Gastronomie

Le restaurant de l'hôtel Port Marine, à Sète, innove

Le restaurant de l'hôtel Port Marine, à Sète, innove en devenant le premier établissement Les Halles Solanid en franchise.

Manger bon et manger sain, se faire plaisir à petit prix avec des ingrédients choisis pour leurs valeurs gustatives et nutritionnelles, c'est le pari des Halles Solanid.solanidCapture Quand deux amis, chefs d’entreprise, ont en commun une énergie et des valeurs, un nouveau projet ne tarde pas à naître. Xavier Lormand, directeur général du groupe hôtelier Roussillhotel (10 établissements en Languedoc-Roussillon et à Marrakech) avait envie de propulser le restaurant de l’hôtel Port Marine dans une nouvelle ère et de dynamiser le lieu avec un nouveau concept, une approche moderne et positive de la restauration.SALCapture

"Yann Desplan, Président du groupe Fontalvie, spécialiste de l’innovation santé et créateur notamment des concepts Cliniques du Souffle et R-Révolution Santé, vient de lancer une franchise de restauration, Les Halles Solanid, dédiée à une cuisine authentique, gourmande et totalement orientée vers la santé et le bien-être. A ce projet se greffe bientôt Guillaume Jorda, ami d’enfance de Xavier Lormand et Yann Desplan, qui se verra confier la décoration et l’aménagement intérieur du restaurant. Décorateur autodidacte, Guillaume Jorda va donner une âme à ce lieu en utilisant le fer et le bois, ses matières de prédilection."

En toute logique, le restaurant de l’hôtel Port Marine prend son envol et devient le premier établissement Les Halles Solanid en franchise à s’implanter dans un hôtel après trois ouvertures en propre. Les Halles Solanid : le concept d’alimentation santé L’alimentation est l’un des piliers fondateurs de la bonne santé, trop souvent négligé, soit par méconnaissance, soit par souci d’économie ou de rentabilité.

Or, il est possible de manger et se faire plaisir à petit prix en proposant des plats où chaque ingrédient est choisi pour ses vertus gustatives et nutritionnelles : élimination des mauvaises graisses et des sucres inutiles, utilisation d’épices et d’aromates comme substitut au sel, remise au goût du jour des protéines végétales (céréales, légumineuses…), mise en valeur des fruits et légumes de saison. Toutes les recettes des Halles Solanid sont conçues par les équipes de cuisine et de diététique sous le contrôle du Docteur Dominique Bourgoin, micronutritionniste, Directeur médical et scientifique au sein des Halles Solanid. Roussillhotel, un groupe « bien dans son corps » La famille Lormand, toutes générations confondues, est une famille de sportifs. Elle a toujours été soucieuse d’associer le bien-être et la forme à des vacances détente. solanid2Capture Les établissements thalasso-spa du groupe s’adossent à des professionnels de santé pour la mise en place de leurs protocoles. Les restaurants et leurs chefs sont toujours soucieux de « cuisiner les saisons », de privilégier les producteurs locaux et les filières courtes pour que les saveurs soient aussi généreuses que bienfaitrices.

solanidCapture

La démarche des Halles Solanid s’accordent donc parfaitement à celle de Roussillhotel. Un lieu ouvert à tous, un cadre, un esprit Pour un déjeuner sur le pouce ou une pause gourmande, Les Halles Solanid offrent un bel espace de détente accueillant, où il est facile d’échanger et passer un moment agréable.

Résidents à l’hôtel ou touristes de passage apprécieront de déjeuner à Sète ou de choisir des plats à emporter pour une balade dans la région ou un pique-nique sur la plage.

Un engagement Labels - Bleu blanc cœur - Agriculture biologique - Agriculture raisonnée L’engagement responsable ne s’arrête pas dans l’assiette. Tous les emballages utilisés sont biodégradables et fabriqués à base de matières organiques sans perturbateurs endocriniens. L’établissement utilise des éclairages basse consommation et le tri des déchets est systématique.

