Occitanie

La Région mène la bataille de l’emploi avec les entreprises d’Occitanie

Mobilisée pour l'emploi, la Région a déjà soutenu les projets de 8 200 entreprises d'Occitanie
Mobilisée pour l’emploi, la Région a déjà soutenu les projets de 8 200 entreprises d’Occitanie

Les enjeux de l’emploi et du développement économique ont marqué le déplacement, ce mardi 21 janvier, de la présidente de la Région en Aveyron et Lozère. À la Maison de la Région de Rodez, elle a rencontré les délégués du personnel de l’entreprise en difficulté SAM (basée à Viviez) pour réaffirmer son souhait d’ « un repreneur solide et porteur d’un projet d’avenir ». À la menuiserie Combes à Millau, elle a dialogué avec les sociétés dynamiques et innovantes membres du réseau Leader Aveyron.

Enfin à Mende, elle a rencontré la direction du groupe de transformation du bois Neofor (230 salariés), basé à Labruguière dans le Tarn. Ce dernier veut implanter d’ici à 2022 une usine de production de bois massif sur la zone d’activités OZE Jean-Antoine Chaptal à Badaroux. Appuyé par la Région, les agences Ad’Occ et Arac Occitanie, ce projet de 60 M€ créerait une cinquantaine d’emplois.

Ma première priorité, c’est l’emploi, souligne Carole Delga. Pour que le parcours des entreprises ne soit plus un parcours du combattant, la Région soutient les acteurs et leurs projets, notamment ceux des montagnes d’Occitanie, avec l’appui de l’agence Ad’Occ.
Le Pass Occitanie et le Contrat Occitanie : des outils sur-mesure pour accompagner les entreprises
Le Pass Occitanie et le Contrat Occitanie : des outils sur-mesure pour accompagner les entreprises

Chef de file du développement économique, la Région a déployé un large éventail d’aides aux entreprises. Entre 2016 et 2019, elle a investi 464 M€ pour contribuer aux projets des territoires et de 8 200 entreprises d’Occitanie. Deux outils majeurs assurent un accompagnement sur-mesure : le Pass Occitanie et le Contrat Occitanie. Le « Pass » vise les PME de moins de 50 salariés ayant des projets inférieurs à 40 000 €, tandis que le « Contrat » est un appui global qui se décline en Contrat Croissance, Innovation, Export… Près de 540 projets aveyronnais et plus de 230 lozériens ont bénéficié des aides Pass et Contrats, tels ceux des Lozériennes Elam de Peyre en Aubrac et Medical Innovation de Chanac, et des Aveyronnaises Alfab-B de Luc-la-Primaube et Les Illuminés de Calmont.

En savoir plus

Les associations et la Région Occitanie construisent les territoires de demain

En partenariat avec Le Mouvement Associatif Occitanie, la présidente de Région Carole Delga, aux côtés de Florence Brutus, vice-présidente en charge de l'aménagement du territoire, des TIC et des politiques contractuelles et de Marie Piqué, vice-présidente en charge des Solidarités, des services publics, de la vie associative et du logement,  rencontrera les associations intervenant, en partenariat avec la Région, dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) du département de l'Hérault. Plus d'une centaine de structures sont ainsi invitées à venir échanger et partager leurs points de vue sur les aides régionales, les problématiques rencontrées et les solutions les mieux adaptées.

 

Mobilisée pour maintenir et développer un maillage équilibré du tissu associatif sur l'ensemble de son territoire et notamment au sein des QPV, la Région Occitanie accompagne les acteurs associatifs au quotidien afin de faire émerger des projets contribuant au dynamisme de la vie et de l'emploi local.

 

En 2020, 120 M sont mobilisés par la Région pour soutenir 6000 associations partout sur le territoire, dont 2.7 M uniquement destinés aux associations des 105 QPV présents en Occitanie.

 

« Cette rencontre que nous avons souhaité organiser avec mes deux vices présidentes est un moment important qui doit guider notre action en matière de solidarité et de justice sociale. Car la proximité est la clef pour faire du sur-mesure et agir au plus près des besoins de ces acteurs et des populations avec qui elles travaillent chaque jour. Il s'agit d'un enjeu majeur pour révéler les potentiels, protéger les plus vulnérables et réduire les fractures sociales et territoriales », a déclaré Carole Delga à la veille de la rencontre.

