Pêche

14 et 15 juin : Assises de la pêche et des produits de la Mer

Le rendez-vous des décideurs de la filière pêche et des produits de la mer
 
 Assises de la pêche et des produits de la mer
 

Organisées depuis 2010, les Assises de la Pêche et des Produits de la Mer sont devenues le principal rendez-vous annuel des décideurs publics et privés de la filière Pêche et des Produits de la Mer (Production, transformation et distribution).

Chaque année depuis 2010, les Assises de la pêche et des produits de la mer réunissent l’ensemble des acteurs de la filière pêche, de la production à la distribution en passant par la transformation. Pendant deux jours, des centaines de décideurs issus des secteurs public et privé se retrouvent afin d’aborder les enjeux qui les concernent, partager leurs expériences et apporter leur vision.

Devenu rapidement le rendez-vous annuel majeur de la filière, l’événement, organisé par le marin, Produits de la Mer, Cultures Marines et Ouest-France, attire en un même lieu :

  • Producteurs et organisations de producteurs
  • Mareyeurs
  • Entreprises de transformation
  • Distribution (grossistes, GMS, restauration collective, restauration, groupements de poissonneries…)
  • Administrations françaises et européennes
  • Collectivités locales
  • Organisations non gouvernementales
  • Entreprises de services (conseil, certification, services financiers…)

Un record de participation a été battu en 2017, à Quimper, où 550 professionnels sont venus écouter les 47 intervenants inscrits au programme, au premier rang desquels figurait Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. L’édition 2018 des Assises de la pêche et des produits de la mer se déroulera en Méditerranée à Sète, les 14 et 15 juin

JEUDI 14 JUIN


 

08h00 : Ouverture des portes du Théâtre Molière – Café d’accueil

09h00 : Ouverture des Assises de la pêche et des produits de la mer

09h05 : Accueil par François Commeinhes, maire de Sète

09h15 : Intervention de Carole Delga, présidente de la région Occitanie

09h25 : Filières halieutiques en Occitanie : comment préparer l’avenir ?
Fanny Brivoal, secrétaire générale du Comité régional des pêches et des élevages marins des Pays de Loire
Paul Gros, représentant de l’organisation de producteurs OP du sud
Emmanuel Fournier, vice-président du Comité régional conchylicole de Méditerranée
Patrice Lafont, président du Comité régional de la conchyliculture de la Méditerranée
André Lubrano, président du Cépralmar (centre d’études et de promotion des activités lagunaires et maritimes)
Bernard Perez, président du Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins d’Occitanie
Frédérick Reste, Premier prud’homme de la prud’homie de Port-le-Nouvelle Bages-Sigean

10h40 : Pause

11h15 :  Entretien croisé : les ambitions maritimes occitanes et la mise en œuvre de Littoral 21.
Didier Codorniou, président du Parlement de la mer d’Occitanie
Jean-Claude Gayssot, président de l’établissement public régional du port de Sète Frontignan
Thierry Ravot, directeur régional Occitanie de la Caisse des dépôts et consignations

11h45 : Intervention de Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

12h15 : Cocktail déjeunatoire – Maison de la mer – voir plan

14h15 : Pêche, aquaculture, environnement, énergies marines… Comment concilier les usages ?
Pierre-Yves Andrieu, directeur de la Direction interrégionale de la Mer Méditerranée
Benoît Figarède, chef de projets pêche et usages d’EDF Énergies Nouvelles France
Pierre Karleskind, vice-président chargé de la mer et des infrastructures portuaires de la Région Bretagne
Philippe Le Gal, président du Comité national de la conchyliculture
Christian Molinero, président du Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Michel Moly, président du Parc naturel marin du golfe du Lion

15h20 : Entretien : les recherches sur la mer et le littoral en lien avec la société : l’initiative MUSE
Philippe Augé, président de l’Université de Montpellier
Laurent Dagorn, coordinateur de la Key Initiative MUSE ” Sea and Coast” (Mer et Littoral)
François Pierrot, directeur exécutif de l’I-SITE MUSE

15h35 : Les innovations en aquaculture
François Allal, chercheur spécialiste de la genomique en aquaculture, UMR Marbec de l’Ifremer
Pascal Goumain, président du groupe AMP Saumon de France
Laurent Labbé, directeur de la pisciculture expérimentale Inra des Monts d’Arrée

16h15 : Pêche : focus sur une innovation en matière de sélectivité
Christophe Corbières, directeur du développement des activités de pêche chez iXblue
Gildas Le Corre, responsable du programme pêche et aquaculture durables du Pôle Mer Méditerranée

16h30 : Pause

16h55 : Entretien
Bruno Liguori, président du Crédit maritime mutuel de méditerranée

