Occitanie

Hommage à Frédéric Jacques Temple et Joan-Maria Petit -

Carole Delga : « l'Occitanie perd deux grands hommes, la littérature française deux grands poètes »

 

 

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, salue la mémoire de Frédéric Jacques Temple et Joan-Maria Petit.

 

« Si l'un s'exprimait en français et l'autre en occitan, Frédéric Jacques Temple et Joan-Maria Petit vouaient une passion commune pour l'Occitanie, sa culture, sa langue. Leur immense talent et leurs messages universels auront permis à leurs œuvres de rayonner bien au-delà de nos frontières régionales. L'Occitanie a perdu deux grands hommes, la littérature française deux grands poètes.
 
Je m'engage en leur mémoire à poursuivre notre mobilisation pour la culture occitane, comme catalane, au travers notamment de la promotion et de la valorisation de nos langues régionales, piliers de notre patrimoine commun.
 
J'adresse à leur famille et à leurs proches, au nom de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, mes très sincères condoléances » a notamment déclaré Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

 

 

Alimentation durable : la Région fait appel aux citoyens

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée vient d'engager l'acte 1 du Green New Deal régional, autour de l'enjeu de l'alimentation durable. Il s'agit notamment de renforcer la souveraineté alimentaire régionale, par un modèle agricole vertueux qui soutient les agriculteurs via une juste rémunération, fait évoluer les pratiques agroalimentaires, soutient l'emploi local et rend accessible à tous une alimentation de qualité. Elle souhaite ainsi encourager l'émergence d'une citoyenneté alimentaire et permettre à chaque citoyen d'être acteur de son alimentation.

C'est dans cette optique qu'elle lance un nouveau budget participatif, « Vos solutions pour une alimentation durable », invitant chacun à proposer des projets innovants et durables. Dans un second temps, les projets plébiscités par les citoyens bénéficieront d'un soutien financier de la Région pouvant atteindre 15 000 €.

 

Cette initiative de démocratie participative permet aux citoyens de faire part de leurs idées et de proposer leurs projets afin d'accompagner le territoire régional dans une dynamique vertueuse. Les projets devront avoir vocation à diffuser les savoir-faire d'Occitanie, favoriser l'accès pour tous aux produits locaux et de qualité, éduquer à une agriculture et une alimentation durable ou encore à reconnecter le monde agricole et les consommateurs.
 
Pour cela chaque personne souhaitant apporter sa contribution est invitée à déposer sa proposition avant le 14 septembre 2020. Celles-ci seront ensuite soumises au vote des citoyens entre le 18 décembre et le 18 janvier 2021. Pour soutenir les projets plébiscités par les habitants, la Région a d'ores et déjà acté une enveloppe totale de 360 000 €.

 

« Avec le Green New Deal pour l'Occitanie, nous engageons un nouveau modèle de société. Son premier acte porte notamment sur l'enjeu de l'alimentation durable, avec des actions concrètes pour renforcer la souveraineté alimentaire régionale.

Pour cela, il me paraît indispensable d'associer les citoyens, les acteurs associatifs, les collectivités locales. Ce budget participatif contribuera à la construction de ce nouveau modèle. J'en suis convaincue, les bonnes idées viennent du terrain. J'invite donc nos concitoyens à faire remonter leurs projets pour une alimentation durable et un modèle agricole plus juste. La Région répondra présent pour faire aboutir les projets plébiscités !» a déclaré Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

 

Les porteurs de projets doivent habiter en Occitanie ou avoir une attache avec le territoire, être âgés de plus 15 ans et avoir ouvert un compte sur le site de la Région citoyenne (ci-dessous) attestant de leur engagement à respecter la Charte Régionale de Citoyenneté Active. Ils doivent être en lien avec une structure capable de réaliser le projet et de recevoir l'aide régionale (association, entreprise, etc.)

 

 

Comment proposer un projet ?

 

Rendez-vous sur le site participatif : https://jeparticipe.laregioncitoyenne.fr/project/budget-participatif-alimentation-2020-occitanie/presentation/la-demarche

 

L'Alimentation : Acte 1 du Green New Deal pour l'Occitanie


Avec le lancement du premier acte du Green New Deal le 16 juillet dernier, la Région souhaite proposer des actions concrètes pour renforcer la souveraineté alimentaire régionale. Elle se bâtira sur un modèle agricole vertueux soutenant les agriculteurs via une juste rémunération, aura pour objectif de faire évoluer les pratiques agroalimentaires et de soutenir l'emploi local tout en rendant accessible à tous une alimentation de qualité. Le budget global de ce plan est estimé à 24 M sur la période 2020-2021 avec un effet levier de 75 M .

+ d'infos : https://www.laregion.fr/L-alimentation-Acte-I-du-Green-New-Deal

Biodiversité : la 14e Réserve naturelle régionale est un massif forestier des Hautes-Pyrénées

Engagée dans le « Plan Arbre » et sa Stratégie régionale de la Biodiversité, la Région a classé mi-juillet le Massif du Montious comme la 14e Réserve naturelle régionale d’Occitanie. Riche d’une vieille forêt de sapins, ce grand réservoir de biodiversité sera inauguré - par une randonnée - mardi 4 août.

La préservation des forêts est au coeur de la Stratégie régionale pour la biodiversité
 
La 14e Réserve Naturelle Régionale d’Occitanie se situe au Massif du Montious, dans les Hautes-Pyrénées
Crédits : Sébastien Lapeyrere

Une randonnée matinale précédera l’inauguration officielle le 4 août de la 14e Réserve Naturelle Régionale d’Occitanie, dans les Hautes-Pyrénées. Le classement mi-juillet par la Région du Massif du Montious, sur la commune de Bordères-Louron-Ilhan, permettra d’agir collectivement pour la préservation et la promotion d’un patrimoine naturel exceptionnel. Situé entre 1 590 et 2 171 mètres d’altitude, ce massif abrite une vieille forêt, une sapinière considérée comme un site majeur de la trame forestière pyrénéenne, dont les vieilles forêts ne représentent que 2%. Le Massif du Montious est un vrai réservoir de biodiversité pour l’Occitanie, avec sa diversité d’habitats naturels (tourbières, falaises froides, landes d’altitude), sa faune (grand tétras, chouette de Tengmalm, desman des Pyrénées, murin d’Alcathe…) et sa flore (potamot à feuilles de graminées, listère cordée, ramondie des Pyrénées…) remarquables.

Dans notre région et particulièrement dans les Pyrénées, les forêts sont un atout formidable pour atteindre la neutralité carbone, une solution pour lutter contre le réchauffement climatique, affirme Carole Delga. L’urgence climatique se manifeste déjà à bien des niveaux. En Occitanie, le Green New Deal régional que nous venons d’engager va renforcer la résilience et l’adaptation des territoires.

 

Dans la droite ligne de l’ambition de la Région à énergie positive, la Stratégie régionale pour la Biodiversité adoptée en mars 2020 replace le vivant au cœur du modèle de développement de l’Occitanie. L’un de ses piliers, le Plan « Arbre et carbone vivant », vise notamment la préservation des forêts naturelles patrimoniales - puits de carbone et laboratoires de résistance au changement climatique - et la restauration de la trame arborée hors forêt. Son ambition est de multiplier les actions locales et de faire des habitants des acteurs de la biodiversité.

En savoir plus

Un nouveau souffle pour le nautisme et la plaisance

Importante en Occitanie, « l’économie bleue » souffre elle aussi de l’impact du coronavirus. Pour redonner du dynamisme à ses 1 400 entreprises et préserver les emplois, la Région a adopté un Plan de relance de la filière du nautisme et de la plaisance en Occitanie.

