Expos

Des Artistes bessanais exposent à Pézenas

 

Du 16 au 30 juillet, au siège de la Mirondela Dels Arts, 6 rue Four de la Ville à Pézenas, Annie Oliver et Jihel, de retour du Festival international d'Art en Tunisie, exposent leurs créations : statues, sculptures en grès, cuissons raku. Ils partagent les lieux avec Loux, peintre abstrait aux touches délicates et lumineuses.

A partir de juillet, le siège de la Mirondela accueille successivement, chaque fois pour une quinzaine de jours, des artistes locaux renommés en peinture ou sculpture. Dans l’ordre : Guy Brodat, Annie Oliver, Jean-Louis Jullien et Loux, Clément Batut, Marie Noëlle Lapouge, Geneviève Courrège.

L’hôtel des Barons de Lacoste héberge durant la saison estivale de belles expositions variées par le style, l’origine des artistes sélectionnés parmi tant d’autres : en juillet la peintre et sculpteure japonaise, Nao Kaneko, de renommée internationale ; en août Bernard Denis avec ses peintures et ses sculptures ; en septembre, Raymond Attanasio et ses œuvres picturales.

Musée Paul Valéry : les peintres vus par les poètes

30 juin – 4 novembre 2018

ptptpt

Mémoires de Pierre jusqu'au 5 août, à ne pas rater

Muriel Désambrois, artiste plasticienne, licenciée en histoire de l'Art,  a connu Montbazin grâce à une amie il y a quelques temps et elle a tout de suite été séduite par la chapelle Saint Pierre et sa fresque qui se trouve dans son choeur, peinte au bas de la voûte centrale.

fleuP1090342.

Souvent inspirées des peintres de la Renaissance italienne, ses œuvres intemporelles nous présentent l’être humain tel un éphémère et éternel passant de ce monde. Des êtres mi charnels mi spirituels paraissent comme suspendus entre deux mondes, pris dans les fils du temps et le tourbillon incessant de la naissance, la vie et la mort, la fragilité et la fugacité de la vie qui ne tient en fin de compte qu’à un fil…

Ses œuvres, porteuses de traces d’existences passées nous font pénétrer dans un univers étrange, fascinant et troublant… Un univers souvent présenté en symbiose avec des voix, lyriques et cristallines avec des anges aussi.

A Montbazin Muriel a voulu être en symbiose avec la pierre, parler du temps et du passé grâce à ses réalisations dont certaines sont le fruit d'une approche des personnages de la fresque historique.

Pour Muriel, cela symbolise le passage du temps, une certaine approche de la vie, de la mort, grâce à de nombreux monotypes récents et d'autres plus grands réalisés bien avant.

Pour l'artiste c'est donc, Une quête perpétuelle de grandeur et de beauté, qui est en même temps une quête spirituelle.

L’artiste s’efforce inlassablement et inexorablement  d’atteindre cet élément d’éternité qui donnera toute sa force à son œuvre.

fleuP1090332

Désir incessant d’aller toujours plus loin, toujours plus haut, de créer en quelque sorte un lien avec le divin.

 Ses oeuvres se situent donc entre terre et ciel, entre visible et invisible.

Puisant  plus ou moins consciemment dans cette parcelle de souvenir qui lui a été laissée et qui est sa source d’inspiration, comprenant parfois longtemps après le sens profond de ce qu’elle a créé, et qui s’avère souvent  infiniment plus riche que dans l’intention originale, avec une technique particulière, à base de tampons,  tout en finesse, elle réalise donc ces monotypes sur papier. Elle effectue elle-même la gravure avec deux tirages en général et en plusieurs parties ce qui demandera un assemblage très préci. Si au début elle travaillait sur des toiles elle exposes ses réalisations sur de grands panneaux en bois.

fleuP1090337

Comme le précisaient l'élue déléguée à la culture Mme Martinez, et Laure Tondon, maire de Montbazin, ces oeuvres très fines sont magnifiques et donnent l'impression d'être intégrées à la chapelle. Félicitations.

Exposition jusqu'au 5 août du jeudi au dimanche, de 15 h 30 à 18 h 30

Chapelle Saint Pierre de Montbazin. Renseignements à la Mairie.

 

MADLAB : 3e CONCOURS 2018 "Thau... dans 50 ans"

Le MADLAB organise son 3ème concours artistique, au service de la protection, la valorisation et le développement durable du bassin de Thau. Ouvert à tous les artistes, à tous les Arts, sans frontières.

MADLAB laboratoire art et déchets Ancré au bord de l'étang de Thau et au cœur de l'activité conchylicole

Le MADLAB est un lieu de réflexion, de production et de réalisation de projets et d'évènements culturels. De l'art aux biotech, de la gastronomie à la construction, le MADLAB est ouvert à tous ceux qui veulent contribuer à la promotion, la valorisation et le rayonnement du patrimoine du bassin de Thau et de la conchyliculture.

Mécènes et Partenaires des Ets Tarbouriech œuvrent pour la défense et la valorisation de notre territoire, ils favorisent la découverte et la création artistique, ils croient au développement durable de la conchyliculture, ils nous enrichissent de leurs idées et diversités.

Les Ets Tarbouriech précisent : "Ils soutiennent nos projets, ils partagent les valeurs et les missions du Madlab, ils nous font confiance ! Et Vous ?"

pourquoi, pour qui ? "Thau... dans 50 ans"

Changement climatique, urbanisation, pression touristique, pollution des bassins versants, évolution des métiers traditionnels...
Le 3ème Concours MADLAB appelle les artistes à illustrer leur vision, optimiste ou pessimiste, de l'impact de ces enjeux socio-économiques et environnementaux sur la vulnérabilité du littoral, un demain pas si lointain.

 Le Concours MADLAB vise à stimuler la créativité des artistes désireux de contribuer, par leurs œuvres, à la démarche de responsabilisation de tout un chacun au regard du développement durable et de la protection de l'environnement, notamment littoral, ainsi que de l’activité conchylicole représentative du bassin de Thau.

Le règlement du concours : http://www.madlab.fr/Concours_MADLAB_2018_V2.pdf

 INSCRIPTION avant le
31 juillet

Tout savoir sur : http://www.madlab.fr/

 

EXPOSITION NOUAGES V - ATELIER 25

Serge et Martine Béziac présentent à l’atelier 25 l’exposition « Nouages V ».

Du mercredi 18 juillet au dimanche 29 juillet de 17 h à 22h, tous les jours.

Vernissage de l'exposition le samedi 21 juillet 2017 à 18h30

Entrée libre.

Atelier 25
25, rue Villaret-Joyeuse - Quartier haut 
Contact : 06 63 93 19 00 / 06 68 20 49 05


Pour la cinquième fois l’exposition « Nouages » se déroulera à Sète à l’occasion des rencontres des « voix vives de la méditerranée ». C’est sur l’initiative de Martine Beziac, qui transforme pour l’heure son atelier en espace galerie qu’un dialogue entre sa peinture et les céramiques de Michèle Suquet déploie ses variations tonales et formelles.
Inspirées par le côtoiement intime de la méditerranée, et depuis l’amitié qui les lie, elles poursuivent cette déclinaison poétique et plastique en marge d’un festival où les mots qui retentissent dans le vent marin font résonner le silence complice de leurs oeuvres.

Les oeuvres de Michelle Suquet (céramiques) et de Martine Beziac (peintures) y seront exposées.

 

Expo aux Penitents

 A travers la photographie, Eclectissine A. aime montrer la beauté qui nous entoure, toute en couleurs, éveiller la curiosité, faire plaisir et parfois étonner. Elle se passionne pour cet art qui permet de capturer les images, la nature, avec ses jolies bestioles prises au super macro ou des endroits qui sortent de l'ordinaire, aussi bien que les reflets et effets de lumière insolites qui peuvent être totalement abstraits ou prendre parfois des formes de créatures imaginaires, ou encore, d'objets inattendus découverts au cours des balades dont on aimerait connaître l'histoire. Une belle journée de photo commence au lever du jour et ne se termine qu'au coucher du soleil. Vous pourrez aussi consulter des albums avec des photos en 20x27 dont les araignées qui ainsi cachées ne feront pas sursauter les phobiques.

Oiseaux des Lyres de Françoise Eloire : ce jour-là, ils apparurent et constatèrent avec déception la banalité qui avait envahi la cité, de leurs voix zézayantes, ils s'interrogeaient douloureusement- et ils sillonnaient le ciel,  enfin ils se congratulèrent et se jurèrent avec véhémence que non, au grand jamais, ils ne survoleraient plus ces lieux et surtout qu'ils avaient trop de peine.

Exposition de Michèle-Françoise TARTIER

 

Le mardi 10 juillet à 18 heures 30 vernissage de l’exposition de Michèle-Françoise TARTIER

 

 

Salle des Escaliers de la Macaronade, Quai du Général Durand à Sète, tous les jours

Exposition du 10 au 22 juillet, ouverte de 16h à 23h

Le Causse, terre de contraste

Présentation d el'expo par Paul Ivorra

Le 29 juin avait lieu l’inauguration de l’exposition Causse, terre de contraste à la Maison de la Nature 16, rue de la foire à Pézenas. C’est la Société de Protection de la Nature du Piscénois qui l’organise. Elle sera ouverte jusqu’à la Toussaint. Son action est de promouvoir toutes initiatives tendant à la conservation du patrimoine naturel.

Cela signifie, préserver des dégradations ou destructions le sous sol, les eaux, l’atmosphère, la flore, la faune et plus généralement l’ensemble des milieux qui présentent un intérêt particulier dans notre environnement. Le président Paul Ivorra a souhaité la bienvenue à tous, en présence du maire de Tourbes, et d’un représentant de la ville de Nizas.

Nous faisons de l’écologie, nous ne sommes pas des écologistes, nous restons à l’écart de la politique. Il a été évoqué la mise en vente d’un nouveau carburant, l’E 85. Vous ferez peut-être des économies, mais comme il est à base d’huile de palme, vous concourez à la déforestation, vous allez porter atteinte aux paysans qui vont manquer de terres. A partir de septembre nous allons travailler avec le service des jeunes de la mairie de Pézenas sur un projet concernant les abeilles, chauves souris, perchoirs à oiseaux. Des lycées vont y participer comme La Condamine et Bonne Terre.

Nous poursuivons la défense du causse, lieu important pour la géologie avec la carrière de basalte de Lézignan la Cèbe, et le classement éventuel en zone Natura 2000. Un projet est en cours avec les communes avoisinantes et qui serait piloté par celle de Nizas. Il y a toujours le risque de réouverture de la carrière de basalte, mais pour l’instant ? Il faut laisser ces lieux aux viticulteurs, aux troupeaux, aux marcheurs et autres amoureux de la nature.

Il existe également des sites de fouilles qui seront ouverts du 16 juillet au 3 août précisait Jérome Ivorra. Nos archéologues recevront l’aide de catalans espagnols, et de bénévoles. Dans 2 ans, le congrès international d’archéologie devrait se tenir à Pézenas. A la disposition du public, des tableaux documentés sur les formations végétales du causse, une ressource de basalte convoitée, une genèse volcanique, un héritage néolithique… et un montage vidéo qui passe en boucle.

 

Nodules de pridotite

Il est exposé dans la salle un morceau de basalte avec des nodules de péridotite appelée olivine à cause de sa couleur vert olive (cf photo). On trouve sur ce causse des pierres gravées avec des signes de représentations astrales, animales, humaines et des huttes. Désormais, il faut retrouver ces pierres gravées et les protéger du pillage et du vandalisme, les étudier afin d’en déchiffrer les messages que ces gens ont bien voulu nous transmettre.

Autre problème, la prolifération des moustiques tigres, vecteur de maladies graves. Le transport des biens et des personnes favorise l’extension rapide des parasites et leur vecteur. Comment aborder le problème sanitaire ? Il faut lutter contre les points d’eau inutiles dans la nature et autour des habitations. Vous êtes invités à visiter cette exposition, grande cause pour la sauvegarde de la nature.

Bernard Bals