17h05 : Comment entretenir l’attractivité des métiers de la filière ?
Charlotte Abadie, directrice générale du groupe Mericq
Antoine Le Garrec, directeur général de Cap Bourbon
Silvère Moreau, président de l’Union nationale des poissonniers français
Peter Samson, président de l’Union du mareyage français
Michel Tudesq, directeur du Lycée maritime de Sète

18h15 : Fin de la première journée

19h30 : Cocktail dînatoire sur le port de Sète –  voir plan d’accès

 

VENDREDI 15 JUIN


 

08h00 : Ouverture des portes du Théâtre Molière – Café d’accueil

09h00 : Plans de filières, quelles pistes retenues ?
Hubert Carré, directeur général du Comité national des pêches maritimes et des élevages marins
Aurélie Dessein, directrice de la criée aux poissons des pays d’Agde
Jérôme Lafon, délégué filière pêche et aquaculture de FranceAgriMer
Philippe Le Gal, président du Comité national de la conchyliculture
Eric Mezrich, président de la commission marchés/communication du Comité interprofessionnel des poissons d’aquaculture
Jacques Woci, président de France Filière Pêche

10h15 : Entretien. Le statut réformé de la société de pêche artisanale
Jean-Maurice Majou, directeur de l’Association de gestion et de comptabilité du littoral Atlantique

10h25 : Pause

10h55 : La société change, ses attentes aussi, comment y répondre ? Rassurer, prévenir, anticiper
Thomas Canetti, président de Sovintex
Marion Fischer, déléguée générale de France Filière Pêche
Sarah Lelong, consultante en gouvernance et gestion des pêches chez Consult’Ocean
Bertrand Wendling, directeur de Sa.Tho.An

11h55 : Aléas conchylicoles : vers une contribution de la profession
Philippe Ortin, président du secteur II, moules et autres coquillages au Comité national de la conchyliculture
Eric Zunino, sous-directeur de l’aquaculture et de l’économie des pêches à la Direction des pêches maritimes et de l’aquaculture

12h10 : Cocktail déjeunatoire – Maison de la mer – voir plan

14h00 : Entretien – Lancement d’un diagnostic des besoins de renouvellement et de modernisation de la flotte de pêche française
François Lambert, délégué général du Groupement des industries de construction et activités navales

14h10 : Consommer « local » est en vogue. L’identité régionale, une carte à jouer ?
Véronique Britto, directrice commerciale de la Conserverie Azaïs Polito
Antoine Gorioux, directeur général de Guyader

14h40 : Présentation du plan européen pour la durabilité de la pêche en Méditerranée
Frédéric Gueudar-Delahaye, directeur de la Direction des pêches maritimes et de l’Aquaculture
Gérard Romiti, président du Comité National des pêches maritimes et des élevages marins

15h25 : Pause

15h55 : Entretien. Prud’homie, une institution méditerranéenne ancestrale
Philippe Timothée, second Prud’homme de Palavas-les-flots

16h05 : Thon rouge : rassurer les consommateurs et gérer la ressource
Hervé Barba, directeur général du groupe Barba
Bernard Benassy, directeur de Poissonnier Corail
Jean-Marc Fromentin, directeur de recherche à l’Ifremer de Sète
Serge Larzabal, président de la commission thon rouge au Comité national des pêches maritimes et des élevages marins
Élodie Martinie-Cousty, pilote du réseau Océans, mers et littoraux, France Nature Environnement
David Milly, directeur de l’Organisation de producteurs des pêcheurs d’Aquitaine

17h10 : Clôture des Assises

 

L'avenir de la pêche en discussion à Sète

Afficher l'image d'origine

 Les Assises nationales de la pêche et des produits de la mer se déroulent pour la première fois en Méditerranée à Sète ce jeudi et vendredi.

C'est une grande première en Méditerranée et c'est Sète qui a été choisie pour en être la terre d'accueil. Les Assises nationales de la pêche et des produits de la mer ont débuté ce jeudi matin au Théâtre Molière.

Inauguré par François Commeinhes et la présidente de Région, Carole Delga, l'événement a ensuite reçu la visite du ministre de l'Agriculture Stéphane Travert.

peccP1060968

L'île singulière bien armée « Hier comme aujourd'hui et encore demain, j'utiliserai toute mon énergie et mon influence pour défendre vos métiers qui sont un socle de notre économie et de notre identité » souligne le maire de Sète.

Avec l'un des ports les plus importants de France, une économie maritime toujours en développement et un soutien fort de la région, l'île singulière est bien armée. Mais elle doit faire face, comme partout ailleurs en Méditerranée, aux questions de pollution, de surpêche et de fragilisation des petits métiers.

peccP1060952

François Commeinhes ne manquait pas de le rappeler :

la Méditerranée est un joyau fragile soumis « aux aléas environnementaux et climatiques ».

Et il rajoutait :"j’utiliserai toute mon énergie et mon influence pour défendre vos métiers qui sont un socle de notre économie et de notre identité."

