Environnement

Deux projets du CPIE Bassin de Thau sont retenus aux budgets participatifs de la Région Occitanie et du Département de l'Hérault.

Deux projets du CPIE Bassin de Thau sont retenus aux budgets participatifs de la Région Occitanie et du Département de l'Hérault. Seuls les projets qui réuniront le plus de vote citoyens seront financés.

Il s'agit de deux outils itinérants et pédagogiques pour sensibiliser à la préservation du milieu marin et du littoral et donner le pouvoir d'agir aux citoyens :

 

- Prenez de la hauteur avec La guinguette volante !

 

Découvrez le littoral et la biodiversité marine à travers cet espace festif et convivial. Des outils interactifs et numériques pour faciliter l'appropriation de ces espaces par les citoyens, leur faire découvrir le littoral vu d'en haut (avec des prises de vues en cerf-volant) et la biodiversité vue sous l'eau avec la réalité virtuelle (si le budget le permet sinon avec des vidéos sur tablette numérique).

 

Sur place un espace pour découvrir les produits locaux du territoire où la Guinguette s'est posée. Des échanges avec l'animateur.trice qui apportera des solutions aux citoyens pour agir en faveur de la biodiversité (astuces, sciences participatives, formations...).

Vous pouvez voter jusqu'à 3 projets en Occitanie en créant un compte gratuit sur http://bit.ly/guinguette-volante

- Répondez à L'appel de l'explorateur Cephalos...

 Partez à l'aventure dans un univers unique à travers une escape game itinérante et éco-conçue. Ce projet a reçu le 2ème prix de l'Ocean Hackathon Sète 2019 pour sa capacité à rassembler une équipe autour de défis liés à la préservation du milieu marin. La coopération pour agir ensemble !

Ce jeu d'évasion est le premier partenariat avec l'Ecole Supérieure des Métiers Artistiques qui a permis à deux élèves de l'ESMA de prendre part à une projet pédagogique, créatif et innovant.

Le budget permettra la concrétisation du jeu pour monter une salle itinérante (et/ou selon le budget, un plateau de jeu utilisable en milieu scolaire et une version jeu en ligne).

 

Rendez-vous sur www.bit.ly/cephalos !

Deux outils itinérants et pédagogiques pour sensibiliser à la préservation du milieu marin et du littoral et donner le pouvoir d'agir aux citoyens.

Prenez de la hauteur avec La guinguette volante ! Découvrez le littoral et la biodiversité marine à travers cet espace festif et convivial.

Vous pouvez voter jusqu'à 3 projets en Occitanie en créant un compte gratuit sur jeparticipe.laregioncitoyenne.fr

 

Répondez à L'appel de l'explorateur Cephalos... Partez à l'aventure dans un univers unique à travers une escape game itinérante et éco-conçue. Ce projet a reçu le 2ème prix de l'Ocean Hackathon Sète 2019.

Vous pouvez voter pour 3 projets sur 3 territoire différents. L'escape game est sur le territoire Sète agglopôle méditerranée. Créez un compte gratuit sur jeparticipe.herault.fr

Les observations remarquables de la LPO de septembre 2020

Liste des animaux jamais observés, très rares et rares de l’Hérault transmis sur le site d’inventaire participatif faune-occitanie.org et application mobile Naturalist  : Faucon d’Eléonore Vendémian : 1 individu le 10/09 (M.Duquet) Bécasseau de Temminck Lansargues : 3 individus le 03/09 (R.Malignat), 3 individus le 11/09 (F.Zecchino, S.Arriubergé), 6 individus le 14/09 (P.Feldmann), 1 individu…

Voir l’article complet

Les gestes simples pour consommer plus responsable

Savez-vous que vous pouvez apporter votre pierre à l'édifice d'une consommation plus responsable ? Par vos décisions d'achats, votre utilisation et votre revalorisation des produits, vous pouvez agir au quotidien pour préserver l'environnement. Quels réflexes adopter dans vos achats ? Quels logos privilégier ? Comment offrir une seconde vie à vos produits ? Toutes les astuces pour consommer utile.

Les gestes écologiques au moment de l'achat des produits

De quoi avez-vous vraiment besoin ?

Au moment de faire vos achats, il peut être utile de vous demander si vous avez vraiment besoin de tel ou tel produit. Allez-vous vous en servir ? Les quantités achetées correspondent-elles à votre consommation ? S'il s'agit d'un appareil que vous allez peu utiliser, est-il possible de le louer ou de se le faire prêter ? Autant de questions qui peuvent éviter le gaspillage et vous permettre de faire des économies.