 

 

 

Un nouveau lycée au sud de Toulouse

Le nouveau lycée d'Auterive pourra accueillir 1 000 élèves
Le nouveau lycée d’Auterive pourra accueillir 1 000 élèves

C’est en mairie d’Auterive, en Haute-Garonne, que la Région a annoncé ce vendredi 17 janvier la construction d’un nouveau lycée en Occitanie. Son ouverture est programmée à l’horizon 2024 ou 2025 pour anticiper la forte croissance de la population dans la zone du Sud toulousain et de la Vallée de l’Ariège, boostée par le dynamisme de l’aire toulousaine.

La présidente de Région a annoncé ce vendredi 17 janvier la construction d'un nouveau lycée en Occitanie
La présidente de Région a annoncé ce vendredi 17 janvier la construction d’un nouveau lycée en Occitanie

Les études menées par la Région et le Rectorat y prévoient plus de 1000 lycéens supplémentaires d’ici à 2030. Le choix d’Auterive (situé dans un bassin de vie de 21 000 habitants) se justifie par son riche tissu associatif, sportif et culturel, et la présence d’équipements qui profiteront aux lycéens : gymnase, piscine d’été, médiathèque, cinéma…
 
 
   Plus de 43 000 habitants rejoignent chaque année l’Occitanie, souligne Carole Delga. C’est une chance, mais aussi un défi à relever pour accueillir et garantir la qualité de vie des nombreuses familles qui s’installent. La Région investit pour offrir aux jeunes les mêmes chances de réussite et des conditions d’études optimales, partout en Occitanie.En accord avec le Rectorat, le futur établissement scolaire d’Auterive sera un lycée polyvalent (enseignements général, technologique et professionnel) prévu pour 1000 élèves, avec internat. Comme tous les nouveaux lycées construits par la Région, il sera à énergie positive. Sans compter ce nouveau projet, la Région aura ouvert 10 nouveaux lycées entre 2016 et 2022, dont quatre pour former les jeunes de Haute-Garonne. Après des lycées à Villefranche-de-Lauragais en 2016 et Pibrac en 2017, le lycée Martin Malvy ouvrira à Cazères dans le Comminges à la rentrée 2020 et celui de Granague, au nord-est de Toulouse, à la rentrée 2021.

Depuis 2016, la Région a mis plus de 700 M€ pour construire, rénover et entretenir les lycées, dont près 173 M€ en Haute-Garonne. En 2020, 152 M€ du budget régional sont fléchés pour les chantiers de rénovations, 68 M€ pour le fonctionnement des 233 lycées publics, et 43 M€ pour poursuivre la construction des lycées de Granague, Sommières, Gignac et Cazères.
En savoir plus

Mobilités durables, ça bouge en Occitanie !

JPEG - 654.5 ko

Nos modes de vie nous conduisent à nous déplacer de plus en plus. Les conséquences sont lourdes puisqu’en Occitanie le secteur du transport est responsable de 40% des émissions globales de gaz à effet de serre [1].

Pour accompagner les habitants d’Occitanie vers une évolution de leurs modes de déplacements et devenir la première région à énergie positive, plusieurs actions ont ainsi été mises en place depuis 2018. L’éco-chèque mobilité en fait partie. Et c’est un succès, puisque cette aide a permis d’accompagner près de 300 bénéficiaires dans l’acquisition d’une voiture électrique ou hybride et plus de 1 600 pour un vélo à assistance électrique.

En 2020, l’éco-chèque mobilité est donc reconduit et même étendu aux collectivités qui souhaitent convertir leur parc de véhicules. Pour les encourager dans cette transition, elles pourront bénéficier d’une aide pouvant aller jusqu’à 20 000 € pour une collectivité et 40 000 € pour un Parc Naturel Régional.
   Sortir de la routine auto, boulot, dodo

Bon à savoir

1 voiture c’est 10 à 12% du budget des ménages mais 95% de son temps en stationnement.

75% des déplacements automobiles réalisés en semaine se font sans passager.

1 trajet sur 2 en voiture fait moins de 3 km. [2]

Nous passons beaucoup de temps dans les transports et 70% des trajets domicile-travail se font en voiture et seul [3]. Pour y remédier, quatre expérimentations de covoiturage vont être menées en 2020.

Et pour promouvoir les déplacements en vélo, un Bonus Forfait Mobilité Durable va être lancé [4]. De ce fait, les salariés d’Occitanie bénéficieront d’une aide allant jusqu’à 240 € pour l’achat d’un vélo et 400 € pour l’achat d’un vélo à assistance électrique. Cette aide peut s’ajouter aux 400 € remboursés par l’employeur prévus par la Loi d’Orientation des Mobilités. Ainsi, un vélo à assistance électrique de 1 000 € coûtera 200 € à un salarié non imposable ! Et pour simplifier l’utilisation du vélo avec des aménagements dédiés et de qualité, la Région met en place un Schéma régional d’infrastructures cyclables.

Cap sur les énergies alternatives

Limiter les émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement climatique. Voilà le bénéfice des énergies propres comme l’hydrogène et le bioGNV dont la Région soutient le développement. Avec le plan hydrogène vert, elle accompagne les collectivités et les entreprises dans l’acquisition de plus de 900 véhicules roulant à l’hydrogène.  Par ailleurs, la Région favorise la conversion au bio GNV dans les transports en commun. Ainsi, plusieurs lignes ont été ciblées dans l’Aveyron et sur l’axe Castres-Toulouse. Et plusieurs stations de distribution ouvriront prochainement, une à Millau en septembre 2020 et deux dans le Tarn en septembre 2021. Avec près de 700 autocars de lignes régulières, l’objectif est d’atteindre d’ici fin 2021 un taux de conversion aux énergies alternatives de 10%.

La Région soutient aussi vos idées !

JPEG - 1.3 MoAutoriser l’accès aux lignes de transport scolaire à d’autres usagers. C’est l’idée d’une citoyenne lozérienne, déposée sur laregioncitoyenne.fr, qui souhaite ainsi limiter le recours à la voiture et créer du lien intergénérationnel. À partir de février 2020, vous serez appelé à soutenir cette proposition. Si elle retient 10 000 soutiens, une votation d’initiative citoyenne sera organisée de mai à juillet 2020.
 

La fidélité des usagers du TER indemnisée !

En Occitanie, ce sont deux mois d’abonnement qui seront remboursés aux usagers fidèles du TER, déclare Carole Delga

Suite aux mouvements sociaux, la Région a obtenu de la SNCF le remboursement de tous les abonnements du mois de décembre. Et en Occitanie nous allons plus loin ! Cette année encore les pénalités prévues dans la convention liant la Région et la SNCF vont être reversées aux usagers fidèles.
 

En savoir plus sur les modalités de remboursement.

En savoir plus

Un nouveau bâtiment pour la médecine du futur à Toulouse

Pour donner de nouveaux moyens à la médecine « régénérative », la Région a fait construire l’Institut des cellules souches adultes et de la régénération (Incere) à Toulouse. Cette médecine innovante apporte beaucoup d’espoir pour soigner les maladies liées au vieillissement.

L'INCERE rassemble sur le site de l'Oncopole de Toulouse des chercheurs mobilisés sur la médecine régénérative
L’INCERE rassemble sur le site de l’Oncopole de Toulouse des chercheurs mobilisés sur la médecine régénérative
La Région a investi 12,5 M€ dans ce bâtiment
La Région a investi 12,5 M€ dans ce bâtiment

C’est sur le site de l’Oncopole de Toulouse que la Région a construit le bâtiment de l’Institut des cellules souches adultes et de la régénération, inauguré ce mercredi 15 janvier après un investissement de 12,5 M€. Géré par l’Etablissement français du sang Occitanie Pyrénées-Méditerranée, ce site dimensionné pour une centaine de personnes rassemble des chercheurs d’équipes publiques et privées, mobilisées sur les cellules souches et la médecine régénérative. [1]
Cette médecine innovante représente une source d’espoir pour soigner de nombreuses pathologies, dont celles liées au vieillissement.

En Occitanie, nous avons des organismes de recherche en pointe, dont le potentiel d’innovation nécessite d’être soutenu, affirme Carole Delga. En prenant en charge la construction du bâtiment de l’Institut des cellules souches adultes et de la régénération, la Région prouve sa volonté d’accompagner fortement la recherche en santé, au service des patients et de la qualité des soins.

Dans 3 000 m², l’Incere accueille le laboratoire STROMALab, formé d’équipes de l’Etablissement français du sang, de l’Université Paul Sabatier, de l’Ecole nationale vétérinaire de Toulouse, du Cnrs et de l’Inserm. Reconnues internationalement, les recherches décryptent les rôles et fonctions des cellules souches (notamment de la moelle osseuse et des tissus adipeux) et leurs utilisations en médecine régénératrice. STROMALab est aussi un pilier du projet « Inspire », voué aux applications thérapeutiques pour vieillir en bonne santé.
L’institut Incere va au-delà de la recherche : il a vocation à héberger des start-up travaillant dans le domaine des cellules souches, à l’image de Cell-Easy, installée depuis avril 2019. Enfin, il met à disposition des entreprises un équipement de production de très haut niveau.

La Région, qui a fait de la « médecine et santé du futur » l’un des 7 domaines de sa Stratégie de spécialisation intelligente, se mobilise pour faire avancer la médecine régénérative. Depuis 2016, elle a engagé 20,7 M€ (dont 12,7 M€ de fonds européens Feder) pour plusieurs projets de recherche. Elle participe aussi pour 1,5 M€ à deux projets de l’Etablissement Français de Sang de Toulouse.
En savoir plus

Covoiturage : la Région booste votre mobilité

Avec un territoire contrasté, le covoiturage est une solution d'avenir pour couvrir les besoins de mobilité de tous les habitants
Avec un territoire contrasté, le covoiturage est une solution d’avenir pour couvrir les besoins de mobilité de tous les habitants

L’Occitanie est une région très contrastée dans sa densité de population, ses besoins de mobilité et son équipement ferroviaire et de transports collectifs. Pour garantir la desserte de tous les territoires (ruraux, montagnes, urbaines) et compenser l’absence de transports jusqu’au dernier kilomètre, la Région expérimente dès mars 2020 des plateformes de covoiturage, de l’Ouest Toulousain au bassin alésien. Une mesure qui assure aux usagers un coût plus faible pour leurs déplacements, grâce à la faiblesse, voire l’absence de commission perçue par les opérateurs.

Le covoiturage répond pleinement aux aspirations collaboratives de notre société, tout en garantissant une plus grande souplesse de déplacements. Il est facteur de rencontres, de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de transports à faible coût et de ressource complémentaire pour le covoitureur. C’est une offre qui coche toutes les cases ! déclare Carole Delga.

Des expérimentations sur tout le territoire

Dans l’Hérault

La Région garantit la mobilité en territoires ruraux

Le transport à la demande (TAD) est un service financé par la Région (exceptés dans le Gard et les Pyrénées-Orientales où le délégataire liO et la régie des transports de la Région l’assurent). Ce mode de transport permet aux habitants de réserver leur trajet selon un parcours prédéfini, et se substitue aux lignes régulières lorsqu’elles sont insuffisantes dans les territoires de faible densité de population. Au total, 87 TAD sont disponibles dans tous les départements de l’Occitanie.

En savoir plus

Pour tester les métiers, direction les salons TAF

S’informer, découvrir les métiers et rencontrer les entreprises qui recrutent. Ce sont les objectifs des salons TAF (Travail - Avenir-Formation) qui sont déployés dès janvier sur l’ensemble de l’Occitanie. Organisés par la Région et ses partenaires, ces salons s’adressent aux demandeurs d’emploi, aux salariés et aux jeunes, pour booster l’accès à la formation et à l’emploi.

Les salons TAF sont aussi l'occasion de découvrir des métiers et de tester des gestes professionnels
Les salons TAF sont aussi l’occasion de découvrir des métiers et de tester des gestes professionnels

Depuis 2016, la Région organise les salons TAF pour permettre à tous (lycéens, apprentis, étudiants, demandeurs d’emploi et salariés) de s’informer sur les formations, les métiers, la création d’entreprise, et de rencontrer les entreprises locales qui recrutent. Ils rassemblent en un lieu unique les acteurs de l’emploi, de l’orientation, de la formation professionnelle, de l’apprentissage.
Cette année, la découverte des métiers est renforcée de manière ludique, par des démonstrations en live et des circuits de découverte fidèles à la réalité des métiers de différentes filières (aéronautique, agroalimentaire…).

Des salons au plus près des territoires

En 2019, 85% des offres d'emploi proposées aux TAF par des entreprises régionales ont été pourvues
En 2019, 85% des offres d’emploi proposées aux TAF par des entreprises régionales ont été pourvues

Pour sa treizième édition, les salons TAF continuent à être déployées au plus près des habitants. Trois nouveaux rendez-vous ont été proposés, portant à 16 le nombre de salons TAF organisés par la Région et ses partenaires (Pôle emploi, Missions locales). La vague des salons débutera le 16 janvier à Lourdes, et se poursuivra toute l’année 2020, et fera notamment étape à Perpignan et Cahors en février, Montpellier, Toulouse, Carcassonne, Auch, Mende et Nîmes en mars.
En 2019, ce sont plus de 80 000 visiteurs qui se sont déplacés sur les salons pour rencontrer les 1 230 organismes de formation ou pour postuler aux 21 000 offres d’emploi proposées par les 2 400 entreprises présentes.

Les salons TAF sont un rendez-vous incontournable pour l’emploi et la formation en Occitanie. Des liens directs s’y créent entre demandeurs d’emploi, jeunes et chefs d’entreprises, à l’image de notre application ANIE qui met en contact apprentis et entreprises. Des outils efficaces pour gagner la bataille de l’emploi ! a déclaré Carole Delga.

Des outils innovants pour faciliter l’accès à l’emploi

Lancée au salon TAF de Toulouse en 2018, l’application ANIE fait "matcher" les candidats à l’apprentissage et les entreprises recherchant des apprentis. Disponible en version mobile et en application web, ANIE propose un parcours complet, de la création du profil au test des attitudes, pour accompagner le recruteur et le candidat jusqu’à la conclusion du contrat.
Pour donner à tous les mêmes chances d’accéder à l’emploi, la Région renforce également ses actions en faveur de l’orientation. Elle a lancé le site web interactif MeFormerEnRégion, en complément des Maisons de l’Orientation situées à Toulouse et Montpellier, pour informer le public sur les métiers et la formation.

En savoir plus

La Région croit au train : 72 nouvelles liaisons par jour en Occitanie en 2020

Carole Delga : « La Région croit au train : 72 nouvelles liaisons par jour en Occitanie en 2020 »

Chaque année, le service de transport ferroviaire de la SNCF est actualisé le 15 décembre. Mesure pivot de la convention d'exploitation des trains régionaux signée par la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée en 2018, ce nouveau service 2020 se caractérise par 11% de trains supplémentaires »

 Train, Sncf, Track, Railway, Rails

« Investir dans le ferroviaire est notre priorité et devrait être celle de l'Etat, de façon à garantir un véritable maillage territorial et une meilleure qualité de service à des voyageurs toujours plus nombreux dans notre région. Le développement des transports collectifs, à des tarifs accessibles à tous, est l'un des axes importants et décisifs de la stratégie Région à Energie Positive. D'où ma forte exigence sur le service rendu par la SNCF », a déclaré la présidente de Région, Carole Delga.

 L'offre ferroviaire 2020 va s'étoffer de 72 trains supplémentaires par jour sur le territoire régional, soit 11% de plus qu'en 2019. L'augmentation de la fréquence des dessertes permettra non seulement une plus grande souplesse aux heures de pointe, mais facilitera également les déplacements aux heures creuses, pour favoriser la mobilité en transports collectifs pour tous. Le confort sera amélioré par l'acquisition de nouvelles rames : après les Regio2N désormais tous en service, la livraison d'une commande supplémentaire de 18 rames Regiolis débutera en mars prochain, permettant d'offrir 37 000 places supplémentaires par jour d'ici fin 2020.

 

Les nouveautés et infos clés des transports régionaux dans le département de l'Hérault

 

Nouveautés trains régionaux liO : les dessertes périurbaines autour de Montpellier sont renforcées, grâce à la libération de capacités sur la ligne historique et au basculement des TGV sur le contournement Nîmes-Montpellier :

-          1 train supplémentaire par heure de Lunel vers Montpellier entre 8h et 9h du matin, passant à 4 trains, 4 départs par heure de Montpellier vers Lunel entre 17h et 18h, et au total 11 trains supplémentaires par jour.

-          1 train supplémentaire par heure de Sète vers Montpellier entre 7h et 8h, passant à 4 trains, 4 départs par heure de Montpellier vers Sète entre 17h et 18h, et au total 14 trains supplémentaires par jour

-          et.

Ces dessertes supplémentaires profitent aux arrêts du parcours, en particulier

-          Baillargues : 21 arrêts supplémentaires en semaine soit 61 arrêts par jour.

-          Vic-Mireval, Villeneuve-lès-Maguelone : une offre multipliée par 2 avec 10 arrêts supplémentaires en semaine

-          Frontignan : 14 arrêts supplémentaires en semaine

-          Sète : 14 arrêts supplémentaires en semaine soit 68 arrêts par jour

 

Par ailleurs, la coordination de l'offre Intercités et liO avec les TER de la Région Sud PACA permet de mieux rythmer la desserte Montpellier - Nîmes - Marseille :

-          un train par heure (Intercités ou TER) de Montpellier et Nîmes vers Marseille le matin permettant des arrivées à Marseille toutes les heures de 7h à 11h et des retours de Marseille toutes les heures entre 15h à 21h

-          un train par heure (Intercités ou TER) de Marseille vers Montpellier et Nîmes le matin permettant des arrivées à Nîmes toutes les heures de 7h à 11h et des retours de Nîmes (ou Montpellier) toutes les heures entre 15h et 20h

-          un train toutes les 2 heures au minimum le reste de la journée et le week-end.IOLCapture

 

 

+ d'infos sur le site de la SNCF : https://www.ter.sncf.com/occitanie