Loupian

Présidentielle 2017 à Loupian : résultats du premier tour

 

   
Nombre

% Inscrits  % Votants
  Inscrits  1710      
  Abstentions  278  16,26    
  Votants  1432  83,74    
  Blancs ou nuls  29  1,69  2,03  
  Exprimés  1403  82,05  97,97  

 

 
Candidats

  Nombre de Voix %  Exprimés
 
           
  Arthaud    8  0,57  
  Asselineau    13  0,93  
  Cheminade   3  0,21  
  Dupont-Aignan   64 4,56  
  Fillon   185 13,19  
  Hamon    65  4,63  
  Lassalle   27  1,92  
  Lepen   468 33,36  
  Macron   271 19,32  
  Mélenchon   286 20,38  
  Poutou   13  0,93  

Katrin & Félicitas Wölger à l'Espace o25rjj

L'Espace o25rjj a le plaisir d'accueillir jusqu'au 30 avril 2017, Katrin & Félicitas Wölger en résidence de création.

"J'ai quitté le théâtre en 1997. Le cytomégalovirus (CMV) a causé des problèmes pendant ma grossesse, semblables à ceux qu’on trouve maintenant dans la presse à propos du virus Zika en amérique du sud. Felicitas est née très petite, le virus a endommagé ses yeux, ses oreilles et son cerveau. En 1999, j'ai commencé à faire mes propres pièces (art performance, installation, vidéo, objets". Précise Félicitas.

Le succès et le talent de Felicitas ont été la première raison de présenter cette suite. Song of myself or (m)other (Somom) concerne une mère et sa fille. Ce projet interroge le fait d'être différent comme une distinction ou une dévaluation, l'altérité et l‘autonomie au début de l'âge adulte et dans le monde du travail. Cela soulève des questions sur le besoin de protection de l'individu dans le collectif, sur l'égalité des droits pour les personnes handicapées et sur les soins dus par l'État et la famille.

Nous vous convions Samedi 29 avril à 18 h 30 à venir à la rencontre de l'univers de ces deux artistes autrichiennes qui explorent l'art performance, la vidéo, l'installation, l'objet.

Cet échange autour d'un apéritif convivial est organisé à l'occasion de leur sortie de résidence.

Lundi de Pâques de tradition à Loupian

Ce lundi 17 avril, à Loupian, Le Comité des fêtes de Loupian vous invitait à fêter Pâques. Pour renouer avec la tradition, il avait organisé une matinée bien ludique avec un départ des enfants munis de carrioles du Plan du Caffarot pour rechercher de vrais oeufs de poule dans la commune, chez les habitants. Car, autrefois, le lundi de Pâques, les conscrits du village passaient eux-aussi chez les villageois pour quémander des oeufs puis ils invitaient les jeunes filles à venir manger l'omelette pascale en garrigue. Et le tout, en chanson, un "Dona uou" que les enfants interprétaient ce lundi en tapant aux portes.

Puis à 11 h, pour les plus jeunes , au jardin des remparts, une recherche plus facile et moins sportive était proposée, tandis que les plus grands pouvaient en profiter dès 11 h 30.

Une matinée festive qui ne pouvait pas se terminer ainsi et qui se poursuivait donc par le partage d'une omelette pascale offerte, en y incorporant bien-sûr les oeufs récoltés, et par un repas tiré du sac en complément.

Que du bonheur pour les amateurs qui se retrouvaient sous un beau soleil rassemblés et unis dans le calme d'une journée presque estivale.

Et que dire de la possibilité de se servir de jeux en bois pour s'amuser un maximum.

Le Lundi de Pâques à Loupian

Le Comité des fêtes de Loupian vous invite à fêter Pâques le lundi 17 avril !

Au programme, quête des œufs pour les enfants et repas tiré du sac autour de l'omelette pascale !

Des loups à Loupian

   La FLAC (façade locale d’art contemporain) a proposé pour entamer avec vigueur ce printemps un poème mural de Pierre Tilman.

