Environnement

Moustique-tigre : le retour des conseils

Le « tigre » est là. Chacun peut prévenir sa prolifération…

Photos gratuites de Moustique

 

Chaque saison, remettre sur le métier l’ouvrage. Comme chaque année, le moustique-tigre (Aedes albopictus) est progressivement ressorti de quelques mois d’hibernation depuis fin mars / début avril. La particularité de l’espèce est de tomber en « diapause » au niveau de ses œufs. Cela signifie que de la fin de l’automne à la fin de l’hiver, grosso modo entre novembre et avril, le moustique-tigre n’apparaît plus sous sa forme adulte et volante, pas plus que ses larves ne se développent dans toute retenue d’eau ou que ses œufs n’éclosent. Ces derniers restent là où ils ont été préalablement pondus par les femelles, sur les rebords de récipients et objets, souvent de petite voire très petite taille, pouvant recueillir de l’eau.

action préventive EIDPlus de jour, plus de chaud

L’activité de l’insecte est indexée sur la photopériode et sur les températures : la diminution de la durée du jour et le rafraîchissement automnal et hivernal entraînent ce phénomène de « diapause ». Et quelques mois plus tard, quand les jours rallongent et les températures se font plus douces, pourvu qu’il y ait des mises en eau des récipients sur les rebords desquels subsistent des œufs, le cycle biologique repart : au contact de l’eau dont le niveau s’élève, les œufs éclosent et donnent des larves.

 

En juin, le « tigre » est là !

Bien sûr, le processus ne redémarre pas un jour précis de l’année et partout à la fois. Et les densités de moustiques-tigres ne sont pas tout de suite prégnantes. C’est un phénomène progressif. Si les tout premiers moustiques-tigres adultes de l’année commencent à réapparaître courant mars / début avril, leurs populations se densifient au fur et à mesure, pour devenir perceptibles courant mai et de plus en plus gênantes au fil du temps, là où elles s’expriment, et cela jusqu’à octobre / novembre. Nous y sommes…

Pas d’eau, pas de moustique-tigre

Alors, la meilleure prévention des situations favorables à la prolifération du moustique-tigre, c’est éviter que ses œufs puissent se trouver au contact d’eau et/ou d’empêcher que de l’eau stagne suffisamment longtemps dans un récipient, afin que ses larves ne puissent s’y développer et que des moustiques piqueurs ne puissent émerger.

Privons le moustique-tigre d’eau. Zéro éclosion, zéro invasion !

www.moustiquetigre.org

Ce sont les Journées de lutte contre les ambroisies

 

 Ambroisie, Les Plantes, Sur Le Terrain

Il s'agit en réalité d'une quinzaine qui est consacrée à ce fléau et elle dure du 15 au 30 juin. Comme le phénomène est encore mal connu, il nous a semblé utile de vous en parler un peu plus en détail...

Qu’est-ce que l’ambroisie ?

L’Ambroisie, il faudrait en réalité dire les ambroisies, qu'elles soient à feuilles d’armoise, trifide ou à épis lisse, sont des plantes invasives originaires d’Amérique du nord et capables de se développer rapidement dans de nombreux milieux (parcelles agricoles, bords de route, chantiers, friches, etc.).

Leur pollen, émis en fin d’été, provoque de fortes réactions allergiques (rhinites par exemplpe) chez les personnes sensibles. Elles constituent également une menace pour l’agriculture et pour la biodiversité (concurrence avec certains végétaux en bords de cours d’eau).

Une fois qu’un pied d’ambroisie est observé, il faut rapidement l’éliminer car il est difficile de l’éradiquer une fois que la plante est bien installée. Des sites consacrés à l'ambroisie vous aideront à mieux les détecter (voir le site Ambroisie Risque Info)

Des manifestations autour de l’ambroisie

Elles sont organisées un peu partout en France par diverses structures (communes, communautés de communes, conservatoires botaniques, parcs nationaux, etc...) et peuvent prendre différentes formes : réunion d’informations sur la plante (biologie, écologie, réglementation, lutte), expositions, échanges avec des acteurs de la lutte, arrachage collectif, liste non exhaustive.

Un site à visiter : solidarites-sante.gouv.fr

Environnement : les méduses sont de retour dans le Sud de la France

Selon France Info :

Avec les beaux jours, les méduses sont de retour sur les plages de la Côte d'Azur et du Var. Lundi 13 juin, le JT du 12/13 partage des conseils contre leurs piqûres. 

