Spectacles

Trophée

Pour la 2ème année, le Trophée Brassens va permettre

 à un(e) lauréat(e) désigné(e) lors de la finale du 24 Juin,

 de se produire sur la scène du Théâtre de la Mer

                      à Sète le Mercredi 16 Aôut.

ce concours est ouvert à tous les auteurs, compositeurs,

 interprètes en langue française et pour en connaître

 le règlement et pouvoir s'inscrire, merci d'aller sur le site du club 

http://clubpoesiegbrassens.e-monsite.com/

Malo à Brassens

ESPACE GEORGES BRASSENS

Vendredi 24 mars 2017 à 18h30 MALO CHANTE BRASSENS Jérôme ARNOULD a choisi de donner vie à MALO afin de réaffirmer sa passion pour la chanson française et pour les mots. Auteur du livre « Brassens et la camarde », il interprète désormais les chansons de celui qui l'a toujours inspiré. Chanter Brassens, c'est célébrer la vie, l'amour, mais aussi se placer du côté des « chats perdus, des laissés pour compte et des déshérités. » Jérôme Arnould chant, guitare - Pierre Chevalier clarinette - Margaux Liénard chant François Simitchiev contrebasse - Stan Steïner violon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Février à la scène nationale

 

Ce mois de Février la scène nationale de Sète propose quatre spectacles. 

  • Au théâtre Molière de Sète : Until the Lions / Akram Khan Compagny (Royaume-Uni)  et Sœurs de Wadji Mouawad(Canada) 
  • A l’hTh CDN de Montpellier Begin the Beguine une création de John Cassavetes et Jaw Lauwers ( Belgique )  
  • A  Béziers (sortieOuest Domaine départemental de Bayssan-Béziers)  Le Temps et la chambre,  une création de Botho Strauss-Michel Vinaver-Alain Françon.

 Théâtre Molière-Sète 

Until the Lions ( Mardi 21 Février, 20H30, mercredi 22 Février , 19 H )   est une création partiellement adaptée du recueil Until the Lions : Echoes from the Mahabharata , qui est une réécriture en vers par Karthika Naïr du   Mahabharata, ce fameux  poème de 81936 strophes réparties  en dix-huit livres, et  considéré comme le plus grand poème jamais composé. 

 

Ce spectacle d’une prodigieuse beauté visuelle  revisite  l’histoire d’Amba, la fille du roi Kashi. Enlevée le jour de ses noces,  privée de son honneur, cette princesse mythique réclame vengeance. Accompagnée d’un groupe live, cette chorégraphie  intense d’Akram Khan a les charmes d’un voyage vers l’inconnu.  Après avoir été  programmé la saison dernière au théâtre Molière en 2014, Akram Khan, revient avec cette nouvelle création qui précède de quelques semaines un  spectacle destiné à l’enfance et à la jeunesse (programmé le 15 Mars). Course-poursuite de mouvements qui claquent,  d’élans et d’étreintes chassées par la mort, des coups de tambour des chanteurs musiciens, ce spectacle total parie sur la force de l’imaginaire du spectateur emporté au triple galop par la danse. 

 

 

Avec Sœurs,  (Mardi 28 février, 20h30, mercredi 1 Mars, 20h30) le nouveau directeur du Théâtre National  de la Colline de Paris  Wadji Mouhawad revient sur  la question de l’identité dans une scénographie polyphonique. Sa mise en scène inventive enveloppe la magnifique comédienne Annick  Bergeron. 

La scène Nationale de Sète et du bassin de Thau n’avait jamais accueilli le grand metteur en scène libano québécois qui nous a fait découvrir les sagas familiales dignes des grandes tragédies grecques. C’est aujourd’hui chose faite. Tout comme les spectacles Littoral, Incendies, Forêts  et Ciels ont composé  Le sang des promesses, Seuls a ouvert un nouveau cycle de création dit Domestique. Wajdi Mouawad poursuit avec Sœurs l’exploration d’une écriture polyphonique où matières, images, sons, objets composent le récit même du spectacle. Retournant le sol du quotidien, de l’autofiction et de l’intime, il arpente les sillons de ce qui deviendra une cartographie familiale.

