Hérault

Des arbres pour demain

 Une grande opération de parrainage d’arbres était organisée courant novembre, sur tout le territoire. Plus qu’une simple plantation, de véritables projets paysagers plantés de micocouliers, de tilleuls et d'érables, ont été réalisés sur des aires de repos ou de covoiturage du Département.

 « Pour sécuriser nos routes, nous sommes parfois contraints de couper des arbres malades ou vieillissants qui sont devenus dangereux », précise Philippe Vidal, vice-président chargé de l’aménagement du territoire. « Nous avons souhaité les remplacer avec cette opération que nous avons portée pour assurer le maintien de la biodiversité héraultaise. »

 

plantation_arbres_montady_150.jpg

 

De nombreux Héraultais ont ainsi pu parrainer les essences plantées. Les heureux élus ont reçu une fiche de parrainage détaillant le type d’arbre et sa localisation. Sur chaque essence, une étiquette en bois marquée au nom du parrain, a été accrochée symboliquement.

 De nombreux Héraultais ont ainsi pu parrainer les essences plantées. Les heureux élus ont reçu une fiche de parrainage détaillant le type d’arbre et sa localisation. Sur chaque essence, une étiquette en bois marquée au nom du parrain, a été accrochée symboliquement.

Eloge à Rabelais

Le comédien Olivier Martin Salvan propose une lecture théâtralisée dans le cadre de la programmation de Béziers SortieOuest

Interview du comédien

  • Pourquoi venir sur scène pour faire parler Rabelais ?

 « C’est pour moi à la fois jubilatoire et très émouvant  de défendre et faire revivre la pensée et la langue de Rabelais sur une terre héraultaise où il a été très présent. Après avoir joué Pantagruel lors des programmations passées, spectacle qui a remporté un vrai succès, je mets en forme cette nouvelle création plus légère, pour l’exporter vers de nouveaux publics éloignés des centres urbains et  pour leur transmettre cette pensée. »

  • Y aurait-il dans sa pensée et sa vision, une analogie avec notre société actuelle ?

« Rabelais, avec hardiesse et truculence, avait une vision critique de la société de son temps. Il était aussi très visionnaire. Sa parole humaniste vieille de 500 ans est très actuelle, et même universelle. Elle  résonne dans l’actualité de notre société. »

  • Il a beaucoup apporté à la langue française ?

« Tout en cumulant ses talents de médecin, botaniste et grand érudit, et tout en prônant la tolérance et l’ouverture aux autres, il a aussi incroyablement  enrichi notre langue française. Partant du latin, il a inventé près de 800 mots ! »

  • Quelle résonance ce spectacle a- t-il auprès du public ?

« Au terme de ces lectures, les échanges sont particulièrement riches. La puissance de la pensée de cet homme transporte le public. Avec l’enthousiasme que cela suscite, je suis très heureux de continuer à promouvoir  sa pensée et cette langue dont Molière et tant d’autres auteurs se sont inspirés. Pour moi, le faire vivre sur scène, c’est un acte véritablement militant, en écho avec ma vocation de comédien. Je me considère comme un passeur de cette culture dont il a été le fondateur. Fêter Rabelais, c’est aussi une manière de changer la vision du monde ! »

 Domaine de Bayssan : jeudi 13 décembre à 19 h

vendredi 14 décembre à 21 h

Et dans le cadre du Grand Tour

Les Verreries – Moussan samedi 15 décembre 20 h 30

Portiragnes Salle Jean Ferrat dimanche  16 décembre 18 h

Un cambrioleur sous les verrous !

Les gendarmes de Balaruc-les-Bains, ont interpellé à leur domicile, mercredi dernier, un couple, auteur d’un cambriolage commis en octobre chez un particulier à Poussan.

L’homme, résidant à Montpellier et sa compagne à Montbazin ont pu être identifiés grâce aux investigations minutieuses des enquêteurs.
Ils avaient dérobés de nombreux objets retrouvés en grande partie lors des perquisitions : matériel multi média (télévisions, ordinateur, console de jeux) des bijoux, mais également des billets de concert d’un montant d’environ 40 000 euros liés à l’activité professionnelle de la victime.
Placés en garde à vue, les mis en cause ont reconnu les faits.