  • Les autres établissements Les Halles Solanid
  • - Lodève - Port Marianne (Montpellier)
  • - Odysseum (Montpellier)
  • - Décathlon Odysseum (Montpellier)

Les Halles Solanid à Sète - 30 promenade Jean-Baptiste Marty à Sète : https://www.facebook.com/leshallessolanid

Tél : 04 67 74 92 34

solanid2Capture

- Menus de 12,90€ à 15,90€ (entrée, plat, dessert) - A la carte, plats à 9,90€ salades à 6,90€ - Boissons fraîches, boissons chaudes, formules goûter - La carte se renouvelle toutes les semaines. 

Les préceptes des Halles Solanid : une autre alimentation est possible ! L’alimentation santé repose sur 5 piliers principaux, faciles à comprendre et simples à mettre en place sans pour autant malmener le porte-monnaie : http://fr.hotel-port-marine.com/restaurant.html

4ème édition du rosé qui fait des Vagues

Dasse Rosé Marseillan vers le 10 juilletCapture4ème édition jeudi 27 juillet à partir de 18h30 Les vignerons des Côtes de Thau s’unissent à nouveau pour la grande soirée de dégustation de vins rosés sur le port de Marseillan Ville - Rive gauche !

Le syndicat de l’IGP des Côtes de Thau et neuf de ses caves et domaines se regroupent pour faire déguster leurs rosés dans une ambiance festive et musicale avec le groupe La Nouvelle Collection, à partir de 18h30 sur le port de Marseillan.

Pour les plus gourmands : vous découvrirez le food truck Ziinco, et dégusterez les célèbres tielles Dassé. L’occasion de faire découvrir les vins rosés des Côtes de Thau qui expriment une véritable singularité liée à leur terroir et leur climat.

De par leur proximité avec l’étang de Thau et les effets de l’iode dans l’atmosphère, les saveurs sont à la fois toniques, veloutées et fraîches.

Des robes claires, des vins aromatiques et séduisants. 

Evénement ouvert au grand public

Les Tielles Dassé aux Estivales 2017

De tielle en fils, à Sète. Tielle

Dès 1937, leur grand-mère maternelle Adrienne VIRDUCI est la première à fabriquer et à commercialiser la TIELLE à SETE .D'origine Italienne, la recette de la Tielle transmise depuis quatre générations est dans la famille DASSE l'héritage d'un savoir-faire, une authenticité pour la satisfaction des clients.

Les Tielles Dassé seront présentes aux Estivales :

Le jeudi 6 juillet à Balaruc les Bains
Le jeudi 13 juillet à Sète
Le jeudi 20 juillet à Mèze
Le jeudi 27 juillet à Vic la Gardiole
Le jeudi 3 août à Sète
le jeudi 10 août à Frontignan.

Bientôt l'ouverture de la Maison Jeanine Dassé à Montpellier

DASSECapture

De tielle en fils, à Sète.

Dès 1937, leur grand-mère maternelle Adrienne VIRDUCI est la première à fabriquer et à commercialiser la TIELLE à SETE .

D’origine Italienne, la recette de la TIELLE transmise depuis trois générations est dans la famille DASSÉ l’héritage d’un savoir-faire. "Cette magnifique tourte nous est venue d'Italie dans les bagages des émigrants italiens de GAETA au nord de Naples à la fin du XIXème siècle. Car, à cette époque-là, pour éviter que leur pizza ne sèche trop vite, après avoir observé les soldats espagnols, les italiens copiant leurs envahisseurs espagnols de l'époque, eurent l'idée de les recouvrir. Pour des raisons pratiques la pizza recouverte ainsi obtenue ne fut plus cuite directement sur sur la sole du four mais dans un plat de terre cuite appelée "TEGLIA"... Qui de nos jour avec une forme générale rectangulaire ou ronde et des bas cotés sont en métal revêtu d'anti-adhésif soit en porcelaine ou en poterie, vitrés à l' intérieur. C'est ainsi que naquit la tielle..."

Une authenticité pour la satisfaction des clients. Bien entendu, la recette de la Tielle Dassé demeure un secret.

