ECONOMIE

Cérémonie des septuors : trophées de l’innovation et de l’économie de l’Hérault

 

mardi 18 Septembre 2018 - Rencontre - Pasino La Grande-Motte

La cérémonie des Septuors a pour but de récompenser l'entrepreneuriat et la réussite des entreprises Héraultaises en leur remettant des trophées de l’innovation et de l’économie de l’Hérault. Lors de cet évènement, une dizaine d’entreprises de différents secteurs d’activités seront récompensés.

Le Groupe Dépêche du Midi met régulièrement en avant les forces vives de notre région au fil de ses colonnes mais aussi à l’occasion de différents trophées.
Par les SEPTUORS et OCCINOV’, ce sont les entreprises dynamiques et innovantes de la région qui sont récompensées.
Les Trophées Associatifs, quant à eux, mettent en lumière les nombreux bénévoles qui forment le tissu associatif du Tarn.

  • 18h30 : Accueil des invités
  • 18h45 : ouverture de la soirée par Claire CHARBONNEL, Directeur Générale Déléguée de Midi Libre
  • 19h00 : Remise des Trophées
  • 20h30 : Cocktail dînatoire

 

 

La société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU)

Vous souhaitez créer une entreprise avec un statut plus simple et flexible ? Avez vous pensé à la société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU) ? On vous explique tout sur ce statut !

Qu’est-ce qu’une SASU ?

La SASU (société par actions simplifiée unipersonnelle) est une SAS (société par actions simplifiée) constituée par un seul associé.  L’associé unique définit les règles d’organisation de la SASU ainsi que le montant du capital social de l’entreprise. Il peut faire des apports en numéraire ou en nature.

Lire aussi : Quel statut juridique choisir pour son entreprise ?

Quels sont les avantages de la SASU ?

Les SASU bénéficient de règles de constitution et de fonctionnement allégées. Elles sont par exemple dispensées :

  • d'établir un rapport de gestion chaque année lorsque l'activité ne dépasse pas deux des trois seuils suivants à la clôture d'un exercice social : 4 millions d'euros pour le total du bilan, 8 millions d'euros pour le chiffre d'affaires hors taxes, 50 personnes pour le nombre moyen de salariés permanents employés au cours de l'exercice ;
  • de déposer au greffe du tribunal de commerce le rapport de gestion ;
  • d’approuver les comptes sociaux ;
  • de faire apparaître sur le registre de la société le récépissé accordé par le greffe au moment du dépôt des comptes annuels.

Par ailleurs, la SASU est une structure qui permet à l’associé unique de n’engager sa responsabilité qu’à hauteur de son apport.

Lire aussi : Création d'entreprise : les démarches à effectuer

Comment créer une SASU ?

L’associé unique rédige les statuts, dans lesquels il définit les règles d’organisation de l’entreprise. La nomination d’un président de la SASU est obligatoire à cette occasion. Il peut s’agir d’une personne morale ou d’une personne physique (l’associé unique ou un tiers). Le premier président est le représentant légal de l’entreprise, il est responsable civilement et pénalement de la SASU.

A noter

Il existe 2 cas dans lesquels la désignation d’un commissaire aux comptes est obligatoire :

  •  la SASU dépasse à la clôture de l'exercice deux des seuils suivants : total du bilan supérieur à 1 million d'euros, chiffre d'affaires HT supérieur à 2 millions d'euros, et/ou nombre moyen de salariés permanents employés au cours de l'exercice dépassant 20 salariés ;
  • la SASU contrôle d'autres sociétés. 

Lire aussi : La société par actions simplifiée (SAS), un statut souple et une responsabilité limitée aux apports

Quel régime fiscal pour une SASU ?

Le régime fiscal de plein droit des SASU est l’impôt sur les sociétés (IS). Dans certains cas, les SASU peuvent effectuer une demande pour être imposées à l’impôt sur le revenu. Pour pouvoir y prétendre, l’entreprise doit remplir les critères suivants :

  • avoir maximum 5 ans d'ancienneté au moment de la demande ;
  • exercer une activité commerciale, artisanale, agricole ou libérale ;
  • avoir un chiffre d’affaires (ou total de bilan) inférieur à 10 millions d’euros ;
  • avoir moins de 50 salariés ;
  • ne pas être cotée.

L’option doit être demandée auprès du service des impôts responsable du dossier dans les 3 mois suivants le début de l’exercice de la SASU. Il s’agit d’une option qui ne peut être demandée qu’une fois et qui ne peut durer sur plus de 5 exercices consécutifs. Une renonciation à l’option peut être effectuée durant ce délai, dans ce cas l’entreprise ne pourra y revenir.

Prélèvement à la source: nombreuses erreurs lors de la phase d'essai

L'Argent, Profit, Finances, D'Affaires

 AFP/

"La phase d'essai du prélèvement à la source, testé auprès de certaines entreprises en vue de son entrée en vigueur théoriquement prévue début 2019, s'est soldée par des centaines de milliers d'erreurs, affirme samedi le Parisien, citant une note du fisc.

Selon le site internet du quotidien, la direction générale des finances publiques (DGFiP) a fait parvenir en juillet une note au ministère de l'Economie, évoquant un nombre extrêmement irrégulier d'erreurs d'un mois à l'autre: elles auraient été inexistantes en janvier, avant de culminer à plus de 300.000 le mois suivant."

Tout savoir sur : https://www.afp.com/fr/infos/334/prelevement-la-source-nombreuses-erreurs-lors-de-la-phase-dessai-doc-18s5fs3

Croissance revue à la baisse en 2019, prestations sociales touchées

Resserrement Du Crédit Fiscalité Sac À Mai

 AFP/

"Prenant acte d'un ralentissement économique qui affectera le budget 2019, Edouard Philippe a néanmoins dit vouloir maintenir "le rythme" des réformes, annonçant un décrochage de l'indexation de prestations sociales de l'inflation et la fin des cotisations salariales sur les heures supplémentaires.

"La prévision de croissance sur laquelle nous bâtirons ce budget (2019) sera de 1,7 %", a indiqué le Premier ministre dans un entretien au Journal du Dimanche, alors que le gouvernement tablait sur 1,9% jusqu'à présent.

Le 1er août, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin avait également abaissé la prévision de croissance pour 2018, qui était de 2% jusqu'alors, estimant qu'elle ne serait "pas inférieure à 1,8%" après le trou d'air traversé par l'économie française en début d'année."

Lire sur : https://www.afp.com/fr/infos/334/croissance-revue-la-baisse-en-2019-prestations-sociales-touchees-doc-18l9pk4

La montée de l’économie collaborative

 

 L’internet a favorisé l’émergence d’une économie collaborative entre personnes qui s’organisent entre elles pour mener un projet en commun, comme par exemple la création d’un logiciel libre, ou gérer une activité sur une base coopérative.

Ainsi, dans le sud de la France, des journalistes indépendants se sont organisés pour lancer le réseau Oc-infos, un concept très original et innovant qui renouvèle sur l’internet la presse quotidienne régionale en Occitanie. Sur les communes d’une collectivité territoriale, des correspondants collectent l’information hyper locale et nourrissent eux-mêmes, en continu, 24h/24, l’édition numérique du journal du territoire.

Des rubriques sur le patrimoine, la culture, l’environnement… sont partagées par toutes les éditions et contribuent à donner la cohérence à l’ensemble. C’est l’addition des informations locales qui fait sens et nourrit la ligne éditoriale. Le succès d’audience est tel que le réseau, parti de Sète la ville de Brassens et de Paul Valéry, maille peu à peu une zone de plus en plus vaste : Montpellier, Béziers, Agde, etc.
Cette économie collaborative se fonde sur des valeurs communes, entre égaux qui définissent leurs propres règles d’organisation et de partage. Le numérique redonne ainsi un nouvel élan à l’esprit des coopératives, comme les jardins partagés ont récemment redonné un coup de jeunesse aux prés communaux dont l’origine remonte au néolithique.

» lire la suite sur http://futuroscopie.org/index.php/economie

Le port de commerce de Sète

Devenue propriétaire du Port de Sète en 2007, l'ex Région Languedoc-Roussillon s’est engagée de manière significative dans le développement de ses infrastructures portuaires pour dynamiser les échanges de marchandises et  les transports de voyageurs. Ainsi la Région a investi 154 millions d’euros pour la modernisation du port de Sète et prévoit en 2016, 46 millions d’euros de nouveaux investissements. En moins de 10 ans, le Port de Sète est redevenu un site attractif, compétitif et fiable.
 

Le port de commerce de Sète est un levier d’action à 4 niveaux :

  • Une infrastructure idéale pour créer de la croissance économique par l’accueil de nouvelles entreprises industrielles et commerciales et l’accompagnement des entreprises existantes dans les domaines de la logistique et du transport
  • Un outil pour assurer la  compétitivité des entreprises régionales, dans des secteurs tels que l’agriculture, l’agro-industrie, l’industrie en général, grâce aux transports maritimes qu’elle peut accueillir pour organiser leurs flux de marchandises.
  • Une solution au report modal grâce à son offre multimodale capable d’offrir des interfaces mer/rail et mer/fluvial alternatives au tout routier participant ainsi à la lutte contre les gaz à effet de serre.
  • Un débouché naturel pour le commerce international des  entreprises de l’espace du Grand Sud-Ouest et du Languedoc Roussillon

 

Le Port de Sète, porte d'entrée au Sud de l’Europe

Pour attirer de nouveaux trafics, le port de Sète dispose d'atouts significatifs :

  • sa situation de carrefour en Méditerranée Occidentale à la confluence des routes maritimes en fait une porte d'entrée idéale sur l'Europe du Sud
  • son tirant d’eau pouvant atteindre les 14,5 m lui permet d'accueillir tous types de navire
  • sa polyvalence avec la possibilité de traiter tout type de trafics tels que les passagers, le fret roulant, les vracs et les marchandises diverses dont les marchandises conteneurisées et les colis lourds.
  • sa desserte multimodale grâce à sa liaison directe avec le réseau d'autoroute sud-européen, son interconnexion avec le réseau ferroviaire et son accès direct à la voie fluviale via le Canal du Rhône à Sète.
  • sa situation de port de dimension régionale lui offre la possibilité de relations internes plus faciles et de contacts plus directs avec ses clients
  • la volonté régionale affirmée de redynamisation du port de Sète au travers de très importants investissements 

Les métiers de demain

 

« Les rêves donnent du travail » 
Paulo Coelho

Les experts des ressources humaines sont unanimes : 70% des enfants qui naissent aujourd‘hui exerceront des métiers qui n’existent pas encore.

» Lire la suite

À propos du réseau Les 3 Grâces©

Les 3 Grâces met en réseau les commerçants et artisans indépendants de l’Hérault pour les accompagner et les valoriser auprès de leurs consom’acteurs. Qu’ont-il de plus que les autres ? Les commerçants qui sont accompagnés répondent à une charte qualité qui s’inscrit dans une démarche d’économie circulaire. Ils travaillent majoritairement en circuit court et en local (ou Made in France) et sélectionnent leurs produits pour leur qualité. Comment les reconnaître ? Tous les commerçants du réseau sont identifiables grâce à ce macaron de porte, gage de qualité de leurs produits, de leur démarche responsable, mais aussi de leur accueil chaleureux. Les retrouver sur la liste de nos bonnes adresses du webzine, ainsi que leurs articles dédiés : http://www.les3graces.fr/webzine/

grac"Les 3 Grâces est un​ réseau​ coopératif, multi-filières (artisanat d’art, production alimentaire, vente au détail), ​de commerçants indépendants de proximité​, dans l’Hérault.  Parce que les problématiques d’isolement nuisent à leur pérennité, les commerçants indépendants ont besoin de ​solutions socialement innovantes​ pour répondre à leurs problématiques. Côté consommateurs, nous avons tous besoin de rencontres et il n’est pas dans l’intérêt collectif d’aller vers l’uniformisation des centres-villes."

www.les3graces.fr/webzine/

Les missions​ : 

● Accompagner​ les commerçants dans leurs problématiques au quotidien 
● Mutualiser​ les actions pour valoriser les commerçants auprès de leurs consommateurs


 Finalités :

● Accélérateur​ de commerce indépendant 
● Créateur de ​lien durable​ entre les différents acteurs du commerce indépendant 
● Développeur de ​proximité​ humaine et marchande
 

Le prêt à taux zéro en 2018

Le prêt à taux zéro (PTZ), a été renouvelé en janvier 2018 pour une période de 4 ans. Quelques modifications ont été apporté par ce prêt immobilier, en parti pour favoriser les zones tendues. Tout ce qu’il faut savoir sur les nouveautés de ce crédit immobilier.

Qu’est-ce que c’est ?

Le prêt à taux zéro (PTZ) a été introduit pour la première fois en 1995 afin de compenser le niveau élevé des taux d’intérêt et aussi pour permettre l’achat d’une résidence principale pour les foyers les plus modestes. Le prêt à taux zéro est donc une aide destinée à certain ménages pour les aider à acheter leur première résidence principale. Ce crédit gratuit (le bénéficiaire ne paie pas d’intérêts sur les sommes octroyées) permet l’acquisition d’un logement neuf ou d’un logement ancien (sous conditions de travaux) partout en France.

Pour tout savoir sur le PTZ : https://www.fournisseur-energie.com/ptz-2018-quelles-sont-les-nouvelles-conditions-de-ce-credit-immobilier

L’homme et la machine deviennent partenaires

Il y a beaucoup de fantasmes autour des robots. Un robot n’est qu’une machine conçue pour accomplir automatiquement des tâches en imitant ou reproduisant, dans un domaine précis, des actions humaines.


Les robots ne datent pas d’aujourd’hui. Cela fait déjà longtemps qu’ils travaillent sur les chaînes de montages des constructeurs automobiles, qu’ils remplacent les hommes pour les opérations dans les zones dangereuse des centrales nucléaires ou qu’ils exécutent des tâches répétitives dans de nombreux secteurs industriels.

La nouveauté ce sont les nouvelles fonctionnalités que ces robots acquièrent avec le numérique et les nouvelles technologiques.

En savoir plus sur : http://futuroscopie.org/index.php/economie

Travail : profondes mutations en vue

Dans les prochaines décennies la globalisation de l’économie planétaire aura des conséquences de plus en plus visibles sur le marché du travail.

Les entreprises maintiendront de moins en moins une organisation figée avec des salariés en contrat à durée indéterminée. Elles fonctionneront selon une logique de projets, au niveau local et au niveau international.

Pour un travail donné, une entreprise cherchera les meilleures compétences pour constituer l’équipe qui mènera à bien le projet, pour quelques mois ou pour plusieurs années.

 

Pour certains métiers du savoir, les nouveaux outils numériques de communication et de travail collaboratifs permettront d’organiser le travail via l’internet, gommant ainsi les contraintes de fuseaux horaires et de géographie. Les jeunes d’Afrique et d’Asie, de plus en plus nombreux et surtout de mieux en mieux éduqués devraient être en mesure de tirer profit des ces évolutions et de s’insérer dans les équipes travaillant en ligne.

Pour aller plus loin : http://futuroscopie.org/index.php/economie/157-le-marche-du-travail-va-connaitre-de-profondes-mutations