Le Plan régional pour le nautisme et la plaisance a été élaboré en concertation avec les professionnels du secteur

Avec 220 kilomètres de côtes méditerranéennes, 250 kilomètres de canaux et des dizaines de ports maritimes et fluviaux, l’Occitanie a l’environnement idéal en matière de nautisme et de plaisance. Mais le confinement, l’interdiction de naviguer et l’annulation des salons nautiques de printemps ont mis à sec la filière. Très rapidement, la Région a échangé avec les professionnels pour trouver des réponses d’urgence, mais aussi de relance pour redonner des perspectives. Des discussions sur un contrat de filière avaient débuté́ en 2020 avec la Fédération des Industries Nautiques (FIN) et l’Union des Villes Portuaires d’Occitanie (UVPO), membres du bureau du Parlement de la Mer, en s’appuyant sur l’agence Ad’Occ et le Pôle Mer Méditerranée.

Abordé avec les professionnels, ce Plan régional pour le nautisme et la plaisance durable interviendra en plus des financements du Plan Littoral 21, qui seront réorientés sur ce plan de relance, souligne Carole Delga.

Approuvé en assemblée plénière le 16 juillet, le plan régional sectoriel, chiffré à 0,5 M€ sur 2020, s’articule en 10 priorités déclinées en 15 actions : l’accompagnement des entreprises sur de grands salons nautiques, la promotion de leurs savoir-faire, la mise en avant des métiers auprès des jeunes, l’innovation « écologique », ainsi que l’accompagnement des ports d’Occitanie vers la transition écologique et énergétique, le numérique (avec la mise en œuvre de la fibre et du wifi dans les ports), la valorisation des escales, la formation des employés…

L’économie bleue en Occitanie

Port Camargue est le premier port de plaisance d'Europe
Port Camargue est le premier port de plaisance d’Europe

En région, l’industrie nautique rassemble 1 330 entreprises pour 600 M€ de chiffre d’affaires. Des fabricants de voiliers aux équipementiers, elle regroupe des entreprises comme Catana, Grand Large Yachting, Construction Navale Martinez, Windelo, Zodiac Nautic… De son côté, l’écosystème portuaire de la plaisance fait travailler 750 personnes pour 119 M€ de chiffre d’affaires. Les ports d’Occitanie offrent près de 30 000 anneaux pour recevoir les plaisanciers, en escale ou à l’année. Le saviez-vous ? Port Camargue (Le Grau-du-Roi dans le Gard) est le premier port de plaisance d’Europe.

En savoir plus

La Stratégie régionale pour les espèces exotiques envahissantes

Le bassin méditerranéen est un territoire riche d’une faune et d’une flore remarquable, reconnu comme un hot-spot de biodiversité à l’échelle mondiale. Les espèces et habitats particuliers de la région Languedoc-Roussillon, sont soumis, entre autres menaces, à l’invasion de certaines espèces exotiques, devenues envahissantes. Celles-ci peuvent être impactantes pour les espèces et milieux autochtones et contribuer à leur régression.

Trachemys scripta elegans

Face à cette menace et à la difficulté de lutter contre ces impacts, la DREAL LR et la Région Languedoc-Roussillon, ont établi une stratégie régionale sur ces espèces, pour la préservation de la biodiversité.
Les résultats de ces travaux sont présentés par la Direction Régionale de l'Environnementi, avec de nombreux liens vers les sites des organismes en charge de ces questions au niveau régional.

Contexte et objet de la stratégie

La stratégie à vocation à constituer un cadre de référence pour la DREAL et la Région LR, dans les actions qu’elles conduisent directement, ou par l’intermédiaire des gestionnaires d’espaces naturels protégés.
Certaines de ces espèces exotiques envahissantes (et d’autres non mentionnées ici) sont susceptibles également d’impacter la santé humaine ou les productions agricoles et l’élevage. Ces questions étant traitées par ailleurs (notamment pas les organismes agricoles, la FREDON, etc…), elles ne font pas l’objet de la présente stratégie.
De plus, si les espèces autochtones sont également susceptibles, dans certains cas de déséquilibres avec les milieux, de causer des impacts à la biodiversité, il a été choisi de ne pas les intégrer dans la stratégie, par souci de lisibilité.
Les documents cités en référence comprennent des définitions des termes utilisés dans l’article et les liens.

Les documents concernant la flore ont été élaborés par le Conservatoire Botanique Méditerranéen de Porquerolles (CBN Med). Ceux concernant la faune l’ont été par le Conservatoire d’Espaces Naturels de Languedoc-Roussillon (CEN LR).

Stratégie régionale espèces exotiques envahissantes - le cadre commun

Synthèse de la stratégie régionale espèces exotique envahissantes de faune et de flore en Languedoc-Roussillon (format pdf - 68.6 ko - 12/05/2014)
Tout comme la stratégie européenne, la stratégie régionale vise quatre objectifs qui constituent le fondement même de la gestion des espèces exotiques envahissantes :

  • Prévenir les introductions nuisibles, intentionnelles ou non ;
  • Détecter et identifier les nouvelles espèces envahissantes quand elles commencent à s’installer sans causer encore de dommages et Intervenir rapidement (éradication) ;
  • Lutter contre les espèces exotiques qui sont établies ou se répandent (confinement et contrôle) ;
  • Restaurer les habitats remarquables.

Pour chacun de ces objectifs, la stratégie envisage des « phases » ou étapes dans la démarche :

  • Evaluer les menaces / diagnostiquer  ;
  • Identifier et gérer les espèces, les habitats et les paysages ;
  • Echanger sur le problème / communiquer / coordonner.

Stratégie régionale espèces exotiques envahissantes de faune

 

La stratégie se compose de deux documents :

  • l’état des lieux (format pdf - 936.4 ko - 12/05/2014) relatif aux phénomènes d’invasion biologiques au niveau international ; la situation en région LR ;
  • le plan d’actions (format pdf - 704.5 ko - 12/05/2014) sur les espèces exotiques de faune envahissante en LR.
    Elle est complétée par des fiches descriptives des principales espèces (format zip - 4.2 Mo - 12/05/2014) identifiées dans la stratégie.
    Cette liste d’espèces n’est pas exhaustive et sera susceptible d’être mise à jour à l’avenir, suivant l’évolution des connaissances.

La majorité des enjeux pour la faune exotique envahissante concerne les milieux aquatiques, les cours d’eaux, les mares, les lagunes et les zones humides.

Avancement de la mise en oeuvre

Une large part des actions décrites dans le document a été mise en oeuvre ou est en cours (Tortues de Floride, Vison, Grenouilles vertes, etc…).

Pour ce qui concerne la collection des observations de ces espèces sous forme de base de données, il a été choisi par l’ensemble des acteurs concernés, de les intégrer dans les bases de données du Système d’Information sur la Nature et les Paysages, gérées pour chaque groupe taxonomique par différents réseaux. Pour en savoir plus, consulter la rubrique SINP.

Le réseau des gestionnaires d’espaces naturels protégés de Languedoc-Roussillon anime les échanges entre gestionnaires sur la mise en oeuvre d’actions de lutte, recueille les retours d’expérience, et élabore des outils de communication sur cette thématique, aussi bien pour les actions relatives à la faune que celles relatives à la flore invasives.

Stratégie régionale espèces exotiques envahissantes de flore

mimosa

La stratégie régionale de lutte contre les espèces exotiques envahissantes de flore (format pdf - 2.1 Mo - 12/05/2014 mise à jour en 218) fait l’objet d’un document qui synthétise les principales ressources bibliographiques sur ce sujet, et établit le principe de listes d’espèces, faisant l’objet de plusieurs niveaux d’alerte.
Ce document est repris, de façon pédagogique et illustrée, sur le site internet dédié, établi et maintenu par le CBN Méditerranéen de Porquerolles : INVMED.

Evaluer, prévenir et faire connaitre le risque d’envahissement : les listes d’évaluation

Le site INVMED présente la méthode d’évaluation du risque posé par les espèces exotiques de flore, et les résultats concernant les espèces évaluées, sous forme de listes :

  • Les espèces de la liste blanche sont celles dont la présence constitue un risque faible pour l’environnement.
  • Les espèces de la liste d’observation sont les espèces qui, à l’issue de l’analyse de risques, sont déclarées présenter un risque moyen (ou intermédiaire) pour l’environnement.
  • La liste noire identifie les espèces pouvant présenter des effets sur la santé animale, végétale ou celle de l’environnement.
  • Enfin, les espèces de la liste grise sont celles dont le risque ne peut pas être déterminé de façon définitive par manque de données, mais qui ont été identifiées comme à risque élevé dans d’autres régions ou pays.

Favoriser la substitution des espèces exotiques envahissantes par des espèces autochtones adaptées

En raison de leur intérêt pratique ou esthétique, certaines des espèces à risque font l’objet d’une valorisation horticole et sont en vente libre dans le commerce (seules les jussies sont interdites en France).
Dans le cadre de la stratégie régionale, le CBN Med travaille donc pour l’établissement d’une liste verte d’espèces de substitution. Cette liste verte regroupe des espèces autochtones commercialisées, qui présentent des qualités proches des espèces exotiques habituellement utilisées. Cette liste et les usages possibles de ces espèces de substitution sont disponibles sur le site INVMED.

En privilégiant l’usage de ces espèces dans son jardin, ses espaces verts, chacun, en tant que particulier, élu, responsable de collectivité ou aménageur, peut agir pour limiter la diffusion d’espèces exotiques envahissantes, et ainsi, préserver la biodiversité régionale.

Il est rappelé que ces listes ne sont pas exhaustives, et susceptibles d’évoluer en fonction des connaissances et des évolutions naturelles.

En savoir plus, les stratégies nationales et internationales

Consulter :

Moteur, ça tourne en Occitanie !

Les tournages de deux téléfilms viennent d’être lancés fin juillet à Toulouse. Vrai décor de cinéma et de séries, l’Occitanie est devenue la 3e région de France en jours de tournage. Cet engouement, appuyé par l’aide régionale à la création audiovisuelle, profite à la notoriété du territoire et à l’emploi de centaines d’artistes et techniciens.

Le tournage du téléfilm "Meurtres à Toulouse" mobilise plus de 100 techniciens et 15 comédiens régionaux.
Le tournage du téléfilm "Meurtres à Toulouse" mobilise plus de 100 techniciens et 15 comédiens régionaux.
Crédits : Région Occitanie

L’Occitanie fait son cinéma : depuis fin juillet, les tournages de « Meurtres à Toulouse » et « Mention particulière 2 » ont démarré dans la Ville rose et ses environs. Ces deux téléfilms, qui seront diffusés respectivement sur France 3 et TF1, vont représenter au total 46 jours de tournage et le recrutement local de plus de 140 techniciens, 25 comédiens et 140 figurants ou silhouettes.

La série quotidienne de TFI "Demain nous appartient" est à nouveau en tournage à Sète depuis le 18 mai.
La série quotidienne de TFI "Demain nous appartient" est à nouveau en tournage à Sète depuis le 18 mai.

Mobilisée pour aider la création audiovisuelle en Occitanie, la Région soumettra aux élus à l’automne une aide globale de 147 000 € à ces deux téléfilms. Dans le Gard, Saint-Laurent d’Aigouze sert de décor depuis le 24 juillet à « Ici tout commence », nouvelle série quotidienne de TF1. Cette histoire d’une dynastie de grands chefs, qui arrivera à l’automne sur le petit écran, a reçu le soutien logistique de la Commission du film Occitanie. Enfin, après le coup d’arrêt dû au confinement, les équipes des feuilletons quotidiens « Demain nous appartient » de TF1 et «  Un si grand soleil » de France 2 sont de nouveau à pied d’œuvre à Sète et à Montpellier.

La Région et son agence Occitanie Films engrangent de très bons résultats sur l’accueil des tournages, se réjouit Carole Delga. Chaque année, nous mobilisons plus de 4 M€ afin d’accompagner la création dans notre région. Après cette période exceptionnelle de confinement, il fallait réagir vite et collectivement pour permettre au territoire d’accueillir de nouveaux tournages.

 

La Région Occitanie, avec le Centre National du Cinéma et de l’image animée, a engagé 4,2 M€ en 2019 pour accompagner la création audiovisuelle et 4,7 M€ sont prévus en 2020. L’attrait de l’Occitanie auprès des réalisateurs a bondi : les jours de tournage sont passés à 2 227 en 2019 alors qu’ils n’étaient que de 465 en 2015. Un tel dynamisme permet à l’Occitanie de se placer en 3° position des régions (11,8 % de part de marché) après l’Île-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur. 2020 ne devrait pas déroger à cet engouement. Côté films, le réalisateur Bernard Campan vient de terminer le tournage de « Presque » dans le Gard et l’Hérault, et Frédéric Videau a bouclé « Selon la police » à Toulouse, dans l’Aude et l’Hérault. En août, Yohan Manca vient tourner à Sète son long métrage « Mes frères et moi » et les frères Larrieu seront en septembre à Lourdes pour leur nouveau film « Tralala ».
Pour 1 € investi dans la création audiovisuelle, les études montrent des retombées économiques pour les professionnels du territoire de 7 à 8 € en moyenne. Ces aides dynamisent l’attractivité de l’Occitanie et la filière régionale de la production audiovisuelle, qui représente 3 600 emplois. 2 000 comédiens et techniciens sont inscrits dans la base d’Occitanie films, un chiffre en progression de 64 % en 10 ans (+ 27 % en France).

En savoir plus

EtéSansSouci en Occitanie: la tournée du littoral

Washing Hands, Wash Your Hands, Hygiene

la tournée du littoral

Hérault 11 août 2020 :

LA GRANDE MOTTE, placeRose des sables au couchant

12 août 2020 :

AGDE, parking Richelieu

13 août 2020 : VALRAS, Poste de secours central BoulevardJeanMoulin

21 août 2020 : SERIGNAN, parking plage La Grande Maïre

17 août2020 : AGDE, parking Richelieu

18 août 2020 : VALRAS, Poste de secours central Boulevard Jean Moulin

26 août 2020 : SERIGNAN, parking plage La Grande Maïre

25 août 2020 : LA GRANDE MOTTE, placeRose des sables au couchant

 

Des animateurs proposeront un espace spécial Covid-19 avec 4 ateliers rappelant les risques de transmission du virus ainsi que l'importance des gestes barrières :

-Atelier 1: Importance du masque et rappel de son bon usage

-Atelier 2: Transmission croisée

-Atelier 3 : Désinfection des surfaces (avec un focus sur les risques chimiques)

-Atelier 4: Lavage des mainsCes ateliers pratiques seront animés par deux conseillers de façon concrète.

Embarquement à bord du Train Jaune des Pyrénées catalanes

En service depuis plus d'un siècle, le Train Jaune sillonne les Pyrénées Catalanes
En service depuis plus d’un siècle, le Train Jaune sillonne les Pyrénées Catalanes

Il parcourt à une moyenne de 30 km par heure les plus beaux paysages des Pyrénées catalanes, de la cité fortifiée par Vauban de Villefranche-de-Conflent (classée par l’Unesco) à la gare internationale de Latour-de-Carol, son terminus. 200 000 visiteurs voyagent chaque année dans le mythique Train Jaune, qui remonte la vallée du Têt jusqu’à la plaine de Cerdagne. Depuis plus d’un siècle, ce « Canari » aux couleurs catalanes sang et or sillonne les hauteurs des Pyrénées à travers le Conflent et le Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes.
La balade panoramique de 63 km se déroule dans des voitures - certaines découvertes - d’un train fonctionnant à l’énergie verte, produite par le barrage des Bouillouses. La ligne culmine à Bolquère à 1592 mètres d’altitude, la plus haute gare de France. Jalonnée de 650 ouvrages d’art dont 19 tunnels, le viaduc Séjourné et le pont Gisclard (dernier pont suspendu ferroviaire de France) pour relier une vingtaine de gares, la ligne est une vraie prouesse technique.

Nous faisons tout pour pérenniser ce train emblématique du Pays catalan : 40 M€ ont été engagés par la Région pour les infrastructures ferroviaires et le matériel roulant historique, souligne Carole Delga.

La Région assure la maintenance des rames du Train Jaune
La Région assure la maintenance des rames du Train Jaune

Pour pérenniser ce patrimoine des Pyrénées-Orientales et de l’Occitanie, et garantir la qualité et sécurité du service par un soutien régulier, la Région finance ainsi les travaux de maintenance des rames, dont certains éléments sont classés à l’inventaire des Monuments historiques. En avril dernier, la Région a voté une subvention globale de 8 M€ à la Sncf pour réaliser des études et des travaux destinés à prolonger l’exploitation du Train Jaune - au fort potentiel touristique - après 2020 et assurer sa route au moins jusqu’en 2030.

Tout l’été, un tarif unique de 5 €

Jusqu’au 30 août, le Train Jaune propose aux adultes et enfants de plus de 4 ans un voyage à 5 € (quelles que soient les gares de départ et d’arrivée) dans ses voitures couvertes. Un tarif vendu exclusivement sur Internet. Le port du masque est obligatoire.

En savoir plus

Le Journal de ma Région n°24 - Juillet 2020 - Éditions départementalisées

Cet été, je choisis l’Occitanie !

PNG - 403.3 koEnvie de changer de décor, d’en prendre plein la vue ou de vivre des expériences insolites ? Alors on vous emmène ! Ce nouveau numéro du Journal de ma Région propose une quarantaine d’idées de sorties et d’activités plus ou moins près de chez vous, mais à coup sûr en Occitanie.

Pour profiter de tout ce que les professionnels du tourisme vous réservent cet été, la Région a lancé la Carte Occ’ygène, qui facilite l’accès aux vacances, notamment pour les familles les plus modestes avec jusqu’à 300 euros offerts ainsi que des réductions chez des centaines de prestataires. Rendez-vous en pages 10 et 11 pour ne pas passer à côté !

 

D’autant que la Région a mis le paquet sur les transports, avec 1 million de billets de train à 1 € et des trajets en car à 2 €.

Une fois détendus, à tête reposée après avoir bouclé les mots croisés que nous vous avons concoctés en occitan et catalan, nous vous invitons à découvrir dans ces pages comment la Région place les citoyens encore et toujours au cœur de son action, avec la mise en place d’une convention citoyenne unique à l’échelle régionale, avec le développement de la plateforme « tousoccitariens.fr » aussi ou encore avec des projets que vous portez et que nous soutenons car nous avons espoir que ces bonnes idées fassent des petits sur l’ensemble du territoire. Enfin, avant de préparer la rentrée, jetez un coup d’œil à la dernière page de ce numéro d’été pour en apprendre plus sur l’édition 2020 du Tour de France.

Bonne lecture à tous et surtout, profitez bien de vos vacances… en Occitanie bien sûr !

 

Pour télécharger l’édition départementalisée du Journal de la Région : 

Carole Delga : hommage à Gisèle Halimi

Carole Delga : « ne jamais baisser la garde et poursuivre son combat »

 Apprenant le décès de Gisèle Halimi ce mardi 28 juillet, la présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, Carole Delga, a tenu à saluer « la mémoire et l'engagement de cette femme de gauche, militante, humaniste, qui aura consacré sa vie à la lutte pour les droits et l'émancipation des femmes ».

 « Nous perdons aujourd'hui l'une des plus grandes voix de la cause des femmes. Je tiens à saluer la mémoire et l'engagement de cette femme de gauche, militante, humaniste, qui aura consacré sa vie à la lutte pour les droits et l'émancipation des femmes. Droit à disposer de leur corps, à décider de leur destin, à agir contre les violences... elle a été de tous les combats. Et s'il reste des batailles à mener, les femmes d'aujourd'hui lui doivent beaucoup.

 Je sais qu'elle avait souhaité garder ouvertes les portes de son cabinet afin de « faire pousser des idées ». L'image me parle, car il s'agit plus que jamais de poursuivre son combat, sans jamais baisser la garde, toujours collectivement, pour une égalité réelle, notamment salariale, entre les femmes et les hommes. C'est ce qui guide au quotidien mon engagement politique, notamment auprès de notre jeunesse » a notamment souligné Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.