Photographie

Exposition "La vie au village" du photographe Marcel Quéralt

En septembre, "les amis de la chapelle" font leur rentrée à la Chapelle des Pénitents de Cournonterral, le temps d'un week-end les 28 et 29 septembre.

Depuis des années, Marcel Quéralt passionné de traditions locales a la génerosité de partager gracieusement les instants magiques de moments festifs, magiques de nos traditions pailhasse, échelle, corso, tambourin, chevalet, tribus lupis...
Il n'en manque pas à Cournonterral !
Quel est celui d'entre nous qui ne sait pas vu photographié par cet œil amateur mais averti
Ce regard mérite bien le nôtre et le vôtre
Qui sait au détour de votre visite vous vous reconnaîtrez ?... la suite sur Montpellier infos

Exposition photo "Manifester" de Paul Baudon (Maison de l'Image Documentaire)

 

 
Infos pratiques
du Vendredi 4 Octobre 2019 au Samedi 4 Janvier 2020, 15:00 - 19:00
Tel : 04 67 18 27 54
 
Description
Entrée libre et gratuite
Du mardi au vendredi de 15h à 18h. Le samedi de 15h à 19h.
Fermé les jours fériés et les 24 et 31 décembre.


Que nous dit le retour des manifestations de rue ? En France, avec la crise des gilets jaunes, mais pas seulement, partout dans le monde, de l’Algérie au Soudan en passant par Hong Kong la rue manifeste pour dénoncer une crise de la représentation et un délitement de la démocratie.

Paul Baudon, jeune photographe, dans la pure veine du documentaire, en s’attachant à suivre samedi après samedi le mouvement social des gilets jaunes de ces derniers mois, nous apporte ses éléments de réponse. Il a assisté au spectacle d’une révolte dont l’issue est systématiquement un affrontement avec les forces de l’ordre. Dans ce contexte, la détermination des deux parties a engendré une radicalisation des rixes et une rhétorique guerrière. Les armes mises à la disposition des forces de l’ordre, certes non-létales, ont engendré des blessures multiples. David Dufresne, le journaliste qui tient comptabilité rigoureuse de ces violences en était à 860 signalements début juillet de cette année ! Paul Baudon quant à lui, ne s’est pas arrêté au désordre de la rue pour ses images, il est aussi allé à la rencontre de victimes et a scénarisé les armes utilisées par les policiers. Il nous pose à son tour la question de la rue comme seul espace d’affirmation politique et de confrontation possible face à l’ordre établi.

Exposition organisée en partenariat avec l'ETPA.

"Manifester" dans les locaux de la MID

La Maison de l’image documentaire propose une exposition de Paul Baudon, jeune photographe toulousain qui s’est intéressé samedi après samedi au mouvement social des gilets jaunes de ces derniers mois. Affrontements avec les forces de l’ordre, blessures multiples, rues dans la brume des bombes lacrymogènes, véhicules en feu… Mais pas seulement, Paul Baudon va plus loin et propose en parallèle des portraits de victimes, hommes et femmes blessés lors des violences mais aussi des natures mortes d’armes non-létales utilisées par les forces de l’ordre.

Il nous montre des confrontations violentes qui suscitent de nombreuses questions. Dans la pure veine du documentaire, Paul Baudon interroge “et nous pose à son tour la question de la rue comme seul espace d’affirmation politique et de confrontation possible face à l’ordre établi”, explique Gilles Favier, commissaire d’exposition.

 

Vous pouvez découvrir cette exposition jusqu’au 4 janvier 2020 dans les locaux de la MID, rue Lacan. Ouvert du mardi au vendredi de 15 h à 18 h, et le samedi de 15 h à 19 h. Fermé les jours fériés et les 24 et 31 décembre.

C'est une première à VENDÉMIAN : un Festival photo

 A découvrir dans le village.

Le Rocher des Fées y est associé, et devient pour l'occasion le lieu d'accueil d'un des photographes.

"Nous avons hâte d'y être et de vous accueillir. Découvrez à cette occasion une autre facette du moulin. Vous pourrez bien sûr y retrouver nos produits, grignoter et prendre un moment de détente, avec une collaboration inédite. On ne vous en dit pas plus..."

vendeCapture

"Faim d'Histoires", une exposition photos de Marc Déotte

"Faim d'Histoires", une exposition photos de Marc Déotte 
tout au long de la quinzaine du 4 au 19 octobre à Pomérols au  5 rue des pompes

 

Marc DEOTTE est un photographe à 2 casquettes

D’un coté, il est photographe voyageur entre Afrique, Amériques, Caraïbes, Europe pour photographier entre autre des gens, des rencontres. 

De l’autre, il est photographe urbain : architectures industrielles telles les coopératives viticoles du Languedoc, coins de villes, petits détails insignifiants en couleur et en noir et blanc. 

Depuis 50 ans, il utilise Nikon, Leïca et ne fait QUE de la photo argentique sans aucune retouche ou recadrage.

 Ecole de photo de la ville de Paris, Club des 30 X 40, 1° prix national photo Noir et blanc, concepteur de festivals et d’associations photographiques. 

De nombreux carnets ont été tirés de son travail. Tous sont classés par thème ou par pays.

Si vous souhaitez faire davantage connaissance avec Marc, cliquez sur ces liens : 

https://youtu.be/cvPhdsLe-24

 

www.marcdeottephotographe.fr

 

Réservation conseillée au 0668431921

Carte postale de Balaruc le Vieux

Sur cette vieille carte postale on aperçoit (en haut à droite) dominant le village, le château d'eau que Lucien Assié maire de l'époque avait fait ériger dans les années 60 pour mieux approvisionner le village en eau potable. C'était un temps ou l'on se souciait moins de l’esthétique que de l’efficacité. On pouvait même y camper librement au bord de l’étang de Thau jusque dans le début des années 90…Balaruc le Vieux années 60

Au bout de l’étang de Thau, tout contre le Massif de la Gardiole, Balaruc Le Vieux domine de son « Truc » (sommet en occitan), les miroitements du Bassin de Thau.

D’origine gauloise si l’on en croit les historiens, le village ancien, blotti au cœur de ses remparts restaurés, conserve, à travers ses venelles tortueuses et étroites, quelques « beaux restes » des temps anciens, entre autre une portes Louis XIII et quelques vestiges du château moyenâgeux, ainsi qu’une superbe église du XIVème siècle de tradition romane et gothique. A l’intérieur, une magnifique vierge à l’enfant en albâtre, d’époque renaissance Italienne et un vitrail central. A voir également, la fontaine lointe (fontaine romaine) au bout de la rue font Romain, et la fontaine Bacchus, les maisons du XVIIème siècle, le pont muletier sur l’Agau daté de 1292sans oublier le murier tricentenaire place Lucien Assié.

La forme typique, circulaire spécifique du village lui confère le nom de « Circulade » tout comme de nombreux bourgs de l’Hérault, du Gard, ou de l’Aude.

D’autres informations sur le site de la mairie :

https://www.ville-balaruclevieux.fr/decouvrir-balaruc-le-vieux/les-plans/plan-visite-centre-ancien

Georges Cantin

 

Applications de retouche photo et données personnelles : le point avec la Cnil

Equipment, Photography, Camera, Digital

 

Vous utilisez peut-être des applications de retouche photo pour vous rajeunir, vous vieillir ou encore tester un effet esthétique à partir de l'une de vos photos ? Mais que faut-il savoir sur ces applications en matière de respect de vos données personnelles notamment avant de les télécharger ? Les réponses avec la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil).

Avant tout téléchargement, la Cnil recommande :

  • de passer par un site marchand officiel proposant ce type d'applications ;
  • et de vérifier les éventuelles contreparties concernant l'utilisation de vos données personnelles.

En effet, rappelle la Cnil, vous devez être en mesure de savoir si vos photos sont conservées dans l'Union européenne ou hors UE, si elles sont communiquées à des partenaires commerciaux, si elles sont réutilisées à des fins publicitaires et s'il existe des moyens d'exercer vos droits RGPD (droit d'accès, opposition, suppression...).

Au moment de l'utilisation de l'application, il est également conseillé de vérifier les permissions demandées par l'application pour accéder à votre appareil photo et à vos albums photos.

Concernant l'utilisation des photos, la Cnil souligne aussi l'importance :

  • de prendre en compte l'avis de vos proches présents sur vos photos avant toute éventuelle utilisation ;
  • de garder à l'esprit que les photos partagées peuvent contenir des métadonnées (géolocalisation, heure de prise de la photo, information sur l'appareil utilisé).

  À noter :

Même lorsque vous n'êtes plus sur l'application, vous devez aussi savoir qu'elle peut continuer à fonctionner en tâche de fond et collecter certaines de vos données.

"BRASSENS, UN SETOIS DANS LA VILLE"

Du 29 juin au 30 novembre 2019
Espace Georges Brassens


Cette exposition propose une émouvante déambulation sétoise aux côtés de Georges Brassens. Ces photographies fixent des scènes du quotidien, documentent sur l’époque mais témoignent avant tout de l’extraordinaire histoire d’amour liant un poète à sa ville.

La Ville de Sète a créé en 1991 l’Espace Georges Brassens en hommage à l’artiste sétois.
Au-delà de sa mission première d’être un lieu dédié au poète musicien, l’Espace Georges Brassens, s’en est donné une autre qui est de le faire découvrir sous une autre perspective.


L’Espace Georges Brassens organise ainsi une exposition photos « Brassens, un Sétois dans sa ville » qui se déroulera du 29 juin au 30 novembre 2019.
Cette exposition s’appuiera sur des photographies, propriété du musée mais également sur des photographies de particuliers.
Une belle façon pour les Sétois de rendre hommage en retour à l’enfant du pays et au poète dont la ville natale simple et authentique a été sa première source d’inspiration.
C’est un peu l’album de famille que l’on feuillette, qui fait écho à notre propre histoire. Des moments partagés où l’amitié et le plaisir d’être ensemble captent avec délicatesse des scènes simples qui donnent à découvrir au-delà de Brassens, Georges dans son intimité.
Cette exposition tire sa force de sa simplicité.
Ainsi dès les 1ers clichés, les qualités incarnées par Georges Brassens affleurent : la bonté, la modestie, l’humanité. C’est la preuve par l’image, le noir et blanc au caractère intemporel mais aussi la couleur qui accentue la proximité.
On en ressort ému. La scénographie a su tisser un fil solide qui accroche le spectateur tout au long de la visite sous le regard bienveillant de Georges qui nous aimante toujours.
 

L'univers de Lynne Cohen au Pavillon Populaire

Montpellier : Rétrospective "Lynne Cohen. Double aveugle, 1970-2012", quarante ans de carrière à découvrir, du 27 juin au 22 septembre 2019, une première en France


Au Pavillon Populaire, près d’une centaine de photographies en couleur et noir et blanc pour voyager dans l’univers de Lynne Cohen  (1944 – 2014), artiste canadienne, représentante majeure de la photographie contemporaine.

... la suite sur Montpellier infos

Eclectissine A., Bernard Halleux (APNHC) et Jean-Paul Rausch s'unissent pour une expo artistique

Eclectissine A., Bernard Halleux (APNHC) et Jean-Paul Rausch s'unissent pour une expo artistique, scientifi-ludique et documentaire pour public de tout âge du 19 au 28 juillet, à Sète

Une Expo à Trois, du 19 au 28 juillet, 15h à 20h, Chapelle des Pénitents, à Sète
 
Eclectissine A. partage son regard grâce à la photo: les détails qui font la beauté de ce qui nous entoure, nature, reflets, lumières insolites et autres curiosités et un documentaire:  le suivi du chantier du Pont Sadi Carnot du début à la fin avec un diaporama en plus.
 
Bernard Halleux, professeur de SVT à l'UTL, président de l'APNHC, inventeur des Journées Haroun Tazieff, raconte le Mont St Clair (Sète) et le Mont St Loup, un volcan (Agde), à travers son expo scientifique et ludique avec ses mini-ateliers accompagnés de panneaux et un diaporama.
 
Jean-Paul Rausch est sculpteur de bois, de plâtre, de marbre, créant de belles formes pour éveiller notre imagination, de l'abstrait au figuratif, une impression de mouvement, selon les pièces.
eclCapture

100 lieux curieux

La sétoise Laure Gigou, ancienne conservatrice des Musées de l’Hérault, sort un ouvrage qui va passionner les amoureux de la région : Hérault : 100 lieux pour les curieux.
L'Hérault est un département touristique avec deux grands sites, trois monuments classés au patrimoine mondial, un patrimoine mondial immatériel. De plus, toutes ses villes méritent le détour. On ne sait où donner de la tête !
Mais au-delà, on peut encore trouver des coins méconnus ou moins connus, même à l'intérieur de ces grands pôles touristiques. L'homme y a vécu depuis très longtemps. Puis il a dressé des dolmens, des menhirs ou des statues menhirs. Savez-vous qu'en Languedoc, il y a plus de monuments mégalithiques qu'en Bretagne ? 

Les Romains ont également laissé leurs traces, avec la voie domitienne d'abord, mais aussi avec la villa gallo-romaine.
Méconnue, la période médiévale a laissé de grands travaux admirables avec l'étang asséché de Montady, dont les drains médiévaux fonctionnent encore. Des monastères très anciens, rappellent les règles austères des premiers chrétiens. Partout, vous découvrirez des sources miraculeuses, des saints bienfaiteurs. Les réformes monastiques entraînèrent l'hérésie cathare, jusqu'aux prémices de la croisade albigeoise : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! ».

Les trésors de fresques romanes ou de la Renaissance, les retables sculptés, sont des bijoux hors du commun.

L'aqueduc de Castries construit pour les jardins de Le Nôtre, le pont de Gignac avec sa maquette, les meuses de Cazilhac, la marquise de la gare de Bédarieux ou le puits de charbon de Camplong attireront votre attention. Vous pourrez découvrir des techniques oubliées, les moulins, l'exploitation du charbon, les mines de plomb argentifères, les carrières de pierres lithographiques.
Frédéric Bazille, Antoine Injalbert, Paul Dardé, Molière, Ermengarde de Narbonne, la marquise de Ganges, Bonaparte, Montgolfier, la reine d'Italie et même un assassin : Jean Pomarède vécurent ou vinrent mourir dans l'Hérault.
Laure Gigou promet étonnements et découvertes, même dans les lieux les plus connus et les plus fréquentés.  » disponible chez amazon