Conchyliculture

Conchyliculture : IGP Thau : vers une obtention en 2019

Publié sur : http://www.crc-mediterranee.com/blog/2018/03/13/igp-thau-vers-obtention-2019/

 

 Le 5 mars dernier, une trentaine de professionnels a participé à la réunion de présentation de la démarche IGP Huîtres de Thau à la Maison des savoirs, espace Le Taurus à Mèze. Ce rendez-vous a permis de présenter les différentes étapes de la démarche et les exigences liées à l’obtention.

Pour rappel, l’IGP est un signe d’origine et de qualité reconnu en Europe. Il est lié à un espace territorial reconnu et réputé et cette labellisation permet de gagner la confiance du consommateur. Les professionnels de Thau sont nombreux à être partants pour cette démarche. 56% d’entre eux se sont dits intéressés lors de l’enquête menée par le CEPRALMAR en 2016 sur 135 entreprises interrogées.

L’IGP permettrait de protéger le nom Huîtres de Thau, de valoriser le territoire, de résister face à la concurrence des autres bassins de production au niveau des prix et de faciliter la communication sur un mode de production et un produit spécifique. Une mention premium sera mise en place pour l’huître exondée au minimum 12 fois sur une période allant de septembre à mai. Une mention spéciale premium ou excellence pour les huîtres bénéficiant d’un taux de remplissage de 18% pour le très haut de gamme est à l’étude.

La démarche d’obtention de l’IGP est portée par l’OP Thau et doit répondre à un cahier des charges spécifique décrivant le produit, ses caractéristiques, ses conditions d’élaboration spécifique et son lien avec le territoire.

Pour que les huîtres bénéficient de l’IGP, elles doivent avoir été élevées durant six mois minimum dans l’étang de Thau par les établissements situés sur Bouzigues, Frontignan, Loupian, Marseillan, Mèze ou Sète. La purification et conditionnement doivent également avoir lieu dans les mas conchylicoles de ces communes.

L’instruction des demandes est assurée par l’INAO puis homologuée et enregistrée par les ministères de l’Agriculture et de l’Economie et par la Commission européenne. La démarche nécessite donc de justifier les liens entre le produit et le territoire, l’INAO demandant une déclinaison argumentée sur le lien entre le nom « huitres de Thau » et le territoire. Une recherche est donc lancée pour réunir les documents faisant référence au nom « Huîtres de Thau » ainsi que toutes les démarches engagées récemment visant à améliorer l’image de la lagune et à promouvoir le nom de « Thau ».

Au plan de la communication, il est prévu la création d’une identité à partir du logo Huîtres de Thau et d’éléments de langage. Une présentation de l’IGP Huîtres de Thau serait réalisée à l’occasion de diverses manifestations (salon de l’agriculture, fête de l’huître, marchés de proximité, communication auprès des partenaires institutionnels, relation publique et presse).

La certification pourrait intervenir en 2019. La démarche est soutenue par la Région, le Département, Sète agglopôle Méditerranée, le CEPRALMAR, l’irqualim et animé par la Fédération des IGP de l’Hérault.

Le suivi préventif Malaïgue

Depuis 2007, le Syndicat mixte du bassin de Thau a mis en place un suivi régulier de la lagune de Thau pour détecter un éventuel départ de malaïgue. Ce dispositif est destiné aux conchyliculteurs. 

 La malaïgue, un phénomène d'anoxie

La malaïgue se manifeste par la chute de la teneur en oxygène de l’eau, favorisée par les fortes chaleurs et l’absence de vent. Lorsqu’elle apparait, les animaux aquatiques souffrent et on assiste à une mortalité massive des coquillages en élevage.

Un scénario catastrophe pour les conchyliculteurs.

Pour l’anticiper, tous les étés, les eaux de la lagune de Thau sont placées sous surveillance et les coquillages sont mis à l'abri à la première alerte.