Les loups sont des chiens

Les chiens sont des loups
Le chien est un homme pour le loup
Le loup est un homme pour le chien
L’homme est un loup pour l’homme
L’homme est un chien pour l’homme

Tels sont les mots que l’écrivain, poète et artiste, a accrochés dans la ville dont le nom n’est pas étranger à sa proposition poétique. Cet espace d’exposition urbain qui a pour vocation de rendre l’art contemporain accessible à tous a été inauguré le 12 décembre 2015; et c’était, ce 25 mars, la huitième fois qu’un artiste était invité à s’en emparer. Pierre Tilman, qui a écrit de très nombreux ouvrages parmi lesquels l’enquête à Sète dont les héros sont les artistes en résidence de l’ancien collège Victor Hugo, avec ce geste artistique, propose aux passants de s’interroger sur le monde dans lequel ils vivent. Le choix de ce thème, nous avoue celui qui a débuté l’écriture en même temps que son travail sur la matière et les images et qui a exposé ces poèmes dans des musées, a été également influencé par la frénétique période électorale dans laquelle nous sommes plongés « malgré nous » - il y à, l'intérieur du lieu, un autre bout du poème qui donne également à réfléchir sur la place de l’individu dans les jeux de pouvoir. Cet espace indépendant mis en place par Pascale et Thomas, qui sert également de résidence, se positionne comme lieu d’ouverture totale à l’art contemporain dont l’élitisme supposé est mis à mal par l’infatigable activité de ces deux artistes visant à le rendre le plus démocratique possible sans altérer sa pluralité ni sa complexité. Leur but,  que partage Pierre Tilman qui les a soutenus depuis leur rencontre,  est simplement de faire se questionner, de manière plus ou moins détournée, les gens sur leur condition d'existence,  de permettre l’accès à une réinterprétation d’un environnement pas aussi évident et inébranlable que le voudraient ceux que l’art dérange justement en remettant en cause leur idéologie. Avec cette poétisation de l'espace urbain, le FLAC propose une expérience esthétique, plus qu’un message, une piste de méditation à emprunter à loisir seul ou à plusieurs.

Jazz’Art : quand les « Espoirs » se concrétisent

De nombreux prix ont été remportés lors des récents concours de danse de Montbazin et de Carcassonne par les élèves de la classe « Espoirs » de l’association Jazz’Art, de Loupian comme en témoignent les résultats ci-dessous.

Concours de Montbazin (février 2017) :

  • 1er prix groupe cat.1 : Leeloo, Lucille, Nastacia et Manon
  • Prix coup de cœur du public pour solo : Nastacia avec une performance artistique et une interprétation magnifique
  • 2ème prix solos : Nastacia et Océane
  • 3ème prix groupe préparatoire : Alicia, Carla, Chiara, Clara, Séraphine, Julia, Héloise et Pauline
  • Encouragements pour solo et duo : Cécilia et Emma

Concours régional de Carcassonne (Mars 2017) :

  • 1er prix solo jazz préparatoire : Séraphine.
  • 1er prix régional solo jazz préparatoire : Célian, le plus jeune de sa catégorie (8 ans).
  • 2ème prix solo jazz préparatoire : Julia et Chiara
  • 3ème prix solo jazz préparatoire : Alicia, Clara et Heloise - 3ème prix solo jazz cat.3 : Océane
  • 3ème prix duo : Emma et Cécilia
  • 3ème prix groupe cat.1 : Lucille, Leeloo, Nastacia et Manon

Ces récompenses sont le fruit d’un travail assidu de l’ensemble de ces élèves qui font la fierté de leur professeur, Cécile TROISI et de Jazz’Art. A suivre les prouesses de Séraphine qui prend la direction du concours national en mai prochain, pour la seconde fois…

La 20ème Foire de Loupian : un très bon millésime

Ce dimanche 26 mars, la foire de Loupian fêtait ses 20 ans. Toujours inscrit dans une démarche de valorisation du patrimoine culturel, cet évènement est l’occasion pour les Loupianais et les visiteurs de se plonger au cœur de leur culture régionale et de ses particularités. En effet tous les ans, au retour du printemps, les rues se mettent aux couleurs du village avec des drapeaux occitans qui rappellent son appartenance à la Région et qui lui permettent de revenir sur son passé.

