Conchyliculture

Invitation Webinaire : Face à la crise sanitaire et au Brexit, qu els impacts et quelle stratégie pour le monde maritime ?

Le marin, Ouest-France, le Cluster Maritime Français et les Assises de l’économie de la mer, avec le soutien de la Métropole Nice Côte d’Azur et de Nice Matin vous convient à assister au webinaire :

FACE À LA CRISE SANITAIRE ET AU BREXIT, QUELS IMPACTS ET QUELLE STRATÉGIE POUR LE MONDE MARITIME ?

Retrouvez-nous le mardi 1er décembre de 10h à 11h30

Durant ce webinaire, nous vous proposons de relayer vos réactions et vos questions auprès des intervenants. Pour des raisons de modération, vos questions et commentaires doivent être posées avant le vendredi 27 novembre à 12h en cliquant sur le lien ci-dessous :

Ce webinaire est ouvert à tous !

Le lien de diffusion de la vidéo vous sera transmis par email le mardi 1er décembre

Le Maire de Bouzigues demande au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel le retrait d’une publicité de Bouygues Telecom dénigrant les huîtres

Par un courrier du 9 novembre 2020, le Maire de Bouzigues, berceau de l’élevage des huîtres en Méditerranée et haut lieu de production de coquillages, demande au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel le retrait d’un clip publicitaire de Bouygues Telecom qui, dans le seul but de s’attirer de nouveaux clients, a choisi de dénigrer la production de toute la profession conchylicole.

https://fb.watch/1Fb0WvWcEZ/

"Dans le cadre de sa campagne « Restons connectés grâce à Bouygues Telecom », cette entreprise a posté le 6 novembre à 18h30 sur sa page Facebook une vidéo de 1,30 minute dans laquelle les huîtres sont disqualifiées lourdement. Cette publicité a aussi été diffusée sur TF1 pas plus tard que le 8 novembre 2020, à 20h50.

Le clip montre une famille se rendant en voiture au réveillon de noël organisé par l’une de ses membres. A l’issue d’une télécommunication entre le véhicule et la maison où se trouve l’hôtesse, cette dernière oublie de raccrocher. Les passagers de la voiture entendent donc les commentaires légèrement critiques que la jeune femme fait sur sa famille. La critique la plus appuyée est celle concernant les huîtres qu’un cousin apporte et qui sont censées, d’après le clip, rendre inéluctablement malade un convive à chaque réveillon. Il est même dit que manger des huîtres équivaut à « aimer l’aventure » en raison de la dangerosité supposée du produit.

C’est inacceptable. On ne peut pas tolérer qu’un commerçant vante ses marchandises en ravivant, au détriment d’autres acteurs économiques, les pires clichés qui soient. Ce procédé est d’autant plus inadmissible qu’en cette période de préparation des fêtes de fin d’année, les ostréïculteurs sont censés faire la plus grande part de leurs ventes ; or, chacun devrait le savoir et en tenir compte, la pandémie de Covid-19 affecte dramatiquement le commerce et la dégustation des huîtres.

Le caractère humoristique n’échappera à personne et l’ironie est un procédé légitime. Mais en l’espèce, l’ironie ne saurait exonérer Bouygues Telecom. En effet, personne ne peut soutenir que ce moyen rhétorique est ici mis en œuvre pour défendre une idée respectable ou une belle cause. L’ironie, dans cette publicité, ne fait qu’effacer en quelques secondes, dans l’esprit du public, le travail de qualité de toute une profession.

La marque « Huîtres de Bouzigues » est ancienne et sa bonne réputation n’est plus à faire tant au plan national qu’au plan international. Cette réputation repose sur un travail de tous les instants pour maintenir un haut niveau de qualité.

Ce travail est le fait des 450 exploitations de l’étang de Thau qui font travailler directement 2500 personnes, auxquelles s’ajoute tous les emplois indirects. Le Maire de Bouzigues, vice-président de Sète Agglopôle Méditerranée – Archipel de Thau, ne peut pas entendre sans réagir dénigrer les forces vives du terroir dont il est élu."

