échos

Accueil des gens du voyage et installations illicites : ce que dit la loi

 Du 7 novembre 2018

 Caravanes, Camping, Vacances, Vivre

Grands rassemblements, campements illicites... Que dit la nouvelle loi sur l'accueil des gens du voyage et la lutte contre les installations illicites publiée au Journal officiel du 8 novembre 2018 ?

Cette loi prévoit notamment qu'en cas de stationnement d'un groupe de plus de 150 caravanes, les représentants de ce groupe sont tenus d'informer les représentants de l'État afin que soit organisé au mieux l'accueil, les maires pouvant également demander aux préfets d'assurer le pouvoir de police dans ce type de situation.

Par ailleurs, la loi précise que tout maire de commune dotée d'une aire ou d'un terrain d'accueil des gens du voyage peut, sous certaines conditions, interdire le stationnement de résidences mobiles sur le reste du territoire communal et donc demander au préfet de procéder à l'évacuation d'office des campements illicites.

Enfin, pour lutter contre ces occupations illicites, les sanctions pénales sont renforcées (doublement des peines encourues avec possibilité néanmoins d'éviter ces sanctions si une amende forfaitaire de 500 € est réglée).

Pour en savoir plus

Zoom sur la qualité de l'air du bassin de Thau

ATMO AAAAA

L'association ATMO Occitanie présentait ce jeudi 15 novembre dans les locaux de Sète agglopôle Méditerranée un zoom sur la qualité de l'air du bassin de Thau, en présence de certains de ses partenaires et de François Commeinhes, Président de Sète Agglopôle méditerrannée, ainsi que de Francis Veaute, Vice-Président, Délégué à la gestion et à la valorisation des espaces naturels, brigade territoriale, développement durable, économie circulaire et énergies renouvelables ...

Le Bassin de Thau est un territoire pluriel mêlant centres urbains et terres agricoles, activités industrielles et touristiques.

Atmo Occitanie place son expertise au service des territoires citoyens, collectivités, ou entreprises pour : - Surveiller en continu la qualité de l'air sur l'ensemble du territoire grâce à un dispositif de mesures et à des outils de simulation informatiques qui modélisent les rejets de polluants dans l'atmosphère.

- Informer au quotidien et en cas d'alerte les citoyens, médias, autorités et collectivités en diffusant ses prévisions pour le jour même et le lendemain.
- Analyser pour mieux anticiper en répertoriant toutes les sources de pollution de la région.

Grâce à l'utilisation d'outils de modélisation permettant de tester différents scénari, Atmo Occitanie se livre à des évaluations prospectives pour lutter contre la pollution et le changement climatique. La surveillance de la qualité de l’air : un réseau national de surveillance et d’évaluation au service de la population ATMO Occitanie, Observatoire Régional de l'Air en Occitanie, est l’une des 20 associations pour la surveillance de la qualité de l’air, et membre d’Atmo France.

 

L’observatoire est agréé par le ministère de l'écologie et du développement durable, découlant de la loi LAURE (Loi sur l'Air et l'Utilisation Rationnelle de l'Énergie, 1996) : « L’État assure, avec le concours des collectivités ... la surveillance de la qualité de l’air et de ses effets sur la santé et sur l’environnement. Un organisme chargé de la coordination technique de la surveillance de la qualité de l’air est désigné par arrêté du ministre chargé de l’environnement. » [article L221 - 1 du Code de l’Environnement]

ATMO999Capture

Depuis 1998, des partenariats avec les acteurs locaux (industriels, Etat, collectivités ...) ont permis à Atmo Occitanie de conduire de nombreuses études de la qualité de l'air sur le territoire.

Les collectivités locales, désormais réuni es au sein de Sète Agglopôle Méditerranée , sont partenaires de l’Observatoire de l’air depuis 20 04, initialement dans la volonté de s’engager en faveur de la qualité de l’air et depuis 2015, leur implication s’est renforcé e , en partenariat avec les industriels , dans le cadre de l’ observatoire des odeurs. En 2017, des actions ont été menées notamment avec huit industriels afin d’améliorer les connaissances sur la qualité de l’air : Angibaud et Spécialités, ESSO, HEXIS , SAIPOL, SCORI, SETOM, TIMAC - AGRO, et le port Sud de France (Sète).

