Gigean

Gigean : un maire qui sait où il va

Il y a quelques années, Gigean ressemblait à un gros bourg endormi. Aujourd’hui grâce Luc Routier et à son association, beaucoup ont en tendu parler d'une vieille abbaye que l’on restaure quelque part sur les hauteurs de la commune mais le visiteur pressé continue de traverser la ville sans s’y arrêter.
Pourtant Gigean bouge, Gigean s’embellit, Gigean connaît une mutation sans précédent.
Un signe qui ne trompe pas et qui illustre ce dynamisme : la population est à la fois en forte croissance et elle très jeune : les 2/3 des habitants ont moins de 45 ans, 1/3moins a même moins de 20 ans.
Thau-info a rencontré Francis Veaute,  le maire de Gigean, pour en savoir plus sur les projets de ce bâtisseur atypique qui tire parti du patrimoine de sa commune et qui s’appuie sur le dynamisme des habitants pour développer sa ville.

 

Rénovation de Gigean, phase I

L’aménagement urbain était et reste un levier essentiel pour moderniser la ville. La première phase de la rénovation du cœur de ville est à présent terminée. Considérablement aérée avec une circulation et un stationnement amélioré, la ville offre une plus grande cohérence.
Une offre commerciale de qualité s’affirme.
De nouveaux bâtiments réalisés avec Hérault-Habitat abritent des commerces mais aussi des logements sociaux et le poste de police. Le fil rouge a été de conserver les services ou commerces de base dans le cœur de ville.
La poste par exemple a été maintenue au centre mais réhabilitée et dotée d’un parking à proximité. C’est cette même logique de maintien de la vie et de l’activité au centre ville qui est conservé pour les prochaines années

   

 

Thau-info : La première phase de la rénovation du cœur de ville étant à présent terminée quelle est votre prochaine étape ?

Francis Veaute :
Gigean est à l’origine un village médiéval typique de ces villages languedociens circulaires dont l'élément essentiel était la « circulade » une succession d'anneaux disposés régulièrement autour du noyau central sous la forme de rubans de maisons mitoyennes. La mise en valeur de la circulade fait à présent partie de nos priorités. Au-delà de l’embellissement du site il s’agit de maintenir l’identité de Gigean et d’en faire un atout économique. Nous sommes accompagnés dans ce projet par le Conseil d’Architecture et d’Urbanisme et de l’Environnement (CAUE) qui procède actuellement à un diagnostic de la situation et qui doit nous faire des propositions pour un plan d’aménagement et d’embellissement à l’horizon 2017/2018.

Thau-info : Le studium fera –t-il parti de ce projet ?

Francis Veaute :
La ville a déjà commencé la rénovation de ce lieu culturel de premier plan, point de départ vers la circulade. Encore peu connu il représente une richesse rare en Languedoc.
Nous avons entamé la procédure pour le classement de ce Studium en "monument historique". Notre dossier a déjà reçu un avis favorable de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) ce qui permet d’être optimiste pour la suite de la procédure. Rien n’est encore gagné mais si tout va bien nous espérons obtenir le classement officiel en 2016. Un tel classement nous ouvrirait des possibilités pour bénéficier d’aides et de subventions pour achever les travaux, à l’intérieur du bâtiment et aux alentours immédiats. La commune encourage d’ailleurs déjà la rénovation des façades du cœur de ville avec une aide qui peut atteindre 40% du montant des travaux.

 