Une vidéo de la société Bouygues Télécom a particulièrement choqué le monde ostréicole

"Une vidéo de la société Bouygues Télécom a particulièrement choqué le monde ostréicole mais aussi tous ceux qui connaissent les bienfaits, la qualité et la saveur de nos produits." Précise Yves Michel... Maire de Marseillan et Président du SMBT....
 
Il précise : "Je suis intervenu auprès de la direction de Bouygues Télécom, qui a reconnu sa maladresse ainsi que l’humour mal placé de la vidéo et qui a pris la décision d’enlever la vidéo dès hier soir en s’excusant auprès de toute la profession.
On ne peut que se féliciter de cette sage et rapide décision, l’erreur est humaine ... et maintenant mangeons des huîtres."
 

Nos ostréiculteurs ont du savoir-faire

Thématiques Economie & Entreprises

Aujourd'hui, 15% de la production française d'huîtres provient de l'étang de Thau. Si cette variété charnue et fondante est dite "de Bouzigues", on l'élève dans tous les villages ostréicoles du pourtour de l'étang, comme Mèze, Loupian ou Marseillan.

Les spécificités des huîtres de Thau

Huîtres de l'Etang de ThauPour remplacer les marées, les conchyliculteurs du bassin de Thau utilisent un système d’élevage sur tables, sur lesquelles ils tendent des cordes. En moyenne, un conchyliculteur met une semaine pour « coller » une table (150 000 huîtres, réparties sur un millier de cordes).

Un métier bouleversé par les changements climatiques

Chez les Compan, l’ostréiculture est une histoire de famille. Basile, le fils, fait partie de cette génération sensibilisée à la protection de l’environnement. Il a mis en place des filtres à sable pour purifier l’eau de nettoyage des huîtres et se bat contre les usines qui déversent leurs eaux usées dans l’étang. « L’étang étant de plus en plus chaud, il est difficile d’y élever des naissains naturellement. Avec mon père, nous récupérerons des naissains naturels du bassin d’Arcachon, et des naissains d’écloserie. Diversifier les lots nous permet de répondre à la demande et de limiter les pertes ». Comme toutes les huîtres de Bouzigues, leurs huîtres sont élevées sur des cordes. Un jour par semaine, Guy et Basile les sortent de l’eau pour « imiter le rythme de la marée » et les forcer à développer leur muscle. Le bassin de Thau étant très salé, leurs huîtres "levantes" prennent ensuite un bain dans un vivier où la salinité de l’eau est contrôlée. Ils obtiennent ainsi des huîtres charnues, et très agréables en bouche.

Une profession en pleine mutation

Face aux crises sanitaires qui empêchent parfois les conchyliculteurs de vendre leurs productions, le Département soutient les projets et participe aux études d'aménagement d'un lieu de stockage collectif. Les conchyliculteurs pourraient y mettre leurs coquillages à l’abri, dans des bacs de purification, le temps que l’étang retrouve un état sanitaire satisfaisant.

Autre solution à l’étude : sécuriser l’approvisionnement en naissains, en installant une écloserie locale, directement sur le Bassin de Thau. « L’idée serait de développer une variété d’huître locale, adaptée à son milieu et aux changements climatiques, explique Cécile Langree, chargée du développement de la filière au Département. Protégée par une IGP, cette huître 100% héraultaise permettrait aux conchyliculteurs d’être autonomes et de ne plus avoir à importer des huîtres d'autres bassins de production.»

Mais pour cela, il est impératif que les consommateurs suivent, et ne s’attendent pas à consommer des huîtres identiques toute l’année ! « C’est la raison pour laquelle nous lançons régulièrement des campagnes de communication pour apprendre aux Héraultais à choisir leurs huîtres, et les inciter à consommer le plus possible local, notamment pendant les fêtes de fin d’année », confirme Cécile Langree.

Plus largement, les institutions locales, dont le Département, se battent pour renforcer l’attractivité de la profession, permettre aux ostréiculteurs de développer des produits transformés (soupes, tapas…), et d’organiser des dégustations conviviales sur leurs lieux de production.