En parallèle, un Observatoire des odeurs a été créé en 2016 par Atmo Occitanie afin de récolter des données complémentaires sur les odeurs res senties sur le territoire. Cet Observatoire est composé de citoyens volontaires, appelés « Nez ». En 2017, près de vingt Nez ont contribué à l’Observatoire des odeurs.

 Sur le Bassin de Thau, l’attention se porte sur trois composants suivis dans l’air : les Composés Organiques Volatils (COV), les nuisances olfactives et les poussières sédimentables. Ces polluants sont présents dans l’air sur le Bassin de Thau, notamment en lien avec l’histoire industrielle passée e t présente. En 2017, c’est près de 40 000 heures d’observations dont 3,5% perçues comme odorantes , qui ont été recensées sur la zone. Des mesures de COV et des poussières sédimentables ont été effectuées , respectivement sur 16 et 10 site s différents.

Dans le cadre de ses missions de surveillance et d’information, Atmo Occitanie recueille chaque année les signalements d’odeurs ponctuels sur l’ensemble de la région.

En complément des signalements ponctuels, autour du Bassin de Thau, où sont ressenties des nuisances olfactives récurrentes, Atmo Occitanie anime un Observatoire des odeurs en partenariat avec Sète Agglopôle Méditerranée , et l es industriels : Angibaud et Spécialités, SAIPOL, SCORI, SETOM, TIMAC - AGRO et HEXIS et en lien avec l’association Action Risque Zéro Frontignan. Ce dispositif s'appuie sur un réseau de riverains bénévoles, appelés Nez, pour permettre une meilleure couverture géographique de la surveillance, un suivi dans le temps et une description approfondie des épisodes odorants.

Ce réseau permet aux différents partenaires de rester en contact lors de signalements d’odeurs et, si possible, de mettre en place des actions pour limiter les odeurs. Chaque Nez relève ses observations heure par heure sur les odeurs ressenties en indiquant le lieu, la durée, l ’intensité de gêne, l’origine supposée. Il est également demandé aux Nez d'indiquer les périodes sans odeurs ressenties. Chaque mois, les données sont récupérées par Atmo Occitanie afin d’être traitées et croisées avec les paramètres météorologiques et des données d'activités industrielles.ATMO777Capture

L’Observatoire régional de l’air, Atmo Occitanie, recrute des riverains Nez bénévoles afin de renforcer le suivi des odeurs autour du Bassin de Thau. Actuellement composé de 19 bénévoles, l’objectif de l’Observatoire des odeurs est de permettre, dans l e contexte multi - industriel du Bassin de Thau, une meilleure couverture géographique de la surveillance, un suivi dans le temps et une description approfondie des épisodes odorants.

Leur mission est de relever, lors de leur présence à domicile, leurs observations sur les odeurs ressenties : chaque participant est formé pour en appréhender la durée, le niveau de gêne, et la ressemblance. Les périodes sans odeurs ressenties sont également identifiées.

Il n'est pas nécessaire d'avoir un odorat sensible, le plus important étant la régularité des observations ! A l'instar des autres données produites par Atmo Occitanie, les résultats de ces observations sont publics et disponibles sur internet

https://www.atmo-occitanie.org/

Téléchargez la synthèse 2017 sur l’Observatoire des odeurs :

https://www.air-lr.org/wp-content/uploads/Synthese_ThauOdeurs2017.pdf

Téléchargez la synthèse 2017 - 2018 de l’évaluation de la qualité de l’air sur les opérations d’investigations des sols de l’ancienne raffinerie de Frontignan : https://www.air-lr.org/wp-content/uploads/Esso17_synthese.pdf

Vous souhaitez devenir Nez bénévole sur le B assin de Thau ? Contactez sur odeurs@atmo - occitanie.orgATMO888Capture

Zoom sur la qualité de l’air du Bassin de Thau Conférence de Presse – 15 novembre 2018 – Atmo Occitanie 6

Deux systèmes complémentaires pour signaler les odeurs

Le signalement des odeurs par les Nez et les signalements spontanés illustrent bien la complémentarité de l'information et permettent d'améliorer la description des épisodes odorants.

