Occitanie

Cap croissance pour l’aéroport Montpellier Méditerranée

Les nouveaux équipements de l’aéroport Montpellier-Méditerranée, agrandi et modernisé pour plus de 15 M€, ont été inaugurés ce mardi 7 mai. Actionnaire et soutien de l’aéroport, la Région favorise une stratégie aéroportuaire concertée à l’échelle de l’Occitanie, forte de 10 aéroports.

JPEG - 1 Mo

Les équipements inaugurés ce 7 mai, en compagnie de la présidente de la Région et de plusieurs centaines d’invités, constituent une étape cruciale dans la vie de l’aéroport Montpellier-Méditerranée, l’aérogare historique datant de 1977 et son agrandissement de 1990. En échange de travaux de 15,5 M€, l’aéroport a gagné aujourd’hui 5500 m² : le nouveau hall 2 accueille au rez-de chaussée les opérations d’enregistrement et à l’étage des salles de pré-embarquement, travail et détente. Sa construction a permis d’installer un traitement de pointe des bagages en soute.

Autres nouveautés  : une zone commerciale de plus de 1000 m2, un espace duty free déplacé, agrandi et embelli, l’installation de l’enseigne Bread & Co. Originalités : un show-room de 70 m2 diffuse en avant-première l’épisode du jour de la série Un si grand Soleil de France 2, tournée à Montpellier et alentours, et un kiosque fait visionner des films en réalité virtuelle sur la richesse des sites d’Occitanie.

Les retombées de l’’aéroport Montpellier Méditerranée sont importantes : il génère 3 300 emplois, réalise 597 M€ de chiffre d’affaires annuel et 332 M€ de valeur ajoutée, félicite Carole Delga. Les touristes qui le fréquentent dépensent 266 M€ dans l’économie locale. Nos 10 aéroports sont une force : ils produisent 2,745 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel en Occitanie, contribuent pour 1,477 milliards au PIB régional et font travailler près de 18 800 personnes en Occitanie.

Après deux années de forte croissance, l’aéroport Montpellier Méditerranée a consolidé son trafic passagers en 2018 : son tarmac a été foulé par près de 1,879 million de passagers, nouveau record historique.

JPEG - 420.7 koActionnaire de l’aéroport, la Région Occitanie appuie le développement du trafic aérien, pour lequel elle a versé plus de 4,6 M€ de subventions depuis 2010. Membre du conseil de surveillance, elle a approuvé le plan stratégique « Destination 2020 » de 70 M€ d’investissement, qui permettra à terme de traiter jusqu’à 2,5 millions de passagers annuels. La Région va aussi engager 25% du coût de réalisation de la liaison entre les RD 189 et RD172, qui sera mise en service fin 2021 pour favoriser le développement de la zone de fret de l’aéroport.

En savoir plus

Patrimoine maritime d’Occitanie

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et le Parlement de la Mer ouvrent leur patrimoine maritime au public. Cette action s’effectue grâce au Groupe de Travail Patrimoine Maritime d’Occitanie sur le support data.laregion.fr.

Ce Groupe de Travail collecte des documents qui illustrent le patrimoine ; historique, sociétal, corporatif, sportif, vivant et immatériel du littoral et du monde maritime de la région Occitanie.

La collecte de ces documents s’effectue grâce à vos contributions.

En savoir plus

Développons l'économie circulaire

Jusqu’au 5 juillet 2019 déposez vos projets en faveur du développement de l’économie circulaire et de la lutte contre le gaspillage alimentaire sur la Région citoyenne. Et sélectionnez les projets qui vous plaisent le plus du 11 septembre au 9 octobre 2019.

 

La démarche

Depuis avril 2016, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée élabore son Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets (PRPGD) conformément à une nouvelle compétence confiée aux Régions par la loi NOTRe. Ce projet se fixe pour ambition d’atteindre en valeur et en calendrier les objectifs de la Loi pour la Transition Energétique et la Croissance Verte (LTECV).

Par ailleurs, la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) anime en Occitanie depuis 2010 le Plan Régional de l’Alimentation (PRA), déclinaison régionale de Programme National de l’Alimentation (PNA). La lutte contre le gaspillage alimentaire est un des axes majeurs de ce programme.

 

 


Les engagements de la Région

La Région s’est engagée de manière volontaire dans une démarche globale vers une économie plus circulaire, qui vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer notre impact sur l’environnement.

De plus, des centaines d’initiatives liées à la lutte contre le gaspillage alimentaire ont ainsi été recensées en région par la DRAAF et l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) en 2014 puis en 2016. Des appels à projets conjoints DRAAF, ADEME et/ou la Région Occitanie ont été lancés à plusieurs reprises (2015, 2016 et 2017) pour soutenir les initiatives visant à réduire le gaspillage alimentaire, et plus largement s’inscrivant dans l’économie circulaire.

La DRAAF a donc logiquement souhaité s’inscrire dans cette continuité d’actions en s’associant, via le PRA, à un nouvel appel projet lancé par la Région Occitanie :

 « Appel à projets participatif pour développer l’économie circulaire et la lutte contre le gaspillage alimentaire ».

Par cet appel à projets participatif - qui constitue une première expérimentation en matière de participation citoyenne à l’échelle de la Région Occitanie – les citoyen·ne·s sélectionneront des projets qui pourront être soutenus par la DRAAF et la Région Occitanie, tout en veillant à une répartition territoriale et thématique équilibrée des projets.


Qui peut participer ?

Cet appel à projets s’adresse en priorité aux acteurs qui sont étrangers au champ de l’économie[1] circulaire, pour les amener à conduire une réflexion et à proposer des actions innovantes répondant à cet enjeu. L’aide régionale peut aller de 1 500 € à  40 000 €, pour financer des projets qui seront mis en œuvre en 2020.


Comment faire ?

Pour proposer votre projet, vous devez remplir le formulaire de dépôt sur la Région citoyenne, jusqu’au 7 juillet.


Que se passe-t-il à cette étape ?

Le comité d’instruction vérifie que le projet répond aux critères d’éligibilité définis par le règlement de l’appel à projets, qui est disponible en pièce jointeCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">. Si tel est le cas il pourra passer à l’étape de sélection citoyenne.

 

Rendez-vous jusqu’au 5 juillet pour déposer vos projets et du 11 septembre  au 9 octobre pour la sélection citoyenne !

 

PARTICIPEZ !

Apprentissage : Anie, l’appli’ à mettre dans toutes les mains

Gratuite, l'appli Anie connecte employeurs et apprentis

Le 25 avril, le magasin Super U de Thuir a posté sa recherche d’apprenti boulanger. La veille, Print Enveloppe de Cugnaux a publié un poste en alternance de conducteur d’imprimante offset et le restaurant Clerc de Prudhomat (Lot) sa volonté de recruter un cuisinier dans le cadre d’un CAP en apprentissage. Ces trois offres figurent parmi celles intégrées dans « Anie », l’application innovante de matching développée par la Région Occitanie avec l’appui du groupe toulousain de formation Bizness.
En quelque sorte le « Tinder de l’apprentissage »

Unique en France et entièrement gratuite, Anie a été lancée en mars 2018 lors du salon TAF de Toulouse. Depuis, recruteurs et apprentis s’y sont rencontrés et « mariés ». Inscrite sur Anie en 2018, Alès Paysages de Saint-Christol-les-Alès y a trouvé son apprenti en espaces verts. De son côté, l’artisan en isolation thermique Ludovic Moreau, installé à Lherm en Haute-Garonne, recommande Anie pour sa « facilité d’utilisation » et le « gain de temps ».

Pratique, Anie existe sous tous les formats : elle est téléchargeable en version mobile sur les stores Android et Apple, ou utilisable sur Internet en version web app. Outre le matching, Anie propose un parcours complet, à partir de la création d’un profil jusqu’à la conclusion d’un entretien d’embauche. Un chatbot (agent conversationnel en bon français) faisant appel à l’intelligence artificielle, au cinéma interactif et à la formation ludique, permet de s’informer sur les modalités de l’apprentissage, côté recruteur comme apprenti. Les candidats peuvent apprendre à postuler, à préparer un entretien via des mini-jeux, visionner des podcasts et des « tutos ».

Aujourd’hui, l’apprentissage, filière de formation d’excellence et réelle voie d’insertion dans l’emploi, forme plus de 38 000 jeunes d’Occitanie. Alors restez à l’affût, car de nouvelles offres sont postées quotidiennement sur Anie…

Le succès du Plan régional de développement de l’apprentissage
Dès 2017, la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée a déployé son Plan régional de développement de l’apprentissage, avec l’ambition d’atteindre 40 000 apprentis en Occitanie d’ici 2022, soit une augmentation moyenne de 3,3 % par an. Les résultats sont là : au 1er janvier 2019, l’Occitanie recense 38 364 apprentis, soit 5,2% de plus que début 2018.
Bon à savoir : si la rentrée 2019 sera la dernière où la Région assurera la compétence pleine et entière de l’apprentissage en Occitanie, elle pilotera toujours le Service Public Régional de l’Orientation.
En savoir plus

Durant le « Joli Mois » de mai, c’est la fête de l’Europe en Occitanie

L'Erasmus Day à l'hôtel de Région de Montpellier en 2017.
L’Erasmus Day à l’hôtel de Région de Montpellier en 2017.

28 pays, 24 langues officielles, 160 milliards d’euros de budget annuel, 751 députés… Qui suis-je ?

Réponse : l’Union européenne.
Chaque année au mois de mai, « Le Joli Mois de l’Europe », une manifestation copilotée par la Région et l’Etat, est l’occasion de visiter des projets financés par les fonds européens, de s’informer sur le réel impact de l’Europe dans la vie quotidienne via des débats, des expositions, des animations, des spectacles ou des balades.

En Occitanie, des manifestations auront lieu dans de nombreux territoires : l’école d’ingénieurs Enit de Tarbes accueillera dans le hall de son Grand Amphi une exposition sur l’Europe et la Recherche tout le mois de mai. À Nîmes, le lycée Hemingway recevra le 15 mai une conférence sur la citoyenneté européenne organisée par la Maison de l’Europe. À Labruguière dans le Tarn, une marche santé se terminera le 7 mai par une exposition sur l’Europe. Mons, en Haute-Garonne, programme sa Fête de l’Europe les 11 et 12 mai, et Sète la tiendra le 16 mai place Aristide Briand, sous la forme d’un « village européen ». De son côté, Bagnères-de-Bigorre programme une « Semaine du cinéma européen » du 23 au 26 mai. Autre exemple, pour aborder « la part d’Europe en nous », les amis de la bibliothèque de Florac et le pôle d’excellence territoriale Sud Lozère invitent à une soirée d’échanges le 23 mai.

Trouvez un événement près de chez vous sur la carte en lien en fin d’article.

Je porte la vision d’une Europe des Régions, affirme la présidente de Région Carole Delga. C’est dans les territoires que s’inscrit l’avenir de l’Union européenne, avec l’énergie des gens qui y vivent, qui y travaillent et y investissent.
En Occitanie, 3 milliards de fonds européens contribuent à des dizaines de milliers de projets
L’Union européenne engagera plus de 3 milliards en Occitanie - dont 2,8 gérés par la Région - pour ses politiques de cohésion, développement rural et pêche entre 2014 et 2020. Ces fonds (Feder, Feader, FSE, Feamp, programmes de massifs, inter-régionaux ou transfrontaliers) font avancer des dizaines de milliers de projets d’entreprises, associations, particuliers et collectivités d’Occitanie.
En savoir plus

Une ambition maritime pour l’Occitanie

Du port de Sète aux parcs à huîtres du bassin de Thau et au Grand Site Occitanie / Sud de France Agde-Pézenas, la Région intervient en Hérault pour appuyer la croissance bleue et le tourisme durable, via le Plan Littoral 21. Zoom sur l’ambition maritime d’Occitanie.

La mer est un atour majeur en Occitanie. La Région soutient notamment la modernisation des infrastructures portuaires et maritimes, comme ici à Sète
La mer est un atour majeur en Occitanie. La Région soutient notamment la modernisation des infrastructures portuaires et maritimes, comme ici à Sète

En bus et pilotine (bateau-pilote), le directeur général du Port de Sète-Frontignan, propriété de la Région, a fait visiter ce jeudi 25 avril les grands équipements du port de commerce, pêche et plaisance (la gare maritime, le bassin Colbert, le quai H dédié au transit automobile, aux croisières et à l’éolien, le terminal vrac, le môle Masselin…) à une délégation composée du préfet et de la présidente de Région, d’élus héraultais et de professionnels.

De 2014 à 2018, le port a enregistré plus de 40 % de croissance de son chiffre d’affaires (20 M€). Pour en faire un port de référence en Méditerranée, 400 M€ de ressources publiques et privées seront injectés entre 2018 et 2020. Après ce dialogue avec la communauté portuaire, la présidente de Région a rejoint le bassin de Thau pour déjeuner à Marseillan avec une dizaine de conchyliculteurs et les représentants du comité régional conchylicole de Méditerranée et le Cepralmar. Au menu : l’avenir de la conchyliculture, qui fait vivre 2 000 personnes.

Le XXIe siècle sera celui de la mer et de la croissance bleue. La mer est un atout majeur que je me suis engagée à développer pour faire de l’Occitanie une vitrine française de la résilience écologique, avec un littoral symbole d’attractivité, d’accueil et d’économie innovante, lance Carole Delga. Mené avec l’Etat et la Caisse des Dépôts, notre Plan Littoral 21 assurera la modernisation des infrastructures portuaires et touristiques, le développement de l’éolien en mer, l’aménagement de la côte, la valorisation des espaces protégés et le soutien de l’innovation.
Le nouveau Palais des Congrès à Agde est doté d'une salle de 1 150 places

Deux actions soutenues par le Plan Littoral 21 ont été ensuite valorisées au Cap d’Agde : le projet environnemental Récif’Lab bénéficie d’une aide régionale de près de 132 000 € et le nouveau Palais des Congrès d’une contribution de 3,3 M€. Projet de trois ans piloté par le bureau d’études montpelliérain Seaboost, Récif’Lab installe des récifs artificiels et des zones de mouillage écologique pour restaurer les écosystèmes de l’aire marine protégée de la Côte agathoise. Inauguré ce jeudi, le Palais des Congrès Cap d’Agde Méditerranée salle de 1 150 places est l’un des atouts du Grand site Occitanie / Sud de France Agde-Pézenas que la Région a signé avec les villes d’Agde et Pézenas et l’agglomération Hérault Méditerranée. Ce contrat veut notamment renforcer la complémentarité Terre - Mer. Parmi ses joyaux : les cœurs historiques d’Agde et Pézenas, le canal du Midi, le Théâtre de Pézenas, le musée de l’Ephèbe et la Villa Laurens.

La croissance bleue en Occitanie, ce sont 220 kilomètres de rivage, 70 ports de plaisances, maritimes, lacustres et fluviaux, 4 ports de pêche (Grau du Roi, Sète-Frontignan, Agde et Port-la-Nouvelle), 3 ports de commerce (Sète, Port-la-Nouvelle et Port-Vendres ), le port fluvial de Laudun l’Ardoise, le Parc naturel marin du Golfe du Lion, 4 000 km² marins protégés, 20 stations balnéaires, et 180 000 passagers et croisiéristes à Sète-Frontignan, Port-la-Nouvelle et Port-Vendres.

Carole Delga à propos de Beaucaire

Carole Delga : « Non, Beaucaire n'est pas victime de discrimination, oui, je combats les idées d'extrême droite et les combattrai toujours »

 

« La décision de la Cour d'Appel de Nîmes vient contredire le jugement en première instance qui avait déclaré "irrecevable" la plainte du maire de Beaucaire suite à un différend sur le Contrat de ville de 2015, portant sur l'ajout de plusieurs projets, sans concertation avec la Région, pourtant premier financeur », a déclaré ce jour Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée. 

« Je réaffirme ici que le choix d'implantation d'un lycée, qui concerne chaque région de ce pays, ne peut se faire sous injonction de la justice ou de caprice politique, mais bien à partir d'éléments réalistes, dument visés par l'Education Nationale, notamment sur des études de croissance démographique. Dans le Gard, le besoin clairement identifié était ainsi à l'Ouest de Nîmes, les lycéens de Beaucaire bénéficiant déjà de deux lycées à moins de 15 minutes et qui ne sont pas saturés.

Comme tous les habitants d'Occitanie, les Beaucairois bénéficient d'aides de la Région depuis 3 ans à la même hauteur que sous les précédents mandats. Depuis 2016, ce sont ainsi 6,1 M€ investis dans cette commune, avec notamment la rénovation importante du lycée professionnel Paul-Langevin ou les travaux de confortement de la digue sur la rive droite du Rhône. Des entreprises, des associations, des clubs sportifs, des manifestations sont soutenus car répondant aux critères de la Région. 

En fait, les attendus de ce jugement, chacun pourra le constater à leur lecture, sont bien politiques, en témoigne cette phrase : "Force est de constater que les pièces versées aux débats démontrent à l'évidence la détermination de Mme Delga à lutter contre le FN... " 

Oui, je le réaffirme : je combats l'extrême droite et ses idées au nom des valeurs de la République et je la combattrai toujours. Voilà pourquoi j'ai signalé à la justice, à plusieurs reprises, des propos inadmissibles tenus par des élus du Rassemblement National lors d'assemblées plénières de la Région. Je rappelle que M. Sanchez  déclarait ainsi le 3 novembre 2017 : "Bientôt, vous allez nous dire que pour lutter contre l'islamisme, il faut valoriser les coutumes importées, et puis, si les attentats continuent, vous ferez peut-être un festival de la burka à Martres-Tolosane ou un festival de l'excision". Ou encore ces cris venus des bancs du RN "Titanic, Titanic" quand la Région Occitanie propose d'accueillir dans un de ses ports, le bateau l'Aquarius, de l'association SOS Méditerranée...

La justice n'a toujours pas réagi à ce jour, invoquant juste des "propos pour le moins déplacés" : je le regrette vivement comme tous les démocrates attachés aux principes républicains. Car, derrière ces procédures - nous en sommes à une vingtaine de procès du RN contre la Région Occitanie -, il y a bien un projet politique de haine et de division. 

Je mène la Région Occitanie avec détermination, sérieux, énergie et impartialité, avec des valeurs et un attachement indéfectible à ce qui fait notre France, généreuse, fraternelle et laïque.

Aussi, parce que j'estime que cette décision est infondée et pourrait avoir de lourdes conséquences demain pour l'ensemble des collectivités locales, j'ai décidé de me pourvoir en cassation. » 

« Tiers Lieux Occitanie », un réseau d’espaces de travail collaboratif labellisés

Pour encourager le télétravail, la mobilité et les usages numériques, la Région accompagne des tiers-lieux, dans les métropoles ou à la campagne. Elle a créé le label « Tiers Lieux Occitanie » pour rendre plus visibles ces espaces de coworking et de coopération, et constituer un réseau régional.

Les tiers-lieux encouragent la mobilité et le travail collaboratif
Les tiers-lieux encouragent la mobilité et le travail collaboratif

Espaces de travail collaboratif et de médiation numérique, les tiers-lieux proposent aux travailleurs nomades, aux start-up ou petites structures des bureaux bien équipés, des ateliers et des animations, qui permettent à la fois de travailler et de nouer des relations professionnelles, de manière permanente ou le temps du passage. La Région a monté une politique globale d’accompagnement de ces espaces, qui s’incarne dans le label « Tiers Lieux Occitanie ».

Appel à projets 2019


La Région renouvelle son appel à projets pour la labellisation des tiers-lieux en Occitanie. Vous avez jusqu’au 20 septembre 2019 pour déposer votre candidature ici

 L’appel à projets régional lancé en 2018 a suscité plus de 60 candidatures. En octobre puis en décembre 2018, la Région a choisi des lauréats et labellisé 51 tiers-lieux au total. Tous ouverts depuis plus d’un an (c’était l’une des conditions du soutien de la Région), ils sont implantés partout en Occitanie, en métropoles ou à la campagne : à Castres, Limoux, Saint-Gaudens, comme à Caupenne-d’Armagnac dans le Gers, à Toulouse, Nîmes ou Saint-Chély d’Apcher.

À leur origine se trouvent aussi bien des associations comme Soho Solo d’Auch, des collectivités locales comme la communauté de communes gardoise du Vigan, que des acteurs privés à l’image des coopératives Laëtis à Arvieu en Aveyron et Les Imaginations Fertiles à Toulouse. Grâce à l’aide régionale, ces acteurs vont proposer de nouveaux services, développer leurs actions d’animation et formation, renouveler le matériel, faire grandir le nombre d’utilisateurs…
Globalement, la Région consacre plus de 2 M€ pour soutenir les tiers-lieux dans toute l’Occitanie. Ils sont référencés sur une plateforme web réalisée par l’agence régionale Ad’Occ, en charge de l’animation du réseau.

Dans son rapport 2018, la Mission Coworking du CGET a recensé 163 tiers-lieux en Occitanie au début de l’année 2018. Bon à savoir : la « Cité des start-up » de Toulouse, présentée en février dernier par la Région, comprendra dès début 2020 un tiers-lieu avec 280 postes de travail en coworking, des salles de réunion et de projets, des espaces de conférence et de restauration…

Croissance Bleue & Plan Littoral 21 : Carole Delga en déplacement à Sète, Marseillan et Agde

En déplacement à Sète, Marseillan et Agde ce jeudi 25, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a précisé: "La Région Occitanie, des Pyrénées à la Méditerranée est résolument tournée vers la mer et particulièrement attentive au développement et à l’attractivité de ses ports, des activités halieutiques et des stations du littoral. Notre ambition maritime, est plus qu’un choix, elle est un devoir ! La mer est un atout majeur pour notre territoire, je me suis engagée à le développer pour faire de l’Occitanie une vitrine française de la résilience écologique, avec un littoral symbole d’attractivité, d’accueil et du vivre ensemble et une économie innovante qui irrigue tout le territoire. C’est tout le sens de notre Plan Littoral 21, lancé en 2016 afin d’assurer, aux côtés de l’Etat et de la Caisse des Dépôts, la modernisation des infrastructures portuaires et touristiques, le développement de l’éolien en mer, l’aménagement de la côte, la valorisation des espaces protégés comme notre parc naturel marin, et soutenir l’innovation sous toutes ses formes."caroleCapture

 

La croissance bleue en Occitanie c’est :

220 kilomètres de rivage
• 70 ports de plaisances, maritimes, lacustres et fluviaux
• 4 ports de pêche dotés d’une halle à marée (Grau du Roi,
Sète-Frontignan, Agde, Port-la-Nouvelle)
• 3 ports de commerce - Sète, Port-la-Nouvelle, Port-
Vendres
• 1 port fluvial – Laudun l’Ardoise
• 6,3 millions de tonnes de frêt en 2017
• 1 parc naturel marin du Golfe du Lion – 4 000km²
protégés en mer
• 20 stations balnéaires
• 180 000 passagers et croisiéristes dans les ports de
Sète-Frontignan, Port-la-Nouvelle et Port-Vendrescarole_ANT6871

ENTRE 2008 ET 2020, 500 MILLIONS D’EUROS MOBILISÉS POUR LE PORT DE SÈTE/FRONTIGNAN

Le port de Sète-Frontignan, propriété de la Région Occitanie / Pyrénées- Méditerranée, bénéficie depuis plus de 12 ans d’investissements ambitieux. Près de 500 M€ seront ainsi mobilisés entre 2008 et 2020 par des ressources privées et publiques, pour faire de lui un port de référence en Méditerranée.

 La Région est aux côtés de l’EPR Port Sud de France pour le développement de toutes les activités du port, le commerce, la pêche, la plaisance, dans un souci d’intégration urbaine des infrastructures et d’exemplarité quant à la valorisation et la protection de l’environnement. L’EPR Port Sud de France est certifié Iso 9 001, 14 001 et Port Propre. La Région s’engage par ailleurs auprès des entreprises et de l’ensemble des filières halieutique, de la pêche, de la conchyliculture et de la plaisance

ACTIVITÉ PORTUAIRE : + 8% DE CROISSANCE EN 2018

Le Port de Sète Sud de France confirme le développement de ses activités avec une croissance de son chiffre d’affaires de 8% en 2018 soit un nouveau record d’activité pour la 5ème année consécutive et 41 % de croissance sur 5 ans. Le Port dépasse ainsi d’une année ses objectifs de chiffre d’affaires du projet stratégique 2015-2020.carole4444Capture

COMMERCE Fruit d’une année exceptionnelle sur l’import de véhicules neufs (en progression de 32% en 2018 avec 120 000 véhicules), le développement de la croisière et la reprise de l’activité ferry, le trafic du port de Sète-Frontignan a atteint 4,1 millions de tonnes en 2018, soit une augmentation de 24% du trafic sur 4 ans.

L’intermodalité est également un facteur clé, avec l’interconnexion des trafics maritime, fluvial, ferroviaire et routier : 250 000T par le fluvial et 400 000T par voie ferroviaire.

PECHE

Grâce à la diversification des activités, le CA sur le port de pêche a été légèrement à la hausse en 2018, confirmant ainsi une 3ème année de progression successive avec + 19,6% de CA sur 3 ans et + 6,1% de produits débarqués.

PLAISANCE

Après une année 2017 fortement impactée par les travaux de rénovation du plan d’eau du môle Saint-Louis, le port de plaisance a renoué avec la croissance pour atteindre un nouveau record de CA (+10 % en 2018), dépassant les 2M€ de recettes annuelles. Le trafic passager progresse également de façon exponentielle : + 46% sur le ferry et la croisière en 2018.

LES PROJETS IMPORTANTS CONDUITS ACTUELLEMENT SUR LE PORT

• Le projet du groupe BP concernant le dépôt pétrolier de Frontignan : Le groupe BP a investi 100M€ sur le port afin de sécuriser son approvisionnement en carburant sur le dépôt de Frontignan via la création d’un appontement pétrolier dans la darse n°2. Ce projet a également permis la création d’un nouveau terreplein de 17 hectares sur le port, financé par la Région à hauteur de 4 M€.

• La création d’une plateforme intermodale (6M€) pour les trains de marchandises : Des travaux importants vont être menés dès 2019 par le port et la Région pour créer les conditions favorables au développement du trafic de remorques sur des trains (création de nouvelles voies, zone de chargement de trains…).

• Le Terminal Passager (64M€) : Ce projet phare de la Région sur le port se poursuit avec une livraison prévue en 2022. Il prend également une nouvelle dimension avec le développement du nombre des croisiéristes qui visitent Sète.

• Le remplacement du pont Sadi Carnot (12M€) : La livraison du nouveau pont, capital pour la ville et pour le développement de la plaisance et des échanges entre la mer et l’étang de Thau, est prévu pour mi-juillet.carole666Capture

• Renouvellement de la drague (20M€) : La Région conduit également ce chantier primordial pour la pérennité de l’activité portuaire via l’entretien du tirant d’eau des bassins. Ces 5 projets représentent plus de 200 M€ d’investissement publics et privés en cours sur le port (hors investissement courant) qui s’ajoutent aux 300M€ réalisés sur la période 2008 / 2018 sur le port. Le projet stratégique à 400 M€ d’investissement d’ici 2020 et donc largement dépassé.

LA RÉGION AU SOUTIEN DE LA FILIÈRE CONCHYLICULTURE La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée gère le Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche (FEAMP), représentant une enveloppe de 12,8M€ pour la période 2014-2020. Le FEAMP permet de soutenir la modernisation des entreprises de l’aquaculture dont la conchyliculture.

Depuis 2016, 76 dossiers de la filière conchyliculture ont ainsi pu être accompagnés représentant 20 M€ d’investissements au total et 7,5M€ d’aide publique dont 2,8M€ d’aide Région et 4,7 M€ de FEAMP.carole33Capture

• 510 entreprises dont 450 sur Thau, 22 sur Leucate et 38 en mer sur filières

• 2 000 emplois

• Production annuelle de 13 000 tonnes d’huîtres et 3 000 tonnes de moules

• Chiffre d’affaires de l’ordre de 40 M €

• 10% de la production nationale

• 95% de la production en Méditerranée française (Occitanie, PACA, Corse)

1M€ de la Région mobilisés pour lutter contre la malaïgue. La malaïgue est un phénomène naturel, lié à l’élévation de la température de l’eau et à l’absence de vent entrainant une anoxie du milieu et la mort des coquillages.

Le réchauffement climatique et l’augmentation du risque canicule font craindre un renforcement de ce type de phénomène dans les années à venir.

Suite au phénomène de malaïgue qui a touché l’étang de Thau l’été dernier, la Région Occitanie a voté une aide d’1M€. 700 000€ ont été attribués à 150 conchyliculteurs pour les soutenir face à la perte de leur production.

 

Le reste de l’aide régionale est consacrée à la recherche sur le phénomène des « eaux vertes » (phytoplancton non assimilable par les huîtres, d’où un manque de nourriture) et sur la sectorisation de l’étang, qui permet la fermeture uniquement du secteur touché lors de la contamination, et ainsi d’éviter de pénaliser l’ensemble de la production de l’étang de Thau.

Exemples de projets financés à Agde dans le cadre du Plan Littoral 21

• LE PROJET RÉCIF’LAB Ce projet innovant a pour ambition de mettre en oeuvre des récifs artificiels permettant la restauration des différents milieux naturels du littoral, altérés par les aménagements côtiers et les activités anthropiques, en proposant une solution multi-échelles et multi-acteurs, basée sur de l’innovation en ingénierie écologique :

• X-Reef : des micro-récifs seront utilisés pour le balisage écologique dès 300 mètres. D’ici le mois de mai, 32 modules en béton 3D seront installés, suite à une période d’expérimentation portée par l’AMPCA (l’Aire Marine Protégées de la Côte Agathoise).

• Zone de mouillages écologiques : pour organiser la fréquentation plaisancière et des plongeurs au niveau du fort Brescou.

• Création d’un récif artificiel de loisir : destiné à la plongée afin de délester les zones naturelles fragile de la fréquentation. Son immersion est prévue à l’été 2020. Ce projet a bénéficié de près de 840 000 € de financements dans le cadre du Plan Littoral 21 dont 720 000€ de l’Etat (ADEME) et près de 132 000€ de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

LE PALAIS DES CONGRÈS CAP D’AGDE MÉDITERRANÉE PLA LITTORAL 21

Avec 186 190 lits touristiques, 14 kilomètres de plages, un port de plaisance de 4 100 anneaux, un patrimoine antique exceptionnel et des espaces naturels classés (Canal du Midi, Réserve du Bagnas), Agde est un pôle touristique de premier plan en Occitanie. Dans la continuité de grands travaux menés sur la station du Cap d’Agde pour renforcer son image et son offre, la Commune a décidé de reconfigurer les infrastructures routières de l’entrée de la station, de réaménager son coeur touristique avec la modernisation des équipements et des espaces publics.

En complément, la Commune a réalisé un Palais des Congrès, destiné à diversifier sa clientèle et à développer l’activité touristique tout au long de l’année avec une programmation d’évènements culturels et l’organisation de séminaires, congrès et conventions. La salle de 1 151 places, modulable en fonction des manifestations, est adossée à un espace d’exposition.

La Région a mobilisé plus de 3,2 M€ pour financer la création du Palais des Congrès Cap d’Agde Méditerranée et de ses abords.

UNE POLITIQUE TOURISTIQUE D’ENVERGURE POUR SOUTENIR L’ATTRACTIVITÉ DES TERRITOIRES

Croissance Bleue et Plan littoral 21

• LE GRAND SITE OCCITANIE / SUD DE FRANCE « AGDE-PÉZENAS » Le nouveau Grand Site Occitanie / Sud de France « Agde - Pézenas » s’étend sur le territoire de la communauté d’agglomération Hérault Méditerranée.

Il s’articule autour de trois coeurs emblématiques tels que les lieux historiques du Théâtre de Pézenas, du musée de l’Ephèbe ou encore la Villa Laurens. Pour booster son attractivité, les partenaires du Grand Site ont misé sur plusieurs thématiques telles que le tourisme culturel, architectural et naturel, et ainsi compléter l’offre touristique déjà présente autour de la station du Cap d’Agde.

Carte d’identité du Grand Site « Agde-Pézenas » Périmètre : communauté d’agglomération Hérault Méditerranée Coeurs emblématiques : Le coeur historique de Pézenas, le coeur historique d’Agde, le Canal du Midi, au titre de son classement au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO. Lieux de visite majeurs : Théâtre de Pézenas, le musée de l’Ephèbe et la Villa Laurens. Office de tourisme référent : OTI Cap d’Agde Méditerranée Signataires : Région Occitanie, communauté d’agglomération Hérault Méditerranée, la commune d’Agde et la commune de Pézenas Le dispositif « Grand Site Occitanie / Sud de France » vise à promouvoir les sites patrimoniaux, culturels, historiques et favoriser le développement économique des territoires.

Cette démarche de promotion touristique et territoriale s’appuie notamment sur l’expérience et la réussite des Grands Sites Midi-Pyrénées grâce à une stratégie forte alliant plan qualité, animation du réseau et Promotion. ©

 

8 GRANDS

SITES AUX ABORDS DE LA MEDITERRANEE

Gard
• Aigues Mortes – Camargue
Gardoise
Hérault
• Canal du Midi - Béziers
• La Grande Motte
• Sète
• Agde - Pézenas
Aude
• Narbonne
Pyrénées-Orientales
• Collioure en Côte Vermeille
• Perpignan Méditerranée

Dispositif pour favoriser le recrutement d'aides-soignant.es en milieu rural

La Région lance un nouveau dispositif pour favoriser le recrutement d'aides-soignant.es en milieu rural

  Afin de faire face à la pénurie de personnels formés dans les territoires ruraux, la Région Occitanie lance un dispositif expérimental pour inciter les élèves aides-soignant.es à exercer en zones rurales, une fois leur diplôme décroché.

 OCCICapture

Les études menées pour construire le Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales ont mis en exergue les difficultés croissantes de recrutement rencontrées par les établissements médico-sociaux situés en zones rurales, en particulier les structures d'accueil de personnes âgées (EHPAD) et d'aide à domicile. Ces difficultés concernent particulièrement le métier d'aide-soignant.e, alors que les besoins sont prégnants avec des enjeux forts liés à l'allongement de la durée de vie, aux besoins médicaux croissants qui en découlent, à la prise en charge du vieillissement et du handicap, mais aussi à la nécessité de garantir l'accès aux soins pour tous et pour toutes, partout.

 

Face à ce constat, et afin d'apporter une réponse concrète aux employeurs installés dans les territoires ruraux qui peinent à recruter, la Région Occitanie vient de créer un dispositif expérimental dédié aux élèves aides-soignant.es : les « contrats de fidélisation ». Adopté par les élus régionaux, sur proposition de la présidente Carole Delga, lors de la commission permanente du 19 avril dernier, ce dispositif s'appliquera dès la rentrée 2019. Il prévoit le versement d'une aide régionale mensuelle de 150€ ou 200€, sur 10 mois de formation, aux élèves aides-soignant.es qui s'engagent à faire leur stage dans un établissement situé en zone rurale et à y rester après l'obtention de leur diplôme sur une période de deux à trois ans.

 

« Avec 260 000 salarié.es en région, les secteurs médico-social recrutent et offrent des débouchés d'avenir à nos jeunes. Nous avons en Occitanie des instituts de formation d'excellence dans ces domaines, qui proposent des parcours de qualité. Le défi aujourd'hui est de faciliter le recrutement des jeunes diplômé.es dans nos territoires ruraux. Les besoins sont là et les employeurs prêts à s'engager à nos côtés. Ce nouveau dispositif de fidélisation est un engagement fort de la Région en faveur de l'égalité des territoires et de l'emploi. Il doit permettre de créer des conditions de formation optimales pour que nos jeunes aient envie de rester et de débuter leur carrière là où les besoins en compétences ne sont pas pourvus et les opportunités d'embauche fortes », a déclaré Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

L'aide versée par la Région s'ajoutera à une aide similaire - d'un montant de 150€ ou 200€-, versée par l'établissement ou le service employeur. Elle sera également cumulable avec les rémunérations réglementaires de stage et la bourse d'étude attribuée par la Région pour les formations paramédicales.

 

 

Evaluez votre qualité de vie en Occitanie !

Aménagement du territoire Tourisme

 

L’amélioration de votre qualité de vie est l’objectif implicite de toutes nos politiques publiques. Afin de mieux cerner vos besoins et de proposer des politiques régionales adaptées, la Région Occitanie a lancé depuis 2018 une démarche d’évaluation de votre qualité de vie en Occitanie

L'objectif est de faire de la qualité de vie un critère d’évaluation de l’action régionale.

Pour ce faire, le Conseil Régional a réalisé une étude quantitative en 2018 qui a donné lieu à la publication d’un rapport : « Regards statistiques sur les dimensions du bien être en Occitanie ».

Pour cette année 2019, participiez à la démarche. En ce sens, une première consultation durant le mois de mars a permis à 500 d’entre vous de partager leurs définitions de la qualité de vie (les résultats sont disponibles dans la description). Aujourd’hui, le Conseil Régional réalise un sondage en ligne qui vous permettra d’évaluer votre qualité de vie en Région.

 

Je Participe