Photographie

Puerta et la Pointe

Le Bar à Lire, sur la Placette, présente une vingtaine de photos d’Ernest Puerta sur la Pointe Courte. Un joli coup d’oeil sur le typique quartier sétois.

Exposition photographique "Un regard", de Myriam Guinot

EXPOCaptureExposition photographique "Un regard", de Myriam Guinot à la chapelle Saint Hippolyte.

Elle se déroulera du 24 août au 10 septembre.

Le lieu d'exposition sera ouvert au public du jeudi au dimanche, de 10h à 12h et de 16h à 19h.

Vernissage de l'exposition, le vendredi 25 août à 18h30.

Variations de rames

Toujours à la recherche de belles images à la limite de l’abstrait, Ernest Puerta a joué dans le Cadre avec les rames .

Claude Cruells : Thau vu de haut 2018

La couverture du calendrier Thau Vu de HauT  2018 sublime la rencontre entre le Canal du midi et l'Etang de Thau, deux trésors de notre région. Vous êtes nombreux à être émus par l'approche esthétique et environnementale de cette première création de la marque collection Thau Vu de HauT. Les pages tournent, dévoilent les beautés de la lagune, mais notre équipe, en collaboration avec son partenaire Hélisud, n’a guère le temps de s’y attarder et s’atèle à identifier les zones d’intérêt et à préparer soigneusement de nouvelles scènes pour la parution 2018. Afin d’offrir à son large public le plaisir de l’ouvrir sur le mois de janvier prochain, le calendrier se doit d’être garni en images au fil des saisons. Ainsi, les reportages de l’automne, de l’hiver et du printemps sont-ils déjà bouclés, que celui de l'été est en cours de réalisation.


 

Thau Vu de HauT 2017 : Genèse d’un projet pas comme les autres

C'est en janvier 2016 que quelques fervents défenseurs et acteurs de l'étang suggèrent à Claude Cruells, notre photographe, d'élaborer un calendrier sur le thème de la lagune. Il s’agit ensuite de trouver les différentes ressources pour permettre sa réalisation. Très vite, deux partenaires majeurs du projet s’engagent : Florent Tarbouriech, conchyliculteur, et Régis Godard, de la société Hélisud. L’aventure commence et il faut faire vite et bien compte tenu des contraintes de saisonnalité, ainsi que du niveau d’exigences des acteurs de cette mission. Il est entendu que plusieurs heures de vol par saison seront nécessaires pour obtenir les 13 photos. Claude propose à son amie Laurence Crinquant, d’en élaborer les textes, après lui avoir dévoilé les premières images. Cette dernière accepte et  propose d’écrire des haïkus, courts poèmes d'inspiration japonaise, ancrés dans l’émotion et la temporalité. Les mois passent et la lagune dévoile ses charmes et ses mystères, sources d’émerveillement et d’inspiration pour ses réalisateurs. Elle révèle son fragile équilibre et sa cohabitation sensible avec les hommes qui la sillonnent. 

 

Les partenaires du projet

 

 

Thau Vu de HauT 2018 : innover et agir pour notre territoire

En 2018, quelques innovations en terme de format et de contenus verront le jour. En effet, nous avons tenu compte de vos remarques et le calendrier, d'un format 40x40, se transforme en un format A3 horizontal, plus adapté aux envois postaux. En outre, vous pouvez d'ores et déjà passer commande car le calendrier sort début juillet, et, inédit, il sera enrichi d'un lot de 6 cartes postales panoramiques. Enfin, le prix unitaire a baissé, et nous avons le plaisir de vous proposer l'édition 2018 au prix de 15 euros au lieu de 20 euros!

