échos

Les globe-trotteurs poussannais maintenant à Bali et leur film

Ils sont partis le 4 juin 2018, le jour du 10ème anniversaire de leur fille, Lola.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Aurélie et Julien Anselme, de jeunes Poussannais effectuent avec leur fille Lola, âgée de 10 ans, un tour du Monde non pas en 80 jours, mais au contraire en un an, en profitant au mieux des pays découverts.

Voir : http://thau-infos.fr/index.php/commune/poussan/les-nouvelles-de-poussan/34995-tour-du-monde-des-poussannais-osentAprès le Sri Lanka, et la Malaisie les voilà à Bali.jumpBali est une île d’Indonésie située entre les îles de Java et de Lombok. Elle fait partie des petites îles de la Sonde. Sa superficie est de 5 637 km2. La population de l’ensemble des îles de la province de Bali était de 3 890 000 habitants en 2010, soit une densité de 690 habitants/km2. Administrativement, l’île fait partie de la province du même nom et accueille sa capitale (ibu kota), Denpasar, dans le sud de l’île.

L’île de Bali se trouve à 2,3 km à l’est de Java, à 36 km à l’ouest de Lombok et approximativement 8 degrés au sud de l’Équateur. Bali et Java sont séparées par le détroit de Bali. D’est en ouest, l’île mesure approximativement 153 km de longueur. Elle s’étend sur environ 112 km du nord au sud. Sa superficie est de 5 637 km2.


La chaîne montagneuse du centre de Bali comprend plusieurs pics de plus de 2 000 mètres d’altitude. Le plus haut est l’Agung (3 142 m), un volcan actif baptisé la « mère montagne ». La chaîne s’élève du centre vers l’est, avec l’Agung dominant à l’extrême est. La nature volcanique de Bali contribue à son exceptionnelle fertilité et ses hautes chaînes montagneuses provoquent les fortes précipitations favorisant la forte production du secteur agricole. La vaste zone descendant du côté sud des montagnes est consacrée à la culture du riz. Les pentes du côté nord descendent plus fortement vers la mer. C’est le principal secteur de la production de café de l’île où l’on trouve également des légumes et du bétail. Le fleuve le plus long, la rivière Ayung, coule sur approximativement 75 km. Bali n’a pas de voies navigables importantes. La rivière Ho est cependant empruntées par de petits sampans.

L’île est entourée de récifs coralliens. Les plages du sud sont de sable blanc quand celles du nord et de l’est sont de sable noir. Les plages de sable noir entre Pasut et Klatingdukuh ont été développées pour le tourisme mais en dehors de celles proches du temple de Tanah Lot, elles ne sont pas encore utilisées de manière significative.

Source Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bali

Pour les suivre :https://www.instagram.com/familytrotter/

Maxime MOLTO s’impose chez les curistes

SJB Lourds/Moyens

Ce 15 août chez nos amis Balarucois, s’il y a bien un homme qui était au-dessus du lot, c’était bien Maxime MOLTO (APSM), et Il signe là, sa quatrième victoire en terre Balarucoise.

Dsc 2658

Il remporte ce tournoi devant un grand Christian LAUTREC (SNJA) 2ème prix, un autre et sympathique Agathois Olivier LECOUTEUR (SNJA) prendra le 3ème prix, et un Stéphan GOMES (NLM) très en forme en ce moment 4ème prix.

Simon CASELLI (LAS) viendra compléter le tableau en remportant le challenge T.Rouvière - S.Azemat, récompensant le meilleur moyen du tournoi.

Tout savoir sur : http://www.joutes-languedociennes.com/

Fiest'A Sète 2018 : Merci à tous !

taratataCapture

 
 
"Nous pouvons aisément dire que la 22e édition de Fiest'A Sète s’est achevée en fanfare (avec Dirty Dozen Brass Band) !
Vous étiez 30 000 à participer avec ferveur à cette édition, toutes manifestations confondues."
 
