Expos

POP COLLECTION : ART POPULAIRE CONTEMPORAIN . OUTSIDER ART


Jusqu'au 31 août 2018
Vernissage le mercredi 20 juin à 18h30
Espace Félix 2 quai Général Durand 34200 Sète . Entrée libre

"Collectionneur compulsif, musicien intermittent, dee jay hawaiian Diaboloman et galeriste nomade de profession, je porte un intérêt certain et depuis longtemps sur l’Art Populaire Contemporain en général et sur les créations marginales fort lointaines en particulier. C’est l’envie de partager mes découvertes avec le plus grand nombre qui m’a donné envie de créer La Pop Galerie au détour des années 2000. Rendre compte de cette formidable richesse à la marge de l’art officiel qui trouve rarement sa place dans les lieux consacrés.


Car il existe depuis toujours une création underground qui alimente la passion d’une micro société d’amateurs éclairés qui sort aujourd’hui de l’ombre et vient enrichir notre définition de l’œuvre d’Art."C’est cette face cachée de l’Art contemporain qu’il faut réintroduire dans l’histoire si l’on veut comprendre le vrai sens de l’Art d’aujourd’hui" - Laurent Danchin.


Et que l’on parle d’Art Brut, Outsider, Singulier, Visionnaire ou tout simplement d’Art Populaire Contemporain, il suscite l’engouement d’un nouveau public séduit par le caractère intuitif des œuvres et la personnalité haute en couleur de ces génies ordinaires. C’est en s’appropriant telles des icônes les signes puissants du quotidien, que ces artistes demeurent toujours proche de la réalité et sont aujourd’hui porteurs d’une mémoire collective".

Complice de longue date d’Hervé di Rosa, Pascal Saumade a notamment assuré le commissariat d’expositions majeures pour le Musée International des Arts Modestes. Citons parmi les plus marquantes King Size (2001), PARADIRAMA, tikis, surfeurs et vahinés (2005), Les Territoires de l’Art Modeste (2010), Sur Le Fil (2009), Kitsch Catch (2008), L’Art Modeste sous les Bombes (2007), Manila Vice (2012), Fan Club (2013), Evasions l’Art sans Liberté (2018). Ses découvertes ont enrichi la programmation de dizaines de galeries et centre d’art : Rock ‘n’ Folk Art, Holywoodoo, Ex-Votos populaires du Mexique, Guy Brunet fait son cinéma, Planète Métisse pour le Musée du Quai Branly, HEY! Modern & Pop Culture à la Halle Saint Pierre, Paños / Prison Break Galerie Christian Berst, Underbrut Friche Belle de Mai, Pop Collection, Arts Factory, Paris …

Noviadi Angkasapura, Manuel Baumen, Aldo et Stephan Biascamano, Charles Boussion, André Cervera, Patrick Chapalière, Robert Combas, Christophe Cosentino, Hervé Di Rosa, Marc Duran, Charles Glaubitz, S.L. Jones, Kashinath Chawan, Pierre La Police, Justin Mc Carthy, Pow Martinez, Lucas Mancione, Javier Mayoral, David Mecalco, Fernand Michel, Adam Nidzgorski, Filder A Pena, Fred Perimon, Jean Pous, Topolino, Maria Zoleta...

Exposition présentée par la Pop Galerie

Le service culturel de la ville de Poussan propose la 3e édition de « Songes d’Automne »

Samedi 13 octobre – 10h / 19h

Dimanche 14 octobre – 10h / 17h

songrCapture

Vernissage le samedi 13 à 11h30 au Foyer des Campagnes

 Le service culturel de la ville de Poussan propose la 3e édition de « Songes d’Automne » qui accueille des artistes, peintres et sculpteurs amateurs. Du figuratif à l’abstrait, toutes les expressions et toutes les techniques sont les bienvenues.

Candidatures à déposer avant le 5 septembre à la Mairie (à l’attention du service culturel).

Ce dossier devra être composé des pièces suivantes :

• CV de l’artiste

• Photographies de 4 à 6 oeuvres maximum

• Une enveloppe timbrée (pour réponse)

• Un chèque de caution de 50€ à l’ordre du Trésor Public

(restitué en fin de salon)

Tout dossier incomplet sera refusé. Le service culturel

sélectionnera les candidatures, les artistes retenus

seront informés des résultats par courrier.

L'exposition « Mademoiselle » inaugurée au CRAC

Vendredi 20 juillet, l'exposition collective « Mademoiselle » réunissant exclusivement des artistes féminines, a été inaugurée par Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie/Pyrénées Méditerranée, en présence François Commeinhes, Maire de Sète et de Tara Londi, commissaire de l'exposition. Après les allocutions sur le parvis du CRAC, la commissaire d'exposition, Tara Londi, a convié Carole Delga et François Commeinhes à une visite commentée des neuf salles constituant le parcours de l'exposition collective « Mademoiselle ». Cette dernière rassemble une nouvelle génération de femmes artistes internationales, explorant les enjeux (et les paradoxes) liés à la féminité contemporaine, à travers un large éventail de médiums et de sujets. Cette exposition s'interroge également sur l'héritage du féminisme des années 60/70 et sur l'influence qu'il a eue sur le travail de cette nouvelle génération d'artistes. Réunissant près d'une quarantaine d'artistes, chacune d'entre elles se saisit de ce sujet à bras le corps en l'interprétant à travers des techniques diverses (dessins, photographies, peintures, installations, vidéo…). L'énigmatique « Guerrières XII » de Mai-Thu Perret, mannequin sans visage nous accueille, assise sur sa chaise, tenue militaire et mitrailleuse sous le bras. Cette exposition collective présente ainsi autant de visions sur autant de thématiques abordées à travers le prisme du féminisme. Une exposition de combat !

Pablo-G à Saint-Ravy

A Montpellier, l’Espace Saint-Ravy clôt sa riche saison 2017-2018 avec l’exposition d’un artiste émergent du territoire de Montpellier et de sa Métropole : Pablo Garcia alias Pablo-G.

L’exposition « From The Other Side » présentera au public des œuvres issues de ses séries réalisées via la technique du « digital painting » ou peinture digitale. À découvrir du 28 juillet au 19 août 2018, du mardi au dimanche, de 13h à 19h.

Architecte de formation et de métier, c'est en qualité d'illustrateur que Pablo Garcia alias Pablo-G nous fait découvrir son univers à l’Espace Saint-Ravy à l’occasion d’une exposition intitulée From The Other Side.

Toutes ses œuvres sont créées via la technique du digital painting. Il utilise l'outil informatique comme de la véritable peinture appliquée sur une toile. La matérialité de ce procédé permet d'explorer à chaque illustration de nouvelles perspectives dans la représentation. « Le champ des possibles est infini », explique Pablo-G. L’artiste travaille par couleurs, lumières, cadrages, collages, superpositions... Ses œuvres sont tantôt imprimées sur du papier à dessin, tantôt sur des plaques de plexiglas.

Ce qui est caractéristique dans l’œuvre de ce jeune artiste est que chaque image raconte une histoire que son spectateur peut interpréter librement. Des histoires, il en est plus que jamais question dans sa série « Chroniques d'un Chien Errant ». Elle constitue un travail plus abouti dans la narration. Il s'agit de 35 illustrations accompagnées d'une petite nouvelle, chacune d'entre elles pouvant être prise de façon indépendante. Mais considérées dans leur globalité, elles ont une atmosphère, une cohérence et une résonance commune.

Vernissage le vendredi 27 juillet 2018 à 18h30, en présence de Philippe Saurel, Maire de la Ville de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole, Isabelle Marsala, Adjointe au Maire déléguée à la Culture et l’artiste, Pablo Garcia.  

Le Monde en couleurs de Martine Curé

Tout un Monde en couleurs à Loupian depuis le 18 juillet :

couleCapture

La mairie de Loupian organisait ce vendredi 20 juillet 2018, le vernissage de l'exposition de  l’artiste peintre, Martine CUré :  «Le monde en couleurs», en présence des élus du Conseil Municipal de la ville qui se félicitaient que les oeuvres présentées illuminent la chapelle.

Martine a en effet l'impression avec ses peintures de faire plaisir, de donner des couleurs à la vie, du bonheur aux visiteurs en illuminant et en colorant leur esprit qui saura s'imprégner de l'énergie qui se dégage des oeuvres.


OUVERTURE AU PUBLIC À PARTIR DU 18 jUILLET AU 5 AOUT DE 10h À 12h ET DE 16h00 À 19h00

ChAPELLE DE SAINT-hIPPOLYTE À LOUPIAN

poxCapture


Originaire de Bourgogne, Martine Curé se trouve immergée dans une famille d’artiste avec sa mère, initiée aux beaux arts à Paris, et son frère, artiste plasticien... Peindre, dessiner fut aussi simple qu’une tendre complicité, aussi simple qu’ un repas que l’on prépare avec amour, qu’un instant où l’espace intérieur est tout autant connecté...

pox14CaptureLaisser libre cours à l’imaginaire et ses réalités artistiques. Les Rythmes incessants et spontanés entre un pinceau, une main et des émotions puis les rêves, précieux carburant pour l’inspiration où l’artiste puise une source fertile d’idées.Elle cite volontiers Matisse, Botero, Jeanne Lorioz, comme maîtres d’inspiration.

Elle aime également le Pop Art et Roy Liechtenstein pour ne citer que lui. « Avec ma peinture dit-elle, j’ai le sentiment de véhiculer du plaisir, de répandre des couleurs à la vie, de l’amour, et de l’émotion au public.»

Formes douces, rondes, riches de teintes et de nuances, des regards clairs, une peinture de rêverie rappelant subtilement les créations d’Amérique centrale et des Andes. C’est dans cet univers aux mille couleurs que Martine Curé a choisi aujourd’hui de nous plonger.

leursCapture

Plus qu’un univers, un monde, «Le Monde En Couleurs».

Le vernissage de l’expo ouverte au siège de la Mirondela

Le siège de la Mirondela, 6 rue du Four de la Ville à Pézenas, accueille jusqu'au 30 juillet (*) les oeuvres d'Annie Oliver, Jihel et Loux, artistes régionaux de talent. Les deux premiers exposent leurs sculptures en grès cuisson Raku, et Loux offre au regard du visiteur ses peintures abstraites et lumineuses.

Le vernissage a réuni une cinquantaine d'invités, amis, amateurs d'art en présence de Christian Sempéré, président de La Mirondela, ravi de la qualité de l'exposition et heureux de rappeler la soirée du samedi 21 juillet, à 21h30 au théâtre de verdure avec les ballets du Capitole de Toulouse. Richesse et variété des loisirs offerts aux piscénois, leurs voisins et les touristes, tels sont les credos de la Mirondela dels Arts .

(*) Ouverture tous les jours de 17h à 20h, le mercredi et le vendredi en nocturne de 18h à 22h, et le samedi de 10h à12h et 17h à 20h.

L'expo « Bleus visages » inaugurée

Mercredi 18 juillet, l'exposition «Bleus visages» du photographe Julien Boudet a été inaugurée en deux temps et deux lieux.

D'abord place Aristide-briand où 70 grands tirages noirs et blancs ont été accrochés sur les grilles de protection des tilleuls, et un peu plus tard dans la soirée, à la Chapelle du Quartier Haut. Une double exposition (et un livre éponyme enrichi de textes de Jean-Louis Cianni), qui décline en tout une centaine de portraits de Sétois, connus ou non, et de lieux singuliers saisis au vol de l'inspiration. Ces clichés disent l'attachement de l'enfant de l'Île de Thau à sa ville natale.

Cette ville, il l'a quittée il y a 10 ans pour tenter sa chance à New-York et cette chance lui a souri puisqu'il est devenu un photographe de mode connu et reconnu. Depuis 10 ans, il vient chaque année se ressourcer à Sète. C'est en 2014 qu'il a commencé cette galerie de portraits saisissants, qui traduit avec force l'âme de Sète.

François Commeinhes ne s'y est pas trompé: « A travers cette série photographique, vous nous embarquez dans l'Histoire et dans des histoires individuelles en posant votre regard sur les décors et les habitants qui font la ville, qui sont la ville. Dans « Bleus Visages », le noir et blanc révèle l'humanité de chacun […]

Après avoir vogué entre évocations parisiennes et expériences new-yorkaises, cette escale à Sète raisonne avec force et sentiments. C'est une véritable plongée en noir et blanc dans Sète que vous nous proposez, un album de famille qui nous parle, nous touche et nous ressemble. Soyez ici remerciés pour ce bel hommage rendu à Sète et aux Sétois ».

L'exposition est visible jusqu'à la fin août sur l'esplanade et jusqu'au 29 juillet à la Chapelle du Quartier haut.

Exposition des ACO

 

Les Artistes Contemporains d’Occitanie exposent à l’espace Emile Massal du vendredi 20 au dimanche 29 juillet, l’exposition est ouverte tous les jours de 10H30 à 12H30 et de 15H à 19H.

Venez découvrir les dernières créations des artistes qui exposent :

Les sculptures de Geneviève Courrège et Rémi Duguet, Les peintures de Muriel Boutonnier Bousquet (MUBB), Sonia Boyer, Marie Hélène Clayeux (MARLENE), Denise Corsini, Françoise Couvrat (Frany), Patricia Daluz et Sophie Fayart (YSATIS) qui est pastelliste.

Un hommage est rendu à Didier Albo, quelques-unes de ses toiles occupent la place d’honneur.

Vernissage vendredi 20 juillet à 18H

 

Expo : La Nef de Saint-Roch photographiée

Une nef longue de 200 mètres, faite de panneaux en fibre de verre qui laissent passer la lumière depuis la hauteur de ses 12 mètres au faîtage, c'est l'œuvre de l'architecte Jean-Marie Duthilleul érigée en 2014 à Montpellier.

L'artiste photographe montpelliéraine Nel Clot a suivi les avancées des travaux de la gare Saint-Roch pendant deux ans. Elle présente un ensemble de photographies réalisées pendant la transformation de la gare Saint-Roch.
Résultat, entre ossatures métalliques et draperies que constituent les filets qui enveloppent les hommes en lévitation, abstraction et théâtralité semblent dématérialiser les éléments en présence.

Du 20 juillet au 2 septembre 2018
Horaires d'ouverture : du mercredi au samedi de 17h à 21h.

Vernissage le vendredi 20 juillet à 18h

Espace d'exposition géré par Mécènes du sud Montpellier-Sète
13 rue des Balances (quartier Saint-Guilhem-Ledru Rollin) à Montpellier

Au Crac, Mademoiselle à partir du 20 juillet

Exposition du 21 juillet 2018 au 6 janvier 2019

Vernissage : vendredi 20 juillet 2018 à 18h30

MADEMOISELLE est une exposition collective qui rassemble une nouvelle génération de femmes artistes internationales, explorant les enjeux (et les paradoxes) liés à la féminité contemporaine, à travers un large éventail de médiums et de sujets.

Faisant référence à l’interdiction récente du titre « Mademoiselle », et s’inspirant de l’actuel intérêt pour les droits des femmes

— connu sous le nom de phénomène «  #MeToo » —

l’exposition entend montrer l’héritage, l’évolution et la diversification des stratégies et des théories féministes.

C’est avec un certain dédain (naïf ou non) pour les conventions et les tabous, que ces artistes exposent la convergence de diverses histoires féministes avec d’autres aspects de la politique identitaire et de la critique sociale, allant au-delà d’un récit féministe unique, pointant ainsi les obstacles qui se dressent devant l’émancipation féminine.Elles explorent la violence, les clichés de la béatitude domestique, la maternité, les relations sociales et personnelles, les droits collectifs, la quête de l’autonomie individuelle par l’hédonisme et le narcissisme, la visibilité médiatique et la sexualisation générale de la culture. Elles travaillent sur les modèles omniprésents de la « jeunitude » et de la « féminitude » - incarnés par le concept de la Jeune-Fille, emblèmes de la société de consommation et régulateurs de l’intégration et du succès.

Ces interrogations se formulent dans une sensibilité générale teintée d’humour, qui semble non seulement fournir une certaine distance critique pour évaluer les gains et les pertes du féminisme, mais constitue également une stratégie gagnante pour négocier de nouveaux possibles du féminisme, pratiques comme théoriques.

 

Commissaire de l'exposition : Tara LONDI

Ackroyd Rebecca Argimon Bianca Buckman Zoe Chisa Anetta Mona & Tkáčová Lucia Colbert Charlotte Curnier-Jardin Pauline Cwynar Sara Dengler Verena Dothan Leni Douglas Eliza Echard Mimosa Georgieva Gery Hempton Celia Husky Suzanne Jaune Oda Jones Jesse Keith Roach Clementine Khatibi Sanam Londi Romana Madani Tala Mahmoud Nevine Muholi Zanele Peake Florence Perret Mai-Thu Prouvost Laure Rottenberg Mika Rovner Lisa Sahal Elsa Self Tschabalala Sokol Apolonia Turn und Taxis Maria Uddenberg Anna Vega Ana Wellmann Ambera Williams Zoe Wynter Liv