Environnement

Brésil : le ciel chargé à cause des incendies


Le ciel du sud du Brésil s'est clairement obscurci ces derniers temps avec la présence d'importantes fumées et la formation de pyrocumulus à cause d'importants incendies de forêts en Amazonie. Les pyrocumulus sont de véritables cumulus et se forment par l'apport de chaleur et d'humidité. Coexistant avec la fumée, ils sont denses, sombres et bourgeonnants. Leur extension verticale peut se montrer importante.

Photos satellite GOES - 20 août 2019 - NOAA


Les feux qui dévastent la forêt amazonienne sont provoqués par des opérations de défrichements par brûlis à la saison sèche et servent à étendre les zones de culture et de pâturages. Selon l'Institut national de recherche spatiale (INPE) du Brésil, ces feux se sont largement intensifiés cette année avec une augmentation de 83 % depuis le début 2019, par rapport à l'année précédente. De janvier à août, 72 843 départs de feu ont été enregistrés, contre 39 759 sur la totalité de l'année 2018. Selon l'INPE, la déforestation en juillet a été quasiment quatre fois supérieure au même mois de 2018.

Aller plus loin : http://www.meteofrance.fr/actualites/

C'est la fin de l'aventure...les pirates du Recycleur ont levé l'ancre

C'est la fin de l'aventure...les pirates du Recycleur ont levé l'ancre et quitté les rivages du Bassin de Thau avec le sentiment du devoir accompli.

Un périple de Mèze à Marseillan avec une escale à Sète, plus de 1 000 visiteurs reçus sur le stand, près de 800 bouteilles et autres emballages recyclables collectés et sans doute de nombreux déchets en moins dans la Méditerranée.

L'aventure est terminée mais la chasse aux plastiques indésirables continue plus que jamais... il est temps de s'occuper de nos poubelles, mille milliards de détritus !L’image contient peut-être : une personne ou plus, ciel, table, plante et plein air

Réchauffement climatique : jusqu'où montera la mer?

Cet article est reproduit avec l'aimable autorisation de Jacques Carles et de futuroscopie.org

 

En pays de Thau



situation actuelle


Montée des eaux : +1 m (hypothèse GIEC, 2100)


montée des eaux : + 6m
(consensus des paléoclimatologues
pour le niveau d'équilibre à long terme)

 

   

Depuis des millions d’années, la Terre connaît des alternances de périodes glaciaires et de périodes interglaciaires avec des variations considérables du niveau des océans. Ainsi lors de la fin de la dernière période glaciaire, il y a quelque 20.000 ans, la fonte des calottes continentales et la dilatation de l’eau sous l’effet du réchauffement climatique (1) a entraîné une formidable remontée du niveau des mers de l’ordre de 120 mètres. Au plus fort de ce processus, il y a 14.000 ans, la hausse du niveau marin a pu atteindre 4 à 5 mètres par siècle pendant 400 ans selon une étude réalisée par une équipe scientifique française, étudiant les évolutions des récifs coralliens de Polynésie (2).

Après s’être peu ou prou stabilisé pendant quelques millénaires, le niveau des mers est reparti à la hausse au cours du 19ème siècle avec une nouvelle phase de réchauffement climatique. Le phénomène semble même s’accélérer depuis quelques décennies au point que, dans son dernier rapport, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a revu à la hausse ses prévisions. Il estime à présent que le réchauffement en cours pourrait se traduire par une montée des eaux de 0,5 à 1 mètre d’ici 2100.

Plus pessimiste encore, l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique, dans sa toute dernière analyse, n’exclue pas une montée du niveau des eaux pouvant atteindre 2,5 mètres en 2100, ce qui n’aurait d’ailleurs rien d’exceptionnel à l’échelle des temps géologiques. Ainsi pendant les précédents âges interglaciaires, le niveau des océans a souvent été supérieur au niveau actuel. Lors de la période interglaciaire de Riss-Würm, il y a 125.000 ans, les scientifiques estiment que le niveau des mers s’élevait à environ 6 mètres au-dessus du niveau actuel. Lors de la période interglaciaire de Mindel-Riss, il y a 400.000 ans, le niveau des mers s’est stabilisé à un niveau proche, à quelque 5 mètres au dessus de la valeur actuelle. A noter que pendant cette période les paramètres de l’orbite terrestre par rapport au Soleil étaient proches de la situation actuelle.