"Et n’aurai de cesse d’innover pour assurer le renouvellement des générations, en favorisant notamment la diversification des professions de conchyliculteurs ou pêcheurs, comme je m’en ouvrirai à Monsieur le ministre de l’Agriculture, qui nous fera aujourd’hui l’honneur de sa visite.

Je pense que le statut devrait être assoupli pour permettre aux professionnels de la pêche et conchyliculture, durant certaines périodes plus calmes ou difficiles économiquement, de bénéficier de diversifications, notamment par le tourisme, et transposer leur savoir-faire dans d’autres activités proches…

Tout en gardant leur métier original comme activité principale, ces excellents connaisseurs des conditions de navigation sur la lagune de Thau pourraient ainsi compléter leur rémunération, tout en favorisant l’installation d’une nouvelle mission de service public. Celle, en particulier, de l’offre de transport collectif lagunaire, que l’agglomération entend développer dans les prochaines années pour relier entre elles les communes. Elle verrait ainsi sa rentabilité améliorée, tout en consolidant les activités de pêche et cultures marines…"

peccP1060958

« Le développement de la pêche doit prendre en compte les enjeux écologiques . Le Monde de la pêche rencontre de nombreuses contraintes, des difficultés économiques et des fragilités. » soulève de son côté Carole Delga, la présidente de la Région, en rappelant son attachement à la défense de la filière en Occitanie : " La Région est attentive à celle-ci avec en particulier la conchyliculture. Nous ferons notre possible pour valoriser la Méditerranée et préserver ses ressources et ses richesses, pour la valoriser aussi."

Pour soutenir le secteur, des solutions ont vu le jour comme le plan littoral 21, qui accompagne la transformation économique du secteur maritime, ou le Parlement de la mer créé en 2013 mais il faudra « aller plus loin » notent les intervenants.

Un projet sur le bassin de Thau A l'échelle de Sète Agglopôle Méditerranée, une des futures mesures pourrait être la mise à l'abri d'un stock protégé du bassin de Thau en cas de toxi-infection bloquant la production. « Un projet qui sera assez unique en France s'il aboutit » commente Patrice Lafont, président du Comité régional de la conchyliculture en Méditerranée.

D'autres pistes ont également été évoquées pour répondre aux inquiétudes comme le soutien des labellisations, la mise en valeur des produits de la mer et la modernisation des outils de production. « Je crois en la responsabilité de chacune et de chacun pour prendre en main les destinées de cette filière et je crois en les métiers de la mer » rassure Stéphane Travert.

travCapture

Le ministre devait se rendre dans l'après-midi à la Criée. (La vidéo : https://www.facebook.com/sete.fr/videos/940733202764528/?t=13)

Sète accueillera les Assises nationales de la Pêche et des Produits de la Mer

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a été retenue pour organiser l'édition 2018 des Assises nationales de la Pêche et des Produits de la Mer (APPM), à Sète en juin prochain. Devenues le rendez-vous annuel et majeur des professionnels du secteur depuis 2010, c'est la première fois qu'elles se dérouleront sur le littoral méditerranéen.

Afficher l'image d'origine
L'annonce a été faite cet après-midi au cours de l'édition 2017 qui se tient actuellement à Quimper. Chaque année, les APPM réunissent l'ensemble des acteurs de la filière pêche (pêcheurs, mareyeurs, transformateurs, chercheurs...) qui se retrouvent afin d'aborder ensemble les enjeux et les problématiques actuelles de la filière, partager leurs expériences et apporter leur vision de l'avenir.

« Avec 220 km de rivages, le parc naturel marin du Golfe du lion (4 000 km²), 20 stations balnéaires, 70 ports de plaisance, 3 ports de commerce et 4 criées, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée est résolument tournée vers la mer. Dans cet écosystème, les activités de pêche et d'aquaculture y jouent un rôle majeur et leader en Méditerranée.
Je me réjouis donc que notre candidature à l'organisation des Assises de la Pêche et des Produits de la Mer ait été retenue. Après Paris, Lorient, Boulogne-sur-Mer, les Sables d'Olonne et Quimper, nous aurons le plaisir d'accueillir l'édition 2018 à Sète les 14 et 15 juin. Je rencontrerai le Comité régional des pêches le 17 novembre à Port-la-Nouvelle et donnerai des premières informations sur la tenue de ces Assises nationales. » a souligné Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

Lors de ces assises à Quimper, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a reçu le prix coup de cœur innovation, dans la catégorie Concepts & Restauration, pour le projet Valdora.
André Lubrano, Conseiller régional et Président du Cépralmar (Centre d'étude pour la promotion des activités lagunaires et maritimes), a détaillé cette innovation devant plus de 600 participants : « A l'initiative de 3 pêcheurs locaux et soutenu par le Cépralmar, nous proposons une opération de mise en viviers de daurades sauvages de l'étang de Thau au mois d'octobre quand celles-ci rejoignent la mer. Cela va permettre de lutter contre l'effondrement des prix en élargissant la période de vente et offrira ainsi aux pêcheurs professionnels la possibilité de mieux valoriser leurs prises ».