Les signalements des Nez Sur l’année 2017,

les 19 Nez ont effectué près de 40 000 heures d’observations pour environ 1400 heures odorantes. Le Bassin de Thau connait une forte diversité de sources d'odeurs, avec plus de 20 ressemblances ressenties, majoritairement d’origine industrielle. Les odeurs les plus citées par les Nez sont, comme en 2016, celles de : - "chou pourri" (18%) : utilisé principalement pour décrire des nuisances attribuées à SCORI ; - "cuisson de graines" (17%) : caractéristique des activités de trituration d'oléagineux menées par SAIPOL ; - "produits chimiques" (14%) : pouvant correspondre à plusieurs sources distinctes. Les signalements spontanés En complément, des signalements des Nez, 99 signalements spontanés ont été enregistré s sur la zone, soit 793 heures odorantes. Parmi les nombreuses odeurs citées dans les signalement s spontanés, la plupart son t également retrouvée s significativement dans les odeurs recueillies par les Nez : "produits chimiques", "chou pourri", "déchets ménagers", "égout".

Les nuisances olfactives augmentent pendant la saison chaude

Une augmentation globale des nuisances olfactives est observée pendant la saison chaude : les températures élevées favorisent la volatilisation des composés olfactifs et les riverains passent plus de temps en extérieur ou fenêtre ouverte. En 2017, sur le Bassin de Thau, l’intensité des odeurs signalée s est plus importante aux mois de juin, juillet et août 2017. La répartition géographique des nuisances s'explique également par les variations des conditions de vent . Les nuisances sont plus fréquentes par vent faible : l' atmosphère est alors stable et les composés odorants sont moins dispersés que par vent soutenu.

 poupP1160020

La répartition géographique des nuisances s'explique également par les variations des conditions de vent . Les nuisances sont plus fréquentes par vent faible : l' atmosphère est alors stable et les composés odorants sont moins dispersés que par vent soutenu. Déterminer l ’origine et suivre l’efficacité des actions mises en œuvre Les signalements d’odeurs et les données d’activités transmises par les industriels partenaires de l’Observatoire permettent d’identifier l’origine des odeurs .

L e partenaire peut mettre en œuvre des actions dont l’efficacité peut être vérifiée par l’Observatoire. C’était le cas en 2017, suite à plusieurs signalements spontanés d’odeurs d’hydrocarbures. Ces odeurs ont été corrélées à des opérations de sondages du terrain de l'Ex - Mobil de Frontignan.

L’industriel a pris d es dispositions par la suite avec un confinement autour du sondage et des travaux uniquement par vent fort vers la mer. Ces actions ont fait l’objet d’une surveillance par l’Observatoire et il a été constaté une efficacité des mesures avec une quasi disparition des ode urs d'hydrocarbures

Zoom sur la qualité de l’air du Bassin de Thau Conférence de Presse – 1 5 novembre 2018 – Atmo Occitanie 9 Des moyens de surveillance multiples Afin d’avoir une surveillance la plus exhaustive possible, les moyens de surveillance sont triples avec : - la station de mesure pour des résultats en temps réel. Elle est présente sur le chantier ; - des échantillonneurs passifs pour connaitre l es concentrations de polluants accumulé es par semaine. Ils sont disposés sur le chantier et autour ; - le recueil des nuisances olfactives via l’Observatoire des Odeurs

De s concentrations inférieures à la valeur de référence pour le benzène Les mesures dans l'air ambiant réalisées par Atmo Occitanie, en 2017, comme les années précédentes ont montré que, pour l'ensemble des composés volatils étudiés, les concentrations respectent les seuils réglementaires et les valeurs de référence concernant la santé humaine. Pour le benzène, l ’ objectif de qualité est respecté quel que soit l ’ endroit mesuré : à proximité du chantier, aux abords des habitations les plus proches et à l ’ intérieur de la cuisine centrale et de la salle Vattel qui se trouvent au milieu du site.ATMO 3333Capture

Sur l’ancienne raffinerie de Frontignan

Evaluer l’impact du chantier de réhabilitation de sols sur la qualité de l’air

Atmo Occitanie accompagne ESSO afin de réaliser un suivi de la qualité de l’air pendant les travaux préparatoires de réhabilitation de l'ancienne raffinerie MOBIL . Des opérations d’investigations préparatoires ont débuté en 2016 par ESSO.