le Studium

Attenant à l'église Saint-Geniès, le Studium fut crée au 14ème siècle par le pape Urbain V, dit le Bienheureux.
Urbain V, d’origine lozérienne et sixième pape en Avignon, favorise l'enseignement par la fondation de « studia », sortes de maison d'études supérieures destinées à préparer les jeunes gens aux universités. Il œuvre d’ailleurs à la création de plusieurs collèges universitaires en Europe (Orange, Cracovie, Vienne). Mais c’est surtout l'université de Montpellier, fortement ébranlée par les pestes et le passage des routiers, qui bénéficie de sa mansuétude. C’est alors la création du collège Saint-Germain, future faculté de médecine.
« Je souhaite que les hommes instruits abondent dans l'Église de Dieu. Tous ceux que je fais élever et que je soutiens ne seront pas ecclésiastiques, j'en conviens. Beaucoup se feront religieux ou séculiers, les autres resteront dans le monde et deviendront pères de famille. Eh bien ! Quel que soit l'état qu'ils embrasseront, dussent-ils même exercer des professions à travaux manuels, il leur sera toujours utile d'avoir étudié. »
Le collège pontifical de Gigean est construit vers 1364/65, période de répit succédant aux premiers désastres de la guerre de cent ans. Le choix de Gigean pour cette édification doit certainement beaucoup au fait que le seigneur de Gigean était à l’époque l’évêque de Maguelonne.

Source :  Véronique Lecigne (Clair de Plume)

 

Thau-info : Est-il envisagé d’aller plus loin dans l’aménagement du centre-ville?

Francis Veaute :
Oui bien sûr, c’est tout l’objet de la phase 2 du plan de rénovation. Cette phase démarre. Elle va amplifier la modernisation de Gigean avec des places (mairie, marché, poste) reliées entre elles de façon efficace.

L’ancienne maison des associations est tombée pour donner l’espace vers la place Charles de Gaulle (Jardins publics) et avec la nouvelle maison des associations greffée sur la salle polyvalente, l’environnement fera la part belle aux espaces verts. Le stationnement de proximité sera renforcé pour donner envie aux gens de déambuler, de se promener ou tout simplement de faire leurs courses en ville dans de bonnes conditions. L’idée est aussi de continuer d’ouvrir l’espace de la rue de l’hôtel de ville jusqu’à la D613 et nous travaillons dès à présent sur la transformation de cette D613 en boulevard urbain. Kléber Mesquida, le président du Conseil Départemental, y est favorable et j’espère lancer le projet dans les faits avant la fin de cette mandature. Ce boulevard aura des voies d’accès vers le centre bien visibles. Il sera un élément de l’image positive donnée aux visiteurs tout comme les entrées de la ville. Au-delà, une déviation deviendra nécessaire compte-tenu d’un trafic qui ne cesse d’augmenter sur cette D613 et qui atteint déjà les 18.000 véhicules par jour.

Thau-info : Et de l’autre coté, au sud de la D613 ?

Francis Veaute :
Nous allons créer un dojo, dédié aux arts martiaux, qui redonnera un peu de souplesse à l’actuelle halle des sports qui est saturée. Les terrains de tennis vont aussi être totalement repris et le nombre de courts passera à 4 d’ici 2017. Un 4ème groupe scolaire sera implanté d’ici 2 ans, ce qui soulagera les autres établissements de la ville et évitera aux enfants du quartier sud de devoir traverser la D613 pour aller à l’école.

Thau-info : Dans le futur Gigean le vélo aura-t-il encore une place?

Francis Veaute :
En ville l’espace doit être partagé et sécurisé entre les usagers. Le vélo y aura bien sûr toute sa place. Gigean va aussi se greffer sur le réseau de pistes cyclables de l’Hérault. Une voie cyclable est ainsi prévue pour relier Gigean à Balaruc-le-vieux via Issanka, la connexion avec la voie cyclable de Montbazin-Fabrègues et celle avec la boucle départementale Cournonsec Fabrègues seront des réalités dans les toutes prochaines années. La signalétique sera renforcée sur toutes les pistes.

Thau-info : La commune de Gigean est étendue, avez-vous aussi des projets au-delà du centre-ville ?

Francis Veaute:
Dans le cadre du plan de gestion de la Gardiole, nous travaillons avec le Département, la comité départemental de la randonnée pédestre et la Pastorale du Tourisme.
L’idée est d’insérer Gigean dans le projet de la renaissance du chemin des Romieux. Un chemin qu’empruntait les pélerins de Saint-Jacques de Compostelle en suivant la voie qui passait par Montpellier, Saint-Jean-de-Védas, Gigean, Saint-Thibéry, Béziers, Capestang, Homps, Carcassonne, puis Saint-Jean-Pied-de-Port, pour finalement rejoindre Saint-Jacques-de-Compostelle.
Ce futur chemin de grande randonnée – le GR 78.1 – devrait être homologué auprès de la Fédération française des randonnées pédestres, une étape vers la reconnaissance officielle de Grand Itinéraire Culturels européen. Sur les hauteurs de la Gardiole, les marcheurs auront une vue exceptionnelle sur la mer et fera de Gigean une étape clé. La Ville va créer une Maison du Pèlerin, elle va encourager la création de gîtes pour héberger les futurs pèlerins et favoriser les retombées pour le commerce local.
Par souci d’efficacité, nous avons parallèlement obtenu de Thau agglo la reprise en direct de la valorisation de l'Abbaye Saint-Félix-de-Montceau en liaison avec l’association de bénévoles qui travaille sur le site depuis 45 ans.

Thau-info : Dans cette dynamique positive à l'œuvre sur Gigean, les ainés auront-ils encore une place ?

Francis Veaute:
Moderniser la ville ne veut pas dire oublier nos anciens, d’autant que près de 20% de la population est constituée de retraités. Nous attachons donc beaucoup d’importance à la qualité de vie de personnes qui avancent dans l’âge. Repenser le cœur de ville pour qu’il reste un lieu de vie fait bien parti de nos préoccupations.
Au-delà, parmi les projets concrets à court terme, on peut citer la construction d’une Résidence pour les seniors sur le modèle de celle gérée par le bailleur social Les Villages d’Or à Fabrègues. Ce type de résidence comprend des appartements à loyers modérés et dispose sur place d’un foyer commun, d’une animation et de services adaptées à ces personnes : repas à domicile, coiffeur, etc. Les seniors pourront ainsi être chez eux, avec leurs propre mobilier, mais ils disposeront sur place de toutes les commodités de la vie quotidienne, avec en plus les commerces et services médicaux à proximité. Les appartements qu'ils libèreront, devenus trop grands ou trop lourds à entretenir pour eux , seront aussi les bienvenus pour loger d'autres familles avec enfants.

 propos recueillis par Jacques Carles

Laurent Vidal succombe

Laurent Vidal est décédé mardi matin à son domicile de Gigean d’une crise cardiaque. Agé de 31 ans, il était un spécialiste du triathlon et avait terminé 5° des derniers Jeux Olympiques à Londres ( en photo). Il avait été 3 fois champion de France du triathlon.
L’athlète avait déjà eu plusieurs alertes, dont un malaise, en 2010 en Australie, avant un premier arrêt cardiaque, en 2014, lors d’un entraînement dans la piscine Raoul Fonquerne de Sète. Laurent avait juste eu le temps de sortir de l’eau avant d’être pris en charge par les pompiers.

Théâtre "Viens voir"

Présentation humoristique de la saison 2015/2016 de la Scène Nationale

Régis Kermorvant a présenté, le samedi 3 octobre à la salle des Séniors Gigeannais, le programme de la saison 2015/2016 de la Scène Nationale. Un spectacle portatif et participatif sous forme de résumés à l’issue desquels le comédien consultait le public pour savoir si il fallait garder les pièces présentées dans la programmation.

L'occitan avec LO PELHÒT

Si vous avez de 8 à 88 ans, si vous êtes intéressés par l'occitan, c’est le moment de rejoindre LO PELHÒT

Dans une ambiance conviviale, et de manière ludique 2 ateliers par semaine sont proposés : le mardi de 17H 45 à 19 H 45 et  le vendredi de 18 H 30 à 19H 30 aux débutants et/ou aux personnes déjà imprégnées de nostra lenga d’ÒC . Un atelier enfants est aussi envisagé .

Vous bénéficierez de 2 cours d’initiation gratuits avant de prendre votre décision . 
Pour tous renseignements complémentaires : 06 38 48 98 44 ou  06 62 43 91 25

PATCHWORK BOUTIS BRODERIES CULTURE ET TRADITIONS OCCITANES
4 rue des Serins 34770 GIGEAN
Tél 04 67 78 88 89 – mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Trous noirs à l'abbaye Saint Félix de Monceau

Trous noirs à l'abbaye Saint Félix de Monceau" de Bernadette Boissié-Dubus aux éditions Clairdeplume34.