La foire languedocienne c'est l'occasion de se replonger dans les années 1900, le samedi pour les loupianais, fiers de leur culture et de leurs traditions languedociennes. Mais avec cette foire, la ville de Loupian a parfaitement démontré qu’il était possible de renforcer l’image et l’identité du territoire de manière festive et conviviale. Le prouvent les nombreuses festivités toujours en lien avec l’ancrage territorial de la cité et de ses environs.

Le dimanche, tous les visiteurs et les habitants du bassin de Thau ont l'occasion d'en profiter car Carole et Élise, entourées par des bénévoles, avec l'aide des élus de Loupian ont travaillé sans relâche depuis des mois pour proposer une journée festive et conviviale qui fait honneur à Loupian et à la Région. Dès ce samedi, deux inaugurations : celle de l'exposition d'affiches anciennes sur les Foires de Loupian au cercle historique de Loupian. Avec des vidéos qui permettent de se replonger dans les dernières foires, Raymond Marillat et son association ont vu très juste. Puis, vers 12 h, c'était le vernissage de l'exposition du FLAC, durant laquelle, chez l'habitant, l'on pouvait observer et découvrir des messages en façade ou à l'intérieur de la maison.

 

Deux moments conviviaux que les Loupianais ont apprécié avant de participer à un loto en occitan durant l'après-midi. Elise et Carole, deux membres du personnel de la Mairie étaient encore aux manettes : avec une bonne répartition des tâches, avant et durant le week-end, avec la participation des services techniques de la mairie et, pendant la foire, de la police municipale, durant deux jours elles assureront, en étant disponibles, en accueillant les troupes et les groupes, les associations, en veillant à ce que tout soit prêt à temps, que tout soit en place, en filmant ou prenant des photos, en assurant toutes les coordinations.

 Et dès le samedi, elles ont tout fait pour qu'à 18 h 30 devant une exposition de voitures anciennes autour du centre Nelson Mandela ait lieu le jugement de Caramantran en présence du petit "Loup" et de ses jeunes porteurs accompagnés en musique par les Grailhes de Thau. À 19 h, un apéritif bien convivial réunissait de nombreux Loupianais sachant que 250 d'entre-eux allaient partager ensuite un bon repas spectacle animé par Les Bethmalais et Cap d’Aic... Une très belle soirée qui par son ambiance et par ses chants et musiques a fait honneur au Languedoc. Le dimanche, jour de fête et de Foire, dès le petit matin, plus de 50 exposants se sont installés dans Loupian, investissant les trottoirs et les "Plans" avec de l'artisanat, de la gastronomie, des produits locaux avec miel, huîtres....

Et bien d'autres domaines d'activité. Le Centre ancien et même la chapelle Sainte Hypolyte étaient investis. Les Loupianais en profitaient assez tôt avant que des visiteurs nombreux prennent leurs places. Déjà 10 h et devant la Mairie de Loupian, se pressaient de nombreux villageois habillés avec des tenues que nos ancêtres portaient en 1900. Elise et Carole pouvaient voir se concrétiser l'acte 1 de leur projet sous un très beau soleil. Il ne manquait rien, ni personne.

Alain Vidal, maire de Loupian, entouré par les membres du Conseil Municipal, par des Maires des communes voisines, en présence de François Commeihnes, de Frédéric Roig et des Conseillers départementaux pouvait ouvrir la Foire, place de la Libération, en saluant ce retour sur sur un passé qui par sa richesse culturelle et patrimoniale nous permet de mieux évoluer sur des bases solides, et en remerciant, des bénévoles, à la CABT, tous ceux qui avaient permis la réalisation de cette 20ème édition de la Foire.

Un premier défilé avec officiels et groupes costumés allait réaliser un tour de ville faisant honneur aux Loupianais en attirant de nombreux spectateurs heureux de se retrouver et de partager des moments festifs dans le même esprit. Les enfants profitaient déjà des promenades sur les ânes ou des jeux en bois, tandis qu'une fois terminé, avec déjà quelques animaux présents, le défilé matinal trouvait un point final dans la cour des Ecoles où était servi un Vin d'honneur. Entre la Foire et le repas, en solo , en famille ou entre amis, le temps passait très vite. Déjà 15h.