Seules des indications de base sur les produits qui sont élaborés, dans le plus grand respect des traditions...

Suprême Safran

Nous connaissons beaucoup de choses sur le Languedoc Roussillon, ses plages, son terroir, son vin et surtout son soleil... Et sur les cultures que l'on trouve autour du Bassin de Thau aussi. Mais certainement pas tout.

Résidant à Poussan, Jorge Fernandes exerce un métier qui sort de l'ordinaire. Savez-vous qu'il cultive l'épice la plus raffinée et la plus précieuse du monde et la seule épice tirée du pistil d'une fleur ? Niché dans la plaine ensoleillé de Villeveyrac, c'est au sein de son exploitation « le clos de la libellule » qu'il cultive la fleur de safran avec passion et enthousiasme.

Sa safranière en conversion à l'agriculture biologique (bio en Mai 2017) bénéficie d'un cadre d'exception, au cœur d'un espace classé Zone naturelle. Et son choix de vie est né avec une conviction : "l'agriculture doit rester humaine, en symbiose avec la nature. Cela n'empêche pas d'aimer les belles et bonnes choses. Nous avons fait ce choix. Fortement prisée pour de nombreuses spécialités culinaires, le safran est utilisé depuis la nuit des temps."


 


"Il provient du Crocus Sativus Linnaeus, un bulbe originaire du Moyen-Orient.Cultivé en France dès le moyen-âge, puis peu à peu abandonnée, j’ai donc décidé de relancer sa production pour faire redécouvrir les merveilleuses propriétés gustatives de cette fleur si rare."La récolte du « Suprême Safran » certifié ISO 3632 depuis 3 ans est totalement réalisée à la main, contrairement à de nombreux épices importées ou produites en France sans mention particulière.

Car Jorge sait très bien que l'on récolte ce que l'on sème. Il contribue aussi à la protection de l'environnement en prohibant totalement l'utilisation de pesticides de synthèse ou d'insecticides et sa parcelle est cultivée sans engrais chimiques. Son secret pour obtenir de belles fleurs de safran : "du compost, du compost et encore du compost (il allège notre terre argileuse)... de la consoude de Russie séchée qu'il fait aussi pousser et de la cendre de bois pour la potasse." Sans oublier le lombricompost qui reste un des meilleurs compléments minéral, très riche en oligo-éléments. Un métier vraiment particulier qui passionne Jorge. Car après avoir cultivé, il faut récolter et élaborer des produits. Et enfin les commercialiser

Le safran qui est une plante médicinale ancestrale aurait de nombreuses vertus : avant d'être une épice, le safran a d'abord été utilisé de tout temps comme teinture, en parfumerie, dans la magie, dans les enluminures des manuscrits... Mais de tout temps, à travers le monde, les fleurs de crocus sativus ont fasciné les médecins et apothicaires qui leur trouvèrent nombres d'applications thérapeutiques plus ou moins réelles par leurs propriétés décongestionnantes, antispasmodiques, anticonvulsives, antalgiques, expectorantes, sédatives ou encore antidépressives.

Si le cœur vous en dit, Jorge propose ses produits en vente directe à la ferme, sur les marchés et dans des épiceries fines et en ligne mais vous pouvez aussi le retrouver sur le marché artisanal et de producteurs les 2° Mercredi de chaque mois à Balaruc Les Bains (place de l’Office de tourisme). Pour en savoir plus : www.myhomefarmer.com

La saga de la tielle : sa naissance

Christian Dassé, de l’entreprise TIELLES DASSE et Président de l'APGS, nous précise comment la tielle est devenue une véritable institution de la gastronomie sétoise Il faut remonter aux années 1930 et à l’ingéniosité d’une famille italienne pour que soit commercialisée cette petite tourte garnie de poulpe épicé, qui était jusqu'alors le traditionnel déjeuner des pêcheurs italiens du Quartier-Haut.