Présenté devant le magistrat, le couple a été mis en examen avec ouverture d’une information judiciaire dans le cadre de la procédure. L’homme a été placé en détention provisoire et la femme remise en liberté sous contrôle judiciaire strict.

La quasi totalité des objets volés a pu être restituée à son propriétaire.

LE LIEUTENANT PHILIPPE CHARBONNIER A PRIS LE COMMANDEMENT DU CENTRE DE SECOURS DE MEZE

L’image contient peut-être : 1 personne, debout

Malgré le froid et l’humidité, il y avait du monde sur la jeté du port de Mèze pour venir assister à la prise de commandement du centre de secours de Mèze.

Le lieu est magnifique et la pluie s’est arrêtée juste à temps pour honorer les sapeurs-pompiers de Mèzois rassemblés en masse avec leurs collègues de la compagnie du bassin de Thau et de l’Etat-Major pour assister à cette cérémonie traditionnelle.

Ainsi après avoir reçu le fanion du groupement Est, symbole du commandement, la fourragère et le nouvel écusson du Corps départemental des sapeurs-pompiers de l’Hérault ont été remis aux personnels de Mèze.

Ensuite le médecin-commandant Hervé Andraud sapeur-pompier au CS de Mèze a été élevé au grade de lieutenant-colonel.

La soirée s’est terminée à la salle des rencontres en bordure de l’étang de Thau avec les traditionnelles allocutions des autorités où le Maire de Mèze et le conseiller départemental ont rendu un vibrant hommage à l’action quotidienne et à l’engagement citoyen qu’ils exercent tous les jours.

Le contrôleur général Eric Flores a pour sa part rendu hommage aux personnels de Mèze qui est le plus sollicité des centres composé entièrement de sapeurs-pompiers volontaires et qui réalisent 1200 interventions par an.

Une émotion aussi palpable lorsque Eric Flores a rendu hommage au père du lieutenant Charbonnier qui fut son premier chef de garde lorsqu’il exerçait sur Montpellier.

Un jeu vidéo sur la liberté d'expression

Les attentats meurtriers perpétrés en janvier 2015 au siège de l'hebdomadaire Charlie Hebdo, à Montrouge et Porte de Vincennes, ont porté atteinte aux valeurs qui fondent notre République : la liberté d’expression, fondement de toutes les libertés, la liberté de conscience et le respect des opinions individuelles. Des principes  qui permettent de vivre ensemble. 
 
Apprendre aux élèves à mesurer la portée de la liberté d'expression et d'opinion passe notamment par la prise de conscience de la portée de leurs paroles et la confrontation de leur jugement à celui d'autrui. Les usages des nouvelles technologies peuvent être un champ fertile de réflexion sur ce sujet.
 
Le Département de l’Hérault en collaboration avec l’agence Them Game, dirigée par Oscar Barda, game designer, ont imaginé un serious game, développé à partir des technologies avancées du jeu vidéo, faisant appel aux mêmes approches de design et savoir-faire que le jeu classique (3D temps réel, simulation d'objets, d'individus, d'environnements…), et dont le but est de faire passer un message de manière attractive et d’organiser le débat.
Dépassant la seule dimension du divertissement, ce serious game, intitulé « Chut ! » a pour objectif de sensibiliser un public d’adolescents et de transmettre les valeurs fondamentales de la liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité.
Calvat Renaud
Renaud Calvat, Vice-Président du Département de l’Hérault, délégué à l’éducation et la culture
 
Un jeu vidéo collaboratif et participatif 
 
Le jeu vidéo place les participant(e)s dans la position de rebelles affrontant les forces normalisatrices de quatre milices ennemies :
 
1. Les militaires
2. Les religieux
3. Les bureaucrates
4. La société du spectacle
 
Le défi des participant(s), dans la ville dominée par une couleur unique et imposée par les différentes dictatures, sera de ramener un panache de couleurs, d’opinions de pensées, d’envies dans la tête des passant(e)s. 

