Marseillan

Récital de chansons françaises

Depuis le 11 mars à la Médiathèque "La Fabrique" les animations avec pour thème les "Mots en balade" se succèdent et hier, 21 mars à 15h, c'est en chansons que les mots se sont envolés avec pour interprète Jean-Michel de Courthezon, qui, pendant 2 heures a séduit l'assistance avec un récital de chansons françaises.

Un choix éclectique de morceaux judicieusement choisis par lui spécialement pour cette animation.

Ouverture avec Michel Jonasz, puis Yves Montand ( à bicyclette) Reggiani (l'italien) jacques Brel (Bruxelles), une très belle composition musicale avec un arrangement de Yvan Cassar, l'île Hélène, dédiée par Nougaro à sa dernière épouse Hélène Bagarry, Serge Lama (l'Algérie), Charles Aznavour (Emmenez-moi) Julio Iglesias (Vous les femmes) Bécaud (L'absent, Et maintenant) Yves Montand (Les feuilles mortes), Charles Trenet (je t'attendrai à la porte du garage), Michel Fugain (C'est la fête, Chante la vie chante), J.Brel (Partir) Johnny Hallyday, Michel Sardou revenu en force avec la reprise de "Je vais t'aimer" dans le fim "la famille Bélier"et , une bien ancienne, mais qui évoque bien le Midi "Aujourd'hui peut-être" qui fut interprétée par son père Fernand Sardou et que l'on fredonne toujours avec le sourire.

Avec pour finir la magnifique "Vladimir Ilitch" de Michel Sardou.

Jean-Michel de Courthezon mime ses chansons, et, avec ce récital, le public a souri, s'est attendri, ressenti la nostalgie du temps passé  avec ces accords qui ont bercé leur jeunesse, et s'est accordé pour reconnaître avoir passé un bien agréable moment.

No images found.

C.Gressier

journée commémorative du 19 mars

C'est à 11h, jeudi 19 mars devant la mairie, que s'est constitué le cortège pour célébrer la commémoration de la fin des combats de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.

Le maire Y.Michel, accompagné de membres du conseil municipal, d'un membre du conseil municipal des jeunes, de présidents d'associations patriotiques ,des porte-drapeaux et de nombreux marseillanais escortés par la pena Mistral, s'est d'abord rendu aux allées du Général Roques pour la lecture du discours officiel du secrétaire d'état aux anciens combattants, Mr Jean-Marc Todeschini, et les dépôts de gerbe.

C'est ensuite sur le parvis de la stèle du 19 mars 1962, que Mr Moulin, Président de l'ULAC (Union Locale des Associations de Combattants)  et Mr Morgnieu, Président de la FNACA ( Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie, au Maroc et en Tunisie ont tour à tour, lu leurs discours, avant qu'il ne soit procédé au dépôt de gerbes et à une remise de croix de combattant à M.Joseph Achard.

» message du Comité National de la FNACA.

Le cortège s'est ensuite reformé pour rejoindre la salle Paul Arnaud où le maire Y.Michel a remercié les membres des associations patriotiques et de la population pour leurs présences aux cérémonies officielles, avant de les inviter à partager le verre de l'amitié.

C.Gressier

MJC de Marseillan : ambition et perspectives

Ils furent plus de cent à plébisciter le rapport moral du Président de la MJC de Marseillan ; à adhérer aux mots clefs proposés : « ambition et perspective ».

Cela se passait vendredi dernier (13 mars) dans la grande salle comble de la maison trentenaire, à l’occasion de son assemblée générale. Les nombreux adhérents présents, entourés des bénévoles et des professionnels découvrirent qu’ils comptaient parmi les 716 adhérents venant pour les trois quart de Marseillan, pour le reste des alentours ; plus d’un tiers d’entre eux est mineur, la femme étant l’avenir de la MJC à plus de 70 % !

