Gigean

Conférence chez les Séniors Gigeannais

L'écologue et illustrateur naturaliste Philippe Martin, auteur de nombreux ouvrages sur notre région, présentera l'incroyable biodiversité de notre département, qui doit tout aux quatre climats qui l'influencent, ainsi qu'à la non moins incroyable diversité géologique, mère de tous les sols, des végétations et des milliers d'espèces animales qui s'y développent. Paysages, portraits de flore et de faune, seront au rendez vous...
 

Vous pouvez réserver votre place soit par mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

soit par téléphone au 06 79 26 60 42

Rencontres gigeantesques

 

« Les Rencontres Gigeantesques »

ont le plaisir de vous inviter à un concert impressionniste avec « La Triade »

Samedi 07 avril 2018 à 20 h 30 Ancienne église St Geniès (Salle Polyculturelle, derrière la Poste) à Gigean.

Concert gratuit (dans la limite des places disponibles) Parking : Hôtel de ville Renseignements complémentaires : www.contrepoint.net

La Triade est la rencontre de trois femmes partageant l'amour des arts et leur convergence : la musique (avec le duo harpe et violon), la poésie et la peinture. La Triade a donné ses premières représentations en mars 2018, à Montpellier et sa région. Elles portent sur le thème de l’impressionnisme... Courant artistique bien connu en peinture, mais aussi en musique avec notamment Debussy, Ravel et Satie qui s’inspiraient souvent de poésie pour leurs compositions. Marie-Marguerite Cano à la harpe et Dorothée Oudinot-Fontcouberte au violon interpréteront leurs oeuvres. La première partie sera consacrée à Claude Debussy, en hommage au centenaire de sa disparition. Ses pièces musicales seront ponctuées de lecture de poèmes de Paul Bourget, Charles-Marie Leconte de Lisle, Paul Verlaine et Stéphanie Grousset-Charrière. Des peintures impressionnistes complèteront le tableau. La deuxième partie mettra Maurice Ravel à l’honneur avec ses “Contes de ma mère l’Oye”. S’immisceront dans les partitions les textes originaux de Stéphanie Grousset-Charrière qui offrent un récit de ces contes de notre enfance en interrogeant leur sens profond. Ses toiles illustreront les cinq actes de cette pièce. Enfin, la représentation sera clôturée par les Gymnopédies de Erik Satie... toujours en poésie et en peinture.

Don du Sang à Gigean

Don du Sang à Gigean le mercredi 14 mars de 14 h 30 à 19 h 30 au Jardin Public :

Conférence : Gigean cœur de pierre

Le lundi 19 mars à partir de 18 h 30 à la Salle des Seniors Gigeannais

Intervention de Jean-Claude Bousquet, géologue, auteur du livre "Terroirs viticoles et géologie du Languedoc" :

L'emplacement d'une ville ou d'un village n'est pas le fruit du hasard. Certains sites ont été choisis pour leurs possibilités défensives, pour des raisons économiques ou pour des possibilités de transport fluvial ou d'abri portuaires. Qu'en est-il de Gigean ? Le passé historique de la région est riche des arrivées successives des grecs, des étrusques puis des romains. Proche du tracé de la Voie Domitia dans le couloir entre les garrigues et le massif de la Gardiole, Gigean s'est développé en fonction de la nature et de la disposition des roches, héritage d'un des derniers épisodes de la formation de la Méditerranée occidentale.

Les conférences suivantes :

Lundi 9 avril à 18h30 : Philippe Martin interviendra sur le thème de la biodiversité locale.
Lundi 14 mai à 18h30 : Philippe Martin interviendra sur le thème de la biodiversité du monde en relief.
Lunidi 28 mai à 18h30 : Jean-Claude Bousquet interviendra sur le thème des terroirs viticoles autour de Gigean.

saint patrick

 

« Les Rencontres Gigeantesques » ont le plaisir de vous inviter à Fêter la Saint Patrick avec le groupe Rùn et la Guiness !

Samedi 17 mars 2018 à 20 h 30 Ancienne église St Geniès (Salle Polyculturelle) à Gigean.

Rùn est un groupe Rhône-alpin de musique traditionnelle irlandaise aux sonorités pop. Il interprète des airs traditionnels des pubs irlandais et compose aussi ses propres thèmes et chansons.

Autour du Uilleann Pipe, ce sont la flûte en bois, la guitare et le bodhràn (percussion irlandaise) que vous pourrez entendre et découvrir à travers reels, jigs et autre polkas entrainantes.

Un moment authentique et festif pour tous les publics où les amateurs de Guiness seront comblés !

Concert gratuit (dans la limite des places disponibles)

Parking : Hôtel de ville

Renseignements complémentaires : www.contrepoint.net

DEMOLITION DU CHATEAU D'EAU

Origine des châteaux d’eau

L’expression « château d’eau » apparaît dans la langue française en 1704, avec le « castellum », nom latin de château, hérité des Romains. Le castellum était alors un réservoir alimenté par un aqueduc et situé soit au niveau du sol, soit légèrement surélevé par rapport à lui.

La façade du castellum, qui donnait du côté de la ville, était ornée de décorations et de sculptures, ressemblant ainsi, à une véritable œuvre d’art.