En 2017, des travaux pour connaître la localisation des zones impactées et le volume de terres à traiter ont commencé. Tous les 10 mètres, un sondage est réalisé à la pelle - mécanique jusqu’à 3 - 4 mètres de profondeur pour prélever des échantillons de sol tous les mètres, enregistrer l’éventuelle émanation d’odeur ou la présence d’infrastructures.

Atmo Occitanie mesure la qualité de l’air pendant ces opérations de sondage des sols afin de suivre les concentrations mesurées au regard des valeurs règlementaires et d’évaluer l’impact du chantier sur la qualité de l’air du site de l’ancienne raffinerie. Cette étude s'inscrit dans le Programme Régional de Surveillance de la Qualité de l’Air (PRSQA) d'Atmo Occitanie, dont l’un des objectifs est d’accompagner les partenaires industriels pour évaluer la contribution de leur activité aux émissions et à la qualité de l'air dans leur environnement.

ATMO666Capture

En terme de concentration moyenne : pas d’impact du chantier mis en évidence à proximité des premières habitations

Le chantier préparatoire de réhabilitation des sols n’a pas permis de mettre en évidence d’influence sur les habitations et usagers les plus proches en terme d’hydrocarbures pétroliers totaux (TPH).

Les concentrations moyennes en hydrocarbures pétroliers totaux (TPH) à proximité des habitations et des usagers proches sont à peine supérieures à la valeur observée en milieu rural. D’autre part, concernant les autres hydrocarbures mesurés, en l’absence de seuil règlementaire, les résultats ont été comparés aux valeurs de référence toxicologique les plus contraignantes.

Les moyennes de chaque composant sont 40 à 8000 fois inférieures aux valeurs de référence. Présence de sulfure d’hydrogène dans l’air sans lien avec le chantier en 2016 et 2017 E n 2016 et 2017 , une source de sulfure d’hydrogène (H 2 S) a été mise en évidence en bordure du canal à proximité du chantier, causant des gênes olfactives et dont les moyennes hebdomadaires peuvent dépasser la valeur toxicologique de référence la plus contraignante.

Pour ces 2 années, les opérations sur le terrain de l’ancienne raffinerie n’ont pu être corrélées avec les concentrations de H 2 S dans l’air ambiant.ATMO222Capture

suivi des poussières sédimentables Depuis 2002, la surveillance des retombées de poussières sédimentables est effectuée autour du Bassin de Thau sur une dizaine de sites en partenariat avec Port Sud de France. Plusieurs sources de poussières sédimentables sont présentes sur la zone dont le port vraquier destiné au transport de marchandises en vrac de type sable, granulats et céréales, l’activité de l’incinérateur, la présence de travaux, ...

Un empoussièrement localisé sur le port v raquier D’après les études effectuées entre 2002 et 2017, l'empoussièrement le plus fort est situé à proximité immédiate du port vraquier (en particulier sous la Tramontane) et à 500 mètres de celui - ci. L'empoussièrement est faible à moyen sur le reste de la zone étudiée.

Au niveau du port vraquier, l’empoussièrement est important en raison des activités pratiquées : manutentions du sable, des granulats et des céréales. Entre 2002 et 2017, la tendance est à la diminution de l’empoussièrement à proximité immédiate du port vraquier. Les zones d’habitation sont exposées à un empoussièrement faible.

 ATMOCapture

 

Atmo Occitanie va poursuivre et renforcer la surveillance sur le Bassin de Thau avec l'ensemble des partenaires, collectivités et industriels, engagés en faveur de la qualité de l'air.

Cela s'illustrera par la poursuite du suivi des réhabilitations, le maintien de l'Observatoire des odeurs, le déploiement de la surveillance sur l'ensemble du bassin et le renouvellement de la convention de partenariat avec Sète Agglopôle Méditerranée .

 

Atmo Occitanie, concluait en revenant sur la présence de sulfure d’hydrogène dans l’air avec une source de(H 2 S) qui a été mise en évidence en bordure du canal à proximité du chantier de l'ex raffinerie.

Ce serait le problème majeur non loindu site mais il proviendrait d'une autre source que le chantier.