 Pour anticiper les risques de malaïgue

Régulièrement, des points de mesure dans la lagune font l’objet de prélèvements. Les mesures concernent le niveau d’oxygène, la température et la salinité.

Bulletin du 14 août 2018

Hypoxie vers Marseillan

Le tableau des relevés : cliquer ici pour le télécharger

La carte des relevés : cliquer ici pour la téléchargerguameCapture

 

 

 

Le congrès mondial de l'aquaculture. (2)

Du 26 au 28 août, Montpellier accueille pour la 1ère fois le congrès mondial de l'aquaculture.

Les quatre organismes principaux impliqués dans la recherche aquacole en France - Ifremer, INRA, Cirad et IRD - présents dans l'Hérault et particulièrement à Montpellier, sont entièrement investis dans la réussite de ce congrès exceptionnel en France.

Visite de la station Ifremer de Palavas-les-Flots

Samedi 25 août, une cinquantaine de congressistes sont attendus à la station de Palavas, pour un "Farm Tour" des infrastructures couvertes et extérieure :
- 4 000 m2 d'infrastructures couvertes divisés en 5 halls abritant près de 200 bassins, 300 aquariums et un cheptel de géniteurs de bar composé de différentes lignées expérimentales (600 poissons vivants et 30 000 échantillons de spermes congelés) permettant des recherches sur tous les stades de développement du poisson (larves, juvéniles, adultes) ;
- 2 000 m2 de plateforme extérieure permettant l'expérimentation sur la culture des micro-algues en milieu ouvert pour la bio-remédiation des effluents d'élevage ou le stockage du CO2 et l'alimentation des poissons dans 9 bassins...

Une journée d'échanges sur les maladies des coquillages le 28 août au Corum

Dans le cadre de l'Aqua 2018 à Montpellier, le consortium VIVALDI organisera un atelier ouvert intitulé "Agir ensemble pour mieux prévenir et atténuer les maladies des bivalves d'élevage". À cette occasion, des scientifiques du monde entier partageront leur expertise, leur expérience et leurs points de vue sur les menaces actuelles pour l’industrie européenne des mollusques.

Malaïgue : demande d’indemnisation en bonne voie

L’épisode de malaïgue qui a sévi du 1er au 11 août sur la lagune de Thau a eu un effet dévastateur sur nos productions conchylicoles. La totalité des moules a été dévastée, en raison notamment du dépassement des températures létales situées autour des 28° et plus de 2703 tonnes d’huîtres ont été perdues. Les zones conchylicoles de Mèze et Marseillan ont été les plus touchées. Le CRCM s’est mobilisé sur tous les plans pour accompagner la profession.

 

Au plan du suivi, des analyses régulières ont été réalisées en complément des prélèvements effectués par Sète agglopôle Méditerranée et en partenariat avec le Syndicat mixte du bassin de Thau* pour suivre la progression du phénomène. Les Villes de Mèze et Marseillan ont également effectué des repérages par drone.

Au plan des demandes d’indemnisation, le CRCM a interpellé les services de l’Etat sur ce sujet dès le 5 août. Une première réunion s’est tenue en préfecture le 10 août, à la demande du président Patrice Lafont, pour faire le point sur les besoins des professionnels. A l’issue de celle-ci, la reconnaissance du dispositif calamités agricoles a été engagée et les partenaires se sont mobilisés pour proposer des aides complémentaires (collectivités, Région, Occitanie), faciliter l’enlèvement des déchets conchylicoles (Sète agglopôle Méditerranée) et traiter les demandes de prise en charge des cotisations pour les conchyliculteurs sinistrés (MSA et ENIM).

Le 20 août, un courrier de saisine officielle a été envoyé pour demander à l’Etat la mise en place d’une procédure des Calamités agricoles, l’exonération des redevances domaniales et de la taxe sur les propriétés non bâties ainsi que la prise en charge des cotisations sociales.

Des expertises ont été réalisées dans les zones conchylicoles du 14 au 20 août. La Commission d’enquête a émis un avis favorable mais la décision finale revient au Comité national de gestion des risques en agriculture qui se réunira le 17 octobre.