Ces constatations montrent qui si l’activité humaine explique sans doute une part du réchauffement actuel de note planète, d’autres paramètres, liés au système solaire, sont également à l’œuvre. En effet plus de 99% de l’énergie terrestre provient du soleil et toute variation même infime de l’activité solaire a d’énorme répercutions sur le climat. Les fluctuations de l’activité solaire affectent d’ailleurs les autres planètes qui nous entourent. Ainsi les calottes polaires martiennes se réduisent également et les températures moyennes relevées à la surface de Mars montrent qu’elles s'accroissent encore plus rapidement que sur Terre (3).

Quelles que soient les mesures prises pour tenter de contrôler le réchauffement climatique, qu’il faut prendre car elles ont de toute façon des impacts positif pour l’environnement, il faut s’attendre à une modification importante du tracé des côtes marines dans le monde d’ici 2100 et plus encore dans les siècles à venir.

Avec l’hypothèse d’une montée des eaux limitée à un mètre d’ici 2100, ce sont quand même près d’un demi-milliard de terriens qui seront affectés dans les prochaines décennies.
En Asie, les pays très peuplés du sud du continent, entre autres, le Bangladesh, l’Inde, la Thaïlande, le Vietnam, seront les plus durement touchés. En Chine les zones industrielles de Shanghai ou de Shenzhen devront s’adapter très rapidement ou disparaître. Au Japon, Tokyo et Osaka feront également face aux inondations d’une grande partie de leurs agglomérations.
En Amérique du Nord, si le Canada devrait bénéficier du réchauffement climatique et devenir une puissance arctique majeure, les Etats-Unis par contre en subiront des effets dévastateurs. La façade atlantique dans son ensemble sera d’autant plus remodelée par la montée des eaux que les zones côtières subissent par ailleurs un phénomène de subsidence, c’est-à-dire un affaissement progressif de l'écorce terrestre. New-york, Miami, Cap Canaveral feront partis des zones les plus menacées. A l’ouest, le trait de côte de la Californie, de Los Angeles jusqu’à San Franscisco, pourrait reculer que plusieurs dizaines de kilomètres.
L’Amérique du Sud devra également faire face à l’élévation du niveau de la mer mais dans des proportions moindre que pour d’autres régions. Des zones de pêche et de tourisme seront néanmoins touchés telle que Rio de Janeiro où la plage de Copacabana disparaitra.
En Afrique, le delta du Nil sera submergé et provoquera la migration forcée de millions d’habitants., de grandes métropoles comme Lagos au Nigeria, Abidjan en Côte d’Ivoire, Lomé au Togo, Le Cap en Afrique du sud devront également lutter contre les eaux. Des villages côtiers disparaitrons entièrement et avec eux certaines des plaines côtières les plus fertiles d’Afrique.
En Europe, des terres seront englouties le long de l’Atlantique, aux Pays-Bas, en Angleterre et en France où des villes comme Dunkerque, Saint-Malo ou Bordeaux seront touchées.

A plus long terme, la dernière étude exhaustive, publiée par 59 chercheurs de 17 pays, dans la revue scientifique Nature Géoscience (4) montre que les modèles climatiques actuels pourraient encore sous-estimer les changements climatiques à venir. Selon un communiqué du CEA (5) qui a participé à cette étude, « un réchauffement même limité de 1,5 à 2°C au-dessus du niveau pré-industriel sera suffisant pour causer une fonte substantielle du Groenland et de l’Antarctique à long terme, et engendrer une hausse du niveau de la mer de plus de 6 mètres qui persistera des milliers d’années. Des vitesses de montée du niveau de la mer supérieures à celles de ces dernières décennies sont alors probables » . Une prévision qui rejoint les conclusions des paléoclimatologues qui ont pu mettre en relation, sur longues périodes, les cycles glaciaires et le niveau des océans.

En Méditerranée, Sète deviendra une vraie île, Frontignan, en grande partie noyée, pourrait néanmoins devenir le centre du port régional. Un archipel se constituera autour de Vic la Gardiole devenue une île tout comme Agde plus au sud.

 

 

Bientôt les premiers effets du réchauffement climatique en pays de Thau

Au cours des 50 dernière année le niveau des mers est monté d’environ 10 cm. Le phénomène s'accélère peu à peu avec, dans les 5 dernières années, un rythme de progression qui atteint 4 à 5 mm par an.