Deux jours à Sète pour les Assises de la pêche et des produits de la mer 2018

Les 9es Assises de la pêche et des produits de la mer jettent l'ancre pour 2 jours en Méditerranée

mermerCapture

 

Pour la première fois de leur histoire, les Assises de la pêche et des produits de la mer se dérouleront en Méditerranée. Cette 9e édition, qui aura lieu les 14 et 15 juin prochains, aura pour cadre le prestigieux théâtre Molière de Sète. Ce rassemblement national annuel de tous les acteurs de la filière, en présence notamment de Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, de Carole Delga, présidente de la région Occitanie,  de Didier Codorniou, président du Parlement de la mer d’Occitanie, de Gérard Romiti, président du Comité National des pêches maritimes et des élevages marins, ainsi que de Jacques Woci, président de France Filière Pêche, abordera les principales problématiques nationales et régionales, notamment méditerranéennes.

Les Assises de la pêche et des produits de la mer, rendez-vous annuel majeur de la filière, sont organisées par le marinProduits de la MerCultures Marines et Ouest-France. Tous les acteurs de la filière, issus des secteurs public et privé, se réuniront pendant deux jours de conférences. Plus de 40 intervenants seront présents pour apporter leur vision et débattre sur les problématiques actuelles de la profession telles que : la pêche durable en Méditerranée, les filières halieutiques en Occitanie, l’identité régionale, les innovations en aquaculture ou encore comment concilier les usages de la pêche, l’aquaculture, l’environnement, et les énergies marines.

Le programme avec les intervenants

Programme provisoire, en cours d’élaboration.
Seuls les noms des intervenants ayant confirmé leur participation apparaissent dans ce programme.

Jeudi 14 juin

08h00 : Ouverture des portes du Théâtre Molière – Café d’accueil

09h00 : Ouverture des Assises de la pêche et des produits de la mer

09h05 : Accueil par François Commeinhes, maire de Sète

09h15 : Intervention de Carole Delga, présidente de la région Occitanie

09h25 : Entretien croisé : les ambitions maritimes occitanes et la mise en œuvre de Littoral 21.

Didier Codorniou, président du Parlement de la mer d’Occitanie

Thierry Ravot, directeur régional Occitanie de la Caisse des dépôts et consignations

09h40 : Pause

10h15 : Filières halieutiques en Occitanie : comment préparer l’avenir ?

André Lubrano, président du Cépralmar (centre d'études et de promotion des activités lagunaires et maritimes)

Bernard Perez, président du Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins d’Occitanie

Patrice Lafont, président du Comité régional de la conchyliculture de la Méditerranée

11h45 : Intervention de Stéphane Travert,ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

12h15 : Cocktail déjeunatoire – Maison régionale de la mer

14h15 : Pêche, aquaculture, environnement, énergies marines… Comment concilier les usages ?

Pierre-Yves Andrieu,directeur de la Direction interrégionale de la Mer Méditerranée

Benoît Figarède, chef de projets pêche et usages d’EDF Énergies Nouvelles France

Pierre Karleskind, vice-président chargé de la mer et des infrastructures portuaires de la Région Bretagne

Philippe Le Gal, président du Comité régional de la conchyliculture Bretagne Sud

Christian Molinero, président du Comité régional des pêches maritimes et des élevages marins de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur

15h15 : Les innovations en aquaculture

François Allal, chercheur spécialiste de la génomique en aquaculture, UMR Marbec de l’Ifremer

Philippe Balma, président du Syndicat français de l'aquaculture marine et nouvelle

Laurent Labbé, directeur de la pisciculture expérimentale Inra des Monts d'Arrée

16h15 : Pêche : focus sur une innovation en matière de sélectivité

Gildas Le Corre, responsable du programme pêche et aquaculture durables du Pôle Mer Méditerranée

16h25 : Pause

16h55 : Entretien

17h05 : Comment entretenir l’attractivité des métiers de la filière ?

Charlotte Abadie, directrice générale du groupe Mericq

Antoine Le Garrec, directeur général de Cap Bourbon

Peter Samson, président de l’Union du mareyage français

Michel Tudesq, directeur du Lycée maritime de Sète

18h15 : Fin de la première journée

 

19h30 : Cocktail dînatoire au Môle Saint-Louis

 

 Vendredi 15 juin

08h00 : Ouverture des portes du Théâtre Molière – Café d’accueil

09h00 : Plans de filières, quelles pistes retenues ?

