Pêche

Retour sur la 11ème édition des Assises de la Pêche et des Produi ts de la Mer

RETOUR SUR LA ONZIÈME ÉDITION DES
ASSISES DE LA PÊCHE ET DES PRODUITS DE LA MER

Vous étiez plus de 400 à participer à l’événement et nous tenons à vous remercier d’avoir répondu présents à cette onzième édition des Assises de la Pêche et des Produits de la Mer à Saint-Pol-de-Léon/Roscoff, couronnées par une très belle soirée à bord de l'Armorique de Brittany Ferries !

Après deux reports, ces Assises ont été un défi à organiser en raison de la situation sanitaire exceptionnelle que nous vivons. Nous aimerions remercier l’ensemble des partenaires de leur confiance et les intervenants qui ont fait la richesse des échanges et des débats.

 

Nous nous mettons à votre écoute afin d’améliorer les prochaines éditions et nous vous remercions de bien vouloir répondre à un questionnaire de satisfaction.

Baisse de taille des sardines en Méditerranée : le rôle de l’alimentation expliqué par l'Ifremer

La baisse de taille des sardines en Méditerranée est liée à une évolution de leur nourriture et de l’environnement du golfe du Lion. Tels sont les principaux résultats du projet scientifique Mona Lisa, mené par l’Ifremer en partenariat avec les pêcheurs. La restitution finale a lieu à Sète.

 Plusieurs centaines de sardines ont été prélevées en mer avec l'aide des pêcheurs professionnels

 

Sardines, Fond Blanc, Deux Poisson

Maillons essentiels de la chaîne alimentaire dans l’océan, les sardines comptent parmi les poissons les plus pêchés au monde. Mais depuis le milieu des années 2000, pêcheurs et scientifiques constatent une forte diminution de la taille et du poids des individus sur nos côtes. En Méditerranée, leur taille est passée de 15 à 11 cm en moyenne, leur poids de 30 g à 10 g, et les sardines de plus de deux ans ont disparu. Ces sardines plus petites et plus jeunes sont très peu valorisables commercialement. Les recherches menées par l’Ifremer ont montré que ce n’était ni la pêche, ni les prédateurs naturels (thon ou dauphin), ni un virus qui en étaient la cause, mais leur alimentation. Le plancton est moins nourrissant, ce qui vient d’être confirmé par les résultats du projet scientifique Mona Lisa.

La quantité de micro-algues dans le golfe du Lion a globalement baissé de 15%

Les scientifiques ont d’abord pu analyser toutes les données qui pourraient expliquer une baisse de qualité du plancton dans le golfe du Lion. « Les images par satellite montrent clairement une baisse de la quantité de micro-algues au milieu des années 2000, allant jusqu’à 15%. C’est-à-dire au moment où on commençait à observer la baisse de taille des sardines », explique Jean-Marc Fromentin, chercheur à l’Ifremer à Sète (34). Cette diminution de la production de plancton pourrait aussi s’accompagner d’un changement de leur taille : les cellules planctoniques seraient plus petites et moins énergétiques pour les poissons qui les consomment, comme la sardine ou l’anchois.

 En Méditerranée, la taille des sardines est passée de 15 cm à 11 cm en moyenne en dix ans

Ces modifications résulteraient de changements environnementaux régionaux importants, se traduisant par une baisse des nutriments apportés par le Rhône, des modifications de la circulation atmosphérique et océanique, et une augmentation globale de la température de 0,5°C en 30 ans en moyenne en lien avec le changement climatique. Poisson, Argent, Sardine, Aquatique

L’effet d’une nourriture de petite taille testé en bassin

En complément de ce suivi sur le milieu naturel, les scientifiques ont pu mener une expérimentation inédite par son ampleur, en milieu contrôlé. 450 sardines âgées d’un an, capturées en mer avec l’aide des pêcheurs professionnels, ont été acclimatées pendant sept mois dans huit bassins à la station expérimentale Ifremer de Palavas-les-Flots (34). Objectif : tester l’effet de la taille et de la quantité de nourriture sur la survie, la croissance et les réserves des poissons. Les sardines ont ainsi été réparties en quatre groupes avec des aliments de petite ou grande taille, en petite ou grande quantité selon les bassins.

 Les sardines ont été réparties en 8 bassins pour tester l'effet de leur alimentation sur leur croissance© Ifremer

« Nous avons été surpris par l’effet très important de la taille de l’aliment, raconte Claire Saraux, anciennement chercheuse à l’Ifremer et maintenant au CNRS. Une sardine recevant des aliments de petite taille doit en avoir une double portion pour grandir comme une sardine avec des aliments de grande taille. »

En effet, avec des aliments de petite taille, la sardine consomme ses proies en mode « filtration » au travers de ses branchies, ce qui implique une nage soutenue pendant une assez longue période de temps. Avec des aliments de grande taille, la sardine gobe ses proies une par une, ce qui requiert un temps de nage soutenue bien moins long et donc une moindre dépense d’énergie.

Les sardines nourries en grande quantité avec des aliments de plus grande taille ont retrouvé une taille similaire à celles pêchées avant 2008. La démonstration sur la responsabilité de l’alimentation est ainsi bouclée.

À propos
Le projet Mona Lisa (Recherches sur les fortes MOrtalités NAturelles et Les Indicateurs pour la gestion des stocks de Sardines et d’Anchois de Méditerranée) a débuté en 2016. Il a été piloté par l’Ifremer, en partenariat avec l’UPMC (Université Pierre et Marie Curie – Laboratoire d’océanographie de Villefranche sur Mer) et l’AMOP (Association méditerranéenne des organisations de producteurs). Le projet a été financé par le FEAMP (Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche) et par FFP (France filière pêche).

La ministre de la Mer en ouverture des Assises de la pêche et des produits de la mer 2021

LE RENDEZ-VOUS DES DÉCIDEURS DE LA FILIÈRE PÊCHE ET DES PRODUITS DE LA MER

Organisées depuis 2010, les Assises de la Pêche et des Produits de la Mer sont devenues le principal rendez-vous annuel des décideurs publics et privés de la filière Pêche et Produits de la Mer.

Cette année, l'événement s'articulera autour de 8 grandes thématiques ainsi que d'une matinée dédiée au Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) avec FranceAgriMer.

DÉCOUVREZ LE PROGRAMME COMPLET

LA PECHERIE THON ROUGE DE LIGNE , CERIFIEE MSC !

DES PECHEURS ARTISANS COTIERS ENGAGES POUR LA PREMIÈRE PÊCHERIE DE THON ROUGE CERTIFIÉE MSC EN MEDITERRANEE FRANCAISE

 

La SA.THO.AN et l’Association VALPEM (Association pour la Valorisation des Produits de la Pêche en Méditerranée) oeuvrent main dans la main pour le développement d’activités durables de pêche pour les générations futures.

Depuis 2017, la pêcherie de thon rouge (Thunnus thynnus) habilitée à la marque collective THON ROUGE DE LIGNE PÊCHE ARTISANALE, s’est engagée dans un projet d’éco-certification. L’objectif était de faire reconnaître les bonnes pratiques de pêche et de gestion de la pêcherie définies  comme exigences dans le règlement d’usage de la marque (suivi des quotas, enregistrement des captures, traçabilité des produits, sélectivité des engins, évitement des captures accidentelles, partenariats scientifiques,…), par l’obtention d’une certification reconnue attestant ces bonnes pratiques.

Parmi les référentiels disponibles, le label Marine Stewardship Council (MSC) est apparu tout à fait adéquat. Basé sur le code de conduite pour une pêche responsable de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), ce label, de plus en plus connu des consommateurs, a pour objectif de promouvoir une gestion durable des stocks de poissons, en garantissant l’utilisation de modes de pêche responsables par les pêcheries qui s’engagent à :

  • Assurer la pérennité des stocks de poissons dans leurs zones de pêche en évitant toute surexploitation
  • Réduire l’impact de leur activité sur les écosystèmes marins
  • Avoir un système de gestion efficace permettant de respecter toutes les réglementations en vigueur aux niveaux local, national, et international, et de s’adapter au plus vite à leurs évolutions.

Cette démarche de certification MSC concerne aujourd’hui 23 des 55 navires adhérents à la SATHOAN détenteurs d’une autorisation européenne de pêche au thon rouge (tous habilités par la marque Collective « Thon Rouge de Ligne »). Il s’agit de petits navires côtiers pêchant exclusivement aux métiers de l’hameçon (ligne, traîne, palangre) dans le golfe du Lion, les eaux corses ou au nord des Baléares. Le poisson est commercialisé en frais sur les marchés de consommation régionaux et nationaux.

Ainsi, cette pêcherie artisanale est la toute première pêcherie française de thon rouge certifiée par l’écolabel MSC. C’est aussi, la deuxième pêcherie de thon rouge éco-certifiée MSC au monde après la pêcherie palangrière japonaise Usufuku Honten.

Cette reconnaissance de la durabilité de la pêcherie est le fruit du travail d’équipe de toute une filière (pêcheurs, mareyeurs, poissonniers) et des efforts individuels constants et partagés entre tous ces acteurs.

Il n’aurait pu être mené sans les soutiens de l’Association interprofessionnelle France Filière Pêche, de la Région Occitanie et du Département de l’Hérault, qui auront donc permis au cours des six dernières années le déploiement de partenariats et d’actions scientifiques avec l’IFREMER sans précédent sur la pêcherie méditerranéenne de thon rouge.

Le communiqué de SATHOAN : ICI

La présentation de la pêcherie : ICI

La liste des navires certifiés : ICI

Le communiqué du MSC : ICI

Le dossier de certification : ICI

Connectivité des poissons côtiers sur le littoral méditerranéen

Le projet Connect-Med (connectivité des poissons à l’interface lagune – mer en Méditerranée) est un projet de recherche ciblant quatre espèces côtières, la daurade royale, le loup, le muge et la saupe, au sein des lagunes méditerranéennes. Plus de 360 poissons ont déjà été marqués depuis le démarrage du projet en 2017.

L’objectif du projet est de mieux comprendre la connectivité de ces espèces entre les lagunes et la mer en fonction de différents types d’habitats, naturels ou exploités (conchyliculture) et des conditions environnementales (température de l’eau, vent, oxygène…).

Ce projet est mené par l’UMR MARBEC (Ifremer, le CNRS, l’Institut de recherche pour le développement (IRD), Université Montpellier), en collaboration avec de nombreux partenaires financiers dont l’Agence française pour la Biodiversité et de nombreux partenaires scientifiques et techniques dont la majorité des Parcs Marins entre Marseille et la frontière espagnole.

Les données permettent :

  • d’estimer la fidélité de ces espèces à une ou plusieurs lagunes,
  • de quantifier le temps passé dans les lagunes et en mer en fonction des saisons,
  • d’avoir une vision globale de la connectivité régionale des espèces,
  • d’avoir une meilleure connaissance de leur site de reproduction.

Des telles informations sont aujourd’hui indispensables pour contribuer à la mise en place d’une gestion durable de ces ressources exploitées.

Des espèces suivies

 

270 daurades (Sparus aurata), 150 loups (Dicentrarchus labrax), 50 saupes (Sarpa salpa) et 50 muges (Mugil spp) seront marqués entre 2017-2020. Actuellement, sont comptés 360 poissons marqués depuis juin 2017 (dont 202 en 2019).

A l’attention des pêcheurs côtiers pour aider au signalement des poissons marqués. L’identification du poisson, la date, l’heure, le lieu de pêche sont nécessaires au suivi.

En savoir plus : https://pole-lagunes.org/projet-connect-med/

Une matinée FEAMP - Assises de la pêche et des produits de la mer 2021

MATINÉE FEAMP

Cette année, les Assises de la Pêche et des Produits de la Mer débuteront par une séquence FEAMP (Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche) avec FranceAgriMer.

 

L'occasion de présenter 3 projets innovants soutenus par le fonds européen :

- Projet Instant Fish

- Projet Alteration

- Projet Snotra

 

Le Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche (FEAMP) intervient dans le cadre de la politique commune de la pêche et de la politique maritime intégrée. Pour la période 2014-2020, la France bénéficie d’une enveloppe globale de 588 millions d’euros de crédits du FEAMP.

Assises de la pêche et des produits de la mer 2021 – la billetterie

LA BILLETTERIE EST OUVERTE

RETROUVEZ-NOUS LES 18 & 19 NOVEMBRE

À SAINT-POL DE-LÉON/ROSCOFF

Le pôle mer du groupe Ouest-France, avec le soutien de la Région Bretagne, des départements du Finistère, des Côtes d’Armor et du Morbihan et de Haut-Léon Communauté, vous donnent rendez-vous pour cette onzième édition au Centre de congrès le Kerisnel à Saint-Pol-de-Léon les 18 et 19 novembre prochains.

OBTENIR MON BADGE

FACE AUX CRISES ET AUX NOUVEAUX DÉFIS,

LA FILIÈRE COMBATIVE

Cette année, l'événement s'articulera autour de 8 grandes thématiques ainsi qu’une matinée dédiée au Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) avec FranceAgriMer :

  • Le marché des produits de la mer à l’épreuve des crises (coronavirus, Brexit, partage de l’espace maritime)

  • Après le Brexit, quels rapports de force dans les pêcheries de l’Atlantique nord-est, avec Norvège, Islande, Féroé et Groenland et maintenant le Royaume-Uni comme pays tiers ?

  • Et la Méditerranée ? Les pêcheurs face au plan West Med, à la pollution et au futur partage de leurs espaces.

  • L’avenir de la stratégie française des Aires marines

  • Les négociations à l’OMC, vers un modèle vertueux ? Les décisions prises en juillet et leurs conséquences sur la pêche.

  • Cohabiter avec les mammifères marins

  • Cultiver les algues : une exploitation durable et une voie de diversification

  • Transmission d’entreprise : cédants et repreneurs témoignent

 


                                                                                RETROUVEZ LE PROGRAMME ICI

La pêche des oursins à la drague sur l'étang de Thau

 

Fabrice JEAN, pêcheur "petits-métiers" sur l'étang de Thau nous présente son travail à la drague afin de capturer des oursins. Les dragues sont constituées d’un « panier » en métal ou en filet, fixé sur une armature rigide. Sa partie inférieure est munie d’une lame ou de dents qui raclent le sédiment. Depuis ce reportage, tourné dans des conditions quelque peu difficiles avec du vent et de la houle, il ne reste plus que 3 pêcheurs professionnels qui pratiquent cette pêche traditionnelle.
Un reportage de Jean-Marc Roger.

» Retouvez Jean-Marc Roger et ses reportages sur sa chaîne YOU TUBE : Fenêtre sur le sud.

A la rencontre des pêcheurs de Thau

A la rencontre des pêcheurs de Thau, qui nous parlent de leur métier, et nous emmènent découvrir la pêche à la battue, de nuit, autour des tables conchylicoles... Embarquez avec nous ...
 
 

Avec la SATHOAN : Débat public – Projet de ferme éolienne commerciale dans le golfe du Lion (Mer Méditerranée)

Le 28 Juillet 2021 – Alors que le débat public sur l’éolien flottant en Méditerranée a débuté il y a un peu plus de quinze jours, la rédaction de notre cahier d’acteur est terminée !

Ce document, destiné au grand public comme au maître d’ouvrage, défend les positions des pêcheurs sur le projet et partage leurs questionnements, afin de garantir que leur parole soit bien écoutée dans un débat où de nombreux acteurs seront présents.

Le cahier d’acteur est d’ores et déjà consultable en ligne et sera publié par la Commission du Débat Public dans les semaines à venir.