Sur le port des Mazets, une passerelle de débarquement collective est justement à l'étude afin de permettre aux prochains touristes arrivant de l'étang de Thau de pouvoir déguster de bons produits, en admirant un magnifique coucher de soleil sur le Mont Saint-Clair!

Coup de pouce post-Covid
Suite à la crise économique liée au Covid-19, le Département a indemnisé 146 conchyliculteurs confrontés à la fermeture des marchés et des points de vente directs, pour un montant de 835 000€. Au-delà des aides votées, le Département encourage les Héraultais à consommer local pour les fêtes de fin d’année.

Mathieu Rouzières, Conchyliculteur

...un producteur Paniers de Thau...

 
 

Mathieu Rouzières, Conchyliculteur

Quelle est l'histoire de votre exploitation ?

L'exploitation a été créée par mon père Gérard Rouzieres en 1983. Pour ma part j'ai pris la succession en 2013 suite à une reconversion professionnelle. Avant de reprendre j'étais gendarme mobile à Brest pendant 6 ans mais j’ai eu un certain ras le bol de mon ancien métier et j'ai décidé d’entrer en reconversion professionnelle. J’avais envie de revenir aux sources et d’exercer un métier qui me passionne vraiment.

Quelle est votre activité ?

L'exploitation se situe sur la commune de Loupian au lieu-dit Saint-Felix. J'exploite 7 tables conchylicoles. À partir de cette rentrée nous sommes trois à travailler sur l’exploitation : un apprenti, une employée et moi-même. Je produis des huîtres toute l'année, mais également des huîtres plates commercialisées de novembre à mars, des huîtres spéciales et des moules qui sont commercialisées de juin à septembre.

Quelles sont vos méthodes de production ?

Je souhaite aujourd’hui revenir à des méthodes plus traditionnelles et je suis donc en train de convertir l’exploitation. En effet, j’équipe actuellement mes parcs pour faire ce que l'on appelle de l'exondation qui est le fait de sortir les cordes de l'eau pour les faire sécher. Cette technique autrefois faite à la main, permet d'avoir un coquillage de meilleure qualité.

 

Vous pouvez retrouver les produits de Mathieu les mercredis au circuit-court de Balaruc-le-Vieux.

Le maintien de l’édition 2020 les 5 et 6 novembre des Assises de lapêche et des produits de la mer

LE MAINTIEN DE L’ÉDITION 2020 CONFIRMÉ

centreCapture

LES 5 & 6 NOVEMBRE À SAINT-POL-DE-LÉON/ROSCOFF

 

Le pôle mer du groupe Ouest-France, avec le soutien de la Région Bretagne, des départements du Finistère, des Côtes d’Armor, du Morbihan et de Haut-Léon Communauté, sont heureux de vous confirmer la tenue de ce rendez-vous capital de la filière. Nous vous attendons au centre de congrès le Kerisnel à Saint-Pol-de-Léon/Roscoff les 5 et 6 novembre prochains.

 

Cette année, plus que jamais, nous tenions à nous réunir et échanger sur les grandes problématiques de la filière. Quand les marins sont dans l’adversité, le marin est et sera toujours présent à leurs côtés.

 

L'événement s'articulera autour de 8 grandes thématiques ainsi qu’une matinéedédiée au Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) avec FranceAgriMer :

  • Le marché des produits de la mer à l’épreuve des crises (coronavirus, leçons à tirer à l’approche du Brexit)
  • Transmission d’entreprise : cédants et repreneurs témoignent
  • L’avenir de la stratégie française des Aires marines
  • Les innovations pour lutter contre la pollution plastique
  • Cohabiter avec les mammifères marins
  • Cultiver les algues : une exploitation durable et une voie de diversification
  • Face au Brexit, la parole aux pêcheurs
  • Brexit, Feamp II, Règlement contrôle : Comment pêchera-t-on en 2021 ?
 

Pêche et conchyliculture / Covid-19 - L’État et la Région lancent un dispositif de soutien complet en faveur de la pêche et de la conchyliculture

Face à la crise sanitaire exceptionnelle, les professionnels de la pêche et de la conchyliculture, rencontrent de sérieuses difficultés économiques. En effet, les ventes vers les restaurateurs, sur les marchés de proximité, dans la grande distribution ou via les mareyeurs qui approvisionnent les marchés espagnols et italiens à partir des criées d’Occitanie se sont effondrées. Ainsi, afin de soutenir ces activités alimentaires, l’État et la Région lancent un « Plan Pêche » doté de dispositifs complémentaires et adaptés aux besoins spécifiques de la pêche et de la conchyliculture.

Le « Plan Pêche État / Région » se compose de mesures mises en place par l’État et la Région relevant des dispositifs d’aide aux entreprises en difficulté complété par des mesures spécifiques à la filière pêche.

Le plan pêche comporte les dispositifs suivants :

  • La prise en charge des salaires des marins et capitaines de navires de pêche salariés, dans le cadre du chômage partiel mis en place par l’État et ouvert au secteur de la pêche ;
  • Le mécanisme de prêt bancaire de la BPI-France (ou dans les banques traditionnelles), garanti par l’État, doit notamment permettre d’assurer la trésorerie des entreprises, en attendant le versement des différentes aides ;
  • Le Fonds National de Solidarité (FNS) [1] pour toutes les entreprises de pêche de moins d’1M d’€ de chiffres d’affaires pouvant justifier d’une comptabilité, et dont le chiffre d’affaires a baissé d’au moins 50 % entre le mois de mars 2019 et mars 2020, volet 1 pour tous (d’un montant de 1500€) pouvant être abondé d’un soutien complémentaire de 2000€ pour les situations les plus difficiles afin d’éviter la faillite (volet 2) ;
  • La possibilité de report d’échéances sociales/fiscales : report de la date de paiement des cotisations, ainsi que la suspension de leurs impôts et cotisations sociales (jusqu’à trois mois, sans qu’aucune pénalité ne soit appliquée) ;
  • La possibilité de suspension de certaines factures (factures d’eau, de gaz, d’électricité et de loyers dans le cadre d’un geste demandé aux bailleurs et aux fournisseurs d’énergie pour les petites entreprises les plus en difficulté).
  • Pour les navires, la prise en charge des frais fixes des navires pourra faire l’objet d’arrêts temporaires financés sur le FEAMP (Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche) financé par l’Europe (75 %) et l’État (25%). Ce dispositif Etat/Europe d’arrêts temporaires, a vocation à compenser la chute d’activité. Suite à la demande de la présidente de la Région Occitanie auprès du ministre de l’Agriculture, ce dispositif est appliqué rétroactivement dès le 1er jour d’arrêt, le fractionnement par période de 1 jour permettant de maintenir une activité minimale, et la prise en compte des spécificités de certaines flottilles ;
  • Pour aider spécifiquement les petits métiers la Région Occitanie met en place un Fonds de Solidarité Pêche qui prévoit :
    • l’attribution d’une aide de 1 500€ pour ceux qui ne peuvent prétendre au Fond National de Solidarité
    • l’attribution d’un complément sur les charges fixes allant de 500 à 1 500€L’image contient peut-être : 1 personne, debout, nourriture et plein air

Par ailleurs la commercialisation des produits de la pêche et des coquillages, celle-ci est encouragée avec l’appui de l’État et de la Région, sur le site www.solidarite-occitanie-alimentation.fr pour la livraison à domicile. Pour la vente directe et ambulante, cette dernière est possible sous réserve d’une autorisation du maire, avec une application stricte des gestes barrières, pour la santé de tous.

La criée de Sète est ouverte tous les jours cette semaine, grâce à un travail conjoint entre le port, les pêcheurs et les acheteurs.

« Depuis le début de cette crise sanitaire exceptionnelle que nous vivons, la Région est mobilisée pour apporter des solutions à chacun. Le secteur de la pêche et de la conchyliculture est fortement impacté par cette situation inédite, qui vient fragiliser les entreprises de ces filières de l’économie maritime. Comme pour d’autres secteurs, nous avons travaillé conjointement avec les services de l’État pour apporter rapidement des mesures adaptées aux besoins des métiers de la mer » a notamment déclaré Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

« L’Occitanie pèse pour plus de 80 % de la pêche et de la conchyliculture françaises en Méditerranée, c’est pourquoi nous avons une responsabilité nationale à accompagner ces filières face à cette épreuve sanitaire majeure et inédite. » a déclaré Étienne Guyot, préfet de la région Occitanie, préfet de la Haute-Garonne.L’image contient peut-être : une personne ou plus

Téléchargements

Télécharger le communiqué

[1Nota bene : les aides du Fonds National de Solidarité ou celles versées par la Région Occitanie aux entreprises qui ne peuvent pas justifier d’une baisse du CA de 50 %, ne sont pas cumulables avec les arrêts temporaires, financés par le FEAMP et l’Etat

Les conchyliculteurs de l'étang de Thau bénéficieront d'une aide d'urgence de 1000€ par table exploitée.

Patrice Lafont, président du CRCM (Comité Régional Conchylicole de Méditerranée), a annoncé que les conchyliculteurs de l'étang de Thau bénéficieront d'une aide d'urgence de 1000€ par table exploitée.L’image contient peut-être : texte

La Région Occitanie, le Département de l’Hérault et Sète Agglopôle Méditerranée mobiliseront chacun 1 million d'euros.

Cette aide a pour objet de pallier les difficultés que la profession a rencontrées lors de la pandémie de Covid 19.

Patrice Lafont est satisfait de l'obtention de cette aide que seuls les conchyliculteurs de la côte méditerranéenne recevront.

Les entreprises concernées trouveront le formulaire de demande d'aide, ainsi que le communiqué du CRCM.

Aucune description de photo disponible.Aucune description de photo disponible.Aucune description de photo disponible.

Sète agglopôle propose un catalogue référençant les producteurs du bassin de Thau qui proposent de commander des huîtres

Sète agglopôle propose un catalogue référençant les producteurs du bassin de Thau qui proposent de commander des huîtres. Les commandes peuvent être livrées ou récupérées en drive.
Comme le propose l’agglo « Tous ensemble, aidons nos conchyliculteurs en commandant des huîtres chaque jeudi » (on peut en commander aussi tous les autres jours)
Plus d’info : https://bit.ly/346ELTS

L’image contient peut-être : nourriture, texte qui dit ’Aujourd'huître N'attendez pas demain! Dégustons les coquillages du Bassin de Thau’

Les huîtres : une piste prometteuse contre le cancer

Encore plus précieux qu'une perle, les huîtres pourraient nous offrir un nouveau moyen de détruire les tumeurs. C'est l'espoir étonnant créé par les travaux de l'Ifremer à Brest.

C'est à quelques kilomètres de Brest que pourrait être découverte une nouvelle stratégie de lutte contre le cancer grâce à des huîtres. Une piste assez sérieuse pour que la Fondation ARC finance la poursuite de ces recherches avec le concours d'équipes spécialisées dans l'étude des cellules cancéreuses.

Charlotte Corporeau est biochimiste et chercheuse à l'Ifremer. Elle a commencé des travaux en santé humaine. Et en étudiant les huîtres, elle a retrouvé un mécanisme de survie bien connu dans les cellules cancéreuses : l'effet Warburg. "L'effet Warburg est un mode de fonctionnement des cellules qui leur permet d'avoir un peu d'énergie et surtout d'avoir des blocs de construction pour produire des nouvelles cellules alors que l'environnement n'est pas agréable, confortable. Autrement dit, c'est un mode de fonctionnement de cellules très résistantes alors que l'environnement n'est pas du tout favorable à la croissance cellulaire", explique la biochimiste.

En savoir plus : https://www.francetvinfo.fr/sante/cancer/