 Sur les plages de Côte d'Azur et du Var, les méduses sont revenues, à la faveur des fortes chaleurs. "Je ne sais pas comment ils peuvent éradiquer ça, s'ils peuvent nettoyer, je ne sais pas comment ça se passe", commente un homme. Des dizaines de baigneurs ont déjà été piqués et certains affichent des marques de piqûre importantes. "C'est très désagréable, ça fait mal et ça gonfle", décrit une jeune fille qui vient de se faire piquer.  

Ne pas rincer à l'eau douce....................... Aller plus loin : https://www.francetvinfo.fr/decouverte/vacances/environnement-les-meduses-sont-de-retour-dans-le-sud-de-la-france_5195878.html

 

Méduse, Animal, Sous-Marin, La Mer Gelée

Travaux de voirie à Gigean

 
La commune de Gigean  informe de travaux importants qui seront réalisés sur la RD613 (qui traverse toute la ville) du 13 juin à la mi-octobre.
Les usagers seront invités à emprunter la déviation (RD5) vers Cournonsec pour éviter les perturbations conformément au plan ci-dessous.abagiCapture d’écran 2022-06-11 232624

Tourisme de masse et pollution : "Il faut diffuser les usages, savoir ce que cherchent les touristes et leur proposer un certain nombre de réponses"

Les paquebots de croisière se remettent à sillonner les mers autant qu'avant la crise sanitaire. On le voit notamment avec le port de Marseille, qui doit accueillir cette année plus de 500 escales et des centaines de milliers de passagers.

Bateau De Croisière, Port De Mer

Selon France Info :

Avant la pandémie de 2020, on atteignait quelque deux millions de croisiéristes par an dans la cité phocéenne, ce qui est bon pour l'économie, bien sûr. Mais des habitants de Marseille y voient aussi de très mauvais côtés. Et ils entendent le dénoncer une nouvelle fois aujourd'hui en début d'après-midi, lors d'un rassemblement sur une place de la ville. C'est la "question de société" du jour avec le sociologue Jean Viard, directeur de recherche au CNRS, un grand connaisseur de Marseille et spécialiste du tourisme aussi.

franceinfo : Manifestation tout à l'heure pour deux raisons principales : la pollution générée par ses grands paquebots, mais aussi le tourisme de masse qu'il génère et ses conséquences sur la ville...

Jean Viard : La pollution de ces gros bateaux, surtout quand ils sont à l'arrêt, est un problème énorme, et c'est pour ça qu'il y a une politique d'électrification des quais pour que ces bateaux, quand ils sont à l'arrêt avec leur moteur – parce qu'ils font tourner le moteur évidemment pour la clim et l'électricité   donc ça, ça avance et c'est en train de se changer. C'est une politique essentiellement de la région et du port............................ Lire l'Interview sur : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/question-de-societe/tourisme-de-masse-et-pollution-il-faut-diffuser-les-usages-savoir-ce-que-cherchent-les-touristes-et-leur-proposer-un-certain-nombre-de-reponses-estime-jean-viard_5163478.html

Nouveau Calque...

La Préfecture maritime de la Méditerranée a décidé de renforcer la réglementation par un arrêté d’interdiction de la navigation et d’accostage sur la zone centrale des TOCS

Les Sternes, Vol, Oiseaux, Nature
 
Les laro-limicoles occupent déjà de nombreux sites. En effet, les sternes, avocettes et gravelots sont déjà installés pour nicher sur les îlots des anciens salins du lido et les TOCS. Ce sont des espèces fragiles et menacées à l’échelle de l’Europe et du Réseau Natura 2000). Plus de 3000 nids déjà recensés sur Thau.
 Le SMBT avec le Conservatoire des Espaces Naturels d’Occitanie et Sète agglopôle suivent actuellement la nidification de ces oiseaux.
  • Afin de protéger les futurs poussins, la Préfecture maritime de la Méditerranée a décidé de renforcer la réglementation par un arrêté d’interdiction de la navigation et d’accostage sur la zone centrale des TOCS jusqu’au 31 juillet.
  •  La biodiversité est un bien commun fragile qui nous concerne toutes et tous, préservons-là !
  •  Si vous voulez suivre l’arrivée des oiseaux en temps réel sur la façade méditerranéenne, consultez la Météo des Oiseaux

Dans l'Hérault, Agde protège son milieu marin grâce à un récif artificiel géant en 3D

Selon FranceInfo :

Un récif artificiel en 3D dédié à la plongée sous-marine. Un défi technologique et une première internationale dans la ville d'Agde. Objectif de ce projet : préserver et développer la biodiversité marine. #IlsOntLaSolution

Avec ces multiples circonvolutions et son feuillage, c'est une sorte d'œuvre d'art digne d'un temple inca aux dimensions impressionnantes : 105 tonnes pour 6,5 m de hauteur. Trois ans de travaux auront été nécessaires pour construire le plus grand récif artificiel en béton imprimé en 3D au monde.

