Occitanie

Des Maisons de santé pour l’égalité d’accès aux soins en Occitanie

Médecins, infirmières et professions paramédicales y travaillent ensemble. À ce jour, 248 projets ont été validés en Occitanie. Une dynamique que la Région appuie : elle a déjà accompagné 164 créations sur tout le territoire.

Des maisons de santé ouvrent régulièrement leurs portes en Occitanie, à l’image de celle de « Terre de Vignes » à Puisserguier en Hérault, où travaillent une quinzaine de professionnels (médecins, infirmiers, diététicienne, dentiste, psychologue et kiné-ostéopathe) depuis l’automne 2020. Depuis 2010, de multiples initiatives ont vu le jour dans toute l’Occitanie : 248 maisons de santé sont validées aujourd’hui, indique l’Agence régionale de santé Occitanie, dont 19 nouveaux projets depuis mars, tels ceux de Saint Jean du Falga, Pia, Muret, Bagnères-de-Luchon, Corbarieu… Il existait moins de 10 maisons de santé en 2010 !


 

Cette dynamique est encouragée par la Région, pour favoriser un égal accès aux soins de proximité, rendu plus aigu par la crise sanitaire subie depuis 2020. Dans un contexte de vieillissement de la population, cet appui est important pour lutter contre la désertification médicale. En lien avec les professionnels de santé et les collectivités territoriales, la Région a appuyé 164 projets de création et d’extension de Maisons de santé ou de centres de santé en Occitanie, en investissant 18,3 M€. Sur ces 164 projets soutenus, 124 sont en activité aujourd’hui.

Aide à l’investissement, bonifiée en zones de montagne

Concrètement, l’aide régionale aux projets de maisons de santé porte sur l’investissement immobilier. Elle atteint 20% et 130 000 € maximum dans le cas d’une création de Maison de santé, 30% et 195 000 € maximum pour un centre de santé. Un bonus est prévu dans le cadre du Plan Montagnes d’Occitanie - Terres de vie 2018-2025 pour les projets situés en communes de montagne et de massif. L’aide régionale peut alors monter à 140 000 € pour une maison de santé et à 210 000 € pour un centre de santé. À ce jour, 19 maisons de santé ont bénéficié d’une bonification du Plan Montagnes d’Occitanie.

Découvrez les aides votées par les élus régionaux

Parmi les mesures-phares de la Commission permanente du 16 avril figure la gratuité des transports scolaires à la rentrée 2021. La Région vote aussi de nouvelles aides pour la relance et l’emploi, et pousse la transition énergétique avec Rénov’Occitanie et le Techno-campus sur l’hydrogène vert. En urgence, elle mobilise 5 M€ en solidarité avec les agriculteurs d’Occitanie durement touchés par le gel.

Les décisions de la commission permanente du 16 avril poursuivent l’engagement de la Région pour le pouvoir d’achat, la mobilité et la transition énergétique : les élus ont voté la gratuité des transports scolaires partout en Occitanie, ainsi que le financement des guichets Rénov’Occitanie et la première phase du Techno-campus sur l’hydrogène vert à Toulouse. Pour contribuer à la relance économique et au maintien de l’emploi, la Région appuie l’activité de PME d’Occitanie via des dizaines de Contrats Relance et Transmission-reprise. Solidaire, la Région a aussi voté en urgence un soutien de 5 M€ pour les exploitations agricoles touchées par le gel des 7 et 8 avril.

Le transport scolaire gratuit à la rentrée

Bonne nouvelle pour les familles : la rentrée 2021 sera celle de la gratuité du transport scolaire [1], assuré par la Région pour les élèves de la maternelle à la terminale en Occitanie (hors agglomérations). Attention : les inscriptions sont à effectuer avant fin juillet. Pour des inscriptions tardives après le 31 juillet, un forfait exceptionnel de 25 € sera demandé. Les élèves hors sectorisation scolaire seront aussi pris en charge (dans la limite des capacités d’accueil) avec une participation plafonnée à la tarification liO Jeunes.

Doper la rénovation énergétique

Adieu les passoires énergétiques ! Avec Rénov’Occitanie, la Région propose aux habitants d’Occitanie de rénover leurs logements, en étant bien conseillés et à moindre coût. La commission permanente a voté près de 3,57 M€ pour financer les 32 guichets de proximité (164 conseillers) ouverts en Occitanie pour informer sur les aides et accompagner les projets. Rénov’Occitanie prévoit d’accompagner des milliers de rénovations chaque année. Rappel : la trajectoire de Région à énergie positive (REPOS) implique la rénovation énergétique de 52 000 logements par an d’ici 2030 puis 75 000 au-delà.