En quelques chiffres Fiest'A Sète 2018 ce fut : 18 jours de festival, 10 lieux, 21 groupes des 4 coins du monde et de la région, soit plus de 200 artistes, 10 DJs, 6 escales musicales gratuites autour du Bassin de Thau et Sète, 7 soirées thématiques avec 2 artistes par soir au Théâtre de la Mer, 3 séances de cinéma, 4 tchatches musicales, 7 before à la plage, 1 marché aux disques vinyles, des expositions et des ateliers enfants avec la Petite Épicerie du MIAM...
 
"Cette 22e édition a été marquée par de nombreux temps forts. Le festival a débuté avec les traditionnelles escales musicales à Poussan, Marseillan, Balaruc-les-Bains et Sète, avec une remarquable série de concerts gratuits ; de l’Éthiopie éternelle de notre groupe régional Ethioda au set endiablé des Maliens de Bamba Wassoulou Groove, en passant par l’étonnante pop turque de Derya Yildirim & Grup Simsek, l’African Salsa Orchestra et ¿Who’s The Cuban? honorant notre amour originel à la scène cubaine, Koko Dembele, légende du reggae malien, ou encore la création originale Maa NGala célébrant la rencontre Sénégal / Venezuela. Sans oublier les incontournables rendez-vous à la plage avec Émile Omar et sa Tropical Discoteq, et la soirée Elektropik Mix de notre partenaire historique Radio Nova."
 
"Puis, notre festival s'est tourné vers le magique Théâtre de la Mer, pour des soirées hautes en couleurs, avec vue sur mer !
La flamboyante diva colombienne Totó la Momposina a célébré dignement ses 78 ans en donnant un concert mémorable, précédée des trublions psychédéliques des Meridian Brothers. Kid Creole & the Coconuts a apporté de nouveau sa folie et son univers musical bigarré, à l’instar de Dee Dee Bridgewater, offrant une revue Memphis des plus alléchantes et généreuses. Mahmoud Ahmed, Etenesh Wassié, Girma Bèyènè et Akale Wubé ont été réunis pour fêter les 20 ans du label Éthiopiques avec un concert puissant et majestueux. Zara McFarlane a séduit avec son groove, mélange de jazz, de soul et de sons jamaïcains, quand Mélanie de Biasio envoûtait l’audience de ses touches musicales délicates. Nous n’étions pas peu fiers d’accueillir en avant-première la reformation du mythique Maravillas de Mali & Mory Kanté, pour un show piquant et festif, chargé de souvenirs. N’oublions pas la nouvelle génération, encore une fois à l’honneur cette année, avec le génial percussionniste cubain Pedrito Martinez, le représentant éclairé de la nouvelle scène éthiopienne Gili Yalo, la douceur jazz et la puissance soul de notre groupe régional Free River, le P-Funk détonnant des Horndogz et le puissant blues créole du trio Delgres, à l’avenir certain. Nous n’aurions pu rêver meilleure clôture que la folie contagieuse du Dirty Dozen Brass Band, emblématique fanfare de la Nouvelle-Orléans, soufflant une musique vertigineuse sur un public conquis."
 
Le festival remercie ses partenaires : la Ville de Sète, la Région Occitanie / Pyrénées Méditerranée, le Département de l'Hérault, Sète Agglopôle Méditerranée, ses partenaires privés, les médias, les artistes, les bénévoles, les équipes professionnelles et surtout le public, pour sa fidélité, sa curiosité, ses moments de partage et son adhésion à ce projet associatif culturel, qui célèbre les musiques du monde depuis plus de 22 ans !
 
Revivez le festival en images sur www.fiestasete.com, sur nos pages Facebook, Instagram et Twitter.
Nous vous donnons rendez-vous en 2019 pour la 23° édition de Fiest’A Sète.
 

Photos : Pierre Nocca

De la Saint Louis et des joutes.

