Sète

Raccordement de la nouvelle station d’épuration Thau Maritima à l'émissaire (en mer)

Mission accomplie !
C’est une étape délicate et importante qui vient d’être franchie à Sète cette semaine, avec le raccordement de la nouvelle station d’épuration Thau Maritima à l'émissaire (en mer) de rejet des eaux usées traitées.
Une avancée majeure qui a nécessité plusieurs journées d’intervention et qui s’est déroulée avec les plus grandes précautions sanitaires.
Pour rappel, l’objectif de Sète agglopôle est de renforcer la capacité de traitement de la station de Sète et de l’adapter d’ici fin 2022 aux objectifs d’atteinte du bon état qualitatif des milieux aquatiques du bassin versant.Peut être une image de plein air

La Journée Portes Ouvertes du Lycée Paul Bousquet aura lieu le samedi 20 mars

La Journée Portes Ouvertes du Lycée Paul Bousquet aura lieu le samedi 20 mars.
Compte tenu de la situation sanitaire actuelle, la JPO n'aura pas lieu en présentiel mais sera 100% en ligne !
Au programme:
 Echanges avec enseignants et étudiants sur les formations qui vous intéressent
 Vidéos de présentation
 Plaquettes téléchargeables
 Rendez-vous dans quelques jours pour découvrir la plateforme en ligne et le programme de la journée.Peut être une image de texte qui dit ’SAM. 20 MARS LYCEE DE LA MER PAUL BOUS QUET 100% EN LIGNE’

Le port et le Club croisières soutiennent Sète, Capitale française de la culture

 

Pixabay

Le conseil d’administration et l’ensemble des adhérents au Club croisières étaient réunis cet après-midi pour l’assemblée générale annuelle. L’occasion de dresser le bilan de l’année écoulée et d’évoquer les perspectives pour l’année 2021.

Alors que 67 escales de paquebots et 111 115 passagers avaient été accueillis à Sète en 2019, le contexte sanitaire de l’année 2020 et du premier trimestre 2021 a freiné l’ambition partagée de consolider ces résultats, générant ainsi un manque à gagner important pour le territoire.

Cette situation a néanmoins permis d’enclencher une réflexion sur le positionnement du port de Sète. L’ensemble des collectivités locales, des partenaires institutionnels et des représentants des professionnels ont ainsi décidé de privilégier une croisière raisonnée et durable, avec des navires de taille moyenne, mieux à même de s’adapter rapidement au protocole sanitaire et donc de reprendre leur activité.

Un groupe de travail réunissant la CCI, l’Office de tourisme et le Comité régional du tourisme et des loisirs a été constitué, avec pour objectif de structurer une offre susceptible de séduire les compagnies de croisière concernées. Et l’un des atouts majeurs sera l’offre culturelle de Sète. Les membres du Club des croisières et le président de Port Sud de France, Jean-Claude Gayssot, ont ainsi fait valoir que tous les acteurs économiques du territoire bénéficieraient des retombées de la célébration du centenaire de Brassens à Sète mais également de l’obtention du label Capitale française de la culture. Ils ont à ce titre officiellement apporté leur soutien à la Ville.

*Une étude menée par a CCI de l’Hérault évalue la dépense moyenne d’un croisiériste à 46 € la dépense moyenne par croisiériste et à 120 € son impact total pour la ville de Sète et le Bassin de Thau.

 

Encore une pollution dans les canaux de Sète, pour les Gardiens de Thau nous sommes tous complices

Les Gardiens de Thau sa lagune et ses ports communiquent :

"Les pêcheurs à la ligne sont de retour mais la dorade va avoir aujourd’hui et pendant les jours qui suivent un drôle de goût, celui du gas-oil ! car une pollution par hydrocarbure accompagnée d’odeurs nauséabondes, provenant des émanations du gas-oil, est à nouveau à l’ordre du jour à Sète. 

Une nappe en surface, longue de plusieurs dizaines de mètres, qui semble partir du quai de la Marine où certains thoniers ce matin, sont à la manœuvre (ceci expliquerait-il cela ?) et qui dérive au fil de l’eau tout le long du canal en direction de notre précieuse lagune de Thau, tout en laissant sur son passage des traces résiduelles autour de chaque barque et petit bateau à moteur, amarrés le long des quais. Il n’est pas besoin de rappeler que ce canal est victime de pollutions routinières par hydrocarbures liquides ni de leurs effets néfastes sur l'environnement, qu’il s’agit d’une infraction au code de l’environnement car même si la nappe se dissipe rapidement, leurs conséquences sont toxiques sur les organismes vivants."

 

Et les Gardiens de Thau rajoutent par l'intermédiaire de Catherine Chauzit,la Présidente de l'Association : « Alors, on ne fait rien contre ça !? » comme qui dirait un touriste, présent sur un des fameux ponts sétois avec l’appareil photo à la main et se bouchant le nez de l’autre, qui, pour cette fois, ne peut être incriminé de cette pollution par le citoyen sétois,« Eh bien non, RIEN » me suis-je permise de lui répondre. Car pourquoi les pêcheurs de profession, car ils s’agit bien d’eux, en dehors de pisser dans l’eau depuis leur pont de bateau, se priveraient-ils de polluer par déballastages, dans la mesure où l’ensemble des autorités tolèrent leurs méthodes de voyous.  Aucun contrôle, ni enquête pour déterminer l’origine de la pollution, ni dénonciation, ni verbalisation, ni sanction de leur part. Ah ...le lobbying de la pêche à Sète...Bon ok ! Mais me direz-vous, on pourrait au moins nettoyer, éviter la propagation jusqu’à la lagune. "

 

A noter qu'un barrage absorbant a été mis en place quelques heures après, sous le pont de la Bordigue, ce mercredi, pour préserver l'étang de Thau mais pour Catherine Chauzit des gardiens de Thau, c'était beaucoup trop tard.

Les lamaneurs de la société Albano ont été à la manoeuvre.

 

Et l'association des Gardiens de Thau conclut : " A laisser faire, nous, représentants des différentes autorités, citoyens sétois, écologistes, marins, petits pêcheurs, plaisanciers, conchyliculteurs, touristes, baigneurs et j’en passe, nous sommes tous complices ! Bref comme dirait une jeune femme sétoise, croisée sur le pont de la Savonnerie en ce jour de pollution marine : « De la pollution,  ils s’en foutent ! Qu’ils se le gardent leurs poissons pollués ! Moi, je n’en mange plus ! » A bon entendeur, salut ! L’association s’est sentie obligée de déposer une plainte contre X cet après-midi. Ces pollutions doivent cesser !"


Les Gardiens de Thau

La rectrice d’Occitanie à Sète pour accompagner la Ville dans ses projets éducatifs

“Sète est une ville qui compte beaucoup dans l’académie et dans la Région pour les formations supérieures et les activités scientifiques et d’innovation. Les jeunes de ce territoire méritent toute notre attention”. C’est en ces termes que Sophie Béjean, rectrice de la Région académique Occitanie et rectrice de l’académie de Montpellier, a démarré une réunion de travail avec le maire François Commeinhes et les élus référents ce mardi 2 mars en mairie. Les enjeux de cette rencontre ? Améliorer les dispositifs éducatifs sur le territoire de Sète et du bassin de Thau.

Les sujets sont nombreux. Développement des filières d’enseignement supérieur, création du campus connecté, renforcement des actions culturelles menées dans les écoles. Un travail déjà bien engagé par la Ville comme le rappelait François Commeinhes. Qui mérite aujourd’hui d’être plus poussé : “On est à un virage, notamment sur la formation universitaire et les activités en développement sur le territoire. Je pense à tout ce qui touche au cinéma où nous avons une demande très forte mais aussi à d’autres filières” soulignait le Maire.

