Balaruc les Bains

Exposition "les pioupious dans la grande guerre" au Pavillon Sévigné

Exposition

Dans le cadre des manifestations organisées autour du centenaire de la première guerre mondiale, une exposition d’affiches est proposée au Pavillon Sévigné à partir du 11 novembre.

La Grande Guerre innove par une communication (ou une propagande) officielle utilisant massivement, principalement et quasi exclusivement les affiches. Pour la première fois, un État en guerre utilise un média de masse. L’effort de guerre s’applique : chaque individu est touché et les enfants ne sont pas exempts de cette mobilisation. L’exposition d’affiches de cette époque, accueillie au Pavillon Sévigné, retrace parfaitement la mobilisation des enfants dans la communication de guerre.

Pour compléter cette exposition organisée avec le soutien des associations du Souvenir Français et de l’UHAAC, les Balarucois ont été mis à contribution. Elle est accompagnée d’objets et de souvenirs collectés, rendant la présentation encore plus émouvante.   Exposition “Les pioupious dans la guerre, les figures de l’enfant et du poilu durant la 1ère guerre mondiale” 

Du 11 novembre au 1er décembre : Visite libre : du mardi au dimanche, de 14 h. à 18 h. Visites guidées à 15 h.30 les 11 et 21 novembre, ainsi que tous les jeudis après-midi.

Inscription : Service culture : 04 67 46 81 32  - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

"Balaronde" pour les familles balarucoises

 

À Balaruc-les-Bains, les tout-petits sont particulièrement choyés. La Ville manifeste un intérêt tout particulier au développement des jeunes enfants. La crèche – la halte garderie « Les Moussaillons » accueillent les tout petits de 0 à 3 ans.

Depuis quelques années, la Ville a également ouvert un Lieu d’Accueil Enfants – Parents, « Balaronde ». Ce service de proximité qui encourage de nouveaux liens et favorise le vivre ensemble reprend ses activités. Espace de jeu et de rencontre et lieu de socialisation, cet espace est ouvert à tous.

Les tout-petits - de 0 à 6 ans - y découvrent la vie en collectivité en leur permettant de rencontrer les autres, enfants comme adultes, et de jouer avec eux. Le LAEP n’est toutefois pas un mode de garde, l’adulte accompagnant reste durant toute la durée de l’accueil.

Parce qu’il n’est pas toujours facile d’être parent, les adultes qui le souhaitent – parents ou famille - pourront rencontrer un professionnel de la petite enfance et y trouver de l’écoute et du soutien à la parentalité. Les futurs parents sont les bienvenus.

L’accueil est gratuit, la fréquentation est basée sur le principe du volontariat, l’anonymat et la confidentialité. Rencontres, échanges, partages sont les mots qui définissent ce lieu. 

LAEP « Balaronde » ouvert chaque mercredi (hors vacances scolaires) de 9 h. à 12 h. Espace Louise Michel, rue des Ecoles au Quartier des Usines.

Cérémonie du Souvenir du 2 novembre

Le Souvenir Français de Balaruc-les-Bains s’est rassemblé, en présence des autorités civiles et militaires, au cimetière de la Cadole, le vendredi 2 novembre 2018, devant le caveau militaire pour une cérémonie à la mémoire de tous les morts pour la France de la commune et, en premier lieu, des Poilus très nombreux tombés pendant la Grande Guerre.

Après le message du Président général Serge Barcellini, lu par la présidente, celle-ci a procédé à l’appel des noms de tous des morts pour la France de la commune. La gerbe du Souvenir Français a été déposée par la présidente avec l’adjoint au Maire délégué aux Associations patriotiques et culturelles. A l’issue de cette cérémonie les participants se sont rendus devant les 2 tombes réhabilités par le Comité : tout d’abord celle du Lieutenant Auguste Forest qui accomplissait son service lors de la déclaration de guerre et était donc immédiatement parti sur le front. Blessé 2 fois, l’une en 1914 et l’autre en mai 1918, il était titulaire de la Croix de guerre avec 2 citations et de la Légion d’honneur qui lui avait été attribuée en juin 1918 après sa terrible blessure de ma, celle-ci  ayant entraîné son décès en 1921 après de terribles souffrances. Il faut noter au sujet de cette tombe qu’elle abrite aussi, entre autres, les corps de 3 membres de sa famille disparus sous les bombardements de juin 1944 dans le quartier des usines. La deuxième tombe est celle d’André RAYNAUD, ouvrier d’usine, qui avait été requis par le STO en 1943 et dont les circonstances du décès en juillet 1944, à 23 ans en Allemagne, lui ont valu l’attribution de la mention « Mort pour la France ».

Le Comité perpétuera cette tradition de recueillement du Souvenir Français en hommage à nos morts tous les ans au moment de la Toussaint, au carré militaire devant le caveau militaire de la Cadole à Balaruc les Bains.

Repas de l'Amicale de l'Age d'Or le dimanche 18 novembre

L'amicale l'Age d'Or fait connaître à ses adhérents la disponibilité de places pour le repas organisé le 18 novembre salle Alain Colas à Balaruc-les-Bains - Prix offert 20 euros pour les adhérents et 35 euros pour les non adhérents. Vous pouvez consulter les affiches encore en place pour tous renseignements complémentaires.

Les inscriptions seront reçues le mardi 7 novembre au bungalow n°2  et éventuellement à à l'Espace Louise Michel le jeud 8 novembre à  l'occasion du loto.

mercredi 7 novembre "Le Cri du Poilu" à la Maison du Peuple

Spectacle "Le cri du Poilu" - Mercredi 7 novembre à 20 h.30 à la Maison du Peuple à Balaruc-les-Bains - Prévente : 9 € - Sur place : 9 et 12 € 

Spectacle Le centenaire de ces quatre années de guerre et de ses neuf millions de morts vaut bien que l’on s’y attarde un peu. Pour l’occasion, la Ville de Balaruc-les-Bains y consacre un cycle culturel avec conférences, exposition et ce 7 novembre le spectacle « Le Cri du Poilu ». Coko, avec son goût pour le patrimoine oublié de la chanson du siècle écoulé, ne pouvait passer outre cette célébration.

C’est en duo avec Danito à la guitare, aux petites percussions et au chant, qu’il choisit de transmettre le fruit de ses recherches au cours desquelles il a déniché quelques joyaux voués à l’oubli, mais remis au goût du jour dans ce spectacle.

A patauger dans la boue, la pisse et la merde, ils en oubliaient de se laver et de se raser : de fait ils furent et resteront les poilus. Ils furent, et des deux côtés, les sacrifiés de ce gâchis immense de 14-18, cette première guerre mondiale, la der des ders comme on l’a cru, en attente d’une suivante qui ne manqua pas d’un jour venir.

Dans l’angoisse, tenaillés par la faim, dans ces corps bouffés à la vermine, dans l’attente d’une mort quasi certaine, que faisaient-ils ? Ils chantaient, ne vous déplaise. D’abord ces couplets patriotiques de l’après 70, orphelins d’Alsace et de Lorraine, puis des vers écrits dans les tranchées ou plus loin, bien au chaud dans les cabarets parisiens. Ce sont 14 de ces chansons qui se feront entendre dans la Maison du Peuple.

Les deux compères, dans leur chemise bleu France et leur pantalon rouge, jouant de leur différence de stature, font de ce répertoire un moment de connivence qui fait mouche. On rit, on s’émeut, on s’étonne aussi sans doute. Et c’est là que ce duo revêt toute son importance et justifie son actuel succès : l’histoire de la Chanson participe de l’Histoire en effet.

Pour nous souvenir longtemps du thème de cette soirée, le duo confie son cri à Apollinaire, sur une musique de Jean Ferrat : Si je mourais là-bas.

Françoise Soler expose au Pavillon Sévigné

Françoise SOLER - VERNAY expose du 01/11 au 07 novembre au Pavillon Sévigné à Balaruc-les-Bains

Elle débute l'aquarelle par un stage dans le Sud Marocain et a évolué par la suite vers l'acrylique et l'huile à l'Ecole des Beaux Arts de Sète avec différents professeurs d'horizons différents. Elle se libère ensuite du figuratif et se dirige vers l'abstraction.

Françoise reçoit plusieurs prix lors de différents concours :

1er prix d'aquarelle à Balaruc-les-Bains en 2008,

1er prix d'aquarelle à Carry-le-Rouet en mars 2009,

2ème prix à l'exposition "peintres dans la rue" à Balaruc-le-Vieux en septembre 2017,

et une nomination au 20ème salon des Artistes de Thau en 2010. 

Elle a exposé dans différents sites régionaux et nationaux, par exemple : à la Galerie "Dock Sud et à "la part des anges" à Sète, plusieurs années de présence au Pavillon Sévigné à Balaruc-les-Bains, en Saône-et-Loire à la Clayette et à St. Maurice-les-Chateauneuf, et plusieurs participations, en été, aux "journées médiavales" de Balaruc-le-Vieux.

Venez rendre visite à Françoise, jusqu'au 7 novembre au Pavillon Sévigné, c'est une artiste qui exerce l'art de peindre avec subtilité et dans des couleurs chatoyantes ; une merveille vous attend..                                                  A.P.

mardi 6 novembre réunion publique d'information

Après la réunion au cours de laquelle les élus balarucois avaient partagé leur vision d’avenir pour Balaruc-les-Bains, le mardi 6 novembre à 18 h. à la Salle Alain Colas, ces mêmes élus convient une nouvelle fois les Balarucois à se retrouver et à débattre sur les sujets qui font et feront l’actualité dans les semaines à venir, les travaux qui vont être réalisés d’ici la fin de l’année et aménagements en cours, les finances communales, l'activité touristique, les thermes et l'économie locale ... autant de sujets sur lesquels les élus et la population pourront échanger lors de cette grande soirée.

" Ne jamais être mis devant le fait accompli ", tel est l’engagement pris par les élus auprès des Balarucois en mettant en place une démarche complète de démocratie de proximité. C’est dans ce cadre que la Ville a développé les moments de rencontre avec les habitants. Ceux-ci se multiplient. Que ce soit pour présenter les aménagements d’envergure ou ceux qui concernent un secteur de la ville, les riverains sont, régulièrement, invités à venir échanger. Des discussions qui permettent de revoir et amender des projets, pour qu’au final, ceux-ci répondent réellement aux besoins de la population.

Fête de la Toussaint

À l’approche de la Toussaint et de la journée des Morts, le cimetière de Balaruc-les-Bains, qui a été entièrement rénové  cette année par la municipalité, a droit à toutes les attentions. Il commence à recevoir depuis quelques jours, les familles et les amis des défunts venant nettoyer les tombes et les fleurir, même si pour certains, en temps normal, les visites à ceux qui ont quitté notre monde sont régulières et quelquefois journalières.

La Toussaint est une fête catholique appelée également  ‘’fête des morts’’ ; contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, la célébration des morts a lieu le 2 novembre, le premier novembre étant la fête de tous les saints. Cette coutume a vu le jour au XIème siècle. A l’époque les familles déposaient des bougies sur les tombes des défunts et au fil du temps les fleurs les ont remplacées.

Actuellement, les fleurs les plus achetées sont les chrysanthèmes ; symbolisant l’immortalité au Japon, cette fleur est devenue la fleur de la Toussaint grâce à sa floraison automnale et sa résistance à la basse température. Les chrysanthèmes que nous connaissons actuellement ressemblent peu à l’espèce d’origine que l'on retrouve à l’état sauvage et qui ressemblent à des marguerites (Glébonis Coronaria) qui sont de la même famille. Le cyclamen, fleur délicate et robuste à la fois, s'est également fait une place de premier choix dans le cercle très fermé des fleurs belles et résistantes.

Hallowen à la Salle Alain Colas

L’image contient peut-être : 1 personne, debout

Le temps maussade ne permettant pas la fête dans le Parc Sévigné, de nombreux petits monstres se sont retrouvés à la Salle Alain Colas à Balaruc-les-Bains. Ils ont profité des stands installés pour eux, salons de maquillage, selfie, de nombreux jeux en bois et autres, sans compter les barbes à papa et les sauts dans les "montagnes gonflables"...

 D'où vient le mot "Halloween" ?

Avec l'arrivée du christianisme, les catholiques décidèrent à partir du IXème siècle de fêter la Toussaint ("tous les saints"), le 1er novembre.  Et si on regarde de plus près le mot anglais Halloween, c'est une sorte de raccourci de l'expression "All Hallows Eve", qui signifie "le soir de tous les saints", c'est-à-dire la veille de la Toussaint, le 31 octobre !

Résultat de recherche d'images pour "photo citrouille pour halloween"

Et pourquoi des citrouilles ?

À l’origine, le symbole d’Halloween était... un navet ! Issu de la légende de Jack-o'-lantern (Jack à la lanterne, le personnage qui a inspiré l'Etrange Noël de Mr Jack !), condamné à errer éternellement dans l'obscurité entre l'enfer et le paradis en s'éclairant d'un tison posé dans un navet sculpté.  Aux états-Unis, le navet a progressivement été remplacé par la citrouille qui pousse en octobre et qui est bien plus facile à sculpter ! C'est donc la citrouille qui a donné sa couleur orange à la version actuelle d'Halloween.                                    A.P.

 

R.V. culturel les samedi 3 et dimanche 4 novembre

Nouveau rendez-vous culturel les 3 et 4 novembre

 

Samedi 3 Novembre à 20 h.30 « Le Prix Martin » par la Cie du Strapontin et Dimanche 4 Novembre à 17 h. « Femm’euses » par la Cie Eole ; ces 2 spectacles auront lieu à la Maison du Peuple à Balaruc-les-Bains. Prévente à l’Office de Tourisme à 6 € et sur place : 6/9 €.

Ce nouveau rendez-vous de la saison culturelle, première édition du festival « Pratik’Art »,  propose deux soirées autour du théâtre et du chant théâtralisé :

Samedi 3 Novembre, c’est la compagnie du Strapontin qui se produit sur la scène de la Maison du Peuple. Elle reprend la pièce d’Eugène Labiche « Le Prix Martin », comédie hilarante en 3 actes : Ferdinand Martin, mari trompé, est poussé à la vengeance par son cousin Hernandez Martinez. Ira-t-il jusqu’à précipiter dans un ravin son vieil ami Agénor dont il a découvert qu’il était l’amant de sa femme ?

Dimanche 4 novembre, c’est la compagnie Éole qui propose sa dernière création « Femm’euses ». Un spectacle plein de fraîcheur, de spontanéité, d'humour : Dix femmes attendent leur train….mais il a du retard…..alors elles se mettent à raconter des histoires, à chanter leur partance pour une destination de vacances en harmonie avec la rythmique d’un piano...

 

La culture, ce n’est pas que les grandes compagnies, les chanteurs professionnels.. Chacun à son niveau peut s’y essayer.

La pratique des arts nous touche plus qu’on ne le croit. Qui n’a pas un jour essayé le dessin, la musique, le théâtre, la danse, d’écrire de la poésie…

S’y mettre régulièrement requiert un autre investissement, plus personnel interrogeant sa propre construction et son rapport à l’autre. Et si certains préfèrent pratiquer en privé ou individuellement, d’autres souhaitent s’essayer, se confronter au public et au regard de l’autre.

Que ce soit au niveau des pratiques culturelles des habitants ou de l’accueil de compagnies d'amateurs de la région, la Ville de Balaruc-les-Bains leur offre la possibilité de se produire dans des conditions optimales et de rencontrer des publics différents.