Mèze

Festival de Thau : 28ème édition

Fidèle à son éclectisme musical le 28ème Festival de Thau s'adressera donc à tous les publics, à toutes les générations. Tous les genres seront représentés. Une singularité tour de même pour 2018 : place au texte, à la poésie et à la langue française. Un rappel : l'association Jazzamèze, productrice de la manifestation, est la seule structure à être certifiée ISO 20121 (management responsable) en région Occitanie Pyrénées Méditerranée et ce depuis 2015.

En ce qui concerne le côté spectacles sur lequel nous reviendrons dans un prochain article détaillé, voici, pour patienter, le teaser :

Aujourd'hui nous allons nous attacher à vous présenter, ce que nous nommerons "le festival parallèle" initié autour du Village des Rencontres et des Éco-Dialogues de Thau.

 Le village des rencontres :

Le thème 2018 sera basé sur la biodiversité. Le village, ouvert à tous, sur le site du Festival, vous fera découvrir les initiatives et des solutions quant à l'enjeu environnemental et social. Au programme : défilé de costumes en déchets recyclés, matinées yoga côté plage, ateliers, tables rondes… L'exposition "Les plantes au rythme des saisons sur la phénologie" (éditions Biotope - Observatoire des saisons et Tela Botanica) sera le clou du moment.

Les éco-dialogues de Thau :

Également en accès libre, ces rencontres (les 8èmes) permettent de débattre autour des transitions et des alternatives écologiques, sociales et économiques. Après Gilberto Gil, José Bové, Corine Lepage, Susan George, Dany Cohn-BenditThierry Salomon, énergéticien et cofondateur de l'association négaWatt, animera cinq rencontres résumées ainsi :

Si tu veux la paix, prépare la paix !

Avec Agnès SINAÏ, journaliste (le Monde Diplo, Actu-environnement), enseignante à Science Po… nous verrons que les changements climatiques sont sources et accélérateurs de conflits : "Guerres de climat… ou climat de paix ?" Mardi 17 juillet 2018 à 18h30 - Chapelle St-Pierre à Montbazin.

François ROUX, avocat, a été au cœur de la justice internationale sur le Rwanda, le Cambodge, le Liban. Magistrat au TPI à La Haye, il traitera de : "La paix et la justice internationale". Mercredi 18 juillet 2018 à 18h00 - Ferme auberge de l'Abbaye de Valmagne, route de Montagnac à Villeveyrac.

Le basque Txetx ETCHEVERRY, militant infatigable de BIZI ! (VIVRE ! en basque), déploie son énergie sur tous les fronts (tour Alternatiba, économie alternative, non-violence…) Il nous proposera de : "Construire des alternatives, bâtir la paix." Samedi 21 juillet 2018 à 17h00 - Chai du château de Girard à Mèze.

Valérie CABANES, juriste et essayiste milite avec l'association End Ecocide on Earth. Dans son dernier livre "Homo Natura", elle nous interpelle sur notre relation avec la Nature. Le sujet abordé : "Retrouver une relation pacifiée avec la nature". Samedi 21 juillet 2018 à 18h30 - Chai du château de Girard à Mèze.

Jean-François BERNARDINI, chanteur du groupe corse I Muvrini, initiateur de la fondation Umani pratique la culture de la non-violence. Le thème traité : "La paix par la non-violence." Dimanche 22 juillet 2018 à 18h30 - Chai du château de Girard à Mèze.


La billetterie du Festival de Thau est ouverte : c'est certainement le moment de réserver.

Thiabé, une surprise extraordinaire !

Dans le cadre des Journées Jeunesse et Culture, après le Concert de l'École de Musique de jeudi 7 juin, la pièce de théâtre "Cendrillon" de vendredi 8, le parc du Château de Girard s'est ouvert à la population Mézoise samedi 9 pour le plus grand bonheur du plus grand nombre…

Rires et sourires, clins d'œil complices, "wouahs" d'étonnement et d'admiration, silences respectueux, pauses méditatives, moments de sustentation, de rafraîchissement ou de repos… l'Île de Thiabé a rencontré la ville de Mèze et tout s'est merveilleusement passé… magie, surprise… le temps a marqué une pause.

Presque écartés et "dés-officialisés" les rituels de célébration… la Vie Thiabé a renversé la tendance. La folie des partages a envahi l'écrin de verdure d'un parc aux couleurs et musiques printanières.

Pour demeurer dans l'esprit, nous remercierons : Aurélie, Bernard, Emma, Foued, Frédéric, José, Laura, Lisbeth, Mathilde, Nathalie, Sophie… gradés et sans grade, jeunes et moins jeunes, celles et ceux qui ont mis mains à la pâte et mains dans la pâte pour une animation exceptionnelle, extraordinaire mais simple dans sa conception. Bravo !

District de Football de l'Hérault : AG d'été à Mèze

143 clubs représentés donc concernés… le quorum de 59 largement atteint…

C'est en présence de : Madame Imbert, conseillère départementale ; M. Nicot, président du CDOS 34 ; M. Francis Andreu, trésorier général de la ligue Occitanie ; M. Fricou, maire de la Ville de Mèze ; M. Baëza, adjoint aux sports ; M. Guirao, co-président du Mèze Stade Football Club que M. Jean-Claude Printant, président du district de football de l'Hérault a ouvert cette AG placée sous le signe des changements dus à la création de la nouvelle ligue OCCITANIE (fusion Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées). La salle du Temps Libre, prêtée par la mairie de Mèze a eu de la peine à contenir tous les présents.

Chaque fin de saison arrive avec son lot de verdicts : 2017-2018 voit le MHSC se maintenir honorablement en Ligue 1, l'AS Béziers accéder à la Ligue 2 et, malheureusement, l'Entente Paulhan-Pézenas  quitter le National II. Le football Héraultais se porte bien et voit un effectif stabiisé avec 30 030 licencié(e)s. Parmi les satisfactions, la barre symbolique des 100 clubs inscrits dans le PEF (Programme Éducatif Fédéral) a été franchie… et puis, baromètre indéniable d'une bonne santé, le rapport moral (D. Blattes) et le rapport financier (H. Grammatico) ont été adoptés à l'unanimité.

Jean-Claude Printant, président, se félicitait de cette totale adhésion et cédait la parole à Francis Andreu, nouveau trésorier général de la ligue Occitanie où, là, le tableau est beaucoup moins réjouissant depuis la disparition de Maurice Martin, président.

Résumons la situation : les deux ex-ligues ne s'entendent plus et "se disputent" la présidence de l'organisme. D'après Francis Andreu, le bât blesse côté finances et les districts de l'ex-Languedoc-Roussillon demandent à leurs homologues Midi-Pyrénées une transparence des dépenses, essentiellement sur le pôle du Centre Régional de Football de Castelmaurou…. D'autres disparités de gestion ont apparues également.

"L'assemblée générale programmée le 30 juin à Muret avec l'élection d'un nouveau président s'annonce houleuse avec, sous le manteau, des recours divers…"

C'est vraiment dommage et le football amateur au sens noble du terme n'a pas besoin de voir son image ternie de la sorte… Précisons tout de même que l'élection pré-citée est effectuée par les clubs opérant dans les championnats de Ligue et par les représentants des clubs de District, autre sujet de discussion voire de discorde… Verdict ou pas, fin juin.

En ce qui concerne la refonte des championnats, cette dernière s'étagera sur 2018-2019 et 2019-2020. Par voie de conséquence, les championnats départementaux devront s'adapter en tenant compte des nouvelles catégories d'âge… La commission technique du 34 est sur la brèche… et nous avons entendu (sans porter de jugement) :

"Quand est-ce que nous jouons au football ?"

Une chose est certaine : le District de Football de l'Hérault respire la sérénité. Peut-être s'en inspirer au-dessus ?

   
G. Guirao (MSFC)  accueille les participants   Élus du mouvement sportif   J. C. Printant, à la tête de 30 000 licenciés

 

 

Geneviève Rière chez le président Macron

C'eût pu être une visite de courtoisie ou un voyage d'agrément… Que sais-je ? Ce sera très certainement un "sacré" souvenir pour la dame qui défend "becs et ongles" "sa" Chapelle des Pénitents.

Remontons le cours de "l'histoire" :

… "en septembre 2017, le président de la république confie à Stéphane Bern, homme de télévision, le recensement des monuments du patrimoine local en péril et la mise en place de financements innovants pour le restaurer… FDJ devient mécène de la Fondation du patrimoine pour 3 ans (une initiative semblable sous François 1er se nommait la Loterie Royale)…"

La Chapelle des Pénitents de Mèze se retrouve donc parmi les 269 sites sélectionnés (un seul dans notre département) pour le Loto du patrimoine et un jeu de grattage FDJ. La récolte prévue entre 15 et 20 millions d'euros débutera le 3 septembre 2018 dans 30 800 points de vente et verra son point d'orgue par un Super Loto le vendredi 14 septembre…

Les amis des Pénitents, très honorés d'être sur la liste des élu(e)s potentiels, croient en leur chance et nous les rejoignons… Vont-ils être "aux anges" ? C'est ce que nous souhaitons ardemment… Détails de l'opération : ICI.


 

 

Méze concernée par les Motos de l'Espoir

Ce n'est pas qu'une habitude… Si chaque année, début juin, la ville accueille l'association Poussannaise des Motos de l'Espoir l'animation proposée va bien au-delà du domaine du spectacle. Ghislaine Vergues et sa "bande motorisée" font prioritaire l'aide aux enfants handicapés ou malades : tous les moyens sont bons pour récolter des fonds et offrir directement à ces "trahi(e)s" de la vie les matériels nécessaires à l'amélioration du quotidien. La cité du bœuf se fait un devoir d'aider l'organisation voisine et amie.

C'est Thierry Baëza, adjoint aux sports, qui a accueilli, avec Bernard Charbonnier, conseiller délégué enfance, petite enfance et jeunesse les chevaliers au grand complet. Des chèques conséquents ont été offert pour une œuvre caritative qui, cette année, est allée vers Sofiane et Paloma. Comme par le passé le Club Benett de Mèze a gentiment offert ses démos de line et de country à une foule conséquente et acquise à la bonne cause…

« Plan de la comuna vièlha »

Dans le cadre de la 22ème édition des "Rescontres de la cançon occitana", le cercle occitan "Lo buòu" a inauguré, avec Monsieur Le Maire de la Ville de Mèze, la place de l'ancienne mairie.

"Ambient agradiu" au cœur de Mèze pour dévoiler la "nouvelle appellation" d'un lieu chargé d'histoire… dommage que la nouvelle plaque n'ait pas été voilée par le drapeau occitan !

Le magistrat de la ville rappelait le passé municipal de cette dernière en précisant :

… Les Mézois sont farouchement attachés à leur identité culturelle, ils pratiquent ou non cette langue régionale la langue d'oc bien présente dans nos expressions, dans le nom de nos lieux… ici à Mèze nous devons au cercle occitan Lo buòu, à La Calendreta… le maintien et l'utilisation d'une langue devenue naturelle…

C'est bien là l'essentiel !

 

La cérémonie au "Plan de la Comuna Vièlha" s'achevait par une série de chants "languedociens" avec l'éternel "Se canto" pour se terminer par le pot de l'amitié au foyer municipal. " Al còp que ven ! "

 

Sacré ST Art - Acte III

2018, accueillera la troisième édition de l’exposition « Sacré St Art » au sein de la Chapelle des Pénitents de Mèze. Comme chaque année, cet événement est imaginé par les membres de l’association et les Éditions d’Art Anagraphis… Forts du succès rencontré, la direction artistique de la Chapelle est confiée à la maison d’édition d’art Anagraphis afin de pérenniser et de faire évoluer cet événement. Après Olivier Costa (2016), Camille Adra (2017), c’est au tour de Salamech d’officier en qualité d’artiste invité.

Bercé par les cultures urbaines et nourri d’une pratique de graffiti intensive, Salamech propose un univers qui prend vie au gré de l’énergie citadine. Affiches lacérées, rideaux métalliques, panneaux d’affichage publicitaire, l’utilisation de supports inattendus est au cœur de sa création. Il transforme cette matière urbaine en œuvres où il manipule textes, lettrages et iconographies populaires contemporaines. Entre mots et matériaux, couleurs et superpositions, l’artiste plonge dans un dialogue où signes et empreintes de la ville se mêlent à une poésie de l’instant…

Détails : Du 6 juillet au 30 septembre 2018  le Mardi, Mercredi, Vendredi, Samedi de 16h à 19h Jeudi et Dimanche de 10 à 12 h – de 16 h à 19h Chapelle des Pénitents – 34140 Mèze. Fermée le lundi.

Exposition imaginée par l’Association les Amis des Pénitents, les Editions Anagraphis et Louis Angles. En partenariat avec la Ville de Mèze Et la Famille des Vins de Beauvignac. Plus d’information ICI.

 

La réalisation de cet « Acte III » a pour objectif de récolter des fonds destinés à la sauvegarde de la Chapelle des Pénitents de Mèze tout en s’inscrivant dans une dynamique de lieu propice aux rencontres culturelles et artistiques.

Petit chœur vocal de Mèze

On nous communique :

"Le concert de MUSICA ANTIQUA à la Chapelle des Pénitents a été très apprécié. Pour donner suite à des demandes d'inscriptions, précisons qu'il est recherché 1 soprano et 1 alto pour compléter l'Ensemble Vocal. Une répétition a lieu chaque quinzaine à Mèze sur un répertoire baroque (XVI et XVIIè siècle)."


Contact : Michel BOUVET 06 22 96 20 94

Super mamans

Dimanche 27 mai,  jour de la fête des mères, Henry Fricou, entouré d’élus du conseil municipal et de Jean-Pierre Vaillant, président de l’ADMFF (Association de la Médaille de la Famille Française de l’Hérault) et représentant de la préfecture, a mis à l’ honneur deux mamans mézoises en leur remettant la médaille de la famille française. Cette distinction a été instituée en 1920 pour encourager les naissances et compenser les terribles pertes en vie humaine de la première guerre mondiale. Cette année, madame Françoise COUDURIER et madame Jeannine GRAMMATICO, qui ont toutes deux élevé 4 enfants, ont été récompensées.

Dans son discours, le maire a témoigné aux mamans sa haute estime et sa reconnaissance :

"… Vous avez acquis le droit à cette distinction dans la discrétion, en assurant au quotidien l’éducation de vos enfants… En vous rendant hommage aujourd’hui, je voudrais vous dire combien votre métier de mère de famille est important et compte pour notre société… Nous vous félicitons toutes les deux et nous vous souhaitons de pouvoir bénéficier encore le plus longtemps possible des joies que vous apportent votre famille…"


Texte et photo : service com de la ville de Mèze.

Lieu d'accès multimedia à Mèze

Christel Rigolet, formatrice insertion et animation du LAM-ACCES de Mèze, nous communique :

 

Le centre "A.C.C.E.S" (Accompagnement Collectif Emploi et Solidarité), présent depuis plus de 10 ans sur la commune  de Mèze, a ouvert depuis peu un L.A.M (Lieu d'Accès Multimédia) dans ses locaux Mézois (9, rue Voltaire - à côté de l'école Clemenceau). Ce lieu est gratuit, accessible à tout public, il permet de s'initier à l'outil bureautique et numérique. Le dispositif a été mis en place avec le concours du Conseil Départemental de l'Hérault.

Sa vocation principale est l’accompagnement aux usages de l’e-administration (CAF,MSA,CPAM « ameli.fr », MDPH34, impôts.gouv.fr, Pôle emploi.fr, se former en région, etc.), du service transport public (SNCF, Hérault Transport, TAM) ainsi que d’autres domaines (état civil, carte grise, carte nationale d’identité, passeport / services,…)

Le LAM propose :

  • Un accompagnement à l’utilisation des outils numériques, bureautiques, internet et multimédia.
  • Une mise à disposition des outils pour une consultation autonome et démarches en ligne.

68 : révolte ou révolution ?

Michel Negrell, philosophe Mézois, réunissait ce jeudi 31 mai, à l'Atelier Dominique Schaetzel, une vingtaine de personnes en majorité "Soixante-huitard(e)s". Actifs ou "passifs" (car mineur(e)s au moment des évènements) chacun(e) a échangé… 50 ans plus tard, la cicatrice "positive" ou "négative" est encore à vif !

Michel découpe "son" exposé en trois mouvements en précisant que c'est sa vision des choses en tant que participant actif de 68 (étudiant essentiellement) :

  • « Mai 68 » n’est pas un mois : c’est au moins 10 ans, voire 20.  Mai – Juin a un avant et un après. Il y a l’amont et l’aval. En amont 54 ou 67, en aval 74 ou 77… les années qui ont précédé 68 ont vu le chômage doubler… un pouvoir d'achat s'effondrer… l'engagement des OS (travailleur non-qualifié) s'accroît, l'autorité des patrons se durcit, celles des enseignants ne fait plus recette… Les CAL (comité d'action Lycéen) se mobilisent contre les "lycées-casernes", réclament liberté d'expression, mixité, liberté sexuelle, contrôle des naissances… Déjà, en amont (de 54 à 62), c'est le temps des colères déterminées et de prises de positions contre : guerre d'Algérie et guerres coloniales, impérialisme américain en Indochine… également le refus du service militaire… Cette génération contestataire est influencée par Trotskistes, Communistes, Chrétiens progressistes… elle va former "les cadres" des prochaines mobilisations… Conséquence : les syndicats sont dépassés car bon nombre de non-syndiqués sont dans la lutte… tout va très vite… et le mouvement français rentre en échos avec le Mexique, l'Allemagne, l'Italie, la Tchécoslovaquie, les États-Unis, la Chine, le Japon, la Palestine…

Mai - Juin 68 est l’explosion d’un ras-le-bol dû à la rencontre du mécontentement populaire des années passées et de l’incapacité du gouvernement du capitalisme d’État de prendre une tournure libérale. L’étincelle qui met le feu… c’est la répression de la manifestation du 3 mai à La Sorbonne qui se transforme en émeute…

  • Il y a eu, toujours selon Michel, 3 mai…

1) Le premier est celui des revendications corporatistes étudiantes (apprendre) et ouvrières (produire). On s'exprime séparément mais on est solidaire… On innove : grèves, manifs, blocages, occupations et barricades. On fonctionne à l'action directe (je dis et je fais),… Virulence, dogmatisme et poésie règnent en maître dans les assemblées…

2) Le deuxième concerne la libéralisation des mœurs… il est porté par les étudiants et par les formules : « Jouissez sans entraves », « Vivez sans contrainte », « Il est interdit  d’interdit », « Soyez réaliste demandez l’impossible », « Ne travaillez jamais », « Désirer la réalité, c’est bien ! Réaliser ses désirs c’est mieux», « Je prends mes désirs pour la réalité car je crois en la réalité de mes désirs », « Oublier tout ce que vous avez appris. Commencer par rêver », « Il est interdit d’interdire », « Ne changeons pas d'employeurs, changeons l'emploi de la vie »… C'est l'éclosion du mouvement "hippie", des vies communautaires, de "l'amour libre", l'acquisition du droit à la contraception et à l'avortement… Sont évoqués aussi les droits des homosexuels, des enfants…

3) Le 3ème mai concerne l'unité étudiant-ouvrier… Les deux univers s'allient mais la méfiance est de rigueur… La génération les réunit, leur destin de classe les sépare. Pour les jeunes ouvrier(e)s, la libération des mœurs n’est pas prioritaire par rapport à la libération sociale des rapports d’exploitation et d’oppression du travail… Des comités d’action travailleurs – étudiants (CATE) voient le jour, mais rarement dans des entreprises… Les étudiants restent souvent à la porte des usines même occupées en raison d’une méfiance des ouvriers et de l’opposition des syndicats. Trop de politisation ? La jonction s’est effectuée mais sans assimilation…

  • Le 3ème moment a des allures de bilan…

En Mai 68  tous les militant(e)s, partagent le refus de la forme parlementaire de l’État (« Élections piège à con ! »), le constat que la gauche est récalcitrante voire hostile à l’autonomie ouvrière et étudiante. Mai 68 enseigne qu’un mouvement massif et joyeux ne suffit pas à faire céder l’État. Mai 68 enseigne que dans l’unité étudiant - ouvrier  la parité n’est pas possible. La question du rôle dirigeant est inévitable et l’existence d’une organisation politique est nécessaire… On distingue 3 catégories d'engagé(e)s :

- les contestataires (les plus nombreux)… 68 est un coup de pied dans la fourmilière politique : "Adviendra ce qui adviendra !"…

- les militants (Comités d'Action, coordinations)… libertaires, anarchistes, trotskistes (JCR) soutiennent et dirigent une cogestion "inter-classiste" de la société…

- les partisans de la révolution (Trotskystes Lutte Ouvrière, Maoïstes) entendent la mener sous la direction de la classe ouvrière notamment aux portes des usines…

Une chose est certaine, tous les révoltés de 68 ont dépassé la revendication pour la contestation du système capitaliste, beaucoup se sont néanmoins inscrits in fine comme force de pression sur le régime de démocratie parlementaire pour l’inspirer et le contrôler… On a certes raison de se révolter, mais cela ne suffit pas. Cela parait évident à la fin de la séquence 68, c’est-à-dire en 74 ou 77…

 Après un cours intermède de sustentation, l'assemblée a échangé : vécu pour certains, bilan pour les autres… Les comparaisons 1968-2018 sont allées bon train… Quoi de plus naturel ! Révolte ou révolution ? Si cette dernière est toujours en marche, il est de notre avis que MAI 68 ait été une révolte… cela n'engage que nous bien évidemment.À droite, Dominique Schaetzel, l'artiste plasticienne Mézoise, qui nous a gentiment accueilli dans son atelier.

Ouvrages sur Mèze

Alain Cambon
Depuis un demi-siècle, Alain Cambon collectionne avec passion des clichés de sa terre natale. Après une sélection rigoureuse parmi ses très nombreuses photographies et cartes postales anciennes, précieux témoignages historiques, l'auteur révèle dans ce troisième volume la remarquable métamorphose de Mèze durant le XXe siècle. C'est l'occasion pour Alain Cambon d'aborder notamment l'après-seconde guerre mondiale, période pendant laquelle les Mézois, débordant de courage et d'opiniâtreté, valorisèrent les nombreux atouts terrestres et maritimes que la nature avait bien voulu leur donner. Et dans ces pages, le développement de la conchyliculture dès 1960, l'arrivée des rapatriés d'Algérie et la reprise de l'exploitation des mines de bauxite par la compagnie Péchiney, qui relancèrent l'activité économique de la cité, ne sont pas oubliés. Cette rétrospective devrait raviver les mémoires et faire resurgir, peut-être avec un brin de nostalgie, de nombreux souvenirs.