ECONOMIE

Covid-19 : la crise sanitaire allonge les retards de paiement, surtout pour les PME

A mesure que la crise sanitaire s'allonge, les soucis économiques perdurent aussi. Les délais de paiement des entreprises, qui avaient connu ces dernières années une amélioration en France, se sont allongés avec la crise causée par l'épidémie de coronavirus du fait d'une très forte hausse des délais pour les PME, selon la dernière étude du cabinet ARC publiée mardi 20 octobre.

Ainsi, si le retard moyen de paiement est passé de 10 à 13 jours entre 2019 et 2020, celui des PME a bondi de 10,9 à 18,6 jours, selon cette enquête annuelle réalisée auprès de 500 entreprises de plus de 50 salariés du 1er au 18 septembre par l'institut Ifop pour ARC. Beaucoup de PME "ont totalement bloqué le paiement de leurs factures" depuis mars, a déclaré à l'AFP Denis Le Bossé, président de ce cabinet spécialisé dans le recouvrement de créances. Grâce aux prêts garantis par l'Etat, beaucoup d'entreprises ont pourtant "une trésorerie suffisante", affirme-t-il.

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-la-crise-sanitaire-allonge-les-retards-de-paiements-surtout-pour-les-

Economie Hérault : l’ensemble des éléments définis dans le week-end par la préfecture de l’Hérault

La France versera plus de 26 milliards d'euros à l'Union européenne en 2021, un record

Au total, elle s'élève à 26,864 milliards d'euros. L'Assemblée nationale a adopté, lundi 19 octobre au soir, la contribution de la France au budget de l'Union européenne pour 2021. "Jamais dans notre histoire budgétaire un tel montant n'avait été atteint", a souligné le député Gilles Carrez (Les Républicains), alors que ce montant est en progression de 25% par rapport à 2020.

Cette contribution record survient dans le "contexte exceptionnel" du Brexit, qui oblige à compenser la contribution de Londres au budget européen, et de la pandémie de Covid-19 avec ses conséquences économiques, deux crises qui expliquent la majeure partie de l'augmentation, a relevé le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune.

Il a mis en regard les avancées obtenues par Paris dans les négociations européennes, en particulier la "stabilisation des montants pour la Politique agricole commune et la pêche", ainsi que pour la "politique de soutien aux régions".

Il a surtout souligné l'accord pour soutenir les pays de l'UE face à la pandémie, acquis au sommet européen de juillet dernier, dont la France, avec 40 milliards d'euros, est la troisième bénéficiaire après l'Italie et l'Espagne.

En savoir plus sur https://www.francetvinfo.fr/economie/budget/la-france-versera-plus-de-26-milliards-d-euros-a-l-union-europeenne-

Garantie jeunes

La Garantie jeunes est un dispositif, réservé aux jeunes de 16 à 25 ans en situation de précarité, pour les aider dans leur accès à l’autonomie et à l’insertion professionnelle.

De quoi s’agit-il ?

La Garantie jeunes est un contrat d’engagements réciproques d’un an entre un jeune et une mission locale.

Un conseiller de mission locale vous accompagne de façon intensive et personnalisée pour construire avec vous un parcours qui allie expérience professionnelle, conseils, ateliers collectifs et versement d’une allocation.

La Garantie jeunes ouvre en effet droit à une allocation d’un montant mensuel maximum équivalent à celui du Revenu de Solidarité Active (RSA) pour une personne seule, déduction faite du forfait logement.

Au 1er avril 2020, le montant maximum de l’allocation versée au titre de la Garantie jeunes était ainsi égal à 497,01 € par mois.

Qui peut en bénéficier ?

La Garantie jeunes est ouverte à tous les jeunes français, mais aussi aux étrangers (Union européenne ou pays tiers) à condition d’être en situation régulière en France et de disposer d’un titre de séjour.

Plus précisément, pour en bénéficier, vous devez être âgé de 16 à 25 ans et :

  • n’être ni en emploi, ni étudiant, ni en formation (NEET)
  • être sans soutien familial
  • avoir des ressources financières inférieures au montant du RSA (hors logement)
  • être prêt à vous engager dans un accompagnement intensif.

Comment en bénéficier ?

Pour bénéficier de la Garantie jeunes, adressez-vous à la mission locale la plus proche de chez vous. Consulter l’annuaire des Missions locales.

Calendrier de mise en œuvre

Cet accompagnement est accessible à toute période de l’année. Il démarre au maximum 1 mois après le diagnostic établi par le conseiller.

Dans le cadre de France Relance et plus particulièrement du Plan 1 jeune 1 solution, le Gouvernement augmente les moyens financiers alloués aux missions locales pour permettre une hausse du nombre d’entrées en Garantie jeunes.

Impact attendu : + 50% d’entrées en Garantie jeunes en 2021 (de 100 000 à 150 000 jeunes accompagnés).

Tous les détails sur l’aide

Garantie jeunes (ministère du Travail)

Indice de référence des loyers (IRL) : quelle hausse au 3e trimestre 2020 ?

Le nouvel indice de référence des loyers (IRL) a été publié le 15 octobre 2020 par l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). L'indice du 3e trimestre 2020 s'élève désormais à 130,59, ce qui représente une hausse annuelle de 0,46 %. Pour rappel, il avait augmenté de 0,66 % au 2e trimestre 2020.

L’IRL fixe les plafonds d’augmentation annuelle des loyers que les propriétaires peuvent exiger de leurs locataires lorsque le bail comporte une clause de révision annuelle des loyers.

Il s'applique aux baux d'habitation meublés ou non.

L’IRL correspond à la moyenne, sur les 12 derniers mois, de l’évolution de l’indice des prix à la consommation (IPC) hors tabac et hors loyers.

  À savoir : Le loyer d'un logement soumis à la loi de 1948 est réévalué chaque année selon des règles spécifiques sans lien avec l'IRL.

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2021 : les principales mesures pour les particuliers

Allongement du congé de paternité, revalorisation de l'allocation supplémentaire d'invalidité (ASI), nouveau Forfait Patient Urgence (FPU), développement de l'offre de maisons de naissance. Service-Public.fr revient sur les principales mesures prévues pour les particuliers dans le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2021.

Présenté en conseil des ministres le 7 octobre dernier, le projet de loi de financement de la Sécurité sociale sera examiné par le Parlement dans les prochaines semaines. Il prévoit les mesures suivantes :

Allongement du congé de paternité

Le congé de paternité et d'accueil de l'enfant, instauré en 2002 afin d'apporter un soutien à la mère et de garantir la protection de sa santé, permet au deuxième parent de bénéficier d'un congé de 11 jours (18 jours en cas de naissance multiple) consécutifs, dans les 4 mois qui suivent la naissance de l'enfant. Il s'ajoute aux 3 jours d'absence autorisée pour les salariés pendant lesquels le salaire est maintenu.

Le PLFSS 2021 prévoit, à compter du 1er juillet 2021, un doublement de ce congé. Il sera ainsi allongé à 28 jours d'arrêt total, soit 1 mois. Le congé indemnisé par la Sécurité sociale augmentera de 11 à 25 jours. Pour les naissances multiples, le congé sera toujours allongé d'une semaine supplémentaire par rapport à une naissance simple, soit 32 jours de congé au total.

Cette mesure s'appliquera également en cas d'adoption d'un enfant.

Le congé de paternité et d'accueil de l'enfant sera en outre rendu en partie obligatoire en interdisant à l'employeur de faire travailler le salarié pendant une période de 7 jours immédiatement après la naissance de l'enfant. Cette interdiction d'emploi vise tout d'abord à lutter contre les inégalités de taux de recours à ce congé, en permettant aux salariés les plus précaires d'y avoir accès plus facilement qu'aujourd'hui.

Revalorisation de l'allocation supplémentaire d'invalidité (ASI)

L'ASI est un minimum social destiné aux personnes invalides disposant de faibles ressources. Pour la toucher, il faut percevoir une pension d'invalidité, une pension de réversion, une pension d'invalidité de veuf ou de veuve ou une pension de retraite anticipée pour handicap, carrière longue ou pénibilité. Il n'y a pas d'âge minimum pour percevoir l'ASI mais il ne faut pas avoir atteint celui de toucher l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), c'est-à-dire 62 ans.

Après une première revalorisation réalisée en 2020, la hausse de cette allocation sera poursuivie en 2021, garantissant un niveau de ressources de 800 € par mois pour une personne seule (750 € en 2020).

Participation forfaitaire pour un passage aux urgences sans hospitalisation

Le ticket modérateur proportionnel au montant des soins sera remplacé dès le 1er janvier 2021 par une participation forfaitaire : le Forfait Patient Urgences (FPU).

Il devra être acquitté par tous les assurés pour chaque passage aux urgences ne nécessitant pas d'hospitalisation et sera pris en charge par leur complémentaire de santé.

Les femmes enceintes, les malades chroniques et les invalides, qui sont actuellement dispensés du ticket modérateur, devront régler un montant minoré.

Le montant fixe de ce forfait sera défini par arrêté.

Développement de l'offre de maisons de naissance

Le PLFSS 2021 propose de pérenniser les maisons de naissance.

Ce sont des structures autonomes de suivi de la grossesse, de l'accouchement et de ses suites, placé sous la responsabilité exclusive des sages-femmes et qui s'adressent aux femmes sans antécédents ni comorbidités particuliers, désireuses d'un accompagnement global.

Ce dispositif fait l'objet d'une expérimentation depuis 2013 à travers 8 maisons de naissance, dont les résultats ont été positifs, du point de vue de la qualité et de la sécurité des soins, de l'efficience de la prise en charge et de la diversité d'approches apportée aux femmes et aux couples.

Il pourra être développé sur le territoire pour organiser l'accès des femmes qui le souhaitent à ce type de prise en charge.

  À savoir : La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2021 sera votée avant la fin de l'année 2020.

Avec son fonds exceptionnel, la Région aide les associations sportives et culturelles à traverser la crise

Réunis en Commission permanente, ce vendredi 16 octobre 2020, les élus régionaux ont voté, sur proposition de la présidente de Région, Carole Delga, l'attribution des aides directes aux associations pour les soutenir dans cette période de crise sanitaire.

 

Dans le cadre de son fonds « Solutions Associations Occitanie » adopté en avril dernier, la Région Occitanie a maintenu toutes les subventions 2020 aux associations, même lorsqu'elles ont été contraintes d'annuler leurs actions en raison des conditions sanitaires. Ce sont ainsi près de 2 700 associations qui ont été soutenues pour un montant total de 30 M.

Le fonds prévoyait également un volet pour aider les associations à faire face à des pertes de ressources propres. La Région a ainsi répondu favorablement à 144 demandes pour un montant de 1,9 M.

 

« Les associations représentent le poumon de la vie culturelle, sportive, bien souvent sociale et solidaire des communes, qu'il s'agisse des métropoles ou des communes rurales. Leur présence, leurs actions d'ouverture vers l'autre, vers l'art et en faveur de l'épanouissement sont essentielles pour l'équilibre de notre société. Elles ont été durement touchées pendant le confinement mais ont réussi pour la plupart à résister à cette première étape de la crise. Aujourd'hui, avec les nouvelles restrictions, nous devons être extrêmement vigilants pour maintenir leur vitalité et faire que ce ne soit pas un coup de grâce. Je pense particulièrement au secteur culturel, dont je recevrais vendredi prochain les acteurs, pour trouver avec eux des solutions. Le maintien des subventions et le fonds exceptionnel étaient une première réponse d'urgence, nous devons désormais construire ensemble un modèle adapté pour garantir l'avenir de notre tissu associatif, de son action et de ses emplois. » a notamment déclaré Carole Delga.

 

La Région a également décidé d'exonérer de loyers les associations hébergées au sein de bâtiments de la Région pour une durée de 6 mois.

 

Depuis le début de la crise, la Région Occitanie a fait le choix de protéger les plus fragiles, de répondre aux besoins des entreprises tout en préparant la reprise économique en mobilisant un plan d'urgence de 370 M, avec un effet levier de 600 M. La nouvelle phase de restriction des déplacements représente une nouvelle épreuve pour le tissu économique et associatif. La Région Occitanie sera aux côtés de chacun pour aider à traverser la crise.

Brexit : réunis en sommet à Bruxelles, les 27 s'inquiètent du peu de progrès réalisés dans les négociations

Depuis que le Royaume-Uni a officiellement quitté l'UE le 31 janvier, les pourparlers entre Londres et Bruxelles pour trouver un accord de libre-échange qui entrerait en vigueur à la fin de la période de transition, le 1er janvier, n'aboutissent pas, laissant craindre un "no deal".

Brexit, Uk, Eu, Grande Bretagne, Europe

Les dirigeants européens, réunis en sommet dans la capitale belge, ont demandé Royaume-Uni de "faire le nécessaire" pour débloquer les négociations commerciales post-Brexit. Alors que le Premier ministre britannique Boris Johnson laisse planer la menace de quitter les discussions, les 27 "constatent avec inquiétude que les progrès réalisés sur les questions clés qui intéressent l'Union ne sont toujours pas suffisants pour qu'un accord soit conclu", s'inquiètent-ils dans des conclusions adoptées jeudi 15 octobre.

Depuis que le Royaume-Uni a officiellement quitté l'UE le 31 janvier, les pourparlers entre Londres et Bruxelles pour un accord de libre-échange, lequel entrerait en vigueur le 1er janvier 2021 à la fin de la période de transition, patinent.

Les pourparlers achoppent toujours sur trois sujets : la pêche, les garanties réclamées aux Britanniques en matière de concurrence et la manière de régler les différends dans le futur accord. Les deux parties s'accusent mutuellement de laisser planer le risque d'un "no deal" potentiellement dévastateur pour leurs économies, déjà fragilisées par la pandémie.

Une semaine de négociations "intensives" en vue.

Poursuivre sur : https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/la-grande-bretagne-et-l-ue/brexit-reunis-en-sommet-a-bruxelles-les-27-

Parmi les chantiers communautaires interrompus en raison du confinement, celui du recouvrement du pas de tir à 25 mètres du stand du Pont-Levis à Sète, vient de s’achever. Il a pu être inauguré ce mardi 13 octobre par les élus de Sète agglopôle et de la

L'exécutif ajuste ses aides, après le couvre-feu annoncé mercredi soir dans neuf métropoles, dont Paris.

Le gouvernement a donné plus de détails ce jeudi sur les nouvelles règles à respecter en France, mais aussi sur les aides qu'il compte proposer, après les annonces d'un nouveau tour de vis la veille, pour lutter contre la propagation du coronavirus.

Un milliard pour les secteurs en difficulté

Bruno Le Maire a annoncé de nouvelles exonérations de charges et un renforcement du fonds de solidarité afin d'aider les entreprises mises en difficulté par le couvre-feu qui commence samedi en Ile-de-France et huit autres métropoles. Ces aides représentent un surcoût pour l'Etat d'un milliard d'euros pour la durée du couvre-feu, prévu pour durer au moins quatre semaines, a précisé le ministre de l'Economie lors d'une conférence de presse aux côtés du Premier ministre, Jean Castex.

Il demande par ailleurs aux banques d'examiner un report du remboursement des prêts garantis par l'Etat pour les entreprises en difficulté, dans les secteurs de l'hôtellerie, de la restauration, de l'événementiel et du sport, notamment.

Selon Bruno Le Maire, "tout ce qui doit être fait sera fait" pour aider les entreprises à "passer ces semaines de couvre-feu avec un impact économique le plus réduit possible".

PGE jusqu'au 30 juin 2021.......

Aller plus loin : https://finance.orange.fr/actualite-eco/article/coronavirus-le-gouvernement-promet-de-nouvelles-aides-aux-entreprises-

Entreprises, préparez-vous au Brexit !

Les négociateurs de l’Union européenne et du Royaume-Uni se sont entendus le 17 octobre 2019 sur un projet d’accord de retrait du Royaume-Uni de l’UE.

Ue, Royaume Uni, 2016, Problème

Le Royaume-Uni est sorti de l’Union européenne de façon ordonnée le 31 janvier 2020 à minuit. S'ouvre une période dite « de transition » pour laisser le temps à chacun de préparer la mise en œuvre de l’accord de retrait et anticiper la relation future entre l’UE et le Royaume-Uni.

Le 1er février 2020, rien ne change.

Sous réserve des accords négociés dans la relation future entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, cette page apporte des réponses sur les questions douanières en cas de rétablissements des formalités pour les entreprises à l'issue de la période de transition.

Entreprises, préparez-vous et anticipez : https://www.douane.gouv.fr/fiche/entreprises-preparez-vous-au-brexit?xtor=ES-

Quel accompagnement à l’échelon régional pour les entreprises en difficulté ?

Afin d’aider les entreprises en difficulté dans les territoires, les pouvoirs publics ont mis en place un dispositif spécifique confié aux Commissaires aux Restructurations et à la Prévention des difficultés des entreprises (CRP). Explications.

Qui sont les Commissaires aux Restructurations et à la Prévention des difficultés des entreprises (CRP) ?

Positionnés auprès des préfets de Région, les Commissaires aux Restructurations et à la Prévention des difficultés (CRP) accompagnent les entreprises en difficulté pour préserver l’emploi dans les territoires.

Dotés de compétences en matière de projets d’entreprises, d’analyse financière et de connaissance du rôle et des moyens d’actions des différents partenaires de l’entreprise, les CRP apportent un appui opérationnel à la restructuration des entreprises.

Lire aussi : Tout savoir sur la procédure de sauvegarde

Quelles sont les missions des Commissaires aux Restructurations et à la Prévention des difficultés des entreprises (CRP) ?

Les missions des CRP s’articulent principalement autour de deux axes :

Le soutien aux entreprises en difficulté

Les CRP proposent des solutions adaptées à la situation des entreprises pour assurer leur pérennité et leur développement en lien avec les autres dispositifs de soutien aux entreprises (médiations, CODEFI…) et avec les soutiens financiers publics et privés.

Les CRP ont la possibilité de porter un dossier au niveau national lorsque sa criticité le demande.

La prévention des difficultés de l’entreprise

Les CRP assurent également une mission de détection précoce des difficultés afin de mieux cibler les mesures de remédiation à apporter.

Lire aussi : Difficultés de financement : comprendre en 5 questions la médiation de crédit aux entreprises

Quelles entreprises peuvent bénéficier de l’accompagnement des Commissaires aux Restructurations et à la Prévention des difficultés des entreprises (CRP) ?

Les CRP interviennent dans les entreprises de moins de 400 salariés avec un périmètre d’intervention prioritairement focalisé sur les entreprises industrielles de plus de 50 salariés.

Afin d’assurer la réactivité du dispositif CRP, certaines régions peuvent compter plusieurs commissaires.

Lire aussi : Employeurs : Comment fonctionne l’activité partielle en cas de difficultés ?