Mèze

Challenge modélisme "Mistral" : les Varois en force !

Vainqueurs et organisateurs : même voilure !

 

C'était la dernière épreuve 2018 de la Fédération de France de Modélisme Naval. En confiant l'organisation de ce challenge interrégional de l'arc méditerranéen au Club de Modélisme de Villeveyrac (30 ans d'existence) les instances de la discipline savaient que la journée du 23 septembre serait au top. Le président Boutier et son équipe ont en effet réuni leurs efforts du côté du lac du Sesquier aimablement prêté par la Ville de Mèze et tout s'est déroulé de la meilleure des manières. Le Challenge Mistral (voiliers de 1 mètre) a eu le succès escompté.

Étaient représentées les villes de Bagnols-sur-Cèze (30), Saint-Mandrier et La Seyne-sur-Mer (83), Chorges (05), Marseille (13), Villeveyrac et Agde (34). Si les concurrents présents étaient là pour la performance du jour, leur participation entérinait également le classement final d'une saison de 6 manches. Le secrétaire Raynal nous a aimablement guidé et renseigné sur le contenu de la compétition dont voici les résultats :

Classement du jour   Classement final 2018

1. A. Ribeaud (St Mandrier)

2. M. Santarelli (La Seyne-sur-Mer)

3. C. Roussely (Le Cap d'Agde)

 

1. M. Santarelli (La Seyne-sur-Mer)

2. A. Ribeaud (St Mandrier)

3. R. Isnard (Chorges)

Les vainqueurs :

Déviation de Mèze : le feuilleton continue…

Nous avons relaté récemment "le rétablissement de la vérité" d'Henri Fricou, maire de Mèze, quant à la déviation de la ville ICI.

Audrey Imbert, conseillère départementale, nous confie le contenu de sa dernière correspondance avec le magistrat Mézois :

"Excusez ma réponse tardive mais je pensais vous voir au comité technique en préfecture sur les dispositifs Malaïgues concernant les Ostréiculteurs et vous répondre de vive voix. Les discordes au sein de votre conseil municipal en vue de l’élection du conseiller communautaire et l’obsession de 2020 ne doivent pas rebondir sur les collectivités territoriales. Ce sujet vous tenant à cœur, je vous conseille donc de vous entretenir avec le Maire de Loupian afin de trouver une solution sur le tracé de la dite déviation ou de nous faire des propositions pour qu’elle passe exclusivement sur votre commune. Gouverner c’est prévoir ...vous avez du anticiper. Ne comptez plus sur moi pour alimenter des conversations stériles sur ce sujet… Néanmoins je reste à la disposition des Mézois et des Mézoises ainsi que vous pour en discuter."

Thierry Baëza, conseiller communautaire en remplacement d'Yves Pietrasanta.

Comme l'avait souhaité Yves Piétrasanta lors de sa démission d'élu communautaire (16 juillet 2018), c'est "le suivant sur la liste" qui siègera au sein de l'Assemblée communautaire à sa place. Le Préfet ayant précisé qu'une élection était nécessaire pour cette nomination, c'est ce jour que le vote a eu lieu.

Didier Aspa, un instant pressenti, s'est désisté "pour le bien de l'équipe". Thierry Baëza, seul candidat, a obtenu 23 voix. 7 bulletins blancs ont été comptabilisés (vote à bulletin secret).

Déviation Mèze : le maire Henry Fricou prend position !

Communiqué de presse du Service Communication de la Ville de Mèze (19 septembre 2018) :

DÉVIATION DE MÈZE

Le Maire de Mèze rétablit la vérité

Après la conseillère départementale Audrey Imbert, le président Kleber Mesquida ! Décidément les élus héraultais sont très sensibles quand on leur rappelle leurs obligations sur le dossier de la déviation de Mèze. Au point d'utiliser des arguments très éloignés de la vérité.

Mme Imbert et M. Mesquida parlent d'urbanisation mézoise non maîtrisée. J’aimerais clairement en connaître les détails. Depuis 18 ans que je gère la ville :

  • Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) a été approuvé avec un avis favorable des services du Département, les zones constructibles sont les mêmes que celles du Plan d’Occupation des Sols (POS) de 1988 et les surfaces construites ont été diminuées.
  • La ZAC des Costes, en limite avec le tracé de la future déviation proposée par le Département, a été réalisée également avec l’avis favorable de cette instance.