François Commeinhes intervenait alors en précisant qu'il faudrait vérifier les postes de relevage le long du canal qui pourraient-être à l'origine de ce H2S, mais il enchaînait en souhaitant "Pousser un coup de gueule" précisait-il :

"Il faudrait aller bien plus loin sur certrains site précis comme sur SCORI par exemple et réaliser des analyses poussées. Si la Préfecture réalise des analyses, celles-ci sont annoncées, donc il faut aller au-delà  pour savoir ce qu'il en est de l'air qui entoure ce style d'entreprise."

Pour Atmo Occitanie, avec ces problèmes spécifiques, il faut l'accord de l'entreprise pour être sur son site car Atmo n'a pas le rôle de la police de l'air.

Atmo Occitanie précisait qu'en 2019, le dioxyde d'azote serait mesuré le long de la RD2, François Commeinhes revenant sur la nécessité d'aller à l'essentiel, au dangereux, car si l'olfactif est embarrassant il n'est pas spécialement mauvais pur la santé. Par contre il est prioritaire d'identifier les polluants et de savoir s'il y a des dépassements de taux... Sachant, aussi,  qu'une application serait la bienvenue pour pouvoir consulter facilement les résultats des mesures...  A suivre.

1ère édition de la journée « Portes ouvertes des ateliers d'artistes en Occitanie »

Ce dimanche

 

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée lance, ce dimanche 18 novembre, les « portes ouvertes des ateliers d'artistes » sur l'ensemble de son territoire. Lors de cette journée près de 300 lieux accueilleront le grand public sur l'ensemble de la région. L'occasion de découvrir le travail de sculpteurs, plasticiens, vidéastes, photographes ou designers à travers leurs laboratoires de création.

 L'Occitanie, possède un vivier de talents remarquable : il s'agit de la 3ème région française en densité d'artistes plasticiens qui vivent et travaillent sur son territoire. Avec cette journée, la  Région souhaite justement valoriser cette richesse artistique, en facilitant sa promotion auprès du plus grand nombre. L'enjeu est de proposer une approche différente de la création contemporaine en infiltrant ces lieux secrets et fantasmés où l'œuvre prend forme. Dans un contexte de proximité propice à l'échange, le public pourra rencontrer les artistes, voir leurs œuvres, découvrir le processus de création et ainsi saisir l'atmosphère unique de chaque atelier.

 « La Région souhaite promouvoir son territoire et les talents qui le composent, c'est le sens de la journée « Portes ouvertes des ateliers d'artistes ». Elle vous permettra de découvrir la création contemporaine, sous toutes ses coutures, au sein de l'espace de travail singulier. L'intimité de l'atelier constitue sans doute le meilleur endroit pour écouter les artistes parler de leur passion et de leur savoir-faire. C'est aussi une manière de diversifier l'accès à une offre artistique. Plus de culture pour tous et sur l'ensemble du territoire: voilà des valeurs auxquelles je suis particulièrement attachée », a déclaré Carola Delga, présidente de la Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée.

 L'ensemble des artistes professionnels, en art contemporain et implantés sur le territoire régional, ont été invités à participer à la journée. Cette manifestation est née suite à 9 mois de concertation avec les acteurs du territoire, afin d'établir la nouvelle stratégie régionale culture et patrimoine 2018-2021, adoptée en décembre dernier. Dans ce cadre, la Région a porté, conjointement avec l'Etat, une démarche de Schéma d'Orientation pour le Développement des Arts Visuels (SODAVI), coordonnée par le réseau Air de Midi.

 Retrouvez les 65 ateliers dans l'Hérault et sur l'ensemble du territoire régional : www.laregion.fr/jpo-ateliers-artistes

CHANGEMENT DE LIEU POUR BESTIE DI SCENA - EMMA DANTE

 

Le TMS a réussi à maintenir ce spectacle ! Il aura donc lieu au Théâtre Jean-Claude Carrière - Domaine d'O à Ville de Montpellier, le mardi 20 novembre à 20h30.
Pour ceux qui ont déjà leurs places, conservez vos billets.
Pour ceux qui n'en n'ont pas encore, c'est possible de les prendre au Théâtre Molière Sète : https://www.billetterie-legie.com/sete/?spec_code=EMMA ou par téléphone au 04 67 74 02 02.

