Sciences

Astéroïde Oumuamua : l'hypothèse extraterrestre relancée

Selon Sciences et avenir, Oumuamua, un bolide en forme de cigare repéré en 2017 pendant sa traversée du système solaire, pourrait peut-être, éventuellement, sous conditions... avoir été envoyé par des extraterrestres, ont suggéré deux chercheurs d'Harvard dans un article scientifique vivement critiqué.

Oumuamua a été repéré par le télescope Pan-STARRS1 à Hawaï, d'où son nom, qui signifie "messager" en hawaïen. Il mesure environ 400 mètres de longueur et 40 de largeur, et a été traqué par plusieurs télescopes, en sa qualité de premier objet détecté venant d'un autre système stellaire. Après avoir été qualifié d'astéroïde...

En savoir plus sur : https://www.sciencesetavenir.fr/espace/univers/

Journée Internationale des Filles et des Femmes de Sciences - Février 2019

Les Chemins Buissonniers et la FFPU (Fédération Française pour l'Unesco) organise la Journée Internationale des Filles et des Femmes en Sciences à Toulouse (date officielle 11 février 2019) et de multiples petits événements sont en cours de réflexion pour mettre à l'honneur les femmes dans les métiers scientifiques.

Le CIRASTI - Exposciences en Occitanie lance un appel à participation pour les jeunes et les enfants afin de valoriser des femmes méconnues et d'en faire des posters qui seront imprimés puis exposés lors de ces événements mais également lors de l'Exposcience Occitanie , Sèt'Expo Sciences 2019 à Sète et même lors des Exposciences du Luxembourg, de Belgique, du Maroc et d'Espagne.

De ce fait, le CIRASTI - Exposciences en Occitanie souhaite ouvrir la participation au maximum. Seulement 15 posters seront imprimés mais toutes les affiches seront valorisés via les réseaux sociaux et le site web.ffpCapture

Les racines des plantes perçoivent les inondations et y répondent

On savait déjà les racines des plantes capables de percevoir séparément de nombreuses propriétés du sol (disponibilité en eau, en nutriments et en oxygène), sans comprendre comment elles intègrent les variations simultanées de ces différents signaux pour y réagir de manière adaptée. Des chercheurs du CNRS et de l’Inra viennent de découvrir un mécanisme permettant à la plante d’ajuster son statut hydrique et sa croissance en fonction des conditions d’inondation des sols. Publiés le 15 septembre 2016 dans la revue Cell, leurs travaux décrivent comment les racines perçoivent de manière conjointe la teneur en potassium et en oxygène du sol afin de moduler leur capacité à absorber l’eau. Outre leur importance fondamentale, ces résultats permettent d’envisager une optimisation de la tolérance des plantes cultivées aux inondations.


http://www.devbio.biology.gatech.edu/wp-content/uploads/2014/04/a.thalianaWIKI.jpgCela ne se voit pas au premier coup d’oeil mais la croissance et la survie des plantes reposent largement sur leurs racines, dont les ramifications dans le sol permettent d’y prélever l’eau et les nutriments nécessaires. Ces activités souterraines requièrent de l’énergie et donc une respiration intense des racines, qui utilisent l’oxygène présent dans les cavités du sol. En cas d’inondation, l’oxygène, qui diffuse mal dans l’eau, vient à manquer, générant un stress sévère pour les racines et la plante. En conséquence, la perméabilité à l’eau des racines de nombreuses plantes est réduite. C’est ainsi que les plantes poussant dans un sol inondé voient parfois leur teneur en eau réduite, et leurs feuilles flétrir – un paradoxe bien connu des agronomes.
En utilisant différentes lignées de la plante modèle Arabidopsis thaliana, des chercheurs du Laboratoire de biochimie et physiologie moléculaire des plantes de Montpellier (CNRS/Inra/Université de Montpellier/Montpellier SupAgro) et de l’Institut Jean-Pierre Bourgin (Inra/AgroParisTech/CNRS) ont identifié un gène qui contrôle la perméabilité à l’eau des racines, sous l’influence conjointe des teneurs en oxygène et en potassium du sol. Nommé HCR1, il réduit l’entrée d’eau dans les racines quand l’oxygène fait défaut… mais uniquement quand le sol est aussi riche en potassium, un sel minéral indispensable à la croissance des plantes. De fait, ces conditions sont favorables à une meilleure récupération une fois l’inondation passée. Aussi, le gène HCR1 déclenche toute une série de réactions métaboliques de « survie » qui contribuent à la résilience de la plante. Lorsqu’elle retrouve un sol oxygéné, la plante réhydrate ses feuilles et croît davantage que si elle avait été précédemment privée de potassium.
Outre leur intérêt fondamental, ces recherches ouvrent des perspectives importantes en agronomie. L’utilisation de l’eau par les plantes et les performances des racines sont des cibles cruciales pour les sélectionneurs de variétés cultivées. Mais dans la nature, les plantes ne sont jamais exposées à un seul stress ; aussi les sélectionneurs s’intéressent-ils aussi aux capacités des plantes à résister aux contraintes multiples de l’environnement. L’identification d’un mécanisme reliant disponibilité en oxygène, teneur en minéraux et perméabilité à l’eau des racines est donc une avancée importante pour l’agronomie. Ce mécanisme représente une cible prometteuse pour de futurs travaux dans le domaine de l’amélioration des plantes.

Bibliographie
A potassium-dependent oxygen sensing pathway regulates plant root hydraulics, Zaigham Shahzad, Matthieu Canut, Colette Tournaire-Roux, Alexandre Martinière, Yann Boursiac, Olivier Loudet, Christophe Maurel. Cell, 15 septembre 2016. DOI : 10.1016/j.cell.2016.08.068.
Contacts Chercheur CNRS l Christophe Maurel l T +33 (0)4 99 61 20 11 l Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Des pisteurs namibiens dans l’Hérault

cwi_kunta_und_cwi_gago_in_niaux.jpg

 
Ils sont venus pour aider les scientifiques dans la lecture de traces de pas laissées par des hommes il y a 8000 ans.

Combien étaient-ils ? Etaient-ils hommes ou femmes ? Quel pouvait être leur âge ? Combien d’enfants les accompagnaient ? Autant de mystères que des équipes de pisteurs venus de Namibie vont pouvoir éclaircir dans les tréfonds d’une grotte exceptionnelle.

C’est à Cesseras, dans le Minervois, que la grotte de l’Aldène, peu connue du grand public, présente depuis plus de 500 000 ans les vestiges des différentes sociétés humaines ayant vécu dans cette région. Cette cavité recèle des trésors qui passionnent de longue date archéologues et scientifiques. L’un des rares sites à l’échelle mondiale où ces empreintes sont les mieux conservées. C’est pourquoi les chercheurs ont décidé de faire venir ces pisteurs, qui ont une longue expérience d’interprétation des traces et des pistes dans leur pays.

 Leurs précieuses analyses, confrontées aux données relevées par les archéologues et scientifiques, permettent de révéler la réalité de la vie de ces hommes ayant pénétré la grotte il y a plus de 8000 ans. Une aventure palpitante pour tous les passionnés de cette mystérieuse découverte.

Le nouveau paradis des chasseurs de dinosaures

Antique, Des Animaux, Archéologie, Os

 AFP

Le soleil vient à peine de se lever sur le veld sud-africain et arrache déjà quelques ahanements à la colonne de scientifiques qui crapahute à flanc de colline, sacs au dos, à la poursuite d'un reptile disparu il y a 200 millions d'années.

Encore quelques mètres d'efforts et les voilà à pied d'œuvre: au milieu des éboulis gisent deux gros blocs de pierre qui cachent les secrets d'un effrayant ancêtre de nos crocodiles actuels.

Trois ans déjà que le professeur Jonah Choiniere et son équipe de l'université du Witwatersrand à Johannesburg sont lancés à ses trousses.

Leur traque les ramène aujourd'hui au milieu des zébus et des impalas d'une ferme de Rosendal, dans le centre de l'Afrique du Sud, là où tout a commencé.

Lire sur : https://www.afp.com/fr/infos/334/l

Année de la chimie de l'école à l'université 2018-2019


L'année scolaire 2018-2019 a été désignée année de la chimie de l'école à l'université par le ministère de l'Éducation nationale, en association avec le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. L'ensemble des acteurs de la communauté éducative et scientifique est invité à contribuer à cette opération.



Pourquoi une année de la chimie en France ?

"De forts enjeux économiques, sociaux et culturels sont au cœur de la formation scientifique et technique. Il est essentiel de commencer à installer la culture scientifique et technique dès l'école maternelle, pour la renforcer régulièrement dans le parcours de l'élève.

La chimie est une science qui étudie la matière et ses transformations. L'analyse de toutes les substances présentes dans l'Univers, l'étude de leurs propriétés et de leurs transformations permettent d'en comprendre les évolutions, mais aussi de créer de nouveaux composés, de nouveaux matériaux, d'inventer de nouvelles transformations.

Présente partout dans notre vie quotidienne, la chimie nous concerne tous. Elle est au cœur des innovations pour apporter à nos sociétés plus de confort, plus de sécurité, plus de respect de l'environnement. Les progrès en chimie permettent de mieux comprendre notre environnement vivant et inerte et d'agir sur lui ; ils influent directement sur notre quotidien grâce à une recherche dynamique et une industrie forte dans des domaines très variés (santé, bien-être, qualité de vie, transports, agriculture, environnement, énergie, métallurgie, électronique, matériaux, etc.). La recherche en chimie en France est active et rayonnante à l'international, régulièrement couronnée tant dans des champs appliqués que fondamentaux. La France compte neuf récipiendaires du prix Nobel de chimie, dont Jean-Pierre Sauvage (ISIS, CNRS Strasbourg), en 2016."

Le ministère de l'Éducation nationale soutient les actions éducatives de culture scientifique comme les Olympiades internationales de chimie car c'est par la diffusion de la culture scientifique que la France confortera son excellence. Il s'agit notamment de :

  • susciter chez les élèves un plaisir d'apprendre et de pratiquer les sciences ;
  • inciter les jeunes, et notamment les jeunes filles, à se tourner vers les carrières scientifiques ;
  • préparer le futur citoyen à comprendre le monde qui l'entoure et à appréhender les défis sociétaux et environnementaux.

Tous les élèves de l'école maternelle jusqu'aux formations post-baccalauréat des lycées (CPGE et STS) ainsi que dans les formations universitaires et les grandes écoles, sont concernés par l'année de la chimie de l'école à l'université. Ils participeront à de nombreuses actions pédagogiques dans les classes et hors la classe afin de découvrir le monde de la chimie.

Pont roulant et déroulant

Il n'y a pas qu'à Sète où les ponts sont des objets de curiosité. A Londres, le Rolling Bridge, conçu par Heatherwick Studio est une petite merveille d'ingéniosité. Ce pont pédestre roulant et déroulant, situé au Paddington Bassin, est divisé en 8 sections et dispose d'un mécanisme qui lui permet de s’enrouler sur lui-même jusqu’à ce que le début rejoigne la fin pour laisser passer les bateaux.

La Fête de la Science inaugurée

Coordonnée par l’association Kimiyo et le CPIE Bassin de Thau, auxquels s’est joint le Service Culture et Patrimoine de Sète Agglopôle Méditerranée, la Fête de la science a été inaugurée à la médiathèque François Mitterrand, samedi 6 octobre, par François Commeinhes, Maire de Sète.

Durant tout l’après-midi, les enfants et adolescents ont pu s’initier au jeu Sporz, avec le Mouvement Associatif Lycanthrope, un jeu de rôle autour d’une aventure dans l’espace à bord d’un vaisseau atteint d’une terrible épidémie. Une Tchatche Késako autour de la Naissance, vie et mort d’une langue était animée par Mélissa Barkat-Defradas, linguiste au CNRS.

Programme complet sur www.fetedelascience.fr

Durant toute la semaine, jusqu’au 14 octobre, la culture scientifique sous toutes ses formes (des sciences humaines jusqu’aux sciences pures en passant par la programmation et l’archéologie…) sera mise à l’honneur sur tout le Bassin de Thau.

Succès pour la fusée Ariane 5, version lourde

Elle ne rate pas sa centième.

 AFPFusée Ariane Esa Nevette Cité De L'Espace

Le lanceur lourd européen Ariane 5, d'une masse de 780 tonnes au décollage, a placé sur orbite deux satellites de télécommunications, Horizons 3e pour Intelsat et son partenaire SKY Perfect JSAT Corporation et Azerspace-2/Intelsat 38 pour Azercosmos et Intelsat, a annoncé Arianespace dans un communiqué​

Le lanceur s'est arraché pour la 100ème fois du sol guyanais mardi à 19h38 locales (0h38 mercredi à Paris) à la fin de la fenêtre de tir possible depuis le centre spatial de Kourou , a constaté l'AFP. Il s'est élevé verticalement durant environ 13 secondes traversant la nuit guyanaise avant de s'orienter vers l'Est.

La fusée devait initialement partir à 18h53 locales (23h53 mardi à Paris) mais un signal rouge avait interrompu la chronologie 1 mn et 34 s avant la fin du décompte. La chronologie avait ensuite repris à H moins 7 minutes à 19h31 locales ( 0 h 31 mercredi à Paris), la fenêtre de tir étant de 45 minutes.

En savoir plus sur https://www.afp.com/fr/infos/334/succes-pour-la-fusee-ariane-5-version-lourde-qui-ne-rate-pas-sa-centieme-doc-19g1cn7

les dossiers de participation à l'Expo de Sèt'Expo Sciences

Le bureau et le conseil d'administration de Sèt'Expo Sciences se sont déjà mis au travail pour vous concocter une belle saison 2018-2019.
 
Nous vous proposons de venir découvrir ce programme ainsi, pour ce qui le désirent, retirer les dossiers de participation à l'Expo 2019.
le : Jeudi 4 Octobre 2018
     à 18h30 à la salle Victor Meyer
                     La Pierrerie
                      Rue du Moulin à Vent
                      à Sète.