Pêche

Pour soutenir la pêche en Occitanie, la Région adopte un plan de 4M€

Les élus régionaux, réunis en commission permanente le vendredi 16 avril 2021, ont adopté plusieurs mesures concrètes sur proposition de la présidente, Carole Delga, pour soutenir les secteurs de la pêche et de la conchyliculture : le lancement d'un plan de sauvegarde de la pêche en Occitanie et l'adoption d'un contrat de filière pour la conchyliculture.

 

Filets De Pêche, Poissons

 Les nouveaux quotas de pêche européens prévoient pour les pêcheurs d'Occitanie une perte à partir de cette année, de 7% de leurs jours de pêche chalutière. Pour préserver l'emploi, (700 emplois directs et indirects sont concernés), et l'économie maritime dépendante de ce secteur, dont le chiffre d'affaire annuel est estimé à 87,8 M€, la Région Occitanie a adopté un « Plan de sauvegarde pour la pêche en Occitanie »,élaboré conjointement avec l'Etat, et doté, pour la Région, d'une enveloppe globale de 4 M€. Ce plan de sauvegarde définit 4 axes stratégiques d'intervention :

-          La mise en place de mesures d'accompagnement d'urgence de la perte des jours de mer(chômage partiel, arrêt temporaire, plan de sortie de flotte),

-          L'élaboration d'un plan de formation pour les marins en chômage partiel,

-          La définition d'un plan de connaissance des espèces halieutiques exploitées pour mieux gérer les ressources,

-          La modernisation de la flotte chalutière vieillissante pour la rendre plus efficiente et durable,

-          La structuration des ventes en criées et la valorisation des produits de la mer d'Occitanie, notamment en créant une marque collective « Pêcheur d'Occitanie », en obtenant des labels de qualité pour les produits.

 Conchyliculture : un contrat de filière définit collectivement pour construire l'avenir du secteur

 Très présente sur le littoral d'Occitanie, la filière conchylicole (10 % de la production nationale) doit également affronter de nombreux défis : les changements climatiques, les crises sanitaires et environnementales fragilisant la sécurité de la production, la préservation du foncier conchylicole, l'attractivité du métier et l'accès à de nouveaux marchés.

 Pour cerner, évaluer et esquisser le futur conchylicole des cinq zones de production régionale, (La lagune de Thau, Frontignan, Gruissan, Vendres et l'étang de Leucate), la Région Occitanie a élaboré en partenariat avec les professionnels du secteur, l'Etat et les partenaires techniques et institutionnels (municipalités et collectivités territoriales), un contrat de filière d'une durée de 3 ansqui définit les actions à mener pour renforcer la compétitivité des entreprises, assurer un développement structuré et cohérent de la filière en lien avec les attentes des marchés et améliorer la notoriété de la filière conchylicole méditerranéenne. Ces actions répondent à 3 orientations stratégiques :

 

-          Renforcer l'adaptabilité et la résilience des écosystèmes face au changement climatique et aux pressions sanitaires : en bénéficiant de naissains locaux adaptés et en diversifiant la production, en sécurisant les productions et en adaptant les outils de production aux conditions du 21ème ...

-          Accompagner les entreprises au quotidien et sécuriser les espaces de production : en développant une production plus durable, en accompagnant les installations et transmissions d'entreprises conchylicoles, préservant le foncier conchylicole...

-          Promouvoir la conchyliculture et valoriser ses produits de qualité : en améliorant la notoriété autour des métiers de la conchyliculture, en promouvant les pratiques vertueuses et l'accueil dans les lieux de productions, en développant de nouvelles activités sur de nouveaux marchés.

 La mise en œuvre de ces actions sera suivie par un comité de pilotage coanimé par le Comité Régional de Conchyliculture de Méditerranée et la Région.

 « Les filières de la pêche et de la conchyliculture doivent faire face à de nombreuses difficultés : crise sanitaire, baisse des quotas de pêche, ou encore l'impact du dérèglement climatique sur les milieux de productions. Pour pérenniser et accompagner le développement de la pêche sur notre littoral, grâce à notre plan de sauvegarde, nous sommes aux côtés des professionnels pour leur apporter des solutions à courts et à plus long terme.

La mise en place d'un contrat de filière pour la conchyliculture est un des objectifs du volet alimentation de notre Pacte Vert, pour mieux valoriser nos produits d'Occitanie. Pour construire ce contrat de filière nous avons mobilisé les professionnels ainsi que les partenaires techniques et publics pour assurer un développementplus durable. Cela nous a permis également de mobiliser l'ensemble des professionnels autour d'objectifs communs comme par exemple, conserver des environnements de production sain,valoriser les métiers de la conchyliculture ou encore défendre ses produits de qualité.

En renforçant notre action pour protéger les secteurs de la pêche et de la conchyliculture, nous préservons des savoirs-faires, nous sauvegardons des emplois tout en faisant concilier développement économique et écologie » a notamment déclaré Carole Delga.

La justice européenne confirme l'interdiction de la pêche électrique

La décision prendra effet à partir de l'été 2021. La justice européenne a confirmé, jeudi 15 avril, l'interdiction de la pêche électrique dans toute l'Union européenne (UE), rejetant un recours des Pays-Bas, le principal pays à utiliser cette méthode de pêche controversée jugée néfaste pour l'environnement.

La pêche électrique consiste à envoyer depuis un chalut des impulsions électriques dans le sédiment pour y capturer des poissons vivant au fond des mers. Elle avait initialement été autorisée à titre expérimental en mer du Nord. Mais l'UE avait finalement décidé en avril 2019 de l'interdire, après un période de transition d'environ deux ans, suscitant la colère des pêcheurs néerlandais.

Une technique dénoncée par les petits pêcheurs français.................... En savoir plus sur https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/

 

Pixabay

SATHOAN : DE NOUVELLES MARQUES VENTOUSE « BIO-INSPIREE » TESTEES SUR LE THON ROUGE

Après une première sortie sur un palangrier de la SATHOAN en été 2020, l’IFREMER a réalisé une nouvelle sortie le 31 Mars 2021 à bord d’un second navire adhérent à l’Organisation de Producteurs. Dans le cadre des projets PROMPT (FFP) et BIOTAG (MUSE) en partenariat avec la SATHOAN, le CNRS et IFREMER, les objectifs de cette sortie étaient de déployer 3 marques électroniques permettant de suivre les thons pendant un an et de tester un système bioinspiré innovant d’accroche sur les thons.

 

  Source : SATHOAN

 Photographies sur : https://sathoan.fr/de-nouvelles-marques-ventouse-bio-inspiree-testees-sur-le-thon-rouge/

Les données de marquage permettront de couvrir la période de reproduction ainsi que la période de migration post-reproduction, périodes aujourd’hui mal couvertes par les données de marquage. L’objectif est de mieux identifier les zones de reproduction pour les thons du Golfe du Lion et de mieux comprendre les migrations en lien avec Mistral et Tramontane en Juillet, comme identifié par des travaux récents de MARBEC (Rouyer et al. 2021).

Dans le cadre du projet BIOTAG les chercheurs du LIRMM (Laboratoire d’Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier) et MARBEC (Biodiversité Marine, Exploitation et Conservation) et de l’université de Pékin travaillent au développement d’un système d’accrochage fiable et non-invasif afin d’améliorer le bien-être animal dans le cadre du marquage.

Il s’agit d’une ventouse bioinspirée du rémora (appelé « poisson ventouse »). La spécificité de cette ventouse est qu’elle contient des dents qui s’appuient sur la peau de l’animal sans le blesser.

Le premier prototype vient d’être testé à bord, donnant des résultats très encourageants pour le thon. Plusieurs autres prototypes seront testés au cours de la saison de pêche.

Pixabay

Référence : 

Rouyer, T., et al. « The environment drives Atlantic bluefin tuna availability in the Gulf of Lions. » Fish Oceanogr (2021): fog.12532.

Yueping Wang, Xingbang Yang, Yufeng Chen, Dylan K. Wainwright, Christopher P. Kenaley, Zheyuan Gong, Zemin Liu, Huan Liu, Juan Guan, Tianmiao Wang, James C. Weaver, Robert J. Wood and Li Wen « A biorobotic adhesive disc for underwater hitchhiking inspired by the remora suckerfish » Science Robotics , Vol. 2, Issue 10 (DOI: 10.1126/scirobotics.aan8072), 2017.

Confinement en avril : quelles sont les règles pour la plaisance hexagonale ?

L'annonce a été faite mercredi 31 mars à 20h par le Président de la République : la France métropolitaine est de nouveau confinée pour quatre semaines

. De nombreuses mesures et règles ont été annoncées, mais rien sur la navigation, les sports nautiques  ou encore de la pêche ? Voici tout ce que vous devez savoir sur :

https://figaronautisme.meteoconsult.fr/actus-nautisme-escales/2021-04-03/58933-confinement-qu-en-est-il-pour-la-navigation-et-la-pratique-des-sports-nautiques

 

Voile, Bateaux À Voile, Vent, L'Eaupixabay

Braconnage

Avec la Gendarmerie de l'Hérault :
 
Le 17 mars dernier, lors d’une patrouille de surveillance du littoral au niveau du quartier Maldormir sur la commune de Marseillan, les gendarmes  de la Brigade Nautique de Marseillan ont contrôlé un pêcheur à pieds.
 Ce plaisancier braconnait la palourde dans l’étang de Thau.
 Ce contrôle a permis de saisir cinq kilos de palourdes ainsi qu’un trident et un filet.
Le pêcheur a été verbalisé pour trois infractions : pêche de produits de la pêche maritime et de l’aquaculture marine dont la pêche est interdite, pêche maritime dans une zone interdite et pêche maritime avec un engin dont l’usage est interdite.
Le 18 mars, le lendemain, les gendarmes de la brigade nautique ont contrôlé une nouvelle fois ce même individu et l’ont verbalisé à nouveau pour les mêmes faits !
 Une enquête est en cours..
 
Palourdes, Cape Cod, Fruits De Mer.
Pixabay

A la rencontre des pêcheurs de Thau

A la rencontre des pêcheurs de Thau, qui nous parlent de leur métier, et nous emmènent découvrir la pêche à la battue, de nuit, autour des tables conchylicoles... Embarquez avec nous ...
Envie de poisson ou de coquillages ? Retrouvez la liste des commerces ouverts et/ou ayant mis en place de nouveaux services pendant le confinement ici : https://bit.ly/2IRad23
 

SA.THO.AN : DE NOUVEAUX NAVIRES ECO-CERTIFIES « PECHE DURABLE »

La SA.THO.AN et l’Association VALPEM (Association pour la Valorisation des Produits de la Pêche en Méditerranée) oeuvrent main dans la main pour le développement d’activités durables de pêche pour les générations futures.

Depuis 2017, la pêcherie de thon rouge (Thunnus thynnus) habilitée à la marque collective THON ROUGE DE LIGNE PÊCHE ARTISANALE, s’est engagée dans un projet d’éco-certification. L’objectif était de faire reconnaître les bonnes pratiques de pêche et de gestion de la pêcherie définies  comme exigences dans le règlement d’usage de la marque (suivi des quotas, enregistrement des captures, traçabilité des produits, sélectivité des engins, évitement des captures accidentelles, partenariats scientifiques,…), par l’obtention d’une certification reconnue attestant ces bonnes pratiques.

En 2019, 16 navires ont été écocertifiés, l’année 2020 aura permis de poursuivre les effort de formation et d’information de nos adhérents, ainsi c’est avec plaisir que la pêcherie Eco-certifiée « Peche Durable » s’étend depuis le 19 janvier 2021 à 26 navires

Félicitations aux nouveaux entrants !

Source : https://sathoan.fr/de-nouveaux-navires-eco-certifies-peche-durable/

Liste des navires certifiés :  ICI

Bilan de l'état des populations de poissons pêchées en France

L’Ifremer vient de publier son bilan de l'état des populations de poissons pêchées en France en 2020

 

"L’une des missions de l’Ifremer, expert en sciences halieutiques, est d’observer les activités de pêche pour dresser un panorama actualisé sur la ressource en poissons comme sur l’évolution de la filière. Chaque année, les chercheurs de l’Ifremer compilent ces données et produisent un bilan halieutique qui dévoile l’état des populations pêchées en France sur un total de 160 espèces évaluées. Objectif : contribuer par le partage de ces informations scientifiques à une exploitation plus durable des océans."

L’Ifremer opère notamment le Système d’informations halieutiques (SIH), un réseau scientifique national qui recueille des données sur les populations de poissons et sur toutes les flottilles de pêche professionnelle embarquée. Sont collectées et partagées des informations sur les caractéristiques des navires et des pêcheurs, mais aussi des caractéristiques sur les populations de poissons et l’environnement marin.

Pour aller plus loin :

https://wwz.ifremer.fr/Expertise/Peches-maritimes/Bilan-de-l-etat-des-populations-de-poissons-pechees-en-France/Bilan-2020-de-l-etat-des-populations-de-poissons-pechees-en-France

https://wwz.ifremer.fr/Expertise/Peches-maritimes/Bilan-de-l-etat-des-populations-de-poissons-pechees-en-France/Bilan-2020-de-l-etat-des-populations-de-poissons-pechees-en-France/Les-chiffres-2020

Et en Méditerranée : une santé halieutique à reconquérir d’urgence : https://wwz.ifremer.fr/Expertise/Peches-maritimes/Bilan-de-l-etat-des-populations-de-poissons-pechees-en-France/Bilan-2020-de-l-etat-des-populations-de-poissons-pechees-en-France/

Sette, juillet 1791 : un nouvel ordre s'instaure.

Sette, juillet 1791 : un nouvel ordre s'instaure.

 

Après l'écroulement de l'Ancien Régime politique et social, l'Assemblée constituante s'est efforcée de bâtir un nouvel ordre plus juste, plus démocratique. Comme le montre le registre des délibérations municipales de cette époque, bien des aspects de la vie du pays, du point de vue économique et social, furent réorganisés, y compris le secteur de la pêche.

 laint45IMG_6585(4) P1030161(2)

L'Assemblée constituante n'avait pas attendu la promulgation de la Constitution (3 septembre 1791) pour agir, même dans des secteurs essentiels à la vie du pays. C'est ainsi que dès février 1790, la France fut organisée en départements, districts, cantons. Comme dans ces circonscriptions il n'y avait pas de représentant du pouvoir central, c'est par le consul du district de Montpellier et par son procureur syndic (secrétaire général) Cambacérès que Sette prenait connaissance des lois et décrets nouveaux. Le 12 juillet 1791, la municipalité de Sette reçoit un paquet du district de Montpellier dont il sera fait l'inventaire quatre jours plus tard : ce sont les copies de vingt quatre lois et décrets pris par la Constituante en vue de réorganiser la société. Sont évoqués les baux des messageries, l'organisation des Ponts et Chaussées.

Après la Constitution civile du clergé, on se soucie de "la conservation des évêques". Dans l'ordre économique, on décrète la libre circulation du numéraire dans tout le royaume. Ainsi s'unifiait le grand marché intérieur de la France. Après la fuite du roi, on en appelle à la vigilance. On organise même le statut "des caporaux et tambours des régiments suisses" !

 Le domaine maritime n'est pas oublié. L'Assemblée constituante ordonne d'appliquer à Sette les règlements du port de Marseille. Règlements basés sur l'article 4 des ordonnances de décembre 1778 et les lois du 12 décembre 1790 et 6 janvier/15 avril 1791. Ce corpus réglementaire aménageait la prudhommie de Marseille où les prudhommes (hommes sages et avisés) étaient élus. Ainsi, déclare la municipalité de Sette, doit-on procéder dans une circonscription regroupant la ville-port, Frontignan, Mèze, Bouzigues, mais aussi Mauguio, Marsillargues, Vauvert, Aigues-Mortes.

Sont concernés les pêcheurs en mer (y compris les Catalans résidents) et en étang, propriétaires de leur barque pouvant embarquer au moins trois hommes. Alors, la communauté des pêcheurs est convoquée à l'église des Pénitents. Le maire expose à l'assemblée le but de la réunion. Et l'on passe à l'élection du prudhomme major et de quatre prudhommes. Après deux tours de scrutin, Gourmandin et Augustin Pontic sont en lice pour le poste de prudhomme major. Pontic l'emportera par 45 voix contre 43 à Gourmandin. Celui-ci sera élu second prudhomme. Puis, Louis Richard est élu troisième prudhomme et Etienne Molinié sera le quatrième.

 

Ainsi s'éclaire un point de l'histoire de Sète : la première élection des prudhommes. Et on peut évoquer, après 1789, une reconstruction démocratique de ce qui est encore le royaume de France.

Hervé Le Blanche

Photo : HLB

Emmanuelle Darmon reçue par le 1er Prud'homme de Thau

Ce lundi 29 mars 2021, Jean-Marie Ricard, 1er Prud'homme de Thau, a reçu à Bouzigues, Emmanuelle Darmon, Sous-Préfète de l 'Hérault et secrétaire Générale Adjointe de la Préfecture, pour des échanges qui se sont poursuivis durant plusieurs heures.

Tous les deux ont pu ainsi réaliser un point précis sur la situation de la pêche sur l'étang de Thau.prud-2939255694266711635

Une sortie en bateau a permis à Madame Darmon de se rendre sur plusieurs sites, les observer,  tandis que Jean-Marie Ricard pouvait lui donner toutes les précisions nécessaires à différents niveaux  du côté sanitaire jusqu'à celui des quantités pêchées, du respect de la réglementation... Entre-autres.

Au retour, une synthèse des observations a été réalisée dans le bureau de la prud'homie de Bouzigues.

Une mise en valeur de la pêche sur le bassin de Thau qui sous un soleil presque estival n'aura pas laissé insensible Madame Darmon.

A savoir : La fonction des prud’homies, que l’on appelle également Communautés de patrons-pêcheurs, est d’organiser l’exploitation d’une ressource commune par l’ensemble des pêcheurs d’un lieu.
Sur la lagune, nous trouvons la prud’homie Sète-étang de Thau (dirigée par un Prud’homme major également appelé Premier prud’homme) qui regroupe de petites prud’homies locales (Bouzigues, Frontignan, Marseillan, Mèze, Sète).