Innovation toute avec le Techno-campus « hydrogène vert »

La Région croit en l’avenir de l’hydrogène : elle le montre avec son Plan Hydrogène vert de 150 M€ et le Défi-clé mobilisant les chercheurs d’Occitanie. La commission permanente vote 6 M€ pour mandater l’ARAC [2] sur la première phase du « Techno-campus » sur les technologies de l’hydrogène à Toulouse-Francazal. Estimé à 40 M€, ce centre associant recherche, formation et industrie, doit ouvrir d’ici 2024.
 

Relancer l’activité, favoriser les transmissions

Face à la crise, le « Contrat Relance » soutient les projets d’investissements des entreprises d’Occitanie. Plus de 2,6 M€ d’aides accompagnent 18 PME de neuf départements, à l’image de la menuiserie aluminium MGA en Ariège, de la Glaçonnerie du Gard, du Mendois Engelvin Bois Moulé ou de Gers Sciage Palette. Digikare, de Blagnac, souhaite embaucher 26 personnes pour faire de sa plateforme web Orthense la référence des chirurgiens orthopédistes.

La Région favorise aussi la transmission, enjeu fort puisque 55 000 chefs d’entreprises ont plus de 55 ans. Une enveloppe de 1,603 M€ contribue à une trentaine d’opérations, dont 31 projets de rachat de parts sociales ou de fonds de commerce. Ces aides (subventions ou avances remboursables) permettent de maintenir 200 emplois et d’en créer une vingtaine d’ici deux ans.

Sports : une « Cité des rugbys » en projet à Toulouse

En Occitanie, les rugbys à 13 ou 15 sont non seulement des sports populaires et d’élite, mais aussi une culture d’accueil, de fête et de partage. Pour mettre en lumière ces valeurs, un projet de « Cité des rugbys » se joue autour du Stade Toulousain. La Région confie à l’agence Arac Occitanie des études pour faire avancer ce projet programmé à l’horizon 2026. Un programme éphémère verra le jour en 2023 lorsque la capitale de l’Occitanie accueillera cinq rencontres de la Coupe du Monde de Rugby, du 10 septembre au 8 octobre.
 

Le récent épisode de gel a durement frappé l’agriculture régionale, notamment la viticulture et l’arboriculture. La Région, qui s’associe aux professionnels pour demander le soutien de l’Etat, mobilisera 5 M€ pour tous les dossiers qui seront classés en « calamité agricole ». Elle invite les autres collectivités à participer, à l’image du « pack » mobilisé pour le fonds L’Occal.

En savoir plus

Carole Delga : « La Région renouvelle son soutien et ses aides en faveur des acteurs camarguais »

Réunis sous la présidence de Carole Delga le vendredi 16 avril lors de la Commission Permanente, les élus régionaux ont adopté le renouvellement du Plan Camargue. La crise sanitaire liée à l'épidémie de COVID-19 qui dure depuis plus d'un an maintenant, a entrainé l'annulation de quasiment toutes les manifestations culturelles et sportives en 2020. Elle empêche une reprise normale en ce début de saison 2021 et ce pour une durée indéterminée. La Région agit pour préserver la culture camarguaise dont l'écosystème repose essentiellement sur les manifestations évènementielles dans plus de 110 communes du Gard et de l'Hérault.

Pixabay

 

Camargue, Les Chevaux, Gardian, Manade

 

« Depuis 2016, j'ai porté une attention particulière à la culture camarguaise qui est l'un des marqueurs forts de notre identité régionale. Nous avons ainsi adopté, en 2018, un plan comprenant 12 actions en faveur des traditions camarguaises, passant notamment par l'aide à la modernisation des élevages et le bien-être animal, la promotion de la race camarguaise, l'aide à l'implantation de jeunes agriculteurs ou la structuration d'une offre touristique d'excellence. Nous avons également fortement soutenu les éleveurs lors de l'annonce par les assureurs de l'augmentation de leur prime. Aujourd'hui, la crise du COVID-19 qui perdure met plus que jamais en péril l'activité des hommes et des femmes qui œuvrent pour préserver cette tradition et tout l'écosystème environnemental et économique qui en dépend. Dans la continuité des aides apportées l'an passé et en complément des aides économiques déjà en place, nous avons donc décidé de renouveler le Fonds de Solidarité « Plan camargue-Covid-19 » en l'adaptant au regard du contexte sanitaire actuel », a déclaré Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

 

Depuis le début de la crise sanitaire, Jean Denat, conseiller régional en charge des traditions, a été missionné par la présidente pour veiller sur la situation particulière des élevages de taureaux et chevaux de Camargue. Dans le prolongement des discussions amorcées l'an dernier avec les principaux représentants de ce secteur, un nouveau plan de soutien a été adopté aujourd'hui à l'occasion de la Commission Permanente. Il devrait permettre de sauvegarder les structures locales qui font face à une perte de 95% de leurs ressources. La tradition camarguaise repose quasi-exclusivement sur l'agritourisme et la tenue de manifestations entre mars et novembre, avec un pic d'activités entre mai et septembre. En 2020 toute la saison des fêtes votives a été entièrement annulée,et le début de celle-ci est à l'arrêt sans perspectives de reprise certaine. Cet écosystème risque, sans le soutien des collectivités et de l'Etat, de disparaître.

