Photographie

Exposition de photos à Castelnau

EXPOSITION DU CLUB PHOTO DE CASTELNAU DE GUERS

Le Club photo de Castelnau de Guers est heureux de vous inviter à sa deuxième exposition photographique du 14 au 17 juin 2019 à la Maison du Peuple (Montée de la Garenne)
ouverte de 10h30 à 12h & 15h00 à 18h30 
Vernissage le 14 juin à 18h30
Entrée libre – 28 exposants, 145 images

Pour cette deuxième exposition du "Club Photo de Castelnau de Guers", l'invité d'honneur est le photographe Laurent Uroz. 
Les adhérents du club l'ont rencontré lors des escapades photographiques organisées l'été dernier par l'office de tourisme de la Communauté d'Agglomération Héraut Méditerranée.

site internet https://castelnaudeguers.wixsite.com/club-photo 
page facebook: https://www.facebook.com/clubphoto.CastelnaudeGuers/

Y a pas phot'eau

Participez au concours Y’A PAS PHOT’EAUY a pas phot'eau ! Participez au premier concours photo dédié aux risques inondation en zone méditerranéenne en envoyant vos photos avant le 31 juillet à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

La mission interrégionale « Inondations Arc Méditerranéen » (MIIAM), avec @MayaneFrance et de nombreux partenaires, organise le premier concours photo dédié aux risques d’inondation en zone méditerranéenne.

Gratuit et ouvert à tous, cette première édition propose 3 thèmes :
• Thème 1 : L’eau à l’origine des inondations.
• Thème 2 : Les indices des inondations passées.
• Thème 3 : L’Homme se protège des inondations.

Envoyez vos photos avant le 31 JUILLET 2019 (minuit) à :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Les clichés gagnants seront récompensés et valorisés.

Plus d’informations (règlement, membres du jury, etc.) : http://www.paca.developpement-durable.gouv.fr/concours-photo-2019-r2487.html

Les jeunes de la Plagette photographient la Pointe Courte

 gotteIMG_2484

La Pointe Courte avait retrouvé son calme, en ce lundi de Pentecôte, après les réjouissances de la traditionnelle fête de quartier. Profitant de l’éclaircie un petit groupe d’enfants, téléphones en main, suit Raphaël Decavèlel’appareil photo autour du cou. La procession se dirige vers le refuge pour chat de l’association Pattes de velours, situé au bord de l’étang.

 En autonomie, sous l'oeil de quelques accompagnateurs, les photographes en herbe prennent des clichés des chats errants ou abandonnés, parfois blessés, recueillis par “l’orphelinat pour chats”.  

 Grâce aux conseils de Raphaël Decavèleartiste-photographeils s’appliquent à bien se positionner par rapport à la lumière et à cadrer. 

“Ce n'est pas compliqué de faire une photo, il faut juste respecter les proportions. Dans un premier temps on fait des photos équilibrées ensuite on peut faire n'importe quoi”, indique l’expert, dont le travail, visible à travers l’exposition “Couleurs de Pointe”, au bistrot les 2 Ramiers, à Sète, jusqu’au 8 juillet, se rapproche davantage du traitement peinture de la photographie que du reportage. 

gotteIMG_2468

 Le Pomérolais ajoute : Un petit espace sera réservé aux photos des enfants de la Plagette sur le site www.occitanienne.fr, un collectif de photographes, dont je fais partie”. 

La sortie au départ proposée dans le cadre du Printemps des Photographes, le off du festival de photographies Images Singulières, est privatisée pour les jeunes de la Plagette, parmi lesquels les participantes du concours-photo organisé dernièrement lors de L’art prend le large.  

 

“C’est un début qui va dans le sens des sorties pédagogiques que j’avais imaginé pour les enfants du quartier, comme des visites et ateliers avec des institutions culturelles telles que le Musée Paul Valéry, le Miam, le Crac, la Maison de l’image documentaire ou encore le Musée à ciel ouvert”, explique Nathalie Soleilhac, membre de l’association de quartier de la Plagette. 

 Un pont lancé entre les enfants de la Plagette et l’art, grâce à l’implication des parents et des membres de l’association de quartier. Et notamment de Margot Sanchismembre active, connue par tous à la Plagette, sans qui le concours-photo à destination des jeunes n’aurait pas été possible. 

