Homo Sapiens pas si sapiens que ça

Il est communément admis par la communauté scientifique que ce qui différencie la branche des primates de celle des hominidés, c’est-à-dire la nôtre, fut la capacité à extrapoler, à se projeter dans l’avenir et agir en conséquence. Au Néolithique, la première révolution fut la découverte de l’agriculture qui nous permis de mettre en réserve des quantité de nourriture pour pourvoir aux disettes hivernales ce qui nous permis de nous sédentariser et de cesser de suivre les troupeaux dans leurs migrations annuelles. Elle permit aussi la création de sites humains fixes, les premiers villages et plus tard les premières grandes communautés urbaines telle que Ur en Mésopotamie. A partir de là les choses allèrent très vite, du moins à l’échelle de notre évolution.

Aujourd’hui nous sommes au sommet de cette courbe exponentielle et les deux révolutions industrielles, celle du charbon et la vapeur courant XIX° et celle du pétrole début XX° ont multiplié par dix voire par cent notre capacité à produire des biens et par conséquent notre capacité à agir sur l’environnement.

Cependant, dans cette palpitante aventure humaine nous avons plus ou moins sciemment laissé de côté une résultante néfaste à la consommation d’énergie fossile : son impacte délétère sur la santé de notre planète. L’écologie était une science toute nouvelle, balbutiante il y a une centaine d’années elle est devenue par la force des choses incontournable aujourd’hui. D’autant plus incontournable que nous vivons à crédit avec notre chère planète bleue depuis plusieurs décennies et en 2019, dès le mois de juillet nous vivons sur les réserves de 2020.

N’est-ce pas paradoxal pour un genre humain qui se sait au sommet de la chaîne alimentaire, qui a au cours de sa courte histoire terrestre accomplit des choses plus que remarquables tant dans les Arts, la Philosophie, la technique et l’ingénierie, un processus de pensée et de création qui nous a même mené sur la lune, d’avoir tant négligé, pour ne pas dire ignoré, l’état de santé de notre chère Gaïa ! Comment notre espèce, si presciente et prévoyante, en apparence, a-t-elle pu laisser se dégrader, à la limite de l’irréversibilité, et encore nous sommes optimistes, un équilibre écologique et climatique garant de notre propre survie ?

Le profit effréné et incommensurable sans doute, les déplacements de plus en plus rapides, le transport des biens toujours plus important et les disparités géographiques et sociales qui en découlent, mais là n’est pas notre propos, ont fait que l’avidité humaine a pris le pas sur la sagesse humble et candide des premiers âges.

Car les signes sont là, indubitablement là, les étés de plus en plus torrides de ces dernières années, la canicule précoce de cette année, le recul de la banquise et la montée des eaux, la disparition de nombreuses espèces, des pics de pollutions jamais encore répertoriés dans les grandes métropoles, l’augmentation des maladies pulmonaires, le déboisement aveugle et absolument pas concerté de nos forêts primaires et j’en passe, tout concourt à une résolution plus que catastrophique.

Est-il encore temps de rattraper le coup, ou plutôt sommes-nous capables de faire les efforts adéquats pour endiguer ce processus ? Ici nous nous adressons aux sociétés dites occidentales en y incluant la Chine, qui ont atteint un niveau de confort suffisant pour s’accorder le temps nécessaire à une réelle concertation.

Qu’allons-nous laisser à nos enfants qui eux prennent de plein fouet cette déliquescence écologique et qui semblent sûrement plus concernés que nous ?

En définitive notre capacité à extrapoler comme nous le précisions pêche par sa précipitation et sa boulimie de richesse. Une fois le profit immiscé dans nos consciences, l’essentiel a été négligé et l’état des lieux est désastreux. Avant nos enfants comptaient sur nous pour leur avenir, maintenant les rôles sont inversés.

L’homo Sapiens n’est pas si sapiens que ça...

Traité vivant et coloré du parler sétois et du Pays de Thau,

Après le succès de la 2e édition, c'est tout naturellement que Sète à Dire reparaît aujourd'hui dans une nouvelle version revue, corrigée et augmentée. Mais Sète à Dire est et reste une invitation. Une invitation à la découverte d'une langue vivante à part entière : le parler sétois. Sous toutes ses facettes, même les plus familières. Les Sétois d'origine ou d'adoption auront pour la première fois le plaisir de lire - sans censure ni fausse pudeur - les mots dont ils ponctuent volontiers leurs conversations quotidiennes. Les Sétois d'occasion, le temps d'un été ou d'un week-end, y trouveront le moyen rêvé de ne pas "passer pour des touristes" aux yeux des autochtones. Reflet vivant et fidèle du sétois d'aujourd'hui, riche de plus d'un millier de mots et expressions, Sète à Dire est un véritable ouvrage de référence, où la bonne humeur des exemples souvent hauts en couleurs fait bon ménage avec le sérieux et la précision des définitions et de l'étymologie.
» encore disponible d'occasion chez Amazon.

Sète la Singulière
par Louis Bernard Robitaille

« Île singulière » a écrit Paul Valéry de sa ville natale. Pendant des siècles, Sète resta un territoire vierge, une boule de calcaire couverte de pins et entourée de sables marécageux, qui servait de refuge aux pêcheurs et aux corsaires. Son accès y était malaisé, par terre ou par mer. Il fallut la décision de Louis XIV et de grands travaux d'aménagement pour que soit créé de toutes pièces en juillet 1666 ce nouveau port de mer qui avait vocation à desservir les États de Languedoc. Mais la seconde et véritable naissance de la ville date de l arrivée du chemin de fer en 1839 qui la reliait enfin au reste du pays. La population et l'activité portuaire grimpèrent en flèche en quelques décennies. La vraie nature de Sète qu on appela généralement Cette jusqu en janvier 1928 est donc celle d'une ville du 19e siècle. Une ville de canaux et d'îlots artificiels reliés par ses ponts de pierre ou de métal. Un port de commerce où venaient s'amarrer de grands voiliers puis des cargos venus du monde entier. La bourgeoisie se composait de grands négociants souvent protestants et originaires du nord de l'Europe. Sa tonnellerie, qui employa jusqu à mille artisans à la fin du 19e siècle, fut la plus importante au monde. Ville de dockers et de commerçants, Sète fut et resta une ville fiévreuse, traversée par les passions politiques et l'effervescence d'une vraie culture populaire qui s'exprimait au théâtre de la Grand Rue ou au travers de la littérature de « baraquette  ». » Amazon