Lire aussi : Comprendre les labels bio

Quels produits privilégier ?

Comme l'indique l'ADEME, choisissez des produits durables, robustes et réparables, dont les pièces détachées sont facilement trouvables. Évitez les produits trop perfectionnés. Vous risquez  de payer pour une sur-performance inutile : un ordinateur très puissant n'est pas nécessaire pour un usage familial.

Dans tous les cas, jetez un oeil aux garanties disponibles. En plus de la garantie légale obligatoire, les constructeurs proposent parfois un délai supplémentaire de réparation.

Privilégiez les appareils économes, à faible consommation d'énergie ou d'eau. Les étiquettes énergie, qui précisent la consommation des produits concernés, sont obligatoires pour de nombreux équipements : lave-linge, fours électriques ou au gaz, réfrigérateurs, téléviseurs, aspirateurs...

Les produits à base de matières renouvelables, ou - à défaut - à base de matières recyclées ou recyclables, s'avèrent des choix pertinents pour la préservation de l'environnement. Vous pouvez aussi opter pour des produits rechargeables (piles, stylos, cartouches d'imprimante, flacons de savon...).

Au rayon alimentation, préférez les fruits et légumes de saison, moins chers, plus goûteux et dont la production est moins énergivore.

Zoom sur les logos environnementaux

Il existe de nombreux logos qui vantent l'impact écologique moindre de certains produits. Ces logos doivent se baser sur de vrais cahiers des charges ou être élaborés par des institutions publiques. En voici quelques-uns.

  • Pour les produits alimentaires
AB Agriculture biologique
Agriculture biologique AB
(logo public - France)
Agriculture biologique
Agriculture biologique
(logo public - Europe)
Issus d'une exploitation à haute valeur environnementale
Issus d'une exploitation
à haute valeur
environnementale (HVE)

(logo public)
Bio équitable
Bio équitable
(logo privé)
Fairtrade Max Havelaar
Fairtrade Max Havelaar
(logo privé)
  • Pour les produits non alimentaires
Ecolabel européen
Ecolabel européen
(logo public)
Ecolabel nordique
Ecolabel nordique
(logo public)
Ange bleu
Ange bleu
(logo public)
Energy Star
Energy Star
(logo public)
PEFC
PEFC
(logo privé)

En savoir plus sur les labels environnementaux sur le site de l'ADEME

Lire aussi : Achat d'un véhicule neuf : comment fonctionne le bonus écologique ?

Quels transports utiliser pour faire vos courses ?

Les trajets des consommateurs pour faire leurs courses produit des impacts notables. Pour éviter de trop polluer, vous pouvez grouper vos achats et faire les « grandes courses » en une seule fois. Vous pouvez aussi utiliser les transports en commun ou tout simplement vous rendre dans des commerces de proximité. Pensez également aux circuits courts : ventes directes, producteurs locaux, AMAP (associations pour le maintien d'une agriculture paysanne), etc. Privilégiez le transport à vélo pour les petites courses.

Quand vous commandez à distance, vous pouvez aussi renoncer aux envois express et privilégier les délais de livraison un peu plus longs permettant aux distributeurs d'optimiser leur logistique et le remplissage de leurs camions. Et qui dit moins de camions, dit moins de pollution.

Lire aussi : Bonus vélo : une aide pour l'achat d'un vélo électrique

Les gestes écologiques au moment de l'utilisation des produits

Une fois à la maison, il est encore possible d'agir pour l'environnement.

En premier lieu en évitant le gaspillage. En France, selon l'ADEME, chaque année, 30 kilos d'aliments par personne partent à la poubelle dont 7 kilos encore emballés. Des mesures simples permettent de réduire ce gâchis. Pensez à bien organiser votre réfrigérateur en plaçant à l'avant les aliments à consommer en premier. Indiquez les dates d'ouverture des produits sur les emballages. Rangez la nourriture dans des placards secs et ventilés.

Au niveau des dates de conservation, seule la date limite de consommation (DLC) concerne les denrées périssables. Elle est indiquée par la mention « À consommer jusqu'au ». Au-delà, les aliments peuvent présenter un risque pour la santé. Pour les conserves, l'épicerie ou encore les surgelés, la mention « À consommer de préférence avant » signale une date de durabilité minimale (DDM). Ces denrées peuvent être consommées après la DDM, si elles n'ont pas été ouvertes et qu'elles ne sont pas altérées.