Après un constat sur l’éducation à l’échelle du territoire de Sète, Sophie Béjean a souligné vouloir “soutenir pleinement tous les projets à porter ensemble” en lien avec l’éducation nationale qu’elle représente, les collectivités mais aussi l’université de Montpellier. Elle a, par ailleurs, salué “le travail de qualité” qui a permis à la Ville d’être retenue tout récemment pour le label “cité éducative”. Le dossier était aussi à l’étude pour pouvoir débloquer prochainement les crédits d’investissement qui permettront de renforcer l’action de la municipalité auprès des enfants.

« SOS MEDITERRANEE : un engagement citoyen » - Expo photo itinérante en Occitanie de mars 2021 à mars 2022

Grâce au soutien de la région Occitanie, une grande exposition de photographies itinérante sera présentée par l’association SOS MEDITERRANEE de mars 2021 à mars 2022 dans une douzaine de villes de la région afin de sensibiliser le grand public et les jeunes au drame des naufrages à répétition en Méditerranée.

Composée de 15 grands panneaux recto-verso de 2 mètres par 1,2 mètres, l'exposition est issue des différents reportages effectués par plusieurs des photographes professionnels embarqués depuis 2016 à bord de l’Aquarius puis de l’Ocean Viking, navires affrétés par l’association SOS MEDITERRANEE. Ces clichés invitent à prendre conscience de la nécessité vitale de mettre en place un dispositif de sauvetage adéquat et respectueux du droit maritime international en Méditerranée.

 

Pixabay

Des séances de sensibilisation et des activités pédagogiques seront en outre proposées par les bénévoles de l’association présents sur tout le territoire occitan dans les différents lieux ouverts au public et dans les lycées où l’exposition est accueillie.  

Alors que le contexte en mer ne cesse de se détériorer, cette grande exposition photo itinérante participe à la mobilisation de tous ceux qui refusent la fatalité de ces noyades par milliers aux portes de l’Europe. L’exposition a ainsi pour but de créer un lien entre les citoyens occitans, dans leur plus grande diversité, avec la communauté maritime. L’objectif est de favoriser l’interaction entre des collectifs de citoyens, des associations, des entreprises, des institutions, des collectivités locales, des établissements scolaires, les sauveteurs en mer et des experts du droit maritime.

Les premières dates de l’itinérance

C’est dans ce lieu hautement symbolique qu’est le Lycée de la mer de Sète que sera inaugurée l’exposition « SOS MEDITERRANEE: un engagement citoyen », en présence de représentants de la Région Occitanie, qui a voulu par ce partenariat prendre sa part dans la mission de témoignage de l’association de sauvetage en mer. 

 

  • Du 1er au 22 mars 2021 au Lycée de la Mer à Sète*  

  • Du 29 mars au 16 avril au Lycée Albert Einstein à Bagnols-sur-Cèze*

  • Du 18 au 28 mai au Lycée Le Garros à Auch* 

  • Du 10 au 18 juin à la Chambre des métiers et de l'Artisanat du Tarn à Albi*

  • Du 2 au 21 août dans le hall de la Mairie de Foix dans le cadre du festival Ingénieuse Afrique (ouvert au grand public)  

 

A venir: Nîmes, Montpellier, Alès, Perpignan, Argelès, Carcassonne et Toulouse.   

 

SOS MEDITERRANEE détaillera tous les événements entourant cette exposition itinérante dans chacune des villes occitanes sur son site www.toussauveteurs.org.

Note : La tenue de l’exposition est soumise aux restrictions en vigueur liées à la pandémie de Covid-19, y compris en ce qui concerne la jauge (nombre de personnes limité en fonction du lieu). Toutes les mesures de distanciation physique, de désinfection, d’hygiène et le port du masque y seront respectées. 

*La visite de l’exposition dans les Lycées est bien évidemment réservée aux élèves et personnels de ces établissements.