Le littoral languedocien ne sera pas épargné par le phénomène avec une élévation du niveau de la Méditerranée attendue entre 20 et 30 cm d'ici à 2050.

A cet horizon de temps, Sète ne sera pas encore une île mais les premiers effets du changement climatique sur l'économie commenceront à se faire sentir, en particulier sur les prix de l'immobilier qui anticipent toujours ces évolutions.
Les prix des quartiers à risques en bord de mer commenceront à baisser puis à s’effondrer alors que les quartiers hauts et Saint-Clair verront leurs prix s’envoler.

Par ailleurs  les impôts locaux devraient encore augmenter pour financer les travaux qui seront nécessaires pour adapter Sète et plus généralement l'ensemble du littoral.

L’impact du réchauffement climatique sur l’immobilier a déjà commencé à l'étranger dans des zones où le risque climatique est déjà bien perçu par la population comme par exemple  en Floride et dans certaines zones de l’Italie où le recul encours du trait de côte valorise les zones qui seront à l’abri et freine le bétonnage des côtes. En Chine, les pouvoirs publics anticipent également l'impact des changements climatiques et planifient la relocalisation des activités économiques et de nouvelles infrastructures...

 

 


situation actuelle


Montée des eaux : +1 m (hypothèse GIEC, 2100)


montée des eaux : + 6m
(consensus des paléoclimatologues pour le niveau d'équilibre à long terme)

références :

  1. Comme tout corps physique l’eau se dilate avec la température et plus la température s’élève, plus la dilation s’accentue. Le coefficient de dilation passe ainsi de l’ordre de 0,02% à 10° à 0,2% à 20° et 0,8% à 40°.
  2. Lettre n°5 du Changement Global (octobre 1996) : « Le niveau marin depuis 20 000 ans enregistré par les coraux ». La Lettre du Changement global, issue du Programme Mondial de Recherches sur le Climat, émane du Comité national français du changement global, en relation avec l'Académie des sciences.
  3. Lori K. Fenton, Paul E. Geissler & Robert M. Haberle. Global warming and climate forcing by recent albedo changes on Mars. Nature,Vol 446, 5 April 2007
  4. Fischer, H., Meissner, K.J., Mix, A.C., et al.: Palaeoclimate constraints on the impact of 2°C anthropogenic warming and beyond. Nature Geoscience, 25 June 2018.
  5. CEA, communiqué de presse du 26 juin 2018

Aujourd’hui, NE PAS TRIER, TUE !

 letri

Chaque minute, l’équivalent d’un camion poubelle de plastique est déversé dans le milieu marin.

Nous produisons en moyenne 300 millions de tonnes de plastiques par an et on estime qu’entre 8 et 12 millions de tonnes finissent dans nos océans...

Une fois répandus, il est très difficile, voire impossible de nettoyer ces déchets. Ils flottent des régions polaires à l’équateur, à toutes les profondeurs. La problématique est encore plus dramatique en méditerranée, une mer « fermée »…

Eliminer le plastique à la source reste donc la meilleure solution pour lutter contre cette pollution. Pour cela, nous devons trier ! Autant que possible… car aujourd’hui, NE PAS TRIER TUE !

Si le nettoyage des plastiques en mer semble un chantier titanesque dont personne ne veut assumer la paternité ni les coûts, il est de la responsabilité des décideurs politiques d’adopter des mesures efficaces de réduction à la source des déchets en sensibilisant leurs populations aux gestes du tri, puis de garantir le recyclage des déchets.

C’est le sens de l’action que mène cet été Sète agglopôle méditerranée, en mettant en place des nouveaux visuels « NE PAS TRIER TUE » sur certains containers en point d’apports volontaires (PAV).

letri22preview_OM

letri33preview_verre

Les visuels, volontairement « réalistes », traduisent les effets désastreux de la pollution qui touche particulièrement les tortues marines et les oiseaux de mer, mais n’épargne pas les autres mammifères marins et les poissons.

Les PAV (Verre – Ordures ménagères – Emballages) seront mis en place dans les centres-ville de certaines communes, à proximité immédiate du milieu marin afin de sensibiliser les usagers, touristes et commerçants.

Les premiers PAV (34 au total) sont à découvrir à partir de mercredi 24 juillet, quai du Général Durand à Sète (en face du restaurant La Marine).