Construire la réflexion 

Certains éléments du jeu ont été créés par des collégiens et des enfants usagers du réseau des bibliothèques du département de l’Hérault.
Il s’agit des œuvres d’art apparaissant dans les quatre tyrannies sous différentes formes : poèmes, musiques ainsi que des affiches de propagande. 
Ces éléments ont été réalisés dans le cadre du dispositif départemental d’Actions Éducatives du Territoires (AET*) sous la forme d’ateliers qui ont duré 20 heures, au sein des collèges d’Olonzac, de Saint-Gély-du-Fesc et de Marseillan.
Des animations ont également été organisées au sein des bibliothèques du département : Pierresvives,, Espignan, Mèze, Cazedarnes …
Cinq artistes ont passé 20h en résidence dans ces établissements scolaires et culturels. Il s’agit de :
  • Léokadie, artiste designer (réalisation d’affiches de propagande, à la bibliothèque de Mèze)
  • Tatiana Arfel, écrivaine (réalisation de poèmes à la bibliothèque de Cazedarnes et en AET au collège de Marseillan)
  • Débit de beau (réalisation d’affiches de propagande à la médiathèque Pierresvives)
  • Le Poulpe, musicien (réalisation de musiques à la bibliothèque de Lespignan)
  • Cépages d’encre, écrivains (réalisation de poèmes dans le cadre  d’AET au collège d’Olonzac)
 

Zoom sur les AET

Le dispositif AET mobilise plusieurs directions du Conseil départemental de l’Hérault pour accompagner
techniquement et financièrement des projets éducatifs mis en oeuvre dans les collèges. Il résulte d’un travail
transversal en lien étroit avec la Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale et s’inscrit dans les
orientations prioritaires de la politique jeunesse du Département.
Dans l’enceinte des collèges, le Département conforte l’action éducative en favorisant une pédagogie ouverte sur
les champs de la citoyenneté, de l’éducation artistique et culturelle, de la sécurité routière, de
l’environnement et de l’éducation sportive. Cette action s’articule notamment avec la construction des « parcours »
prioritaires souhaités par l’Education nationale, et qui traversent la scolarité de chaque élève :
  • le parcours citoyen
  • le parcours avenir
  • le parcours d’éducation artistique et culturelle
 

Un produit  héraultais

Les villes intégreront quelques trésors emblématiques, éléments phares, buren sérignan du département de l’Hérault.
Commandé par le Département de l’Hérault à la société d’Oscar Barda, « Them Game », le jeu sera gratuit et utilisable sur PC. Il sera lancé dès septembre 2018.
Jeu mis à disposition dans les collèges du département, sur le portail de l’Hérault et dans les bibliothèques informatisées du département.
100 enfants héraultais participent à la création 
Programme de la rencontre :
  • Démonstration du jeu devant les collégiens 
  • Intervention d’Oscar Barda pour présenter le jeu et échanges avec les élèves
 
A partir de 12 ans.
Focus 
Oscar Barda, game designer, responsable des jeux vidéo à La Gaîté lyrique, directeur du studio ThemGames et théoricien des jeux vidéo.

L'aide aux personnes âgées du département

Les personnes ayant de faibles ressources peuvent sous certaines conditions bénéficier d’aides financières en maison de retraite (établissement Ehpad) de la part de leur département. Ces aides peuvent être utilisées dans le cadre des frais d’hébergement de personnes âgées.

Les conditions à remplir pour bénéficier de aide sociale à l'hébergement

Pour bénéficier de l’aide sociale à l’hébergement, il faut remplir les conditions suivantes :

  • être âgé de plus de 65 ans, ou de plus de 60 ans en cas d’inaptitude au travail ;
  • résider en France de façon stable et régulière ;
  • avoir des ressources inférieures au montant de la dépense prévue, par exemple des ressources insuffisantes pour payer le tarif hébergement de la maison de retraite.

Les ressources prises en compte pour l’aide sociale à l’hébergement incluent tous les revenus de la personne âgée dépendante, y compris les ressources provenant d'un capital et les ressources susceptibles de provenir de l'obligation alimentaire. Seules la retraite du combattant et les pensions attachées aux distinctions honorifiques sont exclues de ce calcul.

La procédure à suivre

La demande d’aide sociale doit être adressée au centre communal d’action sociale (CCAS) ou à la mairie. Elle est ensuite transmise aux services du conseil général, qui se prononcent sur une admission totale, une admission partielle, ou un rejet.

Le principe de l’obligation alimentaire

L’entourage d’une personne âgée peut être amené à participer au financement de son séjour en maison de retraite au titre de l’obligation alimentaire. Il s’agit d’une aide matérielle due à un membre de sa famille proche qui ne peut subvenir à ses besoins. Elle recouvre chauffage, nourriture, vêtements, éclairage, santé, mais aussi frais de dernière hospitalisation et frais funéraires.

Le conjoint, les enfants et petits-enfants, gendres et belles-filles d’une personne âgée sont concernés. Le montant de l’obligation alimentaire varie en fonction des ressources de l’entourage et des besoins de la personne concernée. Elle peut être attribuée d’un commun accord, ou sur décision du juge des affaires familiales en cas de conflit. Pour l’hébergement en maison de retraite, c’est lorsque les personnes soumises à l’obligation alimentaire ne disposent pas de ressources suffisantes pour participer au règlement des frais qu’il est procédé à une demande d'aide sociale.

Pour plus de renseignements sur l’obligation alimentaire, consultez l’article de service-public.fr

Le fonctionnement de l’aide sociale à l’hébergement

Une personne qui bénéficie de l’aide sociale doit affecter 90 % de ses ressources au remboursement de ses frais de séjour. La somme qui est laissée à sa libre disposition tous les mois ne peut être inférieure à 10 % du montant annuel de l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), ex-minimum vieillesse, soit 77,71 €.

Par ailleurs, l’aide sociale est une avance récupérable. La récupération peut avoir lieu :

  • contre le bénéficiaire lui-même si sa situation financière s’est notoirement améliorée ;
  • sur la succession du bénéficiaire, et ce dans la limite des créances de l’aide sociale ;
  • contre son donataire, si le bénéficiaire a effectué une donation après avoir demandé à bénéficier de l’aide sociale ou dans les 10 ans précédant sa demande ;
  • contre son légataire.

Pour plus d’informations sur l’aide sociale du département, consultez service-public.fr.

Transports

Rails, Doux, Gleise, Chemin De Fer

Se déplacer chez le médecin, sortir faire ses courses, se rendre au cinéma ou chez un ami, tous ces actes de la vie quotidienne nécessitent d’avoir accès à un moyen de transport adapté à ses besoins et à son niveau d’autonomie. Faciliter l’accès des séniors à tous les modes de déplacement est aussi le moyen d’entretenir une vie sociale et culturelle et de conserver son indépendance vis-à-vis de ses proches. De nombreuses solutions s’offrent à vous, découvrez-les.

Le train s’adapte aux séniors

Avec 8 gares et 13 haltes dans l’Hérault, le réseau ferroviaire est un outil essentiel pour la mobilité dans le département. La SNCF a même développé divers services pour s’adapter aux séniors.

  • Carte Sénior (60 €/an). Réservée aux plus de 60 ans, cette carte permet d’obtenir de 25 % à 40 % de remise sur les trajets TER et grandes lignes.
  • Bagage à domicile (tarif variable). Sur réserva-tion, la SNCF vient récupérer le bagage à la maison. Celui-ci suivra le voyageur jusqu’à destination, et sera délivré le jour d’arrivée à une adresse choisie.
  • Accès plus (gratuit). Des services spécialisés dédiés aux déplacements des personnes à mobilité réduite sur le réseau national : aide à l’information et à l’achat de billet, accueil en gare, accompagne-ment jusqu’au train…

Plus d’informations : 36 35 / sncf.com

Les personnes ayant eu trois enfants, ou avec un handicap, bénéficient d’une réduction de 30 %.

Les cars Hérault Transport, c’est pratique

Pas de gare à proximité ? Il y a forcément un arrêt Hérault Transport près de chez vous ! Les 66 lignes du réseau couvrent 86 % des communes du département.

Le grand avantage du car, c’est qu’il sillonne les villes, mais aussi les villages les plus isolés. La différence avec le train : une ligne comme Mont-pellier-Sète permet de gagner du temps pour ceux qui voyagent entre villages. À Montpellier, les cars Hérault Transport desservent plusieurs arrêts de tramway, pour faciliter les correspondances.

Et l’été, les séniors apprécient la navette des plages : reliant Pérols au Grand-Travers, elle permet d’em-mener sans contrainte les petits-enfants à la mer ! À Béziers, les lignes 212 et 213 sont prolongées l’été jusqu’à la mer.

Pour voyager, la solution simple, c’est la carte 10 tra-jets. Non nominative, elle permet de se déplacer à plusieurs, et permet des correspondances (pour un Béziers - Clermont-l’Hérault, par exemple).

Pour ceux qui voyagent plus fréquemment, l’idéal, c’est l’abonnement. La carte 31 jours permet d’utili-ser librement le réseau pendant 31 jours consécutifs.

L’abonnement annuel, destiné aux grands voyageurs, est encore plus souple : il offre un accès illimité au réseau Hérault Transport, mais en prime, aux grands réseaux urbains : Tam (Montpellier), BMT (Béziers), TAT (Sète)…

Tarifs

  •  Ticket 1 voyage : 1,60 €  Ticket 10 voyages : 10 €
  •  Carte 31 jours : 40 €  Carte annuelle : 480 €

Plus d'informations : 04 34 888 999 / herault-transport.fr

L’Hérault et le Tarn s’associent pour promouvoir les producteurs locaux

 

agrilocal34.jpg

Engagés dans le développement des circuits alimentaires de proximité, les élus du Département de l’Hérault ont souhaité se rapprocher du Tarn pour mutualiser leurs actions et augmenter significativement la part de produits locaux, issus de l’agriculture biologique ou sous signes de qualité, dans la restauration collective publique.

 Afin de concrétiser cette volonté, ils ont mis en place une convention de partenariat pluriannuelle qui réunit les deux départements, les chambres de métiers et d’agriculture, et le Parc Naturel Régional du Haut Languedoc (PNRHL). 

 Faciliter l’accès des Héraultais à une alimentation de qualité

74 500 repas par jour sont servis sur les Départements de l’Hérault et du Tarn dans les établissements relevant des compétences départementales : les collèges et les établissements recevant des personnes âgées et/ou handicapées.

« A ce titre nous soutenons le développement d’une alimentation de qualité pour tous les collégiens mais également en faveur des autres publics, dont les plus fragiles tels que les résidents en maisons de retraite ».

Renaud CALVAT

Vice-président délégué à l’éducation et la culture.

Le Département de l’Hérault et ses partenaires conviennent de coopérer en complémentarité selon les axes suivants:

  • Information, sensibilisation et formation des entreprises et des collectivités.
  • Organisation d’opérations collectives : événementiels, démarches qualité…
  • Elaboration et diffusion d’outils : analyse économiques, données chiffrées…
  • Valorisation des bonnes pratiques, innovantes, complémentaires ou transférables.

 

Dans l’Hérault, la plateforme  www.agrilocal34.fr met en relation directe et instantanée les producteurs locaux et les acheteurs de la restauration collective (collèges, hôpitaux, maisons de retraites …). Elle permet à ses acheteurs d’accéder aux offres de plus de 300 fournisseurs locaux.

 Zoom sur la rencontre «Echanges gourmands »

Cette journée est dédiée à la mise en relation de 60 fournisseurs locaux de l’Hérault et du Tarn (éleveurs, agriculteurs, artisans de bouche, pisciculteurs …) avec des professionnels de la restauration collective hors domicile : cantines scolaire, maisons de retraite, restaurateurs ….

Première action née du partenariat entre les Départements de l’Aude et l’Hérault, les chambres consulaires et le PNRHL, ce projet répond à une véritable demande de la part des professionnels de la filière agricole pour développer de nouveaux débouchés et renforcer les échanges avec les acteurs de la restauration collective. Un repas élaboré à partir des produits exposés sera réalisé par les cuisiniers du lycée J. Brel de St-Pons-de-Thomières et du collège A. Laissac d’Olargues (repas sur inscription – 10 € par personne).

Revoir la session publique départementale

 

SESSIONPUBLIQUE

Lundi 12 novembre, l’Assemblée départementale se réunit à l’Hôtel du Département de Montpellier avec ses 50 conseillers départementaux. Suivez la session en direct :

Parmi les dossiers à l’ordre du jour :

intempéries

Suite aux inondations du 14 au 15 octobre 2018 qui ont touché l'Aude et l'Hérault, le Département souhaite apporter un soutien financier destiné à la réparation des dommages causés lors de ces intempéries afin de permettre notamment la reconstruction des équipements publics dévastés.

Il est proposé aux conseillers départementaux de voter des fonds exceptionnels :

  • Une aide de 5 millions d’euros attribuée aux communes héraultaises sinistrées au cours de l’épisode pluvieux ;
  • Une aide de 1 million d’euro pour venir en aide aux communes

sinistrées dans le Département de l’Aude suite aux dégâts causés par les crues.

 

aide aux communes

1 729 400 € sont consacrés à l’aide aux communes pour des projets d’aménagement :

  • Le Département souhaite soutenir le projet de rénovation du Château de Castries en un pôle patrimonial et touristique, accueillant des manifestations culturelles et artistiques. Coût des travaux : 3 700 000 € / Coût de la 2ème tranche : 1 429 600 € / Aide à voter pour cette 2ème tranche : 200 000€
  • L’Assemblée se prononcera sur l’aide au projet de la commune de Faugères pour la construction d’un bâtiment qui accueillera la mairie, l’école, ainsi que le traitement des espaces publics pour une intégration harmonieuse au centre du village. La construction sera réalisée avec des containers maritimes recyclés. Coût des travaux : 1 356 547 € / Aide à voter : 177 300 €
  • Les conseillers départementaux s’exprimeront sur le soutien apporté à la commune de Gignac dans un projet global de revitalisation de son centre, et notamment de son axe central de la Grand’rue. Il s’agit de réhabiliter des bâtiments patrimoniaux et historiques qui accueilleront trois lieux : la Maison des citoyens, l’Hôtel de Laurès et la plateforme de télétravail. Coût des travaux : 511 440 € / Aide à voter : 230 200 €
  • La commune de Pinet sollicite l’aide du Département pour la restructuration de l’entrée du village qui assurera une meilleure desserte de l’école, du gymnase, de la Cave de l’Ormarine, et désengorgera le village. Coût des travaux : 232 200 / Aide à voter : 92 000 €

 

Pour attirer de nouveaux médecins, la commune de Puisserguier souhaite créer une maison de santé pluriprofessionnelle, qui pourrait répondre aux besoins en soins des villages de Creissan, Cébazan et Puisserguier.

Coût des travaux : 1 099 136 € / Aide à voter : 309 600 €

  • L’Assemblée votera l’aide au projet de restructuration de la commune de Vias. Il s’agit de requalifier la station balnéaire et les infrastructures portuaires en améliorant les conditions de circulations et de réaliser l’aménagement de cheminements doux continus. Ce projet répondra à des enjeux touristiques et économiques importants, au-delà des frontières communales. Coût des travaux : 11 243 185 € / Coût de la 2ème tranche : 2 487 627 € / Aide à voter : 224 900 €
  • La Communauté d’agglomération Béziers Méditerranée sollicite le Département pour un projet de mise en valeur de son littoral comprenant plusieurs aménagements : valoriser les Orpellières, faciliter les mobilités entre les ports de ce territoire en améliorant les berges et les quais pour créer du lien.

Coût des travaux : 1 651 400 € / Aide à voter : 495 400 €

 

culture

Les conseillers se prononceront sur des subventions attribuées à des événements culturels incontournables pour le territoire : une grande exposition été 2018 au Musée de Lodève (29 400€), Les couleurs de l’Abbaye à Aniane (10 000€), Festival de Villeneuvette dédié aux arts de la rue et à la création en espaces public (4 500€), Festival remise à neuf Saint-Jean de la Blaquière (3 000€).

Le Département souhaite également apporter son soutien à l’Office culturel de la Vallée de l’Hérault pour la mutualisation des trois scènes du Coeur d’Hérault qui permettra un rayonnement plus large (23 000€).

Les élus se prononceront également sur deux demandes de subventions auprès des Ministères de la Culture et des Armées ainsi qu’auprès de la Région Occitanie pour la mise en place de projets de médiations numériques : un circuit sur les traces de l’écrivaine Jeanne Galzy (8 000€) et la découverte de l’histoire de l’Hérault en prenant appui sur quelques domaines départementaux « L’Hérault quelle histoire » (25 000€).

 

agriculture

Les conseillers voteront une subvention pour la Grande foire de la petite agriculture (7 600€) organisé par l’association des Marchés paysans au domaine départemental des Trois fontaines. L’objectif est de soutenir ce type d’agriculture locale et durable.

 

Le Département souhaite contribuer à hauteur de 25 000 € au projet d’aménagement du site de production Bio Orb, pour la recherche et l’expérimentation de culture de plantes aromatiques et médicinales. Cette action a pour objectif de préserver la ressource naturelle tout en contribuant au développement des exploitations agricoles.

 

patrimoine

Les conseillers départementaux se prononceront sur la création d’une entente interdépartementale pour le Canal du Midi pour préserver et mettre en valeur ce patrimoine exceptionnel.

Le Département souhaite soutenir l’animation et la coordination de la démarche Opération Grand Site cité de Minerve, Gorges de la Cesse et du Brian (20 000€) pour l’obtention du Label.

 

mobilité

Le Syndicat mixte de développement du Pays Coeur d’Hérault sollicite l’aide du Département pour la mise en place de sa plateforme de mobilité. Il s’agit de créer un site internet et application mobile ainsi qu’un guide des déplacements articulant les différents modes de transports : covoiturage, réseaux cyclables, transports à la demande, navettes communales… L’information sera accessible par téléphone, pour les personnes plus âgées ou ne disposant pas d’internet. Le projet prévoit un volet de communication sur la mobilité durable (intermodalité, multimodalité pour réduire l’usage personnel de la voiture).

 

éducation

Le Département a pour projet la construction d’une halle de sports à Frontignan.

Coût de l’opération : 3,5 millions d’€

 

solidarités départementales

  • La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) a notamment pour mission de contribuer au financement de la prévention et de l’accompagnement de la perte d’autonomie des personnes âgées et de personnes handicapées, à domicile et en établissement. Le code de l’action sociale et des familles confie aux départements le dispositif d’agrément, de contrôle, de formation et de suivi des familles d’accueil pour adultes. Le Département de l’Hérault a agréé à ce jour 128 familles d’accueil, ce qui représente 282 places pour l’accueil des personnes âgées et/ou handicapées. Ces familles d’accueil bénéficient de formations obligatoires organisées par le Département et dispensées par le centre de formation de la Croix-Rouge Française. Le Département prend également en charge les frais de déplacement des familles d’accueil pour se rendre aux formations.

 

Coût total des frais liés à ces formations : 47 300€. Est proposée au vote la signature d’une convention avec le CNSA pour une durée de deux ans afin d’obtenir un financement de 50% de ces frais, soit 26 650 €/an.

  • Bilan des actions d’insertion mises en oeuvre en 2016-2017

208 actions d’insertion ont été financées sur le budget 2016 et mises en oeuvre sur la période 2016-2017. Un budget de 16 millions d’€ a permis de financer ces 208 actions mises en oeuvre par 116 associations pour répondre aux besoins des allocataires du RSA :

- 68% de ce budget a été dédié à des actions d’insertion professionnelle ;

- 22% à des actions visant à lever des freins à l’emploi ;

- 10% à la contractualisation de bénéficiaires du RSA par des référents uniques conventionnés.

C’est pourquoi le dispositif d’insertion des bénéficiaires du RSA financé par le Département de l’Hérault peut afficher un résultat de 5 698 personnes ayant (re)pris une activité professionnelle au cours de cette période. Ces résultats de retour à l’emploi sont encore en hausse comparés à ceux du bilan précédent (2015-2016).

Ce bilan sera soumis au vote des conseillers départementaux.

VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

 
 
#VIOLENCES FAITES AUX #FEMMES
 
225 000 femmes sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles en moyenne chaque année en France.

L’État cofinance avec le département de l'Hérault quatre postes de travailleurs sociaux en commissariat et gendarmerie. Grâce à cette affectation, ces derniers accompagnent et orientent dès leur signalement les victimes de violences. Un cinquième poste sera créé en janvier 2019 au commissariat de Sète-Frontignan.

Mardi 27 novembre en préfecture, Pierre POUËSSEL, Préfet de l’Hérault et Kléber MESQUIDA, Président du Département de l’Hérault, ont  signé une convention pour acter cette décision de lutter ensemble contre les violences et de protéger les victimes et leurs enfants (les représentants des gendarmeries et commissariats seront également présents).

Cadets de la gendarmerie de l'Hérault

12 lycéens s'engagent dans la 1ère promotion des cadets de la gendarmerie de l'Hérault

Maeva, Sarah, Lucas, Tom1, Tom 2, Thomas, Matahi, Alexandre, Hugo , Giovanni, Victor et Vincent élèves du lycée Georges Pompidou de Castelnau-le-Lez, âgés de 15 à 18 ans ont été accueillis au quartier Lepic à Montpellier, le jeudi 22 novembre après-midi pour leur prestation de serment en qualité de «cadets de la gendarmerie de l’Hérault».
Ce moment solennel marque leur engagement pour l’année scolaire à venir.

Préalablement, le général Jean-Valéry Lettermann, commandant la région de gendarmerie d'Occitanie, commandant le groupement de gendarmerie départementale de l’Hérault, M. Yves Mauroy, et M. Pierre-Louis Ganne, proviseur du lycée ont signé la convention pour la mise en œuvre de ce concept né il y a une quinzaine d’années dans le département de l’Isère.
D’autres départements ont depuis mis en œuvre ce dispositif, la Haute-Savoie, la Meurthe-et-Moselle, la Somme et, au sein même de cette belle région d’Occitanie orientale, l’Aude où le général Jean-Valéry Lettermann a présidé, il y a quelques mois à Limoux, la cérémonie de baptême de la première promotion de cadets baptisée promotion « Pierre Bayle ».

Au travers de projets collectifs que ce soit dans le domaine de l’environnement, des activités sportives, de la solidarité et des règles de vivre ensemble, du respect de la dignité des personnes, du respect des différences et de l’ouverture aux autres, le programme établi vise à sensibiliser ces jeunes élèves volontaires aux métiers de la gendarmerie mais surtout, à promouvoir le lien armée/nation, le sens civique, le travail de mémoire, le dépassement de soi et ainsi, leur offrir des opportunités d’insertion et de promotion sociale.

Pour mener à bien ce projet, le général Jean-Valéry Lettermann s’est appuyé sur les réserves opérationnelle et citoyenne de la gendarmerie de Languedoc-Roussillon dans le cadre d’une association loi 1901 soutenue par divers partenaires. Son président Yves Mauroy, est lui-même réserviste citoyen.

Leur devise : «Progresser pour servir»
Vous allez vous dépasser, franchir des épreuves qui vous conduiront tous, j’en suis sûr, à l’obtention du diplôme des cadets de la gendarmerie de l’Hérault, diplôme que j’aurai le plaisir de vous remettre en personne dans quelques mois, à l’occasion du baptême de votre promotion» leur a dit le général Jean-Valéry Lettermann.