, de la myticulture, de l’aquaculture… et susciter des vocations pour ces professions auprès du grand public tels sont les objectifs de ce concours ouvert jusqu’au 30 août sur le site www.capmaritima.fr.

Les participants sont invités à réaliser de courtes vidéos d’une durée de 3 minutes maximum mettant en valeur les filières pêche et cultures marines dans trois catégories :

Les techniques et savoir-faire des métiers de la pêche et des cultures marines, les produits issus de ces filières tant en récolte qu'en transformation, les milieux de production. 

5 prix seront décernés à Mèze le 30 septembre 2017 : le 1er prix grand public : 2 000 Euros, le 2ème prix (3 lauréats, un dans chaque catégorie) : des jumelles marines Bushnell avec compas et un "prix des "étudiants". 

 

 

Immersion dans la criée de Sète

La criée de Sète a été construite en 1966. Elle est le fruit de l’imagination de l’architecte Jean LE COUTEUR à la demande de l'ex CCI de Sète, alors gestionnaire du port.criDSC_0309 (16)

Jean Le Couteur est l’urbaniste et l’architecte en chef de la station balnéaire du Cap d’Agde, issu du projet interministériel décidé par le général de Gaulle pour l’aménagement du littoral du Languedoc-Roussillon.

Ce jeudi 20 juillet, la Région Occitanie Languedoc-Pyrénées qui a en charge le Port de Sète-Frontignan Méditerranée proposait une visite de la criée commentée par son Directeur des quais de débarquements au départ des lots retenus par les acheteurs du jour. La criée peut être visitée quelquefois au moment de la vente via l’Office du tourisme de Sète.

La particularité de Le Couteur ayant été une prédilection pour l’utilisation du béton en s’inspire également des lieux pour la réalisation de ce monument, la criée de Sète s'inspire de l'envol d'une mouette, oiseau emblématique d’un port de pêche. Le port de Sète est le 1er port de pêche de méditerranée française et le 20ème en France sur 43 ports. Afin de répondre aux besoins des professionnels de la pêche, il est équipé de structures et d’infrastructures spécifiques : une halle à marée et du matériel permettant la mise en vente des produits de la mer conformément aux différentes dispositions réglementaires ainsi que l’accueil de ses clients des quais d’amarrage, avec alimentation en fluides et zone de stockage d’équipement, dédiés aux professionnels de la pêche. Une aire de carénage pour des navires allant jusqu’à 180 tonnes. Un système de production et de vente de glace paillette alimentaire.

La criée emploie 8 salariés permanents et quelquefois des intérimaires sur le site. Elle est une criée publique et son statut juridique est un établissement public à caractère administratif.

Le port de pêche a la particularité d’être dans le centre-ville de Sète, résultat de la culture de l’activité halieutique de la ville depuis plusieurs siècles. Cela est pratique dans ce sens mais pose de multiples problèmes aux acheteurs qui sont pris plusieurs fois dans la journée, dans le flot de la circulation. Comme le précise le Directeur "L'idée fera peut-être son chemin mais le premier essai a eu pour résultat un centre de traitement surtout réservé aux ostréiculteurs, entre Sète et Frontignan." Il s'agit d’une zone d’activité, située dans la ZIFMar, sur laquelle cohabitent des établissements conchylicoles, aquacoles, mareyeurs, centre de congélation, transporteurs ou encore une pépinière d’entreprise. Une partie des terrains de cette zone est alimentée en eau de mer brute. Les lots sont attribués suite à des appels à projet à des établissements travaillant les produits de la mer.

Quant à la criée, dès 1967, celle de Sète a été une vitrine du savoir-faire en matière de vente aux enchères des produits de la mer. Première criée d'Europe à être informatisée en 1967. Les enchères ne se font plus à la voix et à la main levée mais à l'aide d'un écran d’affichage pour le vendeur et d'un bouton d’achat pour chaque acheteur. Elle a servi d'exemple pour d'autres criées (Port de Bouc, Arcachon, etc.), Il s'agit d'enchères descendantes et remontantes partir d'un prix relatif de départ (souvent celui de vente de la veille).

Elle fut la première à gérer en temps réel l'encours des acheteurs (en montant avec délai de paiement) puis le système de vente a continué d’être amélioré, notamment en 2009 en offrant la possibilité de faire remonter les enchères, afin de garantir le prix le plus juste, avec une cadence rapide de 700 lots à l'heure. Pour l'achat à distance, la criée a mis en place l'achat programmé en temps réelle ou en temps différé suite à de nouvelles réglementations Le vendeur, après avoir qualifié un lot (nom du navire, de l’espèce, de la taille, la qualité, le jour de la pêche, etc.), attribue un prix de départ pour les enchères.

criDSC_0303 (17)

Le lot est alors présenté à la vente : le prix diminue. Les acheteurs, équipés de télécommande, acquièrent le lot en appuyant sur le bouton d'achat : ainsi le produit est attribué au plus offrant. Si il y a égalité entre 2 ou plusieurs acheteurs, le prix remonte. Le lot est vendu au plus offrant. Car la Criée de Sète a beaucoup de succès avec ses produits frais. On peut y trouver 90 espèces dont merlus, Daurades et poulpes.... Pour acheter, pas besoin d'agrément, il faut juste une caution. Que l'on soit Restaurateur, Mareyeur, Poissonnier, détaillant, de Sète ou d'ailleurs l'on peut s'inscrire et opter pour une option d'achat. La plupart des villes de France sont desservies avec 3 sociétés de transport pour les acheteurs à distance. En cas de « collision », c’est-à-dire si plusieurs acheteurs veulent un lot au même prix : l'enchère devient montante (le prix remonte). L'acheteur qui appuie le plus longtemps sur son bouton d'achat remporte l’enchère, à un prix plus élevé.

Ce principe de vente à la particularité de permettre une cadence de vente très rapide. Ainsi, la halle à marée de Sète vend par heure, pour un total d'environ 2000 lots par jours. La qualité et la fraîcheur des produits vendus sont ainsi garanties.

criDSC_0312 (13)

Pour répondre aux besoins des pêcheurs et des acheteurs, la criée de Sète vend la production par lots qui sont identifiés. Dès qu'ils ont été triés, les produits de la pêche sont déposées en chambre de congélation et sont proposées dans des bacs de 30 l. Une fois la vente effectuée, les lots seront couverts de glace, préparées pour les acheteurs qui n'auront plus qu'à récupérer les lots achetés sur des palettes. Pas de temps perdu, que des produits frais. Car le port de pêche de Sète c'est le port d'attache d'une flotte diversifiée : des thoniers, plus de 17 chalutiers qui ramènent 200 jours par an, maximum, entre 500 kg et 1 tonne de poissons, chacun.

Mais quotidiennement, la criée vend le produit de la pêche des chalutiers ainsi que plus d'une cinquantaine de petits métiers. Il faut savoir que les patrons pêcheurs sétois sont organisés :

En prud’homie : spécificité méditerranéenne. A la tête de la prud’homie sont élus des prud’hommes pour des mandats de 3 ans (2 prud’hommes par type de métier : thonier, chalutier, petits métiers) avec à leur tête un prud’homme Major. Ceux-ci jugent des différends et des contestations qui naissent entre pêcheurs dans l’exercice de leur métier, sans qu’il y ait lieu de faire un procès.cri

En coopératives maritimes : d’avitaillement et de matériel, mais aussi en coopérative maritime de pêche. Ces coopérations permettent aux professionnels de pouvoir répondre à leur besoins collectifs et favorisent un fonctionnement optimal de leurs professions par une centralisation des achats

En organisation de producteurs : la Sa.Tho.an. A un rôle de porte-parole/représentation politique auprès des partenaires institutionnels, gestion des quotas de pêches pour le thon rouge, aide à la valorisation des produits de la pêche, aide dans la recherche d’innovation des techniques de pêche.

Il faut savoir que Sète a vécu une époque de gloire pour la pêche dans les années 95 avec 21 millions d'euros de vente, du poisson et de nombreux chalutiers. Avec la raréfaction des espèces, avec les contraintes européennes, après des difficultés, il semblerait que le monde de la pêche devienne plus optimiste. Tous produits confondus la moyenne des prix est de 5€ par Kilo, à la criée qui tourne à 11 millions d'euros par an.

La criée propose donc, le plus souvent, des produits issus de la pêche artisanale. Les bateaux inscrits en criée ne sortent qu’à la journée, ce qui permet de présenter à la vente des produits de grande qualité et de fraîcheur exceptionnelle. En principe les produits les plus vendus en criée sont : Merlu, Baudroie (lotte), Daurade, Poulpe, Rouget, Anchois, Encornet/calamar, Capelan, Sole, Loup (bar).

Grâce à son emplacement singulier, entre mer et étang, certains produits ont une saisonnalité bien marquée. Aux mois d’octobre et novembre, les poissons sortent de l’étang de Thau pour aller frayer au large, après s'être engraissé pendant quelques mois. Le plus connu des poissons pratiquant cette migration est la daurade.

L’offre est alors forte en criée pour ce produit. Le retour dans l’étang de ces poissons a lieu courant Août. Les poissons ont alors passé du temps en mer et reviennent s'engraisser dans l'étang.

Le printemps est la saison des sars, produit recherché par les restaurateurs. Il s'agit d'un poisson réputé pour la finesse de sa chair.

De façon générale il y a un pic d’apport, toutes espèces confondues, à l’automne, c'est à dire de mi-septembre à mi-décembre.

Pour le thon rouge, c'est particulier. Les thoniers senneurs et des petits métiers sétois pêchent le thon rouge dans le strict respect de la réglementation internationale. Ainsi leurs saisons de pêche sont encadrées par des arrêtés ministériels, des observateurs sont embarqués sur les senneurs, les contrôles en mer et à quais sont quotidiens, etc. Chaque année, le comité scientifique de l'ICCAT fixe les quotas de pêche en fonction de l'état du stock de thon rouge. Chaque thon pêché est identifié par une bague de marquage attachée au niveau de la queue du poisson. Cette bague gage que le poisson a bien été pêché dans le total respect de la règlementation. Grâce à la mise en place de ces quotas de pêche et à leur respect, les stocks de thon rouge sont aujourd'hui reconstitués. Les pêcheurs, senneurs et petits métiers, sont les premiers impactés par cette évolution. La pérennité de leur métier est ainsi assurée. La marque collective Thon Rouge de Ligne est une preuve de la prise de conscience des pêcheurs et de leur volonté de s'engager dans une pêche durable et responsable.

Aujourd'hui, suite au bon état des stocks, les grandes surfaces commercialisent à nouveau le thon rouge.

Actuellement la criée de Sète accueille quotidiennement plus de 50 acheteurs. (ouverte entre 15 h 30 et 19 h, à l'heure à laquelle les bateaux sont de retour de la pêche). La première moitié est constituée de détaillants et la seconde de grossistes et courtiers. Une fois les lots achetés, ils sont pris en charge par les acheteurs eux-mêmes ou par des sociétés de transport spécialisés dans les produits de la mer. La qualité des produits vendus est ainsi conservée, ce qui permet aux acheteurs de la criée d'expédier à leur clientèle des produits pêchés le jour même.

Une autre vente possible, celle sur sur convoyeur de bacs de 30 litres (un bac = un lot) avec vente en chambre froide de palette de plusieurs bacs 30 l ou de plusieurs caissettes (dédiées au poisson pélagique). Ce système permet de répondre à la demande des mareyeurs et courtiers en matière de vente de poisson pélagique dont le marché s’organise autour de lots de plus d'une centaine de kilos. Cela permet par ailleurs de fluidifier la vente de poisson sur convoyeur en cas de forte prise d’une seule et même espèce (bogue, capelan, maquereau, daurade).

On le voit, tout en s'adaptant aux contraintes et aux lois, la criée fait au mieux en respectant les lois et en essayant de tenir compte de la protection des espèces, pour garantir aux pécheurs avec les nombreux petits métiers des revenus convenables. Il en va de la bonne santé de la pêche à Sète.

Très belle Saint-Pierre 2017 à Sète

Cette année encore la Saint-Pierre à Sète fut un belle occasion de célébrer les pêcheurs et le monde de la mer. Nombreux étaient les Sétois et les touristes venus accompagner les pêcheurs en mer pour un moment de communion et de partage. Tout au long du week-end une fête foraine et des joutes traditionnelles, de l'Amicale des Pêcheurs Sète Môle, ont animé les canaux, le quartier de la Marine et le Vieux Port. Au-delà des discours habituels, cette Saint-Pierre 2017 avait l'accent de la sincérité, loin de la langue de bois, pour les représentants des pêcheurs.
Quant aux élus, notamment François Commeinhes, Sénateur-Maire de Sète et André Lubrano, Conseiller régional, ils n'ont pas manqué pour leur part de souligner leur engagement pour soutenir une filière si importante pour notre économie locale.
Notre confrère Stéphane Bonnet-Eymard de Sèteavoir résume ci-dessous l'événement en vidéo.

Ora maritima, 2ème assises du territoire de Thau met la pêche et les cultures marines à l’honneur

Les 29 et 30 septembre, à Sète et dans toutes les villes du bassin de Thau et sa bande côtière, une édition spéciale d’Ora maritima mettra en valeur la place qu’occupent les activités traditionnelles de pêche et de conchyliculture au cœur des territoires.

Au programme : tables rondes, portes ouvertes, ateliers, dégustation, visites guidées… Un rendez-vous pour tous les amoureux du monde maritime. Découvrir ou redécouvrir les métiers de la pêche et des cultures marines, souligner la place qu’ils occupent dans les territoires, déguster les produits issus de ces activités traditionnelles, rappeler la contribution de ces filières dans la protection des milieux…

Pour sa 2e édition, Ora maritima, assises du territoire de Thau met les activités halieutiques et conchylicoles à l’honneur.

La journée du vendredi 29 septembre se tiendra à Sète. Elle sera rythmée par des ateliers et tables rondes avec la participation d’autres bassins conchylicoles et de pêche du littoral français métropolitain.

Quelle place occupent les activités pêche et cultures marines au cœur des territoires ?

Comment ceux-ci valorisent ces filières et leurs métiers ?

Comment susciter des vocations ?

Quelles mesures pour la gestion environnementale autour des bassins de production ?

Ces questions seront au cœur des débats. Le grand public ne sera pas oublié.

Le samedi 30 septembre fera place à la fête et aux animations. Portes ouvertes, ateliers pour enfants, conférences, visites de mas conchylicoles, promenades en bateau, exposition… De nombreuses structures s’associent à l’événement et proposent des animations sur le thème de la pêche et des cultures marines.

Toujours le samedi, de 11h à 15h, la place des Tonneliers à Mèze accueillera le temps fort de cette manifestation « Thau, de bouche à oreille ». Au menu : dégustation de recettes de chefs, assiettes gourmandes, atelier ramendage des filets, exposition de maquettes de bateaux, initiation au collage, écaillage des huîtres, découverte des métiers…

Un programme pour tous et pour toutes les envies ! Ora maritima est organisé par le Syndicat mixte du bassin de Thau.

Ces assises sont un espace de réflexion, de partage et d’échanges auquel tous les acteurs y compris la société civile sont associés. Cette édition est spécialement dédiée à la pêche et aux cultures marines dans le cadre de l’animation du programme DLAL FEAMP (fonds européens pour les affaires maritimes et la pêche) Thau et sa bande côtière.

Elle est organisée avec le soutien de l’Europe, de la Région, du Département, du Comité régional conchylicole de Méditerranée, du Comité régional des pêches et la participation de nombreux partenaires dont les Villes de Sète et de Mèze. Plus d’infos sur http://oramaritima.fr/oramCapture

 

Le DLAL FEAMP : ce fonds européen a pour objectif prioritaire le maintien et la création d’emplois dans les filières pêche et aquaculture. Il se décline en stratégies de développement local par des acteurs locaux (DLAL) afin de mieux prendre en compte les enjeux des territoires. Le Syndicat mixte a été désigné à la demande des professionnels structure porteuse du GALPA Thau et sa bande côtière de Frontignan à Agde. Il est chargé d’animer et de coordonner la démarche au plan local. En savoir plus : www.dlalbassindethau.fr