Expos

LATELIER présente A Dessin 4

LATELIER présente du 17 novembre au 2 décembre A Dessin 4.

ateCapture

Les artistes de cette nouvelle édition sont FLORIE ADDA - RALF ALTRIETH - FABIENNE ASTIER - KARINE BARRANDON - GILLES BINGISSER - LAURE BOIN - JULIEN BOUISSOU - JORIS BRANTUAS - CHRISTIAN CORRAZE - JÉRÉMY DAMIEN - CAROLINE DE SERRES BANVILLE - JEAN-CLAUDE DURAND BOGUET - MARIE-CLAIRE ESPOSITO - ÉMILIE FRANCESCHIN - YIFAT GAT - CLAIRE GIORDANO - MAX HORDE - KRADE - PATRICK LEBRAT - MANITOU MARGINAL LUTTE - ANNA NOVIKA-SOBIERAJSKI - MORGAN PATIMO - LAURENT PERBOS - FRÉDÉRIC PERIMON - SÉVERINE PERON - GIOVANNI PERUGINI - MAX WYSE.

Le vernissage est programmé vendredi 16 novembre à 18h30. Vous y êtes cordialement invité.

 En savoir plus :

 ici. 

 

Portes Ouvertes Atelier/Galerie Alain VAISSIERE

Dimanche 18 Novembre.

L’image contient peut-être : une personne ou plus
L’atelier est un vaste espace de type industriel qui a été entièrement réaménagé.
Une trentaine d’oeuvres y sont exposées, en particulier mon tout dernier travail en 3D .

Venez nombreux , l’atelier sera ouvert de 10h à 18h , ça sera aussi l’occasion de visiter les autres ateliers d’artistes de Sète à l’occasion de cette journée PO des artistes sétois !

KINSHASA Chroniques au MIAM

KINSHASA
Chroniques

du 13 octobre 2018 au 10 mars 2019
 
Exposition coproduite par le Musée International des Arts Modestes et la Cité de l’architecture & du patrimoine
 
M I A M
Musée International des Arts Modestes

  
Pour la première fois, le MIAM accueille à Sète des artistes du continent africain. Ils vivent et travaillent principalement à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo.
 
L’exposition Kinshasa Chroniques propose une approche de la capitale congolaise, troisième ville d’Afrique, née du regard d’artistes dont la pratique est ancrée dans une expérience intime de l’espace urbain. Soixante-dix créateurs—individus, binômes, collectifs—y disent par la plastique, par le verbe, par le son, Kinshasa telle qu’elles et ils la voient, la vivent, la questionnent, l’imaginent, l’espèrent, la contestent.
 
La focale est éminemment contemporaine : photographes, vidéastes, performeurs, slameurs, rapeurs, peintres, bédéistes, ils et elles sont presque tous nés après 1980. En cela, l’exposition fait écho à la démographie de Kinshasa, dont la très grande majorité des habitants a moins de quarante ans. Engagés, à la recherche de manières nouvelles de dire et d’imaginer la ville, tant formellement qu’éthiquement et politiquement, les concepteurs que l’on rencontre ici mettent radicalement à mal clichés et images faciles.
http://blog.ville-poussan.fr/wp-content/uploads/2018/10/KINGCapture.jpg
 "Sur fond de déambulation—une traversée de Kinshasa qui mène les visiteurs de quartier en quartier—, l’exposition s’articule autour de neuf chroniques. Ces chroniques peuvent être abordées comme on aborderait la ville elle-même, de manière linéaire ou, selon l’intérêt et l’envie de chacun, en faisant des sauts, des impasses, des allers et retours. Performance, sport, paraître, musique, capital, esprit, débrouille, futur, mémoire : si les thématiques sont diverses, elles n’ont pas pour autant l’objectif d’offrir une vision englobante de Kinshasa. Il s’agit plutôt de suggérer des pistes, ou encore des points d’entrée, pour penser l’espace urbain kinois – pistes et points d’entrée inspirés par le travail des artistes eux-mêmes. L’objectif n’est pas non plus de présenter un panorama des arts contemporains à Kinshasa : l’exposition ne se veut en rien un survol."
 
Plusieurs générations d’artistes sont à l’oeuvre dans la ville aujourd’hui, qui chacune mériterait une ou plusieurs expositions. A quelques exceptions près, qui ensemble confirment la règle, les créateurs en présence ici appartiennent à la plus jeune de ces générations.
 
 
Si certains ont déjà exposé hors Congo, la plupart sont encore peu connus au-delà du milieu des arts kinois.
C’est une importante lacune que Kinshasa Chroniques vise à combler.
 
Un objectif, encore : dialoguer via les formes, les thématiques, la scénographie avec d’autres lieux et initiatives qui se sont donné pour but d’exprimer la richesse, la complexité de la scène artistique congolaise.
Biennale Picha de Lubumbashi qui, en 2017, célébrait sa cinquième édition ; ateliers, expositions, masters class organisés par le collectif kinois Eza Possibles et par Kin ArtStudio, espace fondé à Kinshasa par le plasticien Vitshois Mwilambwe Bondo ; festivals consacrés à la performance, eux aussi à Kinshasa—depuis 2015, les rencontres internationales de performeurs KinAct et en 2007 les Scénos urbaines ;
 
Afropolis : Stadt, Medien, Kunst (Rautenstrauch-Joest Museum, Cologne, 2010-2011), exposition qui consacrait une importante section à Kinshasa ; Kinshasa ville des images (Museum für Kunst und Kulturgeschichte, Dortmund, 2012) ; Beauté Congo (Fondation Cartier pour l’art contemporain, 2015) ; Urban Now : City Life in Congo (WIELS, Bruxelles, 2016) ; Congo Art Works (Garage Museum of Contemporary Art, Moscou, 2017) ; Kinshasa 2050, rendez-vous annuel lancé par l’Institut français de Kinshasa en 2017…
 
Kinshasa Chroniques s’inscrit dans la continuité de ces précédents et d’autres encore, et par-là souhaite contribuer à l’écriture plurielle d’une histoire de l’art urbain congolais.
 
Dans l’optique, toujours, de dialoguer, les approches proposées dans l’exposition sont celles non pas d’un commissaire individuel, mais d’un collectif de praticiens dont les membres sont issus de domaines divers. Performance, architecture, urbanisme, histoire de l’art, science politique se rejoignent et s’interrogent mutuellement. La visée est non pas de dire la ville de Kinshasa, d’énoncer une ou des vérités la concernant, mais de l’écouter, d’apprendre d’elle.
 
"C’est que les oeuvres regroupées dans Kinshasa Chroniques narrent une ville qui a passablement à enseigner à ses consoeurs d’Europe et d’Amérique du Nord. En matière de formes et de pratiques artistiques et en tant qu’espace de vie. Polycentralité, polyfonctionnalité, contigüité, densité, vitalité du commerce de quartier, économie circulaire : ces caractéristiques offrent un terreau de réflexion positif pour faire évoluer les villes au « Nord » vers plus de dynamisme social, de proximité, de fluidité fonctionnelle et de décentralisation de la production urbaine. Avec ses quelque treize millions d’habitants et 85% de sa surface auto-planifiée et auto-construite, Kinshasa peut, en effet, être perçue comme le révélateur d’une nouvelle façon de produire la ville."
 
La vie à Kinshasa est souvent très dure. Il ne s’agit pas de faire l’impasse là-dessus. Mais de désespoir non plus il n’est pas question ici. Et pour cause. Les portraits-catastrophe de Kinshasa, et du Congo plus largement, que véhiculent les médias au « Nord » trouvent peu d’écho dans la production artistique de la ville.
 
Infrastructure dévastée, chômage endémique, militarisation de l’espace, violence quotidienne— ces sujets, ces obstacles, sont bien évidemment traités, mais aussi, et souvent simultanément, la poésie, l’espoir. Kinshasa, vue par ses artistes aujourd’hui, est un espace de possibles. C’est à ces possibles qu’est consacrée cette exposition. 
 
COMMISSAIRES:
Claude Allemand (MIAM) - Sebastien Godret (archidb)- Dominique Malaquais (CNRS)- Fiona Meadows (Cité de l’architecture & du patrimoine)- Éric Androa Mindre Kolo (Bingo Cosmos)
 
INFORMATION PRATIQUES
Musée International des Arts Modestes
23 quai Maréchal de Lattre de Tassigny - 34200 Sète - France

+33 (0)4 99 04 76 44
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
_body" class="adr black-to-orange contextEntry" href="https://webmail22.orange.fr/webmail/fr_FR/read.html?FOLDER=SF_INBOX&IDMSG=111150&check=&SORTBY=1" target="_blank">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - www.miam.org
facebook.com/
museeinterationaldesartsmodestes
twitter.com/miamsete

Heures d’ouvertures
- du 1er octobre au 31 mars : du mardi au dimanche de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00.
Visites guidées sur réservations.
Fermetures annuelles : 1er mai, 1er novembre, 25 décembre et 1er janvier

Tarifs
- Adultes : 5,60 euros
- Groupes de plus de 10 personnes : 3, 60 euros
- Etudiants, 10-18 ans : 2,60 euros
- Groupes scolaires non sétois : 25 euros
-1.2.3 Musées* : 3,60 euros

*Sur présentation d’une entrée adulte à l’Espace Georges Brassens ou au Musée de la mer (validité du ticket 2 jours) le MIAM appliquera aux visiteurs un tarif préférentiel.