A propos de Sœurs Wadji Mouawad explique "le pluriel appelle à une ouverture malgré l’unique interprète de ce spectacle.  Car si Annick Bergeron est la première femme de cette tempête (elle conduit  sa Ford Taurus en direction d’une conférence qu’elle doit donner à Ottawa, sur une route glacée au milieu d’éléments déchaînés), rien ne laisse présager le surgissement de cette autre femme. Pourtant. Surgissement plus que rencontre. Surgissement il y aura. Collision pourrions-nous dire, collision qui sous-entend une contradiction dans la rencontre, collision qui fera de ces deux êtres féminins les réceptacles de la grande histoire, de ses violences et de la manière avec laquelle l’intimité des êtres parvient à tenir tête aux brutalités du temps". Sœurs est une création à la fois troublante et singulièrement familière  sur la quête incessante et jamais aboutie des exilés. 

hTh-CDN Montpellier

Begin the Beguine  (Mercredi 1, jeudi 2, vendredi 3 février 20H)   est une création du célèbre cinéaste, reconnu comme une des figures majeures  du cinéma indépendant américain, John Cassavetes  et mise en scène par  Jan Lawers. 

  Un peu avant sa mort le  légendaire cinéaste a écrit Begin the Beguine pour le cinéma  et pour deux de  ses acteurs fétiches   Ben Gazzara et Peter Falk. Il s’agit d’une allégorie  sur l’amour et la mort qui renvoie à l’air classique de Cole Porter. 25 ans plus tard,  le metteur en scène décide de l’adapter. Dans Begin the Beguine,   l’action se déroule dans un seul lieu : un appartement au bout d’une route côtière. Les fenêtres resteront fermées durant toute la durée de la pièce. Dans l’appartement deux hommes, Gito Spaiano  et Morris Wine. Spaiano vient de l’italien disparaître ;  quant à Morris c’est Wine comme vin et non comme pleurer weinen) – c’est ainsi que le personnage décline son identité. Comment ces deux hommes sont arrivés là, c’est un mystère.  Ce qu’ils veulent ?  Ne plus se poser de questions, se laisser enfin aller  librement. Attendre. Jamais dès lors ils ne cesseront.  Godot,  une prostituée ardemment désirée ne viendra jamais. D’autres, par contre apparaissent et s’en vont, toujours par paires, semblables et différentes. Violence et tendresse se mêlent jusqu’à l’indistinction. Parfois,  les deux hommes se retrouvent à  parler d’amour. 

Begin the Beguine  est aussi absurde qu’une pièce de Beckett,  aussi exclusive qu’une petite soirée entre messieurs et aussi philosophique qu’une pièce de  Tchekhov. Ces deux figures sont nées de l’imagination de John Cassavetes qui,  comme auteur et réalisateur s’en tenait toujours à son exigence de justice : « prendre au sérieux les souhaits profonds de l’homme, qu’il soit haïssable ou beau, bon ou mauvais. » 

SortieOuest-Beziers

Dans Le  Temps de la chambre (vendredi 24 Février, 21h) Olaf et Julius, un couple de sages sceptiques, décrivent une jeune femme qui passe dans la rue.  C’est Marie Steuber qui,  parce que le théâtre l’exige,  arrive dans leur appartement, suivie d’autres personnages, l’Impatiente, l’Homme sans montre, la  Femme sommeil portée par l’Homme en manteau d’hiver, et le Parfait inconnu. Dans cette première partie, ils sont tous pris dans un mouvement aléatoire qui les fait se rencontrer et les sépare, dans un temps décousu tourné vers un passé lointain ou proche.  La seconde partie, composée de courtes scènes,  retrace le parcours de Marie Steuber, ses rencontres avec les hommes, son rapport au monde du travail. 

 

Alain Françon qui a déjà mis en scène trois pièces de Michel Vinaver s’empare de cette pièce mystérieuse et pleine d’humour, qui déjoue les habitudes narrative du théâtre, de l’espace et du temps. 

Dans Le Temps de la chambre, on navigue entre les anecdotes, on se laisse  bercer par un fil conducteur : le rapport à  l’autre et  l’enfermement  évoquant la solitude et le besoin d’amour des êtres perdus dans la grande ville.  Un théâtre puissant et complexe.