Cette spécialité est de nos jours en vente dans les nombreuses fabriques artisanales de tielles de la ville et est proposée par de nombreux restaurants. C'est dans ce sens qu'un monument à la gloire d'un poulpe a été érigé sur la place de la Mairie. Cette magnifique tourte nous est venue d'Italie dans les bagages des émigrants italiens de GAETA au nord de Naples à la fin du XIX ème siècle.

 

Car, à cette époque-là, pour éviter que leur pizza ne sèche trop vite, après avoir observé les soldats espagnols, les italiens copiant leurs envahisseurs espagnols de l'époque, eurent l'idée de les recouvrir. Pour des raisons pratiques la pizza recouverte ainsi obtenue ne fut plus cuite directement sur sur la sole du four mais dans un plat de terre cuite appelée "TEGLIA"... Qui de nos jour avec une forme générale rectangulaire ou ronde et des bas cotés sont en métal revêtu d'anti-adhésif soit en porcelaine ou en poterie, vitrés à l' intérieur.

C'est ainsi que naquit la tielle... Cependant , à la fin du xixème siècle, poussés par la misère qui ravageait le Sud de la Péninsule, de nombreux Italiens au cours de différentes vagues de migration vont débarquer à Sète. Pêcheurs ou agriculteurs, ils essayeront petit à petit de s’intégrer dans leur ville d’accueil, en combinant leur culture d'origine avec l’identité sétoise. Aujourd’hui, certains quartiers de la ville, mais aussi la gastronomie et les expressions issues du napolitain qu’utilisent encore les jeunes générations, révèlent l’empreinte italienne de Sète. Au début de leur installation à Sète, les pécheurs Gaétans conservant leur culture culinaire ont fait la tielle comme dans la région de Gaëta...

 

La tielle de pouffre dans un sac mis dan le cartable et fait de morceaux de vieille voile cousue était le quotidien des petits d'origine italienne tandis que les petits Sétois mangeaient des croissants du boulanger. La tielle était aussi l'ordinaire des pécheurs installés au quartier haut ou était regroupée la communauté italienne, car le poulpe n'attirait pas les consommateurs de la société Sétoise.

Dans ce quartier pauvre où l'on vivait à l'italienne en parlant le napolitain, l'on mangeait surtout ce que le père ramenait à la maison après avoir pêché et avoir vendu au mieux les produits de la mer.

 

La tielle n'avait alors aucun succès dans la "Société Sétoise" car vue comme étant une nourriture de pauvre.

Mais dans les années 30, Adrienne, et son mari Bruno VIRDUCI un Italien du sud vont donner à la tielle une reconnaissance qui ne sera plus démentie...

A suivre...

Ouverture du restaurant, Les Fils à Maman à Sète

Les Fils à Maman vont ouvrir un restaurant à Sète ce mercredi 28 juin 2017 au 2, Quai Maximim Licciardi.

Les Fils à Maman ?

C’est en 2008 que l’aventure a commencé à Paris avec trois amis, très gourmands et fans de la cuisine de leur maman.

Ces trois amis ont décidé d’ouvrir un lieu à leur image, chaleureux et sympa, où il ferait bon vivre et manger bien sûr. Depuis, 20 restaurants ont été ouverts dans toute la France, la preuve d’une belle histoire (d’amitié et de gourmandise).

Les Fils à Maman s’installent à Sète au 2, Quai Maximim Licciard à partir du 28 juin prochain.

Dans ce restaurant, tout a été pensé pour vous faire revivre les douces années de votre enfance. Un restaurant pour les grands qui sont nostalgiques d'une cuisine aussi bonne que celle de leur maman : simple et savoureuse, avec de bons produits de saison, généreuse et plein de goût.

Parmi les plats à la carte : Croquettes de Babybel, cordon bleu à la poitrine fumée et Gorgonzola, moules-frites, travers de porc marinés, tiramisu au Kinder…

Ici, tout sera fait-maison et préparé sur place. Côté déco, pas de surprises : un bric à brac de vestiges d'une enfance révolue... Casimir, Goldorak, séries des 80's… Tout y sera pour vous faire plonger dans une délicieuse nostalgie ! Et la Carte sera sous forme de cahier de texte bien entendu !