Hors alimentation, vous pouvez prolonger la durée de vie de vos produits, en respectant bien leurs conditions d'utilisation, en les entretenant régulièrement et en les faisant réparer en cas de panne.

Lire aussi : Alimentation  : comment lire les étiquettes nutritionnelles | Nutri-Score, l'étiquetage qui rend l'information nutritionnelle plus lisible

Les gestes écologiques après l'utilisation des produits

Objectif : le moins de déchets possible. Après utilisation, la question de la valorisation des produits est importante. S'agissant des denrées alimentaires, vous pouvez faire attention à bien vider les contenants, comme les pots ou les boîtes. Les déchets organiques (épluchures, coquilles d'oeufs, pain...), entièrement biodégradables, peuvent servir de compost.

Pour le reste, essayez de réutiliser ou d'offrir une seconde vie à vos produits en bon état. Vous pouvez les offrir, les échanger ou les vendre. Et pour ceux qui doivent vraiment être jetés, respectez les consignes de tri [PDF - 1079 Ko]. Certains matériaux peuvent être recyclés : verre, métaux, plastique, papier... D'autres peuvent être incinérés et produire de l'énergie.

Lire aussi : Sécurité des consommateurs : comment signaler un produit à risque ? | Droits du consommateur : que faire en cas de litige ?

L'aquaponie passe au niveau supérieur

Ichthys Aquaponic (Afrique du sud)

L’aquaponie, une technique consistant à coupler un bassin où sont élevés des poissons (truites, sandres, tilapia) et un potager hors-sol. Les déjections des poissons sont recueillies, bio-transformées par voie bactérienne en nutriments puis utilisées comme engrais dans l’eau d’arrosage pour le potager. Celle-ci, une fois les nutriments consommés par les plantes, est récupérée et filtrée avant d’être retournée au bassin d’élevage de poissons.

Des petites installations étaient déjà très populaires dans les milieux survivalistes. Il s’agit alors d’un simple assemblage d’un aquarium et d’une mini-serre installée en jardin, en terrasse ou sur un toit d’immeuble. À présent, des constructeurs, comme Hydronov au Canada, proposent des installations de grandes dimensions incorporant plusieurs bassins d’élevage de poissons et diverses plateformes maraichères comme celle de Draffenville dans le Kentucky où West KY Aquaponics gère une grosse unité de 800 m2 dédiée au marché local. L'aquaponie est donc en passe de changer d'échelle.

En Europe, avec le projet INAPRO[1], l’UE finance déjà 4 grands sites de démonstration industrielle : à Abtshagen et Waren en Allemagne, à Murcia en Espagne, à Rumbeke-Beitem en Belgique. Elle teste également, en coopération avec la Chine, à Shouguang, une exploitation produisant annuellement 30 tonnes de poissons (morue de Murray, barramundi, écrevisse) et 360 tonnes de légumes (laitues, tomates, ginseng) sur 2.100 m2. Le succès des pilotes de démonstration d’INAPRO laisse d’ores et déjà augurer d’un fort développement de l’aquaponie dans les années à venir.

En Afrique, l'aquaponie trouve également un terrain favorable à son développement. Le continent compte déjà plusieurs installations opérationnelles (Afrique du sud, Rwanda, Ile Maurice, etc.) et de nouveaux grands projets sont déjà planifiés notamment en Namibie car le système est peu consommateur de ressources et peut s'adapter  aux zones semi-arides.

_________________________

[1] INAPRO : Innovative Aquaponics for Professional Application.

Si vous souhaitez apporter votre contribution à la protection du littoral, vous êtes les bienvenus à Frontignan, ce dimanche 27

Si vous souhaitez apporter votre contribution à la protection du littoral, vous êtes les bienvenus à Frontignan, ce dimanche 27 septembre, de 9h à 12h, pour participer à une opération de collecte de déchets.
Point de rendez-vous : Le Poisson Glouton, Plage des Aresquiers.
(Parking Saint - Eugène - GRATUIT).
Sète agglopôle, partenaire de l'événement, assurera le traitement des déchets récoltés. Sacs et gants fournis. Port du masque obligatoire.
+ d'info au 06 82 57 63 50 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
L’image contient peut-être : une personne ou plus, océan et plein air, texte qui dit ’DE Je nettoie ma plage. DIMANCHE 27 SEPT. DE 9H00 À 12H00 POINT DE RASSEMBLEMENT LE POISSON GLOUTON LA PLAGE DES ARESQUIERS PARKING GRATUIT PORT DUMASQUE OBLIGATOIRE MARCHEURS NAGEURS PLONGEURS SONT LES BIENVENUS SACS ET GANTS FOURNIS www.iloveplanet.fr UN ÉVÉNEMENT EN PARTENARIAT AVEC ESASSOCIATIONS SWIM4SEAE CETASETE. rg) Frontignanla Peyrade Sète aGGL OPÔLe ACHEE ARCHIPELDETAU méditerranée’