Le strapontin prêt pour le Prix Martin

LA COMPAGNIE DU STRAPONTIN va vous présenter le week-end prochain sa nouvelle création « LE PRIX MARTIN » D’Eugène LABICHE, une comédie burlesque !

  Ce lundi 13, c’était la Générale, pour régler les derniers détails et pour s’assurer que tous les acteurs étaient prêts afin que les premières représentations soient, comme d’habitude de très haut niveau. Le Prix Martin est en effet une référence est une comédie en trois actes d’Eugène Labiche, en collaboration avec Émile Augier, créée au théâtre du Palais-Royal à Paris le 5 février 1876. Et que l’on ne se trompe pas : « Ce théâtre est aussi difficile à jouer qu’une tragédie de Racine. »

 « Il y a une innocence de la réplique, au boulevard. Une innocence apparente et on peut aller plus loin et rappeler une autre remarque de Jouvet qui ne cachait pas une animosité certaine à l’endroit des comédiens à effet: «Ils en arrivent à détruire l’innocence de la réplique». "Screen Shot 02-02-17 at 08.35 PM 001

 

"Ce théâtre ne souffre ni vanité ni boursouflure. Et si l’on ne se crispe pas sur l’idée de faire rire à toute force, on atteint un étage assez royal…. » (Fabrice Luchini dans le Figaro).

Le vendredi 17 février à 21 h et le samedi 18 février à 21 h à la salle Paul Vilalte de la MJC ils seront tous là pour donner le meilleur.. Entrée : 7 € / 5€ Réservations : 04 67 18 16 24

 

 

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAADSC_0021 (16)

 Mise en scène : Marie-Anne Mouraret qui précise que si elle est restée assez fidèle à la mise en scène classique, cette comédie traite de sujet « forts » sur un ton humoristique. Il faudra donc avoir deux niveaux de lecture car au 19ème certains thèmes restaient bien sous-entendus.

Distribution (par ordre d’apparition) : Richard MONCHATRE, Jean ARTIERES, Pierre ROBERT, Séverine CAMPAGNA, Henri LARGER, Josette BARD, Didier LECROISEY, Gabriel PETOLLA

« Ferdinand Martin, mari trompé, est poussé à la vengeance par son cousin Hernandez Martinez. Ira-t-il jusqu’à précipiter dans un ravin son vieil ami Agénor dont il a découvert qu’il était l’amant de sa femme ? »

 

Régie Lumière : Norbert BENEZECH Orgue de Barbarie : Marie Anne MOURARET Régisseurs

Plateau: Chantal ARTIERES / Jef BARD / Gilles VIUDES

Décors : Jef BARD / Laurie LIETOT / Chantal ARTIERES

Couture Costumes : Sylvie JEAN PIERRE Photographie : Laure ARTIERES Affiche : Pierre ROBERT

En Poussan ta porte : Hobobo, entre évolution et involution

La seconde soirée de l’année “En Poussan ta porte” 2016-2017 se déroulait ce 20 janvier ! Cette soirée était sous le signe de la rigolade mais aussi d'une certaine philosophie de la vie comme le précisait Mathilde Feurbach : "Dernier solo des Chiche Capon (joué par Patrick de Valette), mis en scène par Isabelle Nanty !Ca va rigoler !"…

Avec des conditions météorologiques hivernales tout était prévu par les organisateurs qui avaient donné rendez-vous aux spectateurs en intérieur, au très beau domaine de Frescaly avec une salle chauffée, des plaids, et de la soupe ! Plus de 100 spectateurs avaient répondu présents assis face aux artistes et savourant près de 1 h 30 de spectacle mis en scène par Isabelle Nanty. Le spectacle s'est donc déroulé en intérieur, salle comble, vu le grand froid de cette période Pas besoin de décor supplémentaire. les murs des locaux donnaient la bonne tonalité. 