Il a environ 16 000 châteaux d'eau en France : des grands, des petits ; des vieux, des jeunes ; des maigres et des gros. Ils peuvent être en pierre, en béton, en métal ; ressembler à des tours, à des soucoupes volantes ou à... rien du tout.

• durant l’entre-deux guerres, ils étaient constitués d’un réservoir sur pilotis ;
• après la deuxième guerre mondiale, ils étaient en forme de champignon ;
• dans les années 50, en forme d’entonnoir ;
• dans les années 60, en forme de vase ;
• dans les années 70, en forme hyperboloïde ;
• de nos jours, ils sont à nouveau en forme de champignon.

L'essor des châteaux d'eau est intimement lié au développement des chemins de fer car les locomotives nécessitaient de grandes quantités d'eau et devaient régulièrement remplir leur citerne.

En 1930, seulement 23 % des communes disposaient d'un réseau de distribution d'eau à domicile

En 1945, 70% des communes rurales n'étaient toujours pas desservies.

C'est à la fin des années 1980 que la quasi-totalité des Français bénéficiaient de l'eau courante à domicile.

Utilité des châteaux d’eau

Les châteaux d’eau assurent plusieurs rôles : ils accumulent et stockent une grande quantité d’eau potable ; ils servent de réserve tampon, très utile lorsque la consommation est inférieure à la production ; ils distribuent l’eau dans les habitations selon une pression et une quantité régulières ; et ils permettent de faire face aux grandes demandes d’eau en cas d’incendie.

Le système des pompes

Quand le niveau du château d’eau baisse et atteint un certain seuil, un contacteur met automatiquement en marche les pompes. Celles-ci doivent être assez puissantes, afin de créer une surpression qui fait monter l’eau à leur sommet.

Fonctionnement des châteaux d’eau

Un château d'eau exploite une fantastique force naturelle, la gravité ; et, un principe physique très simple, celui des vases communicants.

Grâce aux pompes, l’eau parvient jusqu’au sommet et va ainsi couler vers les habitations qui sont situées plus bas. Plus les habitations sont élevées, plus les réservoirs d’eau doivent être également élevés.

Ils sont construits près des sources d’eau, comme par exemple, une rivière, un lac, un barrage ou une nappe souterraine. Une étude hydraulique est donc menée, avant de construire un château d’eau, afin de s’assurer de l’endroit idéal.

Les canalisations sont généralement enterrées à environ 1 mètre de profondeur, afin d’éviter les dégâts liés au gel durant l’hiver. Lorsque l’eau sort des châteaux d’eau, elle est à environ 13 ou 14 degrés.

Capacité des châteaux d’eau et pression de l’eau

En moyenne, les châteaux d’eau peuvent contenir entre 200 et 300 mètres cubes d’eau, mais les plus grands peuvent en contenir plusieurs milliers.

La pression de l’eau dépend du dénivelé présent entre les habitations des consommateurs et le niveau d’eau des châteaux. Ainsi, 1 bar de pression correspond à 10 mètres de dénivelé et ainsi de suite. On estime que 2 à 3 bars à la sortie du robinet, c'est correct. D'où aussi des différences de pression en fonction de l'étage où l'on habite.

Filtration de l’eau

L’eau pompée doit être « nettoyée », avant d’être distribuée. Elle est traitée dans une usine dédiée à cette activité, puis elle est filtrée et purifiée, afin qu’elle soit potable.

Du chlore est ajouté à l’eau pour deux raisons : la première est de détruire les bactéries qui ont résisté aux étapes de filtration et de purification ; et la seconde est pour assurer la bonne qualité de l’eau le long de son transport dans les canalisations. Il faut au moins 0.1 milligramme de chlore par litre d’eau.

Entretien des châteaux d’eau

En principe, les châteaux d’eau sont nettoyés une fois par an. Les cuves sont vidées et assainies. Ils sont également contrôlés chaque semaine, afin de vérifier que les cuves ne soient pas endommagées ou s’assurer qu’un problème majeur n’est pas survenu.

Les châteaux d’eau ont une durée de vie d’environ 90 ans.

Avec le temps et l’usure, les châteaux d’eau doivent parfois être rénovés, car les dégâts concernent toutes les parties. Les changements concernent ainsi des cuves, ayant été fissurées ; des tuyaux ayant subi une corrosion ; les échelles intérieures doivent également être remplacées ; l’imperméabilisation du toit doit être refaite ; l’étanchéité des réservoirs doit être réparée avec des membranes spécifiques ; enfin, un petit coup de peinture en extérieur rafraîchira le château.

Les châteaux d’eau de nos jours

Certains châteaux d’eau ont été abandonnés, car les réservoirs enterrés sont de plus en plus privilégiés. Qu’en est-il de leur reconversion ? Pour les plus beaux, ils font désormais partie du patrimoine industriel et sont même considérés comme des monuments historiques.

Quant aux autres, certains ont su leur trouver des fonctions très originales, comme des restaurants panoramiques, des musées, des centres de congrès, des tours d’observations, ou encore des relais de transmission sans fil.

Celui de Gigean laisse la place à un lotissement et une HLM.
Valérie Campion