Découvrez l'éruption volcanique qui a marqué le climat du Moyen-Âge

Tungurahua Volcano eruption long exposure with lava

Vous avez entendu parler du Mont Agung à Bali qui est entré en éruption en 2017 mais savez-vous que l'histoire de la Terre est jalonnée d'éruptions volcaniques de très fortes amplitudes pouvant bouleverser le climat mondial ?

Pour en savoir plus sur le sujet, découvrez, sur le site internet du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), la longue enquête des scientifiques sur une mystérieuse éruption qui changea durablement le climat planétaire au Moyen-Âge.

Si vous connaissez peut-être le Yellowstone, le Santorin, le Vésuve ou encore le Tambora, vous n'avez aucun souvenir sur cette éruption du Moyen-Âge qui fut l'une des plus puissantes de ces 10 000 dernières années et qui généra de gigantesques rejets dans l'atmosphère ayant pour conséquence de faire baisser la température à l'échelle mondiale. Retour donc avec le CNRS sur une longue enquête qui permit de localiser cette mystérieuse éruption du XIIIe siècle sur une île d'Indonésie.

Pour en savoir plus

Pas de malaïgue durant l'été 2020

Lancé le 29 juin, le suivi hebdomadaire, mis en place chaque été depuis 2007 pour détecter les baisses de la teneur en oxygène dans l'eau et les éventuels départs de malaïgue, s’est achevé le 1er septembre. Les prélèvements réalisés par le Comité régional de conchyliculture en Méditerranée (CRCM), l’Ifremer, le Cépralmar et le SMBT n’ont pas révélé de valeurs critiques en dépit d’épisodes de fortes chaleurs.
Un bilan des suivis réalisés durant l'été 2020 vient d'être mise en ligne  sur le site du SMBT.

En savoir plus

Respectons nos rivières : mode d'emploi

 

Protéger les rivières, c’est préserver l’avenir du territoire ! Brandi à bout de lance par quatre monuments des joutes durant l’été 2019, le message se décline désormais dans une plaquette, éditée en septembre par le Syndicat mixte du bassin de Thau. Carte et photos à l’appui, le document explique l’importance des 59 cours d’eau qui sillonnent le bassin versant de Thau et d'Ingril, les actions engagées pour les préserver ainsi que le rôle et les obligations des riverains dans cet entretien. Y sont détaillés les bonnes pratiques, les périodes propices aux interventions, les cadres légaux ainsi que les gestes à proscrire.

Principaux vecteurs d’une eau douce indispensable à la lagune, les quelque 550 kilomètres de rivières et ruisseaux de Thau filtrent naturellement l’eau. Ils limitent l’intensité des crues et constituent de précieux réservoirs de biodiversité où cohabitent de multiples espèces aquatiques mais aussi terrestres grâce à la ripisylve. Longtemps délaissés et parfois artificialisés, ces couloirs écologiques sont depuis près de 10 ans surveillés, entretenus et restaurés par le Syndicat mixte du bassin de Thau et Sète agglopôle Méditerranée. En 2019, 17 chantiers de nettoyage (désobstruction de lit, élagage, enlèvement des déchets) ont ainsi été diligentés. Afin de rendre aux cours d’eau l’espace nécessaire à leur bon fonctionnement, des projets de reconquête morphologique sont aussi engagés depuis 2018. Un vaste chantier environnemental auquel  la population et en particulier les riverains peuvent participer.

Télécharger la plaquette "Respectons nos rivières"

Comment favoriser la biodiversité en agriculture?

 

La biodiversité et la qualité des eaux sur le territoire de Thau dépendent en partie des pratiques agricoles. Outre la réduction, voire l’élimination, des produits phytosanitaires, la gestion et l’entretien de certains éléments paysagers sur les exploitations jouent un rôle essentiel. Haies, fossés, mares temporaires, arbres isolés,  bandes enherbées et murets peuvent en effet abriter de nombreuses espèces d’oiseaux, insectes, reptiles ou amphibiens, véritables alliés des cultures. Editée par le SMBT, dans la cadre de l'animation Natura 2000, une plaquette détaille les bénéfices de ces infrastructures agro-écologiques (IAE).