Au plan des cotisations sociales, la préfecture a saisi la DIRECCTE afin de permettre le recours à l’activité partielle pour les entreprises sinistrées qui le souhaitent. La préfecture a également saisi l’URSSAF afin de faciliter la prise en compte des problèmes de trésorerie des entreprises sinistrées. La MSA a accepté d’instruire les demandes d’exonération à titre individuel. L’ENIM n’a pas transmis sa réponse à ce jour.

Au plan bancaire, le CRCM et la préfecture ont saisi les banques implantées en conchyliculture. Le Crédit Agricole et le Crédit Maritime ont présenté un ensemble de mesures de soutien (prêt moyen terme pour couvrir les besoins en fonds de roulement, prêt moyen terme pour consolidation de l’entreprise, prêt court terme pour les sorties de trésorerie identifiées, « année blanche » pour prêts en cours).

Au plan des aides complémentaires, la Région a confirmé son souhait d’accorder des mesures complémentaires aux aides Calamités agricoles. Le Département étudie actuellement une exonération des redevances des ports conchylicoles départementaux ainsi que des aides sociales complémentaires.

Pour rappel, la malaïgue est un phénomène naturel bien connu provoqué par le manque d’oxygène dans l’eau et par les températures caniculaires enregistrées en août (jusqu’à 30 °C dans l’eau à Thau). La dernière malaïgue de très grande ampleur avait touché le Bassin de Thau en 2006. L’épisode de fortes chaleurs, d’une durée et d’une intensité exceptionnelle conjuguée à l’absence de vent de cet été ont favorisé l’apparition de ce nouvel épisode.

* Les bulletins de suivi sont disponibles sur le site du SMBT à l’adresse suivante : http://www.smbt.fr/content/le-suivi-pr%C3%A9ventif-mala%C3%AFgue

Oiseaux et huîtres peuvent-ils faire bon ménage ?

Rappelez-vous, l’an dernier au mois de mars, le taux de coliformes fécaux dans la lagune de Thau flambe conduisant à une fermeture de la commercialisation. Pourtant, aucun incident réseau n’est déclaré et les spécialistes s’interrogent. La solution est vite trouvée.

Des nuées d’oiseaux recouvrent les tables où sont situés les points de suivi environnemental. Une analyse des prélèvements envoyée à Brest confirmera que les coliformes trouvés dans la lagune ne sont pas d’origine humaine mais aviaire.

Ceux-ci n’ont pas de conséquence pour l’homme mais faussent néanmoins les résultats d’analyse. Le SMBT travaille sur plusieurs pistes pour endiguer ce problème.

 

 

Lutte contre les vols d’huîtres

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Vendredi, les gendarmes de la brigade nautique de Marseillan, renforcés par les gendarmes de Mèze et une patrouille du Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) de Pézenas ont procédé à un service nocturne sur le bassin de Thau.

L’objectif était de procéder aux contrôles des embarcations naviguant sur l’étang et d’opérer également une surveillance sur la route départementale 613.

Ce type d’opération vise à lutter contre les vols dans les tables ostréicoles.
Les pertes conséquentes, liées à la « Malaïgue », qu’ont subit certains conchyliculteurs durant l’été pourraient favoriser ces méfaits.

D’autres actions de ce type seront renouvelées. Elles interviennent en complément des missions que mènent régulièrement les gendarmes nautiques dans cette zone

CRCM : première assemblée générale d’information de la profession conchylicole de méditerranée

Le Bureau du CRCM organise la première assemblée générale d’information de la profession conchylicole de méditerranée. Elle a la volonté d’organiser ces assemblées de façon annuelle afin de vous proposer un moment de débats et d’échanges dont la profession a besoin.
 
L’assemblée 2018 se tiendra le lundi 18 juin à partir de 14 heures à la salle Polyvalente de Marseillan.
 
