Poussan

Un beau Mardi Gras de tradition

Pour les enfants, en ce Mardi gras, le rendez-vous avait été fixé à 18 h, devant la mairie. Alors que les jeunes danseurs du Branle de la chemise étaient soit des petits de la Maternelle soit de l'élémentaire, cette année, 4 groupes étaient présents pour le chevalet, des élèves des CM1 des 2 écoles : 3 des Baux, 1 de Véronique Hébert, respectivement entraînés par Michel Bernabeu et par Béatrice Adgé.

Les beaux chevaux étaient prêts pour la fête, les bébés portés par les parents aussi et de plus le temps était de la partie.

Les candidats au fameux branle de la chemise, le tube de la soirée, étaient  nombreux, le public était impressionnant. La soirée s'annonçait des plus belles.

La plupart des danseurs avaient un peu répété la chorégraphie avec son saut particulier car les parents poussannais les avaient initiés à la danse. En présence des Dauphines de Miss Poussan 2015, et aidés par des volontaires et des membres du Carré d'as, en présence de Guy Rive, Maître de cérémonie, ils sont partis de la place de la Mairie. Les bougies étaient rares, les enfants suivaient tant bien que mal le rythme imprimé par les musiciens sur l'air du : "Diga-me Jacou, Diga-me Margarita, per de qu'aves mes la camisa poulida?", mais tous sentaient qu'ils vivaient un moment important, au cœur de la tradition poussannaise.

Habillés de blanc, même en poussette pour les plus petits, ils n'avaient pas tous la tenue réglementaire. Leurs ancêtres ne diront rien, ils préfèrent que des jeunes soient prêts à prendre le relais.

Car si la légende veut qu'il y a des siècles, des Poussannais, lassés par les exigences de leur seigneur, se présentèrent un soir devant le château, affublés d'une chemise de nuit en attestant qu'ils n'avaient plus rien, ils doivent être fiers que Poussan ne les ait pas oubliés.

Ils précédaient les  groupes du chevalet. Les musiciens venus de Mauguio, Jean-Michel et Marie-Josée Lhubac, formés par des Poussannais comme Fabien Martinez, Messieurs Larose et Patissier, eux qui n'oublient jamais ce rendez-vous, avaient invité des amis et rajoutaient même des paroles à leurs interprétations musicales.D'autres étaient sur la route, car à 21 h, des Cévennes, de l'Ardèche ou de la Montagne noire, de Millau et des Hauts cantons, fifres, clarinettes et hautbois, tambours traditionnels et boudègues se rassemblaient pour réveiller dans son château, l'esprit de ce seigneur. Poussan devient ainsi un haut lieu de rendez-vous pour les hautboïstes.

En attendant, un foyer des campagnes bien rempli accueillait avec chaleur et ferveur les danseurs en herbe qui poursuivaient leur tendre queue leu-leu durant quelques instants.

Le calme se fit : les groupes d'interprètes du chevalet allaient se succéder pour une danse rituelle qui chaque année fait honneur aux chevaux et à tous les métiers qui s'y rattachent.

C'était parti, on prenait du plaisir et l'on appréciait la synchronisation des danseurs qui assureront plus tard le respect de la tradition. De longs applaudissements les remerciaient.

Avant que les adultes ne se rassemblent vers 20 h 45, il faisait bon partager un dernier repas tiré du sac. Rien de plus convivial. Encore de l'ambiance alors que des musiciens arrivaient encore et encore.

A 21 h, à partir des Halles, puis du café Beauséjour, une théorie de silhouettes blanches s'est formée avec l'accompagnement énergique des 30 musiciens qui s'étaient rassemblés au Foyer.

Une fois accrochés les uns aux autres, plus de 150 sauteurs, derrière Michel Bernabeu et Guy Rive, Maître de cérémonie, ainsi que derrière les Miss poussannaises, se sont engagés dans les ruelles du centre ancien à la  lueur des flambeaux et des lanternes.

Ils ont longé les châteaux et l'église, ont exploré le centre ancien tout en chantant,  puis sont redescendus vers le foyer en décrivant de joyeuses arabesques.

De plus en plus forte, la musique a alors entraîné les danseurs dans une queue leu leu se transformant en farandoles et en chenilles.

Et le nombre de participants a encore augmenté. Un moment inoubliable pour eux comme pour les musiciens heureux de partager leur passion. Le tout, qui avait commencé par un vin chaud, s'est terminé par un petit colimaçon bien sympathique.Pour interpréter le  chevalet dans les  règles de l'art Jérémy Galindo était au cheval, Jérémie Garcia meneur au tambourin, Jonathan Bell , Terry Adgé et Jean-Philippe Hummel les accompagnant. Ils sont alors apparus très motivés et même sans pantalon, pour le plus grand plaisir des spectateurs qui allaient vivre un moment d'anthologie.

