Balaruc les Bains

Randonnées des marcheurs de l'Age d'Or



 

 

Marguerite et Hervé, accompagnateurs bénévoles de «l'activité marche» de l'Age d'or se retrouvent, chaque mardi, dans la Gardiole, aux capitelles de Poussan, aux Salins de Frontignan ou autres, proposant aux marcheurs un parcours de 6 à 8 kms choisi en fonction du temps et de la saison ; souvent agrémenté de commentaires sur le paysage, la faune et la flore de la garrigue.
Mardi dernier, et pour clôturer l'année, ils ont traversé la Gardiole (18 kms) pour rejoindre A/R l'Abbaye de Saint-Félix-de-Montceau où un pique-nique a été partagé dans la bonne humeur.         

 Un autre jour, les marcheurs, sur le lieu des capitelles de Poussan, se sont intéressés à ces petits « monuments » de pierres, dont voici les définitions :
« Capitêlo : Hutte ou baraque de vigne : très petit bâtiment voûté et terminé en cône, principalement destiné à mettre à couvert un cuvier en maçonnerie, où l'on égrappe la vendange pour en faire les charges des mulets ou des chariots.» Au XIXe siècle , Frédéric Mistral,dans son dictionnaire provençal-français, Lou Trésor dou Félibrige donne l'orthographe provençale: « Capitello, escapito (dialecte des Alpes).
À la même époque, le «Dictionnaire languedocien-français» donne l'orthographe languedocienne «Capitèlo : hutte, maisonnette de vigne, non habitée, où l'on renferme les outils et où l'on peut se mettre à l'abri d'un orage.Pour les historiens, le terme désigne une cabane de vigne édifiée par un membre du petit peuple des villes dans une parcelle conquise sur la garrigue péri-urbaine, aux XVIIè, XVIIIè et XIXème siècles.

A l'année prochaine pour découvrir d'autres merveilles...

Annick Pratlong    

               

FANNY chante Brassens

Ce mercredi 3 août à 21 h.30 au parc Charles de Gaulle à Balaruc-les-Bains

 

Fanny Biascamano, chanteuse sétoise qui s’est fait connaître grâce à son interprétation de «L’Homme à la Moto» de Piaf, a sorti cet hiver un opus entièrement consacré à Georges Brassens, des chansons réorchestrées à la sauce jazzy. C'est une première car jamais  une chanteuse n'a consacré un album entier et un spectacle au poète sétois.

Ce concert, "Fanny chante Brassens", est le fruit d’une collaboration avec le guitariste Louis Martinez, entouré de quelques musiciens de jazz qui, tout en gardant l'esprit de l'œuvre, n'a pas hésité à en changer la couleur. Il en ressort quelque chose qui sort des sentiers battus pour emprunter ces chemins de traverse que Brassens affectionnait.

C'est réussi et ça swingue ! Jusqu'à l'incontournable "supplique" qui prend un air de Bossa.Une soirée exceptionnelle.

Action Jeunesse - OLYMPE - Espace VIP

Dans le cadre du concert d'Olympe de The Voice ce mercredi 10 août au Parc Charles de Gaulle à Balaruc-les-Bains le service culture et festivités propose un accueil particulier pour les 10-18 ans.
Un espace VIP leur est dédié : ils pourront accéder aux tous premiers rangs pour une meilleure visibilité de l'artiste. L'accueil à l'espace se fera à partir de 20 h.30.
L'inscription est nécessaire et possible sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et au service culture de la Mairie de Balaruc-les-Bains de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30 avant ce soir.

Café-discussion de l'APCP : « Le robot au service de l'homme ? »

Café-discussion : « Le robot au service de l'homme ? » Un « Café discussion » de l'Association Pour une Culture Partagée est un moment où l'on peut échanger des idées sur un sujet important, qui peut avoir des répercussions sur notre vie quotidienne, actuelle ou future. Il s'agit bien d'échanges d'idées et non de confrontation (Pas de politique, ni religion, ni commerce…).
Ce fut le cas, vendredi 17 juin, chez Dédé, restaurant pizzeria, où s’étaient rassemblés ceux et celles qui étaient intéressés par le sujet proposé par le groupe « Citoyens en éveil » de l’APCP : « Le robot au service de l'homme ? »
S’il a été difficile de définir la notion de robot (un ordinateur est-il ou non un robot ?), si le constat a été fait qu’une partie de notre vie quotidienne commence à être régie par des robots (téléphonez à une grande entreprise !), diverses questions se sont posées exprimant soit l’optimisme (l’homme restera toujours maître des machines), soit l’inquiétude (l’humanité ne risque-t-elle pas d’être un jour dominée par les robots ?). Bien sûr chacun a son avis et l’exprime en toute liberté et tous s’écoutent avec attention, quitte à argumenter sereinement en cas de désaccord.
Il est difficile de rendre compte d’un débat aussi riche, passionnant et même passionné. Mais il est particulièrement intéressant de constater qu’un sujet a priori technique débouche sur des considérations à caractère économique et social (l’emploi est-il menacé à plus ou moins long terme, et quel type d’organisation sociale cela implique-t-il ?), ou sur des spéculations éthiques, voire philosophiques, quant à la civilisation nouvelle qui semble nous être promise (certains ont évoqués le « transhumanisme »), dans des délais si courts que l’on n’a peine à en imaginer les différents aspects positifs ou négatifs.
On peut espérer que les participants (dont près de la moitié étaient des curistes ou des vacanciers) ont pu avoir des idées plus claires sur le sujet ou, pour le moins, ont pu être amenés à se poser des questions nouvelles qui les inciteront à s'informer plus avant, une des conclusions de ce débat étant que ce sont bien les citoyens qui doivent s’emparer de cette réflexion.

Maurice Bouchard

Réception à Balaruc-les-Bains des médaillés de lutte adaptée

Réception en l’honneur des médaillés du championnat de France de lutte adaptée

Dans la salle Manurêva de Balaruc les Bains, le club de lutte COB (Centre Olympique Balarucois) de Balaruc et le club SVF (Salle Vincent Ferrari) de Sète ont organisé une réception conviviale afin de mettre à l’honneur les lutteurs récompensés cette année encore par de très belles performances lors du championnat de France de lutte adaptée qui s’est déroulé début avril à Ceyrat en Auvergne.

12 lutteurs venant du foyer Jean Piaget de Frontignan et de l’IES de Sète ont été mis à l’honneur, entourés par leurs familles, amis et éducateurs.

Lors de cette soirée étaient présents :  M. Cabriler, directeur de l’I.E.S de Sète, M. Vesse, conseiller municipal de Balaruc les Bains, M. Masscheleyn, directeur du service des sports de Balaruc-les-Bains, M. Fulcrand,  président de l’Office Municipal des Sports de Balaruc les Bains, M. Rourre, président du comité régional de lutte, M. Richard, président du CD lutte 34, M. Prat, président du CD de gym 34, et, bien sûr M. Di Chiappari, président de la SVF et Mme Jacquet, présidente du COB LUTTE.

Le folklore sétois

L'ACP (Association pour une Culture Partagée) propose une conférence de Bernard Péchot, Maître de conférence à l’Université Paul Valéry,
Entrée gratuite - 27 mai  18 h  -  Salle Montgolfier à Balaruc-les bains

La ville de Sète se distingue par la beauté de son site - son « insularité »- par l’originalité de son tissu urbain – ses canaux et ses ponts- mais aussi par le caractère bien marqué de ses habitants : les particularités de leurs coutumes ou de leur langage. Les sétois ont développé depuis le XVIII siècle une tradition paralittéraire liée à la culture occitane et illustrée à la fin du XIX siècle par l’édition d’un « armanac setori », publication porte parole d’un groupe de félibres du cru.

Les sétois d’aujourd’hui sont ainsi les héritiers d’un riche patrimoine culturel formé d’une part à l’occasion des manifestations festives – les tournois de joutes- , puisé d’autre part à un abondant fonds de traditions populaires et d’histoires cocasses enrichi progressivement d’apports extérieurs notamment italiens.

Ce légendaire s’incarne dans des lieux privilégiés : essentiellement le monde des baraquettes du mont Saint Clair, terrain propice aux repas, aux chansons et aux « craques » (les blagues).

Il a aussi un répertoire commun de personnages emblématiques caricaturaux immortalisés par le peintre Toussaint Roussy et un arsenal de moqueries à l’égard des voisins dont les natifs de Bouzigues furent les principales victimes.

La conférence sera l’occasion de revisiter les multiples facettes de ce petit théâtre de la vie sétoise.

Maurice Bouchard

Le Festival des Musiques d'Ailleurs

Du 3 au 6 juillet, dans le Parc Charles de Gaulle et au théâtre de Verdure, à Balaruc-les-Bains.

Festival des musique d'ailleurs République du Bacshokorstan Animation Balaruc Les Bains

Rendez-vous incontournable de la saison estivale balarucoise, le Festival des Musiques d'Ailleurs présente cette année la 20e édition de ses spectacles hauts en couleur. Depuis sa création en 1996, cette manifestation rassemble différents styles musicaux, nous faisant voyager à travers les pays. Elle présente les danses et les chants traditionnels de pays plus ou moins lointains, où modernité et tradition se mêlent avec un goût d'exotisme. Très appréciée des amateurs de world music et de folklore, elle a pour but d'offrir au public une représentation de qualité, avec des chanteurs et des danseurs réputés dans leur contrée.

Il débutera le dimanche 3 juillet à 21h30 au Théâtre de Verdure de Balaruc-Les-Bains, par un concert choral « Le concert au Clair de Lune », dirigé par Jean-Michel Balester, avec les ensembles vocaux Allegre'Thau et Montacanto. Ces deux formations y proposeront un spectacle sur le thème de la nuit avec un florilège d'oeuvres sacrées et profanes (Mozart, Offenbach, Rameau, Gounod, Bernstein...) sous la direction de leur chef, Jean-Michel Balester de l'opéra de Montpellier, qui assurera également la partie «ténor solo». Les choeurs seront accompagnés par la soprano Emilie Boudeau et Adrian Sbarra au piano.
Tarifs: 7 euros sur place - 5 euros en prévente devant l'Office de tourisme de Balaruc-les-Bains les vendredi 1er et samedi 2.juillet -(entrée gratuite pour les enfants de moins de 13 ans).

Le mardi 5 juillet,à 21h30 au Parc Charles de Gaulle,  le « Ballet folklorique du Kirghistan » prendra le relais de ce festival et dévoilera à son tour la tradition la plus forte et la mieux conservée de cette région de l’ancien empire soviétique.
Les costumes sont d’une rare somptuosité, riches de soies et de fourrures aux couleurs contrastées, en accord avec un pays qui est un jeu permanent de couleurs. Les instruments de l’orchestre sont des balalaïkas aux formes étranges, des percussions, des flûtes dont les formes sont à peu près inconnues ailleurs.
Les danses sont d’une grande poésie, pleines de courtoisie délicate comme il convient à un pays de vieille civilisation. Elles alternent avec des choeurs, des solos de musique populaire, dans une variété réglée conformément à un pays où la culture populaire est recueillie et conservée avec soins.

Et pour finir, le mercredi 6 juillet, à 21h30 au Parc Charles de Gaulle, la compagnie folklorique de Cuba « Camagua ». Ce ballet crée en 2001 suggère un voyage dans les racines des traditions caraïbes. On y découvre des danses dynamiques, qui racontent l'histoire d'un passé toujours vivant. Ainsi s'achèvera cette expédition au cœur de coutumes étrangères, que nous aurons le plaisir de retrouver l'année prochaine !

Caisses à savon à Balaruc-les-Bains

 

 Pour le plaisir des petits et des grands une vingtaine de "caisses à savon" ont dévalé le serpentin en ce dimanche 15 mai organisé par le Comité de Quartier de la Rêche et des Usines associé à la Fédération PACA de caisses à savon et au bar "le Mistral". Des animations diverses ont été proposées tout au long de la journée. L'ambiance était à son comble devant ces "engins extraordinaires" qui reviennent pour la troisième année dans le quartier où l'Avenue du Serpentin convient parfaitement à l'attente de ces coureurs. 

 Cette discipline a beau se dérouler dans la joie et la bonne humeur, elle est considérée à risques. Les pilotes doivent porter casque, minerve de sécurité, gants et harnais...

 

Historique 

La première course de caisse à savon a été organisée en 1904 en Allemagne. La légende veut que la discipline ait été imaginée par un homme d’affaires spécialisé dans le savon... Si son nom n’a pas connu la postérité, c’est peut-être que son premier modèle était déficient (il aurait oublié les freins !)... En 1950 a lieu le premier derby français de caisses à savon pour les moins de 15 ans, et depuis, des courses de caisse à savon ont lieu régulièrement pour les adultes et les enfants dans toute la France. Il existe une Fédération Française de caisses à savon.

 

 

                                                               Annick Pratlong

Conférence sur la biodiversité de l'Etang de Thau

Une conférence vient d'être organisée par l'Amicale du Port de la Jetée de Balaruc-les-Bains sur la biodiversité de l'étang de Thau.

Les membres de l'A.P.J.B. (gestion et entretien du port central à Balaruc-les-Bains) sont très satisfaits de cette première conférence et sont heureux d'avoir gagné leur pari. La salle Montgolfier était remplie par des Balarucois, des curistes et des touristes ; le public a été conquis.
Ce succès encourage les dirigeants de cette nouvelle Association à reconduire ce genre de manifestation sur le même thème de l'Etang de Thau.
La prestation des 2 conférenciers a été excellente : Frédéric Maxan photographe marin, auteur du livre "Thau oasis de vie" et Pascal Zani, biologiste, sont des plongeurs passionnés spécialistes de l'étang de Thau. Ils ont présenté d'une façon agréable et très «professionnelle» la richesse et la fragilité de l'étang de Thau, sa beauté, sa complexité et son environnement.
Le public, émerveillé, a fait une découverte sous-marine de la lagune de Thau à travers de nombreuses photos.
A la fin de la manifestation les deux conférenciers ont dédicacé le livre "Thau oasis de vie".
Irénée Cathala, Adjoint au Maire responsable de la culture ainsi que Stéphane Antignac, Conseiller Municipal délégué aux ports ont assisté à cette conférence.

A.P.

Gestion des eaux pluviales sur Balaruc-les-Bains

A l’automne 2014 a été initiée la réalisation sur  le territoire de Balaruc-les-Bains du Schéma Directeur de Gestion des Eaux Pluviales (SDGEP), à travers un état des lieux, la mise en place de scénarios complémentaires d’aménagement pour les bassins versants, l' établissement des zonages pluviaux réglementaires, ainsi que l’élaboration d’un Plan d’Action et du Règlement d’Assainissement Pluvial Communal.

Ce SDGEP précise et fixe le cadre d’intervention de la Ville et des gestionnaires d’ouvrages concernés. Il apporte des réponses concrètes, techniques et réglementaires qui fixent pour les 15 à 20 prochaines années un cadre d’intervention pour une gestion quantitative et qualitative des eaux pluviales.

Ce Schéma directeur est soumis à enquête publique ; le dossier d’enquête est consultable à l’Hôtel de Ville du 12 mai au 13 juin, le commissaire assurera des permanences pour recevoir les observations écrites ou orales :

Le Mercredi 18 Mai, de  9 h. à 12 h. - le Vendredi 3 Juin, de 13h.30 à 17h.30  et le Vendredi 13 Juin, de 13h.30 à 17h.30.

A l’issue de cette enquête, le Conseil Municipal délibérera, au vu du rapport et des conclusions du commissaire enquêteur, pour approuver le Schéma Directeur de Gestion des Eaux Pluviales de la commune, éventuellement modifié pour tenir compte des observations et avis éventuellement émis au cours de l’enquête publique.

Marcel Proust humoriste ?

Oui, la langue magnifique de Marcel Proust sert parfaitement l’humour dont l’auteur fait preuve dans certains portraits lors de sa "recherche du temps perdu". C’est ce que l’on a pu découvrir au cours des « Lectures tirées du sac » proposées par l’APCP (Association Pour une Culture Partagée), mardi 10 mai dernier à la bibliothèque municipale, dont le thème était précisément l’humour dans la littérature.
Près de la moitié des participants à cette réunion animée par Anne Gautheron étaient des curistes qui ont lu de plaisants extraits d’ouvrages, de Jean Teulé, Boris Vian, Voltaire, Jean Louis Fournier, à Eric-Emmanuel Schmitt, Guy de Maupassant, Daniel Picouly, passant bien sûr par Marcel Proust.
Belle occasion pour discuter de l’humour, (terme anglais provenant du latin « humor – humeurs et leur influence sur le comportement), différent selon les époques, les auteurs, l’âge, les classes sociales…, de ses qualifications (simple, noir, ou vachard, grinçant…), et de ses fonctions (faire passer un message, critiquer quelqu’un ou quelque chose…).
On a pu également constater que le livre n’est plus le seul support de la lecture, l’ordinateur pouvant aussi remplir cette fonction. Enfin, l’annonce ayant été parfois déformée (humour ?), quelqu’un avait préparé des textes sur l’amour dans la littérature, ce qui a permis d’entendre des poèmes de Claude Debarine et Jacqueline Rousset, poétesses contemporaines peu connues tant on a tendance à croire que seuls les hommes écrivent des vers !

Maurice Bouchard