Ce récif est le dernier lot du projet Récif'lab pour le littoral agathois. En 2019, une trentaine de récifs artificiels de nurseries à poissons commandées par la ville d'Agde ont déjà été immergés sur 300 mètres.

Immergé sur l'aire marine de la station balnéaire, ce nouveau récif de béton, dont l'architecture s'inspire directement des habitats naturels des fonds marins, est avant tout destiné à la plongée sous-marine. Sa mission est de soulager les sites naturels des impacts des activités en plongée mal maîtrisée et de protéger les milieux fragiles.

Un projet de reconquête pour la biodiversité.......................

Aller plus loin et voir : https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/biodiversite/dans-l-herault-agde-protege-son-milieu-marin-grace-a-un-recif-artificiel-en-3d_5187037.html

Générations Futures : "POUR QUE LA LUTTE CONTRE LES POLLUANTS TOXIQUES SOIT AU COEUR DE LA PROCHAINE ASSEMBLEE NATIONALE"

 

 
 
POUR QUE LA LUTTE CONTRE LES POLLUANTS TOXIQUES SOIT AU COEUR DE LA PROCHAINE ASSEMBLEE NATIONALE : INTERPELLEZ VOS CANDIDATS !
 
 
J-3 avant le 1er tour des législatives 2022 !
 
Vous êtes des centaines a avoir interpellé vos candidat.es via notre outil Shake Ton Politique pour exiger que la transition agricole, la lutte contre les chimiques et plus largement la santé environnementale soit au coeur de la prochaine Assemblée nationale.
 
Les législatives sont une échéance politique clef. Les député.es élu.es proposent et votent des lois, déposent des amendements, contrôlent leur bonne application et peuvent ainsi contrer ou faire basculer des politiques gouvernementales néfastes pour le vivant !
De plus, si la nomination du Premier ministre est un pouvoir propre du Président de la République (Art 8 de la Constitution), celui-ci peut-être "contrarié" en fonction de la majorité parlementaire issue des élections législatives, ce qui n'est pas rien !
 
Alors rendez-vous dès maintenant sur Shake Ton Politique pour interpeller les candidats sur les mesures de santé environnementale qui doivent être au coeur de la prochaine Assemblée nationale !
 
 

 

 
 
 
Générations Futures
 

Vigilance maximale partout en France : déjà de gros dégâts après de violents orages

Selon Orange.fr : Des toitures arrachées, des commerces inondés… 65 départements ont été placés sous surveillance par Météo-France, samedi 4 juin, et de gros dégâts sont déjà à déplorer

Plus de 1600 visiteurs pour une fête de la Garrigue qui a su réveiller tous leurs sens

Ce weekend des 4 et 5 juin la Ville de Montbazin vous proposait la 1ère édition de la Fête de la garrigue un  événement pour faire  rimer nature, art et musique autour de l’univers secret des garrigues ! Un événement gratuit,  organisé par la Mairie de Montbazin, en collaboration avec le CPIE Bassin de Thau et le Festival de Thau.

 

Grâce à l’implication financière de nombreux partenaires comme l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse, la Région Occitanie, le Département de l’Hérault, Sète agglopôle Méditerranée ce week-end a pu voir le jour.

 Peut être une image de 7 personnes, personnes debout et plein air

La programmation a été construite avec l’appui du Syndicat mixte du Bassin de Thau, du Conservatoire d’espaces naturels Occitanie, des associations montbazinoises (Forum de Montbazin, les Zarzélés, CRPM, Aquarium café, Oublie pas de sourire) ainsi que des membres du réseau CPIE Bassin de Thau : LPO Occitanie – antenne Hérault, Cosciences, Civam Racines 34, Compagnie de l’Empreinte.

Autant dire que de nombreux bénévoles et plusieurs associations participaient à l'animation de ces deux jours dédiés à la garrigue.

 Peut être une image de 13 personnes, personnes debout et plein air

Tout partait du Village des Garrigues, au jardin méditerranéen de Montbazin  avec sur le site ou non loin de là, des ateliers ludiques et pédagogiques, des expositions et conférences, des spectacles et concerts, et un jeu de piste tous publics pour une expérience unique avec de curieux personnages au cœur de la garrigue.