Gérard Romiti, président du Comité National des pêches maritimes et des élevages marins

Jérôme Lafon, délégué filière pêche et aquaculture de FranceAgriMer

Jacques Woci, président de France Filière Pêche

10h15 : Entretien. Le statut réformé de la société de pêche artisanale

10h25 : Pause

10h55 : La société change, ses attentes aussi, comment y répondre ? Rassurer, prévenir, anticiper

Selim Azzi,‎chargé de programme pêche et aquaculture durable de WWF

Thomas Canetti,président de Sovintex

Marion Fischer, déléguée générale de France Filière Pêche

Bertrand Wendling,directeur de Sa.Tho.An

11h55 : Entretien. Aléas conchylicoles : vers une contribution de la profession

Eric Zunino,sous-directeur de l'aquaculture et de l'économie des pêches à la Direction des pêches maritimes et de l'aquaculture

12h10 : Cocktail déjeunatoire – Maison régionale de la mer

14h00 : Entretien – Lancement d’un diagnostic des besoins de renouvellement et de modernisation de la flotte de pêche française

François Lambert, délégué général du Groupement des industries de construction et activités navales

14h10 : Consommer « local » est en vogue. L’identité régionale, une carte à jouer ?

Véronique Britto, directrice commerciale de la Conserverie Azaïs Polito

15h10 : Présentation du plan européen pour la durabilité de la pêche en Méditerranée

Frédéric Gueudar-Delahaye, directeur de la Direction des pêches maritimes et de l'Aquaculture

Veronika Veitz, directrice du Département de la politique de la pêche dans la mer Méditerranée et la mer Noire à la Direction générale des affaires maritimes et de la pêche à la Commission européenne

15h40 : Pause

16h00 : Entretien. Prud’homie, une institution méditerranéenne ancestrale

Philippe Timothée, second Prud'homme de Palavas-les-flots

16h10 : Thon rouge : rassurer les consommateurs et partager les quotas

Hervé Barba, directeur général du groupe Barba

Bernard Benassy, directeur de Poissonnier Corail

David Milly, directeur de l’Organisation de producteurs des pêcheurs d’Aquitaine

17h10 : Clôture des Assises – Annonce de l’édition 2019

Bilan 2017 - Assises de la pêche et des produits de la mer from Assises de la Pêche et PdM on Vimeo.

 

Informations pratiques

  • 14 et 15 juin 2018
  • Conférences : Théâtre Molière - Avenue Victor Hugo, 34200 Sète
  • Cocktail déjeunatoire : Maison régionale de la mer - 2 Quai Philippe Régy, 34200 Sète
  • De 9h à 18h15 le jeudi, suivi d’un cocktail dinatoire au Môle Saint-Louis (transport aller en navettes fluviales depuis la maison de la mer)
    De 9h à 17h10 le vendredi

La fête des pêcheurs d'Occitanie

Samedi 16 juin, l’Occitanie met à l’honneur ses pêcheurs et les produits de la mer. Sur tout notre littoral, des animations vous permettront de rencontrer les professionnels, mieux connaitre leur métier, visiter leurs navires et déguster leurs produits.

Le tout dans une ambiance festive comme peuvent le faire nos marins-pêcheurs.

Il y a forcément un lieu près de chez vous alors embarquez avec nous.

pechCapture

Découvrez le programme des 9e Assises de la pêche et des produits de la mer

La 9e édition des Assises de la pêche et des produits de la mer se déroulera pour la première fois en Méditerranée à Sète, au théâtre Molière, les 14 et 15 juin 2018. Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, honorera de sa présence ce rassemblement des acteurs de la filière pêche.

En 2017, lors de la 8e édition à Quimper, un record de participation avait été battu : 550 professionnels étaient venus écouter les 47 intervenants inscrits au programme, les Assises confirmant ainsi leur statut de rendez-vous annuel majeur de la filière.

Les Assises de la pêche et des produits de la mer, organisé par le marin, Produits de la Mer, Cultures Marines et Ouest-France, verront pendant deux jours de conférences se réunir tous les acteurs de la filière, issus des secteurs public et privé, pour aborder les enjeux qui les concernent, partager leurs expériences et apporter leur vision.

progCaptureprog2Capture

14 et 15 juin. Assises de la pêche et des produits de la mer

Chaque année depuis 2010, les Assises de la pêche et des produits de la mer réunissent l’ensemble des acteurs de la filière pêche, de la production à la distribution en passant par la transformation. Pendant deux jours, des centaines de décideurs issus des secteurs public et privé se retrouvent afin d’aborder les enjeux qui les concernent, partager leurs expériences et apporter leur vision.L’édition 2018 des Assises de la pêche et des produits de la mer se déroulera en Méditerranée à Sète, les 14 et 15 juin.

Pour en savoir plus : http://www.assisesfilierepeche.com/

Assises de la Pêche

Le port de Sète est accueille cette année les Assises de la Pêche et des Produits de la Mer, rendez-vous des décideurs de la filière.

Organisée depuis 2010, les Assises de la Pêche et des Produits de la Mer sont devenus le principal rendez vous annuel des déciderus publics et privés de la filière (production, transformation et distribution). Pendant deux jours, des centaines de décideurs issus des secteurs public et privé se retrouvent afin d’aborder les enjeux qui les concernent, partager leurs expériences et apporter leur vision.

