Occitanie

Une journée de coaching et de simulation d’entretien pour les élèves des E2CR d’Occitanie

Nathalie Mader, conseillère régionale déléguée aux Ecoles de la Deuxième Chance, participera mercredi 22 mai, à l’espace Capdeville à Montpellier, à l’édition 2019 des « Simul’Dating », une journée de coaching et de simulations d’entretiens d’embauche dédiée aux élèves des Ecoles de la 2ème Chance Régionale. 

 Organisée par les Ecoles de la Deuxième Chance de Lunel et de Montpellier Clémenceau, avec le soutien de la Région Occitanie, cette nouvelle journée de « Simul’Dating » permettra à plus d’une centaine d’élèves de rencontrer des entreprises et de participer à des simulations d’entretiens. Entre les simulations, les élèves auront l’opportunité de prendre part à des ateliers de coachings professionnels.

 

Les Ecoles de la 2ème chance régionale

 

Garante de la labellisation des Ecoles de la 2ème chance régionale, la Région Occitanie souhaite offrir aux jeunes les plus éloignés de l’emploi, l’opportunité d’une insertion sociale et professionnelle durable. Les E2CR accueillent des jeunes de 18 à 25 ans, sortis du système scolaire depuis au moins 6 mois, sans diplôme, ni qualification et ayant de réelles difficultés d’insertion. Elles sont fondées sur une pédagogie innovante et individualisée, différentes des schémas scolaires classiques.

 La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée compte au total 11 E2CR sur son territoire qui ont accueilli plus de 1300 élèves en 2017 avec près de 65% de sorties positives vers l’emploi

Formation aux métiers d’avenir

Et de 20 pour l’École Régionale du Numérique !

JPEG - 274.4 ko

Installée au cœur du quartier prioritaire de la Reynerie, l’Ecole Régionale du Numérique de Toulouse a été inaugurée ce lundi 20 mai par la Région et Toulouse Métropole, partenaires de son lancement.

Depuis fin 2018, 14 stagiaires de 20 à 40 ans - dont un tiers de femmes - apprennent les techniques et le métier de développeur web (1200 heures en formation assurée par l’organisme Adrar et 350 heures en entreprise). Ils passeront à l’automne un diplôme reconnu Bac + 2 après des stages en entreprises démarrant en août.

L’Ecole Régionale du Numérique, c’est un vrai réseau déployé depuis 2015 par la Région pour répondre aux besoins de compétences des entreprises d’Occitanie. Des formations existent aujourd’hui dans les 13 départements, de Carcassonne à Rodez, à Moissac, Cahors, Alès ou Castelnau-le-Lez (première école d’intelligence artificielle de Microsoft hors Paris)… En Haute-Garonne, le site toulousain est la quatrième antenne après Saint-Gaudens, Labège et Carbonne.

Notre École Régionale du Numérique, c’est un vrai tremplin vers l’emploi, apprécie Carole Delga. Les 20 antennes permettent d’aller au plus près des besoins des entreprises, et assurent des formations qualifiantes sur un secteur en tension. Les résultats sont au rendez-vous avec près de 80% de sorties positives à l’issue de la formation !

La bonne recette pour implanter une antenne : des entreprises avec des besoins en compétences, des jeunes et moins jeunes peu diplômés mais attirés par le numérique, et un partenariat entre la Région et la collectivité d’un territoire. Pour toutes les antennes, 100% des frais de formation des stagiaires sont financés par la Région. À l’image de Toulouse Métropole, le partenaire local fournit les bureaux et le matériel. Ça marche : les premières promotions du réseau ERN ont obtenu 87% de réussite à la certification, 82% des stagiaires jugent utile la formation pour trouver un emploi et 79% ont réussi leur insertion professionnelle 18 mois après la formation*. À cause de ce bon taux de réussite et du volume des besoins, la Région a décidé de renouveler des sessions sur chaque territoire.