L’ordre du jour sera le suivant :

-1- présentation du rapport financier 2017 du CRCM ;

-2- présentation du rapport d’activités 2017 et du programme d’actions 2018 ;

-3- interventions des principaux partenaires de la profession conchylicole méditerranéenne sur les thèmes d’actualité 2018 (Préfecture de l’Hérault, DDPP, DML de Sète, SAM, SMBT, IFREMER, CEPRALMAR, CNC …….) ;

-4- Echanges et débats avec la salle ; 

-5- questions diverses.

Lancement de l'étude du schéma d'aménagement des zones conchylicoles du Bassin de Thau

Ce vendredi 25 mai 2018, au mas conchylicole "L'atelier & co" (Zone Conchylicole Ouest à Loupian), Yves MICHEL, président du Syndicat mixte du bassin de Thau accompagné par André LUBRANO, conseiller régional délégué à la pêche et à l'aquaculture, Audrey IMBERT, conseillère départementale déléguée à la conchyliculture et à la pêche, Alain VIDAL, maire de Loupian et vice-président de Sète agglopôle Méditerranée et Patrice LAFONT, président du Comité Régional de la Conchyliculture en Méditerranée présentaient le Lancement de l'étude sur le schéma d'aménagement des zones conchylicoles du bassin de Thau afin de les  moderniser sans les dénaturer.
 
PILOTEE PAR LE SYNDICAT MIXTE DU BASSIN DE THAU AVEC LE SOUTIEN DE NOMBREUX PARTENAIRES, L’ETUDE SUR LE SCHEMA D’AMENAGEMENT DES ZONES CONCHYLICOLES DU BASSIN DE THAU VISE A SOUTENIR ET PERENNISER CETTE ACTIVITE PRIORITAIRE DE LA LAGUNE DE THAU.  
 
Yves Michel précisait en introduction : "Depuis la moitié du XIXème siècle, le bassin de Thau est le berceau d’une activité conchylicole qui est devenu au fil du temps un élément structurant du présent et de l’avenir de la lagune. Les collectivités ont fait de cette vocation conchylicole et de pêche une priorité au sein des stratégies d’aménagement du territoire.  Pour autant, la gestion des zones conchylicoles reste complexe car soumise à un enchevêtrement de textes législatifs et à une multiplicité de compétences. Le secteur  est également confronté à un ensemble d’évolutions, d’opportunités et de menaces. "

covP1050668
 
"Inscrite au Schéma de Cohérence Territoriale, le schéma d’aménagement des zones conchylicoles a pour objectif d’améliorer l’aménagement de ces zones pour garantir un développement pérenne de ces activités. Il vise aussi à renforcer l’identité conchylicole propre au bassin de Thau tout en offrant de nouvelles opportunités de diversification d’activités attendues par une partie des professionnels." 
 
Financée dans le cadre du DLAL FEAMP Thau et sa bande côtière (fonds européens pour les affaires maritimes et la pêche), cette étude va permettre, à la suite d’un long travail de diagnostic, d’élaborer un schéma d’aménagement général pour l’ensemble de la lagune ainsi qu’un schéma pour chaque port. Cette étude permettra de définir un cadre de développement pour les zones conchylicoles de Thau (général et par zone) et d’apporter les bases d’une programmation de travaux phasée et chiffrée.  
 
Stationnement, voiries, déchets, réseaux, desserte, éclairage… feront l’objet d’un diagnostic poussé ainsi que l’ensemble des préoccupations fonctionnelles, urbaines, paysagères et environnementales de chaque zone.  
 
L’objectif est de donner plus d’ambition, d’innovation et de cohérence à ces zones d’activité tout en veillant à préserver leur vocation prioritaire et leur identité paysagère.
 
D’un montant de 100 000 euros HT, l’étude est financée par l’Europe (40%), l’Etat, la Région (20%), le Département(20%) et le SMBT (20%). Lancée en janvier, elle devrait s’achever au 1er trimestre 2019.

covP1050666

 Neuf zones conchylicoles sont concernées et le schéma d’aménagement des zones conchylicoles porte sur le périmètre du volet littoral du SCOT du bassin de Thau.  Outre le schéma d’aménagement global, un à deux scénarios d’aménagement seront proposés par zones.  
 
Le Barrou Sète, entreprises concernées : 27,  Gestionnaire : Département
 
 Les Mazets Marseillan, entreprises concernées : 65  Gestionnaire : Département
 
 Montpenèdre Marseillan, entreprises concernées : 13 Gestionnaire : aucun
 
 Le Mourre blanc Mèze,entreprises concernées : 127  Gestionnaire : Département
 
 St Felix la Coquille, Loupian, entreprises concernées : 32  Gestionnaire : aucun
 
 Port de Loupian, entreprises concernées : 92 Gestionnaire : aucun

Le Mourre rouge Loupian Nb d’entreprises concernées : 35  Gestionnaire : aucun
Amoutous Campagne Mèze Nb d’entreprises concernées : 22  Gestionnaire : aucun

Bouzigues, entreprises concernées : 40  Gestionnaire : aucun

L’étude sur le schéma d’aménagement des zones conchylicoles du bassin de Thau comprend une large phase de consultation.

Celle-ci s’est déroulée de février à mai 2018. Durant cette période, six réunions ont été organisées avec les professionnels des zones conchylicoles. 45 professionnels ont assisté à ces rendez-vous et ont pu faire état de leurs attentes et échanger sur les projets à réaliser. Accessibilité, voiries, sécurité, stationnement mais aussi complexité législative… ont fait l’objet d’échanges fournis. cov69Capture
 Cette étape a été complétée par 40 entretiens individuels. De nombreuses réunions de travail ont également eu lieu avec l’ensemble des parties prenantes du projet : Région, Département, Sète Agglopôle mais aussi les communes.

Mais il faut tenir compte de la domanialité des mas conchylicoles et chaque secteur doit être étudié spécifiquement pour apporter la meilleure réponse :
 
Mas conchylicole intégralement sur le DPM : bâtiment concédé par l’Etat ou le Département
Mas conchylicole intégralement sur le domaine privé (propriété privée)
Mas conchylicole à la fois sur le domaine public et sur le domaine privé
Exploitation comprenant à la fois un mas conchylicole sur le DPM et sur le domaine privé

 Il faut aussi bien cerner les besoins. Cette partie de l’étude vise à disposer d’un panorama qualitatif et quantitatif de l’activité conchylicole sur le bassin de Thau (parcellaires occupés, typologie d’entreprises, emplois…). Ce travail sera réalisé sur la base du travail cartographique réalisé par le SMBT et des monographies éditées par le Cépralmar en 2010 et 2016, ainsi qu’à travers une procédure de concertation avec les professionnels eux-mêmes.   diagnostic d’aménagement  

Puis établir un état des lieux des enjeux : Cette étape clé permettra d’identifier les atouts, faiblesses, opportunités et menaces des zones afin que dans un second temps soient élaborées des orientations d’aménagement à l’échelle du bassin de Thau et pour chaque zone conchylicole.  
 
De nombreux points seront abordés ; du  diagnostic paysager jusqu’à l’état des lieux des dysfonctionnements de voiries, stationnements…
 
Diagnostic paysager
 
Dans un premier temps, une analyse paysagère et de l’image générale des zones conchylicoles a été réalisée. Celle-ci a permis d’étudier l’intégration des zones conchylicoles dans leur environnement, le traitement des entrées de zones, la signalétique, l’ancienneté et le style du bâti.  
 
L’impact des activités sur leur environnement  sera également pris en compte avec comme  préoccupation principale la préservation de ce milieu fragile qu’est la lagune.
 
Aménagement de l’espace public
 
Sur le plan de l’espace public, accessibilité en transport public, sécurité, éclairage, état des réseaux, desserte en haut débit, voiries, organisation du stationnement, friches, appontements des bateaux, plantations vont faire l’objet d’un diagnostic approfondi.  
 
Sur le plan de la gestion, plusieurs dysfonctionnements ont d’ores et déjà été observés dont certains relèvent de la gestion publique et d’autres de la gestion privée :  - Voiries dégradées, - Manque de stationnement (par conséquent, stationnement anarchique) - Clôtures hétérogènes, - …
 
Pour améliorer la qualité de ces zones, l’enjeu sera donc de résoudre les problèmes collectifs (déchets, stationnements, voiries, réseaux, sécurité, éclairage…) mais aussi d’inciter les exploitations à s’engager dans une gestion plus responsable.  Valoriser l’identité conchylicole de Thau.

covP1050661
 
Yves Michel rajoutait : "Les zones conchylicoles de la lagune constituent  un langage paysager à part entière. L’objectif de l’étude est de bien cerner les éléments constitutifs de cette identité conchylicole propre au bassin de Thau pour renforcer et distinguer celle-ci. Le diagnostic paysager des zones conchylicoles sera à cet effet complété par une analyse des formes urbaines et la prise en compte de la typicité des villages et des contraintes spécifiques à chaque zone. Signalétiques, entrées de zone, aménités paysagères feront l’objet d’un diagnostic très fin.  Gestionnaire des déchets conchylicoles, Sète agglopole Méditerranée a également profité de l’étude pour réaliser un état des lieux de la collecte (état des pallox, périodes de relevage, dépôts anarchiques…) afin de permettre l’optimisation de ce service. Un état des lieux des atouts/ faiblesses/ opportunités/ menaces sera établi pour chacune des zones et pour l’ensemble du bassin. "
 
 
Le bassin de Thau n’est pas le seul territoire conchylicole confronté à la problématique d’aménagement de ces zones d’activité spécifique. Une recherche sera lancée sur la côte Atlantique, en PACA, en Europe et à l’international, pour comparer les mesures mises en place sur les autres territoires. Les territoires où le choix d’une diversification poussée des activités vers de la vente directe/de dégustation sur place seront notamment analysés.  
 
La démarche sera également étendue à la valorisation des produits de la pêche et à celle des productions agricoles notamment dans des zones sensibles comme les Parcs naturels régionaux.
 
 Mais attention rajoutait Yves Michel : "Vigilance autour du détournement de la vocation des mas conchylicoles Les    projets    d’aménagement    des    zones    conchylicoles    vont    forcément    contribuer    à    renforcer    l’attractivité    de    ces    terrains    déjà    très    attractifs.    Ce    projet    doit    donc    s’accompagner    d’un    renforcement    de    la    vigilance    sur    les    changements    de    destination    des    mas.    Maîtriser    le    foncier    est    essentiel    pour    favoriser    l’installation    de    nouveaux    conchyliculteurs    et    le    développement    des    activités    existantes. Une    stratégie    de    préservation    de    cette    destination    prioritaire    doit    donc    être    mise    en    place.    Tous    les    acteurs    devront    être    sensibilisés    à    cette    quest schéma d’aménagement   Une programmation de travaux phasée et chiffrée."

  cov56Capture
 
A la suite de la phase de diagnostic qui arrive à son terme, une phase d’élaboration des scénarios va donc s’engager.  
 L’ensemble des partenaires sera associé à cette démarche :    professionnels, Etat, Département, Sète agglopôle Méditerranée, CRCM (Comité Régional de Conchylcultre de Mediterranée), Cépralmar, Région, communes, syndicats conchylicoles, coopérative des cinq ports….  
 
A terme, l’étude délivrera des orientations d’aménagement et de programmation de travaux, chiffrée et phasée pour l’ensemble du Bassin de Thau et pour chacune des 9 zones conchylicoles.
 
L’aspect opérationnel sera précisé par une programmation de travaux (phasage réalisation, incidences financières, modalités de mise en œuvre).
 
Les préconisations de l’étude seront déclinées en prescriptions urbanistiques dans le volet littoral et maritime du SCOT et dans les PLU.
 
Les maîtres d’ouvrage potentiels seront ensuite sollicités : Etat, Région, Département, Sète agglopôle Méditerranée, communes… pour leur réalisation.
 
Les résultats de l’étude sont attendus pour le 1er trimestre 2019.  
 
Les actions seront inscrites au prochain Contrat de transition écologique du territoire de Thau.

Les différents intervenants précisaient qu'ils étaient heureux au nom de leurs structures institutionnelles de participer à une telle étude qui d'ici 2020 devrait voir des premières réalisations au niveau des voiries avec quatre axes majeurs pour guider ces efforts : Ambition, innovation, cohérence et respect de de l'environnement. "Un travail de préservation et d'accompagnement sur le développement des activités."

Il devrait permettre de pérenniser des métiers sur le territoire et d'assurer à la filière un certain avenir en valorisant des secteurs qui en ont bien besoin, la priorité étant pour le Département l'accès à toutes les zones concernées avec la réalisation d'infrastructures et celle de travaux de voirie. (Réflexion sur la mise en place d'un PAEN).

Si le Conseil Départemental est partenaire du SMBT dans cette démarche c'est aussi le cas de la Région qui se félicite que l'on puisse améliorer les conditions de travail de la profession en soutenant la conchyliculture financièrement et moralement pour préserver ces métiers qui font une des richesses de notre territoire.
 
 

 

 

Patrice Lafont présidera les conchyliculteurs de Méditerranée

Huîtres,oyster,oysters,shellLe 19 mars, Patrice Lafont a été élu président du comité régional conchylicole (CRC) de Méditerranée, face à Philippe Ortin.

Le CRCM a pour but de vous donner des informations générales et régionales sur la production de coquillages "conchyliculture", culture d'huîtres "ostréiculture", et culture de moules "mytiliculture" en méditerranée (SALSES-LEUCATE, GRUISSAN, VENDRES, LA LAGUNE DE THAU ET SA FACADE MARITIME DE SETE-MARSEILLAN ET DES ARESQUIERS, L'ANSE DE CARTEAU, LA BAIE DU LAZARET, LA CORSE).

Levée de l ’interdiction temporaire de la récolte et de la commercialisation des huîtres

 

Montpellier le vendredi 8 décembre 2017牡蛎,oyster,oysters,shell

Levée de l ’interdiction temporaire de la récolte et de la commercialisation des huîtres en provenance de l ’ étang de Thau ( Maintien de l ’ interdiction pour les moules et les palourdes)

Les derniers résultats des tests effectués dans le cadre du réseau de surveillance des phycotoxines dans les coquillages (REPHYTOX) ont mis en évidence des résultats d ’ analyses satisfai sants au regard de la norme autorisée pour la récolte et la commercialisation des huîtres provenant de l ’ étang de Thau .

En conséquence, le préfet de l ’ Hérault, Pierre Pouëssel, a décidé de lever à compter de ce jour, vendredi 08 décembre 2017, les mesures restrictives prises pour les huîtres de l ’étang de Thau.

La levée de l ’ interdiction concerne la pêche, le ramassage, le transport, la purification, l ’expédition, le stockage, la distribution et la commercialisation pour la consommation humaine.

En revanche, en ce qui concerne les moules et les palourdes , leur récolte et commercialisation restent à ce jour interdites. Cette mesure temporaire sera levée dès que les résultats des analyses seront satisfaisants

Réouverture de l'Etang de Thau

Avec beaucoup de soulagement la réouverture de l'Etang de Thau vient d'être annoncée...

La profession va pouvoir travailler sereinement et préparer avec enthousiasme les fêtes de fin d'année. Le Département se mobilise , dès le 12 décembre une grande campagne de publicité est lancée pour soutenir et accompagner les Ostréiculteurs Héraultais