Quant au rond-point Philippi, qui doit servir d'amorce à la future déviation, ce n’est pas le Maire de Mèze qui l’a implanté sur la commune de Loupian mais bien les services départementaux, avec pour conséquence un passage obligatoire du projet de déviation sur la commune voisine.

Notre ville ne doit tout simplement pas être dans les priorités du Département mais faut-il encore le faire savoir.

La déviation de Mèze, demandée depuis de nombreuses années est pourtant un projet d'aménagement du territoire urgent et capital. Je reste pour ma part à la disposition des élus et des services départementaux pour -enfin- faire avancer raisonnablement ce dossier dans l'intérêt des populations.

Henry Fricou, maire de Mèze

Vice-président de Sète Agglopôle Méditerranée Archipel de Thau

 

Littoral nettoyé à Mèze… pour combien de temps ?

Pas moins de 200 personnes concernées étaient présentes ce samedi à l'appel de la JCE de Sète et du bassin de Thau pour "récolter" les déchets "oubliés" de notre société de consommation (il faut quand même le dire).

Partenaire de l'opération World Cleanup Day, la ville de Mèze était fort bien représentée avec M. Henri Fricou, son plus haut magistrat, accompagné d'élu(e)s et pas question de faire de la figuration ! Enfants et adultes équipés de gants et de sacs poubelles ont déambulé soit du côté de la conque (site protégé) soit sur la baie du terrain de tambourin. La "cueillette" malheureusement, une nouvelle fois, a été fructueuse. Quant à la prise de conscience, bien ancrée dans l'esprit de participant(e)s motivé(e)s, elle fait son chemin. Le geste effectué est plus que symbolique, c'est certain. Est-il suffisant pour que tout un chacun prenne vraiment en compte l'urgence de la situation ? Restons optimistes, solidaires d'actions de ce style mais aussi dénonciateurs d'une situation devenue insupportable. Dans quel état laissons-nous le monde de demain, celui de nos enfants… Alors ?

L'objectif de notre caméra s'est posé quelques instants du côté du terrain de tambourin…

La rentrée à l'École de Musique de Mèze

Pendant le Festival de Thau 2018.

Les inscriptions ont débuté à l’école municipale de musique de Mèze. À cette occasion, les professeurs rencontreront les parents et les enfants afin de leur fournir des renseignements sur leur instrument (essai), d’organiser les plannings les :

- Lundi 10 septembre,

 Guitare électrique (de 16h à 19h), Piano (de 17h à 20h)

- Mardi 11 septembre, de 16h à 19h

Guitare

- Mercredi 12 septembre, de 16h à 19h

Piano, Accordéon, Flûte traversière, Saxophone, Trompette

- Vendredi 14 septembre, de 16h à 19h

Clarinette, Violon

Labellisée « école ressource » par le Département, l’EMM propose également de nombreux cours collectifs et ateliers pour satisfaire les musiciens de tous âges : éveil musical, atelier découverte, orchestres, chorales, chant parents-enfants, musiques actuelles, musiques traditionnelles, steel-drum, musicothérapie.

L’année est rythmée par de nombreux spectacles et concerts, des collaborations avec des artistes invités et des projets pédagogiques en lien direct avec la saison culturelle de la ville.

Quelques places sont encore disponibles, faites vite !


École Municipale de Musique de Mèze - Place Baptiste Milhau, 34140 Mèze - Tél : 04 67 43 80 75 - Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Affluence record à la fête des associations

Ce samedi 1er septembre, tôt dans la matinée, la population Mézoise était bien présente sur l'esplanade locale. Certes, c'était également jour de marché, mais au vu des queues près des stands notamment sportifs (inscriptions de début de saison), les déplacements familiaux étaient motivés. Par exemple, l'effet Coupe du Monde de Football 2018 s'est révélé générateur d'un afflux important vers les parasols du MSFC… et l'on a vu quelques maillots floqués "M'Bappé"… circuler dans une foule concernée et à l'écoute de bénévoles très "pointus" dans leurs explications !

Que représente le monde associatif en France ?

"On estime à 1 300 000  le nombre d’associations actives en France.

85 milliards d'euros, soit environ 3,2 % du PIB français : tel est le budget cumulé des associations actives.

165 000 associations sont des associations employeurs qui gèrent 185 000 établissements ou sections d'associations.

A elles seules, elles emploient 1 800 000 de salariés, à temps plein ou partiel, à 69 % des femmes.

Soit 5 % du nombre de salariés dans le pays.

En outre, elles utilisent les compétences de près de 16 millions de bénévoles actifs. La croissance en volume du bénévolat est de l’ordre de 4 % par an, ce qui est considérable.

49 % des ressources financières des associations sont d’origine publique (13 % des communes, 11 % des départements, 11 % de l’État et 9 % des organismes sociaux).

Dans les années qui précèdent la crise, les financements publics ont augmenté à un rythme annuel moyen de 1,6 % en 6 ans.

Les financements privés (51 % des ressources financières) proviennent surtout de la participation des usagers (46 %), puis des dons et du mécénat (5 %). Ces financements ont, quant à eux, crû à un rythme annuel plus soutenu de 3,5 % sur la même période.

69 % des associations sont dirigées par des hommes.

63 % des présidents sont des professions libérales, des cadres moyens et supérieurs.

32 % ont plus de 65 ans.

Source : Quelques repères sur les associations en France aujourd’hui - Edith Archambault – Viviane Tchernonog - Centre d’Économie de la Sorbonne - CNRS - Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (mars 2012)"

Ces chiffres "vieux" de 6 ans déflorent un peu tout ce que l'on entend dire ici et là au sujet du monde associatif. Ce qui est sûr, c'est que le pouvoir politique porte un regard très attentif à un mouvement en perpétuelle évolution et aucunement prêt à s'éteindre… Mèze n'échappe pas à la règle et se situe même (d'après nos calculs) légèrement au-dessus de la moyenne nationale : plus de 70 associations sur la commune ! En savoir un peu plus, notamment sur notre département, en cliquant ICI.

Le diaporama des stands présents vers 11h, ce matin !

 

Scène flottante Mèze : à renouveler…

Pas facile de quantifier les présences au port ce dimanche soir : peu de monde dans les tribunes, c'est certain (nous y étions) ; par contre beaucoup de gens sur les quais et dans les commerces. Attiré(e)s par une musique surprenante aux dires des "non-habitués" mais de grande qualité et merveilleusement soutenue par une violoniste virtuose, les fêtards se sont laissés envoûter.

Pour notre part, nous avons joué le jeu sachant que du côté de l'Esplanade l'orchestre réputé "Paul Selmer" avait certainement "fait le plein" dans un tout autre registre, la danse.

Dans les tribunes, encore "chaudes" des joutes de l'après-midi, nous nous sommes cantonnés à écouter et à regarder : un évènement éphémère, inhabituel à la fois reposant et enthousiasmant par une interprétation hors du commun.

À renouveler, peut-être dans d'autres conditions (la fête foraine voisine sur la place des Tonneliers)… Pour une première, nous possédons trop peu de références mais nous avons aimé !

Sébastien Bruno, médaillé Jeunesse & Sports

C'est dans le salon d'honneur de la mairie de Mèze et en présence de son conseil municipal, qu'Henri Fricou, maire de la ville, a remis la médaille Jeunesse, Sports et engagement associatif à un de ceux qui s'implique certainement le plus dans la vie culturelle de la cité.

En 1992, Sébastien Bruno intègre l'association "Les Amis du Poulain de Pézenas". Formé en "tambour traditionnel" à la Farandole Biterroise, il devient secrétaire et formateur-percussions à "Sem Fossos" et secrétaire adjoint à la "Cosconilha". Depuis 2006 il est danseur et co-dirigeant du "Chevalet de Mèze". En 2008 il rejoint "Le bel Hautbois Dormant & Joutes Languedociennes" et en 2011 s'implique dans l'association éducative de la "Calendreta de Mèze". 2017 : la création de la Fédération Totemic lui tend les bras et le voilà membre du comité de pilotage et responsable de la commission "éducation et formation".

L'implication de Sébastien est totale, quasi-quotidienne pour perpétrer culture et patrimoine au sein de la Cité du Bœuf.

Après cette distinction nationale, Monsieur le maire associait au récipiendaire, pour la médaille de la ville, l'équipe du Chevalet  : le cavalier Didier Galibert (Tchimbouille) et sa maman "responsable " depuis plus de 50 ans des cocardes et de l'entretien des costumes, la civadaïre Laurianne Archimbeau, Mireille Bruno remplaçante officielle de tous les postes du groupe. Impossible de dissocier les musiciens : Gérard Franco, hautboïste et présent depuis 1970 ; Bertrand Pailhès (Tourbes), hautboïste également ; Romain Balescut au tambour.

"Au nom des mézoises et des mézois, je tiens à vous remercier chaleureusement tous les sept mais aussi toutes les personnes qui vous entourent, qui vous accompagnent au quotidien et qui vous aident à perpétuer ces traditions si chères dans le cœur des mézois."

Les récipiendaires et les autorités. Quand je serai grand…

 Merci au service communication de la Ville de Mèze pour sa collaboration.

Challenge Molinier-Sil : le Frontignanais Cuciniello vainqueur

Ce dimanche, dans le port de Mèze, les Frontignanais ont squatté le podium du Challenge Molinier-Sil grâce à Cuciniello Sylvio (vainqueur après décision du jury) et Gonzalez Patrice (3ème). Molto Maxime (AP Sète-Môle) rate de très peu la pôle position et le Mézois Anthony Bondon (JLS Mèze) termine 4ème. Ce dernier tournoi de la fête locale a vu une affluence conséquente, des tribunes pleines et des quais où il était difficile de trouver une petite place pour assister à des débats très disputés : une réussite pour la JLS Mèze organisatrice où apparaissait officiellement, pour la dernière fois, Thierry Baëza, sociétaire du club Mézois. Bravo à toutes et à tous ainsi qu'à la peña Bastid&Co pour l'animation musicale de ce tournoi régional "Lourds" !

Maxime Molto (à droite) a bien cru à la victoire…

Thierry Baëza, dernier tournoi officiel.

Visite à la SNSM

 
 
 
 

Ce samedi, au Taurus, la SNSM locale (Société Nationale de Sauvetage en Mer) recevait le public.

"Les chiffres viennent de tomber et le constat est alarmant. Selon l’enquête Noyades 2018 de Santé Publique France, 552 noyades ont eu lieu en France entre le 1er juin et le 5 juillet 2018 et ont causé la mort de 121 personnes. Le groupe Macif et les Sauveteurs en Mer (SNSM) ont donc souhaité mener conjointement une campagne de sensibilisation aux risques en bord de mer et plus largement aux accidents de la vie courante sur les plages de Vendée cet été…"

Malheureusement, nous nous sentons concernés (en majorité) lorsque les aléas de la vie nous confrontent à une triste réalité. Des femmes et des hommes bénévoles (8 000 dont 800 formateurs) ont pour mission le sauvetage de toute vie en danger en mer : un sacerdoce !

En 2017, la SNSM a porté secours à plus de 9 000 personnes… C'est la seule institution qui dispose conjointement des compétences et qualifications nécessaires pour intervenir de la plage au large et vient de se voir attribuer le label "Grande Cause Nationale".

Ce 19 août l'association a prévenu et informé. Sachons que "Les sauveteurs en Mer" sont le premier maillon de la chaîne des secours en mer.

Pour les sceptiques qui pensent que notre lagune "n'est pas la mer" (et c'est vrai), sachez que chaque année l'étang de Thau enlève des vies voire même des sauveteurs (54e régate des 24 heures de Thau : accident mortel survenu dans la soirée du samedi 19 mai 2018).

Merci aux sauveteurs locaux pour leur présence, leur disponibilité et leur abnégation ! Possible de les soutenir ICI.

Pour en savoir un peu plus sur les activités de la SNSM, cliquez ici --> 

Ouvrages sur Mèze

Alain Cambon
Depuis un demi-siècle, Alain Cambon collectionne avec passion des clichés de sa terre natale. Après une sélection rigoureuse parmi ses très nombreuses photographies et cartes postales anciennes, précieux témoignages historiques, l'auteur révèle dans ce troisième volume la remarquable métamorphose de Mèze durant le XXe siècle. C'est l'occasion pour Alain Cambon d'aborder notamment l'après-seconde guerre mondiale, période pendant laquelle les Mézois, débordant de courage et d'opiniâtreté, valorisèrent les nombreux atouts terrestres et maritimes que la nature avait bien voulu leur donner. Et dans ces pages, le développement de la conchyliculture dès 1960, l'arrivée des rapatriés d'Algérie et la reprise de l'exploitation des mines de bauxite par la compagnie Péchiney, qui relancèrent l'activité économique de la cité, ne sont pas oubliés. Cette rétrospective devrait raviver les mémoires et faire resurgir, peut-être avec un brin de nostalgie, de nombreux souvenirs.