Pour en savoir plus : http://www.lesfilsamaman.com/ ou sur Facebook : https://www.facebook.com/lesfilsamamansète

 

Fête de l'anguille

 

   

Une belle affluence pour cette 2ème édition de la fête de l'anguille, place du 14 juillet en ce samedi 15 octobre sous un soleil radieux. Ce retour de l'astre lumineux après les journées de pluies et d'intempéries de la semaine avaient incité les gens à sortir et venir déguster ou acquérir pour le déguster chez soi, ce poisson assez  méconnu, pas souvent à la carte des restaurants ni même sur les étals  des marchés, qui est un produit de la petite pêche traditionnelle.
De longues files d'attente pour les amateurs et autour également du stand d'oignons frits qui avaient déjà connu un vif succès lors des Estivales.
Les verres sérigraphiés achetés au stand de Thau-Agglo permettaient une dégustation de 1 ou 3 vins au tarif de 2 ou 5€.
A 12h 30 le maire Yves Michel accompagné d'élus de l'Agglo, du département et du Conseil Municipal interrogé par l'animateur a précisé que cette manifestation avait pour but de revaloriser  et faire connaître certes ce poisson qui n'est tout comme l'oursin pas des plus vendus, mais également les produits de notre terroir. Les vins, les huîtres, la tielle ainsi que des charcuteries et même les excellents produits du chocolatier du crû Emmanuel Servant figuraient sur les stands de cette journée  certes gastronomique mais ayant aussi pour finalité  surtout de porter à la connaissance  des visiteurs ce métier de la petite pêche traditionnelle et de les  sensibiliser  à la protection de notre territoire et des ressources en eau.
Une calèche, d'ailleurs ,emmenait les gens jusqu'au port où l'on pouvait embarquer sur l'étoile de Thau pour une découverte sur l'étang de cette profession.
Un stand lui était consacré, et l'association " Marseillan d'hier et d'Aujourd'hui" avec ses clichés et ses livrets permettait également de se familiariser avec ce métier de tradition.
Mme Azaïs-Negri, conseillère départementale, Prud'homme de l'Etang qui pratique cette pêche a expliqué que l'anguille est un poisson protégé soumis à une réglementation européenne.
Avant de clore son discours, le maire Yves Michel a présenté les 2 représentants du Maroc M.M'Hamed Afkir Président de la commune de Nihit et M.M'Hamed Ennafai Président des associations qui l'accompagnaient, avec lesquels il venait de signer un contrat de coopération décentralisée dans le cadre d'un programme soutenu par le Conseil Départemental de l'Hérault et l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse et a mis l'accent sur les efforts prodigués par les collectivités pour cette protection et l'impact sur notre environnement particulièrement sensible et souvent rudement frappé lorsqu'on subit des avaries climatiques.

C.Gressier

Moules farcies à l'agathoise

Qui ne connait pas les moules farcies ?
Alors pour ceux qui ne savent pas les préparer, voici la recette selon Antoine Catanzano du Cap d'Agde qui a remporté "La moule d'Or" lors de cette première édition duu "Championnat du ... Monde de moules farcies .... à l'agathoise". Antoine a réalisé sa recette devant la caméra de Jean-Marc Roger, correspondant de Thau-info pour Agde et créateur la chaîne YouTube "Fenêtre sur le sud".

Championnat du monde de la moule farcie à l'agathoise

Dimanche 28 août à 11h au vieux port -Le cap d'Agde
( à "La cabane du pêcheur"  vers la Capitainerie).

Avec la nouvelle et très sérieuse "Confrérie des farceurs et farceuses de moules et d'encornets" dont le Grand Maître est Antoine Catanzano, assisté de Thierry Dominguez, Patrick Barbance et bien d'autres défenseurs de l'art de vivre agathois,  une opération de réappropriation du patrimoine gastronomique local est lancée, soutenue par la Mission Patrimoine d'Agde.

