Sciences

Fouilles paléontologiques à VILLEVEYRAC

Un groupe d’une dizaine de personnes regroupant essentiellement des étudiants en paléontologie et des encadrants, ainsi que des bénévoles, ont entrepris en 2017, 2018 et 2019 des fouilles paléontologiques sur le site de l’Olivet. Cette opération fructueuse a permis la découverte de plantes et des restes de vertébrés.

En partenariat avec la SODICAPEI, le laboratoire Paléontologie et la commune, ces recherches sont poursuivis du 15 au 21 juillet 2021 inclus. Une conférence est prévue le mardi 20 juillet à 18h30 à la salle des rencontres. 


Ces fouilles permettent d’étudier une biodiversité vieille de 80 millions d’années. La faune y est riche et diversifiée. Elle comprend des poissons, des amphibiens, deux familles de tortues, des squamates (mosasaures d’eau douce), des crocodiles proches des alligators, deux familles de dinosaures herbivores (les Rhabdodontidae, les Nodosauridae), un groupe de théropode et un possible ptérosaure. Du côté des plantes, les scientifiques ont découvert de rares conifères, beaucoup de feuilles de plantes à fleurs (essentiellement des Angiospermes Eudicotylédones et quelques Monocotylédones), ainsi que quelques fruits et graines.

Perséides : comment voir cette célèbre pluie d’étoiles filantes ces 12 et 13 août 2021

Le pic d'activité des Perséides, célèbre essaim d'étoiles filantes, est prévu pour ce 12 août 2021.

Selon WIKIPEDIA ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Pers%C3%A9ides)  :

"Les Perséides sont un essaim de météores (ou pluie d'étoiles filantes) visible dans l'atmosphère terrestre, constitué de débris de la comète Swift-Tuttle et dont la taille est comprise entre celle d'un grain de sable et celle d'un petit pois. Elles se déplacent à une vitesse de 58 km/s, soit environ 210 000 km/h. En moyenne, on peut généralement en observer 100 par heure. Bien que les premières traces d'observation datent de l'an 36, ce n'est qu'entre 1864 et 1866 qu'il est établi une relation entre les Perséides et la comète dont la pluie d'étoiles filantes est issue. Ces météores sont observables lorsque les débris de Swift-Tuttle rencontrent l’atmosphère terrestre, soit à partir du 20 juillet environ jusqu’aux alentours du 25 août, avec un maximum habituellement situé entre les 11 et 15 août2. La nuit la plus active de la pluie des Perséides est celle du 12 au 13 août de 2 à 5 heures du matin.

C'est l'essaim le plus spectaculaire et le plus populaire de l'année, étant donné qu'il se produit, pour l'hémisphère nord, lors de la période estivale."

 Étoile Filante, Perséides, Nuit, Sombre

D'où viennent ces étoiles ? Comment bien les voir ? Voici ce qu'il faut savoir pour bien profiter de cet événement astronomique?

TOUTES LES  REPONSES SUR : https://www.numerama.com/sciences/642009-etoiles-filantes-comment-observer-les-perseides

Mars, la planète rouge, comme si vous y étiez

Mars, la planète rouge, comme si vous y étiez : Une vidéo en français qui vous donne les données essentielles sur la planète rouge...

Avec "Penser vers le futur" les données de base sur la planète rouge et une sélection d'images époustouflantes issues des plus grandes agences spatiales et centres de recherche en astrophysique et astronomie. Musque : Unicorn Heads

Les sciences en Occitanie, des savoirs pour tous les publics

Pôle d’excellence en matière de recherche, la Région place le partage des savoirs au cœur de sa feuille de route. Elle s’appuie sur son réseau d’acteurs scientifiques pour accélérer l’innovation dans les entreprises et soutient les initiatives qui permettent aux citoyens de développer leur esprit critique.

Entre 2017 et 2021, la Région a mobilisé près de 500 M€ pour soutenir l’enseignement supérieur et la recherche

L’Occitanie est riche par la diversité et la qualité de ses établissements, ses laboratoires de recherche et ses acteurs de la culture scientifique. Afin de placer les sciences au cœur de la société, la Région soutient et coordonne les initiatives territoriales qui font le lien entre la recherche et les entreprises, et permettent à tous les publics d’accéder aux savoirs. Un lien d’autant plus essentiel en période de crise sanitaire pour restaurer la confiance entre la communauté scientifique et les différents publics, face à la profusion d’informations et de « fake news ». Dans tous les départements, en plus de la Fête de la Science qui a lieu chaque année, de nombreuses animations sont proposées aux habitants d’Occitanie pour développer leur esprit critique.

Les sciences accessibles à tous


Musées, associations, universités, organismes de recherche… De nombreux acteurs de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI) organisent des ateliers tout au long de l’année et se font le relais d’événements comme la Nuit européenne des chercheurs pour mettre les sciences à portée de tous [1]. Parmi les thématiques abordées : le développement durable, l’innovation, et le fonctionnement des institutions. La plupart des animations mettent l’accent sur l’égalité femmes/ hommes et diffusent une information sur les métiers.


Expériences insolites, visites de laboratoires, débats… la fête de la science est l’occasion de découvrir le métier des chercheurs

La Fête de la Science accueille à elle seule une moyenne de 70 000 personnes, dont 23 000 scolaires. Pour son trentième anniversaire, le festival propose aux petits et grands des animations, rencontres et ateliers ludiques, sous le signe de « l’émotion de la découverte ». Du 1er au 11 octobre, des Villages des sciences seront déployés dans 110 villes de la région et plus de 2 000 scientifiques seront au rendez-vous. Pour cette année anniversaire, une troupe de scientifiques comédiens interviendra dans 30 lycées d’Occitanie pour démêler le vrai du faux dans les séries, films et jeux vidéos préférés des jeunes avec le spectacle « Science, pop culture et idées reçues » [2]. Retrouvez le programme des animations près de chez vous

La Fête de la science s’inscrit pleinement dans l’action menée par la Région pour renforcer l’égalité d’accès aux savoirs scientifiques, que ce soit en soutenant les projets portés par les associations ou les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, déclare Carole Delga. Au total, nous mobilisons en 2021 près de 80 M€ pour soutenir ce secteur.


La production de savoirs est au cœur de la connaissance qui fonde l’attractivité du territoire, sa compétitivité, et son développement économique. La Région accompagne les 14 500 chercheurs d’Occitanie, pour accélérer le déploiement de l’innovation sous toutes ses formes. Elle soutient les projets des doctorants pour stimuler la recherche, tant à Montpellier et Toulouse que dans les villes universitaires d’équilibre [3]. Avec les « Défis clés », la Région aide également les chercheurs d’Occitanie dans des domaines stratégiques, choisis pour leur fort potentiel d’innovation, la densité de chercheurs (plusieurs centaines) et la qualité des travaux menés. Hors dispositifs, la Région appuie divers projets de recherche, notamment dans les domaines de l’intelligence artificielle (ANITI - porté par l’Université de Toulouse), ou l’agroécologie numérique (Occitanum - porté par l’Institut national de la recherche agronomique)…

 


Depuis 2017, 390 projets ont été déposés dans le cadre de l’appel à projets « prématuration »

Enfin, pour encourager les transferts technologiques vers l’industrie, la Région crée des passerelles pour favoriser les collaborations publiques-privées. Elle utilise les savoirs et compétences des chercheurs pour répondre aux problématiques des acteurs économiques. Chaque année, un appel à projet vers les établissements d’enseignement supérieur et de recherche est par exemple lancé pour accélérer la maturation de projets susceptibles d’intéresser les entreprises.

La Région en pointe sur l’enseignement supérieur et la recherche

Chef de file de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, la Région intervient sur divers axes de développement : recherche industrielle, recherche appliquée, transfert technologique, recherche collaborative… Depuis 2017, 18 dispositifs régionaux ont été déployés pour mettre en œuvre ses orientations stratégiques. La Région favorise ainsi les rencontres entre les chercheurs et acteurs économiques, mais aussi avec les publics les plus éloignés de la science. Elle encourage également les initiatives visant à impliquer les citoyens au cœur des démarches scientifiques (sciences participatives), et accompagne les projets portés par les établissements d’enseignement supérieur et de recherche pour favoriser la réussite et l’accès à l’emploi.

[1La Région a mis en place le réseau Science(s) en Occitanie pour favoriser les partenariats et accompagner les projets d’animation qui irrigue toute l’Occitanie.

[2L’opération « 30 ans, 30 lycées » sera organisée par Science Animation, qui coordonne l’évènement en Occitanie avec le soutien de la Région, et le Science Comedy Show. Le coup d’envoi sera donné le 1er octobre au lycée Gallieni de Toulouse

[3Afin de permettre aux jeunes d’étudier hors métropoles, les étudiants peuvent se former dans des villes universitaires dites d’équilibre. En Occitanie, elles sont au nombre de 18 : Sète (Hérault), Alès (Gard), Nîmes, Mende (Lozère), Perpignan, Béziers (Hérault), Carcassonne, Tarbes, Albi, Castres, Figeac, Rodez, Millau, Auch, Montauban, Foix, St-Gaudens, Cahors.

Fédérer la sphère publique et privée autour de projets innovants, aptes à améliorer la qualité de vie et la durabilité des régions littorales.

Fédérer la sphère publique et privée autour de projets innovants, aptes à améliorer la qualité de vie et la durabilité des régions littorales. Tel est l’objectif de la plateforme d’innovation territoriale impulsée par le SMBT sur la période 2020-2023 grâce aux subventions du programme d’investissements d’avenir Occitanie (PIA3). Véritable laboratoire à ciel ouvert, cette plateforme dont les premiers démonstrateurs, comme le projet Géocorail, ont été lancés, a récemment été présentée aux scientifiques de l’unité mixte de recherches UMR Marbec. La vidéo de cette conférence est visible en ligne : https://urlz.fr/fQno

Peut être une image de 2 personnes et texte qui dit ’Le territoire de Thau Des problématiques spécifiques aux zones littorales avec des enjeux complexes et des interrelations fortes Exposition aux risques naturels (érosion, submersion marine, inondations) Gestion de l'eau milieux aquatiques lagunaires Aménagement contraint du territoire (logements, déplacements) Attractivité touristique (thermalisme, activités balnéaires, patrimoine naturel et historique) Pérennité des activités traditionnelles (transition agro-environnementale) Gestion des espaces naturels et agricoles Activités portuaires UN «< BAO À SABLE»> POUR L'INNOVATION’

La mécanochimie, nouveau levier de la chimie verte

A lire l'article complet sur Les-News.fr (partenaire de Thau-Infos.fr)

La mécanochimie, l’application d’une force mécanique pour entraîner des réactions chimiques, est largement utilisée depuis longtemps dans l’industrie pour activer des matériaux inorganiques sensibles à la force (mécanophores). Avec les polymères organiques mécanophores, la mécanochimie trouve aujourd’hui de nombreuses autres applications : systèmes catalytiques, libération de médicaments, capteurs et matériaux fonctionnels.....................

Poursuivre sur https://les-news.fr/la-mecanochimie-ouvre-de-nouvelles-perspectives-a-la-chimie-verte/

Les premiers prototypes de Géocorail, un biomatériau conçu à partir de déchets conchylicoles

Les premiers prototypes de Géocorail, un biomatériau conçu à partir de déchets conchylicoles par une société éponyme, ont été mis à l'eau le 6 mai dernier à Mèze. Le SMBT, qui soutient ce projet dans le cadre de sa plateforme d’innovation territoriale, a réalisé une vidéo de l’événement. Des images superbes qui éclairent, témoignages à l’appui, les multiples applications de ces ouvrages qui pourront être utilisés pour stabiliser des berges, construire des digues, des corps-morts ou encore servir d'abris à poissons.

Le bâtiment va-t-il recycler 100 millions de tonnes de plastique ?

Une startup américaine révolutionne le bâtiment avec un nouveau matériau produit à partir de plastique recyclé. L'objectif affiché est de recycler et de valoriser 100 millions de tonnes de plastiques d'ici 2030.

Le procédé mis au point par la société Byfusion est simple mais terriblement efficace. Les déchets plastiques sont déchiquetés puis surchauffés et compactés pour en faire des blocs plus solides et plus inaltérable que le béton, baptisés "Byblocks". Le procédé ne requiert aucun agent chimique, ni additif ou adhésif.

Ce nouveau matériau de construction présente de nombreux avantages, pour l'environnement et pour l'économie.
Non seulement il élimine et valorise les montagnes de plastiques qui polluent nos terres et nos océans mais il élimine le béton qui est une des sources majeures des émission de CO2 dans les cimenteries et évite la disparition des plages dont le sable sert à la fabrication du béton.

Les Byblocks sont deux fois moins chers que des parpaings ou tout autre structure de béton. Ils seraient également trois fois plus facile et plus rapide à mettre en oeuvre, plus isolants, plus résistants aux intempéries et à l'usure du temps d'après les premières analyses.

source: www.byfusion.com/byblock/

Tela Botanica : appel à observations des dégâts causés par les épisodes de gel sur les végétaux

Vous êtes témoin des dégâts causés sur la végétation par les épisodes de gelées tardives de ces dernières semaines ? Avec votre aide, des chercheurs du CNRS et de l'INRA souhaitent évaluer l'ampleur des dégâts et la vulnérabilité des différents écosystèmes et espèces qui ont souffert de ces conditions exceptionnelles.
 
 
 

Évaluer l'ampleur des dégâts causés par les gelées tardives : 

Observateurs de la nature, vous avez certainement été témoin des dégâts causés sur la végétation par les nombreux épisodes de gelées tardives de ces dernières semaines.

L’intensité et l’ampleur du phénomène à l’échelle nationale en font un évènement remarquable qui motive la communauté scientifique à se mobiliser pour évaluer l’ampleur des dégâts et la vulnérabilité des différents écosystèmes et espèces impactés. Cependant, et afin d’être le plus juste dans cette évaluation, votre contribution est particulièrement précieuse.

Vos observations permettront d’améliorer notamment la capacité de Tela Botanica à pouvoir anticiper ces événements dans le futur dont la fréquence risque de s’accroître dans les prochaines années...

Comment contribuer ? sur : https://www.tela-botanica.org/2021/04/appel-a-observations-des-degats-causes-par-les-episodes-de-gel-sur-les-vegetaux/

Comment faire part des informations suivantes pour chacune de vos observations :

  • nom de l’espèce (ou variété) touchée,
  • lieu des dommages (point géo localisé ou nom de commune),
  • le pourcentage de dommage (<10 ; <25 ;<50 ; >50%),
  • organe touché (bourgeon, feuille, fleur, jeune fruit),
  • stade de développement de la végétation (bourgeons gonflés, bourgeons en train de s’ouvrir, feuilles sorties, fleurs sorties, jeunes fruits en formation),
  • situation (plante/arbre isolée, plante/arbre en massif).

Vous pouvez partager vos observations grâce à cet outil de saisie. Pensez à bien expliquer les dégâts observés en commentaires et surtout à joindre des photos.

L’être humain devient réparable

Dans son célèbre livre intitulé « L’homme neuronal [i] », le neurobiologiste Jean-Pierre Changeux indiquait que l’homme pouvait se réduire à son cerveau. Quelle que soit les modifications apportées à notre corps, des dents artificielles aux prothèses de hanche en passant par les greffes d’organes et les amputations, nous restons nous-mêmes.

La liste des « pièces détachées » disponibles pour réparer le corps humain ne cesse d’ailleurs de s’allonger avec l’impression 3D qui permet d’étendre encore davantage le champ des possibles pour les chirurgiens.

En Australie, l’équipe du docteur Ralph Mobbs vient d’implanter, sur une adolescente de 14 ans, une vertèbre en titane spécial réalisée grâce à une imprimante 3D. Selon le neurochirurgien qui a pratiqué cette intervention, l’opération était très délicate car elle touchait la moelle épinière et seule l’impression 3D permettait de préparer une prothèse sur mesure qui s’adaptait parfaitement au squelette de la patiente.

En Grande-Bretagne, à l’Institut de médecine génétique de l’Université de Newcastle, l’équipe du Professeur Che Connon a réalisé la première cornée sur mesure par bio-impression. Dans un premier temps, des cellules souches sont prélevées sur le patient et mise en culture afin de pouvoir les incorporer à une encre biologique constituée d’un hydrogel suffisamment épais pour conserver sa forme, mais assez souple pour pouvoir être extrudé par la buse de l’imprimante. L’œil du patient est d’abord scanné afin de pouvoir créer un modèle informatique en 3D de sa cornée puis ce modèle est utilisé pour l’impression 3D de la prothèse.

La recherche est également active pour imprimer des organes plus complexes.......................................................

Poursuivre sur : https://les-news.fr/letre-humain-devient-reparable/

TCHATCHES & SCIENCES 2.0 : 2ème rendez-vous à ne pas manquer

A l’occasion des Nocturnes de l’histoire, le musée gallo-romain Villa Loupian vous invite a la deuxième tchatche du cycle « Histoires du passé » en live!Peut être une image de arbre, plein air et texte qui dit ’TCHATCHES & SCIENCES2.0 assouvir sa curiosité Mercredi 31 Mars 18h30 Histoire et Archéologie. Où commence l'Histoire CYCLE Histoires du passé Rencontre avec Olivier Lemercier, professeur en archéologie de la réhistoire récente l'Université Paul Valéry. Tchatche organisée dans nocturnes l'Histoire ovecle musée usé-lL Villa-Loupian Sete agglopÅle mediterronée, www.live.kimiyo.fr Kimiyo curiosité NOCTURNES MUBEE GALLO-ROMAiN’
« Histoire et Archéologie : où commence l’Histoire  » avec Olivier Lemercier, professeur en archéologie de la Préhistoire récente a l’université Paul Valéry (Montpellier 3) qui répondra à toutes vos questions!
 mercredi 31 mars à 18h30
Événement en ligne et en direct animé par
Kimiyo

.

Pour y participer