Cinéma

Les films de la semaine au Ciné Mistral de Frontignan

Les films du 9 au 15 août au Ciné Mistral de Frontignan :

Le CinéMistral est une salle de Cinéma Art et Essai, labellisée Jeune Public. C'est un cinéma avec 1 seule salle de 149 fauteuils + 4 espaces pour des fauteuils roulants, entièrement accessible aux handicapés (pas de marche, salle en accès direct et places de parking juste devant le cinéma). Le CinéMistral, c'est avant tout un cinéma de proximité, qui se veut proche de ses spectateurs.

Une programmation plurielle avec chaque semaine, 1 film en Sortie Nationale, des films pour enfants, des films en Version Originale sous titrés et une animation permanente, pas moins d'un évènement par semaine avec l'occasion de se rencontrer et de débattre autour des films. Le CinéMistral c'est un accueil privilégié des spectateurs, à des tarifs accessibles (sans doute le cinéma le moins cher de la région), 6 films par semaine, des animations pour les enfants, les seniors et les familles. Le CinéMistral, c'est une équipe ! Un exploitant heureux de faire ce métier, une directrice à l'écoute de tous les projets, et une équipe de projectionnistes (Angèle, Aïcha, Fred) toujours accueillants et passionnés par leur métier.

Bref un endroit où l'on se parle et où l'on se sent bien. Alors fidèles, occasionnels ou nouveaux habitants de notre jolie Ville, Bienvenue au CinéMistral !! Pour nous rencontrer : Ouvert tous les jours de 14h à Minuit. Le bureau est ouvert du Lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h.Capture

Languedoc-roussillon-cinéma

 

Voici un film de montage conçu avec et pour la Ville de Sète réunissant plus de 30 extraits de films tournés à Sète. Languedoc-Roussillon Cinéma à Montpellier a assuré la direction artistique de ce projet, financé par la Ville et l'O.T de Sète.

Ces films signés Henri Decoin (Le Feu aux poudres, 1957), Christian-Jaque (Babette s'en va-t-en guerre, 1959), Agnès Varda (La Pointe courte, 1954 et Les Plages d'Agnès, 2007) Tony Gatlif (Gaspard et Robinson, 1990) ou plus près de nous Thierry Klifa (Tout nous sépare, 2017) et Alice Douard (Robin, 2017) soulignent le caractère cinématographique de cette ville. 

Karim Ghiyati , Directeur de Languedoc-Roussillon Cinéma dit "Ce film de montage a pour objectif d'attirer de nouveaux tournages sur ce territoire, dont de nombreux lieux et paysages peuvent servir de décors à des fictions à venir"  

A peine j'ouvre les yeux

Soirée spéciale Fiest'a Sète avec Ciné-C-toi
Lundi 24 juillet au Comoedia de Sète, à 20h30
A PEINE J'OUVRE LES YEUX
De Leyla Bouzid Avec Baya Medhaf-far, Ghalia Benali, (Français, Tunisien, Drame, 1h46, 2015) vostfr

Tunis, été 2010, quelques mois avant la Révolution, Farah 18 ans passe son bac et sa famille l’imagine déjà médecin… mais elle ne voit pas les choses de la même manière. Elle chante au sein d¹un groupe de rock engagé. Elle vibre, s’enivre, découvre l’amour et sa ville de nuit contre la vo-lonté d’Hayet, sa mère, qui connaît la Tunisie et ses interdits. Tarif unique 6€ 

Nouveauté : Love Hunters

LOVE HUNTERS, un film australien de Ben young, qui a fait sensation aux festivals de Venise (Prix d’Interprétation Féminine), Tribeca, Bruxelles (Prix de la Meilleure réalisation, Prix d’Interprétation Féminine), et Austin (SXSW) !  Avec Ashleigh Cummings, Emma Booth, Stephen Curry.

S’inspirant de vrais couples meurtriers, le encore jeune Ben Young signe un premier film à la fois captivant et malaisant, un vrai thriller comme on aimerait en voir plus souvent.

C’est vrai qu’en regardant Love hunters (”Hounds of love” dans sa version originale, qui signifie sensiblement la même chose, puisque le “hound” est le chien de chasse en anglais), on ne peut s’empêcher de penser à l’intérêt de ces femmes, complices mais à quel point? de meurtres sordides. C’est à la personnalité présumée de l’une d’entre elles que Ben Young décide de s’intéresser en focalisant finalement son film plus sur la femme et ses relations tour à tour à la victime et à son compagnon criminel.
Le film commence au ralenti, des jeunes lycéennes font du sport sur le terrain de sport de l’école. Nos chasseurs sont à l’affût. C’est la femme - comme bien souvent dans ce genre d’affaire - qui aborde la victime. Le petit manège se répète un soir. Vicki vient de se disputer avec sa mère à qui elle en veut d’avoir quitté son père. Elle sort en cachette de sa chambre pour se rendre à une soirée à laquelle on lui a formellement interdit d’aller.
Arrive ce qui doit arriver. Malgré ses premières réticences, la jeune fille rassurée par la présence de Evie et de sièges-auto enfant à l’arrière de la voiture se laisse embarquer chez le couple diabolique. Durant les trois quarts du film, nous allons vivre son calvaire de l’intérieur. Ben Young réussit ainsi là où M. Night Shyamalan échouait dans Split en faisant monter la tension progressivement et en réussissant à nous y maintenir tout au long du film.
La psychologie criminelle est tout aussi simpliste que plausible. Les crimes les plus affreux tiennent parfois à peu de choses. L’horreur naît tant du réalisme du film, de sa mise en scène qui suggère plus qu’elle ne montre et des trois acteurs tous impeccables dans leur rôle respectif (Emma Booth, Ashley Cummings et Stephen Curry). Si on ajoute à cela une bande originale au poil - avec pour climax “Atmosphere” de Joy Division - on peut dire qu’on n’est pas loin de la perfection.

D.C

"Soury" reçoit l'Oursin d'Or du Sunsète

La 2e édition de SunSète festival s’est achevée mardi soir lors d’une cérémonie de clôture conviviale organisée à la plage.
Le jury de la compétition, présidé par la comédienne Fanny Cottençon, a remis à Christophe Switzer, l’Oursin d’or du meilleur court métrage. « SOURY »  (Syrien) raconte l’histoire de Wassim, réfugié syrien, cherchant à rejoindre Avignon et rencontrant un vieux vigneron bourru parlant arabe. Un film « humaniste » réussissant le pari de traiter d’un sujet d’actualité brûlant sur le ton de la comédie.
La mention « singulière » revient cette année à Mathias et Colas Rifkiss pour leur film « La Voix du père ». Laurent Mesguich, président-fondateur de l’évènement, s’est dit « très satisfait de cette deuxième édition » et  a tenu à saluer toute son équipe, les bénévoles et « le cadre extraordinaire qu’est la ville de Sète ». « Ce festival est préparé avec cœur, dynamisme et générosité, et nous serons heureux de vous retrouver l’année prochaine », a-t-il conclu.

Ce mardi soir était synonyme de Clap de fin pour le Sunsète qui a su rassembler des invités de renom comme Arcady, Varda, Cottençon...
Les passionnés ou amateurs ont pu profiter des nombreux films qui se sont succédés, pour le SunSète 2017, mais les bonnes choses ont une fin, et ce 11 juillet, c'était déjà, à l'heure de l'apéritif, en soirée, l'heure du bilan et des récompenses avant deux dernières projections en bord de plage, à 22 h : Voyage sous les mers de Jean-Jacques et François Mantello (2009) près de Côté mer, et L'Extravagant Voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet, de Jean-Pierre Jeunet (2013) à la Plage de la Fontaine. 

Après la compétition place aux délibérations et aux décisions. Le jury composé de Stéphane Caput, Nozah Khouadra, Bernard Tourre et Claude Timon Gaignaire avec Fanny Cottençon, réuni à "Côté Mer" a décerné ce mardi soir l’Oursin d’or du meilleur court-métrage.

Laurent Mesguich, Président du Sunsète Festival se félicitait que le public ait découvert la compétition de courts-métrages, assisté à des rencontres professionnelles et côtoyé les nombreux artistes qui étaient présents avec en outre l’exposition photographique à la Chapelle Plus Belle la ville de Cécile Mella, mais aussi des projections de films d’actualité INA organisées par Languedoc-Roussillon Cinéma, avant chaque séance plein-air.

sun2017DSC_0287 (19)

"C'est pour lui une façon de proposer "un festival populaire et gratuit dont l’ambition est d’inscrire le cinéma au cœur du public et de la ville de Sète avec en plus la présence de Rémy Julienne" cascadeur et concepteur de cascades qui avec plus de 1 400 productions à son actif (environ 400 films cinématographiques, des séries télévisées, des publicités, des shows mécaniques…) et une carrière internationale, considéré comme « le casse-cou du cinéma français ".

Laurent Mesguich rajoutait que le jury avait été fantastique avec la présence de Fanny Cottençon et que si le cinéma était nécessaire dans la vie il fallait le faire vivre ce qui fut le cas durant quatre jours.

D'ailleurs celui-ci a décidé de remettre une mention singulière à "La voix du Père", où Vince, un adolescent, demande à son père, ancien chanteur dans un groupe de rock, de reprendre avec lui un de ses tubes d'antan à la fête de son collège. Mais Fred n'a plus sa voix de jadis et n'est en fait pas vraiment le père de Vince... Un film réalisé par Mathias Rifkiss et Colas Rifkiss avec entre-autres, Pascal Demolon, Philippe Duquesne et Corinne Masiero.

sun 2017DSC_0290 (15)

La pression montait et l'on apprenait rapidement que l'Oursin d'Or revenait au réalisateur du film "Soury", où Christophe Switzer s’attaque à un sujet sensible : l’accueil des réfugiés syriens en France. Il s’attache à un vigneron au verbe haut et un migrant aux yeux bleus. Les deux hommes jouent (presque) leur propre rôle. Et comme le précisait Christophe : " C'est un film réalisé ave le système D qui veut faire passer un message." Et tout en restant humoristique, par son humanité lumineuse, son caractère joyeux, drôle et coquin il se fait remarquer et donne de l'espoir. Christophe est déjà prêt pour se lancer dans de nouvelles aventures. On lui souhaite de garder cette fraîcheur qui a fait la réussite de "Soury".

Le cinéma pouvait alors être fêté sous le soleil de Sète qui avait pour l'occasion dirigé sa lumière sur Côté Mer.

SunSète Festival… deuxième !

JE, Agnes Varda et Laetitia Casta

 

C'est à la plage privée Côté Mer, vendredi 7 juillet, qu'a été donné le coup d'envoi de la deuxième édition du SunSète, le festival de cinéma sétois, en présence de François Commeinhes, Sénateur-Maire de Sète, de Laurent Mesguich, directeur du festival et d'Alexandre Arcady, président d'honneur.

Il y avait comme un petit air de Croisette pour le clap de début du SunSète Festival, avec un casting d'invités d'honneur de haut vol : Agnès Varda, J.R, Laetitia Casta, Fanny Cottençon. De quoi rappeler que Sète est une ville de cinéma, plébiscitée par les réalisateurs pour sa lumière, ses couleurs et son authenticité. François Commeinhes a d'ailleurs précisé qu'avec cet engouement pour notre Île Singulière, une délégation est spécifiquement dédiée aux contacts avec le monde du 7e Art. Et ce n'est pas sans humour que l'édile a parlé de L'Oursin d'Or, trophée qui sera remis à l'issue de la compétition, car « si Cannes a sa Palme, Berlin son Ours, Venise son Lion, nous, nous avons l'oursin. ».

Direction ensuite Le Comœdia pour la projection du film d'Agnès Varda et J.R, « Visages, villages » en présence des deux réalisateurs. En introduction, Karim Ghiyati, directeur de Languedoc-Roussillon Cinéma, a présenté « Sète au cinéma », un film de montage compilant 31 extraits de films tournés entre 1954 et aujourd'hui en Île Singulière. Placées sous le thème de « La mer, enchanteresse, généreuse et redoutable », les projections en plein air sur la plage de la Fontaine ont offert des occasions de revoir des films emblématiques. En plus des films en compétition, le public a pu bénéficier de projections au Comœdia et à la Médiathèque, et assister à des tables-rondes et à des Master Class avec Alexandre Arcady, Rémy Julienne, Jean-Pierre Jeunet, Dominique Pinon, Rufus et Jean-Claude Dreyfus…

Projection de Demain Nous Appartient

Le lundi 17 juillet, la ville de Sète organise avec la société TelFrance la projection du premier épisode de la nouvelle série TV « Demain Nous Appartient ». Une projection en simultané avec la diffusion sur TF1 proposée à 19h30 au cinéma Le Palace, en présence d’une partie de l’équipe de tournage et de certains comédiens.

L’occasion de découvrir la saga policière quotidienne qui sera diffusée sur TF1 à 19h20 tout l’été et pour laquelle TelFrance a installé d’immenses studios de tournages dans les anciens chais Skalli. Six mois de tournage sont prévus jusqu’en novembre pour 130 épisodes de 26 minutes. 30 sont déjà finalisés. « Il y a un vrai lien qui s’est créé avec la ville de Sète, cette arène magnifique ! Nous avons déjà tourné de splendides images de la ville et de la région », a déclaré le producteur Guillaume de Menthon, président du groupe Telfrance, lors d’une récente conférence de presse.

La production met à disposition 50 invitations pour le public à retirer à l’Office de Tourisme (60 grand’rue Mario Roustan).

Sunsète c'est du 7 au 11 juillet

Le SunSète Festival, Festival du Film de Sète revient du 7 au 11 juillet 2017 pour une nouvelle édition.

Il est composé de projections en plein-air à partir de 22h à la plage de la Fontaine (Place Roger Thérond), à la plage privée Côté Mer et à la médiathèque François Mitterrand. La Mer, enchanteresse, généreuse et redoutable, est cette année, la thématique des projections en plein-air.sunsete2017Capture

En effet, le répertoire du cinéma regorge de perles du septième art. L’île singulière offre un cadre idéal aux projections en plein-air sur la plage, sous les étoiles. Cette deuxième édition est l’occasion de revoir des films emblématiques et de donner un coup de projecteur sur des films plus récents sur cette thématique. Mais ce n’est pas tout. Le public pourra découvrir la compétition de courts-métrages, assister à des rencontres professionnelles et côtoyer les nombreux artistes qui seront présents.

L’exposition photographique à la Chapelle Plus Belle la ville de Cécile Mella, des projections de films d’actualité INA organisés par Languedoc-Roussillon Cinéma, avant chaque séance plein-air. Le SunSète Festival est un festival populaire et gratuit dont l’ambition est d’inscrire le cinéma au cœur du public et de la ville de Sète.

L’Inauguration du festival aura lieu sur la plage de la Fontaine le 07 juillet à partir de 22h.

A cette occasion, vous pourrez revoir un classique du cinéma, Les Dents de la mer.

Pour découvrir le programme complet : http://sunsete-festival.fr/programme/programme-complet/