 La Compagnie Surprise accueillait pour le plaisir des spectateurs "Hobobo", un spectacle interprété par Patrick de Valette, un artiste qui évolue aussi avec les Chiche Chapon et avec le Cirque du soleil, un acteur qui joue avec une palette d'outils, le mime, la voix, les bruitages, la danse, l’expression corporelle sans oublier un jeu de tenues adaptées aux multiples situations Et il nous proposait de nous libérer de nos tensions internes et externes en essayant de répondre à certaines de nos questions. Qui sommes nous que sommes nous d’où venons nous et ou allons nous ? Sommes nous une algue, un dinosaure, le fruit de la multiplication combinée à la division ? Un Crabe ? Un lézard ? Un peu de tout cela ? Comment s’arracher à cette gravité qui nous pèse? Le sport et l’art contemporain peuvent ils nous y aider ou faut-il s'adapter? Après un accueil en douceur autour d'un petit apéritif pour ceux qui le désiraient, Mathilde Feurbach qui dirige la Compagnie Surprise, remerciait le public pour sa participation en précisant qu'en-2017, il y aurait encore 2 spectacles, toujours chez l'habitant, et dans l'esprit qui a animé la saison dernière : sortir, partager de bons moments et des spectacles, vivre des soirées intergénérationnelles et voyager grâces aux compagnies ou acteurs invités.

Et toujours pour mettre à jour des artistes hors du commun.

C'était parti : Élément mémorable des Chiche Capon, Patrick de Valette jouait là en solo, une autre façon pour lui de se projeter vers l'avenir. Il y incarne le professeur Hubert O'Taquet, qui développe une philosophie existentielle. Pour l'occasion, il se lance dans une évocation de l'évolution animale, de la division cellulaire et entre l'évolution et l'involution, se pose les grandes questions de la vie. Pour lui il y a un fossé avec Jean-Paul Sartre ou Soren Kierkegaard, entre Freud et bien d'autres approches des forces qui guident l'homme dans sa vie.

Si son approche est plutôt désinvolte, les arguments sont appuyés par des démonstrations plutôt cocasses mais très persuasives. Le scientifique va poser la blouse blanche pour un tutu rouge, pour devenir un homo-sapien, un danseur classique ou pour prendre la tenue d'un ascète. La salle est vite contaminée par des rires, mais aussi concentrée sur sa recherche d'un certain apaisement que nous trouverons en partageant un amour fraternel qui permet de "voler", de créer des forces insoupçonnables qui pourraient si les humains le désiraient permettre à l'humanité de s'en sortir beaucoup mieux.

Patrick de Valette est pourtant désopilant quand il devient un poisson ou une autruche mais avec ses mimiques d'anthologie, avec son spectaculaire final, il confirme qu'il est un maître dans son art, celui de l'absurde et du spectaculaire. l'art de ce grand maître du gag et de l'absurde. Pour Patrick de Valette et pour le public, ce voyage philosophique dans le rire et dans note "Moi intérieur" allait plus loin que ce qu'il en avait l'air. Le professeur Hubert O'Taquet, avec une méthode bien particulière pour nous initier à sa science, nous a permis de revenir sur nos origines en nous questionnant sur notre devenir.

 

Félicité par un public conquis qui n'a rien lâché durant le spectacle Patrick de Valette a pu poursuivre son questionnement jusqu'à près de 23 h, en compagnie des spectateurs et des bénévoles qui se désaltéraient et se restauraient.

Web : https://www.compagnie-surprise.fr/

L'émergence d'un pôle culturel pour l'enfance et la jeunesse

Le jeudi 1er décembre, Yvon Tranchant, Directeur de la Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau et Christophe Durand, maire de Mireval et vice-président de Thau agglo, en charge de la culture, présentaient les objectifs  du nouveau lieu de production et de diffusion de spectacles en direction de l’enfance et la jeunesse à Mireval, dont le lancement au Centre Léoo Malet de Mireval était prévu ce 10 décembre. Un projet  qui selon Christophe Durand va faire de Mireval un pôle culturel très utile pour la nouvelle grande communauté d'agglomération de Thau.
L'implication de la Scène Nationale, atout majeur, du projet, et la qualité des contenus qui seront proposés devraient de plus  attirer des spectateurs non seulement du Bassin de Thau mais aussi de la métropole toute proche de Montpellier.