Mise en place de 2 BUS GRATUITS :
- un au départ du Théâtre Molière, Sète, à 19h
- un autre, à la même heure, au départ du Centre Commercial de Balaruc-le-Vieux avec parking-relais pour permettre au plus grand nombre de laisser sa voiture et de prendre le bus.
Il vous suffit de vous inscrire auprès de Christine Lecomte au 04 67 74 02 02 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Soutenez le TMS, venez aux spectacles !

Nous souhaitons remercier chaleureusement le Domaine d'O - Montpellier pour son soutien.

http://www.theatredesete.com/spectacle/bestie-di-scena

« De la vigne au front : les Montbazinois et la guerre de 14-18 »

couverture A4 De la vigne au frontPour célebrer le centenaire de l’armistice de la guerre de 14-18, le Cercle de Recherches sur le Patrimoine Montbazinois publie le livre « De la vigne au front : les Montbazinois et la guerre de 14-18 » afin de mettre en lumière les hommes qui ont participé à ce conflit et que l’on qualifie familièrement de « poilus ».


Sur une population de 1 160 habitants en 1914 à Montbazin, 271 hommes sont partis au combat, pratiquement le quart de la population. 227 sont revenus dans leur foyer, nombreux avaient été blessés, traumatisés… et 44 sont Morts pour la France.
Un 45ème vient d’être identifié : Julien Bertrand, disparu en mer à bord du croiseurcuirassé « Léon GAMBETTA » coulé dans l’Adriatique le 27 avril 1915.

Cette recherche dans les archives initiée en 2014 avait permis une première publication sur le site internet « Mémoire de Montbazin ».

Depuis 2014, de nombreuses sources ont été publiées, complétées, corrigées… La documentation sur les soldats qui ont combattu pendant la première guerre mondiale a été considérablement enrichie.
Ce travail de fourmis, méticuleux, exigeant et méthodique permet aujourd’hui, après plus d’une année de recherches, de publier des informations corrigées, complétées et confirmées.

Un livre de 140 pages, illustré de documents authentiques, avec en couverture une très belle aquarelle de Michel Puech illustrant le retour des poilus à Montbazin.


Tous ces hommes présentés dans le livre « De la vigne au front : Les Montbazinois et la guerre de 14-18 » sont nés à Montbazin, ou travaillaient ou résidaient à Montbazin au début du conflit ou au moment de leur incorporation.


Leur contexte familial, leur généalogie, leurs enfants déclarés « pupilles de la Nation », leur profession, niveau d’instruction, ainsi que le contexte militaire, avec l’historique des régiments, le récit des batailles, les citations qu’ils ont mérités… sont également abordé dans ce livre qui a été labellisé par la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale.


http://www.memoiredemontbazin.fr/

Ludo Fiesta : un avant-goût de Noël

Ce samedi 17 novembre, les 3 ludothèques du Centre Social de la Ville de Sète, 1, 2, 3, jouons, l’Île aux jeux et les Fromentines, organisent leur grande Ludo Fiesta annuelle. Au programme : jeux de société, d'échecs, de stratégie, d'ambiance, jeux vidéos... avec la présentation d'une sélection de Noël effectuée par les ludothécaires. Des espaces ludiques seront organisés par tranches d’âge.

fuloCapture

 

6 animations spécifiques sont prévues pour cette 12ème édition :

-La sélection de Noël, préparée par l'équipe des ludothèques de Sète et de la ludothèque Montaigne. 12 jeux de l'année, dont certains primés aux As d'Or de Cannes, répartis en trois catégories : moins de 6 ans, 6-8 ans et plus de 8 ans. Des tables seront réservées pour tester ces différents jeux.

-Pour compléter la proposition de jeux de société, un autre espace dédié accueillera le partenaire Ludo Fiesta, Frédéric de Linkipelli.

-Un grand espace ludique de 100 m2, Ludoville, conçu par les ludothécaires proposera aux enfants de circuler à vélo en suivant le code de la route dans une mini ville, avec ses quartiers, ses routes, ses boutiques, restaurant, chantier et même hôpital des doudous. On pourra y circuler avec les vélos des ludos. Une animation réalisée avec le concours de l'agent de la sécurité routière de la Police municipale.

-"La Brigade du Jeu" proposera de grands jeux en bois et un espace jeux de construction.

 

La nouveauté cette année : deux espaces de jeux vidéo, le premier animé par la médiathèque Mitterand, le second par Vievent, un espace d'animation virtuelle et interactive.

