Sète

Après une inauguration réussie la suite du Festival Les Automn'Halles

Après une inauguration réussie et une lecture passionnante d'une partie de la correspondance de Flaubert par le comédien Yves Ferry, suite du Festival Les Automn'Halles (34200 Sète), ce jeudi 23 septembre : au programme Alexis Jenni (18 heures au musée-Galerie d'Art Le Réservoir), puis un hommage à Jean-Claude Carrière (21 heures au cinéma Le Comœdia, tarifs cinéma).

 Peut être une image de 1 personne

Jocelyne Fonlupt nous précise : "Après l'intervention de Laurent Cachard, président des Automn'Halles, suivie du mot de Marie Testa, la directrice de la médiathèque François-Mitterrand, qui accueille en grande partie le festival samedi et dimanche, et l'inauguration officielle du festival par François Commeihnes, maire de Sète, un apéritif dans les jardins du musée a réuni les spectateurs.

Puis Laurent Cachard a présenté la correspondance de « cet auteur immense » qu’est Flaubert. Il a également évoqué le livre d’Alain Ferry "Mémoire d'un fou d'Emma" (prix Médicis essai).
Enfin, le comédien Yves Ferry a lu des extraits de la correspondance de Flaubert.
Une soixantaine de spectateurs se sont délectés tant des mots de l'écrivain que de l'interprétation d'Yves Ferry en un Flaubert tout à fait convaincant tour à tour exalté, désespéré, en colère, rêveur ou poète...
Rendez-vous demain, jeudi 23 septembre à 18 heures pour un Grand Entretien avec Alexis Jenni pour son livre "La beauté dure toujours" au musée-galerie Le Réservoir, animation Laurent Cachard et à 20 h 30, au cinéma le Comœdia pour un hommage à Jean-Claude Carrière et la projection du film "Le Charme discret de la bourgeoisie" (prix des places tarifs du cinéma)."

aaauuCapture  aaauuuuu22Capture
 Sedef Ecer et Yasmina Khadra seront tous deux présents le samedi 25.
Yasmina Khadra, par Yves Izard
 
aaauuuuuuuuunbSedef Ecer © Brigitte BeaudessonYves Izard : Yasmina Khadra, avec Le sel de tous les oublis, vous nous entraînez dans la descente en enfer d'un homme que sa femme vient de quitter brutalement. On entre comme d'habitude dans la tête d'un homme qui frôle la folie.
Mais cette fois, vous vous interrogez sur la place que les femmes occupent dans une société en pleine mutation?
 
Yasmina Khadra : Il n'y a pas que la place de la femme en Algérie qui exige une attention soutenue. Nous enregistrons un grand retard littéraire à tous les niveaux. L'Algérie n'a pas livré toute la part de ses zones d'ombre et de lumière. Son histoire, pourtant riche, n'est que parcimonieusement traitée par les écrivains. Nous accusons un énorme déficit dans ce sens. Il y a tellement de sujets en jachères, d'angles de vue occultés, d'approches béquillardes. Certes, la femme demeure le parent pauvre de notre littérature, mais la société en général souffre de l'absence d'un traitement plus large et plus ambitieux.   
 
Yves Izard : Avec ce roman, vous revenez en Algérie, dans une époque post coloniale, pourquoi? Est-ce pour mieux interroger ce qui se joue dans ce combat entre modernité et tradition?
 
Yasmina Khadra : Absolument. Comment comprendre l'échec de notre politique actuelle et la régression qui en découle sans se référer aux années 1960 qui ont vu l'Algérie accéder à son indépendance après quatre mille ans d'occupation étrangère?
Au sortir du joug colonial, notre pays semblait en mesure de relever l'ensemble des défis et de renaître aux lendemains qui chantent. Si nous déchantons, soixante ans après, c'est parce que nous avons résilié le serment fait à nos morts en optant pour le culte des personnalités plus attentives à leurs petites affaires qu'au destin de la nation. 
 
Yves Izard : Quel regard portez vous sur le Hirak et la situation  en Algérie?
 
Yasmina Khadra : Nous avions une chance inouïe de nous en sortir définitivement, mais la naïveté du Hirak s'est heurtée à la diablerie d'un système corrompu et jusqu'au boutiste. Depuis le début des marches massives, j'ai essayé d'alerter l'opinion, à travers ma page Facebook, quant aux failles du Hirak qui refusait de choisir des personnes susceptibles de l'incarner. Aucun mouvement révolutionnaire ne peut aboutir s'il n'est pas porté par des voix identifiables en mesure de fédérer l'ensemble des revendications. Cela n'a pas été le cas, et mouvement est resté anonyme, et donc inefficace. J'ose espérer que le Hirak revienne très vite, avec une vraie feuille de route et des leaders unanimement loués.
 
Yves Izard : 19 ans après Les Hirondelles de Kaboul où vous nous nous emmeniez au sein d'un couple dévasté par l'oppression du régime taliban, comment vivez-vous ce retour au pouvoir des islamistes les plus radicaux, et craignez-vous ses conséquences sur le monde?
 
Yasmina Khadra : Le retour des Talibans était prévisible. C'est ce que j'avais déclaré à la presse, il y a des mois. La présence des alliés en terre afghane a échoué à cause des choix politiques. Les alliés ont tablé sur des responsables peu fiables, corrompus et vassaux, et la fourberie a fini par fausser tous les projets engagés en Afghanistan. De leur côté, les Talibans savaient que le temps travaillait pour eux et ont fait montre d'une patience qui, malheureusement, a payé. Les alliés ont cherché à proposer leur mode de vie à un peuple dont ils ne connaissaient pas grand-chose. Dans la précipitation, ils ont perdu de vue l'essentiel : la culture et le véritable mode de vie des Afghans. On ne peut bousculer l'ordre des choses sans le renverser d'une manière ou d'une autre. Cependant, le retour des Talibans est, sans doute, la faillite de trop. J'en suis très peiné.  

 

Et trois questions à… Sedef Ecer
 
aaauuuu666Yasmina Khadra © Géraldine BruneelLe Festival du livre de Sète, Les Automn’Halles, a le plaisir de recevoir Sedef Ecer pour une table ronde consacrée au premier roman en compagnie de deux autres primo-romancières, Dima Abdallah et Abigail Assor, le samedi 25 septembre, à 11 h 30, à la médiathèque Mitterrand. En attendant, nous avons voulu en savoir plus sur la genèse de Trésor national.
 
Sedef Ecer, vous êtes auteur dramatique, scénariste, metteur en scène, comédienne, et maintenant romancière avec la parution en janvier dernier de votre premier roman Trésor national. Qu’est-ce qui vous a amenée à l’écriture romanesque ?
 
Sedef Ecer : J’ai déjà écrit un roman en langue turque et des nouvelles en turc et en français donc disons que c’est un premier roman français car j’avais déjà expérimenté cette écriture romanesque, celle de « l’objet terminé », contrairement aux textes que l’on retravaille avec une équipe.
C’est la tentative de coup d’État raté en 2016 qui m’y a amenée : un peu comme la narratrice, j’ai senti que quelque chose était en train de mourir, le pays était en train de se transformer de manière irréversible et je me disais que je ne retrouverais plus jamais l’ancienne Turquie et j’ai eu besoin d’une écriture solitaire. J’ai commencé à m’intéresser au pays de mon enfance et comme j’avais grandi, exactement comme la narratrice, sur les plateaux de cinéma, j’ai commencé à regarder les vieux films de mon enfance.
 
J’y cherchais quelque chose, sans savoir que ce que j’allais retrouver serait ce roman. Toutes ces femmes aux allures des Sophia Loren orientales m’ont tellement inspirée que mon personnage d’actrice a commencé à se dessiner. Il a fallu quatre ans pour prendre des notes, regarder des kilomètres de films, trier des vieilles affiches, photos, vieux articles de presse, me documenter… Et aussi pour écrire différentes formes liées à cette histoire qui me hantait avant d’arriver au roman : une émission radiophonique (Enfant-Star diffusée sur France Culture), un film (en cours de développement), une pièce de théâtre (que j’ai mise à la poubelle) et une performance que nous avons jouée quatre fois. Pendant ce temps, j’écrivais des pages et pages de ce roman fantôme que je mettais régulièrement à la poubelle. Puis, lors du premier confinement, j’ai enfin trouvé le temps et le courage de retravailler ces pages, un peu comme à une table de montage, de les assembler, de leur donner une forme romanesque.


Votre narratrice, Hülya/Julia, trouve d’ailleurs ses jalons au rythme des coups d’État (1960, 1971, 1980 et celui raté de 2016). Cet ancrage du roman dans la vie politique turque est-il important pour vous ?
 
S.E. : Oui, puisque c’était le point de départ de tout. C’est toujours comme ça, une fois que quelque chose commence à m’habiter ; un personnage, une situation, une scène, je commence à prendre des notes. Je lis, regarde, écoute tout ce qui peut m’aider. Puis, un jour, je sais que le matériau est là, que je peux commencer à écrire. Et pour ce roman, je savais dès le début que les coups d’État allaient rythmer le récit, qu’il y aurait les différentes pistes à tisser (l’amour, l’art, l’amitié, la politique) et j’ai organisé les temporalités en fonction de ça. Lorsque mes personnages vivaient des choses, la grande Histoire n’était jamais loin. Je me disais, un peu comme dans la tragédie grecque, ce n’est pas la faute des monstres, c’est celle des « Dieux », en l’occurrence, celle du destin politique d’un pays.  
 
Trésor national est aussi un immense hommage au cinéma et à la fiction en général. Vous-même avez joué enfant dans vingt-cinq longs métrages et ce, dès l’âge de trois ans. On vous a parfois qualifiée de Shirley Temple turque… Une expérience qui vous a aidée dans l’écriture de ce roman ?
 
S.E. : C’est un aspect qui a probablement été déterminant, lorsqu’on a vécu une enfance pareille, on ne peut pas en sortir indemne, avoir un rapport normal à la réalité. À l’âge où l’on se construit, entre 3 et 11 ans, les adultes qui m’entouraient allaient sur un plateau pour raconter des histoires. Déjà que l’endroit entre la réalité et la fiction est poreux chez les enfants, comment aurais-je pu ne pas croire en ces histoires qui, pourtant, étaient fabriquées de toutes pièces et de plus, pour la plupart, étaient totalement loufoques ? Disons donc que ce n’est pas une expérience qui m’a « aidée » mais une expérience qui m’a construite totalement, qui a façonné ma manière de vivre, de croire aux récits… Et puis aussi, j’ai grandi sur les genoux des divas adulées et j’ai probablement puisé dans cette expérience pour raconter mon personnage d’actrice-trésor.
 
 
Propos recueillis par Jocelyne Fonlupt-Kilic
 
[Encadré]
Trésor National, Sedef Ecer, éd. JC Lattès, janvier 2021.

Hôpitaux du Bassin de Thau : un espace de formation par simulation

Les hôpitaux du Bassin de Thau mettent à disposition des équipes des urgences et de la réanimation et plus largement de tous les professionnels un espace de formation par simulation
 Installé dans les locaux de l’ancien service de réanimation, il est constitué d’un box d’apprentissage vitré, d’une salle de débriefing et de locaux de stockage du matériel
 
 
 L’équipe des urgences a déjà commencé les formations pluri-professionnelles avec ce 21 septembre, 3 ateliers à destination des internes et des infirmiers.
 L’utilisation d’un mannequin haute fidélité connecté qui rend les scenarii particulièrement réalistes et la technique de pédagogie active permettent aux professionnels d’améliorer leurs pratiques de prise en charge des urgences vitales.
 
 Ce projet est piloté par les Dr Charlotte RAYSSEGUIER et Eva ORENBUCH, médecins urgentistes, titulaires du diplôme universitaire de formateur en simulateur et membres de l’équipe lauréate de la SIM CUP 2019 à Paris et vice-championne du championnat européen de simulation en médecine d’urgence en 2019Peut être une image de 2 personnes, personnes debout, hôpital et intérieur
Des infirmiers détenteurs de la capacité de formation AGFSU les accompagnent pour les formations
 Un autre programme pour la formation des paramédicaux aux gestes de réanimation va débuter. Il est porté par le Dr Marina THIRION, médecin réanimateur
 Cet espace pourra accueillir des projets portés par d’autres équipes (cardiologie, hygiène, pharmacie …)

Découvrez la BLg Galerie à Sète

aboulIMG_20210919_155916Au 11 rue Paul Valéry, à Sète, une galerie vous attend. Celle de Bernard le Gulvout, un artiste Sculpteur-Tourneur, un  homme qui ne fait pas beaucoup de bruit, mais qui réalise des oeuvres magnifiques en dominant, le bois, le fer, le feu... La matière...

Ce créateur fourmille d'idées et se lance des défis : il sculpte aussi le verre depuis quelques temps et n'a pas hésité à se lancer dans la peinture en y associant de la cire d'abeille pour obtenir des réalisations qui ont chacune un caractère particulier.

Et bien-sûr, d'une matière à une autre, il ne pouvait que les associer, créant des sculptures qui vous séduiront.

Poussez la porte de la Galerie BLg, c'est au bas de la rue Paul Valéry... Vous serez conquis...

Le port de Sète lauréat aux 10e Assises du Port du futur

Nomination du Port de Sète aux 10e Assises du port du futur, dans la catégorie ‘Innovation’ pour le projet AQUA SMART REUSE avec partenariat avec la société ACQUA.ecologie.

 

Le projet stratégique 2021-2025 du Port de Sète – Sud de France place l’innovation et le verdissement des activités portuaires comme les objectifs prioritaires, permettant de répondre aux enjeux environnementaux d’aujourd’hui, tels que la transition énergétique, l’écologie industrielle, l’intégration paysagère et la gestion des impacts.

 

aabbccddeevvCaptureImpulsées au quotidien par Carole DELGA Présidente de la région Occitanie Pyrénées- Méditerranée, par les salariés du Port, et par l’ensemble de la communauté portuaire, la transition énergétique et la maitrise des impacts sur l’environnement s’opèrent tous les jours et à tous les niveaux. Cette année encore, le Port de Sète est lauréat aux 10e assises du port du futur pour la mise en place d’un système innovant de traitement des eaux usées.

 Gestion, valorisation et recyclage complet d’eaux résiduaires sur le Port de Sète La gestion des eaux au niveau portuaire constitue une problématique à part entière. Les eaux résiduaires générées localement (réparation navale, infrastructures portuaires) ou pompées à partir de navires ont des compositions physicochimiques disparates, et peuvent représenter un volume annuel de plusieurs millions de litres.

Dans le contexte du Port de Sète, ces eaux représentent une ressource alternative, lorsqu'elles sont traitées par des technologies adéquates.

Les différents projets de Port Sud de France, situés dans une zone non raccordée à l'assainissement urbain collectif, comme récemment la création d’un pôle d’accueil chauffeurs dans le port de commerce ou le futur pôle nautique du Port de Plaisance en sont le parfait exemple. Pour répondre aux problématiques du Port, l'entreprise partenaire ACQUA.ecologie a proposé une solution complète de gestion, traitement et valorisation pour substituer l'eau potable par une eau recyclée de qualité maîtrisée.

aabbccdd

 

Le développement de cette solution se base sur un dispositif de collecte des eaux résiduaires, combiné à un procédé de traitement et recyclage innovant et ultraperformant, permettant de réutiliser 100% de l'eau sans utilisation de produits chimiques pour le traitement.

Ce projet offre une solution d’économie circulaire, le retraitement des eaux grises et noires permettra par exemple, sur le nouveau pôle nautique d’être réinjecté dans le système de nettoyage à haute pression de l’aire de carénage voisine pour le lavage des coques de bateaux.

Sur le port de commerce, le retraitement des eaux du nouveau village chauffeurs permettra d’être ré-utilisé pour l’arrosage des espaces verts et l’alimentation de l’aire de lavage des camions. Une solution complète pour un port plus vert, plus autonome et plus durable. Ainsi l’ensemble des actions du Port de Sète-Frontignan permet la protection des zones sensibles que sont la mer, la zone halieutique de Frontignan et l’étang de Thau.

L'objectif de Port de Sète – Sud de France étant de déterminer les solutions techniques et organisationnelles les plus adaptées aux besoins du Port de Sète-Frontignan.

Le Conseil municipal jeunes de Sète renouvelé avec 32 collégiens

Un des dispositifs mis en place à Sète pour favoriser la démocratie participative est le Conseil municipal jeunes.

Cette instance vient d’être renouvelée pour deux ans. La cérémonie d’investiture des 32 nouveaux collégiens a eu lieu mardi 21 septembre dans la salle de l’Hôtel de Ville qui accueille habituellement les conseils municipaux, salle Plantevin.

“L’engagement des jeunes sétois est un sujet qui me tient particulièrement à cœur, et je suis très honoré d’inaugurer ce 3e mandat qui participe au développement de la citoyenneté en donnant la parole à la jeunesse” a souligné le maire François Commeinhes, aux côtés de Corinne Azaïs, adjointe à l’éducation et de Manon Tisseur, conseillère municipale. Une cérémonie qui pouvait être suivie en direct par les parents dans la salle des mariages de la mairie.aaazeIMG_20210921_181120

 

S’investir dans des projets pour le bien commun, voilà l’objectif du Conseil municipal jeunes. Protection de l’environnement, actions auprès des seniors, organisation d’événements pour les jeunes…

Timothée et Éloïse ont pu présenter quelques idées qui jalonneront le travail du CMJ sur les deux ans à venir. “Demain, c’est vous qui serez aux responsabilités donc le but est aussi de partager votre vision de la ville” a insisté François Commeinhes.

“Avec à la clé la concrétisation de projets” a rappelé Corinne Azaïs. Exemple avec la campagne contre le harcèlement à destination des jeunes Sétois lancée à la rentrée 2019. Une action de prévention qui avait fait l’objet d’une campagne d’affichage sur les panneaux publicitaires de la Ville.

 

aaazertIMG_20210921_182609

Le Color People Run sera de retour sur Sète le 31 octobre 2021

Le Color People Run sera de retour sur Sète le 31 octobre 2021 après une coupure forcée. Bientôt toutes les informations utiles...

La Color People Run débarque pour une 6éme Edition dans la belle Ville De Sète avec un PARCOURS ENTRE MER & VILLE EN MODE HALLOWEEN un Défi sportif et familial pour les parents & enfants, marche ou course, coloré et déguisé sur le thème d'Halloween, venez encore passer la matinée la plus colorée de votre vie !
 
CPR HALLOWEEN EDITION Sètois, Il y a CHICHOIS Baraquette !
 
► PROGRAMME DE VOTRE MATINÉE COLORÉE ◄
- 9H: Ouverture du village CPR (Remise du kit de départ)
Lieu Quartier de Villeroy - La place Roger Théron 34200 Sète
- 10h Début du festival
(Music Didier Sabatier )
- 11H: Départ de la CPR
- 12H30 : Fin de la Course CPR
 
 
⚫️ INFO PRATIQUE ⚫️
Parking gratuit

► TICKETS COLOR PEOPLE RUN TARIF ◄
Ici votre places BIENTOT EN LIGNE
[Les 100 premières places à 16€99]
A partir de 19€99€ (Frais de gestion inclus) je m’inscris tout seul
A partir de 16€ (Frais de gestion inclus) je m’inscris avec les Copines & Copains
A partir de 15€99 frais de location inclut - de 15ans
En dessous de 10 ans accompagnés d’un adulte , les enfants ont le même kit que les grands au tarif de 6€50 (Frais de gestion inclus)
 
 
 
► C’est quoi ? ◄
Une course à pied ludique Holi avec des Happy People qui se trémoussent sur un parcours de 5km, ponctué de 5 portes de couleur, tout ça en famille et en musique avec un Festival Djs suivi d'un Holi Time !
► Pour qui ? ◄
Pour TOUS, tant que tu es de bonne humeur, et que tu es motivé… pour parcourir les 5km les plus colorés de ta vie ! Viens avec ton père, ta petite soeur, tes copains de classe, ton fils...Même ton chien peut venir !
► Comment s’habiller ? ◄
Un short ou un bermuda confortable, une paire de baskets, et nous vous fournissons :
- Votre T-Shirt officiel de la course.
- Votre dossard
- 1 Paire de lunettes
- 1 Sachet de poudre à l’arrivée pour le lancer de fin de course
- Bonbons & Rafraichissement à l'arrivée
► Qu’est ce qu’il va vous arriver ce jour-là ? ◄
Il se peut que l’excès de couleurs vous donne le sourire pendant toute la journée. En plus, vous pourrez danser à l’arrivée, et comparer la dose de couleurs que vous aurez reçue Attention ! La joie est contagieuse…
.
►Cette poudre de couleur, c’est quoi ? ◄
De l’amidon de maīs et des colorants alimentaires, c’est tout ! La poudre officielle « Color People » est garantie respectueuse de l’environnement et des personnes. Nous l’avons testé pour vous et … approuvé ! Vous l’avez trouvé dans les Holi party by L'Agence la Ds France au festival Solidays 2015/16/17, ou dans l’un des 500 événements fournis par Holifrance !
[Certifié 100% non polluant]

Peut être une image de 1 personne et texte

Un contrat de filière inédit en France pour booster le développement de la conchyliculture en Occitanie

 acrcmIMG_20210922_105237

 

Ce mercredi 22 septembre, Etienne Guyot, préfet de la région Occitanie, Didier Codorniou, vice-président en charge de la Méditerranée, représentant Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, et Patrice Lafont, président du Comité régional de conchyliculture de Méditerranée, étaient réunis à la Maison de la Mer à Sète, en présence du directeur des pêches maritimes et de l'aquaculture du ministère de la mer, Eric Banel,pour présenter et signer le premier contrat de filière conchylicole en France et en Occitanie.

Ce contratde filière, d'une durée de 3 ans, a pour objectif de fédérer les conchyliculteurs autour d'une vision et d'un projet de développement communs. L'ensemble des partenaires signataires (Département de l'Hérault, Sète Agglopôle Méditerranée, Commune de Leucate, Syndicat Mixte du bassin de Thau, Cépralmar, Lycée de la Mer de Sète et la Chambre d'Agriculture de l'Hérault) étaient également présents.https://www.datapressepremium.com/rmdiff/2984/Photo-signature-contrat.jpg

 

Le secteur de la conchyliculture fait face à de nombreux défis : fortement impacté par la crise sanitaire, le réchauffement climatique, l'enjeu du renouvellement des générations... Afin de trouver des solutions à ces problématiques, pérenniser l'activité des entreprises et impulser une nouvelle dynamique de développement, l'Etat, la Région et le Comité régional de conchyliculture de Méditerranée ont mené un travail deco-construction avec les partenaires techniques et institutionnels(Département de l'Hérault, Sète Agglopôle Méditerranée, Commune de Leucate, Syndicat Mixte du Bassin de Thau, Cépralmar, Lycée de la Mer de Sète, Chambre d'Agriculture de l'Hérault, Ifremer, CPIE du Bassin de Thau, CCI de l'Hérault, Syndicat RIVAGE, Département de l'Aude, SAFER Occitanie, Agglomération du Grand-Narbonne, Communauté de Communes de la Domitienne...), auquel150 conchyliculteurs ont participé activement, pour définir le contrat de filière. Cette démarche participative a permis de définir 3 orientations stratégiques :

 

-          Développer l'adaptabilité et la résilience des écosystèmes face aux changements climatiques et aux pressions sanitaires, en créant une écloserie-nurserie sur la zone halieutique de Sète-Frontignan, en diversifiant et sécurisant les productions, en modernisant les outils de productions, et en créant un environnement de production durable ;

-          Accompagner les entreprises au quotidien et sécuriser les espaces de production,en développant des méthodes de production plus durables, en accompagnant les installations-reprises et transmissions d'entreprises, en préservant le foncier conchylicole et en installant un observatoire technico-économique de la filière ;

-          Promouvoir la conchyliculture et ses produits, en faisant la promotion des produits, en partageant et en formant à des pratiques plus durables, en communicant sur les différents métiers, en développant de nouveaux marchés et de nouvelles activités, en en garantissant la qualité des produits via notamment l'obtention de signes officiels de qualité.

 

Une coopérative conchylicole sera créée, elle permettra de porter des actions communes (rénovation de tables conchylicoles, transformation et valorisation des produits, accompagnement administratif...) et de structurer la profession pour accompagner le développement des entreprises.

 

« Ce contrat de filière conchylicole est une démarche exemplaire et unique engagée par la profession conchylicole. La crise sanitaire nous a amené à réagir vite et la profession a accélérer le diagnostic partagé de la situation pour identifier les leviers d'action pour consolider, développer l'activité conchylicole. Le contrat qui en résulte propose des actions concrètes pour moderniser les outils de production et anticiper les évolutions.L'enjeu est de taille pour la production dans les lagunes d'Occitanie qui représente 10 % de la production nationale : il s'agit de poursuivre et consolider cette activité, en la rendant moins vulnérable aux aléas climatiques et plus autonome en production. Pour accompagner la profession dans son adaptation, l'État a mobilisé le Plan de relance et les crédits du Plan Littoral 21, en soutenant trois actions très opérationnelles du contrat : la réalisation de tables expérimentales conchylicoles du futur et les études pour installer des bassins de mise à l'abri et développer une écloserie sur place. Je salue la dynamique collective qui s'est mise en place dans le cadre de ce contrat qui porte jusqu'en 2023. Nous devons d'ores et déjà préparer la période 2024-2027" à valoriser ».Etienne Guyot, préfet de la région Occitanie.

 

« Initiative unique en France, je suis fière que le premier contrat de filière conchylicole soit signé en Occitanie. Comptant plus de 500 producteurs et représentant 10% de la production nationale, la conchyliculture est un secteur essentiel de notre économie bleue. Coconstruit avec les professionnels et leurs partenaires, ce contrat de filière permettra de fédérer cette filière autour d'une vision et de projets communs, avec comme objectif de développer le dynamisme et l'attractivité de la conchyliculture régionale. Ce contrat permettra également de développer la production, de mieux faire connaître ses produits de qualité. C'est un des objectifs de notre Pacte Vert, rendre notre modèle de production alimentaire plus durable, de développer un approvisionnement plus local et rendre accessible au plus grand nombre une alimentation saine et de qualité. » Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée acrcmIMG_20210922_104434

 

« La démarche de Contrat de filière a été initiée fin 2018 afin de répondre d'une part au besoin de structuration de la filière conchylicole, et d'autre part aux grands enjeux auxquels nos entreprises doivent faire face aujourd'hui et demain. Je suis heureux et honoré d'avoir réussi à mener cette concertation main dans la main entre conchyliculteurs et partenaires. Nous avons ainsi bâti un plan d'action ambitieux mais néanmoins réaliste et nécessaire pour sécuriser et pérenniser nos entreprises à l'horizon 2030. Si ce Contrat de filière est la consécration de 3 années de travail en synergie et en repositionnant toujours les professionnels au cœur de la démarche, je crois qu'il est surtout un bel outil et le moyen le plus efficient pour, tous ensemble, relever les défis majeurs de la conchyliculture régionale. » Patrice Lafont, président du Comité régional de conchyliculture de Méditerranée.

 

 

Intervention de Mr le directeur des pêches maritimes et de l'aquaculture du ministère de la mer, Eric Banel

 

La conchyliculture en Occitanie c'est :

 

-          530 producteurs répartis sur 2 départements : l'Aude et l'Hérault

-          2 zones de production en étang à Thau et Leucate

-          4 zones de productions en mer :Gruissan, Vendres/Fleury d'Aude, Frontignan/les Aresquiers et Sète/Marseillan

-          7 300 tonnes d'huîtres produites par an

-          3 700 tonnes de moulesproduites par an

-          2 500 emplois directs et indirects

Club Georges Brassens, le 23 septembre

Spectacle "Sur la voix de Georges", les Trophées chantent Brassens 
800x600-club-gbrassens-2309-7427921-7465847
Depuis 2015, Le Club Georges Brassens organise chaque année un concours de la chanson française, "le Trophée Georges Brassens" qui a permis à des talentueux auteurs-compositeurs-interprètes, tous possédant leur univers bien particulier et un style très personnel, de se produire sur scène. Ces artistes se situent tous dans la lignée de Georges Brassens et ont su représenter la créativité de la chanson française "à texte".
Ce concert d'1h30 réunit des gagnants des Trophées Brassens. Ces nouveaux talents rendent hommage au Maître à leur manière !
Avec La Pietà, Rat'Shak, Marie Cheyenne, Martin Mabz

Jeudi 23 septembre à 20h30
Tarifs de 6 à 3 €
LE ROQUEROLS
Quai du Maroc
34200
SETE