En 2019, la Région consacrera 2,3 M€ au réseau de l’Ecole Régionale du Numérique. Si elle investit autant, c’est pour préparer aux métiers de demain : secteur à fort potentiel, le numérique représente déjà 18 000 entreprises et 64 000 salariés en Occitanie. Depuis 2016, la Région a accompagné plus de 350 projets de création et développement d’entreprises du numérique.
En savoir plus

« La SNCF doit retrouver sa vocation de service public et une vision d'aménagement du territoire»

Transport ferroviaire en Occitanie 

Carole Delga : « La SNCF doit retrouver sa vocation de service public et une vision d'aménagement du territoire»

 Un an après la mise en place d'une convention TER ambitieuse, force est de constater que les résultats de SNCF ne sont pas au rendez-vous, tant sur le plan de l'offre et de la qualité de service que sur la prise en compte des enjeux de modernisation et de développement du réseau ferroviaire. C'est le constat dressé aujourd'hui devant la presse par Carole Delga, présidente de Région, et Jean-Luc Gibelin, vice-président en charge des transports, partagé par les usagers comme le confirme une enquête de l'institut CSA présentée à cette occasion.

 

« Ici en Occitanie, nous avons fait un choix fort, celui du service public ferroviaire » a notamment rappelé Carole Delga, avant d'alerter sur la qualité de service offerte aux usagers. « Les mauvais résultats de 2018 ne doivent pas se reproduire, et si le début de l'année 2019 semble marquer une inversion de tendance, le train doit être un mode de transports emprunté en confiance. La Région va encore développer son offre en 2019 avec plus de 80 circulations nouvelles en fin d'année. »

 La présidente de Région a également souligné l'importance d'un retour à une véritable vision d'aménagement du territoire pour SNCF : « Enfin, il revient à l'État et au gouvernement, autorité tutélaire de la SNCF, de jouer son rôle de garant de l'intérêt général. La SNCF ne peut pas viser uniquement la rentabilité. »

 Forte de ce constat, la Région a donc décidé de renforcer sa mobilisation pour pallier les manquements de SNCF : « Je proposerai donc une intervention exceptionnelle à hauteur de 75 M€, pour réaliser tout un ensemble de travaux d'urgence. Et là où la SNCF n'a pas dégagé les ressources nécessaires pour intervenir, la Région n'aura d'autres choix, si la future LOM l'en autorise, que de prendre en maitrise d'ouvrage directe les travaux des lignes dont le trafic est aujourd'hui suspendu. »

 

Une étude indépendante confirme les attentes des usagers et les ambitions de la Région

 

Commandée par la Région à l'institut CSA, cette étude réalisée entre le 26 avril et le 7 mai 2019 auprès de 1600 individus confirme les attentes et priorités des usagers en matière d'investissement et de qualité de service. En grande majorité, ils se disent satisfaits de l'action de la Région pour le service TER et la sauvegarde du réseau.

 

· Une action régionale pour le service TER jugée satisfaisante pour 74% des usagers et 58% des habitants ;

· Une action régionale pour la sauvegarde du réseau ferroviaire jugée satisfaisante pour 64% des usagers et 56% des habitants ;

· Une action régionale pour la modernisation des gares jugée satisfaisante pour 81% des usagers et 58% des habitants.

Leurs attentes :

· Un mode de transport d'avenir qu'il faut développer davantage pour 91% des usagers et 92% des habitants ;

· Des priorités régionales attendues par les habitants : sauvegarde du réseau (27%), création des LGV (27%), qualité du service TER (18%), relance du fret (16%)... ;

· Des axes d'améliorations prioritaires pour les usagers : fréquence des trains (58%),

ponctualité et respect des horaires (57%), tarifs (50%) ;

· Un besoin de modernisation et de sauvegarde des lignes TER pour 85% des habitants ;

· Des investissements qui doivent être réalisés par l'Etat (43% des habitants), par la SNCF (35%), la Région (16%)...

 

Leur vision de SNCF :

· Pour 64% des habitants, la SNCF doit d'abord assurer une mission de service public et a un rôle important à jouer dans l'aménagement du territoire, avant d'assurer l'équilibre financier de son activité.

 

 

TER : la Région demande à la Sncf de tenir ses engagements

La Région croit au train et a fait le choix du service public : elle demande ce mercredi 15 mai à Sncf Mobilités d’honorer ses engagements de qualité de service, et d’améliorer l’information des voyageurs. Un an après la signature de la convention d’exploitation TER 2018-2025, la Région juge les résultats « insuffisants ».

JPEG - 141.3 ko

Plus sûr, plus confortable, moins cher, moins polluant, le train est la meilleure alternative à la voiture individuelle.
La présidente de Région a dressé ce mercredi 15 mai, en duplex des sites de l’Hôtel de Région de Toulouse et Montpellier, le premier bilan de la convention d’exploitation 2018-2025 avec SNCF Mobilités, signée le 9 avril 2018. Une convention financée par la Région pour 2,5 milliards d’euros, soit plus de 300 M€ par an (hors investissements). Pour améliorer l’attractivité du train, la Région a notamment fixé des objectifs élevés de fiabilité, ponctualité et qualité d’information du public. Mais en 2018, seulement 82% des trains ont été maintenus (96,6% hors grèves) et 85,8% des trains en circulation sont arrivés à l’heure, trois points de moins que les 89 % fixés par la convention. Cela signifie 46 trains en retard par jour et 16 trains supprimés (hors grèves). Des résultats insuffisants, d’autant que seulement 34,5% des usagers sont satisfaits de l’information en gares.

Je crois au train, mais il doit être un mode de transport emprunté en confiance, souligne Carole Delga. En Occitanie, nous avons fait le choix du service public. Aujourd’hui, nous ne remettons pas en cause cette confiance, mais nous alertons la direction de la Sncf. Les mauvais résultats de 2018 ne doivent pas se reproduire. Si nous souhaitons ramener les usagers vers le train, le service doit être à la hauteur des engagements pris.

La Région Occitanie veut développer l’offre ferroviaire : elle a déjà créé fin 2018 des liaisons directes Toulouse-Perpignan, augmentera fortement dès fin 2019 les fréquences entre Lunel-Sète, Toulouse-Montauban-Agen/Brive, et Toulouse-Tarbes-Pau. Pour pallier le désengagement de la Sncf, la Région investit dans l’entretien du réseau, en particulier des lignes « secondaires » d’Occitanie. La présidente proposera en juin au vote des élus une intervention exceptionnelle de 75 M€ pour des travaux d’urgence. 233 M€ seront nécessaires sur la période 2016-2021.

En outre, la Région demande à l’Etat de permettre aux Régions volontaires de prendre en charge une partie du réseau. Elle gère déjà le Cévenol (Nîmes-Clermont-Ferrand) et, à titre expérimental avec l’Etat, l’Aubrac (Béziers-Clermont-Ferrand). Enfin, elle investit dans le matériel roulant : elle a commandé 18 nouvelles rames Regiolis pour 130 M€, qui circuleront en Occitanie dès 2020.

Les trains régionaux, un mode de transport plébiscité
Le réseau ferroviaire de la Région Occitanie s’étend sur plus de 2500 kilomètres. 20 lignes de trains régionaux liO relient les territoires. 61 000 voyageurs quotidiens les utilisent pour des trajets domicile-travail ou leurs loisirs. 92% des habitants d’Occitanie considèrent le train comme « un mode de transport d’avenir qu’il faut développer davantage », selon une étude CSA menée pour la Région*.
* réalisée entre le 26 avril et le 7 mai auprès de 1008 individus

1ères rencontres économiques et sociétales d'Occitanie à Montpellier #RESO -

Carole Delga : « La Cité de l'économie et des métiers de demain constitue le fer de lance de notre action en tant que levier pour le développement économique, l'innovation, la formation et l'emploi »

 « Notre monde bouge ! Le numérique a transformé, et continue de transformer notre manière de travailler et de penser le monde. Les défis d'aujourd'hui sont des opportunités, et les nouvelles technologies un formidable outil pour le nouveau projet de société qui se dessine. En Occitanie, nous avons choisi d'accompagner dès maintenant les entreprises dans ces transformations, notamment en matière d'emploi et de formation. C'est la raison pour laquelle nous avons choisi d'organiser avec le journal Le Monde cette journée de réflexion, 1er évènement de notre Cité de l'Economie et des Métiers de demain, qui ouvrira en septembre prochain et qui constitue le fer de lance de notre action, avec pour objectif de préparer nos entreprises à ce nouveau marché de l'emploi et du travail, préparer les employés d'aujourd'hui et les générations de travailleurs de demain. »

 Afin d'engager le territoire dans cette démarche vertueuse, la Région a sollicité 19 partenaires issus du monde économique et académique pour l'organisation de cet événement : Agence régionale AD'OCC, ARACT Occitanie, Digital 113, FACE Occitanie, CRESS Occitanie, Leader Occitanie, Université fédérale Toulouse, MUSE - Montpellier Université d'Excellence, TBS, Montpellier Business School, Université Paul Valéry, Université de Montpellier, VINSEO, CCI Occitanie, Chambre des Métiers et de l'artisanat, AIROD, Centre des Jeunes Dirigeants d'entreprises, UIMM, NEXU

Urgence climatique et transition énergétique : énergies marines renouvelables dans la PPE

Régions littorales et industriels défendent côte à côte leurs ambitions

 gioneCapture

Loïg Chesnais-Girard, Carole Delga, Christelle Morançais, Hervé Morin, Renaud Muselier et Alain Rousset, Présidents des Régions littorales engagées dans les énergies marines renouvelables, se sont réunis vendredi 10 mai avec les représentants du Syndicat des énergies renouvelables et de France Énergie Éolienne. Cette rencontre a permis d'échanger sur les propositions respectives des Régions et des industriels qui vont dans le sens d'une Programmation Pluriannuelle de l'Énergie plus ambitieuse que celle prévue actuellement. A l'issue de cet échange, les territoires et industriels sont convenus de porter ensemble leurs attentes auprès du Gouvernement, afin de conduire celui-ci à faire évoluer favorablement le contenu de la PPE en matière d'éolien offshore.

 Dès la parution du projet de PPE en janvier 2019, les Régions littorales ont clairement manifesté leur insatisfaction, entièrement partagée par les industriels de la filière. Depuis, élus et professionnels ont travaillé, pour élaborer une contre-proposition plus ambitieuse, réaliste et adaptée aux besoins d'une filière émergente et aux territoires qui accueilleront les projets d'implantation. Cette position a été réaffirmée lors de l'événement FOWT, salon dédié à l'éolien flottant qui s'est tenu fin avril 2019 à Montpellier.

Hausse des volumes programmés, régularité des appels d'offre

« Sur le volet éolien offshore, le projet de décret est à ce jour très insuffisant au regard des attentes de nos territoires et de leurs habitants, en termes de transition énergétique, ont souligné les exécutifs des six régions. Nous attendons aujourd'hui de l'État des volumes programmés à la hausse et davantage de régularité dans les appels d'offres. »

 Elus régionaux et industriels proposent de revoir le calendrier des appels d'offres, tant sur l'éolien posé que flottant, selon un séquençage d'au moins 1 000 MW attribués par an, qui répondrait aux rythmes attendus par les industriels autant qu'aux objectifs planifiés par les territoires. La demande conjointe porte également sur l'équilibre entre les appels d'offres pour le posé et le flottant afin que la PPE n'oppose pas les deux technologies, toutes deux essentielles au développement de l'éolien en mer en France. Il serait donc pertinent, d'insérer, dans le calendrier déjà prévu, des appels d'offres ciblés sur le flottant. L'enjeu est aussi de ne pas mettre en concurrence les façades Méditerranée, Atlantique et Manche et de proposer une planification tenant compte des ouvrages et capacités de raccordement afin d'optimiser les coûts.

Défendre auprès du Gouvernement le travail des industriels et des Régions

Alors que la France se positionne en tête des nations dans la lutte contre le changement climatique, il est indispensable que l'État encourage davantage la filière « énergies marines » et les Régions littorales qui ont fait le choix d'accompagner ce développement, en engageant des investissements portuaires massifs, en mobilisant leurs écosystèmes d'entreprises et en encourageant le développement de compétences spécifiques.

 Les Présidents des Régions littorales sont conscients de la nécessité de baisser les coûts de production de l'électricité produite par ces filières. Ils considèrent que seuls des volumes plus ambitieux permettront d'engager les transitions dont le pays a besoin et de réduire les coûts. La France et ses territoires maritimes ne peuvent manquer de nouveau l'occasion qui leur est donnée de s'engager durablement dans la dynamique des EMR.

C'est pourquoi les présidents des six Régions littorales associés à Régions de France, ont sollicité un rendez-vous auprès du Premier ministre pour lui présenter le travail constructif réalisé avec la filière.

 « L'éolien en mer posé est aujourd'hui l'une des filières énergétiques les plus compétitives en Europe, et la France n'y fera pas exception, comme l'appel d'offres de Dunkerque devrait le prouver, ont rappelé les industriels. De la même manière, l'éolien en mer flottant est une filière d'avenir et a vocation à converger vers des prix compétitifs, sur l'horizon de temps de la Programmation Pluriannuelle de l'Energie, en cours de révision, c'est-à-dire d'ici 2028 », ont précisé France Energie Eolienne et le Syndicat des Energies Renouvelables.

la 14ème édition de Total Festum, festival des langues et cultures catalanes et occitanes

Présentation de la 14ème édition de Total Festum, festival des langues et cultures catalanes et occitanes

Lundi 13 mai à 11h, Centre International de Musiques Médiévales,

1090 rue de l'Aiguelongue, Montpellier

 

Total Festum, évènement-phare des cultures régionales en Occitanie, aura lieu cette année du 18 mai au 7 juillet 2019. La 14ème édition vous sera présentée à Montpellier le lundi 13 mai à 11h par Patric Roux, conseiller régional. Ce sera également l'occasion de rencontrer certains partenaires de la manifestation.

 

Porté par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, Total Festum se déroulera dans une centaine de lieux, grâce à plus de 65 partenaires organisateurs. Durant un mois et demi, autour des feux de la Saint-Jean, plus de 500 événements gratuits sont proposés sur l'ensemble du territoire régional : fêtes populaires, concerts, spectacles, expositions, conférences, balades, animations jeune public, etc. La Région soutient l'ensemble des projets engagés à hauteur de 340 000 €.

 Depuis sa création en 2006, ce festival régional n'a cessé de grandir et de fédérer un public toujours plus nombreux. L'an passé, 130 000 spectateurs se sont réunis dans plus de 120 communes pour assister aux manifestations proposées.

Total Festum est aujourd'hui un des piliers de la politique culturelle et patrimoniale de la Région pour la période 2018-2021, qui vise notamment à renforcer la valorisation et la défense des cultures et langues régionales.

Du 18 mai au 7 juillet 2019, embarquez pour la 14ème édition de Total Festum, le Festival régional des langues et cultures catalanes et occitanes.

Depuis 2006, date de sa création en ex Languedoc-Roussillon, le festival Total Festum n’a eu de cesse de grandir au point de s’imposer comme étant un festival régional incontournable.

Ce qui était à l’origine une volonté politique de créer un rendez-vous annuel pour mettre en avant les langues et cultures régionales est devenu un véritable succès populaire sur le grand et nouveau territoire d’Occitanie.

Total Festum ce sont de nombreux partenaires, une centaine de communes concernées, des associations engagées tout cela dans le but de faire vivre nos cultures et notre histoire avec, comme point fort, les feux de la Saint-Jean et plus de 500 évènements liés pendant un mois et demi.

De la musique, des spectacles, des sports traditionnels, de la gastronomie, du théâtre, des débats, des pyramides humaines… Total Festum c’est tout cela à la fois et la Région s’y associe pleinement à travers de nombreuses aides et un appel à projets renouvelé annuellement.

Ne manquez pas la prochaine édition, elle commence ici avec le programme complet.

Rendez-vous du 18 mai au 7 juillet pour Total Festum !

Avec la Région Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée, partageons nos cultures !

 

Les 1ères rencontres économiques et sociétales d'Occitanie #RESO

INNOVATIONS & METIERS DE DEMAIN -

La Région Occitanie co-organise avec Le Monde les 1ères rencontres économiques et sociétales d'Occitanie #RESO

Mardi 14 mai

A partir de 9h, Salle Pasteur - Corum de Montpellier

 Parce que l'intelligence artificielle et la transformation numérique des entreprises sont au cœur des préoccupations et des besoins des acteurs économiques et universitaires régionaux  face aux mutations à venir des métiers, la Région Occitanie co-organise avec le journal Le Monde les 1ères rencontres économiques et sociétales d'Occitanie #RESO, au Corum à Montpellier, le 14 mai prochain.
 
Cet événement unique réunira penseurs, scientifiques, chefs d'entreprises, chercheurs, entrepreneurs sociaux, ONG et startupeurs, pour échanger sur les bouleversements à venir liés à l'intelligence artificielle et à la transformation numérique des entreprises. Lancé par Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, il marquera le 1er temps-fort de la future Cité de l'Economie et des Métiers de demain, qui ouvrira en septembre 2019 à Montpellier.

 «Le Monde bouge ! Le numérique a transformé, et continue de transformer notre manière de travailler et de penser le monde. Les innovations disruptives, les mutations technologiques et environnementales auront un impact fort sur l'économie régionale et les métiers de demain. Pour accompagner ces changements, la Région déploie une stratégie volontaire et globale rayonnant sur l'ensemble du territoire pour développer l'économie et l'innovation. Nous avons créé l'Ecole Régionale du Numérique pour adapter l'offre de formation et ainsi répondre aux besoins des entreprises, tout en favorisant l'accès à un emploi qualifié aux personnes en insertion. Avec le lancement d'« Occitanie Data » et de l'école IA avec Microsoft, nous développons une Intelligence Artificielle éthique, respectueuse de la population et de l'environnement. L'ouverture prochaine de la Cité de l'économie et des Métiers de demain offrira un espace favorisant la réflexion, les échanges et l'expérimentation autour du numérique. Nous devons faire des défis d'aujourd'hui, nos opportunités de demain !» a déclaré la présidente Carole Delga à quelques jours de l'évènement.

 « L'actualité le rappelle chaque jour : la rapidité de la mutation numérique et l'urgence climatique interrogent tous les aspects de la vie individuelle et collective - économiques, sociaux, culturels, politiques, scientifiques, éthiques...   A travers l'organisation des 1ères Rencontres économiques et sociétales à Montpellier, Le Monde et la Région Occitanie proposent des outils de compréhension à toutes les échelles et dans tous les secteurs, et contribuent à l'indispensable travail de décodage de ces bouleversements. » Jérôme Fenoglio, Directeur de publication - Le Monde

Programme de la journée :

INNOVATIONS ET MUTATIONS TECHNOLOGIQUES

Quels impacts sur l'économie régionale et les métiers de demain ?

9h00 - Introduction de Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

9h20 - Keynote de Fabienne Dulac, PDG Orange France : Le Futur de l'emploi

9h45 - Machines vs humains : La guerre aura-t-elle lieu ?

11h00 - Qu'attendons-nous du travail au XXIème siècle ?

11h20 - De l'entreprise décloisonnée à la fin du rêve salarié

12h00 - Pitch Session - L'IA au service de l'emploi

14h30 - Cas d'école : comment le numérique transforme les entreprises

15h10 - Pitch Session - Transformation digitale : une opportunité pour les filières locales classiques ?

 

16h00 - Demain, tous caméléons ?
 

16h45 - Masterclass avec le physicien Etienne Klein - IA et éthique : une machine peut-elle apprendre à distinguer le bien et le mal ?

Cap croissance pour l’aéroport Montpellier Méditerranée

Les nouveaux équipements de l’aéroport Montpellier-Méditerranée, agrandi et modernisé pour plus de 15 M€, ont été inaugurés ce mardi 7 mai. Actionnaire et soutien de l’aéroport, la Région favorise une stratégie aéroportuaire concertée à l’échelle de l’Occitanie, forte de 10 aéroports.

JPEG - 1 Mo

Les équipements inaugurés ce 7 mai, en compagnie de la présidente de la Région et de plusieurs centaines d’invités, constituent une étape cruciale dans la vie de l’aéroport Montpellier-Méditerranée, l’aérogare historique datant de 1977 et son agrandissement de 1990. En échange de travaux de 15,5 M€, l’aéroport a gagné aujourd’hui 5500 m² : le nouveau hall 2 accueille au rez-de chaussée les opérations d’enregistrement et à l’étage des salles de pré-embarquement, travail et détente. Sa construction a permis d’installer un traitement de pointe des bagages en soute.

Autres nouveautés  : une zone commerciale de plus de 1000 m2, un espace duty free déplacé, agrandi et embelli, l’installation de l’enseigne Bread & Co. Originalités : un show-room de 70 m2 diffuse en avant-première l’épisode du jour de la série Un si grand Soleil de France 2, tournée à Montpellier et alentours, et un kiosque fait visionner des films en réalité virtuelle sur la richesse des sites d’Occitanie.

Les retombées de l’’aéroport Montpellier Méditerranée sont importantes : il génère 3 300 emplois, réalise 597 M€ de chiffre d’affaires annuel et 332 M€ de valeur ajoutée, félicite Carole Delga. Les touristes qui le fréquentent dépensent 266 M€ dans l’économie locale. Nos 10 aéroports sont une force : ils produisent 2,745 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel en Occitanie, contribuent pour 1,477 milliards au PIB régional et font travailler près de 18 800 personnes en Occitanie.

Après deux années de forte croissance, l’aéroport Montpellier Méditerranée a consolidé son trafic passagers en 2018 : son tarmac a été foulé par près de 1,879 million de passagers, nouveau record historique.

JPEG - 420.7 koActionnaire de l’aéroport, la Région Occitanie appuie le développement du trafic aérien, pour lequel elle a versé plus de 4,6 M€ de subventions depuis 2010. Membre du conseil de surveillance, elle a approuvé le plan stratégique « Destination 2020 » de 70 M€ d’investissement, qui permettra à terme de traiter jusqu’à 2,5 millions de passagers annuels. La Région va aussi engager 25% du coût de réalisation de la liaison entre les RD 189 et RD172, qui sera mise en service fin 2021 pour favoriser le développement de la zone de fret de l’aéroport.

En savoir plus

Patrimoine maritime d’Occitanie

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et le Parlement de la Mer ouvrent leur patrimoine maritime au public. Cette action s’effectue grâce au Groupe de Travail Patrimoine Maritime d’Occitanie sur le support data.laregion.fr.

Ce Groupe de Travail collecte des documents qui illustrent le patrimoine ; historique, sociétal, corporatif, sportif, vivant et immatériel du littoral et du monde maritime de la région Occitanie.

La collecte de ces documents s’effectue grâce à vos contributions.

En savoir plus

Développons l'économie circulaire

Jusqu’au 5 juillet 2019 déposez vos projets en faveur du développement de l’économie circulaire et de la lutte contre le gaspillage alimentaire sur la Région citoyenne. Et sélectionnez les projets qui vous plaisent le plus du 11 septembre au 9 octobre 2019.

 

La démarche

Depuis avril 2016, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée élabore son Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets (PRPGD) conformément à une nouvelle compétence confiée aux Régions par la loi NOTRe. Ce projet se fixe pour ambition d’atteindre en valeur et en calendrier les objectifs de la Loi pour la Transition Energétique et la Croissance Verte (LTECV).

Par ailleurs, la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) anime en Occitanie depuis 2010 le Plan Régional de l’Alimentation (PRA), déclinaison régionale de Programme National de l’Alimentation (PNA). La lutte contre le gaspillage alimentaire est un des axes majeurs de ce programme.

 

 


Les engagements de la Région

La Région s’est engagée de manière volontaire dans une démarche globale vers une économie plus circulaire, qui vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer notre impact sur l’environnement.

De plus, des centaines d’initiatives liées à la lutte contre le gaspillage alimentaire ont ainsi été recensées en région par la DRAAF et l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) en 2014 puis en 2016. Des appels à projets conjoints DRAAF, ADEME et/ou la Région Occitanie ont été lancés à plusieurs reprises (2015, 2016 et 2017) pour soutenir les initiatives visant à réduire le gaspillage alimentaire, et plus largement s’inscrivant dans l’économie circulaire.

La DRAAF a donc logiquement souhaité s’inscrire dans cette continuité d’actions en s’associant, via le PRA, à un nouvel appel projet lancé par la Région Occitanie :

 « Appel à projets participatif pour développer l’économie circulaire et la lutte contre le gaspillage alimentaire ».

Par cet appel à projets participatif - qui constitue une première expérimentation en matière de participation citoyenne à l’échelle de la Région Occitanie – les citoyen·ne·s sélectionneront des projets qui pourront être soutenus par la DRAAF et la Région Occitanie, tout en veillant à une répartition territoriale et thématique équilibrée des projets.


Qui peut participer ?

Cet appel à projets s’adresse en priorité aux acteurs qui sont étrangers au champ de l’économie[1] circulaire, pour les amener à conduire une réflexion et à proposer des actions innovantes répondant à cet enjeu. L’aide régionale peut aller de 1 500 € à  40 000 €, pour financer des projets qui seront mis en œuvre en 2020.


Comment faire ?

Pour proposer votre projet, vous devez remplir le formulaire de dépôt sur la Région citoyenne, jusqu’au 7 juillet.


Que se passe-t-il à cette étape ?

Le comité d’instruction vérifie que le projet répond aux critères d’éligibilité définis par le règlement de l’appel à projets, qui est disponible en pièce jointeCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">. Si tel est le cas il pourra passer à l’étape de sélection citoyenne.

 

Rendez-vous jusqu’au 5 juillet pour déposer vos projets et du 11 septembre  au 9 octobre pour la sélection citoyenne !

 

PARTICIPEZ !