 

Comme chaque année, le club d'échecs de Sète sera présent. Une buvette sera également à disposition pour se restaurer ou se rafraîchir entre deux parties de jeu.

Rendez-vous salle Georges-Brassens le 17 novembre de 14h à  20h.              

 

Aspects de Mèze à la Belle époque.

 mezeIMG_7130 (2)

 

Valéry Larbaud (1881-1957), qui vit tant de pays, s'intéressa à Mèze lors de son troisième séjour en Languedoc. Ce flâneur non salarié fit du tourisme en février 1914 en quête de pittoresque et de cadre pour un futur roman. Il se fit alors "espion littéraire" et nous livre, dans son Journal, des notations sur Mèze, ancienne et active cité du bord de l'étang de Thau.

 

mezeIMG_7132 (2)Larbaud prit plaisir à parcourir Mèze, trouvant à des perspectives "l'air hellène" et notant que tel pan de mur avait un air "très grec". Cela l'a aidé à mieux apprécier la petite agglomération (près de 6 000 habitants à cette époque). Alors, il fait connaissance avec Mèze. Devant la mairie, une fontaine "au bas de laquelle sont inscrits les noms des conseillers municipaux d'alors"…

Et derrière la mairie, voici l'Esplanade, longée par la rue Sadi Carnot. Larbaud n'a pas noté la densité de cafés et débits de boissons ouverts sur cette artère (selon les sources les plus disponibles), mais il nous parle d'un établissement qui eut son importance dans la vie de Mèze : le café de la Paix.

Il note de façon elliptique que le café "a un cinéma". Lui affectionne "La Terrasse" qui, si l'on en croit son croquis, avait une terrasse à l'étage. Il fréquente l'hôtel du Grand Galion, emblématique de la Belle époque. Larbaud, touriste consciencieux, n'oublie pas la librairie catholique, ni une petite boutique poussiéreuse aux vitrines encombrées, à l'enseigne du "Milliard de friandises". Et bien sûr, l'écrivain promeneur s'intéressera aux monuments.

 Outre l'église paroissiale Saint Hilaire (XIVème siècle) dont le clocher carré domine les toits de la petite cité, deux d'entre eux retiendront son attention. Tout d'abord, la porte de l'ancienne caserne "qui ressemble à une porte de ville". Cette caserne, construite de 1696 à 1699 et dont le coût de 36 000 livres fut partagé avec Loupian, "évitait aux habitants le poids de l'étape". Le bâtiment pouvait abriter 800 hommes. Puis, la vocation militaire s'estompa. Au XIXème siècle, ce fut le siège de la Banque de France, d'un presbytère, puis d'un hôpital militaire pendant la Grande Guerre et ensuite d'un hospice.

Tout en observant la couleur brune, "foncée, patinée" des toits de Mèze, Larbaud s'en fut sur le rempart dominant l'Etang visiter la chapelle des Pénitents. La confrérie des pénitents blancs fut créée en 1528, sous un patronage prestigieux (dont le connétable de Montmorency). Elle s'établit à Mèze dans une chapelle ruinée "qui servait de refuge à la jeunesse". La chapelle, réhabilitée, fut plusieurs fois restaurée au XVIIème et au XIXème siècle et placée sous l'Egide de Notre Dame des sept douleurs. Au XIXème siècle, une cloche sonnait par mauvais temps et brouillard pour venir en aide aux pêcheurs attardés ou égarés.

 mezeP1040547 (3)

Il ne restait rien de la grande croix qui faisait face à l'étang de Thau. On est plus soucieux de patrimoine aujourd'hui, on tente de sauver la chapelle des Pénitents Et sur le port, à l'enseigne du "Petit vapeur", sur le mur dominant la terrasse, une inscription rappelle le souvenir de la Compagnie des navires à vapeur.

 

Hervé Le Blanche

Pour les sapeurs-pompiers volontaires.

UNE MOTION ADOPTÉE À L'UNANIMITÉ LORS DE LA SESSION DU CONSEIL DÉPARTEMENTAL POUR PRÉSERVER LE MODÈLE DE SÉCURITÉ CIVILE

Lors de la dernière session départementale du département de l'Hérault, Kleber Mesquida à fait adopter une motion pour demander au gouvernement de ne pas transposer la directive européenne sur le temps de travail pour les sapeurs-pompiers volontaires.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout et intérieur

En effet suite à l'arrêt dit Matzak de la cour de justice de l' union européenne pour un sapeur-pompier volontaire Belge, une transposition en droit français de cet arrêt entraînerait la fin du volontariat et la conséquence directe serait l'impossibilité pour les sapeurs-pompiers volontaires de cumuler leur profession et leur temps d’intervention dans les services de secours.

Cette motion est importante et sera adressée au Président de la République et au Ministre de l'intérieur.

Elle vient compléter celle adopté par l'association des Maires lors de leur assemblée générale ainsi qu'une motion en Anglais du Sénat de la Présidente du conseil national des sapeurs-pompiers volontaires.

Le modèle de sécurité civile français est un des plus performant du monde et doit être préservé.

Le plan régional pour une alimentation durable

Message de Carole Delga
Présidente de la Région Occitanie
Pyrénées-MéditerranéeAlimentation en Occitanie : je participe !

"C’est vous, les habitantes et habitants de l’Occitanie, qui allez choisir les priorités du Plan régional pour une alimentation durable en participant, avant le 15 novembre, à cette grande consultation citoyenne inédite
à l’échelle d’une Région française.

L’alimentation représente un secteur économique essentiel de notre région, avec des milliers d’entreprises agro-alimentaires et
d’exploitations agricoles.
Avec vous, l’Occitanie veut être la région du bien vivre et du bien-être, tout en permettant à chaque agriculteur, producteur,
de percevoir une rémunération juste.

Participez et impliquez-vous dès aujourd’hui
dans cette consultation citoyenne essentielle pour notre avenir !"

https://jeparticipe.laregioncitoyenne.fr/project/alimentation-en-occitanie-je-participe/questionnaire/consultation-citoyenne




Les Poussannais ont fêté Martror à Pézenas

Les  Poussannais et Poussannaises  ont fêté  Martror à Pézenas ce 10 novembre. Qui sont ces morpelettes ?

Le terme occitan « Martror » est d’usage très courant dans les textes médiévaux dans lesquels il désigne l’actuelle Toussaint catholique (1er novembre), qui fut longtemps la « fête des martyrs », étymologie du terme martror en occitan.

Resized_20181110_180921_9103
En Occitanie comme ailleurs, cette « fête des morts » coïncide avec le mois « le plus noir » de l’année, le début de l’hiver astronomique (de début novembre jusqu’au solstice d’hiver au 21-22 décembre), qui marquait le début de l’année dans le calendrier celtique. Période où le monde de la nuit et des ténèbres est le plus proche de celui des vivants, elle correspond à un moment propice aux échanges symboliques entre les deux mondes.


Mais cette célébration des morts coïncide aussi avec la saison d’un certain renouveau, celui des labours et semences (« de la Sant Miquèl a Martror ») ou encore celui de la plantation des arbres fruitiers (autour de la Sainte-Catherine, le 25 novembre).


L’Église catholique sacralisa cette période de rites immémoriaux d’échanges symboliques entre vivants et morts à partir du IXe siècle en instituant la fête de tous les saints le 1er novembre, puis un « jour des morts », distincts, le lendemain.
Les enquêtes menées au cours du XXe siècle sur les rites, croyances, traditions rituelles en pays d’Oc ont permis de documenter de nombreuses pratiques vivantes – jusqu’aux années 1980 dans les Pyrénées par exemple – de rites de communication entre vivants et disparus (offrande de nourriture notamment).

En Rouergue, dans le canton de Saint-Geniez-d’Olt demeure une tradition de vente aux enchères pour les âmes, où l’on retrouve l’offrande de nourriture mais encadrée par le rite religieux (la vente servant à financer les messes pour les morts tout au long de l’année).
L’arrivée de la tradition américaine de la fête d’Halloween au milieu des années 1990, ressentie par certaines communautés comme exogène et commerciale, semble provoquer localement un intérêt renouvelé pour les rituels autour de la Toussaint, dont le plus important est celui du Martror annuel de Pézenas, spectacle rituel qui clôt le cycle des « Temporadas » (Théâtre des Origines, puis Collectif Temporadas). 

En savoir plus sur : https://occitanica.eu/items/show/12499

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon