Bouzigues

Poésies à Bouzigues

 

Les passeurs de poèmes vous invitent à découvrir et partager la poésie d'Alain Borne et autres coups de cœur.

Alain borne est né le 12 janvier 1915 à St Pont (Allier) et meurt dans un accident de voiture le 21 décembre 1962 à Lapalud (Vaucluse). Il était avocat à Montélimar (Drôme). Très lié au poète Pierre Seghers, il a publié 18 recueils de poésies. Une œuvre dense et singulière placée sous le signe de l'amour et de la mort.

"Je m'endors et je meurs. Quand je serai mort vous ne penserez plus à moi avec moi mourra ma musique. et si des lèvres vives la chantent encore ce seront elles que vous aimerez "

• le samedi 13 mai 2017, à 15 h 00 à la Bibliothèque,
• Le vendredi 16 juin 2017 à 18 h 30, au Bar du Globe.

Possibilité de prolonger la soirée par une salade-repas.
Participation et inscription au 04 67 78 32 69.
Accompagnement à la guitare d'Alain Benet.

Entrée gratuite.

Exposition "Zostères, des prairies sous la mer"

L'exposition "Zostères, des prairies sous la mer" vous accueille à partir du 20 mai et jusqu'au 30 novembre dans la zone d'exposition temporaire du musée de l'étang de Thau, à Bouzigues. Petits et grands, venez découvrir ces plantes à fleurs aquatiques, les zostères, qui peuplent les fonds de l'étang de Thau ! Convient aux enfants.

L’image contient peut-être : plein air, eau et texte






 

 Qu’est-ce qu’une zostère ? Où pouvons-nous les observer ? À quoi servent-elles ? Sont-elles menacées ? Comment les protéger ? Voilà les questionnements auxquelles tentera de répondre l’exposition «Zostères, des prairies sous la mer ».

Cette exposition a pour but de sensibiliser les citoyens et les décideurs au rôle crucial que jouent ces écosystèmes et leur biodiversité dans le fonctionnement des milieux aquatiques et de toutes les activités qui s’y rattachent (pêche, conchyliculture, tourisme…). Ces herbiers, reconnus comme majeurs par les scientifiques, sont en effet menacés partout dans le monde et nous espérons que l’exposition induira chez le visiteur une prise de conscience et des changements de comportements qui augmenteront le succès des actions de conservation des herbiers engagés depuis quelques années.

 Comment est née cette d’exposition ?

Ce projet a pris naissance au laboratoire MARBEC à Montpellier sous l’impulsion de deux chercheuses : Francesca Rossi, chercheuse CNRS, qui travaille depuis deux ans sur des questions de diversité, fonctionnement et conservation des herbiers de zostères, grâce au financement d'un projet scientifique par la fondation TOTAL (projet DIVGRASS) et à sa participation au réseau international ZEN, Zostera experimental Network (www.zenscience.org) et Frédérique Carcaillet, enseignante-chercheuse, qui s’intéresse depuis plusieurs années au transfert des connaissances issues de la recherche vers le grand public et à la formation des étudiants à la médiation scientifique.

C’est en unissant leurs connaissances et leurs compétences que ces chercheuses ont proposé à la Fondation de France la création d'une exposition itinérante pour faire connaître les herbiers zostères et promouvoir la conservation de ces écosystèmes sur les côtes du Languedoc-Roussillon, notamment dans les communes qui bordent l’étang de Thau dont 15% des fonds sont recouverts par des herbiers de zostères. À Bouzigues, le Musée de l’étang de Thau, est d’ailleurs devenu un partenaire dans la conception de l’exposition.

Depuis 2015, de nombreux étudiants ont participé à la réalisation de ce projet grâce à leurs stages de fin d’année, soit par leur contribution scientifique soit par leurs travaux de vulgarisation et d’expographie; cette expérience concrète a été majeure dans leur formation et a permis de faire vivre et de mener à bien ce projet.

 Que va-t-on y voir ?

L’exposition se compose d’un ensemble de panneaux illustrés et interactifs, de spécimens à observer, de dispositifs ludiques et de plusieurs courts métrages. Plongé dans une ambiance sonore et lumineuse, le visiteur partira à la découverte de la plante, de ses conditions de vie, de sa répartition et de la biodiversité qu’abritent les herbiers…les organismes marins qui y vivent n’auront plus de secret pour lui. Il comprendra l’importance de ces espèces dans l’environnement marin et sera ainsi en mesure de contribuer à leur protection.
Une zone d’immersion avec des zostères géantes sera également installée, ainsi qu’une reconstitution d’un laboratoire de recherche où il sera possible de s’initier au quotidien des scientifiques. Pour les enfants, une chasse au trésor, en relation avec l’exposition, aura pour vocation de leur faire découvrir les herbiers de zostères en s’amusant. Et le trésor pourra être ramené à la maison !
Un animateur, financé par la Direction Régionale des Affaires Culturelles d'Occitanie, sera également présent dans l’exposition durant les mois de juin et de juillet 2017 pour guider le visiteur et répondre aux questions des plus curieux. Le Syndicat Mixte du Bassin de Thau, lui, assurera une campagne de sensibilisation sur les plages de l’étang et notamment sur la plage de Bouzigues à côté du musée en allant à la rencontre des touristes. Les écoles recevront également un livret pédagogique pour les aider à mener des actions avant, pendant et après leur visite.

 Pour en savoir plus : https://www.facebook.com/herbierszosteres/

Les pompiers de Bouzigues-Poussan recrutent

Si vous souhaitez donner de vous-même et servir la société, vous pouvez contacter le centre d'incendie et de secours de Bouzigues-Poussan par téléphone au 04.67.18.45.15 ou par mail avant le 15 juin 2017.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Présidentielle 2017 à Bouzigues : résultats du premier tour

 

Résultats France entière (estimation)

   
Nombre

% Inscrits  % Votants
  Inscrits  1449      
  Abstentions  259  17,87    
  Votants  1190  52,13    
  Blancs ou nuls  27  1,45  2,27  
  Exprimés  1163  80,26  97,73  

 

 
Candidats

  Nombre de Voix %  Exprimés
 
           
  Arthaud    12  1,03  
  Asselineau    8  0,69  
  Cheminade    2  0,17  
  Dupont-Aignan    45 3,87  
  Fillon    261  22,44  
  Hamon    37  3,18  
  Lassalle    15  1,29  
  Lepen    373 32,07  
  Macron    231 19,86  
  Mélenchon    174  14,96  
  Poutou    5 0,43  

Bouzigues et son beau carnaval

L'association " Le Carnaval bouzigaud" organisatrice du traditionnel carnaval de Bouzigues, aidée par de nombreux bénévoles, s'est mis au travail depuis décembre pour préparer cette 7ème édition d'une fête qui est devenue une référence autour du Bassin de Thau. Mais c'est toute l’année qu'elle organise des manifestations pour financer l'événement. La mairie et quelques sponsors avec même des passionnés répondent présents pour leur prêter main forte à différents niveaux.

Ce samedi 1er avril tous les Bouzigauds attendaient ce moment avec impatience. Car pour les carnavaliers au-delà du plaisir que procure la participation et les moments festifs, défiler de la place du Belvédère à la plage en passant par des rues de la commune tout en réalisant de belles chorégraphies, c'est le fruit d'un investissement qui a débuté il y a quelques mois. Investissement financier, en temps, en énergie, en répétitions et pour certains en préparation afin que les 6 chars présents lors du défilé soient magnifiques.

Ce samedi c'était le cas. Tout était au vert : la pluie s'était arrêtée, le soleil pointait son nez, les tracteurs, les sonos, les musiciens étaient prêts et la présidente de l'association et toute son équipe étaient attentives au bon déroulement de la fête, car pour le plaisir de tous, ils n'avaient pas plaint leurs efforts. Les 130 carnavaliers se faisaient un grand plaisir  d'être rassemblés et la tension montait. Le public avait répondu présent lui aussi. Les enfants avaient investi certains chars ainsi que des personnes handicapées de l'ESAT de Florensac qui participent chaque année, en ayant préparé puis en l'interprétant, un répertoire de chansons d'ambiance, aidées par deux musiciens.

Face au port, lacavalcade s'est élancée, entourée par de nombreux Bouzigauds et visiteurs, tandis que d'autres citadins attendaient les carnavaliers dans le village. Des clowns assuraient l'encadrement. Le groupe des enfants tourné vers la Break-Dance a ouvert les festivités, avec une batucada bien énergique qui réveillait tous ceux qui avaient oublié l'événement.

Chanteurs et musiciens les suivaient, précédant le premier groupe des Dames, les hippies qui grâce à leur bus allaient prendre la route. Puis ce fut les danseuses russes et leur cazatchoc  interprété avec brio. Leur magnifique char avec ses poupées russes faisait de l'oeil à celui du groupe des hommes, des Autrichiens bien dans leur peau . Avec des chorégraphies millimétrées, le spectacle était surprenant. Que de travail ! Des images inoubliables devant l'étang de Thau.

Le soleil était de retour, que du bonheur et du plaisir. Un dernier groupe d'enfants, les indiens, défilaient sur des musiques jouées par la pena del Sol. La fête se poursuivait. Bouzigues vivait un de ces moments inoubliables où ses habitants partagent avec joie l'attachement qu'ils ont à leur cité.

Et si les Bouzigauds se réunissaient une dernière fois devant un Monsieur Carnaval fleuri pour le voir s'embraser s'était pour que ce carnaval qui les a rassemblés ne s'achève que tard dans la soirée. Une très belle Cavalcade 2017. 

Tous unis à Bouzigues, pour "Un combat, une vie"

« UN COMBAT, UNE VIE »

C'était la Soirée-Spectacle organisée à Bouzigues par Patricia David pour soutenir la recherche contre cette maladie qui concerne de nombreux foyers, pour une avancée en faveur de nouveaux traitements de chimiothérapie, pour le financement d'appareil de radiothérapie de pointe , ou pour l'accompagnement des malades et des familles.

   C'est aussi le combat pour ces malades, de cette maman enfant du village touchée elle même par la disparition de son fils Bertrand en 2012. Ce spectacle se déroulait, le 24 septembre 2016 à l'Espace Fringadelle , avec la participation de l' Association du Carnaval (responsable Natacha Camboulas), du Foyer Rural (Responsable Jean-Christophe Pezerat), de l'Animation Danse (responsable Nataly Brun-Rocchetti), du Club 40 de Frontignan, de Gérard NAUDAN (Trompettiste) et du Coro Aficion de Balaruc le Vieux ainsi qu'avec des partenaires locaux, en majorité.

Une soirée qui grâce à la participation de nombreux bénévoles qui ont tout donné, à celle de la Mairie de Bouzigues, des commerçants et des restaurateurs de la commune, a pu atteindre son objectif.

  Plus de 7000 euros recueillis grâce aux spectateurs, à leur participation et aux dons qui sont parvenus. aaaap1540832Avec une telle participation, Patricia David était heureuse de pouvoir annoncer qu'elle remettrait une somme supérieure à 7 000 euros (avec tombola, dons et ventes)le 8 octobre, au professeur Pujol de la Ligue contre le cancer, à Bessan.

En attendant tout en ayant des pensées pour ceux qui souffrent de cette maladie, pour son fils particulièrement mais aussi pour bien d'autres partis trop tôt, Patricia félicitait tous ceux qui étaient montés sur scène bénévolement, ceux qui assuraient l'organisation de la soirée, et bien-sûr le nombreux public.

Pour voir : https://www.facebook.com/marilyn.alemany/videos/1466049256754886/

Foire aux huîtres de Bouzigues.

Mireille Cousinier présidente de la foire aux huîtres de Bouzigues nous rappelle que "la première foire a été inaugurée en 1986. Ses trente ans seront fêtés l'an prochain. La volonté à l'époque était de promouvoir les coquillages de l'étang de Thau et de promouvoir également le village. A Bouzigues, en 1986 il y avait 5 restaurants, on en compte aujourd'hui 25..." A cette époque l'appellation « huître de Bouzigues » n'était pas encore promulguée.

Cette année, les conditions météorologiques ont été particulièrement défavorable, surtout avec l'orage du samedi, mais néanmoins "la fréquentation est satisfaisante compte-tenu du contexte, nous confie Mireille Cousinier, car le public a répondu présent. Certes, il y a une certaine déception due à l'annulation du spectacle du chanteur Dave.  4 à 5000 personnes en moins pour la soirée, donc un gros manque à gagner, mais, globalement, on estime qu'il y a eu environ 25.000 personnes sur les deux jours".  Chiffre à mettre en regard des 30.000 personnes venues en 2014 qui fut une très bonne année.
Autre petit bémol en 2015, avec la conjoncture économique actuelle, beaucoup de visiteurs ont fait attention à leurs dépenses malgré les prix attractifs offerts sur la foire..

Hommage à Rémy Goudard

Mireille Cousinier a tenu dans son discours à rendre un hommage à cet ancien conchyliculteur de Bouzigues : "qui avait eu l'idée de cette fête  et qui en avait parlé à Louis Higounet, à cette époque adjoint au Maire. Ce dernier, après s'être documenté, trouvant l'idée intéressante en avait lancé le principe. En concertation avec la profession et les habitants de Bouzigues, la foire était née".
Le pari fut largement tenu dès la première année et la réussite est toujours d'actualité pour cette trentième édition.

Jean-Marc Roger

cliquez sur une image pour l'agrandir

No images found.

Foire aux huîtres de Bouzigues - 8 et 9 août 2015
Outre, bien sûr, Eliane Rosay, maire de Bouzigues, on notait la présence d'Yves Michel, vice-président de Thau agglo,
d'André Lubrano, conseiller régional et président du CEPRALMAR ainsi que de nombreuses autres personnalités.

"Zone conchylicole"

Une exposition photographique de Stephan VEGA au Musée de l'étang de Thau à Bouzigues

 


Stéphan VEGA
 

"La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard". John Stuart Mill.

Pour Stéphan Vega, ancien élève de l'ETPA, cette citation du philosophe anglais illustre parfaitement son loisir préféré. Né en 1972 à Toulouse, géomètre topographe de métier, Stéphan rencontre la photo dans les années 2000. L'ETPA (école de photographie) à Toulouse va le guider dans ses premières pratiques. Stages photos (Photon, TLT), toujours dans la ville rose, complètent son initiation. Parallèlement, il produit : "Tirage limité, Toulouse insolite…". Influencé par Doisneau, Cartier-Bresson, Salgado… il expose également et on le retrouve, tout près de chez nous, en 2013, à Explorathau. C'est aux Baux-de-Provence qu'arrive la notoriété avec "Arborescence" (2015). Les olivades et les vendanges lui offrent la matière pour s'exprimer. Il en profite pour publier un ouvrage du même titre (Généprovence).

Domicilié à Ganges, l'attirance vers le terroir du sud-est grandit. Sa démarche, graphique pour la forme, poétique sur le fond le conduit aux mas conchylicoles (David et Dupuy). Pendant trois semaines, il vit avec "ces gens de l'Étang de Thau" et plus particulièrement du beau village de Bouzigues. Il délaisse le pinceau coloré provençal et s'agrippe au noir et blanc de ses premières amours.

"C'est une question d'ambiance… L'action y est intemporelle et séculaire…". La poésie visuelle qui se dégage de cette exposition présentée dans le cadre sympathique du Musée de l'Étang de Thau est très intime. "Zone conchylicole" ne pouvait trouver meilleur accueil.

   
     Le discours inaugural du vernissage   Vue partielle de l'assistance.

Monsieur Alain Vidal, vice-président de la CCNBT, délégué au patrimoine, à l'archéologie et aux musées, maire de Loupian, a reçu l'artiste et donné le coup d'envoi d'un vernissage simple mais remarqué.

Quelle magnifique entrée en matière de la Nuit des Musées pour Bérénice Goni, présidente des "Amis du Musée de l'Étang de Thau" !

 

 
 Stéphan Vega situe son travail photographique

Le génome de l'huître décrypté

Le génome de l'huître creuse (Crassostrea gigas), la plus cultivée sur la planète et en particulier dans le bassin de Thau, a été décrypté par une équipe internationale majoritairement composée de chercheurs chinois.
Le généticien Guofan Zhang, de l'académie chinoise des sciences, et ses collègues ont aussi analysé les caractéristiques de la Crassostrea gigas, comme sa réponse au stress ou la formation de la coquille.
Selon les chercheurs, dont les travaux sont publiés dans le magazine Nature, elle a développé plusieurs traits nécessaires à la survie d'un organisme pris en permanence entre les marées, parfois aussi entre eau douce et salée, et condamné à filtrer des fluides souvent douteux pour s'alimenter.
Les chercheurs ont comparé son génome à celui de sept autres espèces séquencées. Ils ont ainsi pu identifier plus de 8600 gènes spécifiques à ces mollusques.
Par exemple, ils ont notamment découvert que le génome de la Crassostrea gigas comportait 88 gènes HSP70 (pour heat shock proteins) qui jouent un rôle important dans la protection des cellules contre les agressions, en particulier les substances toxiques tels les métaux lourds (arsenic, cadmium, mercure, etc.).
Par comparaison, les oursins ont 39 gènes HSP70 et les humains seulement 17.
Cette huître possède aussi de nombreux gènes associés à l'antioxydation et au blocage de la mort cellulaire.

La relève est là

 "Nos enfants nous incitent à nous tourner vers l’avenir. Faisons leur confiance et faisons nous confiance.
Je vous souhaite une très bonne et heureuse Année 2016. Qu’elle vous garde en santé et le sourire aux lèvres". - Eliane Rosay

Bouzigues au cours des siècles

Le fait « d'être à l'écart de la grand-route » a longtemps valu à Bouzigues la réputation d'être « un village sans histoire » : les voyageurs pressés ayant trop souvent confondu la quiétude ambiante et la pérennité du cachet pittoresque de la localité avec un isolement, envié et idyllique, par rapport à la marche du monde. Cet ouvrage est le déni absolu de cette opinion hâtive et superficielle. Le portrait que François Baqué et Antoine Rouquette brossent, en effet, de ce village du littoral au cours des siècles ne permet aucun doute à ce sujet. L'habitat fut très ancien sur le terroir et « la situation exceptionnelle » de la petite cité méditerranéenne, face à l'étang de Thau qui, « par les belles journées ensoleillées, brille de mille feux » ne doit pas faire oublier que Bouzigues (et toute sa région) fut une terre de passage (les Grecs, les colons de Marseille, les armées d'Annibal) et d'invasions (Romains, Wisigoths, Sarrasins, Normands) et que le nom de Bouzigues (Polygium) apparaît dès le IVe siècle sous la plume de Festus Avienus. Ensuite, c'est le destin de la seigneurie (mentionnée comme vassale de la seigneurie de Loupian au début du XIIe siècle) et celui de la communauté (administration des consuls) que les auteurs font revivre pendant plus de six siècles jusqu'à la Révolution au cours de laquelle les biens des « ci-devant privilégiés » sont étroitement surveillés (un voleur de raisins de douze ans est emprisonné), le...» suite chez Amazon