Le Président, Christian Oulmière et le Directeur présentèrent leurs pairs : les administrateurs au nombre de seize, ayant offert près de 1800 heures de bénévolat à la collectivité et l’équipe transversale constituée de 8 salariés. Ensemble ils réalisèrent le bilan des activités de sports - loisirs et plein air, de musique, danse et jeux, d’arts manuels ; ils firent le tour des disciplines d’expression et animations bien-être proposées, sans oublier les ateliers de culture générale et de langue.

Ils s’arrêtèrent un instant sur les accueils éducatifs d’enfants et de jeunes. Tous furent impressionnés par les 38 évènements qui profitèrent de l’engagement des équipes de la maison durant l’année 2014 (lotos, thés dansants, galas, expositions, fêtes, auditions, animations de rue, …). Chaque participant pu constater que cet ensemble d'animations, d'ateliers et de cours (conduits par 21 animateurs rémunérés et 30 bénévoles !) représente le cœur de métier de cette MJC.

Les comptes de l'association présentés par Christine Davaille, la Trésorière, furent approuvés.Le Secrétaire de l’association, Jacques Lautier, remercia ensuite la municipalité pour son soutien sans faille depuis sa création ; Ludovic Fabre exprima son souci que cet espace d’échanges et de partage profite au plus grand nombre possible d’habitants.


Cette assemblée en profita pour accueillir le nouveau coordinateur jeunesse, en charge d’un diagnostic partagé sur le territoire de la commune, affirmant son souhait que s’ouvre une nouvelle page jeunesse dynamique. Elle a ensuite élu cinq membres actifs à son Conseil d’Administration et un nouveau membre associé : la Mission Locale pour l’Insertion des Jeunes du bassin de Thau. Un débat riche et fructueux autour de l'ouverture de la MJC fut animé par la fédération régionale des centres socioculturels et clôtura cette assemblée … qui se poursuivit de manière bien agréable autour d’un pot de l’amitié et d’une auberge espagnole.
Beau moment de vie citoyenne agréable, en somme !

pour l'équipe de la MJC : Didier Thiriet

Marseillan au Sénat

François Commeinhes, sénateur-maire de Sète, publie :

« Faire découvrir et connaître l'institution sénatoriale aux corps constitués et citoyens de notre département fait partie des activités que j'ai plaisir à accomplir, comme aujourd'hui avec les anciens combattants de Marseillan accompagnés de leur maire Yves Michel. »

Médaillés du Salon de l’Agriculture 2015

Ambassadeurs de la richesse et de la qualité du terroir Marseillanais

Il est revenu le temps des concours. Et cette année encore, lors du concours général agricole , viticulteurs et ostréiculteurs marseillanais sont rentrés, dotés d’un joli palmarès :
Médaille d’Or pour les huîtres de Laurent Arcella, Médaille d’Or et Médaille d’Argent pour les huîtres de l’établissement « Occi Marée » de la famille Cuccurullo.

Les caves Richemer d’Agde-Marseillan, quand à elles, voient leurs vins dans les trois couleurs, récompensés de trois médailles d’or et de cinq médailles d’argent.
« C’est une grande fierté pour notre ville, bravo à nos producteurs de promouvoir ainsi notre patrimoine. Vous êtes les ambassadeurs de notre terroir. Je suis heureux de voir votre travail ainsi récompensé » a déclaré Yves Michel, le maire de Marseillan lors de son allocution face aux lauréats.

A son tour, François Commeinhes, sénateur maire de Sète et Président de Thau Agglo, a salué le dynamisme de tous ces producteurs, les congratulant pour ce beau palmarès.
C’est dans le cadre très approprié du mas de la famille Cuccurullo, qu’ils ont dégusté les différents produits primés appréciant, sans chauvinisme, huîtres et vins de Marseillan. Et Francois Commeinhes de conclure : « J’aime cette partie de l’étang, c’est d’ici que l’on a l’une des plus belles vues de Sète. ».