Lorsqu’elles grimpent en vélo la colline qui conduit à l’abbaye Saint Félix de Monceau, Morgane, Léa et Laurie élèves au lycée « La Gardiole » de Gigean sont loin d’imaginer que leur vie va tourner au cauchemar.
Mélodie, la petite sœur de Morgane qui les accompagne, disparaît dans des circonstances invraisemblables. A l’abbaye Saint Félix de Monceau, c’est la panique générale. La gendarmerie a investi le site devenu « scène de crime » même si aucun corps n’ été retrouvé.
Après un violent orage, quand Laurie, férue d’histoire, se retrouve au petit matin sur la colline avec Albin, Léa et Paul parti à la recherche de sa fille, elle se rend bien compte que l’église qui leur fait face n’est pas l’abbaye mais une chapelle romane wisigothique. Pourtant, ils sont toujours au même endroit sur la Gardiole d’où l’on aperçoit la mer, le mont Saint Clair… mais pas Sète ! Rien ne ressemble à la Gardiole du XXIième siècle.
D’autres disparitions s’ensuivent aussi étranges les unes que les autres : Morgane, sa mère, l’archéologue de l’abbaye, Alain passionnément amoureux de la Gardiole, et même des scientifiques au-dessus de tout soupçon.
Hallucinations collectives ? Publicité de mauvais goût créée par les chercheurs pour faire connaître leurs travaux et obtenir des fonds? Opération de grand banditisme? Rien n’est moins sûr.
Que se passe-t-il sur ce site réputé si paisible ?
La sorcière Elisèu et le druide Calixte sont-ils les fomenteurs d’un complot à travers le temps?
Qui pourra arrêter la folie d’un homme capable de plonger la terre dans le chaos pour satisfaire son amour du pouvoir ?

Avec de nombreux dessins personnels sur l'abbaye, la flore locale et les grottes (d'après des photos de grottes d 'Alain Campos), et des journaux que j'ai spécialement fabriqués pour les besoins de l'histoire.

De la Spiruline dans la Gardiole

La Spiruline est une algue extrêmement ancienne , puisqu'elle aurait été à l'origine de la vie sur terre. Elle a su se défendre contre toutes les agressions et traverser les siècles et les bouleversements climatiques. Les Aztèques et les Incas furent parmi les premiers à cultiver cette algue bleue-verte.

Au pied de la Gardiole, dans un havre de paix, on trouve la seule exploitation d'aquaculture du bassin de Thau et de production de Spiruline, qui est un produit artisanal, naturel.

Gérôme Reboul, ancien plongeur professionnel s’est reconverti a l’aquaculture en 2010 après avoir passé deux ans à apprendre la profession de technicien au sein du  « Creufop » de Sète (Service Formation Continue Universitaire à la station de biologie) enfin obtenir un diplôme permettant l’installation de son concept au Mas de Vallez, situé dans la Gardiole, sur le territoire de la commune de Gigean.

A partir d’une souche de Spiruline, Gérôme ensemence généralement  ses bassins pour la période du moi de Mai, protégé par des serres, la Photosynthèse et la Magie de la Nature déclenchent un procédé qui accélérera la prolifération d’une algue microscopique qui sera par la suite travaillée, jusqu'à la fin octobre puis transformée en lamelles pour être séchés dans des séchoirs obscurs puis broyés avant transformation commerciale .

Cette algue séchée a des vertus sur la santé qui ne sont plus a citer et en plus c’est un excellent aliment complet et Naturel ! Précise Gérôme qui ne dévoile pas tout, secret de fabrication oblige.

D’une couleur vert émeraude, la spiruline en paillette sera transformée par un laboratoire en gélules, savons, poudre, en comprimés …

Sous la férule de la Tour de Guet et la protection d’Eole, Gérôme le « Bio Man » est un homme manifestement heureux …

A.S en collaboration avec A. Campos