Les festivités de la Saint Louis, fête patronale de Sète, vont mettre en effervescence rues, quais et canaux de l'Ile singulière. Et l'on joute, singulièrement le lundi quand les poids lourds montent sur les tintaines. Si les joutes nautiques ne sont pas nées à Sète, ni même en Languedoc, elles sont constitutives de l'histoire de la ville-port.

On a jouté le 29 juillet 1666 : "On avait vu devant que se mettre à table (pour le dîner) passer en très bon ordre deux fort belles compagnies de Mariniers vestus de blanc, les uns parez de livrées incarnates et les autres de bleües, avec des toques de taffetas de ces mêmes couleurs… Elles estaient allées tambour battant et enseignes déployées gagner dans le canal, au son des hautbois, chacune dans leur Chalouppe ornées de même parure, l'une peinte en rouge et l'autre d'azur semé de fleurs de lys, montées par seize rameurs avec leurs Patrons et autres aydes et sur chacune douze jousteurs lesquels s'apprestèrent au combat tout aussi tôt qu'ils virent les Dames et toute la Compagnie sur le rivage", relatent le ou les témoins. La relation ne donne pas le nom du vainqueur du premier tournoi de joute à Cette qui reçut un prix des mains de Mme l'Intendante et "les vaincus mesmes furent consolez de quelques présens agréables". Il y avait peut-être dans les barques des natifs du lieu, mais le gros de la troupe venait de Frontignan et surtout d'Aigues-Mortes. Car c'est à partir de la cité royale que la pratique de la joute nautique se répandit en Languedoc.

On joute en Agde dès 1601, à Frontignan en 1628 et la pratique gagna sur tout le littoral de l'étang de Thau. C'est à Aigues-Mortes, port de la croisade, que les traditions de la chevalerie s'amalgamèrent aux coutumes festives populaires. Comme en bien d'autres lieux en France à la fin du Moyen-Age quand "les tournois se normalisent et deviennent un spectacle tout en restant un entraînement militaire". Des joutes nautiques eurent lieu à Lyon, à Marseille en 1349, puis au Havre, Lille (!) et  Strasbourg en 1744 pour célébrer la guérison de Louis XV. On ne sait qui importa cette très ancienne pratique de combat sur l'eau en France. Elle apparait surgie d'un très lointain passé, peut-être venue d'Italie. Car les Romains joutaient et joutèrent longtemps. En attestent la description des fêtes en l'honneur de Castor et Pollux à Ostie, ainsi que les céramiques montrant des jeux nautiques à Strasbourg en 303 ap JC en l'honneur de l'empereur Dioclétien. Avant eux, les Grecs dès le VIIème siècle av JC. Plus tôt encore, les Egyptiens dès que les pharaons établirent leur pouvoir sous l'Ancien empire (2780 à 2380 av JC).

Cette coutume plurimillénaire trouve à Sète un lieu d'épanouissement. Longtemps pour des raisons politiques : de Louis XIV à Napoléon. Mais aussi parce que, fête populaire, elle est, selon G. Maccone, "halte reposante" et "trépidante" où s'expriment rêves d'enfants et espérances d'hommes. Et dans la lumière du sud quand, parmi les oriflammes, sur une eau miroitante s'affrontent les hommes en blanc, c'est un spectacle…royal!

Hervé Le Blanche

joutes en Egyptejoutes en Egypte (source : www.flacsu.fr)

Rappel des règles de navigation dans la bande littorale des 300m

Man on Jet Ski Suite à de trop nombreuses infractions :

Vitesses excessives notamment à l'entrée/sortie des ports, non-respect des restrictions de navigation dans la bande des 300 mètres et des interdictions d'évolutions d'engins nautiques d ans les zones de baignades, navigation sans permis. .. sont des infractions régulièrement constatées ces dernières semaines sur le littoral héraultais notamment entre Palavas-Les -Flots et la Grande-Motte.

Dans la bande littorale des 300m cohabitent de nombreuses activités : baignade, jeux de plages, paddle , planche à voile, kitesurf, bodyboard, kayak, dériveurs...