Gratuit pour les moins de 10 ans, demandeurs d’emploi, groupes scolaires sétois, et le premier dimanche du mois

"Transhumance en Cévennes" une exposition à Villeveyrac

 "Transhumance en Cévennes" exposition de photographies à Villeveyrac samedi 17 à la salle Jeanne d'Arc à partir de 18h00.

vernissage de l'expo photos, samedi 17 à la salle Jeanne d'Arc à partir de 18h00.

Elle sera aussi visible :

Dimanche 18 de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 20h00.

Mardi 20, mercredi 21 et jeudi 22 de 17h00 à 20h00.

Vendredi 23 de 9h00 à 12h00.

reansAfficheweb

Prochains rendez-vous à l'Espace o25rjj, Loupian

Dimanche 18 novembre 2018

Dans le cadre de la Journée Portes ouvertes des atelier d'artistes d'Occitanie,

L'espace o25rjj, l'atelier/résidence partagé de Pascale Ciapp, ouvrira ses portes de 10h à 18h

Visite du lieu et présentation du travail de Pascale Ciapp

flaegCapture

L’Espace o25rjj créé en 2006 est l'atelier/résidence de Pascale Ciapp, un espace d’art contemporain qui reprend le concept de ses recherches sur les questionnements des frontières entre le public et l'intime. Complètement intégré dans son habitation, l’atelier est réparti sur plusieurs niveaux plus ou moins poreux. Le rez-de chaussée est un espace partagé entre artistes et public, Pascale Ciapp invite régulièrement des artistes à présenter leurs travaux et organise des événements d'art action et aussi des performances d'art sonore, des expositions, des sorties de résidences, etc. Le 1er étage est un espace où elle cohabite ponctuellement avec les artistes invités en résidence et au 2ème étage se situe un autre atelier, privé.


Du 19 au 24 novembre 2018 


Julien Bouissou sera en résidence de création/production à L'espace o25rjj.


Rencontre avec l'artiste pendant la période de résidence sur rendez-vous
contact : mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. | tél. 06.10.02.97.23

"Flæg" est un projet conçu pour mon intervention à l'Espace o25rjj. La résidence d'une semaine me permettra de mener les expérimentations techniques et artistiques nécessaires pour le réaliser in situ. Ce projet comprend la création d'une performance et d'une installation sur la F.L.A.C. Façade Locale d'Art Contemporain de l'Espace o25rjj, qui auront lieu le 24 novembre au terme de la résidence.

en savoir plus

Samedi 24 novembre 2018  à 18h

 

Vernissage et présentation de la performance/installation issue de la résidence de  Julien Bouissou à l'Espace o25rjj


Flæg de Julien Bouissou 
oeuvre qui sera exposée sur la F.L.A.C.
du 24 novembre au 23 décembre 2018
visible 24h/24h 

 

Visite de l'atelier et des oeuvres préparatoires réalisées pendant la résidence

plus d'infos sur www.o25rjj.fr

 

 

 

Exposition commémorative du Centenaire de la Première Guerre Mondiale

Du 7 au 14 novembre 2018 a lieu, salle des rencontres à VILLEVEYRAC, une exposition commémorative du Centenaire de la Première Guerre Mondiale.

Le visiteur pourra s’immerger dans l’ambiance sombre des tranchées ou d’un hôpital de campagne grâce une collection d’objets rares mis en valeur par une scénographie immersive. Des vêtements et équipements de Poilus, des armes, médailles et divers objets datant de cette époque, complétés par un film d’archive permettent de se plonger dans l’horreur de cette période terrible de l’histoire française.

Ces œuvres vous seront présentées grâce au prêt de collectionneurs passionnés M. GOMEZ, M. DAVID et M. COUSTOL. Cette exposition est organisée par les communes et les associations des Anciens combattants de LOUPIAN et de VILLEVEYRAC, l’association « Le cercle historique loupianais », et l’OMAC de VILLEVEYRAC.


Horaires: de 10h30 à 12h et de 17h à 19h

"L'extraordinaire de l'ordinaire" à la Maison des Consuls

Quand les objets du quotidien sont détournés à  voir jusqu’au 16 décembre 2018

Dans les pas de Marcel Duchamp, neuf artistes dont 6 Héraultais présentent une exposition temporaire "L'extraordinaire de l'ordinaire" aux Matelles en Pic Saint Loup

Avec les artistes Jean-Marc Demay & Véronique Thuillier / Marie-Noëlle Deverre / Élisa Fantozzi / Alain Leonesi / Émilie Losch / Cyndie Olivares / monsieur QQ / Helga Stüber-Nicolas.

Commissariat Les Vendémiaires Art Contemporain

« Tubulae » a trouvé sa place dans le hall de la Maison des Consuls aux Matelles (ci-contre).
934 mètres de tuyaux de construction - 1/2 mile nautique de tube iro pour une sculpture légère qui gribouille l’espace en apesanteur.
3 jours d’installation acrobatique !
https://www.monsieurqq.com/

Du 3 octobre au 16 décembre 2018
Exposition temporaire l’Extraordinaire de l’Ordinaire
Maison des Consuls – Les Matelles

A 7 Galerie

Vernissage
 
Jeudi 15 novembre 2018 
à partir de 18.00
 
7 G A L E R I E
7 ,  quai Noël Guignon
 
SETEguiCapture

Foire Méditerranéenne des Arts Contemporains

traCapture2 expositions de prestige : une belle mise en lumière des arts contemporains en Méditerranée

La première édition d’Art Montpellier a été une réussite : 8000 visiteurs, une mise en scène appréciée, une qualité des œuvres exposées ...Cette réussite appelait une installation durable de l’événement .

Ce sera chose faite, du 8 au 11 novembre 2018 à la Sud de France Arena. Collectionneurs et amateurs d’art pourront échanger, se rencontrer autour de leur passion commune, découvrir de nouveaux artistes, trouver conseil auprès des galeristes, se faire plaisir, s’offrir une œuvre d’art, ou encore apprécier les deux expositions de prestige qui seront proposées au public.

Cette année, le nouvel expressionnisme et l’art urbain seront mis à l’honneur :

Nouvel Expressionnisme par la Galerie Art Compulsion Difficile de définir ce courant, à la fois école et mouvement, à la fois récent et séculaire : de Vinci à Goya, d’Otto Dix à Bacon, de Rustin à certains artiste s d’aujourd’hui, le nouvel expressionnisme est foisonnant et inspirant pour tant d’artistes : f ormes déformées, étirées, simplifiées et figuration défigurée sont des constante s dans l’histoire de l’art au travers de toutes ses vanités ! C’est la résurgence de cette tendance à travers le monde que l’exposition souhaite mettre en avant.

Les artistes présentés , Vladimir Vélickovic, Jean - Louis Nehlich, Abraham Hadad, Hans Jorgensen et Jenola , synthétiseront les dernières décennies du mouvement. Contemporain Urbain par la Galerie Nicolas Xavier Des origines du graffiti à l’art contemporain urbain, la Galerie Nicolas Xavier réunit pour cette exposition huit prestigieux artistes français et internationaux.tra22Capture

Les œuvres des précurseurs Bando, Mode 2 et Boris Tellegen (Delta) seront exposées. Aux côtés de ces légendes vivantes, l’exposition accueillera également quatre des plus influents : les Français Bom .K, Pro176, Zest , ainsi que l’artiste allemande MadC .

Les œuvres de Nubian , étoile montante de la scène montpelliéraine, seront présentes : des compositions qui allient objets du quotidien et visons imaginaires du monde.

La Galerie Nicolas Xavier organise un événement exceptionnel au cœur de la foire : une mise en peinture en direct par l’artiste Mode 2, une occasion rare d’entrer dans le processus de création de cet artiste sollicité dans le monde entier. L’engouement des galeries et l’enthousiasme des organisateurs s ont à l’œuvre pour proposer au pu blic un programme dense d’animations, de beaux partenariats et un e mise en lumière de l’art contemporain méditerranéen.

www.art - montpellier

Quoi de neuf au Musée Hofer-Bury ?

Nouvelle expo du 17 novembre au 2 décembre 2018 à Lavérune

Judith Rothchild présente son travail sur gravure "Manière noire". Elle vit et travaille dans le Sud de la France depuis 1974, à Octon, petit village au bord du Lac de Salagou. A ses côtés,  Felip Costes et ses peintures entre figuration et abstraction.

Vernissage vendredi 16 novembre à 18h30.

« Plein Feu sur les couleurs du Sud »

Du 26 octobre au 03 décembre à la galerie
Maurice Elie Sarthou (1911-1999) « Plein Feu sur les couleurs du Sud »

2008, 2014, 2018 Quand on a la chance d’être devenu le galeriste des œuvres de Maurice Elie Sarthou, on ne boude pas son plaisir et c’est avec joie et fierté que nous en parons pour la troisième fois les murs de Dock Sud. Le centre Georges Pompidou, les Musées de Genève, de Cincinnati, Toulouse Lautrec, Fabre, Paul Valéry et bien d’autres nous ont précédés eux aussi à plusieurs reprises.

Habitués jusqu’à présent à choisir nos toiles dans la belle villa-atelier sétoise, il nous aura fallu dix ans pour que notre chère Francine, fille du peintre, nous donne l’accès à l’atelier parisien pour choisir des œuvres, petits et moyens formats qui n’ont pas vu leur terre originelle depuis des décennies. De vraies merveilles d’étangs, plages, incendies, carrières habillées des couleurs et lumières uniques de Sarthou.

L’image contient peut-être : plein air et eau