Rappelant la règlementation favorable au maintien de ces IAE, le document livre de nombreux conseils pour entretenir ces infrastructures et liste les gestes à proscrire.  Utile à tous les agriculteurs, ce livret va être distribué en priorité aux exploitants installés dans la plaine de Villeveyrac-Montagnac. Dans cette zone, intégrée au réseau Natura 2000 depuis 2006, 16 agriculteurs et 2 éleveurs ont  d’ores et déjà adopté des pratiques vertueuses via le dispositif MAEC*.

*Mesures agro-environnementales et climatiques.     

Télécharger la brochure

Australie : mort de 380 "dauphins-pilotes" coincés dans une baie en Tasmanie

L'opération a échoué. Les sauveteurs ont annoncé, mercredi 23 septembre, la mort de 380 globicéphales – ou dauphins pilotes – coincés dans une baie reculée de Tasmanie, en dépit d'intenses efforts pour tenter de les sauver. "Nous avons un chiffre plus précis et nous pouvons confirmer que 380 cétacés sont morts", a déclaré Nic Deka, directeur directeur des Parcs naturels de Tasmanie, qui a précisé que "30 sont toujours en vie et que 50 ont déjà été sauvés".

 

Wal, Pilot Whale, Mammifères Marins

Les causes de ces échouages massifs de cétacés demeurent inconnues. Une soixantaine de personnes, dont des spécialistes de la protection de l'environnent et des employés de fermes aquacoles voisines, participent aux opérations de sauvetage des globicéphales retrouvés coincés lundi en partie submergés.

Aller plus loin : https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/biodiversite/australie-mort-de-380-dauphins-pilotes-coinces-dans-une-

Le World Clean Up c'était aussi à Villeveyrac

cleanCapture

Le 19 septembre avait lieu la journée World Clean Up Day ou en français la journée mondiale de nettoyage citoyen. Malgré les menaces météorologiques sur la tenue de l’évènement, VILLEVEYRAC est passée littéralement entre les gouttes et ce ne sont pas moins d’une quarantaine de bénévoles qui ont fait le « job » pendant toute la matinée.

Plusieurs groupes se sont déployés dans le village, sur la Place du Marché aux Raisins, le long de la route de Montagnac, au Spar, sur le chemin du Pontil ou autour du cimetière. Et encore une fois, la Commune a mis en avant son leadership en termes d’actions citoyennes et participatives, avec la présence de Loupianais/e et de Poussannais/e venus en renfort pour participer à cette manifestation. VILLEVEYRAC n’était bien sûr pas en reste avec la présence nombreuse de membres du désormais célèbre CCFF, dont le dévouement et la disponibilité n’est plus à démontrer. Une des grandes fiertés, dans la réussite de cette journée, outre le fait que les bénévoles étaient plus nombreux que l’année précédente, était la présence d’un contingent de toute générations et de tous les horizons.

Avec comme seules armes, gilets, gants et sacs poubelle parents, enfants, retraités, élus, jeunes ou moins jeunes ont amassé pendant toute la matinée, mégots, emballages, ou autres déchets en tout genre. En tout, plus de trente sacs ont été remplis et évacués des zones de passage. La palme de cette année : un aspirateur, une trottinette, une tête de lit et un matelas

Si les torts sont partagés, entre le vent qui disperse et les fortes pluies qui ramènent tout dans les ruisseaux, nous rappelons que la propreté est l’affaire de tous, non pas seulement pour des considérations écologiques, devenues le combat du XXIe siècle, mais de façon plus « égoïste » pour la préservation du cadre de vie dans notre beau village.

De nouvelles actions de ce type devraient voir le jour dans les prochains mois et ce, tout au long de notre mandat, pour que la Commune conserve l’intégrité de son terroir, à la fois zone Natura 2000, API Cité et fer de lance de l’agriculture dans le secteur.

Il reste encore beaucoup à faire mais les efforts consentis par les bénévoles, une meilleure pédagogie auprès de la population et les actions-chocs à venir, comme le projet porté par le Mas Troquet au niveau régional, pour la mise en place de Totems de déchets aux sorties du village, devraient mettre en lumière la problématique de la pollution de nos sols. D’autant plus qu’au niveau du Bassin de Thau, outre l’impact sur la biodiversité dans l’arrière-pays, c’est toute l’économie conchylicole, capitale dans le secteur, qui se retrouve menacée, en particulier en cette période d’épisodes cévenols, puisque tout, déchets, mégots, liquides, finit par se déverser dans l’Etang.cleanhjkkkCapture