Villeveyrac

Christophe Morgo, Président de l'EID Méditerranée fait le point sur le problème des Moustiques et des Moustiques Tigres

Pour les moustiques nuisants traditionnels, issus des zones humides littorales et rétro-littorales, deux espèces  font l’objet du contrôle et des traitements antilarvaires de l’EID-Med, à raison de leur double faculté de piquer les humains et de se déplacer sur de vastes espaces (jusqu’à 40 kms maximum à l’intérieur des terres, en fonction de l’orientation et de la puissance des vents).

Il y a une espèce plutôt hivernale (Aedes detritus) et une espèce plutôt estivale (Aedes caspius), qui en fait démarre au cours du printemps. Ce qui explique que les traitements peuvent se faire dès la fin janvier jusqu’à la fin de l’automne

 

Cette année 2019 a démarré doucement, notamment par rapport aux deux années précédentes : Christophe Morgo, Président de l'EID Méditerranée rappelle qu' à l’échelle de la zone d’action de l’EID (de Cerbère à l’étang de Berre), le cumul des traitements depuis le 1er janvier s’élève, à ce jour, à 7 200 hectares, soit presque deux fois moins que l’an dernier à la même période. Et le ressenti de nuisance est de faible à nul dans les zones agglomérées.

Mais attention, la situation du jour n’est pas celle du lendemain : ce n’est pas parce que le début d’année est calme que la suite sera du même tonneau.

 Et il rajoute : "Ce qu’il faut bien faire comprendre, c’est que l’éclosion des espèces de moustiques concernées est tributaire des mises en eau : pluies, entrées marines, irrigations. Et la rapidité du développement larvaire est tributaire des températures : plus il fait chaud, plus ça va vite. Donc, l’aléa météorologique est décisif et nul ne sait, au-delà d’une grosse semaine, s’il y aura d’ici la fin du printemps, durant l’été et durant l’automne à venir beaucoup d’eau ou non : coups de mer, intempéries, sécheresse suscitant des irrigations nombreuses et répétitives ?..."

 Le cumul annuel d’hectares traités est très variable d’une année à l’autre, et, au sein de chaque année, d’un mois à l’autre : cela peut aller de moins de 30 000 hectares les années « basses » (comme en 2017 : 27 000 ha) jusqu’à 40 ou 45 000 hectares les années « hautes ».

 Pour le moustique-tigre (Aedes albopictus),  Christophe Morgo insiste sur le fait qu’il n’a absolument rien à voir avec ses congénères issus des zones humides, sinon qu’il est un moustique…

Le cadre de son existence, ses gîtes de reproduction, ses périodes de piqûres, ses distances de déplacement sont complètement différents.

 "Lui il est exclusivement urbain, ses gîtes sont tout récipient ou tout objet pouvant recueillir de l’eau, souvent de très petite taille, se trouvant à l’air libre. 80 % des situations sont à l’intérieur des domiciles des gens. Ces gîtes de reproduction pullulent en nombre et sont très aléatoires dans l’espace et dans le temps : c’est ce qui explique qu’on ne peut pas leur adresser la stratégie insecticide antilarvaire qu’on utilise contre les moustiques « ruraux » se développant au sein des zones humides littorales. Ainsi, partout dans le monde où le moustique-tigre s’est installé, la meilleure sinon la seule démarche permettant de contenir ses populations est la prévention. D’où la communication volontariste des gestes domestiques à produire au quotidien, chez soi, pour éviter des mises en eau ou pour rendre étanches certains récipients (comme les collecteurs d’eau pluviale) afin d’éviter la ponte des femelles moustiques-tigres sur leur rebord.

 À cette période (fin avril / début mai), le moustique-tigre est encore « endormi » ou au tout début de son réveil : il s’agit d’une « diapause » (hibernation) au niveau de ses œufs. Son réveil se fait au cours du printemps, très progressivement, de sorte que même s’il peut y avoir des larves voire quelques spécimens adultes volants dès le début mai ou à la mi-mai, ce moustique ne commence à être « audible » et nuisant qu’à partir de fin mai / début juin, puis il va crescendo jusqu’à l’amorce de sa nouvelle diapause, elle-même très progressive, à partir de la fin d’été / début d’automne.

 Le Président de l'EID précise : "Il est un vecteur potentiel de virus, tels que la dengue ou le chikungunya, mais ses facultés de transmission sont maîtrisées grâce à un plan de surveillance entomologique et sanitaire efficace, diligenté par le ministère de la Santé et les ARS, et un dispositif de lutte antivectorielle (traitements ponctuels sur des signalements par les ARS de cas importés), en tant que de besoin, pour lequel l’EID Méditerranée est opérateur dans les départements du pourtour méditerranéen, notamment. Mais la population est interpellée par le moustique-tigre d’abord pour son volet nuisant."

 À l’échelle du pays, son extension est progressive : 42 département étaient touchés fin 2017 ; ils étaient 51 à la fin de la saison 2018, dans des proportions différentes selon l’ancienneté de leur colonisation : de presque toutes les communes, dans le sud-est, à quelques-unes seulement vers le norde (ainsi il commence à être présent à Paris, en Ile de France, en Vendée, en Alsace…).

L'Entente interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen (EID Méditerranée ou EID-Med) est un opérateur en zones humides. Cet établissement public chargé de la lutte contre les moustiques nuisibles (ou nuisants) et vecteurs, est mandaté depuis près de soixante ans par les Départements des Pyrénées-Orientales, de l’Aude, de l’Hérault, du Gard et des Bouches-du-Rhône. En 2007, la Région Occitanie (ex-Languedoc-Roussillon) puis, en 2012, le Département du Var ont également adhéré à ses statuts.

Outre le contrôle des espèces de moustiques nuisibles issus des zones humides littorales et pouvant atteindre les zones agglomérées à fortes densités de populations, l’EID Méditerranée est un des principaux acteurs de la lutte contre le « moustique tigre », arrivé récemment, aujourd’hui identifié dans tout ou partie d’une trentaine de départements, se développant dans les zones urbaines, principalement au sein des domiciles privés.Clic sur la vidéo

Cycle de vie du moustique

 

L'agenda de la Paroisse Notre Dame du Sourire

Church Window, Window, ChurchPREMIERE DES COMMUNIONS
Jeudi 30 mai : 11 h à Villeveyrac, avec baptêmes de Emilie GUIGON, Keynan PEISSON, Marius REY.

PROFESSION DE FOI
Dimanche 2 juin, 11 h à Mèze.

CONFIRMATION
Dimanche 2 juin : 16 h , 19 jeunes du secteur dont 4 de notre paroisse seront confirmés à Balaruc.

CONSEIL PASTORAL
Jeudi 6 juin : 18 h réunion du conseil pastoral, salle St Joseph à Mèze.
Le conseil est ouvert à tous ceux qui veulent prendre part à la vie de la paroisse.

MESSES EN SEMAINE
Mardi 28 mai : 15 h aux Romarins.
Vendredi 31 : 17 h 30 à Villeveyrac.
Mardi 4 juin : 9 h à Loupian.

Mercredi 5 : 17 h 30 à Bouzigues.

Jeudi 6 : 9 h à Mèze. Mardi 11 : 9 h à Loupian.
Mercredi 12 : 17 h 30 à Bouzigues.
Jeudi 13 : 9 h à Mèze. Vendredi 14 : 15 h au Clos du moulin et 17 h 30 à Villeveyrac.

BAPTEMES
Samedi 1° juin : 11 h à Villeveyrac : Sarah CHAULIAGUET.
Dimanche 2 : 12 h 30 à Mèze : Emma SANCHEZ;
Samedi 8 : 11 h à Mèze : Lino ARNAU.
Dimanche 9 : 12 h à Mèze : Juliette CUSSAC, Agathe GRANIER, Rose MOURIER, Nathan BIERENS.
Samedi 15 : 11 h à Villeveyrac : Inès SOULOUMIAC THURIOS, Lucie DA SILVA, Raphaël SIGNOR.
Dimanche 16 : 12 h à Mèze : Julian SORIANO.


PREPARATION BAPTEME
Samedi 8 juin à 14 h 30 : réunion de parents en vue du baptême, à Villeveyrac.

ABSENCE
Yvon est absent le samedi 22 juin.
C’est le diacre Jacques qui conduira la célébration dominicale à 18 h à Bouzigues.

Paroisse ND du Sourire. 14 rue de la Liberté. 34140 Mèze. 04 67 43 80 87

Bon programme pour le Mas Trioquet

Jeudi soir, encore une chouette soirée qui a permis d'échanger sur des lectures avant l'apéritif, puis l'atelier- jeux.  Avec  Cathy et André qui ont plus d'un jeu à faire découvrir dans leurs sacs, le traditionnel tarot et ses aficionados, et les jeux classiques basiques qui font bien rire....Le Mas'Troquet

Jeudi prochain, le 23 mai,à 19h15 et à l'espace Ferdinand Buisson comme d'habitude,  le Mastroquet vous propose un échange de recettes de gâteaux.

On pourra  se faire goûter nos oeuvres, bien sûr,  et éventuellement se lancer dans la confection d'un gâteau, puisqu'il y a un four.

Il n'y aura pas de soirée Mastroquet le 30 mai mais le jeudi 06 juin aura lieu une conférence de Nicolas Bastide qui parlera des huiles essentielles que l'on peut utiliser dans la maison.

Festival de la Biodiversité du 21 au 26 mai

Le réseau du CPIE Bassin de Thau en partenariat avec les services Espaces naturels et Patrimoine de Sète Agglopôle Méditerranée vous invite à découvrir la 3ème édition du Festival de la Biodiversité, du 21 au 26 mai 2019, sur le territoire du Bassin de Thau et des étangs palavasiens.
6 jours d’animations, sorties, ateliers, expositions, conférences autour de la biodiversité. Un évènement à ne pas manquer !
Ce festival s'inscrit dans la Fête nationale de la Nature et est labellisé « Assises de l’EEDD 2019 » . Il propose 40 animations réparties sur 6 jours  pour permettre à tous de découvrir la biodiversité locale et apprendre à la préserver.L’image contient peut-être : texte
 
Le public est invité à (re)découvrir les espaces naturels du territoire à travers différentes animations. De nombreuses activités et temps forts seront proposées également sur les sites patrimoniaux de Sète agglopôle méditerranée qui proposent d'ailleurs des journées portes ouvertes à l'occasion du festival : Jardin Antique Méditerranéen, Musée Gallo-Romain Villa Loupian, Musée ethnographique de l’étang de Thau.
 
Voici quelque uns des temps forts
Jardins & Gourmandises :
Un espace détente et lecture sera proposé toute la journée du samedi 25 mai pour les visiteurs du Jardin antique méditerranéen. Des ouvrages sur la cuisine sauvage seront mis à disposition pour prendre le temps d’être gourmands en redécouvrant le plaisir de goûter la nature !
 
Nouveauté 2019 : Qui dit jardin au naturel, dit biodiversité !
 
Cette année, l'événement Bienvenue dans mon jardin au naturel (coordonnée par le CPIE Bassin de Thau depuis 2015 sur le territoire) est intégré au Festival de la Biodiversité. 10 jardiniers amateurs ouvriront les portes de leur jardin pour partager leurs trucs & astuces aux curieux venant visiter leur potager, verger, mare, etc... Ce temps fort aura lieu le samedi et le dimanche sur Issanza, Bouzigues, Montbazin, Frontignan, Pomerols, Villeveyrac et Mèze.
A cette occasion un apéritif convivial aura lieu au Jardin antique méditerranéen, ouvert à tous, dès 17h30 le vendredi 24 mai, pour permettre aux différents animateurs, partenaires, jardiniers et visiteurs de se rencontrer.

 

Le programme complet est également téléchargeable sur le site internet du CPIE Bassin de Thau en suivant ce lien sur la page de l’évènement. 
 
Durant ces 6 jours d'animations, les éducateurs à l’environnement du réseau du CPIE Bassin de Thau et ses partenaires vous feront découvrir tous les secrets de la nature environnante en devenant acteurs de sa préservation.

 www.cpiebassindethau.fr/festival-de-la-biodiversite/

Programmation et inscriptions : www.bit.ly/2ZZrFVZ

Événement organisé dans le cadre de la Fête de la nature, en partenariat avec le service Espaces naturels de Sète agglopôle et le service Patrimoine (Jardin antique méditerranéen, Musée de site Villa-Loupian, le Musée ethnographique étang de Thau).

La pierre sèche

Toutes les informations nécessaires à la réalisation dans les règles de l'art d'une belle maçonnerie de pierre sèche. Pour ériger un mur de clôture, remonter un mur de soutènement ou se lancer dans la construction d'une cabane semblable à celles, si pittoresques, qui parsèment le territoire français, il faut en effet renouer avec le savoir-faire peu à peu disparu du paysan maçon. Christian Lassure, spécialiste reconnu de l'architecture de pierre sèche, a passionnément contribué à la redécouverte, depuis une trentaine d'années, de cet ensemble de techniques traditionnelles. Il nous en livre ici généreusement toutes les clés, depuis la tranchée de fondation jusqu'aux secrets de la voûte en encorbellement.

» Amazon