Palmarès 2015 du concours général agricole

Caves Richemer
Or : Chardonnay  - Muscat sec: - Grenache-Cinsault Rosé
Argent : Terre & Mer moelleux: - Marselan rosé  - Cabernet-Sauvignon  - Domaine de Maraval rouge  - Chardonnay C084 IGP Oc 

Les huîtres marseillanaises 
Médaille d’Or pour l’établissement de Laurent Arcella
Médaille d’Or et une médaille d’argent pour l’établissement « Occi Marée » de la famille Cuccurullo

No images found.

semaine nationale de lutte contre le cancer

Dans le cadre de la semaine nationale de lutte contre le cancer, des manifestations se dérouleront à Marseillan:

mercredi 4 mars, salle P Arnaud, 17h 30 : rencontre - débat avec le Pr Jean-Bernard Dubois, radiothérapeute à l'ICM (Institut du Cancer de Montpellier), et vice- président du comité Hérault de la ligue contre le cancer.
Il présentera "La radiothérapie dans le traitement des cancers" et sera accompagné d'un chercheur en biologie métabolique Christian Laroque.
L'entrée est gratuite et un apéritif sera servi à l'issue de cette rencontre.
Dimanche 15 mars, à 15h 30 un loto dont les fonds seront entièrement reversés à la Ligue sera organisé à la salle Paul Arnaud.
11 avril à 20 heures 30, au théâtre Henri Maurin, un spectacle sera offert par la "compagnie de Riquet": une comédie"Ya quèqu'Chos' qui cloch' Là d'dans".
La Ligue et ses partenaires espèrent une participation en nombre à ces manifestations.

Développer Marseillan de façon raisonnée

"Marseillan je l'aime " n'est pas qu'un slogan de campagne électorale, Yves Michel le maire passionné par sa ville, nous a donné sa vision du futur de Marseillan. Une commune qui fait partie de Thau agglo dont il est devenu, en 2014, le Vice-Président, délégué au développement économique et à l'attractivité du territoire


Yves Michel, maire de Marseillan

 

Marseillan
petite histoire d'une station touristique 

Située entre mer et étang, la ville de Marseillan tire son identité d’une histoire riche et fascinante de plus de 2000 ans.
Les Grecs fondèrent Marseillan en 600 avant J.-C., puis le territoire fut dominé par les romains jusqu’à la fin de l’Empire. Ainsi, le port de Marseillan prospéra au fil des siècles. En 1683, le Canal du Midi fut également ouvert à la navigation. Au XIXème siècle, l’implantation de vignes transforma le visage de Marseillan et apporta un nouvel essor. Le port bénéficia d’une activité remarquable avec le commerce du vin, les chais Noilly Prat et la distillation. Au cours du XXème siècle, Marseillan ville s’édifia telle que nous la connaissons aujourd’hui, avec ses maisons vigneronnes sur leurs caves et les boulevards bordés de belles façades. Dynamique et animée, Marseillan compte 8040 habitants.
Dans un littoral qui a connu, ces dernières décennies, d’importants bouleversements liés au développement touristique, la station de Marseillan présente un cachet particulier. Née de l’ambition d’un homme, André Filliol, élu maire en 1945, qui avait compris bien avant son temps que la société de loisirs serait la société de demain. Marseillan plage doit sa création et son histoire ancienne et actuelle à sa volonté d’offrir un lieu de vacances pour les revenus modestes. Dès 1947, il met en œuvre un grand projet qui va transformer la vie économique et sociale de la commune : créant sur les bords de la Méditerranée une petite station balnéaire, la plage des familles.

   

Thau-info :  quelle est LA priorité pour Marseillan ?

Yves Michel  :
Marseillan souffre d’un taux de chômage élevé comme partout en Languedoc Roussillon, l’emploi est donc une préoccupation majeure. L’économie est la priorité. D’elle dépend les solutions pour combattre le fléau social du chômage et ses conséquences.

Thau-info :  Le tourisme est –il incontournable pour l'économie de Marseillan ?