 Tous les sens étaient en éveil...

L'inauguration officielle de la première Fête de la Garrigue avait lieu le samedi à midi au Village des garrigues. Poétiquement avec un relâcher d’oiseau proposé par la LPO Occitanie, et joyeusement avec un pot offert par la Mairie de Montbazin, avant d’embarquer pour les différentes sorties nature et activités proposées sur le Village des Garrigues car le programme proposé était bien alléchant.

 Peut être une image de 8 personnes

Différentes animations allaient s'enchaîner durant les deux jours avec tables-rondes, conférences et présentations comme celle qui avait pour thème " Comment mieux connaître, préserver et gérer la garrigue ?" une Conférence table-ronde avec Philippe Aigoin de Montredon, responsable Espaces Naturels à Sète Agglopôle Méditerranée, Arnaud Martin, président du Conservatoire d’espaces naturels d’Occitanie et Agnès d’Artigues, animatrice du contrat de gestion intégrée et de la Transition écologique au Syndicat mixte du Bassin de Thau.

 

Objectif,  rencontrer des acteur.ice.s de la gestion de garrigues, pour mieux connaître les enjeux et les menaces autour de ces espaces naturels souvent sensibles, ainsi que des clés pour assurer une protection à long terme de ces sites emblématiques de notre territoire. 

S'en suivait une Conférence "La garrigue nourricière : Histoire d’un paysage alimentaire" une Conférence par Laurent Fabre, responsable du service Patrimoine et Archéologie à Sète Agglopôle Méditerranée, docteur en biologie et écologie végétale.

"Ou comment, Espace agro-sylvo-pastoral dès sa rencontre avec l’Humain, la garrigue est devenue aujourd’hui un espace  naturel " dans lequel espèces végétales, aromatiques et/ou condimentaires sont toujours prélevées. L'on pouvait découvrir les traces des espèces forestières et aromatiques ainsi que les anciennes pratiques agricoles et leur évolution au cours du temps.

 

Sans oublier,  "Ça grouille dans la garrigue Rando faune/flore" avec la LPO Occitanie et l'association Espangassat.

Objectif : Sentir, toucher, goûter la garrigue  en partant en mini-randonnée à la recherche des espèces patrimoniales de garrigue, animales et végétales, et en participant avec le guide animateur au recensement de ces espèces sur l’application iNaturalist, pour partager avec le monde les beautés de la garrigue montbazinoise !

 Peut être une image de 2 personnes, personnes debout et plein air

Les animateurs ont mis chez les participants,  tous les  sens en éveil,  pour durant  ces deux balades permettre une belle découverte de la mystérieuse et délicieuse garrigue.

Peut être une image de 3 personnes, personnes debout et plein airEt avec 2 Balades au moulin de Juffet vous pouviez en outre admirer le travail de restauration réalisé par l’association locale Le Forum de Montbazin. Une façon de découvrir l’histoire humaine locale.

 L’odyssée des Garrigues , un Jeu de piste familial pour vous plonger au coeur de la garrigue. Organisé par Cosciences, membre du réseau CPIE Bassin de Thau, vous attendait les après-midis afin d’entrer dans la peau d’Ulysse au cours d’un voyage peuplé de rencontres. Vous pouviez rencontrer une multitude d’acteurs et d’artistes pour des performances autour de la garrigue : naturalistes, musiciens, danseurs, conteurs…

 Vidéos bientôt disponibles... Avec d'autres photographies...

Et pourquoi pas reprendre son souffle avec L’homme qui plantait des arbres D’après Jean Giono grâce à un duo burlesque, théâtral, poétique et musical,qui portait un regard naïf sur le monde,  en voyageant avec sa roulotte.] Plus de 130 personnes réunies au pied de la Chapelle pour le 1er spectacle de "L'homme qui plantait des arbres" de la Compagnie Le théâtre de la Terre, dès le samedi.

"Elle se rend dans cette région mystérieuse dont Jean Giono parle dans son livre. Elle connaît l'histoire par cœur, enfin presque... Tous les mots sont prêts à jaillir ; heureusement que les spectateurs sont là pour les réceptionner !"

Et en musique, bien-sûr...

 

Pas question de se laisser aller avec même une projection du film « La garrigue printanière » 'un film réalisé par la LPO projeté à la Chapelle Saint-Pierre où une Exposition "Faune, Flore et Paysage" était proposée avec les photographies réalisées pour le concours lancé par la mairie de Montbazin, et des images poétiques de la garrigue printanière.

Avec un relâcher d’oiseau proposé par la LPO Occitanie et un pot offert par la Mairie de Montbazin, avec  dans le village des ateliers et animations nature diverses, vous pouviez partir à la découverte de la biodiversité et des outils naturalistes avec les ABC, profiter des jeux en bois... Vous pouviez aussi vous détendre dans le coin lecture en dessinant la garrigue ou aller profiter de l'exposition photo sans compter les animations du CPIE Bassin de Thau,  « Impressions/Carnets végétaux », celle d'Aurélie Malbec de l’association La Clé des Arts ainsi qu'« Herbier de garrigue », avec Corinne Fabre du CIVAM-Racines 34.Peut être une image de 14 personnes, personnes debout et intérieur

 

Pour les concerts  c'était le soir avec le samedi  R Can Chanson Hip Hopulaire mixant rap et chanson française,  un artiste joyeux, engagé, et sincère. « Hip-Hopulaire » qualifie bien son style unique, à la croisée du rap et de la chanson française. Il répand un message positif lors de toutes ses prestations, et manie la rime avec joie et bonne humeur. Et ça a fait un bien fou...Peut être une image en noir et blanc de 2 personnes, personnes debout, plein air et texte qui dit ’R.CAN nord stage2 P.Amouroux 2 Amouroux’

Et dimanche soir place au Caribou Volant Chanson festive engagée. Le Caribou Volant, c’est la rencontre de deux voix, d’une plume et d’un mélange de cordes tantôt frottées tantôt pincées. Sur scène, violon, mandoline, guitare, flûte traversière, clavier et stomp box. Le pétillant couple franco-québécois, avec ses chansons biologiques, dénonce les dérives d’un monde qui en veut toujours plus au mépris des humains et de tous les êtres vivants avec toujours avec humour et pertinence.

 "La langue pétille ; une ébullition de mots, qui s’empilent, se percutent, pour mieux jouer, pour mieux dénoncer. Humour et tendresse montent à l’assaut, portés par une large palette sonore qui incite à lutter en dansant."

Avec des points "Restauration"et la buvette du Festival de Thau, avec  les producteurs et traiteurs membres du circuit court local du bassin de Thau ainsi que plusieurs stands à votre disposition, une bien belle fête de la garrigue vous permettait de passer 2 jours au plus près d'une Nature qui vous tendait les bras mais qu'il faut préserver.

Montbazinois et visiteurs ont répondu présents et ont profité de ces deux jours pour s'imprégner d'une Nature que l'on a tendance à délaisser  bien que très proche alors qu'elle est source de vie, synonyme de biodiversité et même protectrice... Un magnifique week-end qui a su allier : randos, explorations, arts, musiques, culture, expositions, jeux.... Que du bonheur...

D'ailleurs la Mairie de Montbazin précise : "Une belle réussite que cette FETE DE LA GARRIGUE 1 - Nature, art & musique à Montbazin ! Plus de 1600 personnes ont participé aux différentes activités proposées qui ont permis de : découvrir la garrigue à travers des balades, échanger lors des conférences, s'émerveiller devant l'exposition photo, apprendre en s'amusant à travers le jeu de piste ou sur les stands, rigoler durant le spectacle, déguster les produits du terroir avec les Paniers de Thau ou encore de danser lors des concerts en soirée..."

"Un immense MERCI à tous les participants, aux bénévoles (Pamela, Rime, Thierry, Daniel, Pierre, Albane et tous les autres), et à nos partenaires (CPIE Bassin de Thau et Festival de Thau) qui ont rendu ce week-end possible. Mais aussi à tous ceux qui ont permis l'organisation de ce week-end.. Et ils sont bien nombreux."

 

 

A Bouzigues, les jardins partagés synonymes de bonheur, d'échanges et de convivialité.

A Bouzigues, des jardins partagés ont vu le jour, le 16 avril 2021, à l'initiative de la Mairie. Comme le précisait alors Guillaume Ferrer, Conseiller Municipal Délégué aux travaux, à la Transition Energétique et aux jardins partagés : "C'était une promesse de campagne et nous avons tenu à réaliser ce projet dans un lieu adapté".ajarIMG_20220603_120615

Le terrain retenu fut donc une parcelle  privée qui se situe en bordure du chemin des Aiguilles, en face de la "Pompe" ou du puits. Idéalement placé car au centre du territoire de la commune l'on peut y accéder aisément. Une convention avait alors été signée avec son propriétaire et l'on avait rapidement retrouvé avec plaisir la ruralité qu'il y avait "autrefois" dans ce secteur avec certains jardins disparus de nos jours.