C’est d'ailleurs dans cette zone restreinte que les accidents sont les plus fréquents. Afin de préserver la sécurité de tous les usagers, la direction départementale des territoires et de l a mer de l’Hérault (DDTM 34), sous l’autorité de la préfecture maritime rappelle aux plaisanciers, pratiquants de loisirs nautiques et organismes de location ou de pratique de sports nautiques, les règles essentielles à respecter dans la bande littorale des 300m en période estivale :

Dans la bande littorale matérialisée par des bouées jaunes situées à 300m du rivage, la navigation peut être interdite par le plan de balisage de la commune

1 . Elle est strictement interdite dans les zones de baignades. Cette interdiction concerne notamment le s bateaux à moteurs, les voiliers, les véhicules nautiques à moteur (scooter).

Ces engins doivent empruntés des chenaux d’accès balisés qui leur sont réservés afin de rejoindre le rivage/large. Le mouillage, qui ne peut être que temporaire, doit également respecter le plan de balisage.

Dans la bande littorale non matérialisée : la navigation des véhicules nautiques à moteur est interdite.

Seul leur transit du rivage vers le large (et inversement) est autorisé selon une trajectoire directe perpendiculaire. La pratique du ski nautique et des sports tractés doit d'effectuer uniquement au-delà des 300 mètres.

Limitation de vitesse à 5 nœuds : cette limitation de vitesse s'applique dans les 300 mètres (y compris à 300 m des entrées et sorties de port, des digues et des jetées) que cette bande soit matérialisée ou non.

Enfin il est rappelé qu’un permis est obligatoire pour piloter un bateau à moteur et un véhicule nautique à moteur

2 . Les sanctions encourues pour dépassement de vitesse sont la suspension voire le retrait du permis et jusqu’à 150000 euros d’amende et 6 mois d’emprisonnement (L5242-2 du code des transports). Les services de l’État en mer seront particulièrement vigilants jusqu'à la fin de l'été sur les respects de ces règles pour la sécurité de tous.

La pollution par les plastiques dans les Océans

Selon les Echos :

8,3 milliards de tonnes

C'est la masse de plastique produite entre 1950 et 2015, selon les chiffres de «  Sciences Advances  », le plastique étant aujourd'hui le troisième matériau le plus fabriqué en France (derrière le ciment et l'acier). Et  cette masse va crescendo  : sur les dix dernières années, les humains ont produit plus de plastique que durant tout le XXe siècle, selon l'ONU. En 2015, 322 millions de tonnes ont été produites, contre... à peine 2 millions en 1950.

79 % de déchets

Sur ces 8,3 milliards de tonnes de plastique produit, 6,3 milliards (79 %) sont d'ores et déjà passés à l'état de déchets qui s'accumulent dans des décharges ou en pleine nature, particulièrement dans les océans. Seulement 9 % de la production de plastique a pu être recyclée et 12 %, incinérée.

 

1 million

C'est  le nombre de bouteilles en plastique vendues par minute.  Soit 480 milliards pour l'année 2016.

Voir sur : https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0301760336589-cinq-chiffres-alarmants-sur-la-pollution-plastique-dans-le-monde-2181363.php

 

L’augmentation de la consommation des plastiques s’est accompagnée d’une pollution environnementale importante et croissante depuis les années 1950. Même si la gestion des déchets est une préoccupation actuelle, des millions de tonnes de déchets sont encore rejetés chaque année dans l’environnement. Acheminés principalement par les cours d’eau, les déchets plastiques finissent par arriver dans les océans. La grande majorité (80%) des plastiques observés dans les océans provient ainsi des continents, l’autre partie provient des activités en mer.

soupe plastiqueEn fonction de leur densité, les déchets vont soit couler vers les fonds marins (comme les PVC de densité supérieure à celle de l’eau de mer), soit flotter et être entraînés par les courants marins (exemple du polyéthylène PE, de densité inférieure à celle de l’eau de mer).

(Source Image : d’après CNES-ACM)

Bouteilles*, sacs plastiques, fibres de textiles synthétiques (polyester, acrylique, polyamide, …), microbilles plastiques d’abrasifs industriels, d’exfoliants ou de produits cosmétiques, morceaux de polystyrène, pastilles de pré-production de plastiques, filets de pêche,… les déchets plastiques observables dans les eaux de surface océaniques sont d’origines diverses et de taille très variable, du microscopique au macroscopique.

* Sauf les bouteilles transparentes qui sont en PVC (eau, sodas): dès qu’elles sont cassées par l’érosion, le plastique plus dense que l’eau, coule…Par contre, on observe dans l’eau leurs bouchons, ainsi que les flacons et bouteilles non transparentes (lait, gel douche …)

Une dispersion mondiale des plastiques dans les océans

Les plastiques flottant en surface des océans sont entraînés des littoraux jusqu’à l’océan ouvert par les vents et courants marins. Les directions et les vitesses de déplacement dépendent de l’organisation générales des circulations atmosphériques et océaniques*. A l’échelle du globe, les courants marins de surface, déviés par la rotation de la Terre, présentent une circulation « en tourbillon », en spirale, appelés gyres**. On dénombre 5 gyres principaux : un dans l’océan Atlantique Nord, un dans l’océan Atlantique Sud, un dans l’océan indien, un dans l’océan Pacifique Nord et un dans le Pacifique sud :

Si les quantités globales de plastique dans les océans ne sont pas précisément estimées (en fonction des zones, on observe de 0 à 150 000 morceaux de plastiques au km2 sur les fonds marins et de 0 à 900 000 microplastiques dans les eaux de surface …), les études montrent que leur dispersion suivant les grands courants marins se fait rapidement*** et à l’échelle mondiale.

* Les circulations atmosphériques et océaniques sont liées et ont pour « moteur » l’énergie solaire. En effet, les différences d’énergie solaire reçue par la surface terrestre selon les zones (plus d’énergie reçue à l’équateur qu’aux pôles en raison de la sphéricité de la terre) et la rotation de la Terre autour de son axe (force de Coriolis) entraînent l’existence de grandes cellules de convection atmosphériques (cellules « de Hadley » à l’équateur, « de Ferrel » dans les zones tempérée et cellules polaires aux pôles). Les mouvements d’air horizontaux de ces mouvements atmosphériques sont les vents.

Ces vents entraînent des mouvements d’eau, de la surface jusqu’à plus de 100 m en profondeur. Les déplacements des déchets plastiques dépendent des sens et vitesses des vents et courants marins de surface.

** les gyres montrent un mouvement en spirale avec enroulement sur la droite dans l’hémisphère droit et sur la gauche dans l’hémisphère sud, en relation avec la force de Coriolis (rotation de la Terre).

*** Les suivis de bouées dérivantes et les modèles océaniques établis à partir des observations satellites montrent que les plastiques parcourent souvent plusieurs kilomètres par jour.

Des zones d’accumulation de plastiques : les « continents plastiques »

Les courants marins d’échelle planétaire transportent les déchets vers les zones centrales des gyres, très calmes. Les plastiques s’y concentrent et s’accumulent ainsi sur d’immenses surfaces (Exemple du « Great Pacific Garbage Patch » dans l’océan Pacifique Nord, de surface estimée à six fois celle de la France). Les « continents plastiques », existent ainsi dans les cinq grands bassins océaniques.

continents plastiques

Le terme « continent » est une métaphore : les surfaces concernées sont de l’ordre des continents, mais il ne s’agit pas d’étendues « solides » : la pollution plastique de l’océan est plutôt une « soupe plastique», autre terme également utilisé.

 

S’il existe des macrodéchets, les 7ièmes continents sont surtout constitués de petits éléments plastiques, souvent invisibles sans une fine observation, issus en grande partie de la dégradation des plastiques. Plus ou moins longue en fonction des matériaux et de leur épaisseur, la durée de dégradation est estimée en laboratoire de 1 à 5 ans pour le fil de nylon, de 1 à 20 ans pour les emballages plastiques fins, jusqu’à 450 ans pour les bouteilles plastiques et encore plus pour d’autres matériaux.

La dégradation dépend également de l’action de certains facteurs environnementaux:
– sous l’action mécanique*, le plastique se fragmente (mais les fragments restent des polymères plastiques stables et durables)
– sous l’action chimique ** ou enzymatique de dépolymérisation, les polymères plastiques sont décomposés et détruits.

Flottant à la surface des océans, les matériaux plastiques sont essentiellement soumis à l’érosion et à l’action du rayonnement solaire et se fragmentent progressivement en morceaux de plus en plus petits. La concentration en micro particules de plastique invisibles à l’œil nu aurait ainsi triplé dans les eaux de surface depuis les années 70.

*action d’érosion par les vagues
** action chimique des UV du soleil : réactions photochimiques. (Pour le PE on observe
principalement des réactions radicalaires, notamment d’oxydation)

microplastiques

Des zones de disparition de plastiques ?

Des analyses récentes sembleraient indiquer une « disparition » de déchets plastiques dans les eaux de surface océanique : en effet, les quantités de plastiques arrivées dans les océans depuis les années 50 auraient dû entraîner des concentrations supérieures à celles mesurées. Les eaux de surface ne semblent pas être la destination finale des déchets plastiques flottants dans l’océan…

Plusieurs mécanismes possibles pour expliquer l’élimination des plastiques de la surface océanique sont proposés :

– la formation de biofilms et la colonisation par des organismes pourraient diminuer la flottabilité et permettre à certains débris de plastique de couler dans les eaux profondes, et de se déposer sur le fond marin.

Cependant les observations montrent que les particules plastiques sont de faible densité dans les sédiments et n’enregistrent pas une augmentation de la concentration en plastiques en fonction du temps pour un même lieu.

– la fragmentation et photodégradation des matières plastiques seraient rapides et ne permettraient plus leur observation. Les fragments seraient assez petits pour passer à travers les filets d’échantillonnage standard, avec une taille de l’ordre du micron ou plus petite.

– un transfert de matières plastiques de l’eau vers les organismes : l’assimilation des microplastiques par ingestion et entrée dans les réseaux trophiques engendrerait un « stockage » de la matière dans les organismes et diminuerait la concentration de plastiques dans l’eau.

On observe en effet la présence de plastique dans l’estomac de nombreuses espèces marines, même jusqu’à chez 39% des poissons mésopélagiques*. De plus, la taille des fragments de plastique ingérés par ces poissons, comprise entre 0,5 et 5 mm, correspond à la taille des débris de plastique « disparus » dans les évaluations mondiales des plastiques en surface océanique.

– l’intervention d’autres processus encore à découvrir …

En savoir plus sur : http://www.septiemecontinent.com/

*Les poissons mésopélagiques jouent un rôle important dans l’écosystème marin; ils sont
omniprésents et très abondants dans l’océan ouvert. Ils vivent dans la couche intermédiaire de
l’océan (200 à 1.000 m de profondeur), mais migrent pour s’alimenter vers la couche de surface
la nuit.

« Nathalie Briand – MobiScience.briand.free.fr »

My life festival c'est bientôt

Rendez-vous les 18 et 19 août pour la 3e édition du My Life Festival avec une nouveauté cette année, les après-midi à la Plage de la Ola.

my-life-2-4788606


  Samedi 18 août 2018
TODD TERJE dj set + ETIENNE DE CRECY



  Dimanche 19 août 2018
CHARLOTTE DE WITTE + HELENA HAUFF



 Théâtre de la Mer, tarif 30 € / soirée

Après 6 ans et quelques 60 soirées au Rockstore, La Machine du Moulin Rouge, Le Zenith... my life is a week end s'associent avec les organisateurs du Worldwide Festival et lancent le festival MY LIFE dans le sublime Théâtre de la Mer de Sète !

Pour que le plaisir soit encore plus grand, on vous propose un Théâtre de la mer au format club de 20H à 3H avec le public sur la scène et les artistes dans les gradins ... 



EXPEDITION 7e CONTINENT

Toute l'équipe d'EXPEDITION 7e CONTINENT vous attend les 15 et 16 août au quai d'Alger pour des journées de sensibilisation à la protection de notre Mer.

L'association aura parcouru toute la façade française de Méditerranée pour échanger avec le public sur la protection de l'océan dans le cadre de sa tournée pédagogique.

Retrouvez toutes les informations sur l'association en cliquant ici. (link is external)

Le Navire et son équipage rejoindra ensuite les quais du port de plaisance de Sète, son port d'attache, pour préparer sa prochaine expédition scientifique.

Italie – Effondrement d’un viaduc à Gênes

Le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères confirme avec tristesse la présence d’un quatrième ressortissant français parmi les victimes de la catastrophe de Gênes. Nous adressons à sa famille toutes nos condoléances.

Ne relayez pas de fausses rumeurs !
Le Centre de crise et de soutien est joignable au 01 53 59 11 00

https://www.diplomatie.gouv.fr/…/italie-effondrement-d-un-v…

Le Centre de crise et de soutien du Quai d’Orsay, notre ambassade à Rome et notre consulat général à Milan continuent de suivre en temps réel l’évolution de la situation. Nous restons en contact avec les autorités italiennes afin de déterminer la présence éventuelle d’autres Français parmi les victimes.

Le Centre de crise et de soutien est joignable au 01 53 59 11 00 pour signaler toute situation d’urgence.

Informations complémentaires

L'Hérault moteur de la démographie régionale

L'Hérault est un moteur de la démographie régionale qui ne donne aucun signe de faiblesse. La population a progressé de plus de 11 000 habitants par an depuis 1990, soit 57 % de l'accroissement démographique régional. Ce taux élevé place l'Hérault au second rang du palmarès des départements les plus dynamiques. Il se place au  22ème rang français par sa population s’élevant à plus d’1 200 000 habitants.

Un solde naturel positif

L'Hérault demeure avec le Gard, le seul département de la région à bénéficier d'un solde naturel positif :

  • 2000 naissances en moyenne de plus que de décès par an ;
  • excédent naturel qui contribue pour 15 % à l'accroissement démographique de l'Hérault ;
  • évolution démographique la plus forte dans l’Est du département (c'est aussi lui qui décentralise l'excédent des naissances sur les décès, témoignant d'une structure de population localement plus jeune) ;
  • ailleurs, si la population continue de croître ou se maintient, c'est avant tout sous l'influence du solde migratoire qui est positif dans la quasi-totalité des cantons héraultais ;
  • l'Hérault attire environ 1000 habitants de plus par mois ;
  • 80% de la population vit dans les villes.

Les nouveaux arrivants

Les nouveaux Héraultais sont majoritairement des Franciliens et des Languedociens. Ils proviennent pour la plupart d'un milieu citadin. Bien que tout le territoire soit concerné, ces derniers ont une préférence pour la rive gauche du fleuve de l'Hérault et pour la partie Est du département, autour de Montpellier.

Qui sont-ils ?

  • ils sont plutôt jeunes, la plupart ayant entre 35 et 45 ans ;

  • 43 % sont des couples avec enfants. Ces déplacements ont le plus souvent lieu du fait d'une mutation ou d'un changement pour un emploi plus qualifié améliorant le niveau professionnel d'un des deux conjoints ;

  • beaucoup de jeunes venant étudier dans l'Hérault, décident de rester et de s'y installer une fois leur diplôme en poche ;

  • les retraités venant s'installer dans le département sont en revanche moins nombreux. Si leur migration était importante entre 1970 et 1980, elle l'est beaucoup moins aujourd'hui. Ce phénomène en cours doit permettre de favoriser le rajeunissement de la population héraultaise,aujourd'hui vieillissante ;

  • concernant les catégories socioprofessionnelles, plus de la moitié des nouveaux arrivants sont issus des classes moyennes. 85% travaillent dans le secteur tertiaire ;

  • la répartition homme-femme est respectivement de 48 et 52%. Cette proportion est identique à celle de la population déjà sur place.

Brocante - les conseils d'un pro

Brocante - les conseils d'un pro

LA PASSION DE LA DÉCOUVERTE

Pourquoi ce titre : la passion de la découverte ? Parce que la découverte est une passion tout comme la chine, tout comme la collection. Parce que chiner c'est conjuguer le passé au présent, ressusciter un objet endormi, répondre à la question du poète : objets inanimés vous avez bien une âme. Parce que chiner, c'est agir de manière écologique.

LES CHINEURS : UNE GRANDE FAMILLE

Amateurs ou professionnels, chineurs ou collectionneurs, tous ont un point commun, la passion. Chaque semaine vous irez avec eux chiner dans les foires et les marchés aux puces, dans les brocantes et les salons, les braderies et les vide-greniers, dans toute la France et même au-delà. Et bientôt, sans vous connaître, vous vous reconnaîtrez comme faisant partie de la même famille.

LA CHINE : UNE ÉCOLE DE PATIENCE

Chiner ce n'est pas aller en famille dans un magasin, pour y acheter un secrétaire de 1,12 m de large, afin qu'il trouve exactement sa place entre la cheminée et la fenêtre du salon.
Ce n'est pas aller chercher dans le vide-greniers qui se tiendra le samedi suivant, au coin de la rue, la série complète des boîtes Banania pour égayer une étagère de la cuisine ; même si vous avez lu la veille, dans un magazine de décoration, gue les objets publicitaires sont à la mode.
Dans les deux cas, vous risqueriez de vous exposer à une désagréable déconvenue car chiner, ce n'est pas trouver, à coup sûr, un meuble ou un objet des siècles passés, comme on achète un article vu dans un catalogue ou sur une publicité. Au contraire, la chine est une preuve, et non pas une épreuve, de patience et de pugnacité, comparable à celle d'un chercheur ou d'un explorateur. Et plus l'objet sera ancien, fragile, délicat, plus il sera rare mais plus la trouvaille prendra pour son découvreur une valeur inestimable. 
» Amazon

Avec l'APAVH, Voyou, le beau chat, est à l'adoption

voyouIMG_9578

"L'histoire de ma courte année de vie est triste, comme celle de milliers d'autres animaux sur cette pauvre planète. J'ai très certainement été donné lorsque j'étais un bébé à n'importe qui. Une fois que j'ai passé l'âge d'être un tout petit, je n'ai plus intéressé les membres de la famille. Du grand classique chez les humains. Ils m'ont donc tout simplement abandonné comme si c'était un acte normal et absolument pas grave. Un acte anodin dans de pauvres esprits. Je suis resté de long mois dehors... j'avais très faim et j'étais blessé. Je manquais énormément d'amour, je cherchais à rentrer chez des voisins, je cherchais désespérément une personne qui allait enfin me voir, je cherchais de l'aide tout simplement. ""J'ai mis du temps à en trouver... mon désarroi ne faisait que grandir... jusqu'à ce qu'une personne se mobilise enfin pour moi et contacte l'association. Merci du fond de mon petit coeur à cette personne. Ce fût la fin de mon calvaire de chat de rue. Depuis quelques semaines auprès de famille d'accueil, je revis ! Je suis enfin épanoui, je reçois enfin l'amour que je mérite et croyez moi je leur fais des milliers de ronrons et de bisous. Je suis devenu zen, tranquille, je ne suis plus inquiet( la preuve, je dors en montrant mon ventre ce qui est signe pour le chat d'une parfaite confiance)..."

» associations