Retrouver plus d'informations sur le site web des Assises en cliquanICI (link is external).

L’édition 2018 des Assises de la pêche et des produits de la mer se déroulera en Méditerranée à Sète, les 14 et 15 juin. Au programme de cette manifestation notamment : le renouvellement de la flotte de pêche en région Bretagne, l’influence des ONG dans la filière, la lutte contre la pêche illégale, le développement de l’aquaculture ou encore la qualité des eaux. Autre moment fort : les « coups de cœur de l’innovation Produits de la Mer » récompenseront les solutions les plus innovantes dans 5 grandes catégories : frais, surgelés, épicerie, traiteur-saurisserie et concept/restauration.

Immersion dans la criée de Sète

La criée de Sète a été construite en 1966. Elle est le fruit de l’imagination de l’architecte Jean LE COUTEUR à la demande de l'ex CCI de Sète, alors gestionnaire du port.criDSC_0309 (16)

Jean Le Couteur est l’urbaniste et l’architecte en chef de la station balnéaire du Cap d’Agde, issu du projet interministériel décidé par le général de Gaulle pour l’aménagement du littoral du Languedoc-Roussillon.

Ce jeudi 20 juillet, la Région Occitanie Languedoc-Pyrénées qui a en charge le Port de Sète-Frontignan Méditerranée proposait une visite de la criée commentée par son Directeur des quais de débarquements au départ des lots retenus par les acheteurs du jour. La criée peut être visitée quelquefois au moment de la vente via l’Office du tourisme de Sète.

La particularité de Le Couteur ayant été une prédilection pour l’utilisation du béton en s’inspire également des lieux pour la réalisation de ce monument, la criée de Sète s'inspire de l'envol d'une mouette, oiseau emblématique d’un port de pêche. Le port de Sète est le 1er port de pêche de méditerranée française et le 20ème en France sur 43 ports. Afin de répondre aux besoins des professionnels de la pêche, il est équipé de structures et d’infrastructures spécifiques : une halle à marée et du matériel permettant la mise en vente des produits de la mer conformément aux différentes dispositions réglementaires ainsi que l’accueil de ses clients des quais d’amarrage, avec alimentation en fluides et zone de stockage d’équipement, dédiés aux professionnels de la pêche. Une aire de carénage pour des navires allant jusqu’à 180 tonnes. Un système de production et de vente de glace paillette alimentaire.

La criée emploie 8 salariés permanents et quelquefois des intérimaires sur le site. Elle est une criée publique et son statut juridique est un établissement public à caractère administratif.

Le port de pêche a la particularité d’être dans le centre-ville de Sète, résultat de la culture de l’activité halieutique de la ville depuis plusieurs siècles. Cela est pratique dans ce sens mais pose de multiples problèmes aux acheteurs qui sont pris plusieurs fois dans la journée, dans le flot de la circulation. Comme le précise le Directeur "L'idée fera peut-être son chemin mais le premier essai a eu pour résultat un centre de traitement surtout réservé aux ostréiculteurs, entre Sète et Frontignan." Il s'agit d’une zone d’activité, située dans la ZIFMar, sur laquelle cohabitent des établissements conchylicoles, aquacoles, mareyeurs, centre de congélation, transporteurs ou encore une pépinière d’entreprise. Une partie des terrains de cette zone est alimentée en eau de mer brute. Les lots sont attribués suite à des appels à projet à des établissements travaillant les produits de la mer.

Quant à la criée, dès 1967, celle de Sète a été une vitrine du savoir-faire en matière de vente aux enchères des produits de la mer. Première criée d'Europe à être informatisée en 1967. Les enchères ne se font plus à la voix et à la main levée mais à l'aide d'un écran d’affichage pour le vendeur et d'un bouton d’achat pour chaque acheteur. Elle a servi d'exemple pour d'autres criées (Port de Bouc, Arcachon, etc.), Il s'agit d'enchères descendantes et remontantes partir d'un prix relatif de départ (souvent celui de vente de la veille).

Elle fut la première à gérer en temps réel l'encours des acheteurs (en montant avec délai de paiement) puis le système de vente a continué d’être amélioré, notamment en 2009 en offrant la possibilité de faire remonter les enchères, afin de garantir le prix le plus juste, avec une cadence rapide de 700 lots à l'heure. Pour l'achat à distance, la criée a mis en place l'achat programmé en temps réelle ou en temps différé suite à de nouvelles réglementations Le vendeur, après avoir qualifié un lot (nom du navire, de l’espèce, de la taille, la qualité, le jour de la pêche, etc.), attribue un prix de départ pour les enchères.

criDSC_0303 (17)

Le lot est alors présenté à la vente : le prix diminue. Les acheteurs, équipés de télécommande, acquièrent le lot en appuyant sur le bouton d'achat : ainsi le produit est attribué au plus offrant. Si il y a égalité entre 2 ou plusieurs acheteurs, le prix remonte. Le lot est vendu au plus offrant. Car la Criée de Sète a beaucoup de succès avec ses produits frais. On peut y trouver 90 espèces dont merlus, Daurades et poulpes.... Pour acheter, pas besoin d'agrément, il faut juste une caution. Que l'on soit Restaurateur, Mareyeur, Poissonnier, détaillant, de Sète ou d'ailleurs l'on peut s'inscrire et opter pour une option d'achat. La plupart des villes de France sont desservies avec 3 sociétés de transport pour les acheteurs à distance. En cas de « collision », c’est-à-dire si plusieurs acheteurs veulent un lot au même prix : l'enchère devient montante (le prix remonte). L'acheteur qui appuie le plus longtemps sur son bouton d'achat remporte l’enchère, à un prix plus élevé.

Ce principe de vente à la particularité de permettre une cadence de vente très rapide. Ainsi, la halle à marée de Sète vend par heure, pour un total d'environ 2000 lots par jours. La qualité et la fraîcheur des produits vendus sont ainsi garanties.

criDSC_0312 (13)

Pour répondre aux besoins des pêcheurs et des acheteurs, la criée de Sète vend la production par lots qui sont identifiés. Dès qu'ils ont été triés, les produits de la pêche sont déposées en chambre de congélation et sont proposées dans des bacs de 30 l. Une fois la vente effectuée, les lots seront couverts de glace, préparées pour les acheteurs qui n'auront plus qu'à récupérer les lots achetés sur des palettes. Pas de temps perdu, que des produits frais. Car le port de pêche de Sète c'est le port d'attache d'une flotte diversifiée : des thoniers, plus de 17 chalutiers qui ramènent 200 jours par an, maximum, entre 500 kg et 1 tonne de poissons, chacun.

Mais quotidiennement, la criée vend le produit de la pêche des chalutiers ainsi que plus d'une cinquantaine de petits métiers. Il faut savoir que les patrons pêcheurs sétois sont organisés :

En prud’homie : spécificité méditerranéenne. A la tête de la prud’homie sont élus des prud’hommes pour des mandats de 3 ans (2 prud’hommes par type de métier : thonier, chalutier, petits métiers) avec à leur tête un prud’homme Major. Ceux-ci jugent des différends et des contestations qui naissent entre pêcheurs dans l’exercice de leur métier, sans qu’il y ait lieu de faire un procès.cri

En coopératives maritimes : d’avitaillement et de matériel, mais aussi en coopérative maritime de pêche. Ces coopérations permettent aux professionnels de pouvoir répondre à leur besoins collectifs et favorisent un fonctionnement optimal de leurs professions par une centralisation des achats

En organisation de producteurs : la Sa.Tho.an. A un rôle de porte-parole/représentation politique auprès des partenaires institutionnels, gestion des quotas de pêches pour le thon rouge, aide à la valorisation des produits de la pêche, aide dans la recherche d’innovation des techniques de pêche.

Il faut savoir que Sète a vécu une époque de gloire pour la pêche dans les années 95 avec 21 millions d'euros de vente, du poisson et de nombreux chalutiers. Avec la raréfaction des espèces, avec les contraintes européennes, après des difficultés, il semblerait que le monde de la pêche devienne plus optimiste. Tous produits confondus la moyenne des prix est de 5€ par Kilo, à la criée qui tourne à 11 millions d'euros par an.

La criée propose donc, le plus souvent, des produits issus de la pêche artisanale. Les bateaux inscrits en criée ne sortent qu’à la journée, ce qui permet de présenter à la vente des produits de grande qualité et de fraîcheur exceptionnelle. En principe les produits les plus vendus en criée sont : Merlu, Baudroie (lotte), Daurade, Poulpe, Rouget, Anchois, Encornet/calamar, Capelan, Sole, Loup (bar).

Grâce à son emplacement singulier, entre mer et étang, certains produits ont une saisonnalité bien marquée. Aux mois d’octobre et novembre, les poissons sortent de l’étang de Thau pour aller frayer au large, après s'être engraissé pendant quelques mois. Le plus connu des poissons pratiquant cette migration est la daurade.

L’offre est alors forte en criée pour ce produit. Le retour dans l’étang de ces poissons a lieu courant Août. Les poissons ont alors passé du temps en mer et reviennent s'engraisser dans l'étang.

Le printemps est la saison des sars, produit recherché par les restaurateurs. Il s'agit d'un poisson réputé pour la finesse de sa chair.

De façon générale il y a un pic d’apport, toutes espèces confondues, à l’automne, c'est à dire de mi-septembre à mi-décembre.