Un drone marin pour recenser et mieux protéger les cétacés en Méditerranée

Wal, Cachalot, Nageoire Caudale

 AFP /

Depuis la mi-juillet 2018, un drone à l'allure de pirogue polynésienne navigue au large des côtes de Toulon (sud de la France), équipé de micros sous-marins pour enregistrer les sons émis par les cachalots. Grâce au Sphyrna, les scientifiques espèrent décrypter leurs déplacements pour mieux protéger ces espèces menacées.

Des cliquetis résonnent à intervalles réguliers puis s'accélèrent: derrière les oscillations qui s'affichent sur son ordinateur, Hervé Glotin, chercheur en bio-acoustique à l'université de Toulon, ne cache pas sa surprise d'entendre aussi distinctement grâce au drone le passage d'un cachalot enregistré au large de la rade.

Le mammifère, quasi invisible, passe plus de 95% de son temps sous l'eau à plus de 1.000 mètres de profondeur dans la plus totale obscurité et l'étude acoustique reste encore le meilleur moyen de connaître ce cétacé, qui se dirige grâce à un sonar ultra-performant.

Habituellement, c'est grâce à des bouées qui divaguent dans les océans que les enregistrements sont effectués ou à des appareils embarqués sur d'imposants bateaux. Problème: ces études s'effectuent à point fixe et changent le comportement de l'animal.

Le Sphyrna commandé à distance peut, lui, suivre silencieusement les cachalots pendant des heures dans les abysses et capter les sons avec ses cinq micros sous-marins sur un rayon de 10 km et une profondeur de 2.000 mètres. Il agit comme un "éclaireur", se félicite le scientifique.

De petite dimension --17 mètres de long et 4 de large--, ce bateau, qui pèse à peine plus d'une tonne grâce avec ses coques en fibre de carbone, est particulièrement stable grâce à leurs formes asymétriques. Son profil effilé permet aussi de réduire les frottements avec l'eau, résume son concepteur Fabien de Varenne, à la tête de la start-up Sea Proven installée en Mayenne (ouest).

- Tués par collision -

Autant d'éléments qui permettent à ce drone silencieux, alimenté par des panneaux solaires, de ne pas parasiter les enregistrements sous-marins qui permettront de quantifier les spécimens au large de la Côte d'Azur.

Tout savoir sur : https://www.afp.com/fr/infos/334/un-drone-marin-pour-recenser-et-mieux-proteger-les-cetaces-en-mediterranee-doc-18e6214

La mer Méditerranée continue à battre des records de température

l n’y a pas que dans nos villes qu'il fait chaud. La température de la Méditerranée continue de grimper et de battre tous les records sur la Costa Brava. Un constat alarmant que relaie l'Indépendant. Le record de température du 6 août 2018 dans le port de la station balnéaire de l’Estartit, entre Rosas et Bégur, n’aura d’ailleurs qu’un peu plus d’un an. Le 8 août 2019, la température a affiché un nouveau record à 26,6 °C.

Sea, Sailing Vessel, Boat, Ship

Patrick Raimbault cite en exemple l'année 1999. Une température de l'eau élevée avait alors causé la mort de nombreux coraux : " A cause d'un épisode de chaleur important, il y a eu un phénomène de blanchiment des coraux et cela a affecté des espèces emblématiques de la Méditerranée " . 

Depuis une vingtaine d’années, la présence des méduses est de plus en plus régulière sur le pourtour méditerranéen. Une première conséquence de l'augmentation des températures.

Les scientifiques estiment que la mer Méditerranée devrait gagner 2 degrés en moyenne d’ici à 2100.

En savoir plus : https://www.20minutes.fr/planete/

Sécheresse : le bassin de Thau passe en alerte renforcée !

Pour rappel -> Niveau d'alerte renforcée : les interdictions

- Le remplissage des piscines privées
- Le lavage des véhicules publics ou privés en dehors des stations professionnelles
- Les bornes et fontaines en circuit ouvert devront être fermées
- L’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés des jardins potagers et d’agrément
- L'arrosage des terrains de sports et d'entraînement
- Le lavage des voiries
- Le fonctionnement des douches de plage
- Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des étangs et plans d’eau de loisirs à usage personnel
- La vidange des plans d’eau de toute nature dans les cours d’eau
- L'arrosage des jardins potagers entre 8h et 20hL’image contient peut-être : texte

Sécheresse : passage au niveau "alerte renforcée"

Plusieurs zones du département de l’Hérault, dont Sète et le bassin de Thau, sont passées en alerte sécheresse « renforcée » depuis ce jeudi 8 août. Dans ce cadre, la préfecture impose des restrictions concernant l’usage de l’eau pour les collectivités et les particuliers.

