Hérault

Samedi 26 octobre 2019 : Assemblée Générale des maires du département de l’Hérault

Assemblée Générale des maires du département de l'Hérault

Samedi 26 octobre 2019, Jacques Witkowski, préfet de l’Hérault, accompagné des sous-préfets et chefs de service de l’Etat dans le département, était aux côtés des maires à l'occasion de l'Assemblée Générale de l'AMF34 qui s'est déroulée à Gignac, une occasion privilégiée d’échanger avec les élus municipaux.

« Il n y a pas le "vilain État et ceux qui travaillent à des actions utiles. Nous sommes solidairement au service de la mise en oeuvre des politiques publiques. Je vous remercie de n'être pas entrés dans la caricature et d'avoir souligné la qualité de nos relations au plan local. Pour répondre à la crise que nous venons de traverser, nous allons ensemble mettre en place un guichet unique en sous-préfecture, à Béziers, pour faciliter les démarches des communes"

Prefetinternet gros plan
internet discours Prefet

Devant l'assemblée, Monsieur le préfet a réaffirmé sa volonté, et celle de l'ensemble des services de l'État, d'être à l'écoute des préoccupations des maires et de leurs administrés.
"  Les 7 premières Maisons France Services ouvriront leurs portes dès le 1er janvier prochain et apporteront des services de proximité de qualité."
Il a ensuite évoqué les 173 mesures arrêtées par le Gouvernement dans le cadre du programme « Nos campagnes, territoires d’avenir ». "
"   Il nous faut ensemble travailler sur une gestion économe de l'espace et de la ressource en eau."

 

Multisport : « Découvre le Sport à pierresvives »


Du mercredi 30 octobre au mercredi 27 mai
Domaine Départemental de pierresvives
Maison Départementale des Sports Nelson-Mandela
Esplanade de l’Egalité - Montpellier


Initiation, découverte et jeux sont au programme de « Découvre le Sport à pierresvives ».
Hérault Sport, avec le concours du Département de l’Hérault propose, les mercredis 30 octobre, 27 novembre, 18 décembre, 12 et 19 février, 25 mars, 8 et 15 avril, 27 mai, sans oublier le grand rassemblement annuel du mois de juin « Sport pour toi », tout un panel d’activités sportives et ludiques, aux jeunes des quartiers voisins, sur l’esplanade de l’Egalité
à Montpellier.

 

Gratuit et ouvert à tous.


« L'éducation est une arme puissante pour faire évoluer les mentalités et transcender les différences, et le sport est une source d'inspiration, de dépassement, de tolérance et d'apprentissage du respect de la jeunesse. Ces deux éléments participent à créer une société plus juste et fraternelle », Nelson Mandela.


Lieux :
Esplanade de l’Egalité – Maison Départementale des Sports Nelson-Mandela - Domaine
Départemental de pierresvives – Montpellier
Horaires : de 14h à 17h
Renseignements complémentaires :
Philippe Riff – Véronique Brunet – Hérault Sport – 04 67 67 38 00

Concert exceptionnel à Saint Chinian

Le concert de clôture de la saison 2019 des Grands Crus Classiques
sera donné par
Conrad Wilkinson
 
Concert matinal le dimanche 3 novembre à 11h
Abbatiale de Saint Chinian

Ateliers vacances scolaires spécial enfants : PAYSAGE D’ARGILE

30 Octobre 2019

Mercredi 30 octobre de 14h30 à 17h, Maison départementale de l’environnement

PAYSAGE D’ARGILE

Avec l’association « l’Argile en Tête »

Dis, tu le vois comment ton paysage ? Laisse-toi conduire par ton imagination et crées un paysage en argile. Une montagne ? La mer ? La nature ou la ville ? Sauvage ou habité ? Fabrique les éléments de ton paysage, ajoute personnages et animaux, plantes sèches et écorces. Invente une histoire autour de ta création, et n'hésite pas à la partager avec tous les participants.

Enfants à partir de 7 ans

Atelier sur inscription au 04 67 67 82 20

Maison Départementale de l'Environnement
Domaine Départemental de Restinclieres
34730
Prades-le-Lez
gratuit

Kleber Mesquida la Ministre Elisabeth Borne le Préfet de l'Hérault sont allés constater l’ampleur des dégâts

Kleber Mesquida la Ministre Elisabeth Borne le Préfet de l'Hérault sont allés constater l’ampleur des dégâts causés par les inondations sur les communes de Béziers et de Villeneuve les Béziers
  Il a salué et remercié les services de secours, notamment les Sapeurs-Pompiers de l'Hérault - SDIS 34 les forces de police et de Gendarmerie de l'Hérault les acteurs de la sécurité civile ainsi que les 170 agents mobilisés du département pour le travail effectué
  "Ils ont tous effectué un travail remarquable pour assurer les secours et les évacuations des personnes sinistrées. J’adresse également une pensée amicale à l’ensemble des habitants de l’Hérault sinistrés qui s’emploient désormais dans les opérations de nettoyage" souligne Kleber Mesquida

Découverte Grimpe d'arbres

27 Octobre 2019

Venez découvrir une activité sportive d'éducation à la nature!

3 heures d'animations encadrées pour une visite verticale de la base de pleine nature de Lavalette, proche du zoo de Lunaret et sur les rives du Lez.

Accessible à partir de 7 ans.
Participation: 17 euros par enfant (chèque ou espèces).
Places limitées, réservation minimum 24h à l'avance.

Adresse: rue Jean-François Breton 34090 Montpellier

Base de Lavalette-Agropolis
rue Jean-François Breton
34090
Montpellier

Violences familiales : la parole qui libère

 

Illustration Violences
Une plateforme départementale d’écoute pour les femmes victimes de violences est disponible au 04 67 58 07 03.

Des travailleurs sociaux sont spécifiquement formés pour accompagner les victimes de violences familiales. Leur mission répond à la volonté du Département d'être au plus près des Héraultais dans des moments compliqués.

Estelle Karchen est intervenante sociale sur le secteur ouest héraultais de la gendarmerie couvrant Lodève, Pézenas et Béziers. Dans les situations de violences familiales, qu'elles soient conjugale, sur mineur ou sur ascendant, elle est chargée d'évaluer le degré d’insécurité auquel sont confrontées les victimes. « Je suis là pour offrir une écoute spécifique à des personnes qui me dévoilent les violences qu’elles vivent au quotidien », explique-t-elle. « Tout se fait sur la base de leur consentement et dans un cadre strictement confidentiel », précise cette intervenante qui les accompagne jusqu'à ce qu'elles soient en sécurité, elles et leurs enfants. « Je les aide à reprendre confiance en elle mais également  à obtenir des droits, des ressources et un hébergement si nécessaire. Je travaille beaucoup avec les Maisons départementales de la solidarité, indique Estelle Karchen. L’objectif de mon travail, c’est qu’elles retrouvent sécurité, apaisement et liberté ».

Dans l'Hérault, 5 Intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie écoutent, conseillent et orientent les victimes de violences intrafamiliales. Ils sont à l'œuvre dans les commissariats de Béziers, Montpellier et bientôt Sète en 2019 et également dans les brigades de gendarmerie des secteurs est et ouest du département. « Nous sommes l'interface entre les forces de l’ordre, la justice, les services sociaux, les services de santé et le public », note Estelle Karchen. Ces travailleurs sociaux sont aussi chargés d'informer les victimes sur leur possibilité de saisir la justice, comme engager une procédure pénale ou civile après un dépôt de plainte, par exemple, ou encore de les mettre en contact avec des associations d’aide aux victimes.

Comment contacter les intervenantes sociales ? 

- La plateforme départementale d’écoute pour les femmes victimes de violences: 04 67 58 07 03 du lundi au vendredi de 12h à 17h (prix d’un appel local). Relais du numéro national 39 19 dans l’Hérault.

- 06 12 39 62 70, Estelle Karchen, intervenante sociale sur le secteur ouest

- 06 21 32 01 81, Claudia Beldame, intervenante sociale sur le secteur ouest gendarmerie

- 06 74 94 49 73, Fatiha Bounoua (à partir de mi-janvier) au commissariat de Montpellier

- 06 68 77 71 68, Stephanie Canovas au commissariat de Béziers
« Pour venir en aide aux victimes de violences, un véritable parcours est mis en place par les agents du Département et l’ensemble des partenaires : Etat, Procureur, CAF, monde associatif, police et gendarmerie, services sociaux ... De la prévention à l’accompagnement en passant par la mise à l’abri si nécessaire, une mobilisation globale répond de façon adaptée et sur mesure à chaque situation. » 

Patricia Weber, vice-présidente déléguée aux solidarités à la personne

Fuir pour se reconstruire


Une fois la famille entendue et mise en sécurité, les liens se retissent.

La résidence Madeleine Delbrel accueille des mères isolées avec enfants de moins de trois ans. Ce foyer d’hébergement d’urgence géré par l’association L’Avitarelle, à Montpellier, dispose de 55 places. 10 sont financées par le Département.

L’entrée est discrète mais étroitement surveillée. « Les mères et enfants accueillis temporairement à la résidence nous sont envoyées par les travailleurs sociaux du Département », explique Elisabeth Nice-Pointis, directrice adjointe. « ce sont des personnes qui se retrouvent à la rue après des parcours de vie chaotiques, des violences ou des drames familiaux. Des situations d’urgence auxquelles se greffent parfois des inquiétudes sur de la relation mère-enfant. »

Au sein de la résidence, mères et enfants bénéficient d’un temps de pause salutaire de trois semaines, dans un environnement qui les sécurise. Le temps d’évaluer les besoins de la famille et de l’orienter vers un accompagnement social et professionnel ou sur un dispositif de protection de l’enfance.

L’équipe de la résidence Delbrel prend le relais, après un premier entretien avec l’assistant social de secteur. Pour Marion Vérin, éducatrice de jeunes enfants, l’objectif est de créer un climat de confiance avec les mamans et de dédramatiser le processus d’évaluation. « La plupart du temps, la relation mère-enfants a été fragilisée par les accidents de la vie, la violence ou la précarité. Nous proposons des temps d’écoute et nous prodiguons des conseils sur l’hygiène, la sécurité et la parentalité. La plupart des mères s’en emparent. D’autres non. Mais dans tous les cas, des portes de sortie existent. »

Briser le silence

Vous êtes victime ou témoin de violences familiales ? Appelez le 39 19 ou n’importe quel commissariat ou gendarmerie.

En cas de départ du domicile la nuit ou en week-end, la famille est mise à l’abri par le SAMU ou le 115, avant d’être orientée dès le lendemain vers une structure spécialisée, centres d’hébergement Delbrel ou Bouissonnade, ou association Via Voltaire…

 

LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES, UN CONSTAT LOURD

 

  • En 2016, 123 femmes ont été tuées en France (un décès tous les 2,7 jours) par leur conjoint et/ou ex-conjoint ou leur partenaire non-officiel (petit ami, amant, relation épisodique…). 25 enfants mineurs ont été tués par un de leurs parents dans le cadre de violences au sein du couple.
  • On estime qu’en moyenne chaque année en France, 225 000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de violences conjugales dans ses formes les plus graves (violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur conjoint ou ex-conjoint). Parmi elles, 19 % déclarent avoir déposé une plainte à la gendarmerie ou au commissariat de police suite à ces violences. 
  • 1 jeune fille sur 5 en France a été insultée en ligne sur son apparence physique et 1 sur 6 a été confrontée à des cyberviolences à caractère sexuel par photos, vidéos ou textos.
  • Dans l’Hérault, 8 840 personnes ont été victimes de violences et conflits intrafamiliaux en 2016: 29% de ces faits de violence ont été perpétrés dans la sphère familiale et 22 % relèvent de violences conjugales. 80% des victimes sont des femmes.

 

Ces chiffres sous-estiment néanmoins le phénomène des violences dans notre société car la majorité des victimes ne déclarent pas les faits à la police ou à la gendarmerie. On constate cependant une meilleure révélation des faits aux forces de sécurité suite à l’affaire « Weinstein » et les mouvements anti-harcèlement qu'elle a déclenchés dans le monde entier.

 

Femmes victimes de violences, qui contacter ?

Le 39 19 : numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences et à leur entourage. Appel anonyme et gratuit 7 jours sur 7, de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedis, dimanches et jours fériés.

En cas d’urgence : la police ou la gendarmerie, en composant le 17 (ou le 112 d’un portable, appel gratuit).

La plateforme départementale d’écoute pour les femmes victimes de violences: 04 67 58 07 03 du lundi au vendredi de 12h à 17h (prix d’un appel local). Relais du numéro national 39 19 dans l’Hérault.

 

LE DEPARTEMENT, CHEF DE FILE DES SOLIDARITES, PROTEGE ET ACCOMPAGNE

 

« La lutte contre les violences faites aux femmes est une cause prioritaire. Les récentes polémiques ont permis de révéler des situations inacceptables et libérer une parole parfois enfouie profondément.
Conscient de l’urgence de la situation, j’ai à cœur de prolonger et renforcer l’action du Département avec la création de deux nouveaux dispositifs construits en partenariat avec l’Etat : la présence d’intervenants sociaux dans les commissariats et les gendarmeries, et l’ouverture d’un nouveau centre d’hébergement d’urgence à Béziers.
L’objectif est double : mettre à l’abri les femmes victimes de violences et leurs enfants, et surtout leur permettre de se reconstruire psychologiquement et socialement. C’est donc un accompagnement global et pluridisciplinaire que nous mettons en place avec nos partenaires ».

          Kléber MESQUIDA

          Président du Département de l’Hérault

 

Un Département solidaire des Héraultais

L’action sociale est une compétence obligatoire des Départements. Elle vise à accompagner et soutenir les personnes en situation de précarité, et contribue au développement social local.

En 2018, l’Hérault compte 1,150 millions d’habitants pour lesquels le Département assume la compétence des solidarités aux personnes, du nourrisson au senior. Pour venir en aide aux femmes victimes de violences, un véritable parcours est mis en place par les agents du Département et l’ensemble de ses partenaires : Etat, Procureur, CAF, monde associatif, police et gendarmerie, services sociaux ...  De la prévention à l’accompagnement en passant par la mise à l’abri si nécessaire, c’est une mobilisation globale qui répond de façon adaptée et sur mesure à chaque situation.

 

La mise à disposition d’intervenants sociaux dans les commissariats et les gendarmeries

Le Département de l'Hérault cofinance avec l’Etat des postes de travailleurs sociaux qui interviennent directement dans les locaux de la police et de la gendarmerie. Actuellement quatre Intervenants Sociaux en Commissariat et Gendarmerie (ISCG) sont en poste sur le département, répartis de la façon suivante :

  • 1 poste au commissariat de police de Montpellier (depuis 2003)

  • 1 poste au commissariat de police de Béziers (depuis 2007)

  • 2 postes au sein des groupements de gendarmerie Ouest et Est Hérault (depuis 2007 et 2014).

 

A compter de janvier 2019 un cinquième poste sera créé sur les communes de Sète et Frontignan, qui ont accepté de contribuer à son financement.

 

L’intervenant(e) social(e) peut recevoir toute personne majeure ou mineure, dont la situation sociale est marquée par la violence (violences conjugales, agressions racistes ou homophobes…).Son installation au sein même des locaux du commissariat permet d’assurer une prise en charge rapide et sociale de la personne, parallèlement au traitement par le policier de la situation. Trois missions leurs sont confiées :
 
  • L’accueil des victimes et/ou personnes en situation de détresse : accueil physique et/ou téléphonique, analyse et évaluation des besoins sociaux.
  • L’orientation et le conseil : orientation vers les services dédiés garantissant un traitement adapté.
  • Le relais vers les partenaires : accès au droit, police, gendarmerie, justice, services sociaux, sanitaires…
 
Progressivement, l’ISCG s’est imposé comme essentiel pour libérer la parole. Il prépare les victimes au dépôt de plainte, les met en confiance et déconstruit l’image des forces de l’ordre. L’accueil repose sur la libre adhésion de la personne et s’effectue dans un cadre confidentiel. Le secret professionnel garantit en effet la confiance accordée et protège la vie privée et la dignité des personnes qui se confient. ​2 383 entretiens ont été réalisés en 2017 par les intervenants sociaux dans les commissariats et les gendarmeries.

 

La création d’un nouveau centre d’hébergement d’urgence à Béziers

Jusqu’alors totalement dépourvu de structures adaptées, le grand Biterrois va désormais accueillir un centre d’hébergement d’urgence dédié aux victimes de violences conjugales et à leurs enfants, qui ouvrira ses portes en fin d’année 2018. Le centre assurera un accueil d’urgence 24h/24 et 7J/7. Il permettra à la fois :
  • Une mise à l’abri des victimes de violences conjugales et de leurs enfants. Cet  accueil d’urgence permettra de garantir la protection des personnesl’écoute des victimes et une évaluation approfondie de leur situation.
  • Un accompagnement des femmes et de leurs enfants dans les démarches nécessaires à l’élaboration d’un nouveau projet de vie.
 
Les familles seront accueillies temporairement pour une durée pouvant atteindre 6 mois renouvelables une fois. Au-delà de la mise à l’abri, ce dispositif propose ainsi une démarche globale et pluridisciplinaire visant à réinsérer socialement ces femmes en grande difficulté psychologique, sociale et financière. Durant leur hébergement, les pensionnaires sont suivies dans le cadre d’un accompagnement en partenariat avec le CIDFF qui mettra à disposition du centre d’hébergement un psychologue, un juriste et un conseiller en insertion professionnelle.
 
L’admission au centre se fera uniquement sur orientation d’un service adresseur :
  • Le service social du Département ;
  • Les travailleurs sociaux intervenant au commissariat et gendarmerie sur l’Ouest Hérault ;
  • Le CCAS de Béziers ;
  • Le service social du centre hospitalier de Béziers ou tout autre établissement de santé disposant d’un service d’urgence sur l’Ouest du département.
 

La plateforme départementale d’écoute pour femmes victimes de violences conjugales

Née du partenariat entre le Département de l’Hérault, l’Etat, la CAF, la Métropole de Montpellier, la Ville de Montpellier et le Zonta Club, la plateforme départementale d’écoute pour les femmes victimes de violences est joignable au 04 67 58 07 03 du lundi au vendredi de 12h à 17h (prix d’un appel local).  Relais du numéro national 39 19 dans l’Hérault, ce service propose une écoute, une orientation et un accompagnement avec possibilité d’accueil de jour (sans hébergement). Pour les femmes victimes de violences, c'est également un lieu où elles peuvent se réfugier avec leurs enfants, échanger et participer à des ateliers de création et d’écriture, un exutoire indispensable pour exorciser les angoisses dans cette démarche de réparation.En moyenne la plateforme reçoit 800 appels par an.

 

UN NECESSAIRE TRAVAIL EN RESEAU

 

Il existe huit réseaux de lutte contre les violences faites aux femmes sur le département l’Hérault :  

 

Nom du réseau

Secteurs concernés

Animé par

Agde

Agde / Pézenas

CIAS (Centre Intercommunal d'Action Sociale)

 

Réseau santé ville

Bassin de Thau

ADS Bassin de Thau

ADS Thau littoral

 

Association Via Voltaire

Béziers Méditerranée

 

Béziers

Agglomération Béziers Méditerranée

Cœur d’Hérault

 

Lodève / Gignac / Clermont l’Hérault

Association Via voltaire

Lunellois

 

ADS Lunellois

CIDFF

Montpelliérain

 

Montpellier / Pignan / Lattes

Association Via voltaire

Pays de L’Or

 

ADS Etang l’or

CIDFF

Pic st Loup/Gangeois

 

ADS Pic St Loup Gangeois

CIDFF

 

Ces instances regroupent l'ensemble des acteurs institutionnels et associatifs des domaines sanitaires, sociaux, préventifs, éducatifs, judiciaires. Ensemble ils travaillent à repérer les besoins, mettre en œuvre des actions communes et améliorer leurs pratiques professionnelles. Les réseaux organisent leur action autour de commissions thématiques. Ils créent ainsi des espaces de rencontre et de coopération, de mise en cohérence, d'innovation et de créativité. Les commissions fédèrent la participation des acteurs professionnels et associatifs, qui partagent leurs observations et impulsent des projets.

Une indispensable chasse aux bateaux-épaves sur le fleuve Hérault


 Le fleuve Hérault fait l’objet des attentions de Voies navigables de France (Vnf) et de la communauté d’agglomération Hérault Méditerranée. Il représente un écosystème écologique riche qui lui a valu son classement au titre du dispositif européen Natura 2000 à Saint-Thibéry, Florensac, Bessan et Agde. Un programme d’actions pour valoriser cette section du fleuve a été mis en place et, dans ce cadre, une chasse aux bateaux épaves a été engagée, sur le fleuve comme le long de ses berges.

En effet, ce stationnement est interdit en dehors de l’arrêt ponctuel des navigants. Avec la gendarmerie nationale, une opération a dernièrement eu lieu. Elle a permis de recenser 76 bateaux en stationnement, dont certains en très mauvais état. Les propriétaires vont recevoir une mise en demeure de quitter le domaine public assortie du paiement d’une astreinte journalière. Une deuxième campagne de contrôle sera réalisée prochainement.

Le calme est revenu après la journée de mercredi

L’image contient peut-être : ciel, montagne, plein air et nature

Le calme est revenu après la journée de mercredi qui pour les secours a été d’une extrême intensité.

Plus de 5000 appels, 950 interventions, 157 mises en sécurité et sauvetages, 38 hélitreuillages, près de 1000 évacuations et plusieurs centaines de reconnaissances.

650 sapeurs-pompiers de l’Hérault dont 40 sauveteurs aquatiques ont été mobilisés renforcés par 3 colonnes de renfort et 4 hélicoptères.

Ce jeudi, la Ministre de la Transition écologique est venu se rendre compte des dégâts mais surtout de l’engagement des secours.

Le SDIS 34 tient à remercier les personnels de garde, d’astreinte et de repos ainsi que les spécialistes du secours aquatiques qui durant 48h ont œuvré sans compter en risquant leur vie pour sauver des vies.L’image contient peut-être : maison et plein air

Bayssan se métamorphose

Les travaux de transformation du domaine départemental de Bayssan ont commencé : les murs du théâtre se dressent déjà et les travaux de l’amphithéâtre ont également démarré. Pas moins de 2930 m2 de surface en dur dédiés au spectacle vont remplacer les anciens chapiteaux. L’inauguration du théâtre et de l’amphithéâtre est prévue pour le début de l’été prochain. Les anciens chapiteaux sont, quant à eux, partis rejoindre pour une nouvelle vie, le Centre national du cirque d’Auch.
Lundi 21 octobre 2019, le Président du Département Kleber Mesquida a posé la première pierre des travaux du théâtre et de l'amphithéâtre de la Scène de Bayssan, en présence de Renaud Calvat, Vice-président délégué à la culture, Dominique Jaumard, Directeur Général Adjoint de l'Aménagement du Territoire, et Thomas EHRHARDT, Architecte. 

 

Première pierre Scène de Bayssan - KM

 

 « Dans cet écrin de verdure, aux portes de Béziers, à une demi-heure de Montpellier et de Narbonne, à 1h de l’Espagne, le Domaine Départemental de Bayssan se rénove, s’équipe, s’enjolive et devient «Scène de Bayssan».

Aujourd’hui, nous lançons la construction d’un nouveau théâtre et amphithéâtre. Suivront la réalisation des Jardins de Méditerranée sur 29 hectares, un restaurant gastronomique, un pavillon des vins, une serre, un dôme, et un aquarium...

Ce projet est ambitieux. Il révèle nos atouts, développe l’attractivité de l’Hérault et permet à tout Héraultais de se divertir. 
»

Kléber MESQUIDA

Président du Département

Scène de Bayssan : un grand projet en Biterrois

 

Bayssan Vu du Ciel

Désireux de pérenniser et d’amplifier l’offre culturelle et de loisirs sur le site exceptionnel de Bayssan, Kléber MESQUIDA a engagé en 2016 un grand projet de modernisation, d’agrandissement et d’embellissement de ce domaine départemental.

Au total, ce sont 40 M€ que le Département consacre à ce domaine de 160 ha pour en faire un lieu culturel et familial incontournable dans l’Hérault, mais aussi pour un rayonnement à l’échelle régionale, voire nationale.

Des aménagements routiers et de stationnement ont été réalisés pour faciliter la desserte de ce domaine situé idéalement à Béziers, sortie ouest de l’A9.

Suite à la réalisation des espaces de loisirs, l’année 2019 est marquée par le lancement des chantiers du théâtre et de l’amphithéâtre avant celui en 2020, des jardins de la Méditerranée.

Le théâtre Michel Galabru et l’amphithéâtre Claude Nougaro 

 

Première pierre Scène de Bayssan

D’une capacité d’accueil de 450 places pour le théâtre et 1000 places pour l’amphithéâtre de plein air, ces deux nouvelles structures d’une surface de plancher totale de 2 930 m² verront le jour à l’été 2020. Un restaurant de 150 places vient également agrémenter ces lieux de spectacles.

Le projet est conçu par l’architecte Sigwalt Herman du Cabinet K Architectures. Il puise ses références dans les architectures circassiennes et se scinde en trois corps : le « petit chapiteau » qui abrite les fonctions d’accueil, de restauration et de commodités ; le « grand chapiteau » ou théâtre et le « très grand chapiteau à ciel ouvert » ou amphithéâtre de plein air.  

Coût total des travaux : 24 M€. Financement : 100% Département

Donnez votre avis sur le revenu de base aux jeunes

18 départements (1) dont l’Hérault et la Fondation Jean-Jaurès ont travaillé pendant un an et demi à un projet d’expérimentation du revenu de base, qui a été rejeté par la majorité parlementaire de l’Assemblée nationale le 31 janvier 2019. Vous avez été nombreux-ses à avoir contribué à ces travaux via des enquêtes citoyennes dans les mois qui ont précédé l’examen de cette proposition de loi.

 

jeunes

Le gouvernement vient d’ouvrir la concertation à destination des citoyens autour de sa proposition de revenu universel d’activité (RUA), qui vise à fusionner le plus grand nombre de prestations sociales (2) dans une même allocation.

Pour continuer à défendre une réforme de progrès social, une nouvelle enquête citoyenne sur la question centrale de l’ouverture d’un futur revenu de base aux jeunes est lancée. L’un des principaux enjeux d’un revenu de base sera de permettre aux jeunes un accès à l’autonomie en leur donnant les moyens de construire leur projet de vie. Mais cette ambition n’a rien d’acquis.

 

A ce jour, les 18-24 ans sont pour la plupart exclus des minimas sociaux. Ils ne bénéficient que de dispositifs limités (RSA pour les jeunes parents, bourses, garantie jeune, fonds d’aide aux jeunes…), alors que la grande majorité des pays d’Europe leur ont ouvert les droits au revenu minimum. En France, un quart d’entre eux vivent ainsi sous le seuil de pauvreté (contre 13.7% en moyenne pour l’ensemble de la population).

Mobilisez-vous, donnez votre avis, exprimez-vous jusqu’au 15 novembre sur http://monavissurlerevenudebase.fr/enquetes33/index.php/343783

(1) Alpes-de-Haute-Provence, Ardèche, Ariège, Aude, Dordogne, Finistère, Gers, Gironde, Haute-Garonne, Hérault, Ille-et-Vilaine, Landes, Loire-Atlantique, Lot, Lot-et-Garonne, Meurthe-et-Moselle, Nièvre et Seine-et-Saint-Denis.

(2) Revenu de solidarité active (RSA), prime d’activité, allocation de solidarité spécifique (ASS), aides personnelles au logement (APL), allocation aux adultes handicapés (AAH), allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA)…