Le chemin a alors retrouvé une certaine vie, cela fonctionne et plait aux jardiniers de 30 à 80 ans qui depuis son ouverture, sont fidèles à leurs parcelles. Un esprit "Village" s'est créé avec la proximité, le lien social, le partage et surtout la convivialité...

Le terrain avait été découpé en 33 parcelles délimitées par des bordures et des séparations avec deux allées permettant d'y accéder : il y en a de 30, 40, 50 et 60 m2 ...

Les inscriptions furent rapides et en 2 mois, ce fut presque complet, avec une parcelle pour les écoles dont les élèves ont commencé à jardiner à partir de septembre 2021.

Les parcelles furent attribuées par tirage au sort, en fonction de la superficie souhaitée. Il y avait fin 2021 deux nouvelles demandes  et comme deux parcelles se sont libérées avec des départs, elles ont été attribuées.

12 cuves  remplies et disposées à des endroits stratégiques  permettent d'assurer des arrosages corrects pour chacun des jardiniers, des cuves mises en place par les services de la Mairie qui se charge de fournir l’eau aux locataires qui acquittent une somme d’environ 1 euro par m2/an. Sète agglopôle par OIKOS àvait mis à la disposition des jardiniers 400 Kg de compost par parcelle (12 T au total). Et SAM  peut fournir des composteurs qui permettent  de recycler des déchets verts, et d'autres venant de "la maison"

On le voit quand on rend visite aux jardiniers, ils sont très heureux , et certains, pour ranger leur petit matériel, ont construit des coffres en bois qui s'intègrent très bien au site.

 ajarIMG_20220603_120809

 

Et les jardiniers se sont engagés entre-autres à respecter le règlement mais aussi certaines valeurs comme " la Courtoisie, la Solidarité, l'Entraide", car en entretenant et cultivant sa parcelle, le respect des autres et de l’environnement est primordial.
 
Et comme le réglement est bien respecté, les jardins partagés ont permis à chacun de s'épanouir, et d'apprécier le bonheur de jardiner. On y retrouve donc des passionnés qui sont prêts à aider et à partager leurs savoirs, et au-delà des cultures, à multiplier les bons moments d'échanges.
 
En ce second  printemps des jardins partagés ils ont même décidé d'organiser pour célébrer cette convivialité un repas partagé, style "tiré du sac", à l'ombre des parasols et de quelques arbres....
 
Pour plusieurs raisons, le repas a eu lieu ce vendredi 3 juin, et si certains n'ont pu se libérer et être présents, plus de 15 jardiniers venus seuls ou accompagnés étaient très heureux de partager un repas et de rencontrer longuement ceux qu'ils cotoyent régulièrement.ajarIMG_20220603_122729
 
La Mairie était  représentée par Guillaume Ferrer qui tenait à participer, mais Monsieur le Maire et sa Première Adjointe, respectivement Cédric Raja et Elodie Kerbiguet, sont venus avec grand plaisir rendre visite à ces jardiniers heureux et fiers de savourer une belle réussite collective dans une superbe ambiance.
 
La Mairie avait tenu à participer avec des préparations sucrées-salées et quelques boissons mais au-delà les jardiniers la remerciaient pour le soutien qu'elle leur apporte au niveau logistique.
 
Les élus précisaient :"C'est une belle expérience, une réussite. Nous avons été là pour impulser et nous sommes encore présents pour développer l'activité et faciliter les choses afin que chacun puisse s'épanouir.  C'est un projet fédérateur qui a donné des idées et dans quelques temps nous devrions voir  apparaître des vergers partagés".ajarIMG_20220603_120615
 
Et si certains jardiniers de part leur caractère, leur sens des responsabilités, de l'organisation, sont devenus des références on notera que Patrick, un ancien militaire se fait un plaisir d'aider une dame avec qui il partage sa parcelle tout en s'occupant de l'organisation générale et du respect des règles pour que chacun vive son jardinage avec sérénité.
 
Et Hervé Denaès aussi, Bouzigaud depuis plus de 20 ans , passe de longues heures sur le terrain, où il se sent bien et où il échange avec ses camarades  dans un bonheur lui aussi partagé.
 
Pari réussi. Longue vie aux jardins partagés de Bouzigues...