En effet, quelques recettes purement agathoises ont pris l'appellation inappropriée "à la sétoise", il est temps de rétablir les origines et de rendre à chacun ses recettes. La Confrérie des farceurs et farceuses de moules et d'encornets s''appuie sur l'histoire, sur des archives, sur des témoignages et des études universitaires. L'affaire est d'importance, toutefois il n'est pas question laisser l'humour de coté.
C'est donc dans la bonne humeur et avec l'esprit joueur que les "confrères" taquinent"  leurs amis Sétois avec ce premier championnat du monde des moules farcies à l'agathoise. Le concours est ouvert aux professionnels et aussi aux familles qui pourront ainsi comparer leurs recettes et tours de main.
Avec son soutien, c'est une manière pour la Mission Patrimoine de porter haut ce patrimoine immatériel qu'est la gastronomie et pour les Agathois  le plaisir de se remémorer le savoir faire des anciens. A bientôt devant une assiette de moules pour faire parler les assiettes...

Les moules et les encornets à l'agathoise c'est quelque chose d'exceptionnel ! -  Antoine Catanzano
"On a inventé la moule farcie ! Assez de ces Bitterois et de ces Sétois qui nous piquent tout. - Thierry Dominguez

» pour en savoir plus :

 

La Noisette de Méditerranée à la Ferme Marine de Marseillan.



  


 
 

 Depuis 2010, il y a donc peu de temps, une pêche se développe le long de nos côtes. Il s'agit de la pêche de  "la nasse changeante" (ou Nassarius Mutabilis) un escargot de mer que nos pêcheurs  ont décidé de rebaptiser "noisette de Méditerranée". On trouve ce gastéropode dans des zones sableuses le long du littoral, à peu de profondeur (lire notre article en rubrique pêche)
Sa valeur gastronomique est de plus en plus reconnue comme l'illustre l'événement organisé à Marseillan autour de cette « Noisette de Méditerranée ».

 

Après un passage au  Salon de l'Agriculture de Paris, une présence remarquée au Seafood de Bruxelles, une opération destinée aux médias au Lycée de la Mer de Sète mais aussi sur les « Graulinades » du Grau-du-Roi, ce fut le tour du restaurant gastronomique « La Ferme Marine » d'accueillir cet événement gastronomique.

Sur une initiative de l'OP du Sud (Organisation des Professionnels de la pêche du Grau d'Agde), de la criée du Grau-d'Agde et de « La Ferme Marine », des personnalités locales ainsi que des médias ont été reçus dans les locaux d'Occi-Marée.

 

La « Noisette de Méditerranée » a ainsi pu être dégustée sous trois recettes ; en persillade, à la catalane et en « vol au vent de la Ferme ».

C'est le jeune chef Yohann Dynoski qui officiait aux fourneaux. Un jeune chef arrivé depuis deux ans à la « Ferme Marine » et auparavant passé par l'établissement de Gilles Goujon à l'Auberge du Vieux Puits à Fontjoncouse, une bien belle référence.

Jean-Marc Roger

La cocotte-minute va-t-elle bientôt siffler ?

Depuis des siècles, partout en Europe, les causes profondes des révoltes sont toujours les mêmes : un État avec des caisses vides, un endettement abyssal, une fiscalité écrasante, des inégalités et une insécurité croissantes. Dans un tel contexte c’est le plus souvent la jeunesse, sans perspective d’avenir, qui déclenche le processus insurrectionnel.
Selon l’INSEE, la France compte près de 9 millions de personnes vivant en deçà du seuil de pauvreté. La moitié d’entre elles sont des jeunes de moins de 30 ans, chômeurs, stagiaires, précaires allant de petits boulots en petits boulots. La situation dans le Midi est plus dégradée encore que dans le reste du pays et dans certaines villes de l’Hérault le chômage des jeunes dépasse même les 50%. .Dans ce contexte, un sondage indique que les deux tiers des 18-34 ans sont prêts à un mouvement de révolte de grande ampleur...

» suite de l'édito