 Ce samedi 10, au centre Léo Malet,  à partir de 11 h, sur un site où tout était prêt avec des chapiteaux pour accueillir  plusieurs spectacles ou ateliers en même temps, sous un ciel dégagé et avec de douces températures, une belle journée s'annonçait, celle de la Fête de l'Enfance et de la Jeunesse, en présence d'Yvon Tranchant, de Christophe Durand, de François Commeinhes, Président de Thau Agglo ainsi que d’Emmanuel Demarcy-Mota, directeur du Théâtre de la Ville à Paris, et de Joris Mathieu, directeur du Théâtre Nouvelle Génération – CDN de Lyon.

Après une présentation de la journée par Yvon Tranchant, Emmanuel Demarcy-Mota allait développer le thème de la relation Culture/ Enfance-jeunesse, un sujet qui est sans cesse au centre de débats depuis 40 ans au niveau de l'état,  avec 3 temps identifiés, le scolaire, l'extra-scolaire et le familial et qui correspond donc aux objectifs de ce nouveau pôle, être un théâtre d'une nouvelle génération, avec des artistes en résidence, des productions, des spectacles et le tout dédié à la jeunesse qui a besoin d'être interpeler pour travailler son imaginaire, un processus tellement utile pour le développement harmonieux de l'adulte.

 "C'est ainsi qu'émergeront de nouveaux artistes avec de nouveaux paysages culturels qui permettront de se projeter dans l'avenir, un choix politique au sens large, avec des options et des débats, pour une version du Monde à venir. Il est nécessaire que l'enfant ait sa place dans toutes les sociétés et surtout pour nous dans l'Europe" rajoutait Emmanuel qui, avec Joris Mathieu, insistait sur le fait que le théâtre est un principe démocratique qui au-delà du vivre ensemble va  jusqu'au faire ensemble.

Pour eux, il est nécessaire d'accompagner les enfants dans cette diversité culturelle du monde des Arts avec même les Arts numériques pour des Parcours Enfance-Jeunesse à développer.

Avec François Commeinhes et Yvon Tranchant, ils revenaient sur le fait qu'il ne doit pas y avoir de concessions, en témoigne le dernier spectacle joué à la Scène Nationale de Sète : " Où Alice échappe au Monde des adultes. Dès la naissance, l'humain doit être en immersion dans cet imaginaire musical, théâtral... Pour se retrouver d'une part dans un endroit réconfortant mais aussi pour mettre en image à partir de son cerveau, le récit et enrichir son imaginaire, sa créativité".

 Le projet du centre Léo Malet est donc déterminant et va permettre à de nombreux jeunes et enfants de "s'envoler" dès le plus jeune âge !

Souhaitant une longue vie au Pôle jeune public du Bassin de Thau, François Commeinhes et Christophe Durand précisaient qu'ils étaient heureux que ce projet en gestation ait vu le jour avec la participation de la Scène Nationale, un gage de qualité, de longévité et de crédibilité dans une zone stratégique entre la Nouvelle communauté de communes et Montpellier, avec l'aide de l'Etat, de Thau Agglo, de la Région aussi.

Fierté de tous en inaugurant cette oeuvre utile, un cadeau de Noël avant l'heure, avec un outil compétitif au niveau du lien social pour que se développe la Culture, l'éveil, les communautés, le partage et le plaisir de vivre des moments magiques.

Après avoir partagé le verre de l'amitié, accompagnés par la Fanfare des Taraf Goulamas  avec son concert déambulatoire, les participants à l'inauguration appréciaient, dès 14 h 30,  Tandem et son cirque poétique de la  Compagnie de l’Appel du Pied qui emportait la jeunesse et les éternels jeunes dans son univers enchanté.

Entre du théâtre forain avec Famille Burattini, un solo de clown avec Philippe Goudard, des marionnettes, des ateliers (Arts du cirque et maquillages, manipulations de marionnettes) cette journée de fête dédiée à l'Enfance et la jeunesse a ensuite bien tenu ses promesses pour que "Léo Malet" goûte aux plaisirs auxquels ce pôle est maintenant dédié....

Belle soirée à l'Entre2Pots

Ce samedi soir à Sète, l'équipe du Café Culturel Associatif L'Entre2pots était ravie de proposer une fois encore, une soirée chaleureuse et conviviale.