Pour le thon rouge, c'est particulier. Les thoniers senneurs et des petits métiers sétois pêchent le thon rouge dans le strict respect de la réglementation internationale. Ainsi leurs saisons de pêche sont encadrées par des arrêtés ministériels, des observateurs sont embarqués sur les senneurs, les contrôles en mer et à quais sont quotidiens, etc. Chaque année, le comité scientifique de l'ICCAT fixe les quotas de pêche en fonction de l'état du stock de thon rouge. Chaque thon pêché est identifié par une bague de marquage attachée au niveau de la queue du poisson. Cette bague gage que le poisson a bien été pêché dans le total respect de la règlementation. Grâce à la mise en place de ces quotas de pêche et à leur respect, les stocks de thon rouge sont aujourd'hui reconstitués. Les pêcheurs, senneurs et petits métiers, sont les premiers impactés par cette évolution. La pérennité de leur métier est ainsi assurée. La marque collective Thon Rouge de Ligne est une preuve de la prise de conscience des pêcheurs et de leur volonté de s'engager dans une pêche durable et responsable.

Aujourd'hui, suite au bon état des stocks, les grandes surfaces commercialisent à nouveau le thon rouge.

Actuellement la criée de Sète accueille quotidiennement plus de 50 acheteurs. (ouverte entre 15 h 30 et 19 h, à l'heure à laquelle les bateaux sont de retour de la pêche). La première moitié est constituée de détaillants et la seconde de grossistes et courtiers. Une fois les lots achetés, ils sont pris en charge par les acheteurs eux-mêmes ou par des sociétés de transport spécialisés dans les produits de la mer. La qualité des produits vendus est ainsi conservée, ce qui permet aux acheteurs de la criée d'expédier à leur clientèle des produits pêchés le jour même.

Une autre vente possible, celle sur sur convoyeur de bacs de 30 litres (un bac = un lot) avec vente en chambre froide de palette de plusieurs bacs 30 l ou de plusieurs caissettes (dédiées au poisson pélagique). Ce système permet de répondre à la demande des mareyeurs et courtiers en matière de vente de poisson pélagique dont le marché s’organise autour de lots de plus d'une centaine de kilos. Cela permet par ailleurs de fluidifier la vente de poisson sur convoyeur en cas de forte prise d’une seule et même espèce (bogue, capelan, maquereau, daurade).

On le voit, tout en s'adaptant aux contraintes et aux lois, la criée fait au mieux en respectant les lois et en essayant de tenir compte de la protection des espèces, pour garantir aux pécheurs avec les nombreux petits métiers des revenus convenables. Il en va de la bonne santé de la pêche à Sète.

Carole Delga prononce ses vœux aux acteurs de la mer

Jeudi 18 janvier à 11h, Maison régionale de la Mer à Sète

 Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, participera jeudi à la cérémonie des vœux aux acteurs de la mer, aux côtés de Didier Codorniou, premier vice-président de la Région et Jean-Claude Gayssot, président de l'EPR Port de Sète-Frontignan.

OCCICapture

 Propriétaire des ports de Sète-Frontignan et de Port-la-Nouvelle depuis 10 ans, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée poursuit en 2018 ses investissements sur les ports régionaux avec le financement de nouveaux projets structurants et innovants, au service de l'économie régionale.

 A Port-la-Nouvelle, plusieurs équipements ont été inaugurés en novembre dernier. 210 M€ ont été votés au budget régional pour engager les travaux d'extension portuaire, la création du bassin avec les digues et le quai « éolien ».

1ère Région en potentiel de développement de l'éolien flottant, Port-la-Nouvelle sera la base de lancement de deux fermes pilotes d'éoliennes flottantes sur Gruissan et Leucate-Barcarès en 2021.

 La Région investit également dans la réfection des équipements au quotidien sur le port de Sète-Frontignan et sur le port de pêche du Grau-du-Roi, devenu propriété de la Région en 2017.

 Le trafic sur le port de Sète-Frontignan frôle les 4 millions de tonnage en 2017 et voit son activité augmenter de 20% sur 3 ans ; celui du port de Port-la-Nouvelle est également en hausse avec 1,8 million de tonnage (+ 5 %).

 En s'appuyant sur le Plan Littoral 21, la Région confirme son ambition de devenir une nouvelle puissance maritime. Ce plan devrait mobiliser plus de 1 Md€ jusqu'en 2020 pour des projets de modernisation et de développement des stations littorales portés par les collectivités et les acteurs des territoires. Plus de 30 projets ont déjà été financés : les études du projet « Ville-Port » de La Grande Motte ; l'aménagement des stations du Cap d'Agde, Leucate, Port-Camargue ; la valorisation du front de mer de Banyuls-sur-Mer ; etc.

 La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée maintient son implication aux côtés des pêcheurs pour soutenir la filière. Elle accueillera les 14 et 15 juin prochains à Sète, les Assises de l'Economie de la Pêche et des Produits de la Mer.

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations