Beaux Arts

Noël dans l'art : entre célébration et subversion

L'histoire de Noël a parcouru les époques. D'ailleurs, son sens et sa célébration ont grandement évolué à travers le temps. Si l'origine de Noël est avant tout liturgique et religieuse, les festivités d'aujourd'hui ont une dimension beaucoup plus familiale et symbolique. L'Art contemporain s'est également emparé de cette cérémonie, les artistes ayant des représentations et des desseins bien divers.

Anachronisme et glorification

Ed Wheeler s'attache ainsi à détourner le sens premier de certaines œuvres picturales classiques en y insérant des photographies de lui déguisé en père Noël.

Le but du photographe américain n'est nullement de tourner les œuvres en ridicule, mais de les encenser : L'intention de mes détournements est de glorifier, pas d'attaquer l'art ou les artistes.  Il reconnaît également que l'anachronisme de ses réalisations permet d'aider à une meilleure appréciation de l'art et des peintures classiques de l'histoire de l'art.

Enfin, la visée est aussi clairement humoristique, le photographe avoue se plaire à constater les sourires suscités autour de ses productions.

À mi-chemin entre tradition et art urbain  

Dans un tout autre genre, Pichi et Avo, deux artistes espagnols de street art associent art urbain et peinture classique.

L’œuvre du Père Noël qu'ils nous offrent est remarquable de technicité et de réalisme. On y voit un personnage folklorique de Noël, affable et gracieux, au milieu de graffitis.

En s'inspirant de la statuaire grecque, l'imposante production allie parfaitement la grandeur, l'esthétisme et la maîtrise de l'art classique avec l'audace, la mouvance et le dynamisme de l'art urbain.

 

 

 

La crucifixion se mêle à la contestation

 

Enfin, l'énigmatique et sulfureux Banksy nous présente une œuvre très rocambolesque où l'on peut apercevoir le Christ sur la croix tenant à bout de bras plusieurs cadeaux de Noël.

Les couleurs ternes dominantes, alliées au rose sombre des flots, accentuent l'atmosphère funèbre et lugubre du tableau. Si le sens de son geste n'est pas clairement établi, Banksy pourrait vouloir critiquer la célébration du Christ devenu une fête commerciale dans la pure tradition capitaliste.

Aurait-on oublié, négligé, voire tué l'essence même de Noël ?

 

Tony Toilier

 

 

Elke Daemmrich vous invite dans son atelier

dans le cadre des Ateliers Ouverts des Artistes Professionnels, organisés par la Région Occitanie,
Elke Daemmrich a le plaisir de vous inviter dans son Atelier/Musée á Alignan du Vent.ateliers ouverts Region Occitanie
 
Il se situe au 2, rue de la Rotonde, 34290 Alignan du Vent, dans le vieux bourg.
 
Date et horaires : Dimanche, le 18 novembre 2018,  á partir de 14 heures, apéritif á 17 heures.
 
Pour plus d´information sur son oeuvre, merci de consulter son site internet :

 

 
 

Un tandem d'artistes au Musée Hofer-Bury

Nouvelle expo du 17 novembre au 2 décembre 2018 à Lavérune

Judith Rothchild présente son travail sur gravure "Manière noire". Elle vit et travaille dans le Sud de la France depuis 1974, à Octon, petit village au bord du Lac de Salagou. A ses côtés,  Felip Costes et ses peintures entre figuration et abstraction.

Vernissage vendredi 16 novembre à 18h30.

De l'Arena et de Sète.

Oui, l'Arena est bien le vaste espace culturel qui jouxte le parc des Expositions de Montpellier. Il ne se mire pas dans l'eau des canaux de l'Ile singulière. Et Art-Montpellier, la deuxième foire régionale d'Art contemporain a bien lieu au Clapas du 8 au 11 novembre.

Mais sont exposées des œuvres d'artistes bien connus à Sète ou qui pourraient y être mieux reconnus.

 trapP1040640 (2)

Cécile Desserle, fixée non loin de Montpellier, était présentée par CC Galerie, d'Aigues mortes. Mais elle avait montré ses toiles à l'atelier Dock Sud sur la rive du canal, face au Monoprix. Nombre d'amateurs d'art s'en souviennent. La forte présence des nymphes contemporaines doit beaucoup à une maîtrise technique mettant en valeur les plis des vêtements ou les volutes des mèches des chevelures.

Et, à 19 heures, l'artiste entra en performance. Devant le public, elle composa un tableau où la maîtrise du trait était au service d'une démarche inspirée. Peut-être plus connus à Sète : Combas et Cervera. Le premier, présenté par la galerie AD, montrait une œuvre caractéristique de son art : autour d'un couple (où l'homme est signalé de couleurs vives), prolifèrent une flore et un bestiaire issus d'une imagination prolixe.

Le tableau d'A. Cervera (collection Roger Castan) est marqué par une fantaisie souriante. Les personnages qui disputent une partie de billard sont en partie représentés comme avant l'invention de la perspective. Tels qu'en eux-mêmes, en action. Le charme des teintes, l'invention du coloriste atteint le spectateur.

Et puis, la très sétoise galerie Dock Sud est là, avec des œuvres bien propres à étonner le public.

 trap

Les non-Sétois peuvent apprécier les lumineuses harmonies de Sarthou (Carrière en Provence), ou les grands personnages de Lin Zhuyong auxquels un agrégat de blancs et de noirs confère une étonnante réalité. Pierre Fournel nous emmène en "Errance" avec ses compositions ocres (comme le sable de la mer) de plage en dunes jusqu'aux témoins pétrifiés de la "Mémoire de la terre".

A Sète, on connaît Djordjevic, le franco-serbe de 25 ans qui pétrit les couleurs crues d'art brut tenant de Basquiat et du mouvement CoBrA. Et puisque plus de cent fleurs ont composé le bouquet d'Art-Montpellier, la ville de Sète proposait aussi son choix : les œuvres à trait unique de Claudie Dadu.

Singularité linéaire peut-être aussi éloquente dans les scènes érotiques que celles de certains expressionnistes allemands. Et la série de portraits, acquise par la ville de Sète, est tout aussi évocatrice de ses modèles : Agnès Varda, Simone Veil, Catherine Deneuve, toutes ces femmes ayant signé un manifeste retentissant, mis en jeu leur célébrité pour faire avancer la cause des femmes. Ce trait si particulier, comme celui qui évoque poulpes et gorgones, est dû à un matériau unique : les cheveux, ce fil vivant qui est une part de notre identité.

trapghP1040607 (2)

 C. Dadu est sétoise depuis 35 ans. Ses œuvres, comme celles des familiers de Sète, sont propres à interpeler le public de toute l'Occitanie, venu en masse au vernissage du 7 novembre à l'Arena.

 

Hervé Le Blanche

Sarthou parmi nous.

 

 sart22323P1030873

 

"Le port grec"

Ils sont nombreux ceux qui, à Paris, en France ou à l'étranger, peuvent ainsi parler. Et les Sétois à plus d'un titre. Maurice Elie Sarthou (1911-1999) repose au cimetière marin aux côtés de son épouse Dora et il connut très tôt Sète où il se fixera. Mais son rayonnement ne s'arrêtait pas à "l'Ile singulière", car les harmonies colorées de ses toiles parlent un langage universel.

 Après des expositions en 2008 et 2014, la galerie Dock Sud montre, jusqu'au 3 décembre, une brève rétrospective de celui qui traça son sillon sans souci des modes, des écoles, des systèmes. Il "s'est expliqué avec l'univers", s'est colleté avec le réel. Si tant est qu'une "œuvre d'art devrait toujours nous apprendre que nous n'avions pas vu ce que nous voyons", Sarthou a su transmuter les éléments de la nature en rêves aux attirantes clartés.

Tout n'était pas écrit d'avance, orphelin de père à 3 ans et dont les attaches familiales étaient en Cévennes comme l'évoquera pour nous la fille de l'artiste, Francine.  Elevé par sa mère et son grand-père, il les persuada (en 1927 après le lycée) de le laisser entrer aux Beaux-arts de Montpellier.

sart,hjP1040233 (2)

Francine Sarthou, fille de Maurice Elie S

Il devait faire architecture, abandonnée au bout d'un an. Pupille de la nation, boursier, en 1930 il entre aux Beaux-arts à Paris. Et comme il faut bien vivre, Sarthou devient professeur de dessin. A Bastia d'abord, puis à Bordeaux. Face à la palette de couleur du bassin d'Arcachon, ce fut le déclic, le magister devint peintre. Membre de la Société des Artistes indépendants bordelais en 1943, il est aussi de la sélection régionale du Prix de la Jeune peinture.

 

C'est le moment de la relève de l'Ecole de Paris. Résolument non académiques, abstraits, non figuratifs ou tenants de la figuration allusive, arrivent Bazaine, de Staël, Mathieu et l'ami Villon qui sera de tous les vernissages. Appelé par G. Diehl au Salon de mai, il y rencontre Desnoyer et la galeriste G. Guiot chez qui il exposera régulièrement. Avec Desnoyer s'affirmera le pôle sétois. Sarthou sera des agapes des artistes "chez Attila et Germaine". Et peu à peu, il s'enracine à Sète, même s'il passe du temps à Paris. Succès aidant, il aura sa villa sur le mont Saint Clair. Il peindra la Pointe courte, le port et ses rochers noyés d'écume (hors expo) doivent beaucoup aux roches de la Corniche.

Mais il connut aussi la Provence, comme le montre la claire et structurée toile "Carrière en Provence", ou "La plage des Saintes Marie" aux belles couleurs chaudes. Des mises en place très maîtrisées qu'il a dû trouver quelque peu statiques. Lui qui croquait si bien les "biou" de Camargue devint un maître de la ligne et du mouvement comme en témoignent les pins torturés par le mistral ou les frondaisons que rougissent les feux d'un incendie. De la couleur avant toute chose ? Aux grandes œuvres magistrales, certains préfèrent des petits formats tels ceux montrant un "port grec" ou la rue d'une île de l'Egée ou encore un beau coucher de soleil rouge et or.

 Cela fait-il plus rêver ? Quoi qu'il en soit, Sarthou savait voir dans la nature ce qui ferait vibrer des harmoniques dans l'âme. "Impressions", disait Monet.

 Hervé Le Blanche

sarP1040234

sartkihjiP1030863 (2)

Dévoilement de l’œuvre d’André Cervera « La danse du soleil »

Ce Jeudi 8 novembre 2018 à 11h15

Au sein de l’école Renaissance en présence de l’artiste aura lieu le dévoilement de l’œuvre d’André Cervera « La danse du soleil ».

 

En 2018, la Municipalité a choisi de mettre l’accent sur l’éducation artistique et culturelle. L’objectif vise à mettre les enfants, dès leur plus jeune âge, au contact de l’art. La Ville a ainsi passé une convention avec une société montpelliéraine pour le prêt d’œuvres d’art destinées à circuler dans les écoles de Sète. Après une installation durant plusieurs mois au sein de l’école Arago, « La danse du soleil investit l’établissement de la Renaissance. En parallèle, l’artiste viendra dans l’école pour expliquer aux enfants sa démarche artistique et partager avec eux des moments de créations artistiques. Dans le même esprit, deux œuvres offertes à la Ville par le Cercle des arts seront accrochées dans des équipements publics

Exposition Maurice Elie Sarthou

Exposition

Maurice Elie Sarthou (1911-1999) « Plein Feu sur les couleurs du Sud »

Maurice Elie Sarthou
 

  Galerie Dock Sud

  Du 27 octobre au 3 décembre 2018


 

2008, 2014, 2018 Quand on a la chance d’être devenu le galeriste des œuvres de Maurice Elie Sarthou, on ne boude pas son plaisir et c’est avec joie et fierté que nous en parons pour la troisième fois les murs de Dock Sud. Le centre Georges Pompidou, les Musées de Genève, de Cincinnati, Toulouse Lautrec, Fabre, Paul Valéry et bien d’autres nous ont précédés eux aussi à plusieurs reprises. Habitués jusqu’à présent à choisir nos toiles dans la belle villa-atelier sétoise, il nous aura fallu dix ans pour que notre chère Francine, fille du peintre, nous donne l’accès à l’atelier parisien pour choisir des œuvres, petits et moyens formats qui n’ont pas vu leur terre originelle depuis des décennies. De vraies merveilles d’étangs, plages, incendies, carrières habillées des couleurs et lumières uniques de Sarthou.

Une vente aux enchères solidaire pour les Beaux-Arts

Samedi 27 octobre, la vente aux enchères au profit de l’école des Beaux-Arts qui s’est déroulée au théâtre Molière a attiré un public nombreux. Un élan de solidarité manifeste qui a permis de récolter la somme de 175 190 €.

Collectionneurs, amateurs, artistes, élèves de l’école des Beaux-Arts ou simplement curieux, s’étaient donné rendez-vous pour cette vente exceptionnelle dans un écrin de prestige. Animées par Stéphane Aubert, commissaire-priseur chez Artcurial, ces enchères mettaient en vente 116 tableaux, photographies et sculptures offerts par des artistes, des galeries ou des collectionneurs. Et il faut dire que le catalogue avait de quoi susciter les convoitises avec des œuvres de Robert Combas, Hervé Di Rosa, Jean Denant, Marc Duran ou encore Céleste Boursier-Mougenot, Bault ou C215.

Une fois les œuvres adjugées, leurs nouveaux propriétaires recevaient un coupon de la part de l’un des bénévoles présents en salle, réglaient leur dû avant de retirer leur nouvelle acquisition à l’ancien collège Victor-Hugo. Et cette vente, dont les fonds seront entièrement investis dans la rénovation des jardins de l’école des Beaux-Arts, a permis de récolter la somme de 175 190 €.

Le Point Info Europe de Sète à l’inauguration de la quinzaine de la peinture européenne

Le Point Info Europe de Sète était présent mercredi soir pour l’inauguration de la quinzaine de la peinture européenne au sein de la Maison de l'Europe de Montpellier, en présence de l’invité d’honneur Isabelle DI GENNARO (Italie) et de Jean-Jacques FRANCOIS artiste sétois (France).jjfCapture
C’est dans une ambiance chaleureuse et conviviale que les artistes ont présenté leurs œuvres.

Ouvrages de référence

Le guide contournable
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir pour émerger dans l'art

A l'adresse de tous les artistes, professionnels et amateurs, ce guide volontairement concret rassemble l'essentiel de ce qu'ils ont toujours voulu savoir pour émerger dans le monde de l'art contemporain en France et à l'étranger. Il apporte des réponses aux questions clés quand on veut réellement évoluer dans l'art, à la sortie d'une école d'art ou en autodidacte : Qui sont les acteurs du monde de l'art ? Quels sont les choix à faire au départ ? Comment assurer sa viabilité ? Quelles pistes pour développer sa visibilité ? Sorte de petite "bible" de conseils stratégiques et pratiques, Le Guide de l'artiste livre les conseils et les secrets utiles, et souvent étonnants, des plus grands spécialistes français : le curateur Nicolas Bourriaud, la directrice de la Fiac Jennifer Flay, le président du Prix Marcel Duchamp Gilles Fuchs, le collectionneur Guillaume Houzé, le galeriste Emmanuel Perrotin et le directeur du Palais de Tokyo Marc-Olivier Wahler, qui interviennent aux côtés des plus grands collectionneurs, galeristes, directeurs d'institutions et curateurs de la scène internationale. Mais c'est aussi un carnet d'adresses regroupant en un seul volume plus de 1 500 contacts et adresses de professionnels et d'organismes d'art contemporain : lieux d'exposition, centres d'art, galeries, foires, biennales et festivals, mais aussi bourses, prix et résidences d'artiste, sans oublier les écoles d'art, revues et éditeurs liés à la scène contemporaine. Visant à offrir au lecteur la plus large visibilité du monde de l'art contemporain en France et à l'étranger, Le Guide de l'artiste est un ouvrage destiné à devenir un incontournable pour ceux qui veulent faire de l'art le coeur de leur vie.» Amazon

 

Artistes : mieux vendre vos oeuvres

Produire un travail artistique de qualité ne suffit pas pour en vivre. Vendre son art est un véritable métier et les démarches à accomplir sont nombreuses. Il faut notamment : se faire connaître, trouver des financements, des partenaires, des clients, les fidéliser, choisir une structure juridique, établir les déclarations légales, gérer ses ventest...

 » lire la suite avec Amazon