ECONOMIE

Compte bancaire professionnel : est-ce une obligation ?

L’ouverture d’un compte bancaire professionnel peut être obligatoire ou facultative selon le statut de l'entreprise. Explications.

Un compte bancaire professionnel, à quoi ça sert ?

L'ouverture d'un compte bancaire professionnel permet de :

  • séparer vos opérations commerciales de celles réalisées en tant que particulier afin d'éviter toute confusion fiscale et comptable.
  • nommer éventuellement des mandataires et co-titulaires distincts de ceux de votre compte privé.
  • pouvoir souscrire à des services réservés aux professionnels.

Toutes les entreprises n'ont pas l'obligation d'ouvrir un compte bancaire professionnel.

Lire aussi : Nouveau dispositif de mobilité bancaire : en quoi les entreprises et les associations sont concernées ?

Compte bancaire professionnel, une obligation pour créer une société

Toutes les sociétés à capital social (EURL, SA, SAS, SARL…) doivent ouvrir un compte courant professionnel au moment de leur création pour déposer leur capital social. En effet, sans ouverture de compte professionnel, pas de certificat de dépôt de fonds, délivré par la banque… donc pas d’immatriculation possible !

Une banque peut refuser l’ouverture d’un compte bancaire professionnel. Elle n’a pas obligation à motiver son refus. Vous pouvez cependant vous tourner vers la Banque de France pour demander à bénéficier de la procédure du droit au compte. La Banque de France désigne alors d’office un établissement bancaire qui a alors l’obligation d’ouvrir le compte bancaire professionnel.

Plus d’information sur la procédure du droit au compte

Sachez toutefois que s’il est obligatoire d’ouvrir un compte bancaire professionnel pour pouvoir créer sa société, vous n'avez pas l'obligation de le conserver.

Fermer le compte pro une fois la société immatriculée : une mauvaise idée !

En cas de gestion d’une entreprise sans compte bancaire professionnel, les dépôts professionnels sur le compte bancaire personnel seront mêlés aux autres rentrées d'argent. Ces dépôts professionnels risquent alors d’être requalifiés par l’administration fiscale comme des salaires. Le contrôle fiscal peut se révéler problématique...

 Lire aussi :Difficultés de financement : comprendre en 5 questions la médiation du crédit aux entreprises

Compte bancaire professionnel : facultatif pour les entreprises individuelles

Les fondateurs d’entreprises individuelles sont exemptés de l’obligation d’ouvrir un compte bancaire professionnel puisque leur entreprise n’a pas de capital social.

Toutefois, les travailleurs indépendants ont l'obligation de créer un compte dédié à l'activité de leur entreprise si leur chiffre d'affaires a dépassé pendant 2 années civiles consécutives un montant de 10 000 €. Cette mesure instituée par la loi PACTE du 22 mai 2019 s'applique également aux micro-entrepreneurs.

Un compte bancaire dédié n'est pas un compte professionnel. En pratique, il s'agit d'un autre compte personnel uniquement relié à votre activité professionnelle. Ce compte est distinct du compte courant que vous utilisez pour vos dépenses privées afin que vos transactions personnelles et professionnelles soient différenciées.

Tout savoir sur les produits d'épargne

Les français disposent d'un large choix pour leur épargne : livret A, épargne populaire, épargne logement, épargne en actions, épargne retraite, assurance vie... Placements à court, moyen ou long terme… Quel produit d’épargne correspond à votre profil d’épargnant ? Panorama des principaux produits.

Le livret A

Caractéristiques du livret A

Versement (montant minimum à l’ouverture et des opérations ultérieures) : 10 €

Plafonds des dépôts : 22 950 € (hors capitalisation des intérêts) pour les personnes physiques et 76 500 € pour les personnes morales hormis les organismes d’habitation à loyers modérés (HLM) qui sont autorisés à effectuer des dépôts sans limite de plafonds

Taux de rémunération : 0,50 % depuis le 1er février 2020

Fiscalité : les intérêts sont exonérés de tout impôt et de cotisations sociales

Détention : un seul livret A par contribuable ou un livret pour chacun des époux ou partenaires de pacs soumis à une imposition commune

Disponibilité des fonds : à tout moment

Utilisation des fonds

Les fonds collectés sur les livrets A sont en partie centralisés au fond d’épargne géré par la Caisse des dépôts et consignations qui finance principalement le logement social et la politique de la ville

Le livret de développement durable et solidaire (LDDS)

Caractéristiques du LDDS

Versement : minimum de 10 € à l’ouverture, les versements sont libres ensuite

Plafonds des dépôts : 12 000 € (hors capitalisation des intérêts)

Taux de rémunération : 0,50 % depuis le 1er février 2020

Fiscalité : les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux

Détention : un seul LDDS par contribuable ou un livret pour chacun des époux ou partenaires de pacs soumis à une imposition commune

Disponibilité des fonds : à tout moment

Utilisation des fonds

Les fonds collectés sur les LDDS sont centralisés au fond d’épargne géré par la Caisse des dépôts et consignations dans les mêmes conditions que les fonds du livret A. Ils financent la transition écologique.

Le livret d’épargne populaire (LEP)

Caractéristiques du LEP

Versement : minimum de 30 € à l’ouverture, les versements sont libres ensuite

Plafonds des dépôts : 7 700 € (hors capitalisation des intérêts)

Taux de rémunération : 1 % depuis le 1er février 2020

Fiscalité : les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux

Détention : L’ouverture d’un LEPest soumise à un plafond de revenus. Il n’est possible de détenir qu’un seul LEP par contribuable ou 2 LEP par foyer fiscal

Disponibilité des fonds : à tout moment

Utilisation des fonds

La moitié des fonds collectés sur les LEP sont centralisés au fonds d’épargne géré par la Caisse des dépôts et consignations

Le livret jeune

Versement : minimum de 10 € à l’ouverture, les versements sont libres ensuite

Plafonds des dépôts : 1600 € (hors capitalisation des intérêts)

Taux de rémunération : librement fixé par les banques sans pouvoir être inférieur à celui du livret A

Fiscalité : les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux

Détention : produit réservé aux jeunes de 12 à 25 ans. Un seul livret par personne

Disponibilité des fonds : Retraits soumis à conditions. Avant 16 ans, les mineurs doivent obtenir l'autorisation de leur représentant légal pour effectuer des retraits. Entre 16 et 18 ans, les retraits sont possibles sauf si le représentant légal s'y oppose. Après 18 ans, il possible d'effectuer des retraits seuls.

 

Le compte épargne logement (CEL)

Caractéristiques du CEL

Versement : minimum 300 € à l’ouverture. Les versements ou retraits doivent ensuite être supérieurs à 75 

Plafonds des dépôts : 15 300 € (hors capitalisation des intérêts)

Taux de rémunération : 0,5 % hors prime d’État

Fiscalité : Pour les CEL ouverts avant 2018, les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu impôt mais soumis aux prélèvements sociaux. Les CEL ouverts à partir de 2018 sont soumis au prélèvement forfaitaire unique (PFU) au taux 30 % (dont 17,2 % de prélèvements sociaux et 12,8 % d’impôt sur le revenu)

Détention : un seul CEL par personne

Disponibilité des fonds : à tout moment

Utilisation des fonds

Les fonds accumulés en capital et intérêts par l’épargnant sont souvent utilisés comme apport personnel lors de l’achat d’un bien immobilier

Le plan épargne logement (PEL)

Caractéristiques du PEL

Versement : minimum 225 € à l’ouverture. Puis les versements sont libres à condition qu’ils atteignent un minimum de 540 € par an. Au-delà de 10 ans, il est impossible de continuer à faire des virements et la durée totale d’un PEL ouvert après le 28 février 2011 ne peut excéder 15 ans.

Plafonds des dépôts : 61 200 € (hors capitalisation des intérêts)

Taux de rémunération : 1 % pour les PEL ouverts depuis le 1er août 2016

Fiscalité : Pour les PEL ouverts avant 2018, les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu impôt jusqu’à la veille du 12ème anniversaire du plan. Les PEL ouverts à partir de 2018 sont soumis au prélèvement forfaitaire unique de 30% (dont 17,2 % de prélèvements sociaux et 12,8 % d’impôt sur le revenu).

Détention : un seul PEL par personne

Disponibilité des fonds : après 4 ans

Utilisation des fonds

Financement de l'acquisition du logement. Toutefois l’épargnant a le droit de récupérer ses fonds sans pour autant effectuer l’acquisition d’un bien immobilier

D'autres produits d'épargne sont également disponibles comportant davantage de risques mais offrant plus de rendements aux épargnants à long ou à très long terme. Il s'agit notamment du PEA, du PER et de l'assurance vie.

Le plan d'épargne en actions (PEA)

Caractéristiques du PEA

Versement : le rythme des versements est libre et sans montant minimal

Plafonds des dépôts : 150 000 €. Son calcul ne prend pas en compte les gains réalisés depuis l’ouverture du plan. Si le titulaire détient également un PEA-PME, la somme des versements sur le PEA et le PEA-PME ne peut dépasser 225 000 €

Taux de rémunération : capital non garanti (puisque investi en actions et fonds actions) et rémunération en fonction de la performance des titres qu’il contient

Fiscalité : Au bout de 5 ans, les dividendes et les plus-values dégagée par le PEA sont exonérés d’IR mais pas des prélèvements sociaux. Pour bénéficier à plein des avantages fiscaux du PEA, aucun retrait ne doit avoir lieu avant 5 ans.

Détention : il faut être majeur et domicilié fiscalement en France pour ouvrir un PEA. Un seul PEA par contribuable. Pour les couples mariés ou pacsés, un PEA peut être ouvert par chaque conjoint.

Disponibilité des fonds : Depuis la loi PACTE, il est possible de faire des retraits partiels après les 5 ans d'existence du PEA sans clôture, ni blocage des versements. Cette disposition s'applique aussi au PEA de moins de 5 ans dans certaines circonstances exceptionnelles.

Le PEA-jeune

Depuis la loi Pacte, les jeunes majeurs jusqu'à 21 ans, ou de moins de 25 ans s'ils sont étudiants, et rattachés au foyer fiscal de leurs parents, peuvent ouvrir un PEA. Le PEA-jeune présente les mêmes caractéristiques que le PEA sauf pour le plafond des dépôts qui est fixé à 20 000 €.

Utilisation des fonds

Les fonds collectés permettent d’acheter des titres d’entreprises européennes et des placements collectifs (Fonds, Sicav…) investis à 75 % au moins en actions de ces entreprises.

Le plan d’épargne retraite (PER)

Issu de la loi PACTE, le PER est un nouveau produit d’épargne retraite disponible depuis le 1er octobre 2019 et destiné à remplacer progressivement tous les autres plans d’épargne retraite. Il se décline sous 3 formes : un PER individuel et deux PER d’entreprise.

Caractéristiques du PER individuel

Versements : le PER est alimenté par les versements volontaires. Toutefois en cas de transfert d'un PER d'entreprise vers un PER individuel, vous pourrez y aussi verser les sommes issues de l'intéressement, de la participation et de l'abondement de votre employeur à un PER d'entreprise ainsi que les sommes issues d'un compte épargne temps (CET) et affectées à votre PER d'entreprise ainsi que les versements obligatoires effectués sur PER d'entreprise obligatoire.

Fonctionnement : la gestion des sommes versées sur le PER se fait suivant le principe de la gestion pilotée

Détention : ouvert à tous, sans condition d’âge ou liée à la situation professionnelle

Fiscalité sur les versements volontaires : les sommes versées sur le PER individuel au cours d’une année sont déductibles des revenus imposables de cette année dans la limite d’un plafond de global fixé pour chaque membre du foyer fiscal

Disponibilité des fonds : sauf exceptions, au moment de l’âge de la retraite. L’épargne accumulée dans le PER est versée en capital, en rente ou partiellement en rente et en capital.

Fiscalité sur la sortie en rente ou du capital :

  • Si vous avez déduit les versements PER de votre revenu imposable : la rente est imposée selon les règles applicables aux pensions de retraite. En cas de sortie en capital, le capital est soumis à l’IR et les plus-values sont soumises au PFU.
  • Si vous n’avez pas déduit les versements PER de votre revenu imposable : en une sortie en rente, la part de la rente correspondant aux versements volontaires est imposable selon les règles applicables aux rentes viagères à titre onéreux, le solde étant imposé selon les règles applicables aux pensions de retraite. En cas de sortie en capital, la part correspondant aux versements volontaires exonéré d’IR.

Utilisation des fonds

Le PER est un produit d’épargne à long terme. Il permet d’économiser pendant la vie active pour avoir à la retraite une rente viagère et sur option un capital

L'assurance vie

Caractéristiques de l'assurance vie

Versements : rythme de versements libre ou programmé et sans montant minimal. L'intermédiaire financier peut toutefois fixer un montant minimum

Plafonds des dépôts : pas de plafond de dépôt. L'intermédiaire financier peut néanmoins fixer un  plafond

Rémunération : dépend du support choisi. Les fonds en euros proposent une garantie à tout moment et une espérance de rendement limitée. Les unités de compte proposent une meilleure espérance de rendement sans garantie, et les produits Eurocroissance proposent une garantie à échéance du contrat avec une espérance de rendement intermédiaire.

Fiscalité :

  • en cas de rachat du contrat : PFU de 7,5 % en cas de rachat du contrat après 8 ans pour des sommes versées inférieures à 150 000 € et 12,8% dans les autres cas, additionnés à 17,2 % de prélèvement sociaux.
  • en cas de décès du souscripteur : les cotisations versées avant 70 ans et les intérêts qu'elles génèrent qu'elles génèrent font l'objet d'un traitement fiscal spécifique. Les cotisations versées après 70 ans donnent lieu au règlement de droits de succession selon le barème progressif de droit commun, après application d'un abattement de 30 500 € par assuré. Les intérêts générés par ces mêmes cotisations ne sont ne revanche pas imposables.

Détention : toute personne physique ayant la capacité juridique de souscrire un contrat peut ouvrir un ou plusieurs contrats d'assurance-vie. Un mineur ou un majeur sous tutelle ne peut pas le faire seul.

Le plan 1 jeune, 1 solution prévoit de faciliter l’entrée dans la vie professionnelle des jeunes

 

L’image contient peut-être : texte qui dit ’Service-Public.fr EMPLOI DES JEUNES PLAN 1JEUNE, 1 SOLUTION Le plan 1 jeune, 1 solution prévoit de faciliter l'entrée dans la vie professionnelle orienter et former vers les métiers d'avenir accompagner vers l'emploi’
 
Les jeunes , particulièrement touchés par les conséquences de la crise sanitaire.
Le point sur le dispositif https://bit.ly/2CWGUbO

Faciliter l’entrée dans la vie professionnelle des jeunes particulièrement touchés par les conséquences de la crise sanitaire, orienter et former 200 000 d’entre eux vers les secteurs et les métiers d’avenir, accompagner ceux qui sont éloignés de l’emploi en construisant 300 000 parcours d’insertion sur mesure : le plan « 1 jeune, 1 solution » va accompagner les 16-25 ans pour les aider à construire leur avenir.

En concertation avec les partenaires sociaux, les entreprises et les territoires (service public de l’emploi, services de l’État dans les territoires, associations de jeunes et d’apprentis, associations de représentation des élus locaux, entreprises qui s’engagent…), le plan 1 jeune, 1 solution [application/pdf – 7.0 MB] s’appuie notamment sur l’adaptation des outils nationaux aux spécificités locales, le choix des secteurs prioritaires ou encore la construction de partenariats avec les réseaux d’intervention auprès des jeunes.

En quoi consiste le plan « 1 jeune, 1 solution » ?

Le dispositif prévoit 3 axes :

  • Faciliter l’entrée dans la vie professionnelle
    • Une compensation de charges de 4 000 € pour les entreprises qui recrutent un jeune entre août 2020 et janvier 2021 ;
    • Une aide exceptionnelle de 5 000 € pour le recrutement d’un apprenti de moins de 18 ans et de 8 000 € pour celui d’un apprenti de plus de 18 ans ;
    • Des missions de service civique supplémentaires pour permettre à davantage de jeunes de s’engager.
  • Orienter et former 200 000 jeunes vers les secteurs et les métiers d’avenir
    • De nouvelles formations qualifiantes ou pré-qualifiantes à destination des jeunes sans qualification ou en échec dans l’enseignement supérieur ;
    • Des formations qualifiantes pour répondre aux besoins du secteur du soin et de la santé ;
    • Des formations numériques pour les jeunes non-qualifiés ;
    • Des parcours individualisés pour les décrocheurs entre 16 et 18 ans ;
    • Des places supplémentaires pour poursuivre des formations en études supérieures, en CAP et BTS à la rentrée 2020.
  • Accompagner des jeunes éloignés de l’emploi en construisant 300 000 parcours d’insertion sur mesure
    • Un renforcement des dispositifs d’accompagnement et d’insertion durable dans l’emploi.

  À savoir : Afin qu’aucun jeune ne soit empêché dans son parcours vers l’emploi pour des raisons financières, des dispositifs de soutien sont mis en place avec notamment : le ticket de restauration U à 1 €, le gel des droits d’inscription universitaires pour 2020, le renforcement des prêts-études garantis par l’État, la revalorisation des barèmes des rémunérations des jeunes stagiaires, l’augmentation des dotations pour les jeunes en difficulté…

 

TVA à taux réduits : pour quels travaux ?

Si vous rénovez votre logement, certains travaux peuvent bénéficier de taux réduits de TVA au lieu du taux normal de 20 %. Quels sont-ils ? Sous quelles conditions ? Explications.

Les taux réduits de TVA

À côté du taux normal de TVA fixé à 20 %,  et du taux particulier de 2,1 %, il existe 2 taux réduits de TVA :

  • un taux réduit de 10 %
  • un taux réduit de 5,5 %

En savoir plus sur les différents taux de TVA en vigueur en France

En fonction du type de travaux effectués dans les logements, il est possible de bénéficier, sous certaines conditions, de la TVA à 10 % ou à 5,5 %.

Lire aussi : Rénovation énergétique : les aides auxquelles vous pouvez prétendre

Taux réduits de TVA : pour quels locaux ?

 Pour bénéficier des taux réduits de TVA sur vos travaux, votre logement doit être :

  • achevé depuis plus de 2 ans au début des travaux
  • affecté à un usage d’habitation uniquement, résidence principale ou secondaire, que vous en soyez propriétaire, locataire ou occupant à titre gratuit.

Lire aussi : Rénovation énergétique : les conseils pour bien choisir son professionnel

Taux réduits de TVA : pour quels travaux ?

 Taux de TVA de 10 %

La TVA à taux réduit à 10 % concerne les travaux d’amélioration, de transformation, d’aménagement ainsi que la fourniture de certains équipements. Ce taux intermédiaire est applicable aux prestations et éléments suivants :

  • les prestations de main d'oeuvre
  • les matières premières et fournitures indispensables à la réalisation des travaux (ciment, laine de verre, tuiles ou ardoises, carrelage, papiers peints, peinture, joints, vis, boulons, tuyaux, fils électriques...)
  • les équipements de cuisine, de salles de bains et de rangement sous réserve qu'ils s'incorporent au bâti et s'adaptent à la configuration des locaux et qu'ils soient impossible à enlever sans détériorer le meuble ou le bâti.
  • les équipements de chauffage (cuves à fioul, citernes à gaz ou chaudières non éligibles au taux de TVA à 5,5 %)
  • les systèmes d'ouverture et de fermeture des logements (portes, fenêtres ou portes-fenêtres non éligibles au taux de 5,5 %).

Retrouvez la liste complète des travaux éligibles à la TVA à 10 %

Taux de TVA de 5,5 %

La TVA à taux réduit à 5,5 % s'applique aux travaux de rénovation énergétique, qu'il s'agisse de dépenses en faveur d'économie d'énergie, d'isolation thermique ou d'équipements de production d'énergie utilisant une source d'énergie renouvelable.

Retrouvez la liste complète des travaux éligibles à la TVA 5,5 %

Lire aussi : L'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) facilite la rénovation énergétique des logements

Taux réduits de TVA, quelles démarches pour en profiter ?

Pour bénéficier des taux réduits de TVA, il est impératif que vos travaux et équipements vous soient facturés par une entreprise. Si vous achetez vos matériaux vous-mêmes, ils seront soumis au taux de TVA normal de 20 %. Seule la prestation de pose effectuée par l'entreprise pourra relever d'un taux réduit.

Pour tous travaux d'un montant supérieur à 300 €, il faut aussi remettre à votre entrepreneur une attestation spécifique confirmant le respect des conditions d'application des taux réduits de TVA.

Il existe 2 modèles d'attestation correspondant aux différents types de travaux réalisés. L'attestation simplifiée est réservée aux travaux n'affectant aucun des éléments de gros oeuvre (poutres, murs, etc.) et pas plus de cinq des six éléments de second oeuvre (cloisons intérieures, installations électriques, installations sanitaires et plomberie, système de chauffage, etc.). À défaut, vous devrez télécharger l'attestation taux réduit dite « normale » pour les travaux affectant le gros oeuvre et tous les éléments de second oeuvre.

Lire aussi : Rénovation énergétique : les conseils pour éviter les arnaques

La Société générale perd plus d'un milliard d'euros au deuxième trimestre

Cette perte s'explique principalement par la constitution de fortes provisions pour pallier d'éventuels accidents de crédit liés à la crise économique provoquée par la pandémie.

Le groupe bancaire Société générale a subi une perte nette de plus d'un milliard d'euros au deuxième trimestre, conséquence d'une hausse de ses provisions pour risques de crédits et d'effets exceptionnels liés à la crise du Covid-19. Selon les résultats publiés lundi 3 août, la perte se monte à 1,26 milliard d'euros, à comparer avec un bénéfice d'un peu plus d'un milliard sur la même période en 2019.

La publication de la Société générale pour le deuxième trimestre intervient après celle de BNP Paribas, qui avait dévoilé vendredi un bénéfice net certes en recul, mais atteignant 2,3 milliards d'euros. "Ce trimestre a été fortement impacté par la crise sanitaire mondiale du Covid-19 et ses répercussions économiques", et ce, en dépit d'un redémarrage constaté de l'activité "depuis mi-mai", souligne la Société générale dans son communiqué.

Des provisions de 653 millions d'euros : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/plombee-par-le-covid-19-societe-

 

British Airways : les pilotes acceptent une baisse de salaire pour limiter les licenciements

Le syndicat des pilotes a voté à 85% en faveur de ce plan, alors que le secteur aérien s'effondre en raison de la pandémie de Covid-19.

L'Avion, L'Aéronef, Un Avion À Réaction

Les pilotes de la compagnie aérienne British Airways ont approuvé un plan prévoyant des baisses de salaires temporaires de 20% pour limiter à 270 les licenciements secs, a annoncé vendredi 31 juillet le syndicat des pilotes (Balpa).

Ses membres ont voté à 85% en faveur de ce plan, alors que le secteur aérien s'effondre en raison de la pandémie de Covid-19. Il prévoit, outre 270 suppressions de postes, des baisses de salaires de 20%, qui doivent être ramenées à 8% dans deux ans, avant un retour au niveau initial à plus long terme.

La compagnie, qui emploie 4 300 pilotes, envisageait initialement le licenciement de 1 255 d'entre eux et de licencier puis réembaucher les autres à des conditions moins favorables.

Source : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/british-airways-les-pilotes-acceptent-une-baisse-de-salaire-pour-limiter-les-licenciements_4063497.html

L'AMF inflige 5 millions d'euros d'amende à EDF pour fausse information

Attrapé par la patrouille. Le gendarme de la Bourse a annoncé jeudi 30 juillet avoir infligé une sanction de 5 millions d'euros au groupe d'électricité EDF pour avoir diffusé en 2014 une fausse information ayant trait au financement du projet Hinkley Point au Royaume-Uni. Il a également prononcé "une sanction pécuniaire de 50 000 euros à l'encontre de M. Henri Proglio, président-directeur général d'EDF à la date du communiqué litigieux", selon un communiqué de l'AMF.

L'Autorité des marchés financiers avait ouvert une enquête en 2016, année où EDF a pris la décision finale d'investir dans le projet Hinkley Point qui consiste à édifier deux réacteurs nucléaires à eau pressurisée de type EPR dans le Somerset (sud-ouest de l'Angleterre). "Le 21 octobre 2013, EDF a annoncé avoir conclu avec le gouvernement britannique un accord sur les principaux termes commerciaux des contrats relatifs au projet HPC, parmi lesquels figurait la confirmation que le projet HPC bénéficierait d'une garantie de financement du gouvernement britannique, selon des conditions et termes à définir", rappelle l'AMF. Source : https://www.francetvinfo.fr/societe/nucleaire/nucleaire-l-amf-inflige-5-millions-d-euros-d-amende-a-edf-pour-

La France subit une récession historique à cause du coronavirus

La France a connu au printemps le plus fort recul de son activité depuis au moins 1949, avec un plongeon du produit intérieur brut (PIB) de 13,8% au deuxième trimestre, a rapporté vendredi l'Insee.

Depuis qu'il mesure l'activité économique française de façon trimestrielle, jamais l'Institut national des statistiques n'avait enregistré pareil effondrement.

Il a aussi révisé sa mesure de l'activité au premier trimestre, qui a chuté de 5,9%, au lieu de 5,3% rapporté précédemment.

La chute du PIB au deuxième trimestre est toutefois moindre que ce qu'anticipaient la plupart des analystes et l'Insee lui-même, qui l'entrevoyait encore à 17% au mois de juin.

Mais "cette première estimation reste fragile et elle est susceptible d'être révisée, davantage qu'à l'accoutumée, dans les prochaines publications des comptes trimestriels", avertit dans son communiqué l'institut, qui ne publie pas de nouvelle prévision pour l'ensemble de l'année après celle d'une récession de 9% faite début juillet.

Magnifier, Schedules, Tables, Lunettes

Dans le détail, la consommation des ménages, principale composante de la croissance, a reculé de 11%, la production de biens de biens et de services s'est affaissée de 14,2%, avec un plongeon encore de l'industrie manufacturière, de 16,8%.

Aller plus loin...     https://finance.orange.fr/actualite-eco/article/la-france-subit-une-recession-historique-a-cause-du-coronavirus-

Coronavirus : les lourdes pertes des grandes entreprises françaises

Les résultats semestriels des grands groupes français sont presque tous dans le rouge. Airbus, Renault, Total...

La crise sanitaire n'a épargné personne.
 
Pour de nombreuses grandes entreprises françaises, le couperet est tombé. Ce jeudi 30 juillet, les résultats semestriels de la plupart des géants français ont été publiés. Et les chiffres le confirment : la crise du coronavirus a fait très mal et n'a épargné personne, pas même les plus grands groupes. Énergie, aéronautique, automobile... Tous les secteurs sont touchés.Le groupe Renault a par exemple perdu 7,3 milliards d'euros au premier semestre, soit la plus grosse perte de son histoire. Comme le relève Le Monde, la branche française est, en plus du coronavirus, plombée par son partenaire japonais Nissan. Fin mai, Renault annonçait déjà vouloir supprimer 15 000 emplois dans le monde. Dans la foulée, l'entreprise avait obtenu un prêt de cinq milliards d'euros garanti par l'Etat.
 
Le luxe ne tire pas son épingle du jeu
 
L'exécutif a également annoncé être prêt à voler au secours d'un autre fleuron de l'industrie française et européenne : Airbus, également en grande difficulté financière. Les résultats publiés ce jeudi par l'avionneur font état d'une perte nette de 1,9 milliard d'euros au premier semestre. 
 
Le secteur de l'énergie n'est pas non plus à la fête.  Alors qu'il avait engrangé 2,5 milliards d'euros de bénéfice l'an passé à la même période,  l'électricien EDF accuse cette année une perte de 701 millions d'euros. Pour sortir la tête de l'eau, l'entreprise va devoir céder 3 milliards d'euros d'actifs, rapportent Les Echos. Le gazier et pétrolier Total, pour sa part, a perdu au deuxième trimestre 8,4 milliards de dollars (7,13 milliards d'euros), sa première perte nette depuis 201...

Aller plus loin :  https://actu.orange.fr/france/coronavirus-les-lourdes-pertes-des-grandes-entreprises-

La SNCF perd 2,4 milliards d'euros au premier semestre

Le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, a récemment annoncé que la SNCF serait aidée "à hauteur de plusieurs milliards d'euros" par l'Etat, mais les modalités de ce soutien ne sont pas encore connues.

En pleine tempête. La SNCF, "touchée de plein fouet par la crise sanitaire" liée au nouveau coronavirus, a publié jeudi 30 juillet une lourde perte nette de 2,4 milliards d'euros au premier semestre. Le groupe public avait dégagé un modeste bénéfice net de 20 millions d'euros au premier semestre 2019.

Le chiffre d'affaires semestriel a reculé de 21% à 14,1 milliards d'euros, pénalisé par les effets de la crise sanitaire (-3,9 milliards) et de la grève contre la réforme des retraites en janvier (-275 millions). Si Geodis (logistique) a résisté avec un chiffre d'affaires en très légère progression de 0,3%, les autres composantes du groupe public ont vu fondre leurs revenus : -37% pour SNCF Voyageurs (TGV, TER et banlieue parisienne), -12% pour Keolis (transports publics), -20% pour le fret et -20% pour SNCF Réseau.

Un plan d'économie "exceptionnel" sur les rails (https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/touchee-de-plein-fouet-par-la-crise-du-coronavirus-la-sncf-perd-2-4-milliards-d-euros-au-premier-semestre_4061509.html)

Perte record de 7,3 milliards d'euros pour Renault, plombé par Nissan et la pandémie de coronavirus

Le groupe, déjà en difficulté avant la pandémie, avait annoncé fin mai 15 000 suppressions d'emplois dans le monde.

La firme au losange en chute libre. Le constructeur automobile français Renault a subi au premier semestre la perte nette la plus lourde de son histoire, à 7,3 milliards d'euros, plombé par son partenaire japonais Nissan et la crise sanitaire du coronavirus. Le groupe, déjà en difficulté avant la pandémie, et qui avait annoncé fin mai 15 000 suppressions d'emplois dans le monde (dont 4 600 en France), a indiqué qu'il renonçait à toute prévision de résultat financier pour 2020.

"La situation est sans précédent, elle n'est pas sans appel", a commenté le nouveau directeur général, Luca de Meo, qui a pris ses fonctions au début du mois. "J'ai toute confiance en la capacité du groupe à rebondir", a-t-il ajouté. "La crise sanitaire que nous vivons actuellement a fortement impacté les résultats du groupe sur le premier semestre et est venue s'ajouter à nos difficultés préexistantes", a expliqué la directrice générale adjointe Clotilde Delbos.

 Aller plus loin : https://www.francetvinfo.fr/economie/industrie/perte-record-de-7-3-milliards-d-euros-pour-renault-plombe-par-nissan-et-la-pandemie-