Afin de protéger et valoriser notre territoire, nous souhaitons également aller à votre rencontre et vous présenter notre vision grand format de l'étang au-delà de la création d'imprimables (calendriers, cartes postales, affiches...). Ainsi, nous vous invitons à suivre attentivement nos actualités sur Thau Infos et la page facebook @thauvudehaut. Ces dernières vous informeront des différents évènements à venir! A cet égard, réservez dès maintenant votre soirée du vendredi 7 juillet 2017 qui inaugurera l'exposition Thau Vu de HauT, visible les 7, 8 et 9 juillet au Foyer de l'Amitié du quartier de la Pointe Courte à Sète. Du côté de Marseillan, ce seront les Etablissements Noilly-Prat qui accueilleront une superbe exposition lumineuse Thau Vu de HauT dans le courant de l'été.

Laurence Crinquant

L'équipe Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Thau-Infos se tiennent à votre disposition pour vos commandes et répondre à vos questions!
contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 06 71 73 54 80

 

 

 Claude Cruells

Claude Cruells a un CV prestigieux : Spécialiste reconnu de la photographie sous-marine dans les années 90, il signe l’exposition « Méditerranée lumière » en 1994, collabore avec l’unité d’élite de la Police Nationale le R.A.I.D pendant 12 ans et fait l’inventaire photographique des cétacés de la Grande Bleue. Les années qui suivent l’amènent aux quatre coins du monde, de l’Everest à Wallis et Futuna en passant par l’Asie où il couvre le désastre du tsunami de 2004 pour VSD et l’América’s Cup en Nouvelle Zélande pour Bouygues Télécom.

Aujourd’hui Claude Cruells se partage entre le Languedoc Roussillon où il est devenu le photographe incontournable du monde viti-vinicole comme en témoignent ses collaborations avec le Département de l’Hérault, Sud de France, le CIVL le CIVC les IGP34, Coop de France et beaucoup de domaines particuliers, ses reportages d’entreprises sur tout le territoire, et ses déplacements internationaux au cours desquels il réalise ses reportages personnels ayant essentiellement des thèmes humanistes basés sur la vie des populations minoritaires.

   

Envolez-vous à l’abbaye de Valmagne

Du 20 Juin au 20 Septembre à l'Abbaye de Valmagne "Les Abbayes vues du ciel" par Hemis, distributeur de Yann Arthus-Bertrand avec photos grand format dans le cloître de l'abbaye !

Cet été, prenez de la hauteur à Valmagne avec l’exposition de Hemis Distributeur, Yann Arthus Bertrand.

Du 20 juin au 20 septembre, l’abbaye Sainte-Marie de Valmagne accueillera une exposition inédite, intitulée les abbayes vues du ciel. Quel meilleur endroit que l’abbaye de Valmagne pour nous transporter vers ces lieux chargés d’histoire ?

"C’est dans la lumière florentine du cl oître de Valmagne que seront exposées les 15 photographies représentant les monastères les plus emblématiques de France. De l’îlot rocheux du Mont Sain t-Michel aux eaux turquoise de l’île de Lérins, les abbayes sélectionnées témoigne nt d’un patrimoine naturel d’exception. Pour madame Eleonor D’ALLAINES, gestionnaire du Monument Historique, le choix des sites monastiques doit « permettent de dévoiler la terre autrement mais ils doivent aussi s’inscrire dans une démarche écologique évidente, conforme au travail de Yann Arthus BERTRAND ». Située entre le Mont Saint-Clair et les lagunes du Bassin de THAU, l’abbaye de Valmagne rayonne pour la qualité de ses paysages et de son terroir. A la tête d’un domaine viticole qui travaille en Agriculture Biologique depuis 1999, VALMAGNE fait désormais partie « des fers de lance »de l’avenir."

Que ce soit dans le sud de la France à St Martin du Canigou sur son éperon rocheux, sur l’Ile St Honora avec l’Abbaye de Lerins, à l’Abbaye Royale de Chaalis au nord-est de Paris, ou encore en Italie à l’Abbazia territoriale di Monte Oliveto Maggiore, ces photos nous mènent vers d’autres contrées.

Pour découvrir ces lieux de culte mis en valeur sur chaque photo par la technique de Yann Arthus-Bertrand, photographe, reporter, réalisateur et écologiste français. Cette exposition aura lieu du 20 Juin au 20 Septembre à l’abbaye de Valmagne dans l’Hérault entre Villeveyrac et Montagnac.

L’abbaye est ouverte tous les jours de 10h à 19h. 

Pour plus d’information sur l’exposition ou les visites contacter l’abbaye de Valmagne au : 04 67 78 06 09 ou http://beta.valmagne.com/contact

Anne Rearick à la Mid

La Maison de l'Image Documentaire a déménagé durant l'été 2016 au 17 rue Lacan à Sète, (ancien Tribunal D'instance). Après quelques mois de travaux et d'installation, CéTàVOIR a réouvert les portes de ses nouveaux locaux le 20 janvier 2017 avec une nouvelle saison culturelle.

ImageSingulières et présente du 27 juin au 29 juillet les magnifiques photographies de Anne Rearick, dernière invitée en résidence à Sète pour le festival.

Des gens, des lumières. On pourrait dire que Sète se résume à cela sous l'oeil d'Anne Rearick. Tout simplement, avec l'immense liberté qui est la sienne, avec la souplesse qui lui fait balader de façon élégante le carré de son cadre jusqu'à réduire, sans le limiter, l'espace de son expérience à ce carré qui devient magique parce qu'inexplicable Son Sète est habité de personnages entre lesquels elle n'établit aucune hiérarchie mais avec lesquels elle recherche un dialogue d'images en espérant que, l'un à côté de l'autre, ils donneront non un portrait - impossible - de la ville, mais un bon exemple de sa collection de souvenirs de ses visites à Sète. Débarrassée de tout projet globalisant elle laisse chacun s'exprimer tour à tour avec des regards, des poses, des gestes, un mouvement et elle renoue justement avec cette photographie profondément humaniste qui ne regarde jamais son nombril, qui ne cherche pas son ego ou son identité mais va à la rencontre de l'autre, son égal. Cette photographie, si loin des mises en scène convoquant des dispositifs - et des moyens - plus proches du cinéma que d'une tradition photographique se fait aujourd'hui de plus en plus rare, elle n'est plus guère en accord, semble-t-il, avec une demande, voire une exigence de spectaculaire qui s'affirme dans tous les domaines. Pourtant cette attitude renvoie à des fondamentaux de la photographie, à une attitude sans arrogance par rapport au réel, à une forme d'humilité de la part de ceux qui savent que, pour que l'image soit possible, il a fallu que dans le monde qu'ils expérimentent et traversent existent, avant tout déclenchement, des éléments, des objets, des formes, des gens et des lumières. André Kertesz disait : « Je photographie des petits rien ». Anne Rearick, aujourd'hui, me fait penser à lui. Et c'est beaucoup.

Christian Caujolle

BIOGRAPHIE
Photographe américaine. Née à Caldwell en Idaho. Vit à Gloucester, États-Unis. S'inscrivant dans la grande tradition photographique documentaire, Anne Rearick travaille sur des sujets au long cours, approfondissant les relations avec les gens et les lieux qu'elle saisit au fil du temps. Elle dépeint l'expérience quotidienne de ses sujets, et célèbre son étendue, en se tenant à bien des égards, au même niveau qu'eux plutôt que face à eux. Elle sait aux États-Unis, en Afrique du Sud tout comme au Pays basque, porter le même regard généreux sur les êtres pour donner des images qui veulent, avant tout, nous dire le plaisir de l'instant et la qualité de la rencontre. Titulaire d'une MFA (Master of Fine Arts), elle enseigne la photographie et le cinéma à Boston depuis 25 ans. Anne Rearick a reçu de nombreux bourses et prix, notamment la bourse Guggenheim pour son travail sur la boxe amateur ; le prix Roger Pic décerné par la SCAM pour les townships d'Afrique du Sud ; le prix European Mosaique et la bourse Fulbright/Annette Kade. Deux monographies de son travail ont été publiées : Miresicoletea, sur le Pays Basque, en 2003 et Township, en 2016 (sélection Nadar). Ses photographies ont intégrées les grandes collections publiques internationales, telles que la Bibliothèque nationale de France, le Centre national de l'audiovisuel du Luxembourg et le Museum of Modern Art de San Francisco. Anne Rearick est membre de l'agence VU' et est représentée par la galerie Clémentine de la Féronnière à Paris.

Thau vu de haut : expo à la pointe courte de Sète

La première exposition Thau Vu de HauT sur supports CarttooN va avoir lieu au Foyer de l'Amitié de la Pointe Courte du vendredi 7 au dimanche 9 juillet 2017 avec le soutien de la Ville de Sète. Le vernissage se tiendra le vendredi 7 à partir de 19 heures et sera suivie d'une conférence .

 

  Claude Cruells

Claude Cruells a un CV prestigieux : Spécialiste reconnu de la photographie sous-marine dans les années 90, il signe l’exposition « Méditerranée lumière » en 1994, collabore avec l’unité d’élite de la Police Nationale le R.A.I.D pendant 12 ans et fait l’inventaire photographique des cétacés de la Grande Bleue. Les années qui suivent l’amènent aux quatre coins du monde, de l’Everest à Wallis et Futuna en passant par l’Asie où il couvre le désastre du tsunami de 2004 pour VSD et l’América’s Cup en Nouvelle Zélande.

 

   

 

En savoir plus sur Thau vu de haut

« Mon Maco à moi "

Le photographe Fred Trobrillant est installé à Sète depuis 4 ans. Indépendant, il travaille régulièrement avec l'association Cétavoir en proposant des workshops à l'année en plus de ses expositions personnelles et séries sur Madagascar, Cannes, les Roms ou encore le Rio Tagus. Spécialisé dans la photo de rue, il a été sollicité par le K-Live Festival afin de réaliser une série photo sur la vingtaine d'œuvres murales du MaCo (Musée A Ciel Ouvert) et le lien qui s'est créé entre ces « espaces poétiques et colorés » et les Sétois, au cours des 10dernières années. Mercredi 31, son exposition « Mon MaCo à moi » a été inaugurée place Aristide Briand en présence de toute l'équipe du festival et du Sénateur-maire François Commeinhes. « Les visites guidées du MaCo sont plebiscitées par toutes les générations et les promeneurs qui déambulent dans la ville : quel musée peut-il s'enorgueillir d'un public aussi large ? », a-t-il salué. Une trentaine d'images noir et blanc réalisées en argentique et imprimées sur des toiles plastifiées resteront exposées sur les grilles des tilleuls argenté jusqu'au 30 juin. Un hommage tout particulier et un regard singulier sur ce Musée à ciel ouvert inédit en France, fort de ses 32 œuvres murales, qui perdure depuis 10 ans… Bon anniversaire au K-Live !

Thau Vu de Haut à la Pointe Courte

La première exposition Thau Vu de HauT sur supports CarttooN a lieu au Foyer de l'Amitié de la Pointe Courte du vendredi 7 au dimanche 9 juillet 2017 avec le soutien de la Ville de Sète. Le vernissage de cette magnifique exposition avait donc lieu ce 7 au soir avec des précisions données par Claude Cruells sur Thau vu de haut 2018.thau 17 7 17DSC_0261 (33)

Accompagnée par une projection vidéo qui permettait au nombreux public venu de la Pointe Courte, de Sète ou du Bassin de Thau, de mieux apprécier les photographies ainsi que le travail réalisé, la présentation de l'exposition se voulait aussi un moyen de sensibiliser le public au respect de notre beau territoire. Christophe Morgo, Maire de Villeveyrac et Conseiller départemental, vice-Président de la commission de l'environnement Agenda 21 - tourisme, soucieux de préserver l'environnement mettait en avant ces magnifiques témoignages visuels qui témoignent de la beauté de nos espaces afin que nous puissions en profiter le plus longtemps possible.

Au moment des discours Claude Cruells a tenu à remercier les personnalités présentes, ses amis et collaborateurs mais aussi plus particulièrement Pierre Zambrano le président de l’AJPC (l’Amicale des Jouteurs Pointe Courte) pour son soutien quant la réalisation de cette exposition.

Et il rajoutait : « L’histoire de Thau vu de Haut est née d’un constat, le constat que notre lagune est fragile. On en est je pense tous amoureux et aujourd’hui c’est un petit cri d’alarme qui est poussé à travers des images d’art. Je pars d’un principe simple c’est que quand on aime, on protège. Et l’idée de réaliser de belles images de notre étang ça peut inciter les gens à le protéger. Aujourd’hui je suis d’autant plus content qu’il y ait un écho à cette exposition puisqu’on est un petit peu des colibris et on essaie par des petites gouttes d’eau de faire une mission qui nous est confiée. Je n’ai pas une grande prétention quant à l’étendue de tout ça mais je sais que notre rôle à nous, en tant que photographes et en tant que témoins, c’est de planter des graines ».thau cruCapture

La couverture du calendrier Thau Vu de HauT 2017 sublime la rencontre entre le Canal du midi et l'Etang de Thau, deux trésors de notre région. Vous êtes nombreux à être émus par l'approche esthétique et environnementale de cette première création de la marque collection Thau Vu de HauT. Les pages tournent, dévoilent les beautés de la lagune, mais notre équipe, en collaboration avec son partenaire Hélisud, n’a guère le temps de s’y attarder et s’attèle à identifier les zones d’intérêt et à préparer soigneusement de nouvelles scènes pour la parution 2018. Afin d’offrir à son large public le plaisir de l’ouvrir sur le mois de janvier prochain, le calendrier se doit d’être garni en images au fil des saisons. Ainsi, les reportages de l’automne, de l’hiver et du printemps sont-ils déjà bouclés, que celui de l'été est en cours de réalisation." Précisait Claude Cruells.

Si Thau Vu de HauT 2017 fut la genèse d’un projet pas comme les autres, Thau Vu de HauT 2018 aura pour objectif d'innover et d'agir pour notre territoire.

thau 10 07 17DSC_0274 (24)

"C'est en janvier 2016 que quelques fervents défenseurs et acteurs de l'étang suggèrent à Claude Cruells, notre photographe, d'élaborer un calendrier sur le thème de la lagune. Il s’agit ensuite de trouver les différentes ressources pour permettre sa réalisation. Très vite, deux partenaires majeurs du projet s’engagent : Florent Tarbouriech, conchyliculteur, et Régis Godard, de la société Hélisud. L’aventure commence et il faut faire vite et bien compte tenu des contraintes de saisonnalité, ainsi que du niveau d’exigences des acteurs de cette mission. Il est entendu que plusieurs heures de vol par saison seront nécessaires pour obtenir les 13 photos. Claude propose à son amie Laurence Crinquant, d’en élaborer les textes, après lui avoir dévoilé les premières images. Cette dernière accepte et propose d’écrire des haïkus, courts poèmes d'inspiration japonaise, ancrés dans l’émotion et la temporalité."

"Les mois passent et la lagune dévoile ses charmes et ses mystères, sources d’émerveillement et d’inspiration pour ses réalisateurs. Elle révèle son fragile équilibre et sa cohabitation sensible avec les hommes qui la sillonnent."

En 2018, quelques innovations en terme de format et de contenus verront le jour. Le calendrier, d'un format 40x40, se transforme en un format A3 horizontal, plus adapté aux envois postaux.

En outre, vous pouvez d'ores et déjà passer commande car le calendrier sort début juillet, et, inédit, il sera enrichi d'un lot de 6 cartes postales panoramiques. Enfin, le prix unitaire a baissé, 15 euros au lieu de 20 euros!