L'on repartait pour un second tour de ville dédié aux animaux totémiques, durant lequel chacun d'entre-eux allait pouvoir exprimer son caractère.

  Derrière Alain Vidal et certains officiels en costume d'époque suivis par des membres de l'association "Passé-Présent", avec un excellent groupe de danseurs venu de Saint Girons, appouyés par une Batucada ou encore avec des sonos portables, les animaux s'en donnaient à cœur joie : la Rhynchite de Pomérols avec ses Festipom, les ânes de Marsillargues, le cerf de Servian, la chèvre de Montagnac, le cheval marin d'Agde, l'oignon de Lézignan la Cèbe, Lou Pouli d'Alignan du Vent, le boeuf de Mèze, le cochon de Poussan, le Biou de Portiragnes, le Tarascou de Tarascon et Lou Veydrac de Villeveyrac. Un magnifique défilé qui avait du mal à trouver son chemin durant plus de 300m tant le public était nombreux.

 Avec des démonstrations et des danses, dans une ambiance printanière, tous en profitaient. L'excitation passée, il faisait bon se promener pour aller à la rencontre des exposants ou des Loupianais très heureux de recevoir dans leur charmant village autant de visiteurs.

Les ateliers complices sont de retour

Les ateliers complices sont de retour avec le printemps !

Composez un médaillon de mosaïque au thème animalier. Rendez-vous les 5 et 12 avril sur inscription (1 adulte-1 enfant).

Tarif : 9 euros par binôme. Les réservations sont ouvertes au 04.67.18.68.18

Attention les places sont en nombre limité. Venez nombreux !Aucun texte alternatif disponible.

Nouvelle exposition sur le mur de la FLAC

La F.L.A.C. Façade Locale d’Art Contemporain est un espace d’exposition de l’Espace o25rjj en façade, comme son nom l'indique, inauguré en décembre 2015.

Dans le cadre du programme de la 20ème Foire Languedocienne de Loupian le vernissage d'une nouvelle exposition sur le mur de la FLAC.
La F.L.A.C. expose de façon régulière des œuvres sur l’espace urbain et ainsi rendre accessible l’art contemporain à tous. La F.L.A.C. propose d’incorporer l’art contemporain au paysage urbain. Elle permet de rompre la frontière entre le monde de l’art et la vie quotidienne. Pourquoi ? parce qu’il est stimulant pour tous les esprits de s’interroger sur d’autres façons de voir le monde et les œuvres des artistes issus du mouvement de l’art contemporain participent à la sensibilisation à d’autres perceptions.

Cette poétisation de l’espace urbain offre une expérience esthétique aux passants les incitant à se questionner et à porter leur propre regard critique sur le monde. La F.L.A.C. c’est aussi une façon de sensibiliser sur le besoin d’espaces d’exposition qui sont à inventer dans et sur des lieux privés.

Avec la F.L.A.C. l’art sort des murs ainsi les citadins loupianais, les visiteurs, les touristes peuvent voir et revoir une œuvre artistique exposée à tout moment de la journée. Afin d’être guidé dans la lecture de l'œuvre exposée, un panneau de médiation indique le nom de l’artiste, sa démarche, un regard sur son œuvre et ses références.

Ces informations invitent le public à être autonome pour une découverte plus approfondie du travail de l'artiste. Chaque « rabâchement de façade », est inauguré sous forme de rendez-vous micro-évènementiel devant l’Espace o25rjj, en privilégiant la présence de l’artiste. Un temps de rencontre et d’échanges autour de l’œuvre et de l’artiste, une forme qui se veut évolutive avec lectures, concerts, performances, etc…

Printemps des poétes à Loupian

Récital construit avec un choix de poèmes en occitan et en français autour de l'Amour.
Ce chanté-parlé dialogue avec des improvisations au violon et à la voix avec Gisèle Pierra et Delphine Chomel accompagnement au violon.

Spectacle "çO Cantarai"
Jeudi 16 mars à 18h00
Entrée libre sur réservation

Médiathèque Stéphane Hessel-100, allée RR Trencavel-34140 Loupian-
Tel : 0499572174

Loupian : témoignages sur l'égalité des sexes

La Journée internationale des droits des femmes est célébrée le 8 mars.

Cette journée est issue de l'histoire des luttes féministes menées sur les continents européen et américain.

Le 28 février 1909, une Journée nationale de la femme (National Woman's Day) est célébrée aux États-Unis à l'appel du Parti socialiste d'Amérique3. À la suite d'une proposition de Clara Zetkin en août 1910, l'Internationale socialiste des femmes célèbre le 19 mars 1911 la première Journée internationale des femmes et revendique le droit de vote des femmes, le droit au travail et la fin des discriminations au travail. Des rassemblements et manifestations ont dès lors lieu tous les ans.

Ce n'est qu'en 1977 que les Nations unies officialisent la journée, invitant tous les pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes. La Journée internationale pour les droits des femmes fait partie des 87 journées internationales reconnues ou initiées par l'ONU. C’est une journée de manifestations à travers le monde : l’occasion de revendiquer l'égalité et de faire un bilan sur la situation des femmes dans la société.

Traditionnellement les groupes et associations de femmes militantes préparent des manifestations partout dans le monde, pour faire aboutir leurs revendications, améliorer la condition féminine, fêter les victoires et les avancées.

Pour célébrer cette journée, la médiathèque de Loupian mettait, ce mardi, avant de proposer vendredi,"Filles des vignes" à 18h00, les projecteurs sur la question de L'égalité des sexes.

Il était question de témoignages de femmes dans des métiers d'hommes. Près de 20 personnes s'étaient déplacées pour savoir comment l'on peut s'épanouir dans des métiers où l'on rencontre un fort pourcentage d'hommes.

Si Caroline Bonnafé, Commissaire de Police n'avait pu se déplacer en raison de mouvements de protestation, à Montpellier, Audrey Imbert, Ostréicultrice et Cécilia Morenda, Principale du Collège de Loupian, étaient venues témoigner de leur épanouissement dans des professions principalement masculines.

Comme elles le précisaient, le principal repose sur la motivation avec souvent une jeunesse et une éducation qui les ont guidées vers ces métiers, mais toujours une certaine volonté qui leur a permis d'atteindre leurs buts.

Pour Audrey, ce fut une attirance pour cette profession avec un conjoint qui lui a permis d'assumer ses responsabilités et qui l'a mise en avant pour qu'elle puisse avec le respect de tous être reconnue dans un milieu où l'homme est presque omniprésent. Elle a toujours pu mener à bien ses activités en s'adaptant au niveau physique.

Pour Cécilia, si enseignante elle travaillait dans un milieu féminin, beaucoup plus tard, la courbe s'est inversée comme principale, mais cela ne semble poser aucun problème que ce soit avec les professeurs ou les collègues, ou bien avec la hiérarchie. "Dans une profession énormément masculine, il faut tenir compte de contraintes ou de données comme le temps, le couple, la famille... L'âge des enfants, mais finalement l'on parvient à trouver son chemin, seule, ou avec le soutien de son compagnon ou mari."

La reconnaissance des droits de la Femme, s'est énormément développée, comme le chantait Aznavour, depuis quelques décennies, mais il reste encore du chemin à parcourir, des remises en question au niveau de la société, pour que femmes et hommes, filles et garçons soient mis sur un pied d'égalité dans tous les domaines et dans leurs professions. Ce fut la conclusion du débat qui animait la fin de la soirée.

 

 

La pierre sèche

Toutes les informations nécessaires à la réalisation dans les règles de l'art d'une belle maçonnerie de pierre sèche. Pour ériger un mur de clôture, remonter un mur de soutènement ou se lancer dans la construction d'une cabane semblable à celles, si pittoresques, qui parsèment le territoire français, il faut en effet renouer avec le savoir-faire peu à peu disparu du paysan maçon. Christian Lassure, spécialiste reconnu de l'architecture de pierre sèche, a passionnément contribué à la redécouverte, depuis une trentaine d'années, de cet ensemble de techniques traditionnelles. Il nous en livre ici généreusement toutes les clés, depuis la tranchée de fondation jusqu'aux secrets de la voûte en encorbellement.

» Amazon