 “Quand tu parles à tout le monde, tu finis par connaître tout le monde, lance-t-elle dans un sourire. Comme pour le concours-photo, à chaque fois que l’on organise quelque chose avec les enfants, c’est Margot qui les invite à participer et qui s’occupe du suivi avec eux, en plus de tout ce qu’elle fait au quotidien pour l’association. Au-delà des manifestations, Margot c’est la vie de quartier tous les jours, car elle fait des actions tous les jours”, souligne Alain Ricciardi, le vice-président de l’association de quartier de la Plagette. 

gotte

gotteIMG_2475-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gwenaelle Gernioux 

 

Pour en savoir plus sur Raphaël Decavèle et le collectif de photographes : https://www.occitanienne.fr/ 

Printemps des photographes : https://www.printemps-des-photographes.fr/ 

Association Pattes de velours : 28 Pointe Courte, Tél. 06.13.88.43.26

Lancement du Printemps des Photographes 2019

L’inauguration de la 5ème édition du Printemps des Photographes s’est déroulée ce samedi 1er juin 2019 dans la salle de conférence de la médiathèque François Mitterrand. C’est devant une centaine de personnes, composée d’amateurs de photos et de photographes, que la présidente du festival, Pascale Malvilan ainsi que Christelle Espinasse, adjointe aux événements culturels, ont tenu à rappeler le rôle de cet événement, soutenu par la Ville, dans le paysage culturel Sétois.

Cette année, le festival a vu son succès prendre un nouvel essor  puisque du 29 mai au 12 juin, les festivaliers pourront admirer les travaux de 24  photographes sélectionnés par un jury, venus de tous horizons, qu’ils soient professionnels ou amateurs. Le parcours de ce festival Off d’Images Singulières s’articule autour d’un cheminement précis, du Cadre Royal jusqu’au cœur de ville.

Certaines visites sont commentées, d’autres réservées à un public plus jeune dans 16 lieux de la ville.

Les visiteurs peuvent d’ores et déjà profiter de 6 sorties photos, 4 performances en lien avec l’écriture et la photographie ainsi que 4 itinéraires dans la ville.

A noter qu’une projection aura lieu le vendredi 7 juin à 18h, au Palace, Avenue Victor Hugo.

Soirée de projection au Palace

L’image contient peut-être : texte

Vendredi 7 juin à partir de 18 h :

À 18 heures, en avant-première de la projection, restitution de la performance « Saisir le détail » par les membres des ateliers écriture et peinture de l’association culturelle sétoise Filomer.

À 19 heures, les photographes du festival présenteront leur démarche artistique au cours d’une soirée où seront projetés leurs travaux sous forme de films et de diaporamas photographiques.
La projection sera suivie d’un échange entre les artistes et le public.

À l’entracte et à l’issue de la soirée, nous partagerons le verre de l’amitié.

ENTREE LIBRE

Le Printemps des photographes, festival OFF organise une soirée de projection

Le Printemps des photographes, festival OFF de la photographie en marge d’ImageSingulières à Sète, a le plaisir de vous inviter à la 
 Soirée de projection vendredi 7 juin à 19h ,
 
au cinéma le Palace, 24 avenue Victor Hugo à Sète. 
boudCapture
 
Les photographes du festival présenteront leur démarche artistique au cours d’une soirée où seront projetés leurs travaux sous forme de films et de diaporamas photographiques.
 
La projection sera suivie d’un échange entre les artistes et le public. 
À l’issue de la projection nous partagerons le verre de l’amitié.
Entrée libre.

Succès du 1er concours photo pour les jeunes à L’art prend le large

 gwn

 

“C'est papa qui plaçait le téléphone et c'est moi qui choisissais et appuyais pour prendre ce que je voulais en photo  confie Chloé Devos, 7 ans et demi, gagnante du concours photo, catégorie junior, et primée samedi sur le parvis de la station marine. Une initiative à destination des jeunes de la Plagette, dans le cadre des dix ans de L’art prend le large, l’exposition d’artistes sur le quai de la Daurade et dans le bâtiment de l'Université de Montpellier.

Elle avait eu la chance d'être sensibilisée à l'art, "notamment lors d'une journée de visite du musée à ciel ouvert à Sète, accompagnée de sa maman Danielle" témoigne Nathalie Soleilhac, membre active de l’association de la Plagette, qui les avaient guidées.

Pas peu fière, la petite se tient aux côtés d’Albert Sanchis, 77 ans, habitant du quartier, qui a eu l’idée d’offrir spontanément un appareil photo au gagnant. “Je fais de la photo, c’est donc venu naturellement d’offrir un appareil aux vainqueurs, et comme il y avait deux catégories, le comité de l’association a acheté le deuxième”, explique-t-il. 

Pour Lola Gil, 13 ans et demi, qui remporte, quant à elle, la catégorie ado, le concours était aussi une première :

“c'était très amusant de prendre des photoen rafale et de jeter la pierre dans l’eau pour saisir l’éclaboussure”, déclare-t-elle. gwnIMG_2454 

Les images des deux jeunes filles ont ainsi été sélectionnées parmi les 18 photographies affichées dans la salle de conférence du lieu dédié à la recherche scientifique (deux par candidates) pendant L’art prend le large. Grâce aux votes de 48 artistes présents sur la manifestation, elles ont remporté leurs catégories respectives parmi 9 candidates. “Je suis content car j’avais voté, notamment, pour sa photo”, souligne Jean-Jacques François, président du jury. Mais aussi pour celle d’Océane Moreso, 12 ans et demi, "un pêcheur au pont", décrit l'apprentie photographe. Si celle-ci n’obtient pas la première place cette fois-ci, bon esprit, elle semble “contente de l’expérience et des lots donnés” par la Ville, l’association et la station marine. 

“Que des filles, et elles travaillent toutes avec le portable !, remarque Jean-Jacques François. Il poursuit : “C'est très bien d'organiser des évènements comme ça pour les jeunes”. 

Une action lancée par Alain Ricciardi, le vice-président de l’association de quartier de la Plagette. “L’association a toujours eu le souci de faire des choses pour les enfants dans le quartier. Pour la première fois il y avait des photographies exposées à L’art prend le large, nous avons donc décidé d’intégrer les enfants du quartier dans la manifestation avec un concours photo”, rappelle-t-il 

Les photographes en herbe se préparent déjà pour le prochain concours photo organisé pendant la fête de l’été. Et, d’ici là, "elles auront même la chance d’être invitées à une visite du Printemps des photographes", conclut Micheline Repetto, présidente de l'association de la Plagette.

gwnIMG_2458

 

gwnIMG_2428-1

Gwenaelle Gernioux

ImageSingulières ouvre l’objectif

Le festival de la photographie documentaire ImageSingulières a officiellement ouvert l’été culturel ce mercredi 29 mai à Sète. L’inauguration s’est déroulée dans les murs de l’ancien collège Victor Hugo où sont visibles, jusqu’au 16 juin, deux expositions. La première intitulée Country of ambition de Yan Ming dresse un portrait décalé et noir et blanc de la Chine. La seconde nommée South Side de Jon Lowenstein a pour décor le quartier afro-américain de Chicago. Workshop et rencontres sont aussi programmées.

Ce principe de lieu d’exposition et d’échanges se retrouve un peu partout en centre-ville de la Maison de l’image documentaire au cinéma le Rio, tout juste rouvert, en passant par le Théâtre de la Mer où ImageSingulières fait une halte remarquée cette année. L’ancien fort Saint-Pierre accueille deux soirées projections. Une gratuite ce vendredi 31 mai sur le thème du grand Nord et une payante ce samedi 1er juin avec carte blanche donnée à l’agence Noor, invitée de cette 11e édition.

“Transformer Sète en carrefour de la photographie”

“Une 11e édition qui renoue avec l’énergie propre à ImageSingulières : à savoir fixer le rôle de la photographie dans notre société et développer sa fonction de témoignage, de création et d’enseignement” a félicité Hervé Merz, 4e adjoint, qui représentait le maire François Commeinhes lors de l’ouverture. L’élu a également tenu à remercier Gilles Favier et Valérie Laquittant, les fondateurs de l’événement, dont l’association CéTàVOIR permet de “transformer chaque année Sète en carrefour de la photographie”. Le département et la Région ont également réaffirmé leur soutien.

Comme le veut la tradition, une résidence a été confiée à un photographe. Ce travail sur la ville, réalisé par Vanessa Winship, seule femme à avoir obtenu le prestigieux prix Cartier-Bresson en 2011, est visible à la Chapelle du quartier Haut. Une exposition en noir et blanc, teintée de mélancolie, qui fera l’objet d’un nouveau livre sur l’île singulière.

 

EXPOSITION PHOTOGRAPHIQUE AU RESERVOIR DE SETE

 
VERNISSAGE LE 1er JUIN 2019 à partir de 18 heures.
 
 
vernissage de l'exposition de photographie qui aura lieu du 29 mai au 30 juin. 
 
En partenariat avec Images singulières, il accueillera Nick Hannes et John Trotter.
En parallele nous présenterons Cecile Mella, Sandra Mehl, Gaston Bertin, Jean-Loup Gautreau et Paul Maurer.servCapture
 

ImageSingulières 2019

2019 sera l’année du changement structurel pour ImageSingulières. Le festival prend ses quartiers au centre ville à la recherche de nouveaux publics et investit le magnifique écrin du Théâtre de la Mer pour des soirées de projections.

 

Gilles FAVIER, co-fondateur et directeur artistique  et Valérie Laquittant co-fondatrice et directrice précisent :

Cette année la résidence est confiée à Vanessa Winship, photographe anglaise et seule femme à avoir obtenu le prestigieux prix Cartier-Bresson en 2011. De novembre à janvier, elle a exploré Sète, et même un peu plus car nous étendons désormais la résidence au pourtour de l’étang de Thau. Son travail investira la Chapelle du Quartier-Haut et sera aussi l’objet du douzième livre de la collection « imageSingulières ».

"En 2018, nous avions remis à John Trotter, un photographe new-yorkais de l’agence MAPS, le 1er prix ImageSingulières / ETPA / Mediapart. Ce prix de 8000 euros était destiné à terminer un travail de plus de dix ans autour des problématiques liées à la surexploitation de la ressource en eau, tout au long de la rivière Colorado. Le projet final sera présenté au Réservoir, un des nouveaux hauts lieux de la culture sétoise. Mathias Depardon a quant à lui suivi le cours du Tigre et de l’Euphrate en Irak et son travail sera montré au Rio, dans l'ancien cinéma qui ré-ouvrira pour l’occasion. Nous reviendrons aux États-Unis, avec les poignants projets de Jon Lowenstein et Nina Berman, tous deux de l’agence NOOR. L’un explore le « South Side » de Chicago, en s’impliquant totalement dans sa communauté. L’autre mène un travail au long cours dans la plus pure veine documentaire, qui n’est autre que la chronique empathique d’une jeune survivante du trafic sexuel."

"Nous présenterons également « Algunas chicas », une rétrospective de la grande photographe argentine Adriana Lestido, pasionaria féministe. Ainsi que « Garden of delight », une fresque hallucinante de Dubaï, dans laquelle Nick Hannes pose la question de l’absurdité de la mondialisation et du capitalisme. Avec « Country of Ambition », Yan Ming se désole de la disparition des gènes culturels chinois et de la spiritualité. Ses images classiques, en noir et blanc, format carré, sont pleines d’une poésie qui veut lutter contre le pragmatisme du développement économique de son pays. Nicola Lo Calzo, qui lui documente depuis près de dix ans la traite négrière et l’esclavage, nous livrera « Regla », le volet cubain de ce travail.Quant à Ronan Guillou, il déjouera les clichés que nous avons sur l’Alaska."

"Nous laisserons également une place aux nouvelles écritures documentaires qui mêlent photographie, anthropologie, journalisme et archives. Trois projets : l’un à l’Est présenté par les éditions ESSARTER « Les Utopies rouges », les deux autres en Amérique latine ; « Is this tomorrow » un projet collectif sur les conséquences de la guerre froide et « A Study of Assassination » de George Selley sur l’influence déstabilisatrice de la CIA au Guatemala. L’agence NOOR, basée à Amsterdam, sera l’invitée d’honneur du festival. Deux expositions monographiques, une soirée de projection, des rencontres avec les photographes et un workshop seront organisés pour célébrer cette venue."

"Tënk, la plateforme dédiée au cinéma documentaire, sera à nouveau partenaire de la programmation film et nous continuerons nos rencontres avec les acteurs de la scène photographique lors de nos agoras singulières."

"Pour finir nous remettrons les Prix ImageSingulières / ETPA / Mediapart de la photographie documentaire 2019 et la toute nouvelle bourse Laurent Troude en souvenir du photographe de Libération."

EXPOSITIONS

Tout savoir : https://www.imagesingulieres.com/

themaklCapturethemaCapture

LE PRINTEMPS DES PHOTOGRAPHES.

Du mercredi 29 mai au dimanche 16 juin 2019

L'association Collectif images organise son festival le Printemps des Photographes, cinquième édition, du 29 mai au 12 juin 2019, à Sète. 
Le thème de cette année, « Couleurs méditérranéennes ».printemps-photgraphes-sete-5125211

Parce que la Méditerranée est une mosaïque de cultures, de peuples, de paysages, d’écosystèmes, de villes et de ports, nous avons choisi de la décliner au pluriel.

Et pour cette 5e édition du festival off de la photographie à Sète, nous invitons les photographes passionnés à la décliner aussi sous tous ses aspects, en couleur comme en noir et blanc.
 

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon