Histoire de Balaruc

Le bateau de l’étang

Arrivée du bateau, années 1920. Ce bateau faisait la liaison Sète, Balaruc, Mèze et les autres villes portuaires de l’étang de Thau. C’était un vapeur passagers qui acheminait les voyageurs depuis la gare de Sète. M. Audran qui habitait Balaruc, sur le port, le pilotait. Il était unijambiste et martelait le quai de sa jambe de bois.

Les bains de pieds en 1965

Sur cette photo, ce Balarucois prend un bain de pieds dans le ruisseau de sortie de la source thermale. Ce bain de pieds se situait sur la petite place derrière l'Office de Tourisme face au terrain de boule. Cette source, par un système de pompe, alimente aujourd'hui le bains de pieds du Pavillon Sévigné

1944 : bombardement de Balaruc par les alliés

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

David MALLEN

David Mallen, originaire d’Agde, tient sa passion pour l’histoire régionale en générale et pour la période de la Seconde Guerre Mondiale en particulier, de ses racines familiales.
Son grand-père paternel, Pascal MALLEN, a servi la France pendant cette époque notamment pendant la Campagne de France de 1940. Blessé puis fait prisonnier à Epernay, il fut par la suite interné dans le stalag IXA de Ziegenhain en Allemagne.
Son grand-père maternel, Joaquim FALO, fut aussi un témoin de cette période marquante. En tant que réfugié espagnol, fuyant la dictature de Franco, il fut également interné dans un premier temps au camp d’Argelès puis au camp d’Agde en 1939. Engagé volontaire aux travaux de la ligne Maginot jusqu’à la débâcle puis caché par les FFI à la Grand- Combe dans les Cévennes.
Ces grands témoins de l’histoire vécue ont fait naître en David MALLEN cette passion pour cette période allant de 1939 à 1945, à travers les différents récits qu’ils lui ont racontés dans son adolescence. Ils lui ont donné cette envie d’aller plus loin sur le sujet et de comprendre cette époque dans son contexte historique.

David Mallen a écrit un livre passionnant sur la ville d’Agde sous l’occupation allemande de Novembre 1942 à Août 1944. Cet ouvrage contient de nombreux éléments inédits : photos, documents d’archives de divers pays, interviews, etc.
Il sera publié d’ici la fin de l’année par les “Editions Histoire et Fortifications" et il contribuera à pérenniser l’indispensable devoir de mémoire des jeunes générations pour cette période où la liberté et les valeurs républicaines étaient en jeu.

 

   

©David Mallen

Le 25 juin 1944, alors que le débarquement allié a eu lieu en Normandie et que la fin des hostilités approche, souhaitant détruire les industries pétrolières de Sète – Frontignan – Balaruc alors très importantes, les Forces Alliées bombardent ce secteur, tuant dix-neuf Balarucois et faisant de nombreux blessés.

L'année dernière par la mise en place d'une stèle commémorative, la Ville a souhaité que cette funeste journée qui fait partie de l'histoire de la Balaruc-les-Bains ne puisse jamais être oubliée.

Voir aussi l'article de David Mallen sur les bombardements alliés sur la ville d'Agde en page Histoire d'Agde qui replace ces bombardements dans leur contexte historique.

©David Mallen

Avec l'APAVH, Joe, la fripouille , est à l'adoption

joeIMG_0437Après avoir alerté les vétérinaires, les dianes de chasse les plus proches, mis des annonces, il a bien fallu se rendre à l’évidence personne ne recherchait notre poilu ! Avec sa bouille de chien abandonné et son air de rien, on l’a tout d’abord appelé « Le Chien Marcel », et puis c’était un peu long alors ce fut « Plumeau » finalement 3 jours plus tard c’est Joe qui s’est imposé ! Et ça lui va super bien. Quand Joe est arrivé en famille d’accueil, il n’en menait pas large…les 8 autres chiens l’ont niflé, reniflé. Il était tout kiki à côté. Joe est typé Bleu de Gascogne, mais plutôt version mini! Le Bleu qui n’a pas grandi. Allez savoir pourquoi, il s’est pris d’affection pour le grand Roch qui fait environ 3 fois son poids ! Seulement les premiers temps Roch appréciait très moyennement ce zébulon qui le suivait partout alors il le lui a fait savoir avec force claquements de mâchoires et grognements…nous avons laissé faire. Encore une fois grogner est un mode de communication, même si nous avions peur que le gros nous le coupe en deux… Roch regardait Joe comme si c’était un insecte, un ouistiti qui l’agaçait...

» associations