Yves Michel :
Le tourisme, même si son image est parfois négative, reste incontournable pour le futur de Marseillan. Il peut susciter des craintes voire une hostilité de la part des secteurs comme l’agriculture, la conchyliculture ou la pêche. Il n’en reste pas moins que le tourisme fournit la plus grosse part de la clientèle de Marseillan, y compris celle des secteurs traditionnels. Nous n’avons donc pas d’autres choix que d’œuvrer pour réconcilier tourisme et activités traditionnelles.

André Filliol, élu maire en 1945 avait d’ailleurs déjà perçu le potentiel du tourisme en créant la station de Marseillan-Plage, et cela avant même les grands travaux d’aménagement du littoral du Languedoc-Roussillon de la mission Racine dans les années 1960. Marseillan faisait alors figure de précurseur. (voir encadré à gauche).

Au début des années 2000, cinquante ans plus tard, la station montrait néanmoins des signes d’essoufflement. La population voyait surtout les aspects négatifs du tourisme. Pour la commune, les infrastructures touristiques généraient avant tout des charges avec peu de recettes à mettre en regard
Quand j’ai été élu maire pour la première fois en 2008, notre équipe a décidé le grand programme de modernisation de Marseillan-plage en veillant à ce qu'il ne se fasse pas au détriment de Marseillan Ville. Nous avons recherché la concertation pour permettre à tous d’être partie prenante des décisions qui les concernent. Les commerçants et tous les acteurs économiques comme les habitants, propriétaires ou locataires, ont d’ailleurs bien joué le jeu. Beaucoup de commerçants ont rénové leur magasin et nombre d’habitations ont été ravalées ou repeintes.
Pour réussir la relance de la station, il fallait investir significativement et donc d’abord réunir les fonds nécessaires. L’endettement ayant des limites, le choix a été fait de céder des actifs improductifs pour financer le développement
Ainsi le Gourg de Maffre, un camping municipal, qui n’était plus exploité et risquait de perdre son agrément, a été cédé pour 2,3 millions à Franceloc un opérateur réputé pour son efficacité dans l’hébergement de plein air.
Ce fut un accord gagnant gagnant. La ville a pu lancer la modernisation de l’avenue de la Méditerranée. Franceloc constatant l’engouement de sa clientèle pour son nouveau camping a ensuite racheté à la ville, pour 4 millions d’euros le camping municipal déclinant de Pisse-saumes. La encore cette vente à un bon prix donne l’opportunité à la ville de redéployer l’investissement municipal pour réhabiliter tout un quartier résidentiel de Marseillan-plage datant des années 1950. 

Thau-info  : Les résultats du développement touristique sont-ils conformes aux attentes ?

Yves Michel : 
A présent, en juillet-août, 60.000 personnes séjournent chaque jour en moyenne à Marseillan. Depuis 2009, le nombre de nuitées sur l'année  a augmenté de 200.000 (+ 30%) pour atteindre 750.000. Sachant qu’une nuitée génère en moyenne 70 euros de dépenses (incluant repas et services divers) ce développement touristique représente un apport de 14 millions d’euros/an soit l’équivalent d’environ 140 emplois à temps plein. Le retour sur investissement est donc bien là. Un objectif d’un million de nuitées sur Marseillan-plage et Marseillan ville semble même réaliste.

Réaffecter les actifs de la commune dans le cadre d’une gestion active et dynamique de son patrimoine présentait une part de risque mais la concertation avec les habitants et les acteurs économiques traditionnels a permis de gagner le pari qui était le nôtre. 
Ceci dit, je considère que nous ne sommes encore qu’aux prémices d’un véritable développement touristique. Déjà l’offre de Marseillan ne se limite pas à la plage, elle s’étoffe de plus en plus : plongée et découverte des fonds marins, kite-surf, canoë, paddle, etc. Nous pouvons encore aller plus loin et développer considérablement notre potentiel touristique, dans un cadre réfléchi, pour nous démarquer des autres, accroitre la qualité des emplois et les rendre pérennes. 
Nous ne sommes pas sur la cote d’Azur. Nos activités traditionnelles, la conchyliculture et la viticulture notamment tout comme le patrimoine gastronomique et culturel sont des atouts qui nous différencient des autres stations du littoral. Marseillan est devenue une station familiale et populaire au bon sens du terme.

Thau-info :  Vous évoquez la conchyliculture comme un atout essentiel mais n’y a t-il pas un risque de voir disparaître nombre de mas conchylicoles convoités par les investisseurs immobiliers

Yves Michel :
C’est en effet un risque réel, c’est pourquoi je propose de définir des zones de préemption obligatoire dans le bassin de Thau. L'idée est simple. Quand un mas, mis en vente, court le risque de ne plus être destiné à son usage naturel, il est préempté et proposé à un jeune conchyliculteur dans de bonnes conditions, c’est-à-dire moyennant un loyer modéré. Un peu comme dans une pépinière d’entreprise, un jeune entrepreneur loue des bureaux sans avoir a investir tout de suite dans un local. Un bail avantageux comme un bail emphytéotique peut aussi s’envisager avec une clause prévoyant la reprise par la structure de gestion du mas en cas de perte de son statut conchylicole. Le but est d’éviter une sorte de "désindustrialisation" de notre bassin.

Thau-info : Des investissement spécifiques  sont ils prévus pour Marseillan ville ? 

Yves Michel :
Partant d’une étude réalisée en 2009 par Thau agglo et des possibilité offertes par le FISAC (Fonds d’Intervention pour le Service, l’Artisanat et le Commerce) nous avons déjà redynamisé le coeur de ville de Marseillan et la rénovation du port et de ses infrastructures est en cours. La ville s’embellit et offre un cadre typique et apaisant qui équilibre l’offre de Marseillan-plage.

   

Le FISAC
"un outil vital pour l’essor du commerce et pour la valorisation de la cité."

Le fonds est alimenté par la taxe prélevée sur les surfaces commerciales de plus de 300 m². Elle est reversée sous forme de subventions aux communes inscrites dans une opération FISAC.
La condition impérative pour la réalisation d’une telle opération : l’existence d’une association de commerçants active et désireuse de s’engager sur du long terme à la redynamisation de son centre ville.

 

Nous avons aussi engagé la procédure d’élaboration de notre plan local d’urbanisme (PLU) Ce plan doit permettre d’atteindre les objectifs fixés en matière d’équilibre social, d’habitat et de développement économique, avec le souci permanent de préserver et de mettre en valeur les richesses patrimoniales qu’offre le territoire de Marseillan. Il devrait être prêt en 2016.

 

 Le Plan Local d’Urbanisme (PLU)

Le PLU  est un outil de planification qui régit notamment les possibilités de constructions et d’usages des sols. Il englobe aussi, la préservation des paysages.
Le Plan d’Aménagement du Développement Durable (PADD) est la clef de voûte du PLU et en fait intimement partie. A l’échelle de la commune, il intègre des principes de développement durable, en prenant en compte les contraintes supra communales (loi littoral, plan de prévention des risques inondation et submersion marine, SCoT, etc.).
Le PADD arrête les orientations générales concernant l’habitat, les transports et les déplacements mais aussi le développement des communications numériques, l’équipement commercial, le développement économique et les loisirs, retenues pour l’ensemble de la commune. Il fixe des objectifs de modération de la consommation de l’espace et de lutte contre l’étalement urbain.

 

Thau-info : Qu’attendez-vous de la réforme territoriale en cours

Yves Michel :
Concernant le département, il m’est difficile de répondre car les compétences de la future assemblée départementale ne sont pas encore connues. Par contre je suis très intéressé par la proposition de François Commeinhes qui souhaite récupérer au niveau de l’agglo les compétences portuaires pour les ports départementaux de plaisance ou professionnels comme les ports conchylicoles.

Thau-info :  En tant Vice-président de Thau agglo délégué au développement économique et à l'attractivité du territoire quelles sont vos orientations?

Yves Michel :
Je souhaite privilégier l’action concrète et réaliste pour ce qui existe déjà de préférence aux grands projets qui ne voient jamais le jour.
La reprise dès mars 2015 des 18 zones d’activités économiques communales par Thau agglo va ainsi permettre une action plus cohérente et plus efficace de cet ensemble. 182 hectares vont bénéficier de 14 millions d’euros de travaux afin de réhabiliter, développer ces zones et les rendre attractives aux yeux des entrepreneurs. Elles représentent aujourd’hui 369 entreprises et 3380 emplois. Rénovations des chaussées, des accotements, des terre-pleins, des équipements de sécurité, des signalétiques, des éclairages sont notamment programmées.
Nous devons aussi aider à la création d’entreprises, à commencer par les petites structures avec des créateurs qui valorisent le savoir-faire et les produits de notre territoire, en synergie avec le développement touristique.
Enfin l’économie ne s’enferme pas dans des frontières administratives. Les coopérations avec les agglos voisines doivent être encouragées. Par exemple le projet de parc d’activités de la Capucière à Bessan devrait accueillir une pépinière d’entreprises qui intéressera autant l’agglo Hérault Méditerranée que Thau agglo. De même le centre de traitement des décherts Oïkos de Villeveyrac ne concerne pas que la CCNBT, l’agglo du nord du bassin de Thau, puisqu'il est très  utile aussi à Thau agglo.

Soirée danses latines

La calandreta Dagtenca, en partenariat avec Lo Cranc de Massilhan, organise une soirée danses latines le samedi 21 Février à partir de 19h, au théatre de Marseillan . La Calandrette propose 2h d'initiations à la bachata et au tango en compagnie de Lory et de son partenaire Nassim.

Lou recantou del pompiérs

C'est le nom occitan bien modeste attribué à ce local par son propriétaire (traduction : le recoin des pompiers) dans la zone industrielle de Marseillan, et qui est un véritable petit musée dédié aux soldats du feu.

Le propriétaire des lieux Michel Tobal a exécuté son service militaire chez les pompiers de Paris et a, par la suite, participé à des missions humanitaires au Sénégal et passé un an avec les pompiers de Dieuppeul à Dakar d'où son attachement à cette profession.

Discret, courtois, mais fort jovial, Michel Tobal s'anime dès qu'il parle de ce métier auquel il voue une véritable passion et auquel il consacre pratiquement tout son temps de loisir depuis 2010.

Il collectionne, restaure et fait revivre  dans son atelier, des engins et des objets ,qui sans lui et son association, seraient partis à la destruction, mais retrouvent ainsi une seconde vie et sont la mémoire d'un passé quelquefois pas si lointain.

Les engins sont classés selon leur utilisation spécifique : véhicules pour les feux, ambulances de transports des blessés et malades , canot des sauveteurs en mer, avec les balises ... et Michel précise  pour ceux qui ne le savent pas, ou l'ont oublié, leur signification.

Car Michel Tobal ne se contente pas de restaurer et collectionner : il possède une impressionnante culture relative à cette profession et en bon pédagogue, au cours de sa visite guidée, il vous interroge pour savoir ce que vous connaissez de ce métier, et vous raconte avec des anecdotes historiques comment et pourquoi Napoléon Bonaparte a créé le corps des sapeurs- pompiers de Paris en 1811, la raison de l'existence du liseré rouge sur leur pantalons, pourquoi l'appellation sapeurs, et qui était réellement Ste Barbe, patronne des pompiers et des mineurs.

On peut également  apprécier en raison d'une judicieuse présentation, l'évolution des tenues de pompiers depuis la création de ce corps et la recherche dans les techniques et l'ergonomie pour la sécurité des hommes confrontés à des températures extrêmes lors des diverses interventions que ce soit les feux de ville, de forêts ou de bateaux ( spécificité des Marins-Pompiers de Marseille).

Son plus grand bonheur et la reconnaissance de son investissement, c'est de voir rouler l' un des engins qu'il a remis en état lors d'une  manifestation ou pour un tournage de film, ce qui est le cas d'une ambulance qui devait partir à la casse, et que l'on pourra voir sous peu  dans une série télévisée de TF1" Le secret d'Elise". 

 C'est également de pouvoir faire partager sa connaissance et sa passion et c'est pour cela qu'il peut proposer des visites à des scolaires ou  même des des interventions en milieu scolaire.

Les personnes intéressées peuvent le contacter au 07.77.85.14.22 ou par courriel Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Une certitude : on  sort de cette rencontre enrichi  tant sur le plan du savoir que sur le plan humain.

No images found.

 C.Gressier

Galette des rois de l'AMMAC

Les fêtes de fin d'année à peine achevées, les agapes continuent avec les  cérémonies des voeux et les traditionnelles galettes qui souvent les accompagnent.

Les associations ne faillissent pas à cette tradition, permettant de remercier et fidéliser leurs adhérents.

Hier, 6 janvier 2015, jour des rois , c'était l'AMMAC ( Amicale des Marins et Marins anciens Combattants) qui offrait un après-midi récréatif et gourmand au Théâtre Henri Maurin et nombreux étaient ceux qui ont répondu à l'invitation.

Pendant que certains renouvelaient leurs adhésions, d'autres allaient choisir leurs cartons de loto dans l'espoir de gagner l'un des lots mis en jeu : paniers gourmands, jambons...

Après les voeux et remerciements  du Président Jean Gressier aux adhérents , place au loto,  avant de faire à mi-parcours une pause gourmande pour déguster couronnes et galettes accompagnées de cidre.

Les papilles satisfaites, le loto a repris jusqu'à épuisement des lots, certains satisfaits de repartir avec un sympathique paquet d'autres moins chanceux ravis néanmoins d'avoir passé un bon après-midi.

   No images found.

 

 C.G

Ouvrages sur Marseillan


La légende attribue la fondation de Marseillan à des commerçants de Marseille qui furent les premiers à installer des comptoirs commerciaux autour de notre bassin. Grâce à sa situation exceptionnelle entre mer, vignes et étang, Marseillan a su allier l'attrait d'une station balnéaire, avec sa plage de sable fin, à son folklore et ses pêches traditionnelles. La vigne apportée par les Phocéens a toujours permis de produire des vins de très grande qualité.
A l'aide de 230 cartes postales et photographies anciennes, l'auteur nous emmène à la rencontre des artisans, commerçants et autres petits métiers qui ont animé la cité au bénéfice de ses habitants. Passionné par la recherche iconographique et l'histoire populaire de Marseillan, Jean-Vincent Molino travaille depuis 40 ans à la sauvegarde de ce patrimoine local que certains ont connu ou méconnu, espérant retracer le charme, l'ambiance et les souvenirs de ces époques aujourd'hui révolues. > Marseillan parJean-Vincent Molino

Pour être complet, il faut signaler un livre rare et difficile à trouver aujourd'hui, réalisé par des amoureux du village avec la collection iconographique exceptionnelle de Monsieur Jean-Vincent Molino. "Marseillan d'hier et d'aujourd'hui" (Les Editions du Mistral).

 

Avec l'APAVH, le beau Domino, est à l'adoption

domino44

"Je m'appelle Domino, on m'a récupéré dans la rue. Depuis j'ai été castré et je suis aux petits soins dans ma famille d'accueil, j'ai une très belle frimousse avec un petit grain de beauté près du museau. Je suis certainement le plus gentil des minous, d'ailleurs ma douceur se lit dans mes beaux yeux clairs . J'ai environ 2 ans, je suis une vraie crème de chat et je cherche une famille pour la vie plutôt dans une maison avec un jardin, je suis très sociable et je m'entends avec d'autres chats sans problème.

Même si je suis un peu craintif, je n'ai aucune agressivité. Je suis gourmand, propre, je réponds à mon nom, je ronronne facilement et je dors avec ma famille d'accueil toutes les nuits pour son plus grand plaisir.Bref, je suis un bon gros patapouf plein d'amour.

Pour mon adoption, on vous demandera une participation pour mes frais d'identification et de stérilisation...

» Echos/associations