Afin de protéger et valoriser notre territoire, l'équipe Thau Vu de HauT souhaite également aller à la rencontre du public et présenter sa vision grand format de l'étang au-delà de la création d'imprimables (calendriers, cartes postales, affiches...).

Ce qui justifie cette belle exposition. L'équipe vous invite à suivre attentivement ses actualités sur Thau Infos et la page  https://www.facebook.com/thauvudehaut

Ces dernières vous informeront des différents évènements à venir !

Du côté de Marseillan, ce seront les Etablissements Noilly-Prat qui accueilleront une superbe exposition lumineuse Thau Vu de HauT dans le courant de l'été.

L'équipe Thau Vu de HauT et Thau-Infos se tiennent à votre disposition pour vos commandes et répondre à vos questions !

contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 06 71 73 54 80

» voir aussi en rubrique expos

ImageSingulières : les « Jeunes - Générations »

 Deuxième vernissage du lancement du rendez-vous photographique ImageSingulières, celui de l'exposition « Jeunes - Générations » s'est déroulé vendredi 26 mai, à l'ancien collège Victor Hugo. Un travail choral sur le thème « La Jeunesse en France » qui a attiré un très nombreux public. Né d'une commande photographique nationale lancée par le ministère de la Culture sur le thème de « La Jeunesse en France », en octobre 2016, le projet « Jeunes - Générations » a été confié au Centre national des arts plastiques (Cnap) et à l'association CéTàVoir. Ce projet a réuni quinze photographes auteurs qui ont planché sur ce sujet durant deux mois, chacun choisissant librement son sujet et les territoires qu'il désirait explorer et dévoiler. Et ce thème sur la jeunesse permet de mieux saisir les mille et une facettes de ces nouvelles générations. Chacun à leur manière, les photographes sont allés à la rencontre de ces « jeunes », qui seront les adultes de demain, pour percer cette aura de mystère rattachée aux ados ou aux jeunes adultes. Que ce soit au travail, dans son intimité, en boîte de nuit, dans ses galères, cette jeunesse exprime une diversité, une énergie ainsi qu'un désarroi à la hauteur de ses aspirations.

Commissaire de cette exposition, Gilles Favier, directeur artistique du festival, a rendu hommage au travail des photographes, présents pour l'occasion. Ces derniers ont ensuite assuré la visite, créant ainsi un échange direct avec les nombreux amateurs qui avaient fait le déplacement.

Pascal Dolemieux à la salle Tarbouriech

Ce vendredi 26 mai, dans le cadre du festival ImageSingulières, avait lieu le vernissage de l’exposition de Pascal Dolemieux, à la salle Tarbouriech.

Pascal Dolemieux a reçu quelques prix (prix Niepce, prix Moins Trente...), rempli pas mal de pages de journaux et de magazines (Libération, Elle, Le Monde…) et réalisé des campagnes publicitaire. S'il a couvert aussi un certain nombre de murs en exposant ses images et a même créé, quelques agences ou regroupements de photographes (Agence Vu, Métis, Rapho) il a jonglé avec quelques genres photographiques sans jamais s’y attarder exclusivement.

Et pour ce photographe né en 1953 : "Je ne sais plus quel épistémologue a dit que, finalement, le désordre n'est qu'un ordre que l'on n'a pas souhaité. Dans le même ordre d'idées, je dirais que la réalité est potentiellement une fiction, dont on ne sait d'ailleurs pas toujours très bien qui en est l'auteur, et du coup j'ai toujours le plaisir d'avoir l'impression d'inventer une histoire en faisant une photo." Si pour être un bon photographe il faut avoir des mains de pianiste,Pascal Dolemieux en est l'exemple avec un réel qu'il a toujours tenté de saisir et de transmettre par la photographie.

Vous pouvez apprécier à la salle Tarbouriech, une partie de ses premières photos, ainsi que les plus récentes.

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon