Photographie

Une nouvelle vie pour La Maison de l’image documentaire

Du changement dans la continuité, c’est ainsi que l’on pourrait résumer la petite transformation opérée à La Maison de l’image documentaire qui s’est agrandie pour devenir le Centre photographique documentaire ImageSingulières. “Un nom plus reconnaissable pour tout le monde” pour le directeur artistique du festival de photographie éponyme, Gilles Favier, qui inaugurait le lieu vendredi 2 juillet.

Cette inauguration était l’occasion de présenter les fresques du collectif “Tendance floue” visibles sur la façade du bâtiment et tirées du film Poesis, un projet éditorial présenté dans le cadre de la 13e édition du festival ImageSingulières. Une édition un peu particulière car étirée jusqu’en avril 2022 en raison de la crise sanitaire.

Photographie : Ville de Sète

 

“La photographie documentaire, c’est un regard sur notre monde, sur notre quotidien. Cette nouvelle structure et ce nouveau nom vont permettre de continuer d’accompagner le travail mené par ImageSingulières” indique le maire François Commeinhes qui était de retour le samedi 3 juillet sur place pour visiter l’exposition Sète#21 de Hugues de Wurstemberger, photographe suisse en résidence, qui porte un nouveau regard sur la ville et le bassin de Thau.

Au premier étage du bâtiment, on retrouve aussi l’exposition Zusammenleben de la photographe allemande Ute Mahler sur l’ex-Allemagne de l’est jusqu’au 5 septembre. Sétois et visiteurs ont tout l’été pour en profiter. A noter que le Centre photographique documentaire organise le vernissage de l’exposition des photographies lauréates du concours Fortant vendredi 9 juillet à 18 h 30.

Sortilèges au 51 quai de Bosc.

 A cette adresse, à l'enseigne du "Vent se lève", se situe un vrai centre de production d'images (fixes ou animées), bien propre à émouvoir les sensibilités. Son animateur, M. Jean Milon, l'a ouvert en 2016 après un parcours original et il rayonne en France et à l'International. Et d'abord à Sète : il accueille, du 10 juillet au 29 août, l'exposition des photographies de Philippe Ormières, "Magies sétoises". Enchantement assuré.

ormieP1100847 (2)M. Jean Milon a été un adolescent que les formations académiques rebutaient. Il s'est formé autrement, guidé dans l'éveil par un maître, André Vik Mingus, écrivain-photographe. Par des lectures, le visionnage de photos, le décalque des grands tableaux classiques pour l'étude de la lumière, l'observation du réel (sans appareil photographique), il a entamé une démarche qui l'a conduit à devenir reporter-photographe pour l'agence "Viva, Compagnie des reporters".

Puis, au temps de la bande magnétique, il réalisa des vidéos, assura leur production.

Et puis ce fut l'enseignement comme maître de conférence à Lyon II.

Son maître avait des attaches en Languedoc-Roussillon et quand le fils de M. Milon vint à Sète se former aux matériaux composites, il le suivit d'autant qu'il y avait rencontré celle qui allait être sa femme.

Il y est devenu producteur de films, en particulier de documentaires pour des institutions, des entreprises ou la télévision. Parallèlement, il enseigne la formation à la photo, au cinéma, "du scénario au montage".

Et le 51 quai de Bosc est aussi une galerie qui accueille les œuvres de photographes, qu'ils illustrent l'art brut ou qu'ils soient de renommée internationale.

 

Et au cœur de l'été 2021, c'est un sétois de souche, Philippe Ormières qui montre des œuvres singulières, propres à charmer (au sens magique du terme) les âmes des visiteurs.

On ne peut qu'être étonné (subir un vrai ébranlement moral) face à l'audace de l'imagination de l'artiste. Une écumante tempête d'octobre ouvre l'exposition symbolisant avec les ganivelles en V (comme un sexe) la naissance du monde sétois. La réalité, saisie par des images de qualité, est distordue, reconstruite au sein d'un univers magique explicité par de courtes légendes, dans des "tableaux" de format carré au service de sa démarche. La scintillante grande vague, type Hokusaï, menace les visiteurs de la plage.

On a bien aimé "Le mal de mer" où une Méditerranée aux bleus profonds s'ordonne en un escalier gigantesque. La création d'un univers imaginaire est marquée avec hardiesse et intensité dans "les échelles de Dieu" où canaux, ponts et échelles dressent de menaçantes structures. Ce surréel, dépourvu de noirceur, est encore plus visible dans "La naissance de la Pointe courte" où des maisons courbes surgissent d'un profond canal. Au final, avec une touche de bonne humeur sétoise, une vaste tielle déploie ses ocres et ses bruns en un ensemble très esthétique.

 C'est le poulpe qui a dilaté la tielle. Il semble qu'il était mal cuit. Ce clin d’œil séto-sétois en point d'orgue de l'exposition permet, après l'émotion, le sourire.

Hervé Le Blanche...

DIPTYQUE PHOTOGRAPHIQUE 2021 : EXPOSITION À L’ESPACE GEORGES BRASSENS (SÈTE)

JE SUIS GEORGES

 

L’association CéTàVOIR, en partenariat avec l’Espace Georges Brassens et l’association Concerthau, a proposé à six sétoises et sétois de s’initier à la photographie et de découvrir un lieu culturel de Sète.

Le principe de ce stage, créé par CéTàVOIR il y a plusieurs années, s’appuie sur la complémentarité et la synergie des acteurs culturels et sociaux de la Ville de Sète, entre la découverte d’un lieu culturel et l’initiation à la pratique photographique pour des publics adultes éloignés de l’offre culturelle.

En 2021, la Ville de Sète fête le Centenaire de Brassens, une occasion pour mettre en valeur le personnel de l’Espace Brassens qui oeuvre pour la transmission du patrimoine culturel de Georges Brassens. Le stage s’est déroulé en six séances durant le mois de juin 2021. Il a été animé par les photographes Gilles Favier et Frédéric Trobrillant.

Les stagiaires ont tout d’abord bénéficié d’une visite de l’Espace Brassens afin de se familiariser avec l’univers du chanteur. Ils ont manipulé une chambre argentique pour réaliser le portrait de certains membres de l’équipe du musée et découvert le développement en laboratoire argentique. Pour compléter le diptyque, ils se sont intéressés à la scénographie en photographiant en numérique les détails du musée puis ont associé les deux images. Cette initiation à la photographie a été complétée par l’atelier multimédias proposé par Concerthau avec la retouche des images sur des logiciels. Pour clore cet atelier, de courts textes accompagnant les photographies ont été rédigés afin de présenter chaque personne portraiturée.

« Je suis Georges. Diptyque photographique » est un projet proposé par CéTàVOIR, financé dans le cadre de la Politique de la Ville de Sète et du Centenaire Brassens.

 
EXPOSITION À L’ESPACE GEORGES BRASSENS (SÈTE)

 

DU 26 JUILLET AU 12 SEPTEMBRE 2021

Une exposition de Paris Match sur Georges Brassens s'affiche en ville

Une exposition de Paris Match sur Georges Brassens s'affiche en ville, de la gare aux plages. Une bonne occasion d'en apprendre plus sur le poète sétois lors de vos balades.

Pour Paris Match, qui a suivi Georges Brassens durant de nombreuses années il était important de proposer à la ville de Sète et à tous les Sétois et visiteurs une exposition à partir des Archives de Paris Match car Brassens, c'est avant tout l'éternel enfant de Sète.corpoIMG_20210806_175802

 

L'office de tourisme et la ville de Sète, nous communiqueront bientôt l'itinéraire conseillé pour découvrir toutes les affiches à découvrir en partant des Halles vers la Rue Gambetta, en rejoignant la Rue Alsace Lorraine... Pour repartir vers la Grand'Rue Mario Roustan, sans oublier l'Avenue Victor Hugo, en allant vers la Gare de Sète et le TMS.

Car à Sète, dans ce paradis souvent retrouvé, Georges Brassens chérissait les amitiés et les souvenirs.

Ceux d'un collégien réfractaire à l'éducation, animé par l'aventure de la poésie et l'amour de la chanson.

 Pour les 100 ans de sa naissance, en partenariat avec Paris Match, sa ville natale et l'office de tourisme organisent donc, jusqu'en décembre 2021 "L'itinéraire Brassens" une exposition de photos à ciel ouvert...rbt

Des souvenirs, de la Pointe courte à Bobino, le portrait d'un chanteur populaire, un copain d'abord.

Inauguration officielle en septembre en présence de journalistes de Paris Match.

 "Il faut savoir que Roger Thérond, Sétois, fut directeur de la rédaction de Paris-Match de  1976 jusqu’en 1999. Sous sa direction, Paris Match renouera avec le succès et les ventes progresseront à nouveau. Thérond, celui qu’on avait surnommé « l’Œil », se retirera à 74 ans. En tant que sétois d'origine, il fut aussi un grand ami de Georges Brassens et il participa en particulier à l'ouvrage de Pierre Berruer Georges Brassens, la marguerite et le chrysanthème paru en 2001. (Wikipedia). Les archives photographiques ne manquent donc pas.)Peut être une image de plein air

 

Le vernissage de l'exposition du club photo de Lavérune.

Ce vendredi 3 septembre avait lieu le vernissage d'une belle exposition à la chapelle de Montbazin
Celle du club photo de Lavérune.  Patrick Leberre a présenté son association. 
 
 APHOTO_83C0976
L'objectif de l'association est de réaliser des photographies en Noir & blanc en utilisant les procédés, argentique ou numérique. 
Le thème de l'exposition présentée est "la main et le geste". On y voit des acteurs de métiers traditionnels: un imprimeur qui travaille encore  avec les anciennes machines utilisant des lettres en plomb, un luthier réalisant un violoncelle, des agriculteurs privilégiant le travail à la main et remplaçant la machine par l'animal, des potiers....
.APHOTO_83C0981
Les conditions climatiques ont un peu limité la fréquentation, mais les personnes présentes ont été très intéressées et les photographes très sollicités pour expliquer leur démarche. 
Alors profitez-en, c'est à la Chapelle Saint Pierre.
APHOTO_83C0983

JEP 2021 : paroles de photographes. Visite commentée

ImageSingulières
À l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine, Christian Lutz et Romain Laurendeau présentent leurs expositions respectives, « Citizens » et « Mister Nice Guy ».
 
 
 Gratuit
Présentation du Pass sanitaire et port du masque obligatoire
PLACES LIMITÉES INSCRIPTIONS OBLIGATOIRES
Réservations : 04 67 18 27 54 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
SAMEDI 18 SEPTEMBRE 2021 À 14 H 30
 
 

INAUGURATION DU CENTRE PHOTOGRAPHIQUE DOCUMENTAIRE

INAUGURATION - CENTRE PHOTOGRAPHIQUE DOCUMENTAIRE SETE

Inauguration du « Centre photographique documentaire – ImageSingulières » (anciennement Maison de l’Image Documentaire),  vernissages des expositions reprogrammées “SÈTE#21” de Hugues de Wurstemberger“Zusammenleben” de Ute Mahler et “POESIS” de Tendance Floue, visites commentées, ateliers, projections, etc.
is-7177593

Samedi 3 juillet 2021


10h – 12h / WORKSHOP PROPHOT
Venez découvrir la gamme de flash studio Elinchrom et les derniers flaghship des Constructeurs Canon, Sony, Fuji et Hasselblad lors d’un workshop animé par Antoine Maslin de Prophot Toulouse.
Atelier de 30mn / Tout public / Gratuit / Réservation en ligne

11h / VERNISSAGE DES EXPOSITIONS DE HUGUES DE WURSTEMBERGER ET UTE MAHLER
En présence de Hugues de Wurstemberger et Christian Caujolle.
Tout public / Gratuit

12h / SIGNATURES DE LIVRE
Hugues de Wurstemberger signera le livre “SÈTE#21”, issu de sa résidence à Sète
Tout public

14h – 17h / STUDIO PHOTO PROPHOT
Venez vous faire tirer le portrait par les photographes du projet LA FRANCE VUE D’OCCITANIE
Créneaux de 10mn / Tout public / Gratuit / Réservation en ligne

15h / VISITE EN FAMILLE
Visite en famille de l’exposition “SÈTE#21” de Hugues de Wurstemberger, où les enfants seront les premiers acteurs en participant activement à la discussion avec le médiateur culturel.
Enfants accompagnés / Gratuit / Réservation en ligne

21H30 / PROJECTION DU FILM POESIS à The Rio
Le film “POESIS”, initialement réalisé en 2016, est présenté dans une nouvelle version spécialement conçue pour l’édition 2021 d’ImageSingulières à l’occasion des 30 ans du collectif Tendance Floue.
Tout public / Gratuit / Dans la limite des places disponibles
The Rio : 7 quai Leopold Suquet, Sète


Dimanche 4 juillet 2021


11h / VISITE AVEC HUGUES DE WURSTEMBERGER
Le photographe invité en résidence vous présente son exposition “SÈTE#21”.
Tout public / Gratuit / Réservation en ligne

14h – 17h / STUDIO PHOTO PROPHOT
Venez vous faire tirer le portrait par les photographes du projet LA FRANCE VUE D’OCCITANIE
Créneaux de 10mn / Tout public / Gratuit / Réservation en ligne

15h / VISITE EN FAMILLE
Visite en famille de l’exposition “Zusammenleben” de Ute Mahler, où les enfants seront les premiers acteurs en participant activement à la discussion avec le médiateur culturel.
Enfants accompagnés / Gratuit / Réservation en ligne

16h / ATELIER ENFANT
Quelques mots, quelques traits de crayons, quelques collages, c’est à toi de jouer pour créer et inventer ce qui se passe derrière le photographe en imaginant le hors-champ d’une photographie de ton choix.
De 7 à 10 ans / 4€ / Sur réservation (par téléphone ou mail)

16h / SIGNATURES DE LIVRE
Hugues de Wurstemberger signera le livre “SÈTE#21”, issue de sa résidence à Sète.
Tout public

17h / VISITE AVEC GILLES FAVIER
Gilles Favier, directeur artistique du festival ImageSingulières vous présente l’exposition “Zusammenleben” de Ute Mahler.
Tout public / Gratuit / Réservation en ligne

INFOS PRATIQUES
15 rue Lacan, 34200 Sète
Infos : 04 67 18 27 54

Festival ImageSingulières : le programme des expositions

FESTIVAL IMAGESINGULIERES

ImageSingulières est organisé par l’association CéTàVOIR. Un rendez-vous de qualité destiné à un large public, qui a pour objectif de faire découvrir ou redécouvrir des images photographiques de style documentaire venues d’Europe et d’ailleurs.


C’est au « Centre photographique documentaire - ImageSingulières » que démarrera la programmation du festival 2021 le 3 juillet 2021, avec deux à trois expositions tous les deux mois, des rencontres, des projections, et toutes les actions menées tout au long de notre saison culturelle.
 

Voir le programme des expositions

Cet été singulier débutera avec les portraits saisissants de jeunes adolescents du Nord de l’Angleterre de Laura Pannack qui investiront la gare SNCF de Sète dès la mi-mai et jusqu’en avril 2022. Au nouveau Centre photographique documentaire - ImageSingulières, au rez-de-chaussée que nous occuperons pour la première fois, la résidence 2021 confiée à Hugues de Wurstemberger promet un voyage poétique redessinant le portrait de la ville et de ses alentours.

À l’étage, c’est l’Allemagne de Ute Mahler, celle d’avant la chute du Mur, avec des images de rue, des intérieurs aussi, qui dévoilera un panorama de la vie privée en ex-RDA d’une infinie délicatesse. Tendance Floue retracera les 30 années du collectif à travers une imposante fresque murale inspirée de son film POESIS, installée sur la façade extérieure. Nous présenterons aussi, au Musée Ethnographique de l’Étang de Thau, à l’occasion du centenaire Brassens, le travail de Clémentine Schneidermann, qui lors de sa résidence en 2020 était partie sur les traces du poète chanteur.

Ce sera ensuite une rentrée en Grand Prix avec les expositions des lauréats 2019 et 2020 du Grand Prix ISEM : Romain Laurendeau, pour une dramatique plongée dans l’univers de la drogue chez les jeunes palestiniens de Cisjordanie et Christian Lutz avec un projet sur la montée des nationalismes dans la vieille Europe.

Puis, l’honneur sera fait aux femmes photographes avec le remarquable travail de Marylise Vigneau « Article 19 », autour d’une loi qui porte atteinte à la liberté de parole au Pakistan, et à la décapante chronique familiale de la jeune photographe argentine Cecilia Reynoso.

L’environnement sera au cœur des préoccupations des deux expositions présentées début 2022. La série « Oil and Moss » de Igor Tereshkov, témoignera des ravages de l’industrie pétrolière au cœur de la Russie dans le district autonome des Khantys-Mansis, et « Bastard Countryside » de Robin Friend explorera le paysage britannique par métaphores représentant la façon dont notre mode de vie moderne détruit la planète.

Pour terminer la saison, sera exposé le travail de Panos Kefalos sur les jeunes migrants afghans d’Athènes et celui de Ioana Cîrlig qui nous livrera un tendre portrait de sa Roumanie post-industrielle.

L’année sera également ponctuée de rendez-vous, de rencontres et de projections mais aussi de workshops, de signatures de livre…imagesinulieres-sete-occitanie

 

A l'atelier Rémy Valognes de Sète, Marina Obradovic expose

Êtres constitués de mondes / êtres, devenus Monde. Nous sommes des univers. Ceux de l'artiste Marina Obradovic sont constellés d'un attachement profond à la culture roms, le choix du mouvement -du partir- , une soucieuse recherche de lenteur- le temps que l'Autre mérite - un goût marqué pour les fresques des églises orthodoxes, les tissus brodés des Balkans , des rencontres au hasard de la route parmi lesquelles celle avec le réalisateur Tony gattlif , dont elle a été assistante photo notamment sur le tournage d'Exils  ; elle signa la photo de l'affiche . Travail rigoureux . Observation, et encore plus délicat : l'Attention. Le sens du collectif. L'aller vers autrui. Laisser s’incruster les choses de la vie. Créer … !

obraIMG_20210701_110019Il y a le désir et les moyens d'approcher leur satisfaction : apprentissage de la photographie et du cinéma aux Beaux Arts de Paris , acquisition de la technique de la restauration murale , œuvre de décoratrice exigeant l'intelligente hybridation de ses savoirs faire.

L'exposition qui se tient à partir de ce vendredi 2 juillet ( jour du vernissage à 18 heures ) et jusqu'à fin Août à l'atelier Rémy Valognes , 6 avenue, Marx Dormoy à Sète juste en bas du parc Simone Veil s'appelle « Ne jetez pas nos vieux , on vous les rachète ». Il s'agit d'un proverbe roms. Les roms , un sujet de prédilection. Hommes et femmes immortalisés sans artifice , ni à la dérobée. Simplement , honnêtement. Résultat : eux. L'anonyme est un être humain. Ses noirs et blanc en argentique pris dans plusieurs pays d'Europe, elle les a «proposés à des amis artistes (une quarantaine ) pour une réinterprétation / l'occasion d'une nouvelle vie,  « à partir de ce moment , ils ne m'appartiennent plus » explique-elle. . Pour cette exposition , c'est uniquement à deux personnes qu'elle a confié ses clichés .

A Domino Maret, pour les broder et à Sophie Pouget, pour les peindre. La couleur fait son apparition, l’œuvre fluctue dans la proposition . Poursuit son chemin à partir d'un geste originaire . Re-création et récréation se ressemblent. Il s'agit de plaisir, de vie . De partage en joie . Faire que ce qui a été soit différemment, s’enivre de directions insoupçonnées initiées par l'artiste suffisamment confiante. Marina aime passionnément la récupération , le recyclage , l’assemblage , retoucher . Elle joue, avec sérieux ...

 Cette artiste, Sétoise depuis quelques temps maintenant, est extrêmement attachante en même temps que mystérieuse, certainement très exigeante , radieusement simple. Le lieu choisi ,aussi pertinent soit-il, est surtout celui d'un ami, Rémy,artisan tapissier -artistes/artisans , :professions jumelles- .

Cet événement sera pour ceux qui ne sont jamais entrés dans « l'atelier » l'opportunité de découvrir en même temps qu'une exposition forte et originale , un savoir faire entretenu avec passion : redonner vie à des fauteuils , des rideaux c'est également contribuer perpétuer une histoire et un art.

Marseillan. Palmarès du concours photos biodiversité locale

email sharing button

Photo de "Ville de Marseillan"

Toutes les photographies sur : https://www.ville-marseillan.fr/blog/2021/05/21/palmares-du-concours-photos-biodiversite-locale/

Du samedi 22 mai au lundi 7 juin : Marseillan expose les plus beaux clichés des gagnants du concours photos “Biodiversité locale”.

La ville de Marseillan fait honneur à sa richesse de biodiversité, en organisant pour la première fois un concours photos, valorisant la faune, la flore, ainsi que les paysages locaux.

Une trentaine de photos dont celles sélectionnées par le jury dans les trois catégories : Faune, Flore, Paysages) seront exposées.

Une exposition qui débutera du port jusqu au parvis de la médiathèque.

Cette journée a été choisie en clin d’oeil à la journée mondiale de la biodiversité.

Palmarès

Catégorie Paysages locaux

1er Prix : Mathieu CALVET

2e Prix : Hugo CARAYOL

3e Prix : Jean-François IMBERT

Catégorie Faune

1er Prix : Alain VARIZAT

2e Prix : Edouard VILLEMIN

3e Prix : Guy GOUDOU

Catégorie Flore

1er Prix : Edouard VILLEMIN

2e Prix : Frédéric FUENTES

3e Prix : Anaël MARCHAND