Joutes

Adrian Lisanti remporte le Pavois d'Or seniors

pavois 10 07 17DSC_0261 (36)Ce samedi soir Adrian Lisanti (LAS) a remporté à Sète le tournoi de joutes seniors du Pavois d'Or. Le 1er prix lui a été remis au restaurant la Villa vers 20 h30 dans une très bonne ambiance.

Invitée d'honneur de la Saint Louis : Agnès Varda

Ce vendredi 7 juillet, François Commeinhes Sénateur-Maire de Sète présentait l’invité d’honneur de la Saint Louis et l’artiste choisis pour réaliser l’affiche de la Saint-Louis 2017 chez André Lubrano à la Pointe Courte à Sète.

La cérémonie très conviviale réunissait autour d'Agnès Varda, invitée d'honneur, et d'Aurélien Evangélisti pour ses résultats impressionnants en tournois de joutes (7 Saint Louis et de très nombreuses victoires), certains acteurs du film tourné en 1954 à la Pointe Courte par la cinéaste, et des résidents de ce très beau quartier.

Après avoir visualisé un entretien d'Agnès avec Jean Vilar à propos des joutes languedociennes elle nous faisait voyager dans le temps en revenant sur ses liens particuliers avec Sète et sa fameuse Pointe Courte qui a gardé pour elle des sentiments particuliers.

François Commeinhes revenait sur la notoriété d'Agnès Varda et sur toutes ses réalisations et récompenses qui d'une certaine façon font d'elle une Grande ambassadrice de Sète. Avec son accord elle sera associée aux festivités de la Saint Louis 2017, avec ses tournois de joutes qu'elle apprécie énormément.

Chacun le sait : "Sète est née un 29 juillet 1666, sous les auspices festifs des joutes languedociennes. Mais les hautbois et les tambours ne vont résonner que bien des années plus tard pour célébrer la Saint-Louis. Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, ces célébrations se réduisent à une modeste fête en l’honneur de Louis XIV. Elles seront interrompues par la Révolution avant de reprendre en 1806. C’est en fait le maire de Sète, Emile Doumet, qui prend l’initiative en 1853 de donner un peu de lustre à cette fête locale, pour répondre à la création de la ligne de chemin de fer Cette-Toulouse, et à l’afflux d’ "étrangers" qui viennent assister au tournoi de joutes du dimanche. Mais c’est au début du XXème siècle que la fête prend toute son ampleur et s’enrichit de corsos nautiques, de concerts, de courses cyclistes et des premières traversées de Cette à la nage, tandis que se déroulent, devant des milliers de spectateurs, des combats de joutes homériques sur le Canal Royal."

 Cette année, du 17 au 22 août, Sète célèbrera la 275ème édition des fêtes de la Saint-Louis. Pendant six jours et six nuits, unie autour de cette tradition qui fonde son identité, la Ville va vivre à l’heure des chevaliers blancs de la tintaine.

Quantité d’événements sous le signe de la convivialité viendront enrichir cette exceptionnelle semaine de liesse populaire. Cette année, la ville de Sète a choisi de rendre hommage à la célèbre réalisatrice Agnès Varda, la plus sétoise des cinéastes.

De La Pointe Courte aux Plages d'Agnès, de La mer Etsetera à Y'a pas que la mer, la réalisatrice et plasticienne n'a cessé de puiser dans l'Ile singulière matière à son inspiration. En 2015, Agnès Varda recevait lors de la cérémonie de clôture du 68e festival de Cannes une palme d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. Et il y a forcément un peu de Sète dans cette prestigieuse distinction accordée avant elle aux seuls Woody Allen, Manoel de Oliveira, Clint Eastwood et Bernardo Bertolucci, et pour la première fois à une femme.

 Aujourd'hui... Une école Agnès-Varda a été inaugurée aux Métairies en 2005 en présence de la réalisatrice. A la Pointe Courte, une traverse Agnès-Varda va de la promenade Louis-Vaillé au quai du Mistral. Pour le centenaire de la naissance de Jean Vilar, Agnès-Varda a exposé des photos d'Avignon dans la maison des Vilar. Ses amis se nomment aussi Lubrano, Biascamano, Calli... et aussi le sénateur-maire François Commeinhes... parmi beaucoup d'autres Sétois. En juin dernier, elle accepte d’être l’ambassadrice d’une campagne nationale d’image lancée par la Ville et portée par six grands artistes attachés à Sète. Elle rend ainsi hommage à sa muse et écrit de sa plume ces mots : “Sète m’amuse et m’inspire. J’y ai tourné en 54 “La Pointe Courte” et ses joutes et en 2005 “Les plages” et ses joutes. Quel bonheur !” En ce mois de juillet, elle participe à la deuxième édition du SunSète Festival dédié au cinéma.

Elle y présente avec son complice JR son dernier documentaire “Visages, villages”, tout juste récompensé par le prix de l’Oeil d’Or à Cannes. Cet été, comme tant d'autres fois auparavant, on pourra sans doute la croiser dans les rues, aux halles, et sur le Cadre Royal.

Quant à l'affiche de la Saint Louis 2017 qui était dévoilée par Agnès Varda et Aurélien Evangélisti, elle est signée CHRISTOPHE VALLAUX qui a été conseillé par Agnès Varda. En effet, chaque année, la ville de Sète confie la réalisation de l’affiche de la Saint-Louis à un artiste et cette fois, c’est un complice d’Agnès qui a été chargé d’illustrer ce 275e opus, sous la direction artistique de la réalisatrice.

 

AGNÈS VARDA ET SÈTE : UNE HISTOIRE D'AMOUR 

Cette histoire d'amour commence en 1940, alors qu'Agnès Varda fuit la Belgique bombardée avec sa mère et ses 4 frères et sœurs. Et c'est à Sète, sur un bateau amarré face au palais consulaire que la famille va trouver refuge. Agnès a alors 12 ans et se lie d'amitié avec les filles Schlegel, qui habitent en face, sur le quai Pasteur. Elle passera là une adolescence heureuse et insouciante. Dans les années 50, elle part étudier la photo à l'école du Louvre à Paris. Elle obtient un diplôme de photographie. A Sète, son amie Andrée Schlegel épouse un certain Jean Vilar. Le lien est fait.

Varda rejoint Jean Vilar à Avignon : il vient de créer deux ans plus tôt le célèbre festival de théâtre. Elle devient photographe de plateau pour le TNP et se fait connaître grâce à ses clichés de Gérard Philipe ou Maria Casarès. Mais fidèlement, elle revient à Sète. La Pointe Courte l’inspire. Sa lumière écrasante, sa rencontre avec les pêcheurs lui donnent l’idée de réaliser en 1954 un film éponyme, son premier film, qui rend ce quartier de Sète quasi-mythique. C'est parmi les acteurs du TNP qu'elle choisit Silvia Monfort et Philippe Noiret (débutants au cinéma) pour ce premier long métrage. Réalisé en 35 mm avec des moyens de fortune et hors du circuit économique traditionnel, ce dialogue d'un couple qui fait le point sur fond de chronique néo-réaliste d'un village de pêcheurs apporte un souffle de liberté au cinéma français et réunit toutes les caractéristiques de ce que sera la “Nouvelle vague”.

Plus d'un demi-siècle après La Pointe Courte, elle boucle la boucle, et tourne notamment à Sète “Les Plages d'Agnès”, un émouvant autoportrait où elle revient sur sa vie et sur son travail. Elle obtient le César du meilleur film documentaire lors de la 34e cérémonie des César.Sa carrière ne l’éloigne jamais bien longtemps de son port d’attache. Elle s’investit dans la vie culturelle de l’île singulière. Au printemps 2009, elle s’installe au Centre Régional d'Art Contemporain avec une exposition intitulée “La mer ...Etsetera”. Des souvenirs toujours.

En 2011, elle investit le Musée Paul-Valéry cette fois, et prend avec “Y'a pas que la mer” le contre-pied de son précédent travail dans un lieu d'où on ne peut échapper au spectacle de la mer... Et puis il y aura aussi en décembre suivant “Agnès de ci de là Varda”, 5 épisodes de 45 minutes diffusés sur Arte. Sète sera présente dans le 4e avec l'évocation entre autres de Soulages et de deux pêcheurs sétois.

   

Granier Marc-Alexandre remporte le Challange E. et G. Azaïs

joutDSC_0274 (20)joutDSC_0298 (9)Ce dimanche soir, Granier Marc-Alexandre (LOM) remportait le Challenge Ernest et Georges Azaïs  en gagnant la finale après de très belles passes durant le tournoi du Grand Pardon de la Saint Pierre en catégorie lourds/moyens, face à Maxime Molto (APSM).

La remise des Prix, au village des Pêcheurs, s'est faite en musique avec même une belle Marseillaise, tandis que Marc-Alexandre recevait une très belle coupe sous les applaudissements d'un public de passionnés, nombreux.

Wolff Mickaël remporte le challenge Nocca seniors

Durant la Fête du Grand Pardon de la Saint Pierre, ce samedi 1er juillet, Quai Maximin Licciardi, vers 20h, Mickaël Wolff remportait le challenge Joseph et Raphaël Nocca en catégorie seniors (NLM) gagnant en finale contre Jérôme Barthod (LSP).jout 1 7 17DSC_0282 (15)

Remise des pavois aux sociétés de joutes

Ce mercredi 14 juin, en soirée, au Musée de la Mer de Sète, a eu lieu comme chaque année, la remise des pavois et des lances pour la saison 2017 aux présidents ou représentants des huit sociétés de joutes de Sète, au nom de la Ville, par François Commeinhes, Sénateur-Maire de Sète. (Ecole de joutes de la Marine comprise).

Pour la Saint Louis, ces Sociétés pourront profiter de pavois et de lances, spécialement réalisés pour l'événement.

François Commeinhes a souhaité que la saison se déroule du mieux possible et a appelé à la vigilance pour assurer à tous un maximum de sécurité.

Le verre de l'amitié a clôturé cette remise officielle.

Le repas du lundi de la Saint Louis chez Dédé

Repas devenu désormais traditionnel, le repas du lundi de la Saint Louis est organisé chaque année par André Lubrano avec l'aide de ses nombreux amis. Il se déroule, depuis une quinzaine d'années, devant la cabane de « Dédé », sur le petit port de La Pointe Courte.

      

 


Ce repas, prévu au départ pour 5 à 6 amis, date pourtant de bien plus longtemps. Il est du à l'initiative de Guy et Louis Molle et cela remonte à une quarantaine d'années déjà. Tout d'abord débuté sur le quartier de la Pointe Courte avec de la daurade dégustée dans la petite cour chez Guy Molle et vu l'augmentation sensible des invités, il s'est ensuite déplacé sur le quartier du Barrou où les frères Molle avait acheté une « campagne » (style baraquette).


Guy Molle se souvient de cette époque : "On a débuté à 15, puis on était 20 puis 30, 40 et ainsi de suite. En plus des jouteurs, il s'y est greffé aussi des journalistes".
Puis, ayant vendu ce lieu et sans aucune possibilité de le faire, il s'est déplacé de nouveau sur la Pointe Courte et c'est à cette époque que André Lubrano a pris la relève. Depuis lors, ce repas n'a pas cessé d'être organisé avec encore plus d'invités. Cette année ils étaient plus de 80 à être venus rencontrer leurs amis, mais aussi déguster le thon et la saucisse..
En ce lundi de Saint Louis, une date importante pour les joutes languedociennes, « Dédé » et ses amis se retrouvent pour un petit déjeuner copieux avant d'aller défiler en ville. Chacun amène sa compétence et son savoir-faire pour la réalisation de ce moment convivial..
Il y a ceux qui font le feu ou plutôt les feux, ceux qui réalisent la sauce (piquante) et enfin ceux qui font griller les tranches de thon. Le tout est fait dans la bonne humeur et parfois sous le signe de la « galéjades » quand « par malheur » ou « par bonheur » une caméra se profile à l'horizon. Ce fut le cas cette année encore avec des joutes verbales devant l'objectif (de la caméra)..
Les conversations sont évidemment, en cette période intense de joutes, tournées vers les tournois de la semaine mais aussi sur les pronostics sur celui qui gagnera cette Saint Louis tant désirée. Le lundi est l'un des moments forts de la Saint Louis avec le tournoi dans la catégorie des « lourds »..



A la fin du repas et après les conversations, parfois animés, chacun ira rejoindre le défilé des jouteurs avec pour certains un retard non négligeable..
La journée sera chaude et longue. En avant partout !.
Pour information, c'est le Palavasien David Aprile et le Frontignanais Sylvio Cuciniello qui sont sortis vainqueurs du tournoi des Joutes de la Saint-Louis, catégorie "lourds".

Jean-Marc Roger

Lundi de passion pour la Saint Louis

Ce lundi, côté Joutes, c'était le grand jour avec le tournoi des jouteurs lourds. Dès 10 h 30 les Sétois et les visiteurs pouvaient profiter de leur défilé avec un départ du théâtre Molière pour se rendre à la Mairie, en musique.

 Encouragés et admirés, les sportifs se concentraient déjà sur l'événement de la journée qui réveille beaucoup de passion. Les autorités, les commissaires, les élus, les penas, les rameurs et bon nombre de jouteurs composaient cet imposant défilé dans lequel, si l'ambiance était à la fête, certains visages montraient que l'enjeu du tournoi était déjà présent dans leur tête.

 Pendant ce temps, d'autres sportifs et amateurs d'efforts avaient de quoi faire. Si à 9 h avait eu lieu la petite traversée de Sète à la nage organisée par Sète Natation Entente Dauphins-Dockers, à 10 h avait lieu la 97éme édition de la traversée de Sète. (2500m).

Les 2 compétitions homologuées comptaient pour la Coupe de France en eau libre. De nombreux participants bien motivés au départ, quai Léopold Suquet. 60 nageurs s'étaient donné rendez-vous pour la course des 2500m. Bertrand Venturi, également Organisateur, finit vainqueur pour la 8ème fois de cette grande traversée, avec 60 mètres d'avance sur son poursuivant.

Après l'aubade donnée sur la place Léon Blum, place aux apéritifs avec celui des officiels en Mairie ou bien dans les différents sièges des sociétés de Joutes.

Un repas réunissait bon nombre d'élus et de responsables institutionnels. François Commeinhes, en grande forme avait reçu chacun d'eux. Heureux de partager cette journée festive il n'hésitait pas à pousser la chansonnette pour le plus grand plaisir des participants.

 La ville se mettait alors en veille durant une grosse heure car peu avant 14 h, si les tribunes étaient bondées, les jouteurs étaient concentrés et conscients des défis qu'ils devaient relever pour d'une part parvenir aux phases finales et pour d'autre part essayer de rentrer dans la "Légende" des Joutes Languedociennes. Le sort en était jeté.

98 jouteurs pour ce tournoi. Avec le retour d'Aurélien Evangélisti. Les Ventres-bleus et leurs supporters annonçaient la fin de la pause méridienne avec une arrivée en fanfare. Il était temps de se préparer pour le défilé précédent le tournoi. Tout était prêt, plus question de s'amuser. Chacun trouvait sa place dans les tribunes, sur les barques ou encore sur des matelas pneumatiques tandis que le speaker faisait observer une minute de silence pour un jouteur, ex Président de Société, disparu trop tôt. Les jouteurs étaient prêts, la Marseillaise retentissait puis le speaker rappelait que ce tournoi qui unissait bon nombre de personnes, qui rassemblait de multiples communes du Bassin de Thau était un très beau symbole républicain qu'il fallait conserver pour témoigner de notre attachement à celle-ci.

C'était parti pour la fameuse danse des barques et le salut du début du tournoi.

L'effervescence retombait un peu sous l'effet de la chaleur mais elle allait vite remonter au fil des heures. Aurélien Evangélisti était disqualifié pour faute et le tournoi rentrait dans une autre phase vers 18 h 30 ! Après les éliminatoires, la phase des revanches débutait avec une folle ambiance dans le cadre Royal. Plusieurs compétiteurs encore en lice venaient de sociétés et de clubs de communes voisines. C'est dire la tension des spectateurs et la motivation des supporters pour les accompagner le plus loin possible.

 

Minal, le speaker bien connu qui animait le tournoi, accordait plusieurs pauses aux jouteurs et surtout aux rameurs qui depuis 4 jours n'avaient pas lésiné sur la besogne.
Une Marseillaise, des olas de plus de 10 000 personnes, des chansons dont celle de la Saint Louis et l'on était reparti pour des revanches à élimination directe.

Les choses s'accéléraient jusqu'à la finale qui opposait SYLVIO CUCCINIELLO (SJF) à DAVID APRILE (LSP).

Les 2 jouteurs après une passe bien engagée se retrouvaient déséquilibrés et tombaient à l'eau presque simultanément.
Le jury se donnait un temps de réflexion avant de se prononcer : "Cucciniello et Aprile étaient déclarés vainqueurs ex aequo de ce tournoi des "Lourds" 2016, de la Saint Louis.

Les 2 jouteurs laissaient exploser leur joie, se libéraient de leur tension tandis que dans les tribunes, certains supporters étaient emportés dans l'euphorie. Pour d'autres il fallait laisser passer un peu de temps pour accepter la décision du jury.

Rapidement François Commeinhes remettait leur pavois aux vainqueurs qui dans un dernier défilé rejoignait la place Léon Blum pour une remise de coupes digne du Stade de France.

Résultats du tournoi du Grand prix de la Saint-Louis 2016 :
1er ex aequo : CUCINIELLO Sylvio (SJF), 1er ex aequo : APRILE David (LSP)
3ème prix : REGA Romain (LAS), 4ème prix : ARNAU Benjamin (LAS), Prix de prestance D'ELIA Cyril (APSM)

 La fête reprenait ses droits autour des bars et des bars à quai, tandis que les vainqueurs savouraient avec leurs nombreux amis cette double victoire qui restera une fois de plus dans l'histoire et dans la Légende de la Saint Louis. Pour les amateurs de chant lyrique, direction le parc Simone Veil avec un concert organisé par les amis du Bel Canto avec des solistes et des chanteurs de très haut niveau qui mettaient à l'honneur des airs d'opéra et des opérettes de Verdi, Offenbach et bien d'autres compositeurs.

Pour ceux qui n'avaient pas trouvé leur style de musique autour des groupes éparpillés dans la ville, Tournée d'été 2016 proposait une animation festive avec DJ et danseuses aux pieds de la Mairie.

 Jean-Marie Philipon/ Gaëlle Guénal

René Le Bail

la passion des pavois

René est un ancien jouteur et il a commencé les tournois en 1976 à la création de l'école de joute de la Marine. Depuis, il a cessé de « combattre » sur la tintaine.
Avec sa passion pour les joutes et vu son temps désormais libre il a eu cette idée de faire des pavois, pour faire plaisir aux gens et pour que le « patrimoine sétois ne s'efface pas, qu'il continue à vivre ». En fait il reste peu de monde qui fabrique des pavois. Depuis le lancement de son activité-passion il a eu un certain « succès » d'estime et il est récompensé quand il voit un petit jouteur recevoir un pavois et qu'il voit ses yeux briller, qu'il le sent heureux. Il aime en offrir aux enfants pour la Noël. Il n'a commencé à créer ses pavois que depuis deux ans. Screen Shot 08-13-16 at 04.21 PM
Il réalise ses pavois en pin. Il a mis un certain temps à fabriquer ses gabarits. Mais désormais il peut faire toutes les tailles traditionnelles Il s'est équipé de tout un petit matériel nécessaire pour le travail du bois.
Les petits pavois seront mis entre les mains des jeunes jouteurs en première année de joute. En fonction de l'âge et surtout du poids, les dimensions des pavois vont naturellement évoluer, ainsi que l'épaisseur du bois.
Son petit atelier, qu'il va agrandir, recèle des « trésors », des ébauches de pavois dont le bois sèche et qui, un prochain jour, iront, pour certains, décorer un dessus de cheminée, comme ces « pavois d'honneur » qu'il fabrique pour des amis.
René Le Bail est heureux que le pavois ait cette destinée. Lui qui a connu la maladie à travers les souffrances de son frère Alain emporté, à l'âge de 20 ans, par « cette putain de maladie », comme il le dit. En les réalisant, il a une pensée pour son frère qui lui aussi en faisait de tout petits dans les années 80.

Outre ces pavois de tournoi, il a commencé aussi à créer des pavois de décoration, qu'il fait à la demande pour des gens qui veulent comme une photo de famille mais sur un pavois. Ce fut le cas pour des mariages, des naissances...
Il a aussi commencé à créer des pavois représentant les quartiers de Sète, le Môle, le Souras-Bas, la Corniche, à l'aide de photos anciennes. L'idée de départ était pour lui de faire des pavois de joute peints mais son handicap c'est qu'il pense ne pas savoir peindre. Il a donc eu cette idée d'utiliser de vieilles photos de jadis. Son but c'est d'en créer sept et il pense pouvoir y arriver.
Depuis l'an dernier, aidé par son fils car il souffre de problèmes de dos, il décline des pavois qui sont personnalisables. Et il a amélioré sa technique en les imprimant à Mèze selon les demandes des clients.Screen Shot 08-13-16 at 04.19 PM  Ces pavois prennent alors toutes les directions, de Limoges à la Guadeloupe, du Canada à Monaco. S'il s'occupe de la peinture, de l'assemblage et de l'impression, il innove aussi en ayant créé des pavois à Leds, fin 2015 pour "Escales à Sète". Mais il peut aussi répondre à des demandes particulières en témoigne les boîtes à Ricard dont l'une d'entre-elles a été offerte au PDG de Ricard Monde.
S'il désire vendre des pavois et répondre à la demande toute l'année, sa passion vient aussi du fait qu'il souhaite promouvoir les Joutes languedociennes dans le Monde Entier.
Il en aura l'occasion durant la Saint Louis. S'il a imprimé la photo de la Saint Louis sur "un bout de bois en forme de pavois" (Précise René), il réalisera des pavois uniquement avec l'image, et cela avec l'autorisation de la Ville de Sète, en collaboration avec l'artiste, Mr Christopher Dombres. Vous pourrez alors, pour les découvrir, retrouver René à "La boutique du Pavois", derrière la tribune officielle des Joutes, pour la Saint Louis. Inauguration de la boutique le jeudi 18 août à 20 h. (06.48.09.31.99)

                                                                                         Jean-Marc Roger et Jean-Marie Philipon

Loïc Cerrato grand vainqueur du tournoi de la LAS (Seniors)

Dsc 1893Sylvain JALICOUX - Steven HERRY - Medhi DJEMMAL - Loïc CERRATO - Lorenzo SCANNAPIECO

Superbe tournoi de la Lance Amicale Sétoise ce 29 juillet 2016 à l'occasion de la célébration des 350 ans de la création du port de Sète.
Loïc CERRATO (LAS) gagne en finale contre Lorenzo SCANNAPIECO (LSS) magnifique durant les qualifications. A la 3ème place Sylvain JALICOUX (AJPC) fer de lance de sa société, surprend cette saison par ses prestations de qualité. Steven HERRY (APSM) égal à lui-même, affiche une constance dans ses résultats, il finit à la 4ème place.  source : joutes.info

Le "Pettitout" pour les 40 ans de l’École de Joutes

 Du 18 au 24 juillet se déroule la fête de l’École de Joutes de la Marine qui, cette année, célèbre son 40e anniversaire. À cette occasion, le "Pettitout", une sculpture en pierre reconstituée réalisée par Jean-Louis Delorme, un artiste passionné de joutes, sera inaugurée square Sissy-Abellan en hommage aux générations de petits jouteurs passées, présentes et à venir qui ont été formées dans l’EJMS.

photo:  Ecole de Joutes de la Marine

Fondée en 1976 par Vincent Stento et présidée depuis quinze ans par Francis Le Bail, cette école a vu débuter de nombreux champion. C'est pour marquer comme il se doit ces quatre décennies vouées à l’enseignement des plus jeunes que l'actuel président a imaginé ce monument frappé dans sa partie haute de l’écusson de l’EJMS et représentant dans sa partie basse deux enfants en train de jouter sur chariots. La fresque sera posée sur un socle en béton et formera un ensemble de 2,2m de haut et 85cm de large.
Le financement du "Pettitout" (8 000€) est assuré par l’EJMS, par des dons de particuliers et par une opération de "crowdfunding"  qui restera ouverte toute la saison. Chaque souscripteur peut participer à hauteur de 20€ minimum et verra son nom gravé au dos de la statue.
Rendez-vous le 21 juillet à 18h30 devant la mairie de Sète pour un départ en cortège jusqu’au square Sissy-Abellan où, en présence de François Commeinhes, sénateur-maire de Sète, le "Pettitout" sera dévoilé au public à 19h.

» en savoir plus sur le site de l'école de joutes de la marine

La cocotte-minute va-t-elle bientôt siffler ?

Depuis des siècles, partout en Europe, les causes profondes des révoltes sont toujours les mêmes : un État avec des caisses vides, un endettement abyssal, une fiscalité écrasante, des inégalités et une insécurité croissantes. Dans un tel contexte c’est le plus souvent la jeunesse, sans perspective d’avenir, qui déclenche le processus insurrectionnel.
Selon l’INSEE, la France compte près de 9 millions de personnes vivant en deçà du seuil de pauvreté. La moitié d’entre elles sont des jeunes de moins de 30 ans, chômeurs, stagiaires, précaires allant de petits boulots en petits boulots. La situation dans le Midi est plus dégradée encore que dans le reste du pays et dans certaines villes de l’Hérault le chômage des jeunes dépasse même les 50%. .Dans ce contexte, un sondage indique que les deux tiers des 18-34 ans sont prêts à un mouvement de révolte de grande ampleur...

» suite de l'édito