 

Une véritable solidarité territoriale s'est créée à la suite de la mise en place du Fonds en 2020.Des intercommunalités, sont venues compléter le dispositif régional pour soutenir les éleveurs camarguais de leur territoire.  Aujourd'hui, la Région met en place un Fonds de solidarité 2 « Plan Camargue » octroyant une aide forfaitaire de 2 500 € pour les manadiers et de 1 000€ pour les éleveurs de chevaux de race camarguaise. Les deux aides ne sont pas cumulables. Ce volet pourra être complété par les intercommunalités pour un montant équivalent et vient en complément des mesures économiques déjà existantes.Flamants Roses, La Camargue, France

 

 

La Camargue, un équilibre entre biodiversité et culture agricole :

 

Un écosystème unique et fragile

La Camargue se caractérise par une forte imbrication entre espaces exploités par l'homme et espaces naturels. Du point de vue biologique, la Camargue est l'une des régions les plus riches d'Europe Occidentale. Le territoire sur lequel s'expriment les traditions camarguaises en Occitanie présente un patrimoine naturel et une biodiversité unique.

 

Une tradition de divertissement liée aux jeux taurins

La Camargue est un lieu de vie qui a vu se développer, autour d'une activité de travail agricole, dès le XVIème siècle, une tradition de divertissement liée aux jeux taurins.

 

Un enjeu économique réel

- En Occitanie, la Camargue est un territoire, composé de plus de 60 communes, principalement à cheval sur deux départements.

- Les traditions camarguaises se diffusent sur près de 110 communes pour une population avoisinant le million d'habitants.

- Près de 800 courses camarguaises tout niveau confondu sont organisées chaque année pour un total de près de 353 000 spectateurs.

- Les retombées économiques liées aux traditions camarguaises et à ce territoire sont estimées à 26M/an.

Carole Delga : « En soutien à nos viticulteurs et arboriculteurs, la Région a adopté une première aide exceptionnelle de 5M€ »

Réunis en commission permanente ce vendredi 16 avril,les élus régionaux ont adopté à l'unanimité, sur proposition de la présidente de Région Carole Delga, une première aide exceptionnelle de 5 M€pour soutenir les exploitations touchées par l'épisode de gel. Elle permettra d'une part d'intervenir en complément des aides d'Etat pour les calamités agricoles et, d'autre part, de contribuer au fonds de solidarité national pour la viticulture. Les jeunes agriculteurs seront également soutenus.

 A l'issue de la commission permanente, la présidente de Région s'est rendue à Mudaison et à Pinet, dans l'Hérault, pour rencontrer des exploitants viticoles et arboricoles touchés par les geléeset échanger avec eux sur les dispositifs d'aide qui vont être mise en place.https://www.datapressepremium.com/rmdiff/2984/Photo-visite-34_CP_160.jpg

 « Les premières estimations confirment ce que nous craignions.Aucun département n'est épargné. Dans l'Hérault d'après les premières estimations, 70% des vignes ont été touchées sur 50 à 80% des parcelles. C'est un nouveau coup dur pour nos agriculteurs, en particulier pour nos arboriculteurs et viticulteurs. Beaucoup étaient déjà fragilisés par la fermeture de certains marchés à l'export, puis par la crise sanitaire. Mais la Région ne les laissera pas tomber. Réunis ce matin en commission permanente, les élus régionaux ont voté pour la création d'une aide exceptionnelle de 5 M€, qui pourra être abondée d'autant par nos partenaires locaux. Nous mobiliserons également la grande distribution, avec qui nous avons déjà un partenariat de qualité, pour que les produits locaux soient valorisés dans les rayons. C'est un débouché indispensable pour nos producteurs », a déclaré Carole Delga lors de sa visite.

 Dans le cadre des procédures de calamités agricoles, la Région participera en complémentarité de l'Etat pour la prise en charge des pertes de récoltes et de fonds. La Région soutiendra l'ensemble des dossiers déposés afin d'apporter rapidement une aide directe aux producteurs. Ce dispositif s'appliquera majoritairement pour le secteur de l'arboriculture.

 Pour un fonds de solidarité commun et un guichet unique pour les viticulteurs

 A travers cette aide exceptionnelle la Région attribuera également, en fonction des modalités de mise en œuvre du fonds de solidarité créé par l'Etat, des aidesaux viticulteurs ne pouvant bénéficier d'aides de calamités agricoles. Pour soutenir les jeunes agriculteurs et les viticulteurs récemment installés, la Région maintient le versement des aides à la plantation prévues en 2021, même si les jeunes plants ont été gelés.

  « Il faudra que l'Etat prenne en compte l'ampleur de cet évènement dans les mesures d'urgence qui seront mise en place.J'ai d'ailleurs proposé au gouvernement la création d'un fonds commun destiné à la filière viticole qui permettrait de décupler la force des interventions de l'Etat, de la Région, des Départements et des Intercommunalités. Ce fonds commun national, décliné dans les régions viticoles, doit permettre de créer un guichet unique pour les producteurs, facilitant ainsi l'obtention d'une aide d'urgence. Nous devons jouer collectif pour faciliter les démarches des viticulteurs et être le plus efficace possible dans le traitement et le versement des aides », a également indiqué Carole Delga.

 « Cet évènement climatique aux conséquences dramatiques doit également amener à une refonte du système assurantiel. Les assurances devront se mobiliser et avoir un geste de solidarité avec les producteurs, notamment sur les franchises.  Notre région est de plus en plus fréquemment touchée par des intempéries liées au changement climatique. Nos agriculteurs doivent donc être plus et mieux protégés face à ces risques récurrents qui pèsent sur leur activité. Cela nécessite aussi d'agir sur le long terme, pour adapter les exploitations. Plus de la moitié du budget de la Région est aujourd'hui consacré à la transition écologique et nous avons doublé nos aides à l'accompagnement des agriculteurs dans leurs démarches d'adaptation au changement climatique. »

 Après le Gers et l'Hérault, Carole Delga se rendra lundi prochain, dans le Lot et en Tarn-et-Garonne, pour apporter son soutien viticulteurs et aux arboriculteurs particulièrement touchés sur ces territoires.

 Les élus régionaux sont eux-aussi allés à la rencontre des viticulteurs et des arboriculteurs qui ont subis des pertes, comme par exemple dans le Gard, l'Aude, ou encore dans les Pyrénées-Orientales. Lors de ces rencontres, les élus ont pu constater l'ampleur des dégâts, échanger avec les producteurs et leur présenter l'aide exceptionnelle qui a été adoptée aujourd'hui.

 Plan régional de relance viticole : une solution collective pour les vins régionaux

 

Adopté en juillet 2020, après une importante concertation avec les professionnels, ce plan de relancé collectif et inédit est financé par la Région à hauteur de 7 M€ pour un effet levier de 14 M€. Pour 1 € investi par les professionnels, la Région s'est en effet engagée à verser la même somme.
Dans le cadre d'un appel à projets lancé pour identifier et soutenir les opérations de commercialisation et de promotion des vignobles d'Occitanie, plus de 200 dossiers ont été reçus et analysés par le comité de coordination (Région, interprofessions, Chambre régionale d'agriculture, IRQUALIM te fédération des métiers).
 
Par ailleurs, la Région soutient à hauteur de 21M€, le développement et la compétitivité des exploitations viticoles à travers ses Pass et Contrat. Dans l'Hérault plusieurs projets sont d'ores et déjà accompagnés, notamment :
 
-Le Château Coupe-Roses a bénéficié d'un Contrat Relance Vitide plus de 9 950€ pour réaliser des actions de communication pour dynamiser ses ventes à l'export ;
 
-L'entreprise Domaines Pierre Chavin implantée à Béziers, spécialisée dans la commercialisation de vins hauts de gamme, a reçu une aide de 35 000€ via un Contrat Relance Viti pour financer des actions de communication pour dynamiser ses ventes ;
 
-La cave coopérative de Roquebrun a bénéficié d'un Pass Rebond Agroviti de 46 000€ pour la mise en place de la démarche « Haute Valeur Environnementale » et la création d'un site internet marchand.
 
Dans l'Hérault, l'entreprise arboricole Cofruid'Oc a reçu une aide de 200 000€ dans le cadre d'un Pass Rebond pour la modernisation d'une de ses lignes de conditionnement depommes.
A travers son aide à la protection des vergers, la Région a déjà soutenu 66 exploitations à hauteur de plus de 910 000€.

Carole Delga sera dans l'Hérault pour rencontrer et soutenirles viticulteurs et arboriculteurs impactés par l'épisode de gel

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, sera vendredi en déplacement à Mudaison et à Pinet dans l'Hérault pour rencontrer et apporter son soutien aux viticulteurs et arboriculteurs touchés par les gelées survenues la semaine dernière. Pour aider les producteurs impactés à faire face à ce nouvel épisode climatique, la Région mettra en place une première aide exceptionnelle de 5 M€. A l'occasion de son déplacement, la présidente précisera les contours de cette première aide exceptionnelle, soumise au vote des élus régionaux le vendredi 16 avril.

 vergues55170362887_10222229933955559_6330758499437882274_n« Ce nouvel épisode de gel est un nouveau coup dur pour nos viticulteurs et arboriculteurs.D'après les premières estimations, dans l'Hérault 70% des surfaces viticoles ont été touchés par le gel, engendrant des pertes estimées de 50 à 80%. Face à une telle situation, nous nous devions de réagir rapidement, la Région se tiendra aux côtés de nos producteurs. Je proposerai aux élus qui se réuniront ce vendredi en commission permanente, de débloquer en urgence une première aide exceptionnelle de 5 M€, qui pourra être abondée par nos partenaires, collectivités locales, Etat ou acteurs privés tels les banques et assurances » a déclaré Carole Delga à quelques jours du déplacement.

 

 Programme du déplacement:
 
14h00 : Rencontre avec Sophie Villiet, arboricultrice
Domaine du Bosc -34130 Mudaison
 
15h45 : Rencontre avec des viticulteurs
Rendez-vous devant la cave coopérative de l'Ormarine avant de se rendre sur         une parcelle - 34850 Pinet

La Région change de braquet avec son Plan Vélo

Pour favoriser les déplacements « verts », la Région amplifie ses aides à l’achat d’un vélo, son soutien à la réalisation de pistes cyclables et accentue les liens avec le réseau régional des transports liO. Elle prévoit d’engager 13 M€ dès 2021 et 65 M€ dans les 5 ans.

Avec le « Plan régional vélo, intermodalités et nouvelles mobilités », la Région veut favoriser la pratique du vélo pour tous

Le vélo, c’est bon pour la forme, bon pour l’environnement, et parfait pour respecter la distanciation par temps de Covid-19. Organisatrice des « mobilités actives » depuis la loi d’orientation des mobilités (LOM) fin 2019, la Région Occitanie veut changer de braquet et favoriser la pratique du vélo pour tous. Ainsi un « Plan régional vélo, intermodalités et nouvelles mobilités » fait partie du nouveau projet de société « Green New Deal », adopté en novembre. Première déclinaison, le dispositif régional d’intervention en faveur des mobilités cyclables a été voté par les élus régionaux le 17 décembre. La Région engagera 13 M€ dès 2021 et programme 65 M€ sur les 5 prochaines années.

L'Homme, Smartphone, Séance, En Attente

Pixabay

Des aides à l’achat

La Région intervient sur toute la chaîne « vélo » : aide à l’achat, soutien à la réalisation de pistes cyclables, services autour des gares…
Au rayon des aides à l’achat, elle veut dépasser 40 000 éco-chèques d’ici cinq ans. L’Eco-chèque mobilité se décline déjà en prime à l’achat d’un vélo à assistance électrique (VAE) et un Bonus Forfait mobilité durable [1]. Nouveautés : les abonnés annuels des trains liO pourront obtenir 100 € pour acquérir un vélo pliant et la Région financera 50 % (jusqu’à 1000 €) d’un vélo adapté aux personnes à mobilité réduite. Une enveloppe de 500 000 € financera ces mesures.

4 500 km de pistes

Côté infrastructures, la priorité va à la création de pistes cyclables sécurisées, avec une participation de la Région portée jusqu’à 50%. Nouveauté : le soutien aux pistes cyclables touristiques, avec une prise en charge jusqu’à 33% du coût. La Région veut financer un réseau de 4 500 km de pistes cyclables, véloroutes et de voies vertes.
Le saviez-vous ? Toutes les rames financées par la Région sont équipées d’espaces vélo. Pour booster la complémentarité train-vélo, la Région vise 100 % des points d’arrêts équipés de stationnements vélo d’ici 5 ans. Une enveloppe de 490 000 € financera 200 box et arceaux dans 125 gares dans les 18 mois. En outre, des lignes d’autocars liO vont expérimenter le transport de vélos toute l’année, des stationnements vélos sécurisés…

Soutenir la filière

La Région appuie aussi l’essor de l’économie du vélo. Elle participé à la naissance en 2018 du cluster Vélo Vallée, premier de la filière en France. Ses appels à projets actuels font de la place à la « petite reine » : comme « Territoires Hydrogène » et l’appel à la relocalisation industrielle de l’Agence régionale ARAC. En outre, pour lutter contre le vol, la Région soutiendra à hauteur de 50 % les associations prenant en charge la gravure antivol. Le vélo bénéficiera aussi de l’éco-chèque « réparation » qui sera mis en place en 2021.

En savoir plus

Carole Delga : « Un véritable collectif au service de la revitalisation de nos territoires »

Ce mardi 13 avril, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, aux côtés d'Étienne Guyot, préfet de la région Occitanie, préfet de la Haute-Garonne, Olivier Sichel, directeur général délégué de la Caisse des Dépôts, directeur de la Banque des Territoires, Annabelle Viollet, directrice régionale Occitanie de la Banque des Territoires, Sophie Lafenêtre, directrice générale de l'Établissement Public Foncier d'Occitanie, et Thierry Cotelle, président de l'Agence Régionale de l'Énergie et du Climat, a annoncé au cours d'une conférence de presse la signature de 2 conventions partenariales portant sur le développement du commerce et de l'artisanat local d'une part, et sur l'efficacité énergétique des bâtiments publics d'autre part.

 

« Avec ces deux nouvelles conventions signées aujourd'hui, nous renforçons notre mobilisation partenariale au service du développement et de la vitalité des territoires. Avec FOCCAL tout d'abord, nous agissons pour les villages et villes qui souffrentd'un nombre croissant de fermetures de commerces, ne permettant plus aux habitants de trouver, près de chez eux, les produits essentiels de la vie courante. Grâce à ce nouveau dispositif, nous proposons de racheter et rénover ces locaux commerciaux pour garantir une offre immobilière vraiment adaptée aux moyens des commerçants et des artisans. Avec la réouverture de ces commerces, ce sont de nouvelles familles qui arriveront, redonnant une dynamique positive aux cœurs de ville. C'est un enjeu majeur pour la revitalisation de nombreuses communes en Occitanie.

 Cette mobilisation s'inscrit dans un pack que nous formons avec la Banque des Territoires, déjà à l'œuvre au travers du fonds L'OCCAL lancé en 2020 en réponse à la crise sanitaire et économique que nous traversons. Elle vient également répondreau défi de la transition énergétique et du réchauffement climatique qui pèsent sur nos territoires. Déjà engagés pour soutenir la rénovation énergétique des bâtiments publics, tout comme nous le faisons auprès des particuliers avec notre éco-chèque logement et Rénov'Occitanie, nous avons ainsi souhaité aller plus loin. Via notre Agence Régionale de l'Energie et du Climat nous engageons avec la Banque des Territoires un nouveau partenariat pour monter en puissance sur le front de la rénovation et de l'efficacité énergique des bâtiments publics. Il s'agira de permettre l'émergence de projets de rénovation en travaillant notamment sur l'information et l'accompagnement des Collectivités locales », a déclaré Carole Delga à cette occasion.

 

Veuillez trouver le dossier  :

 DP146_CDP_FOCCAL_1304BDVF.pdf

https://wetransfer.com/downloads/e208e04a0b1f74316b131cf043ea967a20210413145720/0edfa7b110724f85cac29fdfa313e24f20210413145803/8f5cb4

FOCCAL, nouvel outil régional de soutien au commerce et à l’artisanat

Pour proposer une offre immobilière adaptée aux moyens des commerçants et des artisans, la Région met en place FOCCAL avec plusieurs partenaires. Après un dialogue avec une vingtaine de territoires, les premières opérations seront lancées fin 2021.

 

Les acteurs du commerce et de l’artisanat souffrent des conséquences de la crise sanitaire. Or, leur bonne santé conditionne la vitalité des petites et moyennes villes. La Région, qui les soutient déjà via le Pass Commerce de proximité, les contrats Bourgs-Centres et le fonds L’Occal, met en place un outil complémentaire, FOCCAL. La Région veut proposer une offre immobilière adaptée aux moyens des commerçants et des artisans tout en assurant une régulation saine du marché. FOCCAL implique aussi l’Établissement public foncier d’Occitanie, l’Agence nationale de la cohésion des territoires, la Banque des territoires et l’Etat, avec lesquels la Région a signé un partenariat ce mardi 13 avril.

Premières opérations dès la fin 2021

Mis en œuvre par l’ARAC [1], FOCCAL soutiendra le commerce et l’artisanat en centres-villes ou centres-bourgs en Occitanie, à travers du portage foncier et immobilier, des travaux de restructuration… Pour bâtir le premier programme d’actions, la Région a rencontré 17 territoires [2] depuis octobre, dont les enjeux ont été repérés via les Contrats territoriaux et Bourgs-Centres. En outre, l’agence ARAC boucle actuellement une étude cofinancée par la Banque des Territoires et l’EPF Occitanie. En mai, la Région présentera un projet validé à ses partenaires. Avec un capital initial de 1 M€, FOCCAL a une capacité d’investissement en acquisition et travaux estimée à 10 M€ pour une cinquantaine de commerces. Les premières opérations auront lieu dès la fin 2021.

 

Atelier, Instrument, Bois, Artisan

 

Pixabay

Un second partenariat avec la Banque des Territoires sur la transition énergétique

La Région a noué un second partenariat avec la Banque des Territoires, cette fois via l’Agence régionale énergie climat AREC. La convention de trois ans permettra de monter en puissance sur le front de la rénovation et de l’efficacité énergique des bâtiments publics.

En savoir plus

[1Agence Régionale Aménagement Construction

[2Castelnaudary, Graulhet, Millau, Figeac, Tarbes-Lourdes, Auch, Mende, Sète, Lodève, Anduze, Foix, Saint-Gaudens, Céret, Remoulins, Revel, Caylus-Saint-Antonin-Noble-Val et Pézenas

Carole Delga : "La Région va voter vendredi une aide exceptionnelle aux viticulteurs et arboriculteurs"

Carole Delga : « La Région va voter vendredi une aide exceptionnelle aux viticulteurs et arboriculteurs et je demande la création d’un fonds commun avec l’Etat »

 

Au lendemain de l’épisode de gel qui a touché tous les vignobles et vergers du territoire régional, la présidente de Région avait immédiatement demandé à la Chambre régionale d’agriculture et ses représentants départementaux, un bilan précis des pertes, filière par filière et territoire par territoire. Dans l’attente de ce retour détaillé des professionnels qui permettra d’ajuster les mesures d’aide à chaque situation, Carole Delga soumettra vendredi 16 avril, une enveloppe d’aide exceptionnelle aux élus de la Commission permanente.

 « La situation est inquiétante pour nos viticulteurs et arboriculteurs, avec des pertes qui s’annoncent importantes voire totales. Aussi, je demanderai vendredi aux élus du Conseil régional de soutenir ma proposition d’aide exceptionnelle aux producteurs. Ces événements climatiques qui sévissent chaque année en Occitanie font de nombreux dégâts, c’est la raison pour laquelle, depuis 2016, j’ai décidé la création d’un fonds de réserve pour soutenir les agriculteurs et viticulteurs victimes d’intempéries. Comme nos viticulteurs ne peuvent être soutenus par le régime de calamité agricole, comme c’est le cas des arboriculteurs, et au regard de l’ampleur du sinistre, je propose au gouvernement, la création d’un fonds commun destiné à la filière viticole qui permettrait de décupler la force des interventions de l’Etat, la Région, les Départements et Intercommunalités. Avec le concours des banques et assurances, nous devons réagir fortement pour accompagner les viticulteurs.

 Ce fonds commun national, décliné dans les régions viticoles, doit permettre de créer un guichet unique pour les producteurs, facilitant ainsi l’obtention d’une aide d’urgence. La Région jouera collectif et contribuera fortement à ce fond. Il est par ailleurs urgent de remettre à plat le système assurantiel pour permettre aux viticulteurs de se protéger de ces aléas.

 La répétition des épisodes climatiques nous pousse à poursuivre collectivement notre action pour préserver notre région de l’aggravation des changements climatiques, protéger les producteurs et limiter les impacts sur leurs productions. Plus de la moitié de notre budget d’investissement est dédiée à la transition climatique et nous avons doublé notre budget en faveur de l’agriculture afin d’accompagner leur adaptation. », a déclaré la présidente de Région Carole Delga.

Rencontre avec les producteurs :

La semaine qui vient étant réservée à l’évaluation plus précise des dommages en lien avec les professionnels des filières concernées, la présidente de Région se rendra mercredi et vendredi auprès des viticulteurs des deux côtés du territoire régional. Elle pourra ainsi échanger directement avec eux sur les mesures qui sont proposées et leur mise en œuvre dans les prochaines semaines.

 

L’agriculture durable s’affirme en Occitanie

 Laitue, Feuilles, Légumes, Mâche

Avec plus de 60 000 exploitations sur 3 millions d’hectares, l’Occitanie est la première région agricole de France. Première région bio, elle possède une agriculture très diversifiée : viticulture, élevage, fruits et légumes… Engagée pour une alimentation durable et de qualité, la Région va tester en 2021 des Contrats « Agriculture Durable », afin d’accompagner la transition agricole et alimentaire. Elle signe aussi ce 25 mars un Contrat de filières animales, couvrant toutes les filières d’élevage. Deux mesures concrètes du « Pacte Vert » régional, modèle de développement et de transformation de l’Occitanie adopté en novembre 2020.

Contrats « Agriculture Durable » : six territoires tests avant un déploiement en Occitanie

Pixabay

La Région accompagne les producteurs dans leur transition vers une agriculture durable

L’objectif des contrats est d’aider les agriculteurs et les éleveurs d’Occitanie à réfléchir sur leurs pratiques et leurs investissements. Pour accompagner la transition, la Région financera les actions (diagnostics, suivis d’exploitation…) menées par les organismes de conseil auprès des agriculteurs. Afin d’adapter au mieux les contrats « Agriculture Durable » aux réalités du terrain, une expérimentation est lancée en 2021 dans six territoires tests, avant un déploiement à l’horizon de la future PAC (politique agricole commune).

Ces territoires sont représentatifs de la diversité des filières. Ainsi dans les Hautes-Pyrénées, la coopérative Euralis veut mobiliser des agriculteurs des coteaux de Bigorre. Dans le Gers et le Tarn-et-Garonne, Qualisol accompagnera des agriculteurs en productions spécialisées, grandes cultures et arboriculture. La Chambre d’agriculture de l’Aveyron touchera toutes les filières d’élevage et celle de la Haute-Garonne un groupe d’éleveurs en bovin lait du Comminges s’intéressant au label bas carbone. Dans l’Hérault, la cave coopérative de CastelBarry, à Montpeyroux, est engagée sur le label Vignerons Développement durable et le bio, tandis que la Haute Vallée de l’Aude travaille sur un projet alimentaire territorial impliquant plusieurs filières et de nombreux partenaires.

Un « Contrat de filières animales » pour l’élevage d’Occitanie

Pixabay


Le Contrat de filières animales a notamment pour objectif d’améliorer le revenu des éleveurs

Après le Pacte Alimentation Durable en 2018 et les contrats de filières pour la viticulture et pour l’agroalimentaire en 2019, la Région approuve le Contrat de filières animales, bâti avec l’Etat et les professionnels. Ce contrat global couvre toutes les filières d’élevage, de la production aux consommateurs… Ses priorités affirmées : améliorer le revenu des éleveurs, promouvoir un élevage durable respectant le bien-être animal, renforcer la complémentarité des territoires, favoriser la viabilité des exploitations et le renouvellement des générations. Ces grands objectifs se déclinent en 13 actions. La Région a déjà voté 200 000 € pour lancer les premières, comme le développement d’une filière porcine durable et bio, l’informatisation de la filière ovine, l’autonomie des élevages en fourrages, l’évolution des cahiers des charges des productions engagées sous signes de qualité et d’origine, ou encore la lutte contre la désertification vétérinaire.

En savoir plus

Bienvenue à Genvia, nouvel acteur industriel de la filière hydrogène vert

La naissance ce 30 mars de l’industriel Genvia positionne une nouvelle fois l’Occitanie comme une terre pionnière de l’hydrogène vert, enjeu majeur de la transition énergétique. Pour booster cette filière innovante et alimenter sa trajectoire de 1ère Région à énergie positive, la Région met en place depuis deux ans son Plan Hydrogène vert de 150 M€.

Spécialisée dans la production d’hydrogène vert, l’entreprise Genvia s’installe dans les locaux de l’usine Cameron à Béziers
pixabay

Lancée ce mardi 30 mars, la nouvelle société commune de Schlumberger New Energy, CEA, Vicat, Vinci et la Région à travers l’agence régionale énergie-climat Arec [1], se focalise sur la production d’hydrogène décarboné, carburant de la mobilité « verte ». Elle fait appel à une technologie de rupture de l’électrolyse du CEA, permettant une production beaucoup plus compétitive. L’activité de Genvia s’intègrera dans l’usine Cameron de Béziers, appartenant à Schlumberger. Cette nouvelle action d’envergure alimente l’ambition de la Région de devenir la 1ère Région à énergie positive d’Europe tout en créant des emplois.

Un soutien appuyé à la filière hydrogène vert

Ce n’est pas un hasard si l’Occitanie a hébergé la première réunion du Conseil national de l’Hydrogène, chez Safra (autobus urbains) à Albi, fin février. Première à se doter d’une stratégie globale et opérationnelle via son Plan Hydrogène Vert doté de 150 M€ jusqu’en 2030, la Région investit massivement pour faire grandir la filière, porteuse d’innovation et d’emplois, en Occitanie.
Au programme : deux usines de production, des dizaines de stations de production et distribution, l’achat de 3 250 véhicules hydrogène, de nouvelles formations pour répondre aux besoins en compétences… De grands projets sont en cours, comme le Technocampus de Toulouse Francazal, qui sera le plus grand centre européen de recherche, essai et innovation technologique sur l’hydrogène vert en 2024 . HydOcc, future usine de Qair Premier Element à Port la Nouvelle, est accompagné par Ad’Occ, Arec et la Région et couvrira à terme 20% des besoins hydrogène régionaux. HyPort, porté par Engie avec l’Arec, permettra d’alimenter bus, navettes et véhicules à l’aéroport de Toulouse-Blagnac. La Région est aussi pilote sur le train à hydrogène : elle a validé la commande de trois rames Régiolis bimode électrique-hydrogène (pour 52 M€) qui seront expérimentés sur la ligne Montréjeau-Luchon.

En savoir plus