Sciences

Les Romains chassaient-ils la baleine en Méditerranée ?

 

 

© D. Bernal-Casasola, University of Cadiz. Des archéologues en train de travailler sur les ruines de Baelo Claudia.

Cette ancienne ville romaine (proche de Tarifa, dans l’Andalousie, Espagne) avait une des plus grandes usines de transformation de poissons de la région, avec une capacité totale de 475 m3. Cette étude suggère que ces usines auraient pu aussi servir à transformer des baleines.


© NOAA - Une baleine franche de l’Atlantique Nord (Eubalaena glacialis) et son baleineau.

Cette espèce a quasiment disparu suite à des siècles de chasse. Aujourd’hui, seulement une petite population persiste au large des côtes de l’Amérique du Nord. Cette étude révèle que cette espèce entrait dans la mer Méditerranéenne pour se reproduire.

   

La chasse commerciale à la baleine, jusqu’ici considérée comme ayant commencé avec les baleiniers basques vers 1 000 après J.-C., a entrainé la disparition des baleines franches (Eubalaena glacialis) et des baleines grises (Eschrichtius robustus) dans l'Atlantique Nord-Est.

Une équipe internationale, impliquant des chercheuses du CNRS et de l’université de Montpellier (1), a utilisé de nouvelles techniques d’analyses moléculaires pour étudier des os de baleines provenant de sites archéologiques d’usines romaines de salage de poisson dans le détroit de Gibraltar. L’équipe a montré qu'il y a 2 000 ans, des baleines grises et des baleines franches étaient présentes en Méditerranée, probablement pour s’y reproduire.

Cette découverte, publiée le 11 juillet 2018 dans Proceedings of the Royal Society of London B, élargit considérablement l'aire de répartition historique connue de ces deux populations de baleines et soulève la possibilité qu'une industrie baleinière romaine oubliée ait contribué à leur disparition.

 

(1) Au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CNRS/Université de Montpellier/Université Paul Valéry Montpellier/EPHE) et au laboratoire Archéologie des sociétés méditerranéennes (CNRS/Ministère de la culture/Université Paul Valéry Montpellier).

____________________________________

Réfeérence :
Forgotten Mediterranean calving grounds of gray and North Atlantic right whales: evidence from Roman archaeological records. Ana S. L. Rodrigues, Anne Charpentier, Darío Bernal-Casasola, Armelle Gardeisen, Carlos Nores, José Antonio Pis Millán, Krista McGrath, Camilla F. Speller. Proceedings of the Royal Society of London B, le 11 juillet 2018. DOI : 10.1098/rspb.2018.0961

Le cadran solaire de Poussan par Roger Tognetti : une référence

Le solstice d’été se produisait cette année  très exactement ce jeudi 21 juin 2018 à 10h 07 du matin.

tognCapture

Ce vendredi 22  de 10h à 12 h, durant le marché, avait lieu une animation/démonstration sur le fonctionnement du cadran solaire situé sur la place de la mairie de Poussan.

 Le concepteur du cadran, Roger Tognetti, animait cette présentation et se tenait à votre disposition si vous souhaitiez en savoir plus car il est intarissable à ce sujet…

Il faut savoir que le solstice d’été, c‘est le moment de l’année où la trajectoire apparente du Soleil, vue de la terre, passe le plus haut dans le ciel au moment de son zénith. Le soleil monte au plus haut dans le ciel de l’hémisphère nord et au plus bas dans l’hémisphère sud.  C’est ainsi que dans l’hémisphère nord, le solstice d’été correspond au jour le plus le long de l’année et le plus court pour l’hémisphère sud, les saisons étant inversée). Inversement pour le solstice d’hiver.

Roger s’est fait un plaisir d’expliquer d’abord à des Poussannais sensibilisés à l’usage du Cadran solaire, la bonne utilisation de ce dernier, puis petit à petit, les visiteurs de passage se sont intéressés au cadran qui c’est le cas de le dire a été remis en lumière.

Il faut savoir aussi, qu’en 2012, le cadran scolaire d’azimut situé sur la place de la Mairie avait eu droit à un beau lifting. Et son concepteur, Roger Tognetti s’en était occupé du mieux possible afin de lui redonner son aspect originel.

Le cadran avait eu alors une restauration et le sol aussi. Et depuis, tous les ans, ceux qui souhaitent obtenir des informations ou comprendre son fonctionnement peuvent s’adresser à lui ou participer à des conférences de sa part. Les enfants et les scolaires en ont profité aussi.

C’est en effet un des plus précis et des plus perfectionnés de France. Roger est toujours prêt à le démontrer aux visiteurs.

Ce gnomoniste passionné en a créé de toutes sortes mais pour celui-ci, la science exacte a parlé particulièrement. Si voilà plus de 15 ans, avec l’aide des services techniques et des enfants du centre aéré il avait déjà réalisé un cadran sur un mur de la MJC, il souhaitait encore s’approcher de l’idéal avec un cadran horizontal. Il avait donc réalisé les plans, réalisé de savants calculs, puis présenté son projet à la mairie qui permit alors sa réalisation avec l’aide des tailleurs de pierre de Vincent Gascon.

Avec des pierres venues de Bolivie, des Pyrénées ou de Jérusalem des compagnons ont réalisé ce cadran selon les mesures, les plans et les données de Roger.

Avec ce cadran, c’est l’homme lui même qui est le style ou la tige qui grâce à son ombre va indiquer l’heure.

L’ombre projetée indiquera l’heure exacte à laquelle il faudra apporter une correction en fonction de la période précisée sur le tableau devant le cadran. (Equation du temps) (http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quation_du_temps), une autre de 3/4 h en fonction de notre position par rapport au méridien de Greenwich (http://fr.wikipedia.org/wiki/Temps_moyen_de_Greenwich) et une dernière selon l’heure d’été ou d’hiver.

  Ça fonctionne très bien et de plus ce cadran ana-lemmatique est utilisable comme une boussole : un chef d’œuvre en quelque sorte auquel l’on doit  un grand respect.

Toutefois, Roger précisait aux visiteurs qu’il avait toujours eu un grand intérêt pour ce qui se passait dans le ciel, ce qui l’avait mené en tant qu’amateur à réaliser des cadrans solaires.

C’est un des plus beaux cadrans solaires de France, qui donne l’heure à 1 minute 1/2 près. Il est en cours d’homologation. Il suffit de se placer au bon endroit en fonction de la saison, du mois et de la date, de lire l’heure sur le cadran et d’apporter la correction nécessaire indiquée par le tableau prévu à cet effet (Attention à l’heure d’été et d’hiver).  Sans celui-ci, il faudrait se baser sur plus 45 minutes. Pour être précis, il faudra toujours en fonction du mois, enlever ou rajouter des minutes à ces 45 qui sont une moyenne. »

Et ça fonctionne, Roger en faisait la démonstration. Pour vous faciliter les choses, il a tout prévu et il est possible de scanner le flash code placé sur le panneau à l’aide de votre smartphone. Vous  serez dirigé ver le site cadranpoussan.perso.sfr.fr où vous aurez de nombreuses précisions complémentaires.

 C’est vraiment une belle réalisation de part sa précision, sa taille et par les matériaux qui le composent ».

 

Son rêve serait que chacun d’entre nous le découvre et l’utilise.

Pour en savoir plus :

2 reportages :

Présentation :
https://www.youtube.com/watch?v=SGp_INr6aiY

Patrimoine :
https://www.youtube.com/watch?v=RxUIXweIpyY

http://thau-infos.fr/index.php/culture/sciences/11278-roger-tognetti-gnomoniste

togDSC_0017

 

Première édition de Scientilivre dans la vallée de l’Hérault

Du 29 juin au 1er juillet 2018

Scientilivre aura lieu dans la vallée de l’Hérault du 29 juin au 1er juillet 2018 sur le thème des animaux.

Co-organisée avec le C.I.S.T. et la librairie Sauramps de Montpellier, cette première édition héraultaise met en avant, particulièrement, les animaux dans la science et dans l’imaginaire et invite les auteurs de science-fiction et fantastique Eric Simard (livres jeunesse Humanimaux), Pierre Bordage, Claude Ecken, Joëlle Wintrebert, Jacques Barberi, Jérôme Gasulla, le scénariste de bande dessinée Dobbs (Loki, Scotland Yard…), l’écologue et photographe Philippe Martin (Hyper Nature), l’astrophysicien Sébastien Vauclair, les chercheuses Magali KitzmannGéraldine Pawlak et Marie Pequignot de Genopolys (Montpellier), le directeur du Laboratoire d’Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier (L.I.R.M.M.) Philippe Poignet, le fondateur du Groupe Phocéen d’Etude des Requins Nicolas Ziani

Des rencontres scolaires sont également prévues permettant au jeune public de découvrir les sciences et les livres de manière ludique.Tables-rondes, expositions, animations scientifiques, conférences, animation théâtrale, parcours ludiques, jeux de science, concours de portraits et de nouvelles, et, bien sûr, dédicaces… vous entraînent sur les traces des dinosaures et des plus grands animaux du monde mais aussi des abeilles et autres insectes, de créatures fantastiques d’hier et de demain (de la sirène à la licorne, de la bête du Gévaudan au mouton cloné, de Tarzan l’homme-singe à « l’enfaon »), les raies et les requins… Vous saurez tout, aussi, sur les mécanismes de la mémoire et la perception des sens (à travers un atelier-expérimentation étonnant), l’histoire de la robotique, le Soleil (grâce à des observations au télescope)…

> LE PROGRAMME <

Le besoin d’explorer l’inconnu

Depuis la nuit des temps les hommes ont été attirés par l’inconnu. Sur Terre ils n’ont eu de cesse d’aller au delà de l’horizon, de découvrir de nouveaux continents et d’autres formes de civilisations. Leur curiosité les a amené à explorer le moindre recoin de la planète. Ce désir de connaître et de repousser les limites du monde connu a modifié le cours de l’histoire de l’humanité. Il a été la source de drames mais aussi de bénéfices et de progrès pour nos sociétés. La conquête spatiale répond à ce même besoin d’explorer l’inconnu. Pour les hommes, fasciné depuis toujours par le ciel, l’exploration spatiale n’est pas qu’un exploit technique ou la recherche de nouvelles ressources minérales, elle contient une part de rêve. L’infiniment lointain s’adresse à notre imaginaire, il nous amène à réfléchir sur l’avenir de notre espèce et sur sa place dans l’univers. Qui ne s’est interrogé en levant les yeux vers le firmament étoilé ?

Nous savons aujourd’hui que la terre n’est plus au centre de l’Univers, que l’homme n’est qu’une espèce parmi d’autres et qu’il n’est pas la finalité de la création. Nous comprenons que les atomes qui composent notre corps proviennent de la matière fabriquée par les étoiles comme toutes les autres formes de vie. Treize milliards d’années après le big bang nous commençons à percevoir l’unité et la cohérence derrière l’extraordinaire diversité des éléments qui constitue le monde visible. Nous sommes partie d’un tout. A un degré ou à un autre nous sommes issus de poussières d’étoiles, parent des galaxies et des nébuleuses, des pulsars et des comètes.

Si la science progresse et nous éclaire sur l’univers qui nous entoure, elle reste néanmoins incapable de répondre à la question de savoir si cet univers est le fruit du pur hasard ou s’il est la matérialisation d’un dessein qui nous échappe. Notre monde a-t-il un sens ? Existe-t-il un au-delà ? Face à l’immensité du cosmos, science et spiritualité se côtoient pour tenter d’apporter des réponses aux questions métaphysiques que l’humanité se pose depuis toujours. Ce désir universel de comprendre l’univers et de l’explorer peut-il aujourd’hui faire de l’espace un lieu de fraternité pour l’espèce humaine?

» lire aussi l'espace rapproche les peuples sur futuroscopie.org , un magazine numérique du réseau OC-INFOS

Expo Sciences en OCCITANIE

 Ce seront les mardi et mercredi 29 et 30 mai, qu'Aya, Mathis, Maxime et Johan accompagnés par Patrick LAFFORGUE représenteront Sèt'Expo Sciences et notre ville lors de l'Expo Sciences Occitanie. Parmi d'autres jeunes de la Région et aussi d'amis venant de Saragosse, Bruxelles, Luxembourg et Fes.

Outre la présentation de leur projet, l'Aérogénérateur, développé dans le cadre de leur Bac, les élèves de Joliot-Curie participeront à divers ateliers scientifiques.
Toute cette jeunesse est reçue, mardi soir, par les organisateurs de l'Expo à l'Eurékafé, bar ouvert seulement depuis un mois et à thématique scientifique en plein centre ville de Toulouse.

Mercredi après-midi, avant de reprendre la route vers Sète, ils seront accueillis à la Cité de l'Espace partenaire de Sèt'Expo Sciences.

sciCapture

Soutenez Zéphyr pour aller plus loin, plus haut

Zephyr Endless Flight, c’est un ballon habité radicalement innovant qui change d’altitude à volonté grâce à l’énergie solaire… Avec à la clé des mesures atmosphériques sans précédent et des vols touristiques à très haute altitude (25 km).

Conçu en 2013 par Vincent Farret d’Astiès, contrôleur aérien, avec l’aide d’experts du CNES et de nombreux partenaires, le premier prototype est en construction depuis l’été 2016. L’objectif ? Un record historique : le vol le plus long jamais effectué, 30 jours et 30 000 km sans escale au-dessus de l’Europe, l’Arctique et l’Amérique. L’occasion de valider la technique et de la faire connaître au grand public.

Accompagnée par la pépinière d'entreprise du Coeur d'Hérault, et jusqu’à présent réunie en association à but scientifique et écologique ; l’équipe a fondé la société « Zéphyr Exalto » au Pouget, où est née le projet.

Zéphyr est un nouveau type de ballon, le premier aéronef habité capable de voler sans interruption. Il utilise uniquement l’énergie solaire, ne laisse aucune trace dans l’atmosphère et donne accès à de nouvelles données dans de nombreux domaines scientifiques.

Durant l’été 2018, Zéphyr va effectuer le vol le plus long de l’histoire au cours d’une aventure humaine extraordinaire : portés par les vents, deux pilotes passent trente jours dans le ciel sans escale.

La technologie de Zéphyr facilite l’accès aux très hautes couches atmosphériques et lui permet de préparer pour les années qui viennent  un nouveau type de vol avec passagers: des voyages à 25 km d’altitude, au coeur de la stratosphère!.

Une innovation majeure pour des données scientifiques sans précédent

L’innovation est à la base du défi : "c’est en abordant la technique du ballon avec un nouveau regard que nous avons pu développer Zéphyr.
L’aérostat peut évoluer de manière illimitée et sans aucune pollution, son profil de vol unique permet des mesures jusque-là inaccessibles. L’expédition se fait en partenariat avec des spécialistes de l’atmosphère, des climatologues  mais aussi des médecins et des équipementiers intéressés par les tests réalisés pendant le vol."

Un record emblématique et une aventure humaine

 Plusieurs milliers de mètres au-dessus des continents, de la banquise et des océans, des altitudes variant entre 0 et 8000 mètres, des températures allant jusqu’à -50°C, trente jours et trente nuits où les deux pilotes se relaient en continu pour gérer le vol dans toutes les conditions.

Dans ce défi exceptionnel, chaque décision est le fruit d’une étroite collaboration avec l’équipe sol, la météo et le contrôle aérien. Rien n’est laissé au hasard pour atteindre un objectif majeur : le vol le plus long jamais réalisé.

Zéphyrest un projet associatif ouvert à tous : passionnés d’aéronautique, acteurs du développement durable, lycéens, chacun peut suivre l’aventure grâce aux moyens mis en place et s’impliquer dans le défi.

"En nous suivant sur les réseaux sociaux, en devenant membre de l’association ou partenaire du projet, vous  pourrez participer à la préparation et être plongés au coeur de l’expédition."

 Présentation de Zéphyr Exalto au Salon du Bourget 2017 à Paris

 

Chimie et Terroir - Osez l'expérience ! A Sète

Chimie & Terroir 2018 à Sète labellisé ESOF 2018

Toulouse accueillera la 8ème édition de l'ESOF (EuroScience Open Forum), la plus grande rencontre interdisciplinaire sur la science et l'innovation en Europe, du 9 au 14 juillet 2018 : Toulouse décroche ainsi le label de « Cité européenne de la Science » pour l’année 2018. http://www.univ-toulouse.fr/international/esof-toulouse-2018

Chimie et Société a obtenu le label ESOF pour "Canal Chimie", une action comprenant trois évènements : les rencontres "Chimie & Terroir" qui seront accueillies à Sète du 24 au 26 mai 2018, une "journée européenne d'échanges sur la médiation de la chimie" le 23 mai à Sète et la "caravane de la chimie" qui ralliera Sète à Lamagistère en proposant des animations dans des écoles et des "Cafés scientifiques" dans des villes bordant le canal du Midi et le canal latéral à la Garonne entre le 28 mai et le 6 juillet
24 et 26 mai - Salle Georges-Brassens
Entrée libre et gratuite

http://www.chimieetsociete.org/chimie-et-terroir.html

Sèt'Expo Sciences : haut niveau et beau succès

"Sèt'Expo Sciences, c’était ces vendredi et samedi à la salle Georges Brassens" à Sète.

margP1030713

4ème édition qui a rencontré un beau succès avec de nombreux participants, des prix très nombreux pour saluer les efforts des scientifiques en herbe, pas mal de visiteurs et un bon niveau salué par le président de Sèt'Expo Sciences, l'association qui présentait ce week-end à la salle Brassens près de 55 projets scientifiques portés par de jeunes participants.

Sèt'Expo Sciences organisait les 6 et7  avril une exposition-concours ouverte à de jeunes participants âgés de 7 à 20 ans. Les meilleurs projets scientifiques personnels y étaient présentés, notés par un jury compétent et récompensés. Vendredi, François Commeinhes, maire de Sète et président de Sète Agglopôle Méditerranée, avait lancé l'édition 2018, entouré de Franck Granier, président de l'association, d'élus et de partenaires de l'opération. 

 margP1030728l'exposition-concours a accueilli une délégation d' «Ose la science» venue de Belgique, avec deux génies en herbe de Namur, Martin (14 ans) et Florian (11 ans), déjà lauréats de Exp’Osons, prix décerné par Ose la Science. Mercredi dernier, la Ville de Sète avait d’ailleurs chaleureusement reçu en salle des mariages les jeunes prétendants belges, ainsi que leurs parents et accompagnants, pour leur souhaiter la bienvenue. À noter également, et c'est une première, la présence d'élèves du collège Jean-Moulin et du lycée Joliot-Curie, puisque les élèves du secondaires ont été autorisés à concourir. Il y avait donc cette année 2 classements en raison de la différence de niveau scolaire des compétiteurs.

margP1030725

Il était précisé que l'an prochain, ou pour la prochaine édition, l'on pourrait même prévoir une ouverture à des étudiants vu l'engouement suscité par cet événement.

A ce sujet, François Commeinhes avait précisé :

«Il est très important que les jeunes gardent le sens de l'émerveillement et continuent à se demander pourquoi».

En ce sens, il remerciait pour sa très belle initiative Sèt'expo Sciences, ainsi que la Société d'Etudes Historiques et Scientifiques de Sète et sa Région, et tous les partenaires qui ont permis l'organisation de cet événement.

margP1030703

A l'heure de la remise des prix, que du bonheur dans les yeux des pour ces élèves qui ont exploré de très nombreux domaines avec beaucoup de sérieux : géologie, environnement, robotique, biologie, océans, intelligence artificielle, centre de la terre... Si pour les primaires le prix de la ville de Sète concernait un travail sur l'environnement, Jean-MarieTaillade, Adjoint au Maire de Sète délégué auxAnimations et Bien vivre ensemble tenait à saluer la qualité de tous les travaux et son soutien à Sèt'Expo Sciences qui valorise l'enseignement scolaire effectué par les professeurs dans ce domaine, en s'investissant avec énergie.

C'était donc un millésime de belle facture, durant lequel tous les participants quelque soit leur sujet, ont présenté un travail remarquable. 

 
Les prix d'excellences vont dans la catégorie
- de 11 ans (élèves du primaire) :- Emma et Martin VIRDUCI : " Les cristaux"
+ de 11 ans ( élèves des collèges et lycée) : Lucas GORLICKY : " La Physique et les manèges à sensations"
 
Tous les 3 séjourneront au FUTUROSCOPE DE POITIERS.
 
Prix de l'innovation technologique à : Mathis OLLIER, Maxime BENQUE, Aya HAJJAM et Johan RIERE. (Représenteront Sète à l'Exposciences régionale de TOULOUSE, 29 et 30 mai)
 
Prix ville de Sète, "La Pollution Aquatique", Alix Laforgue, Lilli DESCHAMPS-TRESOR et Lucia MARTIN-HAYES;
 
Sèt'Expo Sciences 2019 aura lieu les 12 et 13 Mai 2019

Salle Georges Brassens : découvrez Sèt'Expo Sciences

"Sèt'Expo Sciences, c’est ce week-end salle Georges Brassens" à Sète

Pour sa 4ème édition, Sèt'Expo Sciences présente tout le week-end à la salle Brassens près de 55 projets scientifiques portés par de jeunes participants.

Sèt'Expo Sciences organise les 6, 7 et 8 avril une exposition-concours ouverte à de jeunes participants âgés de 7 à 20 ans. Les meilleurs projets scientifiques personnels y sont présentés. Ils seront notés par un jury compétent et récompensés. Vendredi, François Commeinhes, maire de Sète et président de Sète Agglopôle Méditerranée, a lancé l'édition 2018, entouré de Franck Granier, président de l'association, d'élus et de partenaires de l'opération. 

Cette année, plusieurs nouveautés : l'exposition-concours a accueilli une délégation d' «Ose la science» venue de Belgique, avec deux génies en herbe de Namur, Martin (14 ans) et Florian (11 ans), déjà lauréats de Exp’Osons, prix décerné par Ose la Science. Mercredi dernier, la Ville de Sète avait d’ailleurs chaleureusement reçu en salle des mariages les jeunes prétendants belges, ainsi que leurs parents et accompagnants, pour leur souhaiter la bienvenue.

  À noter également, et c'est une première, la présence d'élèves du collège Jean-Moulin et du lycée Joliot-Curie, puisque les élèves du secondaires ont été autorisés à concourir. Il y aura donc cette année 2 classements en raison de la différence de niveau scolaire des compétiteurs.

En savoir plus sur : http://www.sete.fr/index.php/Accueil?idpage=61&idmetacontenu=8279

Sèt'Expo Sciences 2018 expose

EXEXCaptureLes jeunes exposants de Sèt'Expo Sciences sont prêts, avec des sujets innovants, ils vous feront part de leurs découvertes dés Vendredi Matin à 9h00, Salle BRASSENS, à Sète.

L'inauguration officielle se déroulera à 10h45 en présence de Monsieur le Président de Sète Agglopôle Méditerranée, Maire de Sète..

Durant 2 jours l'Exposition est ouverte au public,
Cette année, l'association recevra Martin et Florian venus de Belgique, pour présenter leurs travaux.

La société d'études historiques de Sète, présidée par Gustave BRUGIDOU, présentera une animation autour de l'histoire de notre ville, Samedi à 14h00, avant la remise des prix.

Sèt'Expo Sciences
 
Contacts :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tèl : 06.83 96 84 90 / 06 22 70 04 29
 
 
EXEX2Capture

Avec l'APAVH, Nénette la douce est à l'adoption

benaIMG_1310Après avoir eu quatre ans d'une vie de misère, à l'attache, prés d'une décharge, Nénette a passé trois années dans un refuge où elle a pu apprécier la liberté, les câlins, les balades et l'amour des bénévoles. "Pendant toutes ces années Nénette n'a jamais intéressé personne, trop discrète, trop ronde, trop poilue... Pourtant notre adorable griffonne a tous les qualités que l'on peut attendre d'un chien. Elle est douce, affectueuse, câline, bon trés gourmande aussi alors un petit régime sera le bienvenu! Nénette aime se promener, elle n'est pas la dernière quand elle voit la longe... Nénette est aussi sociable avec les autres chiens, surtout si on la laisse tranquille et faire les choses à son rythme."Elle un coeur rempli d'amour d'ailleurs vous savez ce que l'on dit des griffons...ce sont des "coeurs avec des poils autour". Et c'est vrai que sous son air un chouia hirsute, c'est la douceur et la gentillesse même. Elle s'entend aussi très bien avec ses congénères, même si quelquefois c'est un peu "à la tête du client"! Nénette est une chienne tranquille, un vrai chien de famille..."

» associations