Un duo guitare, Contre-Bassine ouvrait la voie avec ses chansons à textes et à émotions, suivi du groupe « La bise à Madame » qui venait présenter officiellement en public son premier album studio "Caresser le Soleil", mélange d'amitié, de musique, de voyages, de l'Amérique latine aux pays slaves, du Midi aux Chtimis et aux rimes coquines de la séduction.

  Le public, venu nombreux, s'est laissé emporter par les sons et les rythmes endiablés de la fête.

Résumé par l’appellation ‘café associatif’, l’Entre2pots est en effet un lieu de vie ouvert à toutes les diversités. Installé dans un entrepôt de la zone aqua-technique à Sète, la surface, le volume et les possibilités d’agencement du lieu permettent la cohabitation d’activités variées. La grande salle, dans laquelle se situe l’espace café / restauration, dispose d’une scène, de loges, d’espaces d’expositions, d’un coin enfants et de zones de travail.

 

 L’Entre2pots, destiné à héberger des activités culturelles et sociales, est géré comme un équipement de proximité par l’association du même nom créée en janvier 2015. Depuis le début de ses activités en juin 2015, l’organisation est basée sur une démarche collective dans laquelle chacun est invité à participer à hauteur de ses envies et de ses idées.

  La seconde salle accueille des ateliers d’artistes à l’année dans un esprit d’interaction. La plupart de ces artistes interviennent “côté café” en proposant des ateliers, des spectacles, ou des expositions. Lieu citoyen ouvert à tous, l'Entre2pots promet au public et aux bénévoles, de nouveaux et surprenants évènements à venir.

Programmation et renseignements : http://lentre2pots.fr/ et sur leur page Facebook.

22ème Baléti Les Pieds dans l'Eau

Un soir, dans les locaux de « L'entre2Pots », une association qui est aussi un café culturel associatif installé à Sète : concerts, soirées, activités artistiques et bien d'autres choses encore.
Ce soir là deux musiciens se produisaient, le duo Falco (à l'accordéon) et  Alain  Charrié (au hautbois).

Ce duo « de choc » tellement les airs sont dynamiques se consacre essentiellement à la musique de « baléti » à base de danses traditionnelles du Languedoc et de toutes les régions d'occitanie.

L'air frais de cette soirée de novembre n'est pas parvenu à empêcher les amoureux des danses traditionnelles à faire le déplacement. Le vaste espace a très vite était comble et les danseurs se sont vite réchauffés au son du duo Falco-Charrié en passant par des valses, des scottish, des bourrées à deux temps, des rondos en couple, et  autre mazurka.

Doué d'un sens certain de l'animation, en plus d'être un excellent musicien, Alain Charrié encourageait les danseurs et leur prodiguait des conseils.

Ce fut une soirée musicale  fort sympathique où le public prit un plaisir certain.

Organisateurs :

Association « Images d'Oc »
06 08 28 06 19

« L'Entre2pots »
rue des Enclos
Quartier des usines
Sète

Cliquez sur une image pour l'agrandir

 

 

Hommage au groupe « Téléphone » au Casino Barrière

          

Dans l'attente du concert et toujours accueillis avec gentillesse et efficacité par le personnel du Casino, les clients venus à cette soirée ont pu déguster des plats toute en finesse préparés par les traiteurs du groupe Barrière.
Et c'est, une nouvelle fois, à une bien belle soirée que nous avait convié le Casino Barrière du Cap d'Agde.

La salle « Purple Lounge » était, une nouvelle fois pleine. Une soirée très « électrique » avec un hommage au groupe « Téléphone ». Un hommage rendu par les membres du groupe « Hygiaphone », des musiciens talentueux venus de Caen.
Ce groupe a été créé en 2010 et les quatre musiciens qui le composent, des fans de Rock N' Roll, ont alors décidé de reprendre les chansons et ainsi de rendre un hommage vibrant au groupe légendaire « Téléphone » qu'ils incarnent de façon magistrale.
C'est dans une ambiance survoltée que s'est déroulée cette soirée. Tous les tubes de « Téléphone » ont été repris et entonnés par le public. A un certain moment, certains et certaines se sont même lancés dans des pas de danse échevelés.

Jean-Marc Roger

Casino Barrière
Ile des Loisirs - Le Cap d'Agde - Infos et réservation au 04 67 26 90 45 - www.casinosbarriere.com