Les jardiniers de Gaeta - Un ouvrage publié par la Ville

Terre d’accueil historique, la Ville de Frontignan s’est engagée depuis 1995 dans une politique de relations européennes, en tissant des liens de plus en plus étroits avec des villes du bassin méditerranéen et de l’Europe du Sud.

   
Signature du jumelage avec Gaéta en 1997    

Cet engagement s’est traduit en 1997 par le jumelage avec Gaeta. Bien plus qu’une signature officielle entre maires et le nom d’une ville posé sur un panneau, le jumelage avec Gaeta a atteint sa majorité. Une idée de rapprochement sortie de l’esprit de « Papy Paul » Paul Gonthier Maurin et qui fut le 1ér président de cette union. ( une histoire de famille à l'origine avec son frère Maurice et  Marie Rose)

Dans le cadre de cet anniversaire du jumelage entre Frontignan la Peyrade et Gaeta,  une exposition consacrée aux jardiniers des Crozes avait été organisée.

Une exposition qui retrace l’histoire de ces maraichers italiens pour la plupart originaires de Gaeta qui sont venus dans les années 20 du XXe siècle cultiver les terres agricoles de Frontignan qui connaissait alors, avec sa voisine Sète, un fort développement industriel et démographique.

   

Un livre a été édité, un ouvrage qui retrace la vie de ces immigrés a été présenté ce jeudi 16 novembre au musée municipal par Michel Sala Conseiller au patrimoine et au muscat et Simone Tant maire conseillère en charge de la lecture publique et des festivals internationaux. Quelque 300 familles ont quitté les territoires de l'Italie maritime pour le port de Sète, une vingtaine de ces familles originaires de la côte de Gaeta s'installe dans le quartier des Crozes et de ses environs. Certains d'entre eux recouvre une activité agricole et une sociabilité paysanne qu'ils ont perdu dans l'immigration. Dans les terrains en périphérie de Frontignan la Peyrade, les réserves d'eau sont importantes et les terrains disponibles, les Gaétans valorisent ses terrains, pour fournir à une population frontignanaise et sétoise toujours plus nombreuse se dont elle a besoin en produits frais.

Dés lors ils sont considérés comme de véritables colons.  Les propriétés occupées aux Crozes sont petites et ont du être activement travaillées afin que soit rendu possible une culture maraîchère.

Avec cet ouvrage la ville explore un pan important de sa mémoire et de son histoire, celle écrite pour des personnes venues d'ailleurs, qui ont participé à forger la réalité de la ville que l'on connait aujourd'hui. Aussi à l'occasion de ce 20é anniversaire avec sa ville jumelle Gaeta l'iltalienne, du 10é anniversaire avec Vizela la portugaise et des 7 ans avec Pinéda De Mar l'espagnole, Frontignan la Peyrade ouvre un nouveau chapitre de son roman communal par l'évocation de tous ceux qui en sont et en furent les héros.

A.Sanfilippo

Notes sur Frontignan

Le livre incontournable d'Achille Munier à lire en ligne gratuitement ou, pour les collectionneurs, à acheter (quelques exemplaires encore disponibles en réédition chez Amazon).

 

Avec l'APAVH, la douce Molly est à l'adoption

CHIENimage5C’est une drôle d’histoire que celle de Molly… Sa maîtresse est décédée il y a quelques semaines et elle n’avait rien prévu pour ses animaux : 4 chiens et 2 chats. Sa voisine, qui a adopté un chien à l’association, nous a contactés pour la prise en charge de tous ces poilus ! Elle ne voulait pas que les 2 Yorks, l’autre femelle Labrador de couleur sable et Molly, partent en fourrière. A la veile de l’été, 4 chiens d’un coup c’était beaucoup, sans compter que nous étions déjà engagés pour d’autres chiens en détresse. Nous avons fait appel à Catherine du refuge des 4 pattes qui a accepté de prendre les York mais aussi à Valérie de JSMC qui a choisi la labrador sable. Restait Molly. Ces 4 chiens ont toujours vécu en compagnie de leur maîtresse, dans une maison avec un jardin dont ils ne sont jamais sortis, ne côtoyant que  très peu de monde… Si tous les 4 sont un peu craintifs, Molly est de loin la plus mal à l’aise avec les personnes qu’elle ne connaît pas. Nous avons eu du mal à la faire monter dans la voiture, puis à l’en faire descendre une fois arrivés!...

» associations