Photographie

"Fauna Garriga", les photographies de Jonathan Lhoir

Bien que non exhaustive, l'exposition "Fauna garriga", de l'occitan signifiant "Faune de la garrigue", a pour vocation la mise en lumière des espèces emblématiques de ce biotope et de vous les faire découvrir sous un angle artistique. 


Cette magnifique exposition qui se tient à la Chapelle de Baillarguet du 28 avril au 6 mai vaut autant pour la mise en lumière des espèces emblématiques de notre garrigue héraultaise. Vernissage samedi 28 avril 17h30.

Du fourmilion à la rainette méridionale, en passant par le scorpion languedocien ou l'empuse, toutes les espèces libres et sauvages que le photographe animalier Jonathan Lhoir a pu découvrir dans cette fournaise ont été photographiées dans leur milieu naturel. Parcourir ces garrigues de l'Hérault et plus particulièrement celles des alentours du célèbre "Pic Saint-Loup", proche du village où Jonathan vit, a été pour lui l’occasion de s'éloigner de sa zone de confort, celle-ci se situant sous des latitudes bien plus nordiques.

 

 

Le joli grain de Jonathan Lhoir :

Naturaliste et photographe passionné, Jonathan est né en Belgique et vit depuis de nombreuses années au nord de Montpellier. Ces terres méditerranéennes sont un terrain de jeu parfait pour l’observation et la photographie de la faune et de la flore. Naturaliste avant tout, Jonathan a travaillé pour des projets de conservation de la nature tel que le projet européen « Natura2000 », pour des projets scientifiques au Cirad, CEFE et CENLR de Montpellier ou en Belgique au SPW/DGO3 et à l'UCL. Il a notamment consacré de nombreuses années à l’étude des coléoptères saproxylophages ainsi qu'aux diptères (Culicoides) qui jouent un rôle majeur dans la transmission de virus aux animaux domestiques.

Au fil des années, il a acquis des compétences dans de nombreuses disciplines telles que l’entomologie, l’ornithologie ou encore la phytosociologie. Aujourd’hui, il ré-explore le monde des insectes par la photographie et éprouve beaucoup de plaisir à développer cette « entomologie contemplative ». Depuis plus de 10 ans, Jonathan explore artistiquement la photographie animalière et de nature. A force de travail, de connaissance, d'obstination et de patience, sa démarche lui permet de trouver son propre style, sa cohérence, sa signature originale… Jonathan est aujourd’hui photographe de profession et il propose des ateliers de photographie durant lesquels il communique son engagement pour la protection de la nature. Conférencier, membre de jury, exposant, auteur de plusieurs ouvrages et lauréat de concours internationaux, ses photographies sont aujourd'hui visibles à l'échelle européenne.

 

Cette exposition  Fauna Garriga" ou "le peuple caché de la garrigue"sera ouverte les samedis et dimanches de 15h à 18h à Montferrier-sur-Lez à 10 min au nord de Montpellier

Pour rejoindre les stages photo de Jonathan Lhoirhttp://www.jonathanlhoir.com/services/stages-workshops 

expo Keep On Walking, Frédérique Feder

Agnès b. accueille dans sa boutique montpelliéraine, du 12 avril au 12 mai 2018 les photographies de Frédérique Feder, artiste et cinéaste parisienne basée à Londres.


L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air


Après une formation à l'Atelier Montparnasse et à l'Atelier Bellefeuilles de Paris, Frédérique Feder passe 2 ans à New York à la Art Students League où elle étudie avec Hananiah Harari avant de retourner à Paris pour se concentrer principalement sur le portrait. Son chemin créatif et personnel l'amène à Londres où elle expérimente le collage et la sculpture en 3D. En parallèle, actrice de formation, elle écrit et réalise des films courts de fiction et d'art. Depuis 2015, elle a entamé un travail photographique digital composé de plusieurs séries limitées en utilisant l'anonymat de la rue et en photographiant, à l'insu de tous, des images qui lui évoquent des sentiments furtifs ou des visions de la petite enfance.

"Je procède comme un artisan. En utilisant principalement mon iPhone, je parviens à devenir le témoin de ma propre vie en m'appropriant des images furtives de la rue que je remets chaque fois en scène. Ce travail me permet d'exprimer ce que je n'ai jamais réussi à véhiculer à travers le langage : relier mon passé à mon présent. Grâce à cette expression, j'atteins un lieu de libération."

Instagram : @frederiquefeder

agnès b. (Montpellier)

14 rue Foch, 34000 Montpellier

Du 5 au 21 mai 2018 : Printemps des photographes à Sète

Cette fois, ils seront douze à vous entraîner dans leurs aventures méditerranéennes… à la poursuite des mythes et des réalités de la Grande Bleue ! Vous aurez plaisir à les découvrir au fil des expositions.

Imaginé et organisé par le « Collectif Images » de Sète, association de bénévoles, photographes et amoureux de l'image photographique, ce nouveau « Printemps » sétois montrera une fois de plus la vitalité de la création actuelle et la multiplicité de ses chemins, de la série intimiste à la série documentaire. "Merci à ces créateurs d'images qui viennent sur notre « Île » partager un peu de leur vie et de leur imaginaire… Ils contribuent ainsi à faire de Sète, en compagnonnage avec le très pertinent Festival « Images Singulières », un lieu essentiel pour la diffusion de la création photographique contemporaine." Précise Serge Tribouillois sur http://www.printemps-des-photographes.fr/pr%C3%A9sentation.html

LES EXPOS : http://www.printemps-des-photographes.fr/expos-2018.html

Diego Chauvet, Elise Llinares, Maxcasa
 William Moureaux; Bruno Rostain, Régis David
club cheminot DE SÈTE; Antoine-Marie Lucciardi
Anaïs Guyon; NOVO WESTERN
Ziad NAITADDI, Kamel Moussa
téléphone 06 83 91 20 98

 

 

 

Autour du vin et de la mer avec Fortant et ImageSingulières

Fortant et ImageSingulières reconduisent cette année un concours réservé aux photographes amateurs et aux œnophiles du 1 février au 15 avril. Afin de porter un nouveau regard sur le monde du vin, ils sont invités à laisser exprimer leur créativité autour du vin et de la mer.



Pour participer, rien de plus simple : envoyez votre photographie avec le formulaire de participation à l'adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., dès maintenant, et jusqu'au 15 avril.
VOIR LE RÈGLEMENT

Trois prix seront attribués par un jury de professionnels de l’image et du vin, remis lors d’une soirée spéciale pendant le week-end d'ouverture du festival, le 12 mai, aux entrepôts Larosa, à Sète.

- 1er prix : Week end à Sète pendant ImageSingulières avec une Nuit au Grand Hôtel 3* pour deux personnes (nuit du 12 au 13 mai) et un dîner (Menu avec accords mets et vins, apéritif, eau et café )
- 2eme prix : Une édition de tête (tirage en série limitée) de Stéphane Couturier (résidence ImageSingulières 2018)
- 3eme prix : un livre de la collection ImageSingulières

Tous les gagnants se verront remettre également deux marinières Armor Lux aux couleurs de Fortant et seront invités à une visite privée du festival ImageSingulières.

Les photos des candidats seront relayées sur les réseaux sociaux ImageSingulieres et Fortant.

"Jeux d'enfants" Exposition photographiques

Du 31 mars au 21 juin 2018, la galerie Le vent se lève... (51, quai de Bosc), à Sète, présente 

"André Mengus qui a arpenté les rues du quartier gitan Saint-Jacques au début des années 1950, à Perpignan, et photographié les jeux d'adresse, les acrobaties, les regards tendres, les sourires..."

Jean Milon au début des années 1970 alors élève d'André Vick-Mengus a composé des jeux de miroir dans lesquels se reflètent les poses de princesses facétieuses. Quelque quarante années plus tard, le maître et l'élève partagent enfin les mêmes cimaises. Quarante années, une éternité, avant ces retrouvailles entre André Vick-Mengus et Jean Milon. Par-delà les images en noir et blanc (tirages vintages originaux et contemporains), ces « Jeux d'enfants » illustrent une belle histoire.

 Au commencement, au sortir de l'adolescence, Jean Milon, l'élève, se réfugie à Eus auprès de son cousin Gérard. Dans ce village agencé en terrasses, face au Pic du Canigou, ses pas croisent ceux d'André Vick-Mengus, le maître. 

 Cet esthète rare, à la chevelure blanchie par les ans, entretient de nombreuses passions. Beau-fils du poète et romancier Louis Codet, il est épris d'écriture. Pionnier de l'installation, il amasse galets polis, vieux outils, ferrailles rouillées... avec lesquels il organise d'exquis tableaux. Photographe averti, il devient le témoin de son temps et de sa Catalogne. Un attrait partagé pour l'image réunit les deux hommes. Jean devient l'assistant d'André. Il l'accompagne au gré de ses reportages, écoute les conseils, découvre les gestes. Il lui faut toutefois patienter avant d'avoir accès au Rolleiflex du maître. A l'aide de ses doigts, le disciple doit rechercher, encore et toujours, le cadrage parfait. Un papier calque posé sur la reproduction d'un tableau, il apprivoise les jeux entre ombres et lumières. Seulement après cette longue initiation, Jean pourra saisir l'appareil. Cette exposition est le fruit de cet apprentissage.

 Parce qu'ils préservaient l'âme de leurs premières années, les deux artistes ont exploré les mondes de l'enfance. André Mengus a arpenté les rues du quartier gitan Saint-Jacques, à Perpignan, et photographié les jeux d'adresse, les acrobaties, les regards tendres, les sourires... À Eus, Jean Milon a composé des jeux de miroir dans lesquels se reflètent les poses de princesses facétieuses.

 Extraite de boîtes oubliées, cette histoire singulière trouve ici un heureux dénouement. André Vick Mengus est décédé, en 1999, à l'âge de 95 ans. Jean Milon, lui, s'est fait passeur d'images et transmet désormais son savoir.

 

 

L'association:

Née en 2016, l'association Le vent se lève... conjugue de nombreuses vertus. Elle est ouverte à tous, pourvu qu'ils partagent une même passion pour l'image fixe ou animée. Photographies savante ou modeste, argentique ou numérique, peu importe ! Art naïf, carnet de voyage, roman photo, portrait de famille, paysage, reportage, film... elle s'affranchit des genres et des attributs, et contribue à la circulation de toutes les images. Le vent se lève... souhaite également transmettre. Chacun peut explorer de nouvelles techniques ou approfondir sa pratique au gré de stages éducatifs. L'association gère enfin une galerie-atelier qui abrite le fonds photographique et vidéographique de Neil.Jamon de la Cruz alias Jean Milon.

 Vernissage de l'exposition photographique "Jeux d'Enfants", le samedi 31 mars à midi, au 51 quai de Bosc, à Sète.

 Le vent se lève...

L’Expo Photos « Compas Magnétiques » à Sète

 

Trois regards sur la mer : Jean-Claude Feuillarade, Philippe Fourcadier et Serge Tribouillois

 

Du vendredi 23 mars au dimanche 08 avril 2018, (tous les jours) à la Galerie « Passages » au 11 rue Paul Valéry, venez découvrir les clichés de trois regards d’artistes…

Ce sont les routes maritimes qui fabriquent l’océan… Et permettent d’en revenir. Sans routes n’existe que le rivage. Le compas magnétique est l’instrument sensible qui interroge l’invisible d’où naissent les routes. La photographie aussi ausculte les invisibles sans les contenir, ni les épuiser et tente aussi d’en revenir.

Jean-Claude Feuillarade :
La couleur est cet outil du rêve où, à force de brûler, le monde des humains se révèle tel qu ’il est, une guerre sans fin de deux frères jaloux comme Caïn et Abel, le réel et l’imaginaire .

 

Philippe Fourcadier « ausculte » la ville de Tanger depuis maintenant une dizaine d’années.
A chacune de ses visites, il interroge cette ville fascinante où s’entremêle un passé foisonnant et où se dessine pas à pas une ville dynamique et complexe. Sa médina, son port, la mer et ses embruns, nous rappellent à chaque instant que cette cité est d’abord ouverte vers le monde marin.

Serge Tribouillois :
Nos mémoires incertaines naviguent entre passé fragmenté et présent incertain…. De temps à autre, une « escale » dans le temps est nécessaire, voire vitale ! Emprisonné par des liens invisibles, un moment unique se libère, par l’image photographique, de l’enchevêtrement de nos émotions. Ainsi, d’escale en escale, d’image en image, de « bout en « bout »… Nous renouons avec nos souvenirs. Ces « bouts de mémoire » proviennent d’Escales à Sète 2016 !

 
 

Aurès 1935 au Pavillon populaire

A Montpellier, du 7 février au 5 avril 2018, une exposition inédite de 120 photographies en noir et blanc sur la société traditionnelle berbère du siècle dernier à la lisière du Sahara.


Fin 1934, deux jeunes chercheuses, Thérèse Rivière (1901-1970) et Germaine Tillion (1907-2008), se voient confier par le musée d'ethnographie du Trocadéro – devenu peu après le musée de l'Homme – une mission d'étude qui les conduit pour plusieurs années dans l'Aurès avant la seconde guerre mondiale.

Munies d'un Leica et d'un Rolleiflex et se déplaçant à dos de mulet, les deux ethnologues passent deux ans ensemble et offrent un panel de photographies "de superbes portraits de femmes par les femmes", souligne le commissaire de l'exposition Christian Phéline.

Horaires : ouvert en visite libre de 10h à 13h et de 14h à 18h, du mardi au dimanche.

Visite pour les personnes aveugles et malvoyantes : le mercredi 4 avril 2018 à 16h.

Visite pour les personnes sourdes et malentendantes traduite en LSF : le dimanche 4 mars 2018 à 16h

Pour visiter le site de l'association ALRM

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon

Avec l'APAVH, Doudou et Loulou sont à l'adoption

bagTrès fusionnels, nous adorons dormir l'un sur l'autre, nous chamailler, nous amuser... la vie à deux est belle et on ne compte pas se séparer, impossible! En d'autres termes, on regarde tous les deux dans la même direction... on ne peut pas prendre des chemins différents..Si l'un ne voit pas l'autre, c'est panique à bord! Donc il nous faut une famille pour nous deux!
"Nous sommes un peu craintifs, même si nous avons fait d'énormes progrès, surtout moi doudou.. j'ai de la réserve.... mais je m'améliore ... mon frère est beaucoup plus téméraire que moi... il n'hésite pas à aller ronronner dans le lit avec les humains! Je vais y venir, mais j'ai encore besoin de temps.
Nous sommes des bébés très très joueurs et trèèèèèès gourmands, tout y passe... jambon, thon, poisson, pâtée, miam miam!!! Une grande terrasse ou un jardin est nécessaire afin que l'on dépense toute l'énergie que l'on à revendre..."

» associations