Pêche

La pêche de l'anguille en question, suite

La profession des pêcheurs de l'étang de Thau était allée manifester le mardi 23 octobre, devant les Affaires Maritimes à Sète car elle avait été alertée par les Prud'Hommes de l'étang. Il semblait que "l'Europe" veuille lui interdire la pêche des anguilles durant trois mois supplémentaires...

Anguille, Poisson, Eau Douce, Animaux

 

Hors la France est un bonne élève, ayant régulièrement relâché des anguilles, respectant les quotas en vigueur, s'assurant que leur nombre ne décline pas... La profession a même été félicitée par l'administration et les représentants de l'Etat pour ses efforts.

La même chose s'était passée il y a 7 ans, cependant la profession était alors parvenue à s'entendre avec la Commission. Il semble que cet accord soit remis en cause cette année. la décision devrait être prise rapidement et donc la profession des pêcheurs tenait à se faire entendre. Elle avait donc décidé, à partir de demain, de déposer les carnets de capture aux Affaires Maritimes après une journée de discussions  avec l'administration. Cette dernière avait transmis les demandes des pêcheurs à la Direction des pêches maritimes et de l'aquaculture.

Ce mardi 30, Stéphane Gatto, sous-directeur des ressources halieutiques à la Direction des pêches maritimes et de
l’aquaculture, rattachée au Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation est venu voir sur place ce qu'il en était et fera remonter aux différentes instances ces observations dont la CGPM ( Commission Générale des Pêches pour la Méditerranée )...

La CGPM a été créée en 1949 afin de jouer un rôle actif pour la conservation des stocks halieutiques dans les eaux internationales de la mer Méditerranée (zone 37 de la FAO). Elle rassemble 23 pays membres qui bordent la Méditerranée et la Mer Noire (Albanie, Algérie, Bulgarie, Chypre, Croatie, Egypte, Espagne, France, Grèce, Israël, Italie, Liban, Libye, Malte, Monaco, Roumanie, Slovénie, Syrie, Tunisie Turquie, ainsi que l'Union Européenne et le Japon)

Ses missions 

  • La promotion du développement, de la conservation et de la gestion des ressources marines vivantes
  • L'élaboration et la recommandation de mesures de conservation
  • La promotion de projets coopératifs de formation

Sa structure et son fonctionnement 
L'organe principal de la CGPM est la COMMISSION. Elle est composée de représentants politiques et administratifs des pays membres.  

Un représentant de la commission européenne à l'écoute des pêcheurs

Le 8 novembre, à l'initiative de François Commeinhes, Alain Dumort, représentant de la commission européenne a été invité à rencontrer les pêcheurs professionnels sétois dans les locaux de la Sathoan.

C'est pour faire part de leurs inquiétudes concernant le prochain vote de la directive européenne annuelle chargée d'établir de nouveaux quotas de pêche et de déterminer les zones et la durée des chalutages en Méditerranée que les professionnels du secteur ont rencontré M. Dumort.

Avant l'adoption de la future directive européenne qui fixera les quotas de pêche, les zones et les durées de chalutage autorisées, ils ont voulu exposer leurs doléances au représentant de la commission européenne. Déjà fortement impactés par des règles qui nuisent à leur profession plutôt qu’à les accompagner vers un développement durable et reconnu de leur activité, les pêcheurs professionnels ont plaidé pour un assouplissement des contraintes dans le Golfe du Lion qui représente selon eux, du fait de l'existence d'un plateau continental très développé en avant de la côte, une exception géographique qui n'est pas prise en compte par l’UE.

Toujours selon les pêcheurs, les espèces telles que le rouget ou le merlan sont bien présentes. Mais l'explication de la faible taille des poissons est à rechercher davantage du côté des pollutions que de la pression halieutique. Ils ont demandé à ce qu'une étude scientifique sérieuse soit diligentée avant la mise en place de mesures de protection de la ressource adaptées.

Visiblement très intéressé, Alain Dumort a pris bonne note des arguments exposés avant d'assurer qu'il porterait la voix des professionnels sétois auprès des instances européennes.

Cooperative des pêcheurs de sete / OP SATHOAN

Un passage vers un plan de gestion qui traduit et récompense les efforts réalisés mais une vigilance à maintenir pour ne pas perdre ces acquis

Sète, mardi 20 novembre 2018 -

 

La 21ème réunion extraordinaire de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT) s'est terminée ce lundi 19 novembre à Dubrovnik, en Croatie.

Plusieurs mesures attendues par les pêcheurs professionnels pour desserrer certaines contraintes en traduction du retour des stocks de thon rouge à un bon état de conservation ont été adoptées, et l’Organisation de Producteurs SATHOAN s’en félicite. Mais celle-ci appelle également à la vigilance face à de multiples dérogations accordées à différents Etats du pourtour de la Méditerranée. Elle demande en conséquence à l’Union Européenne le maintien des contrôles pour ne pas ruiner les efforts réalisés par l’ensemble de la pêcherie et ne pas lui faire perdre sa crédibilité.

-

La 21ème réunion extraordinaire de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT) vient de se terminer ce lundi 19 novembre à Dubrovnik, en Croatie, après une semaine de présentations scientifiques et de multiples discussions, officielles et dans les coulisses, entre les différentes parties contractantes. A l’issue de ce marathon dont nul ne pouvait encore présager les résultats quelques heures à peine avant la clôture de la réunion, l’OP SATHOAN se félicite globalement des décisions prises :

- le passage tant attendu d’un plan de reconstitution à un plan de gestion est la preuve d’une ressource désormais exploitée au Rendement Maximal Durable ou proche de ce dernier ;

- un assouplissement sur les dates de pêche va permettre aux professionnels de mieux adapter leurs stratégies d’exploitation à leurs engins et zones de pêche ;

- la mise en œuvre d’un cadre pour la petite pêche côtière va mieux rationaliser la gestion du thon rouge par ce segment de métier.

La SATHOAN prend acte d’autre part de l’assouplissement de la gestion des prises accessoires et des mesures liées à la définition des capacités de pêche.

Cependant, l’OP reste très attentive aux mesures dérogatoires accordées par la Commission à certains pays du pourtour méditerranéen non-membres de l’Union Européenne. Aussi la SATHOAN demande-t-elle à celle-ci le maintien avec ses Etats membres de contrôles assidus à tous les niveaux de la filière. Ceci afin que les fondements d’une gestion durable du thon rouge soient confortés et que cette pêcherie conserve la crédibilité qu’elle a chèrement gagnée au cours de la décennie écoulée.

———————-

La SATHOAN est une Organisation de Producteurs de référence regroupant une petite centaine de navires.

La SATHOAN dispose de plus de la moitié du quota de thon rouge attribué à la France.

Pour préserver la ressource, les pêcheurs côtiers adhérents à l’OP privilégient la pêche fraîche à l'hameçon afin de valoriser au mieux une ressource à exploiter durablement.

Aucun texte alternatif disponible.

Pêche et conchyliculture : le bassin de Thau reste un site de croissance exceptionnel

Lagune de Thau

C’est bien connu, les huîtres grossissent à Thau plus vite que partout ailleurs. La richesse écologique de ce milieu naturel et les apports du bassin versant favorisent ces taux de croissance exceptionnels. S’ils ont permis de mettre la lagune sur la voie du bon état écologique au regard des objectifs de la directive cadre européenne sur l’eau, les efforts réalisés ces dernières décennies pour améliorer la qualité de l’eau ont conduit à une forte diminution des apports en nutriments. Or, ces nutriments favorisent la pousse du phytoplancton, qui est la principale source d’alimentation de l’huître, de la moule (organismes filtreurs) et de la palourde (organisme fouisseur). Face à l’inquiétude des professionnels quant à une chute de productivité liée à cette baisse des apports, l’Université Montpellier II et Ifremer, avec le soutien de nombreux partenaires dont le SMBT, ont lancé l’étude Capathau.

 

14 et 15 juin : Assises de la pêche et des produits de la Mer

Le rendez-vous des décideurs de la filière pêche et des produits de la mer
 
 Assises de la pêche et des produits de la mer
 

Organisées depuis 2010, les Assises de la Pêche et des Produits de la Mer sont devenues le principal rendez-vous annuel des décideurs publics et privés de la filière Pêche et des Produits de la Mer (Production, transformation et distribution).

Chaque année depuis 2010, les Assises de la pêche et des produits de la mer réunissent l’ensemble des acteurs de la filière pêche, de la production à la distribution en passant par la transformation. Pendant deux jours, des centaines de décideurs issus des secteurs public et privé se retrouvent afin d’aborder les enjeux qui les concernent, partager leurs expériences et apporter leur vision.

Devenu rapidement le rendez-vous annuel majeur de la filière, l’événement, organisé par le marin, Produits de la Mer, Cultures Marines et Ouest-France, attire en un même lieu :

  • Producteurs et organisations de producteurs
  • Mareyeurs
  • Entreprises de transformation
  • Distribution (grossistes, GMS, restauration collective, restauration, groupements de poissonneries…)
  • Administrations françaises et européennes
  • Collectivités locales
  • Organisations non gouvernementales
  • Entreprises de services (conseil, certification, services financiers…)

Un record de participation a été battu en 2017, à Quimper, où 550 professionnels sont venus écouter les 47 intervenants inscrits au programme, au premier rang desquels figurait Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. L’édition 2018 des Assises de la pêche et des produits de la mer se déroulera en Méditerranée à Sète, les 14 et 15 juin

JEUDI 14 JUIN


 

08h00 : Ouverture des portes du Théâtre Molière – Café d’accueil

09h00 : Ouverture des Assises de la pêche et des produits de la mer

09h05 : Accueil par François Commeinhes, maire de Sète

09h15 : Intervention de Carole Delga, présidente de la région Occitanie

09h25 : Filières halieutiques en Occitanie : comment préparer l’avenir ?
Fanny Brivoal, secrétaire générale du Comité régional des pêches et des élevages marins des Pays de Loire
Paul Gros, représentant de l’organisation de producteurs OP du sud
Emmanuel Fournier, vice-président du Comité régional conchylicole de Méditerranée
Patrice Lafont, président du Comité régional de la conchyliculture de la Méditerranée
André Lubrano, président du Cépralmar (centre d’études et de promotion des activités lagunaires et maritimes)
Bernard Perez, président du Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins d’Occitanie
Frédérick Reste, Premier prud’homme de la prud’homie de Port-le-Nouvelle Bages-Sigean

10h40 : Pause

11h15 :  Entretien croisé : les ambitions maritimes occitanes et la mise en œuvre de Littoral 21.
Didier Codorniou, président du Parlement de la mer d’Occitanie
Jean-Claude Gayssot, président de l’établissement public régional du port de Sète Frontignan
Thierry Ravot, directeur régional Occitanie de la Caisse des dépôts et consignations

11h45 : Intervention de Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

12h15 : Cocktail déjeunatoire – Maison de la mer – voir plan

14h15 : Pêche, aquaculture, environnement, énergies marines… Comment concilier les usages ?
Pierre-Yves Andrieu, directeur de la Direction interrégionale de la Mer Méditerranée
Benoît Figarède, chef de projets pêche et usages d’EDF Énergies Nouvelles France
Pierre Karleskind, vice-président chargé de la mer et des infrastructures portuaires de la Région Bretagne
Philippe Le Gal, président du Comité national de la conchyliculture
Christian Molinero, président du Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Michel Moly, président du Parc naturel marin du golfe du Lion

15h20 : Entretien : les recherches sur la mer et le littoral en lien avec la société : l’initiative MUSE
Philippe Augé, président de l’Université de Montpellier
Laurent Dagorn, coordinateur de la Key Initiative MUSE ” Sea and Coast” (Mer et Littoral)
François Pierrot, directeur exécutif de l’I-SITE MUSE

15h35 : Les innovations en aquaculture
François Allal, chercheur spécialiste de la genomique en aquaculture, UMR Marbec de l’Ifremer
Pascal Goumain, président du groupe AMP Saumon de France
Laurent Labbé, directeur de la pisciculture expérimentale Inra des Monts d’Arrée

16h15 : Pêche : focus sur une innovation en matière de sélectivité
Christophe Corbières, directeur du développement des activités de pêche chez iXblue
Gildas Le Corre, responsable du programme pêche et aquaculture durables du Pôle Mer Méditerranée

16h30 : Pause

16h55 : Entretien
Bruno Liguori, président du Crédit maritime mutuel de méditerranée

17h05 : Comment entretenir l’attractivité des métiers de la filière ?
Charlotte Abadie, directrice générale du groupe Mericq
Antoine Le Garrec, directeur général de Cap Bourbon
Silvère Moreau, président de l’Union nationale des poissonniers français
Peter Samson, président de l’Union du mareyage français
Michel Tudesq, directeur du Lycée maritime de Sète

18h15 : Fin de la première journée

19h30 : Cocktail dînatoire sur le port de Sète –  voir plan d’accès

 

VENDREDI 15 JUIN


 

08h00 : Ouverture des portes du Théâtre Molière – Café d’accueil

09h00 : Plans de filières, quelles pistes retenues ?
Hubert Carré, directeur général du Comité national des pêches maritimes et des élevages marins
Aurélie Dessein, directrice de la criée aux poissons des pays d’Agde
Jérôme Lafon, délégué filière pêche et aquaculture de FranceAgriMer
Philippe Le Gal, président du Comité national de la conchyliculture
Eric Mezrich, président de la commission marchés/communication du Comité interprofessionnel des poissons d’aquaculture
Jacques Woci, président de France Filière Pêche

10h15 : Entretien. Le statut réformé de la société de pêche artisanale
Jean-Maurice Majou, directeur de l’Association de gestion et de comptabilité du littoral Atlantique

10h25 : Pause

10h55 : La société change, ses attentes aussi, comment y répondre ? Rassurer, prévenir, anticiper
Thomas Canetti, président de Sovintex
Marion Fischer, déléguée générale de France Filière Pêche
Sarah Lelong, consultante en gouvernance et gestion des pêches chez Consult’Ocean
Bertrand Wendling, directeur de Sa.Tho.An

11h55 : Aléas conchylicoles : vers une contribution de la profession
Philippe Ortin, président du secteur II, moules et autres coquillages au Comité national de la conchyliculture
Eric Zunino, sous-directeur de l’aquaculture et de l’économie des pêches à la Direction des pêches maritimes et de l’aquaculture

12h10 : Cocktail déjeunatoire – Maison de la mer – voir plan

14h00 : Entretien – Lancement d’un diagnostic des besoins de renouvellement et de modernisation de la flotte de pêche française
François Lambert, délégué général du Groupement des industries de construction et activités navales

14h10 : Consommer « local » est en vogue. L’identité régionale, une carte à jouer ?
Véronique Britto, directrice commerciale de la Conserverie Azaïs Polito
Antoine Gorioux, directeur général de Guyader

14h40 : Présentation du plan européen pour la durabilité de la pêche en Méditerranée
Frédéric Gueudar-Delahaye, directeur de la Direction des pêches maritimes et de l’Aquaculture
Gérard Romiti, président du Comité National des pêches maritimes et des élevages marins

15h25 : Pause

15h55 : Entretien. Prud’homie, une institution méditerranéenne ancestrale
Philippe Timothée, second Prud’homme de Palavas-les-flots

16h05 : Thon rouge : rassurer les consommateurs et gérer la ressource
Hervé Barba, directeur général du groupe Barba
Bernard Benassy, directeur de Poissonnier Corail
Jean-Marc Fromentin, directeur de recherche à l’Ifremer de Sète
Serge Larzabal, président de la commission thon rouge au Comité national des pêches maritimes et des élevages marins
Élodie Martinie-Cousty, pilote du réseau Océans, mers et littoraux, France Nature Environnement
David Milly, directeur de l’Organisation de producteurs des pêcheurs d’Aquitaine

17h10 : Clôture des Assises

 

Le label MSC pêche durable

Que signifie le label MSC pêche durable ?

La pêche durable laisse suffisamment de poissons dans l'océan, respecte les habitats marins et permet aux personnes qui dépendent de la pêche de vivre de leur métier.

Les 3 principes du label MSC Pour être certifiée MSC, une pêcherie doit respecter nos 3 principes fondamentaux :

Stocks de poisson durables

L'effort de pêche doit se situer à un niveau qui permet d'assurer la pérennité des populations de poissons.

Impact environnemental minimisé

Les activités de pêche doivent être gérées de façon à maintenir la structure, la productivité, la fonction et la diversité de l'écosystème.

Gestion efficace des pêcheries

La pêcherie doit respecter les lois en vigueur et doit avoir un système de gestion lui permettant de s'adapter aux différents changements.

Quelles sont les garanties du label MSC ? Sauvage, traçable, durable : le label MSC ne s'applique qu'aux poissons sauvages ou aux fruits de mer provenant de pêcheries qui ont été certifiées durables selon le Référentiel MSC. Un poisson sauvage durable certifié Chaque pêcherie certifiée MSC a été évaluée de manière indépendante sur ses impacts sur les stocks de poissons et les écosystèmes marins.

Une traçabilité assurée Tout au long de la chaîne d'approvisionnement, de l'océan à l’assiette, les poissons et fruits de mer certifiés MSC sont séparés de ceux qui ne le sont pas.

Ils sont clairement identifiés afin qu'ils puissent être retracés jusqu’à la pêcherie durable certifiée. Un programme robuste Régulièrement, des tests ADN démontrent que les produits labellisés MSC sont correctement étiquetés. Un label crédible Depuis plus de 20 ans, nous travaillons avec des scientifiques, des pêcheries et des marques pour développer nos Référentiels et promouvoir une pêche durable.

Le MSC est le seul programme de certification et de labellisation pour la pêche sauvage qui réponde aux meilleures pratiques exigées par la FAO et l’ISEAL, l'Alliance Internationale pour l'Accréditation et l'Etiquetage Sociaux et Environnementaux.

 Une pêcherie durable, c'est quoi ? 

"80% des français reconnaissent que la sauvegarde des océans passe par une consommation de produits de la mer durables et 74% se disent prêts à changer leurs habitudes de consommation. Il faut être conscients des enjeux et prêts à agir : bonne nouvelle pour l’environnement… car c’est ensemble que nous pouvons avoir un impact ! Plus les produits de la mer que nous choisirons seront certifiés Pêche Durable, plus les pêcheries prendront la voie de la préservation des océans. Il est important de sensibiliser les enfants, et ce, dès le plus jeune âge, à la préservation de l’environnement marin. C’est pourquoi, MSC a lancé il y a plusieurs année un programme pédagogique « Graine de Pêcheurs » pour aider les enseignants et les parents à éduquer les enfants à l’importance d’une pêche durable et d’une consommation responsable."

Le programme MSC contribue à la pêche durable en associant des pêcheries, des restaurateurs, des marques, des distributeurs, des ONG, des scientifiques, mais aussi des consommateurs. En étant au croisement du système de pêche-transformation-distribution, le MSC est bien placé pour encourager les progrès.

Ainsi, lorsque vous achetez un produit portant le label MSC, vous contribuez à préserver la santé des océans Dans le monde entier, des pêcheries adoptent de bonnes pratiques de gestion pour préserver des emplois, assurer la pérennité des stocks de poisson et contribuer à la protection du milieu marin. Il existe plus de 300 pêcheries dans le monde qui sont certifiées MSC. Découvrez-le sur le site internet dédié (en anglais).

ECHOSEA, un outil de gestion durable des ressources marines en Méditerranée

ECHOSEA est un outil de gestion durable des ressources marines en Méditerranée, destiné à réduire les prises accidentelles d’animaux marins.

Cette application fonctionne même sans réseau GSM, en utilisant le GPS du téléphone.                                                          https://www.echosea.fr/#/echosea

VOUS ETES PECHEUR PROFESSIONNEL :

particulièrement palangriers ciblant le Thon Rouge à la ligne ECHOSEA vous permet : ·

d'enregistrer et de localiser la présence et les captures accidentelles d’animaux marins comme les Raies et Requins.

d'avoir accès à des cartes de répartition des espèces sensibles, dans l'objectif d'en minimiser les risques de captures accidentelles.

de rejoindre un réseau de "pêcheurs observateurs" du milieu marin, et d'accroître les connaissances sur ces espèces sensibles. 

ECHOSEA vous permet maintenant d'accéder à des cartes satellites de données océanographiques (températures, courants, plancton…)

VOUS ETES NATURALISTE : pour tous les observateurs du milieu marin, grand public et scientifiques ECHOSEA vous permet · d'enregistrer et de localiser vos observations d’animaux marins emblématiques de la Méditerranée : Tortues, Baleines, Dauphins, et Oiseaux marins.

· d'avoir accès aux cartes de répartition de ces espèces en Méditerranée en temps réel, pour mieux les observer.

· de contribuer à l'acquisition de connaissances sur ces espèces, selon le principe de sciences participatives.

L'avenir de la pêche en discussion à Sète

Afficher l'image d'origine

 Les Assises nationales de la pêche et des produits de la mer se déroulent pour la première fois en Méditerranée à Sète ce jeudi et vendredi.

C'est une grande première en Méditerranée et c'est Sète qui a été choisie pour en être la terre d'accueil. Les Assises nationales de la pêche et des produits de la mer ont débuté ce jeudi matin au Théâtre Molière.

Inauguré par François Commeinhes et la présidente de Région, Carole Delga, l'événement a ensuite reçu la visite du ministre de l'Agriculture Stéphane Travert.

peccP1060968

L'île singulière bien armée « Hier comme aujourd'hui et encore demain, j'utiliserai toute mon énergie et mon influence pour défendre vos métiers qui sont un socle de notre économie et de notre identité » souligne le maire de Sète.

Avec l'un des ports les plus importants de France, une économie maritime toujours en développement et un soutien fort de la région, l'île singulière est bien armée. Mais elle doit faire face, comme partout ailleurs en Méditerranée, aux questions de pollution, de surpêche et de fragilisation des petits métiers.

peccP1060952

François Commeinhes ne manquait pas de le rappeler :

la Méditerranée est un joyau fragile soumis « aux aléas environnementaux et climatiques ».

Et il rajoutait :"j’utiliserai toute mon énergie et mon influence pour défendre vos métiers qui sont un socle de notre économie et de notre identité."

"Et n’aurai de cesse d’innover pour assurer le renouvellement des générations, en favorisant notamment la diversification des professions de conchyliculteurs ou pêcheurs, comme je m’en ouvrirai à Monsieur le ministre de l’Agriculture, qui nous fera aujourd’hui l’honneur de sa visite.

Je pense que le statut devrait être assoupli pour permettre aux professionnels de la pêche et conchyliculture, durant certaines périodes plus calmes ou difficiles économiquement, de bénéficier de diversifications, notamment par le tourisme, et transposer leur savoir-faire dans d’autres activités proches…

Tout en gardant leur métier original comme activité principale, ces excellents connaisseurs des conditions de navigation sur la lagune de Thau pourraient ainsi compléter leur rémunération, tout en favorisant l’installation d’une nouvelle mission de service public. Celle, en particulier, de l’offre de transport collectif lagunaire, que l’agglomération entend développer dans les prochaines années pour relier entre elles les communes. Elle verrait ainsi sa rentabilité améliorée, tout en consolidant les activités de pêche et cultures marines…"

peccP1060958

« Le développement de la pêche doit prendre en compte les enjeux écologiques . Le Monde de la pêche rencontre de nombreuses contraintes, des difficultés économiques et des fragilités. » soulève de son côté Carole Delga, la présidente de la Région, en rappelant son attachement à la défense de la filière en Occitanie : " La Région est attentive à celle-ci avec en particulier la conchyliculture. Nous ferons notre possible pour valoriser la Méditerranée et préserver ses ressources et ses richesses, pour la valoriser aussi."

Pour soutenir le secteur, des solutions ont vu le jour comme le plan littoral 21, qui accompagne la transformation économique du secteur maritime, ou le Parlement de la mer créé en 2013 mais il faudra « aller plus loin » notent les intervenants.

Un projet sur le bassin de Thau A l'échelle de Sète Agglopôle Méditerranée, une des futures mesures pourrait être la mise à l'abri d'un stock protégé du bassin de Thau en cas de toxi-infection bloquant la production. « Un projet qui sera assez unique en France s'il aboutit » commente Patrice Lafont, président du Comité régional de la conchyliculture en Méditerranée.

D'autres pistes ont également été évoquées pour répondre aux inquiétudes comme le soutien des labellisations, la mise en valeur des produits de la mer et la modernisation des outils de production. « Je crois en la responsabilité de chacune et de chacun pour prendre en main les destinées de cette filière et je crois en les métiers de la mer » rassure Stéphane Travert.

travCapture

Le ministre devait se rendre dans l'après-midi à la Criée. (La vidéo : https://www.facebook.com/sete.fr/videos/940733202764528/?t=13)

Sète accueillera les Assises nationales de la Pêche et des Produits de la Mer

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a été retenue pour organiser l'édition 2018 des Assises nationales de la Pêche et des Produits de la Mer (APPM), à Sète en juin prochain. Devenues le rendez-vous annuel et majeur des professionnels du secteur depuis 2010, c'est la première fois qu'elles se dérouleront sur le littoral méditerranéen.

Afficher l'image d'origine
L'annonce a été faite cet après-midi au cours de l'édition 2017 qui se tient actuellement à Quimper. Chaque année, les APPM réunissent l'ensemble des acteurs de la filière pêche (pêcheurs, mareyeurs, transformateurs, chercheurs...) qui se retrouvent afin d'aborder ensemble les enjeux et les problématiques actuelles de la filière, partager leurs expériences et apporter leur vision de l'avenir.

« Avec 220 km de rivages, le parc naturel marin du Golfe du lion (4 000 km²), 20 stations balnéaires, 70 ports de plaisance, 3 ports de commerce et 4 criées, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est résolument tournée vers la mer. Dans cet écosystème, les activités de pêche et d'aquaculture y jouent un rôle majeur et leader en Méditerranée.
Je me réjouis donc que notre candidature à l'organisation des Assises de la Pêche et des Produits de la Mer ait été retenue. Après Paris, Lorient, Boulogne-sur-Mer, les Sables d'Olonne et Quimper, nous aurons le plaisir d'accueillir l'édition 2018 à Sète les 14 et 15 juin. Je rencontrerai le Comité régional des pêches le 17 novembre à Port-la-Nouvelle et donnerai des premières informations sur la tenue de ces Assises nationales. » a souligné Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

Lors de ces assises à Quimper, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a reçu le prix coup de cœur innovation, dans la catégorie Concepts & Restauration, pour le projet Valdora.
André Lubrano, Conseiller régional et Président du Cépralmar (Centre d'étude pour la promotion des activités lagunaires et maritimes), a détaillé cette innovation devant plus de 600 participants : « A l'initiative de 3 pêcheurs locaux et soutenu par le Cépralmar, nous proposons une opération de mise en viviers de daurades sauvages de l'étang de Thau au mois d'octobre quand celles-ci rejoignent la mer. Cela va permettre de lutter contre l'effondrement des prix en élargissant la période de vente et offrira ainsi aux pêcheurs professionnels la possibilité de mieux valoriser leurs prises ».

La fête des pêcheurs d'Occitanie

Samedi 16 juin, l’Occitanie met à l’honneur ses pêcheurs et les produits de la mer. Sur tout notre littoral, des animations vous permettront de rencontrer les professionnels, mieux connaitre leur métier, visiter leurs navires et déguster leurs produits.

Le tout dans une ambiance festive comme peuvent le faire nos marins-pêcheurs.

Il y a forcément un lieu près de chez vous alors embarquez avec nous.

pechCapture