Pour la Ville, est notamment interdit l’arrosage des espaces verts et des terrains de sport, le fonctionnement des douches de plage ou encore le nettoyage de la voirie sauf impératif sanitaire et à l’exclusion des laveuses automatiques. A noter que les points d’eau équipés d’un bouton poussoir restent ouverts.

Pour les particuliers, les restrictions sont les suivantes : interdiction du remplissage des piscines sauf première mise en eau, du lavage des véhicules hors station professionnelle et de l’arrosage des pelouses. Ces mesures sont prescrites jusqu’à nouvel ordre.

L’Ephippigère à protéger

Ephippigère

Vous la rencontrerez dans les vignes, ou dans la garrigue, cette magnifique sauterelle ne saute pas, elle ne vole pas non plus, et son repas est composé de feuilles de vigne, de ronces ou d’insectes Mais l’agriculture intensive avec les phytosanitaires a beaucoup impacté la population de l’Ephippigère C’est un insecte Orthoptère

L’agriculture raisonnée pourrait lui être favorable. Cette grosse sauterelle de 30 à 35 mm a un cri strident, « tsii-zi », ce qui lui a donné le nom de jeudi ».elle ne pique pas et n’est pas dangereuse elle n’a aucun statut de protection. Il faut donc la protéger…

Signalez les atteintes à l'environnement !

Alors que la problématique des décharges sauvages s'est tristement invitée dans l'actualité, FNE Languedoc Roussillon, fédération d'associations de protection de la nature à laquelle adhère la LPO Hérault, lance un site et une application vous permettant de signaler des atteintes à l'environnement tout comme des projets plus vertueux à valoriser sur notre territoire.


+ d'infos : https://sentinellesdelanature.fr/Languedoc-Roussillon.15.ht…

Feux de forêts : prévenir les risques

Forest Fire, Fire, Smoke, Conservation

 

Alors que l'été est une période pendant laquelle les risques d'incendie de forêts sont importants, la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises rappelle quelques consignes.

En matière de prévention, il est demandé notamment de :

  • respecter les interdictions d'accès aux forêts en période de risques (vent, sécheresse...) ;
  • ne pas allumer de feu même si vous pensez avoir pris toutes les précautions ;
  • ne pas fumer en forêt, dans les bois, ni à proximité ;
  • ne pas jeter de mégots par la fenêtre de la voiture.

Pour ceux qui habitent en forêt, la sécurité civile conseille de ne pas planter à proximité des habitations certaines essences très inflammables (chêne kermès, cyprès, mimosa, eucalyptus, végétaux épineux et conifères) et de ne pas pratiquer de brûlage entre avril et septembre surtout si le vent souffle. Par ailleurs, les abords des constructions doivent être débroussaillés sur une distance de 50 mètres sans tenir compte des limites de la propriété, les gouttières en matière plastique proscrites, les conduits de cheminée équipés d'un grillage permettant d'éviter l'entrée des braises, les réserves de combustibles (bois, fuel, butane) non accolées à la maison et la piscine accessible.

En cas de départ de feu :

  • prévenez rapidement les pompiers en composant le 18 ou le 112 et en donnant la localisation la plus précise possible de l'incendie ;
  • essayez d'éteindre le feu avec de la terre, du sable ou de l'eau ;
  • en voiture, ne sortez pas de votre véhicule si vous êtes face à un front de flammes (abritez-vous, fermez les vitres et allumez vos feux pour être vu des secours) ;
  • à pied, recherchez un écran de protection : un rocher ou un mur (placez un linge humide sur votre visage).

Si vous êtes dans un logement :

  • n'évacuez que sur décision des sapeurs-pompiers ou des forces de l'ordre ;
  • arrosez les abords de votre maison, les façades (rentrez un tuyau d'arrosage qui servira après l'incendie) ;
  • fermez également les volets, la trappe de tirage de la cheminée, bouches d'aération et de ventilation (placez en bas des portes des serpillières mouillées ;
  • garez les voitures, vitres fermées, contre les façades opposées à la direction du feu ;
  • laissez votre portail ouvert pour les secours.

Dans la mesure du possible, habillez-vous de vêtements de coton et mettez un linge humide sur le nez pour vous protéger des fumées.