Leur danse fut  appréciée par le public puisqu'ils revinrent par deux fois.

Il fallait tout de même se séparer après avoir profité des groupes, enfants et adultes, qui ont dansé ce chevalet. Quelques carnavaliers poursuivaient la soirée par des danses traditionnelles sur des airs occitans qui résonnaient encore beaucoup plus tard dans les cœurs et dans les corps et même dans les rues.

La soirée "Tradition" avait tenu ses promesses. Les plus vaillants allaient la  poursuivre par le bal avant que le Paillasse ne soit jugé ce mercredi.

Pour le chevalet et ses accompagnateurs, danseurs et musiciens, la fête se poursuivait chez José afin que le partage soit complet jusqu'au bout.


Une belle nuit des carnavaliers

 

  Ce lundi soir, après le bal des enfants, à partir de 21 h, les juniors et les adultes avaient l’occasion de s’amuser une bonne partie de la nuit dans un Foyer des Campagnes toujours en forme pour le carnaval de Poussan.

  Les carnavaliers très nombreux, n’ayant pu dépenser leur énergie durant la cavalcade, étaient au rendez-vous, bien motivés avec une formidable envie de s’amuser une bonne partie de la nuit.

  Certains avaient eu la bonne idée, avant ce regroupement, comme la veille pour le déjeuner, de rester ensemble. Pour ce faire, ils avaient partagé l’apéritif, puis le repas à différents endroits dans Poussan.

 Des membres de groupes de carnavaliers étaient réunis dans une ambiance chaleureuse qui laissait entrevoir une belle participation au bal masqué.

 

 Dès 21 h, les membres du Comité des Fêtes les attendaient au buffet et à la buvette au cas où l’énergie ferait défaut. De son côté, le DJ d’Enzo’L faisait monter la pression.

Petit à petit, les carnavaliers arrivaient, souvent discrètement, quelquefois fort nombreux.

  Non identifiables dans la plupart des cas, même en groupes. l’ambiance était magique. Des danseurs sans nom se laissaient entraîner par une musique qui allait les emporter durant quelques heures.

 S’amuser et danser sur des rythmes endiablés, déambuler sans être reconnu, permettait à chacun de prendre un grand plaisir durant cette soirée.

 Enzo’L s’adaptait aux besoins des militaires ou des Religieuses de Poussan et des squelettes, des lapins et des clowns, les stimulant par toutes sortes de musiques entre « dance » et techno. Dans cette ambiance psychédélique ou chacun avait changé d’identité, entre loups et grenouilles , entre motards et grappes de raisins, même Jésus faisait son apparition. Il se joignait aux autres et participait à ce bal pour passer une folle nuit, sur des musiques enivrantes.

  Poursuivre la soirée dans l’intimité du Foyer était pour eux une bien belle aventure…

Le Malade Imaginaire au Domaine d'O

  EscapadeS vous propose une sortie au Domaine d'O pour une pièce du répertoire classique, "LE MALADE IMAGINAIRE" de Molière.

  Une semaine avant son décès, le 17 février 1673, Molière joue pour la première fois le rôle d’Argan au Théâtre du Palais Royal. La pièce, nimbée par la mort sur scène du plus grand auteur classique français, se pare immédiatement d’une notoriété jamais démentie. Malade, Molière l’était sans aucun doute. Mais sa satyre féroce d’un monde médical ignorant et imbu d’un savoir rétrograde dépasse largement son expérience personnelle. Son malade est imaginaire, un hypocondriaque drolatique qui, pour guérir, a fait rire des générations de spectateurs.

  Le Malade imaginaire, trentième et dernière comédie de Molière, reste éternellement liée au sort de son auteur. Jouée pour la première fois le 10 février 1673 au Palais-Royal, cette comédie-ballet en trois actes et en prose, avait été écrite initialement pour être représentée à la cour à l'occasion du Carnaval. Elle connut, dès le premier soir, un immense succès. Le 17 février, au soir de la quatrième représentation, Jean-Baptiste Poquelin mourait, après avoir incarné une dernière fois le rôle d'Argan. Au moment de la cérémonie des médecins, il fut pris d'une convulsion, qu'il dissimula dans un sourire. Le rideau baissé, il fut transporté chez lui et mourut dans la soirée. La mort de Molière donne au Malade imaginaire, une dimension particulière dans le théâtre de langue française.

 

  La pièce condense tous les motifs des œuvres précédentes : le mariage forcé, la critique de la médecine, des faux-semblants et le regard amusé sur la nouvelle bourgeoisie urbaine et enfin, et peut-être surtout, la maladie et la mort.

En savoir plus sur : http://www.domaine-do-34.eu/spectacles/tous-les-spectacles/le-malade-imaginaire#sthash.ICbAWO5b.dpuf

 
Ce spectacle est conseillé à partir de 11 ans, vous trouverez plus d'informations en suivant ce lien : http://www.domaine-do-34.eu/spectacles/tous-les-spectacles/le-malade-imaginaire
 
La représentation aura lieu le samedi 28 mars à 20h au théâtre Jean-Claude Carrière.
Distribution : 

  Avec : Jean-Claude Durand. Philippe Faure. Norah Krief, André Marcon. Catherine Matisse. Bruno Ricci (distribution en cours) 

Mise en scène Michel Didym
Musique : Flavien Gaudon. Philippe Thibault
Scénographie : Jacques Gabel
Lumières : Joël Hourbeigt
Costumes : Anne Autran
Assistante à la mise en scène : Anne Marion-Gallois

- See more at: http://www.domaine-do-34.eu/spectacles/tous-les-spectacles/le-malade-imaginaire#sthash.ICbAWO5b.dpuf

 
 
Le tarif est de 12€ par personne
                      5€ pour les bénéficiaires du RSA
                      1€ pour les collégiens de l'Hérault
 
  Si vous êtes intéressés, merci d'en informer EscapadeS le plus rapidement possible et de faire parvenir le règlement avant le 28 février (ainsi que la copie de la page de garde du carnet de correspondance pour les collégiens).

 

Guy Rives ouvrira la cavalcade du Carnaval 2015

 

  Ce samedi, à 19 h, le comité d'organisation du carnaval et plusieurs membres du carré d'As et du Conseil Municipal s'étaient joints aux carnavaliers pour lancer le Carnaval 2015 qui se terminera mercredi prochain avec ses points forts comme la cavalcade, les bals masqués, les danses historiques et folkloriques ainsi que le procès du Paillasse, des événements uniques devenus des références régionales. Mais ce samedi, c'était le jour de l'intronisation du Maître de Cérémonie.

  Après que Danielle Bourdeaux ait félicité le public présent pour son soutien, Michel Bernabeu revenait sur le déroulement des festivités et sur la formidable motivation de tous les acteurs de ce carnaval depuis le 28 octobre : "Des petites mains qui ont réalisé des fleurs, aux carnavaliers pour les chars jusqu'aux services techniques de la Mairie, tout le monde est à féliciter. Ce devrait être magique."

Entourée par Miss Poussan 2015, Mathilde Lefevbre, et par ses dauphines, Anaïs Moréno et Victoria Serrano qui seront les Reines de la Cavalcade, Arlette Rive-Adgé allait remettre la médaille du carnaval qu'elle détenait depuis le carnaval 2014. Elle précisait qu'il était temps de transmettre le flambeau pour un Carnaval 2015 qui devrait être de toute beauté. D'autres illustres Poussannais avaient eu l'occasion de la précéder dans cette fonction comme Roland Adgé, André Salvan ou Maurice Bousquet, José Sanchez, Mr Rodriguez, Josette Rouzier et Bernard Rigal, et bien d'autres comme Cathy Bourdeaux, Laure Raillard et Marie-Ange Rustan.

 

  Chacun a assumer avec brio ses responsabilités. Cette année, c'était Guy Rive qui la recevait, une Poussannais attaché aux traditions du village, au développement culturel de la cité et à l'animation de Poussan puisque il fut chargé de ces domaines lorsqu'il était Adjoint au Maire de Poussan.

Après qu'Arlette ait souhaité à Guy un agréable carnaval, le nouveau Maître de Cérémonie tenait à adresser quelques mots à l'assistance : "Je suis heureux de guider la cavalcade et avec Valérie Ferrer nous essayerons de faire en sorte que la tradition soit respectée avec les enfants qui la perpétueront et avec les adultes qui en seront les témoins. Je déclare donc le Carnaval 2015 ouvert, cet événement qui est le fruit de la volonté de bénévoles qui  s'investissent. Sans eux le Carnaval n'existerait pas."

 

  Il ne restait plus à Monsieur le Maire qu'à revenir sur tout le travail fourni dans et autour du Hangar Decoux qui devient un lieu incontournable pour la préparation du Carnaval. Tout s'est bien passé jusqu'à aujourd'hui précisait-il tout en rappelant quelques consignes de sécurité pour que ces 5 jours de fête soient vécus avec sérénité.

  Quant à la météo, il faudra attendre, ce 15 février à 11 h, pour qu'une décision soit prise, avec un possible report à dimanche prochain.

Il était temps de partager le verre de l'amitié qui lançait officiellement les festivités.


 

Légère hausse pour la collecte de sang

 A Poussan, les collectes de sang ont lieu le régulièrement, à la salle Jean-Théron du Jardin Public. Le Docteur responsable de la journée de prélèvements de ce lundi 2 février précisait que 56 personnes s'étaient présentées et qu'il y avait eu 53 prélèvements : une légère hausse.

Et un nombre qui rassure le Docteur responsable de cette visite.

 En France, chaque année, plus de trois millions de dons de sang sont nécessaires pour assurer la survie des malades et blessés auxquels il manque un composant sanguin. Cependant,  4 % des Français de 18 à 65 ans en âge de donner leur sang effectuent chaque année ce geste indispensable de santé publique.

 Il suffirait d'un don supplémentaire par an et par personne pour répondre à l'augmentation des besoins avec des périodes de tension.

 "Les donneurs du groupe O sont particulièrement recherchés mais toute personne reconnue médicalement apte au don par le médecin de prélèvement peut donner."
N'oubliez pas, avec un petit effort, vous pouvez faire un grand geste pour une bonne cause.

 Vous contribuerez à permettre à l'EFS de faire face aux nombreuses demandes des hôpitaux et des cliniques.

Plus de 200 carnavaliers prêts pour les festivités

 

 Programmé pour ce vendredi 6 février, en soirée, dans le hangar du garage Decoux, là où se réalisent la plupart des nombreux chars qui défileront lors de la cavalcade du 15 février, et où les carnavaliers ont passé de nombreuses soirées depuis le premier de l'an, leur repas marquait le départ officieux des festivités du Carnaval 2014.

  Cette année, avec plus de 20 groupes concernés et avec un hiver assez clément, ils étaient plus nombreux que d'habitude à travailler, l'après-midi ou le soir, après une longue journée, pour que les chars de leurs groupes animent la cavalcade dans les rues de Poussan.

  

Ce vendredi, on le sentait, les cœurs et les corps étaient dans les starting-block, prêts à mettre leur énergie dans un carnaval qu'ils aiment vivre chaque année

   

Ils avaient retenu cette date avancée, histoire de mieux se connaître et de partager une soirée festive. Pour certains, elle allait se prolonger jusqu'au bout de la nuit .

Le froid s'était invité mais la paella de Franck et l'apéritif qui la précédait aller réchauffer l'ambiance.

 Elle permettait aux différents groupes de se rencontrer pour se préparer aux festivités communes qui les attendent.

 

 

 Chacun des 200 participants  pouvait apporter des boissons, du pain , une salade ou un dessert, mais avec ses 20 kg de riz, Franck comptait en rassasier un bon nombre.

Si dans un premier temps l'apéritif permettait aux groupes de former des unités, ensuite, c'était l'union qui prenait le dessus pour fêter la participation de tous au carnaval 2015.

 

 

Tandis que la soirée avançait, pris dans l'ambiance, l'on se projetait dans un carnaval qui devrait être éclatant, vu le nombre de chars ainsi que celui des participants...

Les écoles maternelles ont ouvert le carnaval

   Ce vendredi 6 février avait été retenu  depuis plusieurs semaines. Avant le bal masqué des enfants au Foyer des Campagnes, avant leur participation à la soirée des traditions, dans 10 jours, les élèves avaient l'occasion de partager un moment festif, entre eux, à la veille des congés scolaires. Il était prévu de réunir les 2 écoles pour danser et s'amuser durant plus d'une heure mais avec les conditions météorologiques et de nombreux enfants fatigués ou malades la rencontre a été remise à plus tard.

  Encadrés par le personnel de l'école, les élèves de l'école maternelle les Baux ont pu assister à une démonstration de la danse du chevalet par des élèves bien plus grands qui s'étaient entraînés depuis début janvier.

  Après ce spectacle bien animé retour à la Maternelle pour danser et s'amuser sans retenue dans la salle d'évolutions : rondes, farandoles, queue leu-leu, danse des canards et autres chansons rythmées se sont succédées pour que chacun puisse profiter de ce moment festif.

  Quelques farandoles ont même été improvisées dans les couloirs de l'établissement puis les élèves ont pu participer à une bataille de confettis bien sympathique mais cette fois en extérieur.

Pour certains, ce fut une découverte, pour d'autres c'était l'occasion de se laisser aller avant les congés scolaires

  Après cet autre moment récréatif il fallait mettre un terme à cet après-midi ludique annonciateur d'un carnaval animé.

 

Dernière réunion avant le repas des carnavaliers

v

 Programmé pour ce vendredi 6 février, en soirée, dans le hangar du garage Decoux, là où se réalisent la plupart des nombreux chars qui défileront lors de la cavalcade du 15 février, et où les carnavaliers ont passé de nombreuses soirées depuis le premier de l'an, leur repas devrait marquer le départ officieux des festivités du Carnaval 2015.

 

Ce mardi 3 février la dernière réunion entre les carnavaliers et le Comité Carnaval portait tout d'abord sur le programme définitif de la cavalcade :

                                              

  A noter qu'il est nécessaire que dès l'intronisation du Maître de Cérémonie il y ait un maximum de présents. D'ailleurs en ce qui concerne l'aubade du dimanche matin, elle sera donnée en centre ville mais aussi à la Fontête et au quartier de la Gare pour atteindre le même objectif.

Pour assurer un maximum de sécurité, durant la cavalcade, des Frontignanais qui aiment le Carnaval seront présents autour du Comité carnaval poussannais ainsi que la Police Municipale relayée le soir par la Gendarmerie Nationale. Pour les autres soirs, Police Municipale et Gendarmerie seront aussi présents pour rajouter une sécurité nécessaire et éviter des débordements.

 

Avec plus de 25 musiciens et de nombreux hautboïstes pour le Branle de la Chemise du mardi il faut qu'il y ait plus de 100 danseurs au minimum, c'est un défi à relever. Moyennant une caution de 10 €, tous ceux qui n'ont pas de tenue pourront retirer les lundi 16 et mardi 17 au matin, au ¨Point Info, un bonnet et une chemise réalisés par les Fées Clochettes qui sont remerciées pour leurs efforts.

 

Autre bonne nouvelle, le cochon sera bien présent et pourra tourner grâce à plusieurs costauds. Il a été repeint l'an dernier et sera révisé dans la semaine pour représenter Poussan au mieux.

Après quelques questions soulevées par des responsables de groupe, il ne restait plus qu'à établir l'ordre des chars et des penas afin que la cavalcade soit harmonieuse visuellement et musicalement.

 A savoir : les carnavaliers devront se rassembler le dimanche 15, au Hangar Decoux, vers 13 h 30 pour être opérationnels à 14 h, heure de départ de la cavalcade.

 

Tambourin : Les résultats de la série B

Cette semaine, seules les équipes de Série B masculines jouaient.

 

La Masculine B1 a battu celle de Vendargues par 13 à 11 après avoir été menée 11 à 7.

La Masculine B2 a battu Gignac par 13 à 5.

La Masculine B3 a perdu à Mèze par 13 à 5.

Les seniors 2 s'inclinent à Balaruc

  Ce dimanche à 15 h, les seniors 2 du CAP rencontraient ceux de Balaruc les Bains. Classés en milieu de tableau, les joueurs de Balaruc ne comptaient pas se laisser faire à domicile.

  Poussan a donc souffert. Avec 2 à 1 à la pause grâce à un but de Sylvain Daumas qui avait réduit le score (38ème), même si le CAP était dominé, ce n'était pas catastrophique. Mais les seniors 2 sentaient que le plus difficile restait à venir.

  Avec 2 buts de Balaruc, coup sur coup, après la reprise, ils comprirent que tout espoir de gagner s'échappait. Et ce n'était pas fini : Un 5ème but suite à un face à face et un 6ème sur un pénalty pour des locaux satisfaits de leur prestation.

  6 à 1, un week-end à oublier pour le CAP qui a quinze jours pour se refaire une santé.

Monseigneur Claude Azéma présidait la messe du dimanche

  Ce dimanche 1er février à 10 h 30 en l'église Saint Pierre de Poussan, une messe pour les migrants et réfugiés était concélébrée et présidée par Mgr Claude Azéma.

  Celui-ci précisait de nombreux croyants que si l'on ne choisissait pas sa famille et ses frères ou sœurs que l'on aimait, l'on ne choisissait pas aussi nos voisins et ceux qui vivent autour de nous. Il faut les aimer même s'ils sont migrants ou réfugiés en sachant quelquefois leur apporter aide et réconfort.

  Après ce message de paix et d'Amour, un repas tiré du sac était partagé au Foyer des campagnes de Poussan.